Eighties le podcast

Eighties le podcast

Par Eightieslepodcas Blog créé le 09/09/15 Mis à jour le 13/01/16 à 12h51

Ajouter aux favoris

Catégorie : la mixtape de mister wizz

Signaler
la mixtape de mister wizz (Musique)

Bonjour et bienvenue en 1980. Louis XV de Chamalières entame la dernière année de son règne, François Mitterrand est encore pour quelques mois l'homme du passé, avant d'enterrer Rocard et la deuxième gauche. Coluche triomphe au Gymnase, se fait virer de Radio Monte-Carlo à trop plaisanter sur les diamants de Bokassa ex-Premier, avant de se présenter aux présidentielles. Année sombre, nous dirons adieu à Alfred Hitchcock, John Lennon, Jean-Paul Sartre, Joe Dassin, Peter Sellers, Steeve McQueen, Bill Evans ou Tex Avery... Année faste, les radios libres, mais pas encore libérées, fleurissent de partout. Musicalement passionnante, 1980 a vu paraître un nombre impressionnant d'albums indispensables. Je n'en ai gardé que quelques uns pour privilégier les rencontres improbables. Et puis faire cohabiter sur le même programmes les Residents et Chantal Goya, je trouve que ça a de la gueule :D 

Dans le prochain épisode, et bien je ne sais pas encore... Je termine mon tube d'oxyboldine et je vous tiens au courant. James Bond will return.

Cassette 06

Face A

01 Michel Jonasz : Les années 80 commencent. [album "Les années 80 commencent" - 1979]

02 Split Enz : I got you (00:03:26). [album "True colours"]

03 Didier Marouani : Temps X (00:06:36). [45tours "Temps X" - 1979]

04 Yello : Bimbo (00:11:40). [album "Solid pleasure"]

05 Odeurs : La viande de porc (00:15:07). [album "1980: No sex"]

06 Orchestral Man½uvres In The Dark : Electricity (00:18:33). [album "Orchestral man½uvres in the dark"]

07 Chantal Goya : Pour qu'il soit doux à ta doudou (00:21:54). [album "C'est Guignol !"]

08 Dave Mason feat. Michael Jackson : Save me (00:24:13). [album "Old crest on a new wave"]

09 William Sheller : Oh j'cours tout seul (00:27:28). [album "Nicolas"]

10 The Buggles : I love you (Miss Robot) (00:30:34). [album "The age of plastic"]

11 Eddy Mitchell : Happy birthday rock'n'roll (00:34:52). [album "Happy birthday"]

12 Utopia : Caravan (00:38:36). [album "Adventures in Utopia"]

13 Yellow Magic Orchestra : Jingle Y.M.O (00:44:41). [album "増殖 X∞Multiplies"]

FACE B

01 Abba : Happy new year (00:45:00). [album "Super trouper"]

02 Made In France : Réussir en équipe (Tupperware '80) (00:49:20). [45tours "Tupperware 1980"]

03 Klaus Nomi : Nomi song (00:52:09). [album "Klaus Nomi"]

04 Bernard Lavilliers : Stand the ghetto (00:54:53). [album "O gringo"]

05 Diana Ross : Upside down (00:59:14). [album "Diana"]

06 Annie Cordy : Tata Yoyo (01:02:22). [album "Annie Cordy"]

07 The Residents : Act of being polite (01:04:52). [album "Commercial album"]

08 Julien Clerc : Quand je joue (01:05:50). [album "Clerc Julien"]

09 Billy Joel : Sleeping with the television on (01:10:08). [album "Glass houses"]

10 Profil : Hé, hé m'sieurs dames (01:12:48). [45tours "Hé, hé m'sieurs dames"]

11 Kate Bush : The wedding list (01:15:35). [album "Never for ever"]

12 Jean Ferrat : Pour être encore en haut d'l'affiche (01:19:47). [album "Ferrat 80"]

13 Earth, Wind & Fire : Share your love (01:23:25). [album "Faces"]

14 France Gall : Bébé comme la vie (01:26:44). [album "Paris, France"]

Pochettes 06

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
la mixtape de mister wizz (Musique)

Quand on parle chansons de Noël, on ne saurait imaginer plus antagonistes que la France et l'Angleterre. En France la ritournelle de saison semble tout juste bonne à illustrer la promo du mois sur les bocaux de marrons précuits. En Angleterre en revanche, les mélodies de réveillon sont incontournables, et s'insinuent non-stop pendant 25 jours jusque dans les recoins du plus déprimant magasin de revues pour adultes. Difficile dans ces conditions de construire un programme équilibré. C'était donc un défi exaltant à relever :) Cette mixtape aura été l'occasion de recherches passionnantes, et de découvertes inattendues. Il y en aura pour tous les goûts, même les pires, et il y aura naturellement des cadeaux plein la cassette ^^ Sur ce je vais préparer mon foie gras et je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année ! 

Cassette 05

Face A

01 Coluche : Noël. Un inédit non daté  publié sur l'intégrale de 96. La sonorité fait pencher pour une production des années 80, mais au pire les chansons de Coluche sont trop rares pour bouder son plaisir. J'y ai dis viens derrière le bois .... [coffret "Coluche intégral" - 1996]

02 Ray Parker Jr. : Christmas time is here (00:02:21). Non, Ray n'a pas chanté que Ghostbusters ! La compilation de 84 sur laquelle figure cette chanson reprend néanmoins le visuel du film légèrement détourné, on n'est jamais trop prudent. Un titre de Noël parfait, à consommer au coin du feu dans un canapé moelleux avec des chocolats. [45t "Christmas time is here" - 1982 / compilation "Chartbusters" - 1984]

03 Lio : Noël (00:05:15). Une face B qui fête Noël au 3è degré, sur un mode Lolita fatale. A la fois festif, naïf, et délicieusement pervers. Complètement Lio quoi ^^ [45t "Zip a doo wah" / réédition de 2005 de l'album "Amour toujours" - 1983]

04 R2D2 & C3PO : R2D2 we wish you a merry Christmas (00:07:52). Ce que j'aime particulièrement avec la tradition anglo-saxonne des "Christmas album", c'est que tout le monde se croit obligé d'en faire un. Résultat, même la Guerre des étoiles a eu droit à sa galette festive. R2D2 we love you … y a comme un boulon dans le potage... [album "Christmas in the stars: Star Wars christmas album" - 1980]

05 Les Avions: Noël (Tombe la neige) (00:11:01). Un excellent groupe des eighties, un peu oublié (injustement), ou un peu vite résumé à "Nuit sauvage". Le présent titre est un des rares exemples de chanson de Noël à la française, composé, joué et publié pour la circonstance, exercice périlleux (pour quelques bonnes chansons, de nombreux 45 tours d'hiver auraient gagné à rester à l'état de projet...) et néanmoins très réussi, accompagné par ailleurs d'un clip impeccable. [album "Fanfare" - 1987]

06 The Ramones : Merry Christmas (I don't wanna fight tonight) (00:15:31). Où il est démontré qu'on fête aussi Noël chez les punks new-yorkais ^^ A un moment où leur son se durcit quelque peu, ils mettent pour l'occasion un peu de sucre dans leur vin chaud. Rock, oui. Second degré, c'est probable. Noël, sans aucun doute. [45t "I wanna live" - 1987 / compilation "Anthology: Hey ho let's go!" - 1999]

