Inspirations virtuelles

Inspirations virtuelles

Par DrChevre Blog créé le 01/03/11 Mis à jour le 28/08/14 à 15h49

Le blog sans prétention d'un passionné, en quête de plaisirs ludiques.

Ajouter aux favoris

Édito

Hello les gens,

 

J'adore a peu près tout ce qui gravite autour des univers virtuelles et ne demande qu'à en découvrir de nouveaux. C'est pourquoi, je me suis lancé dans ce blog afin de partager autour de mon média favori mais pas seulement.  J'ai pas encore décidé de ce que j'y mettrais. Et ma grande ambition, c'est de devenir le maître du monde et accessoirement développer mon propre jeu vidéo (pour faire dans l'original).

 

Raptr Gamercard

 

Mais aussi n'hésitez pas à consulter mes pages sur: 

   

 

Mes jeux en cours:

Id: Mitsuhide.5839 (sur Pierre Arborea)

 

Mes albums favoris:


Archives

Favoris

Catégorie : Impressions

Signaler
Impressions

Bientôt deux ans que j'ai ouvert mon blog et je n'ai encore jamais parlé de certains jeux qui m'ont déplus. Ca arrive, je le sais bien mais lorsque ces jeux sont des succès et estimés par beaucoup, ça me donne une bonne raison d'en parler. Je choisit mal mon moment alors que la tendance actuelle est plutot à crier son amour pour les jeux. Mais bon, nul intention de ma part de troller gratuitement, c'est d'ailleurs après une introspection approfondie que je vous présente mes arguments. 

Comme je suis un marginal, j'ai décidé de présenter ce top à l'envers en commençant par le premier.

 

#1 - GTA IV


J'attaque avec ma plus grosse déception, le jeu de cette génération dont on ne cesse de louer les mérites 4 ans après sa sortie: le bien nommé Grand theft Auto IV. Je vais être honnète, j'ai une quinzaine d'heures de jeu au compteur et je ne me rappelle plus très bien où je me situé dans le jeu. En revanche, ce que je me rappelle très bien, c'est m'être relativement ennuyé jusque-là. Ce qui m'embarasse pas mal avec le jeu, c'est que tout le monde s'accorde pour le qualifier le scénario de brillant mais tout ce que j'ai pu y voir ne m'a en rien enthousasmé. Calmons-nous un peu, au niveau gameplay, ça a été une claque indéniablement (à sa sortie en tout cas). Bien que je n'adhère pas à ce choix d'avoir misé sur le réalisme au dépit du fun. Le personnage principal n'a pas réussi à me conquérir. Tout ça résulte d'un avis certes subjectif, c'est pourquoi je ne pardonne pas la qualité des missions proposées jusque là. De ces 15 heures, je ne retiens que des missions où l'on me demandait de couvrir des deals et des missions type taxi. Autant dire que mon intérêt n'a cessé de décroitre au fil du jeu. Je doute pas que l'intensité du scénario se manifeste par la suite mais rien de ce qui m'a été montré ne m'a encouragé à perséverer. Je rententerais probablement le jeu un jour où je passerais directement au 5e épisode qui jusqu'au dernier trailer me laissait complètement de marbre, du fait du goût amer que j'ai gardé de celui-ci et cette direction qui ne convient vraiment pas. Malgré tout, j'ai perçu dans ce trailer ce que je m'attendais à trouver dans le IV et aussi grâce à la ville proposé tiré de San Andreas qui possède beaucoup de charme contrairement à Liberty City qui même déjà dans GTA III ne me faisait ressentir aucune affection particulière et que je trouve froide.

 

J'enchaîne avec une aparté sur Red Dead Redemption bien que le jeu soit d'une qualité incroyable, il faut avouer que j'arrive pas à être captivé. Je précise avoir retenter le jeu à 2 reprises mais jamais l'avoir terminé. A chaque fois, je décroche à environ la moitié du jeu (environ le passage au Mexique) car l'histoire n'avance pas, la quête de Marston ne mène a rien et je trouve ça tout bonnement abusé de voir un héros aussi charismatique se faire mener du bout du nez par tout les personnages et l'accepter sans broncher. Et puis, les déplacements à cheval, il est vrai ont beaucoup de charme mais bon arrivé à 15h de jeu, j'ai tendance à privilégier les déplacements auto pour finalement ne pas réussir à arriver à temps pour la mission et devoir attendre, bref bcp de temps perdu et un rythme qui s'essoufle même si j'ai quand même envie d'aller jusque au bout de l'histoire mais pas la motivation. Ce qui m'amène à parler de Rockstar en général car bien que je tienne un peu plus sur LA Noire (de team Bondi, je sais) je retrouve ces lacunes qui me font perdre un peu le fil de l'histoire. Les intrigues sont très bien scénarisées mais finalement sans réel fil rouge, j'ai tendance à ressentir de l'ennui au bout du compte. Je loue toutes les qualités du monde aux jeux de l'éditeur, mais non les scénarios sont certes fouillés et profond mais certainement pas captivant.

