Le Blog de Duke Testem

Par Duke Testem Blog créé le 12/12/11 Mis à jour le 06/01/12 à 14h40

Testeur et co-fondateur du site TimeToTest.net, le jeu vidéo est ma plus grande passion (suivie de très près par la musique). Ici, nous traiterons donc du jeu vidéo et de ses musiques.

Ajouter aux favoris
Signaler
TimeToTest.net
  • Plateforme : Borne d'Arcade / Saturn / Playstation
  • Date de sortie : 1996 (Arcade) 1997 (Saturn), 1998 (Playstation)
  • Editeur : Atlus (Arcade / Saturn), SPS Co. (Playstation)
  • Développeur : Cave (Arcade / Saturn), SPS Co. (Playstation)
  • Multijoueur : 2 joueurs en coopération
  • Genre : Shoot'em up

Derrière ce nom japonais se cache un Shoot'em up typiquement japonais (vous vous attendiez à quoi ?). D'ailleurs, c'est moi ou il n'existe  aucun Shoot'em up américain/européen ? Enfin passons. DoDonPachi n'est pas un Shoot'em up ordinaire comme tant d'autres. En effet, il est un Manic Shooter.

"Qu'est ce que c'est que cette petite bête là ?" 

Tout d'abord, sachez que la série des DonPachi, dont DoDonPachi est le deuxième opus, est le précurseur de ce genre craint par certains et adulé par d'autres. Ce qui fait la particularité des Manic Shooter est le nombre d'assaillants et donc de projectiles susceptibles de vous tuer. Pour vous défendre face à cette armada de feu et d'acier (quel poésie), vous êtes doté d'un arsenal impressionnant capable de détruire tout ce qui apparaît à l'écran et d'une hit-box minuscule. Celle-ci est indispensable pour offrir au joueur le sentiment de pouvoir survivre plus de trente secondes à condition qu'il garde son sang froid et qu'il ait une relative maîtrise de son vaisseau bien entendu.

Malheureusement, cet élément de gameplay est souvent méconnu des joueurs voulant essayer le Shoot'em up provocant ainsi de l'effroi face à la multitude de tirs. Donc, je vous en prie, ne fuyez pas devant les quelques screens présents dans ce test et essayez-le si vous parvenez à le trouver sur Internet. Au pire, il existe plusieurs moyens pas très légal d'y jouer...

"Premier boss. Plus facile que ça en à l'air."

"Un gameplay très complet pour un grand défi."

Maintenant que je vous ai présenté le gameplay de base du Manic Shooter, je vais passez aux caractéristiques de ce DoDonPachi. Trois vaisseaux différents sont disponibles et interchangeable lorsque vous utilisez un crédit :  le rouge (jaune orangé pour le joueur 2) est le plus rapide et possède un tir frontal très puissant. Le vert (violet pour le joueur 2) est doté de "tourelles" qui tirent dans la direction de votre déplacement. Enfin, le bleu (noir pour le joueur 2) est le plus lent et est armé d'un tir large mais faible. Une fois un vaisseau sélectionné, vous devez choisir son mode. Cela permet de booster le tir normal (Shoot mode) ou le laser (Laser mode). Le tir normal varie selon le vaisseau tandis que le laser est un tir surpuissant mais qui ralenti le joueur (il est conseillé lorsque l'on débute de pouvoir toucher tout l'écran). Comme dans la majorité des Shoot'em up, plusieurs types de bombes sont disponibles. L'une octroie aux bombes la capacité de détruire tous les ennemis faibles et les projectiles adverses tandis que l'autre augmente la puissance du tir laser. Différents items sont apparaîtront pour améliorer votre armement ou récupérer des bombes. Ainsi, vous êtes lourdement armé pour faire face à cet enfer d'explosion et de lumière. De plus, le jeu est jouable à deux joueurs pour une aide plus que bienvenue.

"Trop facile."

A l'instar de la quasi-totalité des Shoot'em up (et ce qui fait leur force), DoDonPachi a une immense rejouabilité paradoxalement à son petit nombre de niveaux. En effet, ces derniers ne sont que sept dont un caché. Pour débloquer ce dernier stage, il vous faut jouer comme un dieu : ne pas perdre plus de deux vies, avoir plus de 50 millions de points, réaliser une chaîne de combo de 270 à 330 hits (varie selon le vaisseau) et récolter les treize abeilles dans quatre des six  autre niveaux. Et c'est seulement en remplissant ses conditions que vous pouvez jouer ce dernier stage et affronter le boss de fin du jeu. Les points sont obtenus en détruisant les ennemis et en récoltant des étoiles. Les hits d'un combo représentent le nombre de tirs réussis. Si vous mourrez, vous perdez votre combo. La replay value est donc immense car il vous faudra des centaines voir des milliers d'heures de jeu pour réussir un tel exploit. Sur ce, comme l'a dit le général Pepper à Fox McCloud : bonne chance. Sachez également que plusieurs modes de difficulté sont disponibles pour adapter le titre à tout joueur et que les items "MP" font gagner des continues.

"Chô Kamehameha !"

"Pourquoi ne pas proposer un paramétrage du son ?"

La réalisation est plutôt basique. les graphismes et les effets de lumières sont bons mais restent constamment en retrait, assaillis par les tirs, les lasers, les bombes... Suffit de regarder les screens pour s'en rendre compte. La bande son, quant à elle, est de qualité et lorgne vers le Heavy Metal. Néanmoins, elle souffre d'un manque de musiques (moins de dix pistes) et d'un volume son bien bas ne pouvant être augmenté pour notre plus grand malheur d'autant plus que certains bruitages sont ratés (les tirs normaux par exemple).

Points Forts :

- Rapide et nerveux
- Trois vaisseaux disponibles
- Jouable à deux joueurs
- Rejouabilité exemplaire et bonne replay value avec le dernier niveau caché

Points Faibles :

- Seulement 7 stages
- Musiques misent en retrait
- Certains bruitages

Derrière ce Shoot'em up qui semble génial se cache un Shoot'em up qui l'est. Une référence du genre qui se doit d'être joué par tous à plus forte raison qu'il n'est pas impossible si vous vous contentez des six premiers niveaux.

Note : 9 / 10

Retrouvez plus de tests sur le site TimeToTest.net.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le Blog de Duke Testem

Édito

Testeur et co-fondateur du site TimeToTest.net, le jeu vidéo est ma plus grande passion (suivie de très près par la musique). Ici, nous traiterons donc principalement du jeu vidéo et de ses musiques.

Archives