07 Pit & Rik : Le Noël de la cicrane (00:17:30). Le duo préféré du Collaro Show invente une suite aux aventures de la cicrane publiées l'année précédente. J'étais ultra fan de Pit & Rik à l'époque. L'aspect naïf et volontairement cucul des performances a malheureusement éclipsé les textes qui se rapprochent mine de rien de certaines fantaisies de Boby Lapointe, ou plus récemment de Sttellla. Bébête oui, mais sacrément travaillé. [45t "Le Nöel de la cicrane" / 33t "Monsieur Bobard" - 1982]

08 Chris Rea : Driving home for Christmas (00:21:00). Une délicieuse gourmandise de Noël, dans une version réenregistrée qui dépasse l'originale. Une mélodie parfaite alliée à une voix de rocher suchard, que demander de plus ? [version originale tirée du mini album "Snow" - 1987 / version mixtape tirée de la compilation "New light through old windows" - 1988]

09 Louis Chedid : Ce soir c'est Noël (00:24:49). Une chanson perdue au milieu d'un album, et qui, comme souvent avec l'ami Louis, résume malicieusement les choses sans avoir l'air d'y toucher. Aujourd'hui c'est pas comme demain, mais bon, demain va quand même venir... [album "Anne, ma s½ur Anne" - 1985]

10 Three Wise Men (aka XTC) : Thanks for Christmas (00:28:00). Oui il s'agit bien d'XTC le groupe de new wave! Ils prennent un pseudo le temps de cet excellent single de Noël où tout, des paroles aux arrangements, est génial. Une des plus réussies chansons du genre. [45t "Thanks for Christmas" - 1983]

11 Sttellla : Le Père Noël (00:31:40). Un ovni parmi les ovnis, probablement la chanson la plus WTF du groupe belge. Ou pour dire les choses autrement, les boules de Noël trempent un brin dans la gueuze... [album "Fuite au prochain lavabo" - 1986]

12 Caprice : The 13th day of Christmas (00:34:42). Un titre trouvé sur une compilation japonaise consacrée au label Él, je n'ai trouvé aucune information sur le groupe, crédité d'une seule chanson sur discogs... Mystère ... [compilation "London Pavilion volume two" - 1987]

13 Philippe Geluck : Noël Noël (00:38:14). Chanson issue de l'émission jeunesse "Lollipop" diffusée de 79 à 84 sur la RTBF et animée par l'auteur du Chat. La musique est de Philippe Lafontaine, pourtant le refrain sonne comme du Goldman :D [45t "Noël Noël" / album "Lollipop" - 1981]

14 Boney M : White Christmas (00:41:19). Un peu décevant cet album. Je m'attendais à Ma Baker dansant le disco avec Raspoutine sur le traineau du Père Noël, et au final le disque est beaucoup plus Christmas que Boney M … Reste cette reprise qui rattrape un peu l'ensemble... [album "Boney M Christmas album" - 1981]

FACE B

01 Mikado : Message de Noël (00:45:00). Un inédit du groupe pop français si joliment mis en scène par Pierre & Gilles, mais à la courte discographie. Dans cette chanson on sent davantage les grandes étendues enneigées que la chaleur de la cheminée décorée pour Papa Noël, mais tout cela reste de circonstance ^^ [compilation "Chantons Noël - Ghosts of Christmas past" - 1981]

02 Paul McCartney : Wonderful Christmas time (00:48:51). Un titre issu des sessions de l'album "McCartney II", où l'ex-Beatles et futur-ex-Wings fait tout, tout seul. C'est léger, joyeux, sautillant, et ça donne une envie irrépressible de décorer un sapin. [45t "Wonderful Christmas time" - 1979 / réédition de 2011 de l'album "McCartney II"]

03 Odeurs : Petit caca Noël (00:52:35). Et ils ont osé … C'est même pour ça que je les aime! Avec Ramon et ses potes, c'est toujours de la grande cuisine, quels que soient les ingrédients ^^ [album "Toujours plus haut" - 1983]

04 Wham : Last Christmas (00:56:01). L'incontournable absolue, cette chanson était tellement évidente que pendant un temps je n'avais pas envie de la mettre. Et puis j'ai croisé un pull en laine qui m'a convaincu, non seulement de la garder, mais en plus de choisir la version longue. C'est doux c'est neuf ? … [45t "Last Christmas" - 1984 / album "Music from the edge of heaven" - 1986]

05 Marie Myriam : Les visiteurs de Noël (01:02:37). Indissociable de l'Eurovision '77 et de l'Île aux Enfants, l'amie de Casimir est aussi la voix du deuxième générique des Visiteurs de Noël (1975-1982, les 3 dernières années avec ce générique), toujours avec la patte inimitable de Roger Pouly & Christophe Izard.  [album "Marie Myriam sur l'île aux enfants" - 1980]

06 Barbie : Christmas with Barbie (reprise) (01:04:41). Comme si la version Star Wars ne suffisait pas, Barbie est aussi de la partie. Ca sonne très très années 70 mais étonnamment ça se laisse presque écouter. Qui a dit que les blondes savaient pas chanter ? [album "Barbie Christmas album" - 1981]

07 Serge : La fille du Père Noël (01:07:22). Une improbable reprise de Dutronc, vocodée par un Serge au sujet duquel je n'ai trouvé … aucune information... D'après la pochette le 45 tours nous vient de Belgique. Perdu de recherche ? [45t "La fille du Père Noël" - 1980]

08 Elton John : Cold as Christmas (01:10:00). Noël n'est ici qu'un prétexte mais elle est bien jolie cette chanson, allez hop je garde. [album "Too low for zero" - 1983]

09 Guy Buffet : Super Souris super Noël (01:14:11). Je ne sais pas quoi dire sur ce titre... On a tous dans l'c½ur un Laurent Voulzy qui aurait pris son poids en hélium. Enfin si après ça vous n'avez pas compris d'où viennent les cadeaux de Noël, c'est que vous êtes probablement encore à jeun. [album "Super Souris et ses amis" - 1980 / compilation "Tele 80 Super Souris" - 2012]

10 Ryuichi Sakamoto : Merry Christmas Mr. Lawrence (01:17:48). Certes le lien avec Noël est assez  tiré par les cheveux, mais je ne pouvais passer à côté de cette BO, une des plus marquantes de la décennie. [bande originale "Merry Christmas Mr. Lawrence" ("Furyo" en vf) - 1983]

11 Karen Cheryl : On s'prépare pour Noël (01:21:52). Extrait de la BO du film "J'ai rencontré le Père Noël". J'avais vu le film au ciné, je n'ai pas osé le revoir depuis, il semblerait que le son ait vieilli plus avantageusement que les images... [album "Karen Cheryl chante Noël" - 1984]

12 Loreena McKennit : In praise of Christmas (01:23:19). Je l'ai découvert en 1993, elle faisait alors la première partie de Mike Oldfield au Zénith. Elle a chanté quelques chansons de son album "The visit" et j'ai un peu oublié ce qui s'est passé ensuite... Ici elle nous propose une reprise d'un chant traditionnel, idéal pour clore ce programme. [album "To drive the cold winter away" - 1987]

13 Final : The Jackson 5 : We wish you a merry Christmas (01:28:59). Complètement hors période, mais comme final je ne pouvais passer à côté. La plus géniale reprise de ca classique de Noël, on dirait presque qu'il a été composé pour eux ! [album "Jackson 5 Christmas album" - 1970]

Dans le prochain épisode, je retourne aux sources, direction 1980. James Bond will return.

Pochettes_05

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
la mixtape de mister wizz (Musique)

Ce mois-ci le programme n'abordera pas une année spécifique. J'ai décidé de couper les cheveux en quatre et d'explorer les eighties à la recherche de la coiffure ultime. Seront passées au banc d'essai une sélection de chanteuses dont les exotismes capillaires furent, au moins pendant un temps, une composante essentielle de leur personnage. Alors que tu sois méchée, permanentée, déstructurée, ou même rasée, viens chanter avec nous, tu le vaux bien.

Cassette 04

Face A (...comme airspray)

01 La plus choucroutée : Rachel Sweet : Hairspray. Je suis fan de John Waters, et Hairspray est mon Waters n°1. Divine en choucroute ou Pia Zadora en beatnik repassant ses cheveux, j'adore ^^ Pendant 92 minutes la kératine est à l'honneur sur une BO sixties des plus réjouissante. [bande originale du film "Hairspray" - 1988]

02 La plus carré : Françoise Hardy : Tirez pas sur l'ambulance (03:06). Exit les cheveux longs des années yéyé, Françoise Hardy aborde les eighties avec un nouveau look. Ce disque marque hélas le dernier épisode de ses aventures groovy avec Gabriel Yared  et Michel Jonasz commencées à la fin des années 70. [album "Quelqu'un qui s'en va" - 1982]

03 La plus explosive : Bonnie Tyler : It's a jungle out there (06:37). La cassette avait naturellement été achetée pour "Total eclipse..." mais finalement c'est ce titre qui tournait en boucle. Pour moi une de ses meilleures chansons. [album "Faster than the speed of night" - 1983]

04 La plus sculptée : Desireless : John (11:13). Une des coiffures les plus emblématiques des années 80. La production d'époque a un peu massacré des chansons qui auraient mérité moins de synthés et plus de délicatesse. A ce jeu John s'en sort mieux que Voyage Voyage.  [album "François" - 1989]

05 La plus multicolore : Cyndi Lauper : Like a cat (15:06). Elle a prouvé qu'on pouvait faire à peu près n'importe quoi avec ses cheveux et en plus trouver le temps d'enregistrer des albums impeccables. Sa trilogie eighties est juste indispensable. [album "A night to remember" - 1989]

06 La plus tondue : Brigitte Fontaine : Baby boom boom (18:26). J'avoue, le look sabot à 5 millimètres date plutôt des années 90, mais Miss Brigitte fut peu active dans les années 80. En prime elle a banni de sa discographie cet album qui n'est plus disponible qu'au Japon. Bizarre, c'est mon préféré... [album "Les églantines sont peut-être formidables" - 1980]

07 La plus afro … au scalpel : Grace Jones : Private life (21:37). Une chanson envoûtante, une production grande classe, l'icône des eighties au top. What else ? [album "Warm leatherette"  1980]

08 La plus décolorée : Charlotte : Jem (27:06). Série diffusée dans Vitamine, conçue pour être un support publicitaire destiné à faire vendre les poupées à l'effigie des héroïnes. La thématique musicale était en soi une originalité suffisante pour justifier le visionnage. Les coiffures … bon c'était l'époque... [45 tours "Jem" - 1987]

09 La plus rasée : Sinead O'Connor : Mandinka (29:51). Un look "trademark" mais surtout une personnalité et un style musical unique. A croire qu'il n'y a pas d'irlandais fade :) [album "The lion and the cobra" - 1987]

10 La plus déstructurée : Jeanne Mas : Femme d'aujourd'hui (33:23). Souvent réduite à ses cheveux, on oublie qu'elle a aussi de très bonnes chansons, de surcroit moins marquées que d'autres par le son plastico-bontempi qui ravageait bon nombre d'albums ces années là. [album "Femmes d'aujourd'hui" - 1986]

11 La plus féline : Tina Turner : What's love got to do with it (36:44). Le grand comeback de la lionne après les années sombres et les vaches maigres. Son album est un classique de la décennie. [album "Private dancer" - 1984]

12 La plus vichy. Les Calamités : Vélomoteur (version longue) (40:21). Je fais ici référence à la pochette du single. Allure sage, chemises vichy, cheveux dans le vent juste comme il faut, un écrin rétro croqué par Pierre et Gilles. Côté musique, prod & arrangements Daniel Chenevez, mixage Dominique Blanc-Francard. La chanson est géniale, et est restée 16 semaines au Top 50. La reformation (le groupe, créé en 84 s'était séparé l'année suivante) n'aura durée que le temps d'un 45 tours... quel dommage... [single "Vélomoteur" - 1987]

FACE B (...comme bigoudi)

01 La plus Kilimandjaro : Catherine Lara : La rockeuse de diamants (45:00). Le casque argenté le plus connu de la chanson française. Je ne connais pas vraiment sa discographie, mais cette chanson est vraiment terrible. [album "La rockeuse de diamants" - 1983]

02 La plus flamboyante : Jessica Rabbit (Amy Irving) : Why don't you do right ? (48:52). La plus belle rousse de la décennie a été dessinée pour Robert Zemeckis. Elle reprend dans sa scène mythique un standard composé en 1936 et chanté pour la première fois en 41. Picoti, picota... [bande originale du film "Who framed Roger Rabbit?" - 1988]

03 La plus garçonne : Marie Dauphin : Y'a des papous (51:53). Pensionnaire de Récré A2, interprète des génériques de Clémentine, Bibifoc, Lady Oscar, et puis cette chanson, marrante comme tout. [45 tours "Y'a des papous" - 1987 / compilation "Télé 80 – Marie Dauphin" - 2013]

04 La plus protéiforme : Madonna : Into the groove (extended) (54:54). A part la boule à zéro elle aura expérimenté à peu près toutes les coiffures précitées et bien d'autres. Et puis le thème de "Recherche Susan..." en version longue, ça se refuse pas ^^ [originale sur single "Into the groove" - 1985 / album "You can dance" - 1987]

05 La plus en brosse (et en couleurs) : Eurythmics : Tous les garçons et les filles (01:01:33). Ah comme on aime le délicieux accent des chanteuses d'outre Manche quand elles s'essayent à la langue de Molière... Surtout que ce n'est pas tous les jours. Merci Annie! [45 tours "Tous les garçons et les filles" - 1985 / album "Be yourself tonight ~ special edition" - 2005]

06 La plus pléthorique : Sylvie Vartan : I don't want the night to end (01:04:57). Autant niveau explosion capillaire Sylvie était incontournable, autant ses chansons en français... je suis pas super fan. Alors j'ai triché en piochant dans son excellent album américain de 79, un peu de disco ne fait jamais de mal. [album "I don't want the night to end" - 1979]

07 La plus cornette : Soeur Sourire : Dominique '82 (01:11:01). Bon j'abuse encore un peu, la nonne chantante ayant quitté les ordres en … 1966, mais le temps passe et le souvenir reste. En 82 elle redonne une seconde jeunesse à son tube de 64 et Dominique découvre enfin le dancefloor. [45 tours "Dominique" - 1982 / album "S½ur Sourire, l'intégrale" - 2009]

08 La plus laquée : Sandra : Around my heart (01:14:06). Encore une figure culte des années 80. La petite allemande au brushing impeccable a enchaîné les succès pendant quelques années. L'album est un de mes plus vieux CD, et, même un peu daté, je trouve qu'il marche encore pas mal. [album "Into a secret land" - 1988]

09 La plus normale : Clarabelle Cockenpotz : L'idole des jeunes (01:17:18). Comme l'exception confirme à coup sûr la règle, il n'y a dans cette sélection aucun scalp exotique, aucune touffe des mers du sud. Juste le plaisir d'inclure une reprise rigolote interprétée par la chanteuse d'un de mes groupes fétiche. [inédit de 1981 ou 1982 / album "Odeurs - L'intégrale saison 1 : 1979 – 1983" - 2007]

10 La plus gothique : Lene Lovich : New toy (01:20:54). Une représentante de ce que la scène post-punk a produit de plus délicieux. Sa (hélas) courte discographie est source de 1000 et un plaisirs subversifs. [EP "New toy" - 1981 / en cd sur tous les best of]

11 La plus blonde : Jakie Quartz : Mise au point (01:23:58). Elle a avancé dans les eighties en gagnant une teinte de blond supplémentaire chaque année. J'étais fan de cette chanson à l'époque, et rétrospectivement je trouve que c'est un des succès français qui a le mieux vieilli. [album "Jakie Quartz" - 1983 / compilation "Référence 80" - 2012]

12 La plus ridicule : Bill Conti : Theme from Dynasty (01:28:26). La série dont le budget coiffure dépassait le cachet de certaines actrices. Je n'ai vu qu'un seul épisode. Par chance c'est celui où les 2 héroïnes (?!) se battaient dans une piscine à coups de sacs à main. [45 tours "Theme from Dynasty" - 1982 / compilation "Génération TV" - 1998]

Dans le prochain épisode, je vais faire un tour en Finlande. James

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
la mixtape de mister wizz (Musique)

Le 26 avril à 1h23, Pripyat, riante bourgade ukrainienne, devint le centre du monde le temps d'un accident qui résume désormais l'année 1986. La guerre froide avait connu un pic au début des années 80, la menace rouge était encore vivace. Les méchants communistes refaisaient leur apparition dans les James Bond, et Sting avait sorti sa chanson "Russians" en 85. L'espoir suscité par l'arrivée de Gorbatchev à la tête du PC russe n'avait pas éteint toutes les craintes. On s'attendait encore à tout. A tout mais pas à ça. Désormais le fond de l'air aurait un arrière goût de césium. Heureusement notre ami l'anticyclone des Açores a retenu le fameux nuage radioactif avec ses petits bras musclés protégeant nos poumons de chanceux français. Un genre d'Astérix météorologique en somme. Nous pouvions vivre dans l'allégresse et profiter pleinement de la première cohabitation et des premiers programmes hautement culturels de la Cinq.

Cassette 03

Face A (Le futur dans ta face)

01 Kraftwerk : Boing boom tschak. 11 ans après le prophétique "Radio-activity", la radio activité est vraiment "in the air for you and me". Ils publient cette année leur deuxième album de la décade, un album un peu moins précurseur que les précédents mais à la patte toujours  géniale. A la manière de Jarre 2 ans plus tôt ils manipulent les voix, mais celles de nos allemands sont synthétiques et déshumanisées. La machine a pris le contrôle. Intro idéale donc. [album "Electric cafe", rebaptisé depuis "Techno pop"]

02 The Art Of Noise : Paranoimia (album version) (02:32). Co-créé et produit par Trevor Horn 3 ans plus tôt et abandonné à son sort entre temps, Art Of Noise habille désormais ses expérimentations d'une production un poil plus mainstream, mais juste un poil. Le travail du sample et des bruits en tous genres reste la base conceptuelle du groupe. Pour la version single de ce morceau le groupe avait invité Max Headroom, présentateur virtuel sur la BBC. Je me demande d'ailleurs si il n'a pas inspiré les vidéos de Reagan et Khomeini au café 80 dans Retour vers le futur II. J'écoutais la cassette au collège pendant les cours de maths... [album "In visible silence"]

03 Queen : A kind of magic (07:09). Classique de l'année composée pour le film "Highlander". Je n'ai toujours pas vu le film mais j'adore la chanson. (album "A kind of magic")

04 Charlotte & Serge Gainsbourg : Plus doux avec moi (11:34). Un petit break de douceur relative avec ce titre tiré du premier album de Charlotte Gainsbourg. Pour être la moins tendancieuse des chansons en duo avec son père, la tendresse reste à double tranchant, mais sur une mélodie sublime, avec ch½urs et sax ad-hoc. Le final s'étire délicieusement, je m'en reprendrais bien quelques mesures... [album "Charlotte for ever"]

05 The Alan Parsons Project : Urbania (16:31). Le groupe créé par l'ingénieur du son d'Abbey Road (et en particulier pour "Atom heart mother" et "Dark side of the moon" des Pink Floyd) est en perte de vitesse. Il sort cette année-là un album au son assez froid, tranchant avec les productions plus luxuriantes des années 70. Bizarrement c'est un de mes disques préférés du groupe. Le titre choisi ici évoque une mégalopole sans fin, sans âme, et sans fuite possible. L'avenir? [album "Stereotomy"]

06 Ludwig Von 88 : HLM (21:13). Avant le rock alternatif il y a eu le punk français. Loin de se contenter de faire du bruit les Ludwig jouent avec verve la carte de la dérision et du second degré pour passer leur message. Résultat des courses, leur musique est toujours diablement d'actualité. Vas y Louison! [album "Houla la!"]

07 Europe : The final countdown (23:20). Il y a parfois des éclairs de génie. Europe signe avec ce titre un des riffs les plus imparables qui soient, à en détrôner "Eye of the tiger" comme intro de tous les matches de boxe de la fin de la décennie (et au-delà). Et tellement d'actualité en cette année atomique... [album "The final countdown"]

08 Daniel Balavoine : Ne parle pas de malheur (27:11). Nous nous étions levés de bonne heure en ce 1er janvier 86 pour assister au départ du Paris Dakar sur l'esplanade du Château de Versailles. Sur la route, dans l'autoradio tournaient en alternance le dernier Berger et le dernier Balavoine. Insouciance, l'année commençait bien... [album "Sauver l'amour"]

09 Alice Cooper : He's back (The man behind the mask) (31:25). Après quelques zigzags artistiques aux succès divers (mais toujours intéressants pour qui ne tolère pas le Grand Alice qu'en décapiteur de poules) et quelques années de silence, le Monsieur tente de se refaire un pucelage rock FM chez MCA. Pour fignoler le comeback il case quelques chansons sur la B.O de "Vendredi 13 chapitre 6", dont le titre choisi ici. Alice est toujours le roi du cauchemar. [album "Constrictor"]

10 Mini-Star : Les mondes engloutis (34:55). Pas de mixtape sans un ou deux Vladimir Cosma, et que ça saute ! Pas revu la série mais, en dehors du graphisme dont je ne suis pas fan, j'en garde un excellent souvenir. Dans la catégorie enfants chanteurs les Mini-Star se défendent bien et la chanson reste très écoutable et à peine datée. [compilation "Télé 80 mini-Star" ou BO "Les mondes engloutis"]

11 Peter Gabriel : Big time (38:18). Annoncé en 4x3 sur les murs de la capitale, le nouveau Peter Gabriel s'annonçait énorme. Avec en prime la suite de clips exceptionnels qui l'accompagnaient ce fut au-delà de l'énorme. Avec cette chanson il résume en 4 minutes 29 pourquoi on en est arrivé là. Décroissant avant l'heure. Tu le sens le "bulge in my big big big big..." ? [album "So..."]

12 Eric Serra : The parade of the pink EPROMS (42:40). On associe Eric Serra à la musique de Subway et surtout du Grand Bleu, mais dans la série des collaborations Serra-Besson (il est ici co-scénariste et co-producteur) "Kamikaze" fait injustement figure de grand oublié. Pourtant l'idée est assurément originale, et Galabru, en savant fou misanthrope, est génial. La B.O, bien qu'un peu datée, colle bien au sujet et mérite plus qu'une écoute rapide. [à priori réédité cette année]

FACE B (Derrière la ligne Maginot)

01 Marshall Titus : I'm walking away (45:00). Deuxième Cosma du mois. On a du mal à imaginer que cette chanson accompagne le film le plus flippant de l'année. En prime un des meilleurs rôles de Dominique Lavanant. La BO est globalement excellente, le fait qu'elle n'ait à ce jour pas été rééditée reste un grand mystère pour moi... [Bande originale du film "Mort un dimanche de pluie"]

02 Electric Light Orchestra : So serious (49:02). Cet album sonne comme le chant du cygne pour ELO. On lui reprochera en particulier d'abandonner les violons, pourtant marque de fabrique du groupe, pour les synthétiseurs. Malgré une sonorité un peu moins chaude que ses prédécesseurs, le disque contient de très bonnes chansons, dont celle choisie ici. [album "Balance of power"]

03 Sttellla : Non! Non! Jean-François (51:37). Comme disait Le Luron les plus grands chanteurs français sont belges. Et ces belges-là sont les dignes héritiers de Boby Lapointe avec 36 jeux de mots à la seconde en vitesse de pointe. Un des groupes les plus réjouissants des années 80, et 90, et pis même 2000. Jean-Luc je t'aime !!! [album "Fuite au prochain lavabo"]

04 Isabelle Antena : Easy street (54:08). Chanson en anglais d'une chanteuse française publiée sur le label belge "Les Disques Du Crépuscule" et que j'ai découvert sur une compilation japonaise, vous me suivez ? Si nos amis nippons sont fans, ici on est complètement passé à côté....pourquoi ?? Pas d'hésitation, réhabilitation. [album "En cavale"]

05 Paul Simon : You can call me Al (58:40). Alors que la "world music" supplante la "sono mondiale" du début des années 80 avec les mêmes recettes mais plus de succès, Paul Simon découvre l'Afrique du Sud, se jette dans sa musique, et sort son meilleur album. Le nom de la chanson vient d'une rencontre avec Pierre Boulez en 1970, qui l'aurait par erreur appelé "Al" et sa femme "Betty". [album "Graceland"]

06 Niagara : L'amour à la plage (01:03:02). Une petite note rétro sur des sons actuels, la recette du premier album de Niagara est imparable. Synthés + patchouli = succès de l'année. En prime l'album a plutôt bien vieilli, ce qui est plutôt rare pour les productions françaises de l'époque. [album "Encore un dernier baiser"]

07 George Benson : Kisses in the moonlight (01:06:04). Après avoir allumé la piste avec "Give me the night" en 1980, George Benson assure aussi le quart d'heure américain avec cette chanson à écouter sur fond de coucher de soleil avec une coupe de Bollinger frappé, et comme il se doit en charmante compagnie. [album "While the city sleeps..."]

08 Bernard Lavilliers : Extérieur nuit (01:10:24). Le stéphanois sait retirer ses gants de boxe et se faire crooner. Ses nuits ne sont pas de satin blanc mais on s'y égare volontiers. Le dialogue guitare – cuivres du refrain est absolument génial. [album "Voleur de feu"]

09 Al Jarreau : L is for lover (01:15:05). Quand une des plus délicieuses voix du jazz s'aventure sans fausses notes sur un terrain plus pop qu'à son habitude, on obtient un des bonbons musicaux les plus sympathiques de l'année. Nougaro lui tressera des louanges l'année suivante sur "Nougayork". [album "L is for lover"]

10 Caroline Loeb : C'est la ouate (01:20:22). Protégés par nos frontières et l'anticyclone des Açores nous nous sommes tous roulés dans la ouate de bonheur. Caroline Loeb et sa gouaille toute parigote a fait le reste. On chavire dans l'hédonisme, le vrai, c'est quand même autre chose que Tapie en lycra à Gym tonic. Et si c'était la meilleure chanson de la décennie ? [album "Loeb C.D"]

11 A-Ha : Maybe maybe (01:23:45). Un deuxième album plus sombre que le premier mais tout aussi réussi. Et en presque fin de course ce titre sautillant qui me met la pêche depuis … bah depuis 86 quoi ^^ [album "Scoundrel days"]

12 Bill Baxter & Tippa Irie : Bienvenue à Paris (01:26:17). Venez flairer notre air pur et déambuler sur nos trottoirs immaculés, thanks to the motocrottes. La chanson n'a, à ma connaissance, pas été financée par Jacques Chirac, mais reste un grand moment de bonne humeur, à l'image des, hélas, trop peu nombreux titres de Bill Baxter. [compilation "100 tubes 80 introuvables"]

Dans le prochain épisode, je vais faire un tour chez le coiffeur. James Bond will return.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
la mixtape de mister wizz (Musique)

Bonjour et bienvenue en 1984, 35 ans après la prophétie Orwellienne. On ne le sait pas encore mais, tel l'Alsacienne, François Mitterrand a déjà déployé ses grandes oreilles pour mieux écouter... Plein de monde. Vu du français moyen, Big Brother s'apparente encore à une chimère hollywoodienne. Non, l'inquiétude, la vraie, elle vient de la crise. La crise ? Mais quelle crise ? Pour rassurer le bon peuple effrayé, le professeur Yves Montant va se livrer en février sur Antenne 2 à une entreprise didactique destinée à éclairer les masses sur les joies du libéralisme. Elle illustrera surtout le renoncement absolu en prime time et la mort d'un rêve que d'aucuns avaient cru entamer en mai 81. La crise ? La crise de foi sûrement. La crise de rire (jaune) surtout. Alors rions ensemble de la troisième dévaluation du Franc et de l'arrivée du plus jeune Premier Ministre de France, en 1984, finalement, on savait encore se poiler.

Cassette 02

Face A

     01 Van Halen : 1984. Le disque qu'on a même quand on aime pas le hard ^^ Ce court instrumental est à la fois l'intro de l'album et du titre "Jump", un des énormes cartons de l'année. On redécouvre pour l'occasion que le synthé n'est pas qu'un instrument planant. [album "1984"]

     02 Eurythmics : Sexcrime (Nineteen eighty-four) (01:06). Bande son du film "1984" de 1984 (on n'en sort pas) et depuis viré du director's cut. Ce n'est forcément plus mal, le film est tellement sombre que ce titre en deviendrait festif. [album "1984 (For the love of Big Brother)"]

     03 Josiane Balasko : Le dernier twist (04:52). Un peu de légèreté nostalgique tiré de la B.O du film "La smala". La musique est de Michel Goguelat, qui signe la même année la B.O du "Vol du Sphinx" que je ne manquerai pas d'ajouter dans un prochain programme. Josy qui twiste, ça le fait bien je trouve! [B.O enfin rééditée en CD en 2014]

     04 Gary Portnoy : Every time I turn around (07:57). Le générique de "Punky Brewster", ma série favorite à l'époque, presque ex-aequo avec "Ricky ou la belle vie" qui bénéficiait aussi d'un générique terrible. Une chanson à l'image de la série, positive et joyeuse. [en digital depuis le site de l'artiste www.garyportnoy.com]

     05 Frankie Goes To Hollywood : Relax (New York mix) (11:04). Un autre incontournable de l'année dont le succès tient autant à son contenu explicite, qu'à son boycott sur la BBC, et qu'à la production de Trevor Horn (ex Buggles, ex Yes, et patron/producteur du label). Des divers mixes disponibles (certains dépassent le quart d'heure), le "New York mix", légèrement raccourci ici, est de loin mon préféré. [maxi "Relax" / album "Welcome to the pleasuredome"]

     06 Lio & Jacky : Tétéou (17:00). Avant de servir de faire valoir dans un Club Dorothée en plein trip LSD, remember le Jacky attaché de presse de Gainsbourg, le Jacky de Chorus, des Enfants du Rock et de Platine 45. Et le Jacky de Tétéou avec ma grande copine Lio. Lio qui, dès ses premiers titres, cultive le double sens et le second degré, s'en donne à c½ur joie sur cette chanson co-écrite et produite par son compagnon de l'époque, un certain Alain Chamfort. [sur la compilation "Référence 80" ou la réédition de l'album "Amour toujours" chez ZE Records]

     07 Michel Berger : Conférence de presse (20:53). Le générique de fin du film "Rive droite, rive gauche". Philippe Labro en état de grâce, le film est dans mon top de la décennie. Berger, c'est mon numéro 1, il signe ici sa (seulement) troisième et (déjà) dernière B.O. Ce thème sur les magnifiques vues aériennes de Paris, je ne m'en lasse pas. [musique sur le vinyle d'époque ou une des 2 intégrales CD]

     08 Break Machine : Street dance (album version) (23:58). Sorti en 83 mais illustration parfaite de la fièvre du break dance et de l'émission culte H.I.P H.O.P de Sidney, grande première française et, semble-t-il, mondiale. A noter que les chansons du groupe sont co-écrites et produites par Can't Stop Productions, alias la team française Morali-Belolo, à qui on doit Ritchie Family et surtout les Village People! [en numérique sur les plateformes habituelles]

     09 Julien Clerc : Amour consolation (28:34). Séparé temporairement d'Etienne Roda-Gil, Julien Clerc s'offre des aventures textuelles diverses, dont celle-ci avec Maître Gainsbourg. Bon camarade, il lui pond un texte pas franchement subversif, mais accrocheur et en phase avec le nouveau style du chanteur. Un morceau bonne humeur. [album "Aime moi"]

     10 Laura Branigan : The lucky one (album version) (31:51). J'ai eu le 45 tours pour mon anniversaire, mais je me demande si ce n'est pas pour mon birthday 85 après avoir vu le clip au Top 50... Moins connu que sa reprise de "Self control", je préfère quand même de loin ce titre. [album "Self control"]

     11 Les Coco Girls : Ce mec est too much (35:59). Encore un 45 tours réclamé à corps et à cri pour mon anniversaire. Si les émissions de Collaro m'amusent moins qu'à l'époque, les chansons de Coco Girls me redonnent toujours le sourire. Elles n'ont jamais eu la prétention de faire de la chanson à texte, le contrat est tenu. [compilation "Référence 80"]

     12 Joe Jackson & Elaine Caswell : Happy ending (38:51). Joe Jackson c'est mon idole. Ce mec est tellement doué qu'il a déjà écrit 2 symphonies. Après le succès en 82 de l'album "Night & day", il prolonge la même recette en 84 avant de changer une nouvelle fois de style. J'adore cette chanson. [album "Body & soul"]

     13 Anne Lorric : Vitamine (42:23). Le générique de l'émission qui donne bonne mine et qui nous a amené Punky Brewster, Ricky ou la belle vie, et j'en passe... Pour en savoir plus sur Anne Lorric, l'excellente émission "Et le bide dans tout ça" qui lui a consacré un numéro: http://www.bide-et-musique.com/song/9509.html

FACE B

     01 Limahl : Never ending story (version bilingue) (45:00). 1984 est riche en films cultes, impossible de faire l'impasse sur "L'histoire sans fin". La musique est composée par Giorgio Moroder (pour la chanson titre en particulier) et Klaus Doldinger (fondateur du groupe Passport, et créateur ici, entre autres, du morceau "Happy flight", mon thème préféré du film). Le merveilleux générique est chanté par Limahl (ex Kajagoogoo) et présent en version originale et française sur le 45 tours. Ne pouvant faire un choix, j'ai monté un mélange des 2 versions. [toutes les 2 disponibles sur la réédition 2 CD de l'album "Don't suppose" de Limahl, chez Cherry Red]

     02 Jean-Michel Jarre : Zoolook (48:33). Figure emblématique des eighties, JMJ, à peine remis de ses concerts en Chine, nous livre en 84 un album génial et déroutant. Probablement celui dans lequel on sent le plus l'influence du GRM qu'il avait intégré à la fin des années 60, ce disque est une étude sur la voix, ou plutôt les voix, qu'il a enregistré aux 4 coins de la planète, et qu'il restitue au travers d'un échantillonneur Fairlight. Zoolook, le titre, qui ouvre la face B du vinyle, est un de mes grands classiques. [album "Zoolook"]

     03 Les Mickey : Nous les Mickey (52:28). Première adaptation française du Mickey Mouse Club par Christophe Izard, l'émission "Salut les Mickey" sera diffusée de fin 83 à fin 84. Elle reste associée pour moi aux vacances d'été 84. Un album de chansons de l'émission était sorti à l'époque, avec la participation de Jane Birkin, Richard Gotainer et Michel Jonasz. "Nous les Mickey" est une des chansons de l'équipe des "Mickey" qui animaient l'émission. [45 ou 33 tours "Salut les Mickey"]

     04 Talk Talk : Such a shame (56:36). Encore un carton de l'année. La production passe, la mélodie reste, je trouve que Talk Talk est un des groupes qui a le mieux vieilli, la qualité des compositions y est sans doute pour quelque chose. [album "It's my life"]

     05 Serge Gainsbourg : Hmm hmm hmm (01:01:26). Gainsbarre délaisse ses potos rastas et prend le virage eighties comme on sniffe un rail de coke. Habillé d'une des plus sublimes pochettes jamais réalisées (Victoires de la musique 85: meilleure pochette + meilleur album), le disque est un grand coup de pelle dans la tronche, musicalement, et surtout pour les textes et la mise en scène des chansons, qui feraient passer Donna Summer et ses love to love you pour une inoffensive nonette. Afin de préserver les oreilles chastes j'ai choisi la seule chanson à peu près tous publics :D [album "Love on the beat"]

     06 Harold Faltermeyer : Axel F. (01:04:17). Avant d'être massacré par ce truc qu'on appelait Crazy Frog ("The annoying thing" en VO, plus honnête), ce titre génial est le gimmick du film "Le flic de Beverly Hills". On a rarement composé de thème plus adapté au personnage, il peut presque être utilisé sur n'importe quel Eddie Murphy en restant pertinent. [B.O "Beverly Hills COP"]

     07 Murray Head : One night in Bangkok (01:07:15). Séparés de leurs moitiés, Björn et Benny, alias le "BB" de "ABBA", s'associent à Tim Rice pour créer une comédie musicale sur le monde des échecs. Deux titres sortent vite du lot, "I know him so well", bientôt repris par Whitney Houston, et "One night in Bangkok" qui deviendra un hit mondial. La patte des suédois est restée intacte. [album "Chess"]

     08 Les Charlots : Toot toot première fois (01:10:25). Jamais avares de plaisanteries les Charlots se payent une série de parodies de tubes, la plupart de 84, sorties bizarrement 2 ans plus tard. Je garde Jeanne Mas pour plus tard et je choisis donc la version drôle :) J'avais du les entendre à l'époque chez Collaro. Le refrain est terrible ^^ [45 tours "Toot toot première fois" / 33 tours "Parod'hit parade"]

     09 Paul McCartney : No more lonely nights (ballad version) (01:14:46). En 1984 Macca ressuscite un genre qu'on croyait disparu, et pour cause, le film de Beatles. A l'image de ses illustres prédécesseurs, "Give my regards to Broad Street" se caractérise par un scénario sans intérêt et des séquences musicales d'anthologie. Indispensable pour les amoureux des scarabées, incompréhensible pour les autres. La chanson ouvre et clôt le film ainsi que la B.O dans 2 versions différentes. J'ai choisi la version d'ouverture. [dernière réédition en date en 93, avec bonus]

     10 Petula Clark : Mister Orwell (01:19:13). A l'origine je souhaitais mettre la face A, la chanson "Glamoureuse" qui m'éclatait à l'époque. Mais ça c'était avant que je retourne le disque... la face B s'est imposée d'elle-même, on est pile dans la thématique. Petula c'est toi la meilleure ^^ [quasi introuvable hors 45 tours d'époque]

     11 Alan Silvestri : The sailboat / End titles (01:22:57). J'ai mis beaucoup de B.O sur ce programme, et je persiste encore ici. Le film "A la poursuite du diamant vert" se paye un final génialissime de Monsieur Silvestri. J'avais enregistré la séquence sur cassette audio :) En prime ça fait joli générique de fin pour ce programme. [édition CD ultra limitée sortie en 2002, à priori introuvable depuis]

Dans le prochain épisode, je pars en vacances en 1986, à l'ombre du réacteur 4. James Bond will return.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
la mixtape de mister wizz (Musique)

Bonjour et bienvenue dans ce voyage musical à travers les années 80. Pour ce premier épisode je me suis concentré sur 2 années chères à mon c½ur, 1981 et 1982. A cette époque, on pensait changer la vie, les radios avaient été libérées, Giscard s'imaginait toujours un avenir, et Félix Potin n'était pas encore devenu un lointain souvenir nostalgique. Vous noterez que j'ai très légèrement empiété sur 1980 mais rassurez-vous, c'est pour la bonne cause. 

 

Cassette 01

Cliquez sur l'image pour lancer la playlist
 

 

Face A

  1.  Earth, Wind & Fire : Let's groove (instrumental). Madeleine ultime, il s'agit de mon tout premier 45tours acheté avec mon argent de poche, au Prisunic de Vincennes. Pour le fun j'ai choisi la version instrumentale, à l'époque face B du single. Le groupe est tellement au top que même sans les paroles le titre marche tout seul. L'original est disponible sur l'album "Raise!", l'instrumental sur quelques rééditions ainsi que sur l'excellent coffret "The Columbia masters".
  2.  Elli & Jacno : L'âge atomique (04:11). Jacno, ce n'est pas que la musique de la pub Nesquick et "Amoureux solitaires" de Lio. Après l'expérience punk des Stinky Toys (Seventies le podcast ? ^^) parait en 1980 le premier album d'Elli & Jacno "Tout va sauter" (réédité en 2010 avec 2 bonus). A l'époque, cette sonorité caractéristique, légère et sautillante, j'en avais une énoooorme envie. Maintenant que je comprends les paroles, c'est encore mieux! On n'a jamais chanté la fin du monde avec une telle joie de vivre.
  3.  Tom Tom Club : Wordy rappinghood (single version) (07:58). Groupe issu de Talking Heads, Tom Tom Club débarque en 1981 avec un premier album (éponyme, et réédité en version deluxe avec en bonus le 2è album), présentant une musique festive, joyeuse et légèrement barrée à l'image de ce premier single.  J'étais fan dès la première écoute.
  4.  Neptune : Thème de E.T (11:34). De retour du cinéma, encore tout émerveillé par mon premier Spielberg, j'avais eu droit à deux bonus. D'une part le 45tours "officiel" de la B.O, et cette reprise étonnante d'autre part. C'est ce deuxième 45tours que j'écoutais le plus. Ce côté E.T goes disco... trop fort! Quant au groupe Neptune, il semble qu'il n'ait produit que ce single (et sa version maxi) sous ce nom.
  5.  Renaud : Le Père Noël noir (15:11). Ma rencontre avec Renaud s'est faite sur ce titre, couplé à "J'ai raté télé foot" qui a donc logiquement été aussi en compétition pour cette playlist (les 2 titres sont par ailleurs disponibles sur l'album "Le retour de Gérard Lambert" de 1981). J'ai opté pour la plus drôle. Que dire de plus, cette chanson est parfaite.
  6.  Vladimir Cosma : Monsieur Prescovic (18:48). Un Père Noël chasse l'autre, ce morceau était la suite logique! Bizarrement le titre illustre la scène où Félix se débat avec sa camisole, sauf erreur dans les noms de plages du CD... Perso mon passage préféré de la BO, un genre de parodie de "Fade to gray" qui me fait toujours autant rire.
  7.  Kim Wilde : Cambodia / Cambodia reprise (19:51). Une des voix incontournables des eighties, il n'y a pas que Voulzy qui s'ennuyait sans Kim Wilde :) Inusable tube de 1981, présenté ici dans sa version complète, les 2 parties étaient juste un poil moins enchaînées sur l'album ("Select", sorti en 1982).
  8.  Bob Brault : Les sous-doués (26:44). Pour Monsieur Gaëtan, 10 minutes de gymnastique! Certaines sources créditent Daniel Auteuil au chant, je suis dubitatif. Bob Brault fut pour info le bassiste de Martin Circus. Le 45tours est une rareté  (sorti en 1980 comme le film) et la chanson est présentée dans un découpage maison qui incorpore la version instrumentale présente en face B.
  9.  Rettore : Kamikaze rock'n'roll suicide (30:44). D'après wikipédia, Donatella Rettore fut, de 1979 à 1984 la seconde chanteuse la plus populaire d'Italie. C'est la seule chanson dont je me souvienne (sortie en 1982 avec l'album du même nom) mais cette new wave à la sauce italienne m'avait marqué et tournait régulièrement sur mon petit magnéto ^^
  10.  Stephen Bishop : Tootsie (34:20). Un de mes films préférés de la décennie. La musique est de Dave Grusin, prolifique compositeur de jazz et musiques de films, co-créateur de l'excellent label GRP records, et plus près d'Eighties le podcast, créateur du thème des Goonies. L'album de la B.O est sorti en 1982 et réédité en 2010 avec moult bonus.
  11. Robert Charlebois : J'taime comme un fou (38:16). Encore une chanson légère comme j'aimais (et j'aime toujours) écouter. Sortie en 1982 sur l'album "Robert Charlebois" (ça s'invente pas) elle est à la fois caractéristique du son et des arrangements d'époque (fin 70 à début 80 en gros, ma période de prédilection) et typique de cet engouement d'alors pour la transpiration de groupe et le travail du corps. Toutouyoutouuuu...
  12.  Yuji Ohno : 土星-天界のピエロ-  (42:03). Plutôt que de mettre un extrait de la B.O de Capitaine Flam dont je suis toujours fan absolu, j'ai choisi un extrait de son album "Cosmos" de 1981. On est dans le même type d'ambiance disco et ... cosmique, avec une intro El bimbo des plus marrantes.

FACE B

  1. Human League : Don't you want me (Wizz extended) (45:00). Probablement ma préférée de toute la production synth-pop anglaise de l'époque. Je n'ai longtemps connu que la version extended qui est quasiment totalement instrumentale (et déjà terriblement efficace). J'en ai fait un découpage perso en incorporant la version chantée pour plus de plaisir ^^ L'originale est disponible sur l'album "Dare" de 1981.
  2. Rage : Make it last all night (52:48). Titre extrait de la B.O du 13è James Bond officiel "Rien que pour vos yeux" (1981). Mon premier ciné ! Suivi de mon premier MacDo (encore exotique en ce temps là) pour l'anecdote. Le titre illustre la scène où Carole Bouquet montre ses talents à l'arbalète sur fond de piscine un brin décadente et peuplée de jolies bombasses dont une se révèlera être en fait un homme. Mais cela ne nous regarde pas. Après vérification le groupe Rage ne semble exister nulle part ailleurs.
  3. Louis Chedid : Ainsi soit-il (56:12). J'ai toujours adoré Louis Chedid et cette chanson ne fait pas exception. Plutôt que de raconter une histoire il nous fait carrément un film complet. Par-dessus une petite mélodie toute simple et le tour est joué. Encore une qui tournait en boucle :) L'album s'appelle lui aussi "Ainsi soit-il" et est sorti en 1981.
  4. Grace Jones : I've seen that face before (Libertango) (59:16). LE vrai visage des eighties. Après une première carrière musicale sous le signe du disco, Grace Jones entame en 1980 ses années jamaïcaines. En 1981, sur l'album "Nightclubbing" (du titre d'Iggy Pop qu'elle reprend) elle adapte un classique d'Astor Piazzolla qui illustre à merveille le no future noir et poisseux de ce début de décennie. Absolument  fascinant. On retrouve la chanson dans le film "Frantic" de Polanski (1988) où son omniprésence en fait presque un personnage à part entière.
  5. Richard Gotainer : Le mambo du décalco (01:03:50). Si il était impossible de ne pas mettre une chanson de Monsieur Gotainer sur cette première playlist, le plus dur était de choisir. Aller hop, le Mambo! Je l'écoutais peut être un peu plus que de raisonnable quand elle est sortie... Pour ceux qui ne l'auraient pas (impensable mais bon...), l'album est "Chants zazous" (sorti en 1982).
  6. Chris Squire & Alan White : Run with the fox (01:07:21). Une pensée pour Chris Squire qui nous a quitté en juin dernier. Bassiste virtuose, fondateur du groupe Yes, et seul membre constant, il a contribué, avec ses complices, à façonner un son unique qui a marqué les années 70 et au-delà. Dans cette rare escapade hors du groupe il s'était associé à Alan White (batteur de Yes tout de même) pour ce single de Noël 1981 qui change agréablement des habituelles crétineries de saison. Le titre est disponible dans le coffret "Yesyears".
  7. Annie Cordy : Si j'étais le soleil (01:11:20). Annie Cordy c'est ma grand-mère! Bon pas vraiment mais presque. OK c'est notre grand-mère à tous! 63 ans de carrière constellée de succès, de "Fleur de papillon" à "Tata Yoyo" en passant par "La bonne du curé" et j'en passe. Cette chanson de 1982, face B du 45tours "Un âne est toujours un âne" est surtout le générique de la série "Madame S.O.S" dont je ne loupais aucune diffusion. Elle est disponible sur toute bonne compilation d'Annie ou sur l'in-dis-pen-sa-ble coffret "Les années CBS".
  8. Buggles : I am a camera (12'' version) (01:14:10). La chanson a eu deux vies, une première en 1980 chez Yes, qui avait temporairement englobé les 2 Buggles, puis en 1981 sur le deuxième (et déjà dernier) album du duo ("Adventures in modern recording"). Ici j'ai utilisé la version maxi qui, bizarrement, est plus courte... Cherchez l'erreur ...
  9. Michel Polnareff : Où est la Tosca ? (01:17:19).1981, grand retour de notre Polna-tional avec un album qui déchire. J'ai usé le 45tours "Tam tam" sur mon mange disques orange, et quand j'ai découvert l'album ("Bulles" pour ne pas le nommer) j'ai flashé immédiatement sur cette chanson.
  10. Musical Youth : Pass the dutchie (extended version) (01:20:42). Gros carton de 1982, cette chanson est une reprise des Mighty Diamonds, adaptée dans une version un peu édulcorée néanmoins, il n'est plus question ici d'herbe mais de nourriture. Le groupe, composé de très jeunes musiciens (11 à 15 ans) se limitera hélas à deux albums, dont le premier, "The youth of today", contient la version originale. Seules quelques compilations sont encore disponibles en cd aujourd'hui.
  11. Ramon Pipin : Elle voit des nains partout (01:26:49). Chanson du film de 1982, tiré du 45tours. Pas forcément le film le plus fin de la décennie, mais pour moi un des plus drôles, et sans aucun doute l'un des plus burlesques. A noter qu'il est adapté de la pièce éponyme de Philippe Bruneau, écrite en alexandrins, ma chère. Sinon il paraît qu'Albert est basque...

Dans le prochain épisode, je pars à l'assaut de l'année 1984. James Bond will return.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Blog du podcast Eighties le Podcast.

Le podcast des nostalgiques des années 80.

http://www.eightieslepodcast.fr/

Archives