 

#2 - Vanquish

Pour moi ce jeu s'est vendu autour d'une fausse bonne idée. Ok, glisser à toute vitesse sur le sol tout en canardant en ennemi ça semble UBER COOL. Mais alors pourquoi le level design ne suit pas? Et pourquoi avoir flanqué des points de couverture tout les deux mètres? Ah oui, parce que c'est bien jolie de vouloir pousser son cri de guerre avant de se ruer gràce aux turbo-reacteurs termo nucléaires sur l'ennemi, mais ici ca ne marche pas comme ça si on espère survivre. Non ici, c'est plutot tiens toi à distance et garde ta camera sur l'ennemi pendant que tu le mitrailles jusqu'à te prendre le mur sur le coté que tu ne pouvais pas voir. Et lorsque dans 5 secondes tout aura surchauffé, plonge derrière ce cover point et mitraille comme un planqué comme dans tout bon TPS moderne. Moi le rythme frénétique qu'on m'a vendu, je le trouve quand même très haché. Résultat je trouve ce jeu très surrestimé. Pour finir, bien l'univers me laisse complétement froid et que le scénare fasse très mécha-nanard (bon Dieu, ce que je crains pour Metal Gear Rising), je vous avouerais que c'est surtout la première fois dans un jeu où j'ai été gavé par le nombre de cinématiques: 5 min de cinématique pour 3 min de gameplay (6 si tu te permets de mourir). 

 

 #3 - Infamous

Infamous est un jeu sympa et je ne peux pas dire qu'il est mauvais. Mais l'histoire et son héros ne m'ont vraiment pas convaincu. Encore uen fois, on a là un hero avec un charisme inexistant. Mais surtout ce que je lui reproche surtout, c'est gameplay qui fait du jeu une sorte de TPS camouflé. En effet, on a bien un concept d'incarner un Superhero (ou pas, on dira un mec avec des pouvoirs) basé sur l'electricité, mais dans les faits on passe son temps à bombarder d'arc electriques les ennemis qu'on croise. On a bien d'autre pouvoir comme les grenades electriques mais oui ca reste des grenades, au final bien que la possibilité de grimper sur les batiments soit sympa, je n'éprouve aucune sensation de gameplay et je ne peux pas dire que le jeu me soit plaisant à jouer. Rien de plus à dire sur ce jeu. En fait, c'est juste un TPS de plus avec un habillage original.

 

#4 - Bioshock 2


Comme beaucoup de monde, j'ai pris ma grosse claque sur le premier. Il restera comme une des expériences marquantes de cette génération et je n'avais qu'une hâte c'était de m'attaquer au second dès que j'ai appris son existence. Mais ce deuxième épisode, je l'ai vraiment vécu comme quelque chose qui s'approche de la corvée. Le pire, c'est que je suis certain que les défauts que j'ai à lui reprocher étaient déjà présents sur le premier. Comme quoi on pardonne tout dès lors que la magie est là. Cette magie, elle s'est vraiment volatilisé dès le début de ce volet. La faute aux lourdeurs du gameplay. Dès le début j'ai ressenti toute les défauts de ce gameplay et c'est avec grand peine et en me forcant que j'ai progressé dans le jeu mais j'ai finalement laché en approchant de la fin. Aucun souplesse de mouvement (logique quand on est un Big Daddy) mais ajouter la résistance quasi nulle aux dégats m'ont dégoutés, Une précision des tirs très aproximative et le jeu ressemble beaucoup à du Die and Retry. Sans parler de l'histoire totalement annecdotiques et l'univers repompé du premier. Bioshock 2, c'est tout les éléments caractéristiques du premier, la fraicheur de la découverte en moins.

 

#5 - Demon Souls


Ah Demon Souls, ou comment des millions de joueurs se sont mis à crier leur amour pour le masochisme. Avant de me procurer le jeu, je n'étais pas convaincu que sa réputée difficulté qui en avait conquis tant puisse me charmer étant donné que ce n'est pas ce que je cherche dans un jeu. Mais ce n'était pas à priori ce qui peut m'en dégouté non plus, si les méchaniques de jeu sont bonnes ainsi que l'aspect Role-play, la difficulté hardue du titre n'en serait que plus stimulante. Sauf que vient la désillusion, le coté jeu de rôle ne rempli pas son rôle (LOL!), aucune montée en puissance peu de récompense. Au final, je me demande pourquoi je me lancerai dans les niveaux, j'ai l'impression de savoir déja ce qui m'attends. Vous qui admirez ce jeu, vous assumez votre coté masochisme et vous prenez plaisir lorsqu'il vous humilie. Très bien mais par pitié, évitez de dire que la punition est juste et formatrice et bénéfique. Déjà un RPG qui nous place des ennemis au meme endroits en répétant systématiquement les mêmes schémas, c'est chiant mais si en plus le jeu vous oblige à vous diriger vers une embuscade tout en sachant que vous y resterez probablement, ca tient de la mauvaise foi que de prêter à ce genre de mécaniques de vrais vertues. "Tiens donc, ce piège et cet ennemi ne m'inspire pas confiance, je pense probablement y rester si je m'y approche. Allons-y, ca risque d'être drôlement enrichissant!".

 

#Bonus: Tekken (série)

En fait, j'ai menti pour le troll gratuit. J'aime pas Tekken et c'est tout. Non mais regardez-moi cet effet d'impact immonde présent à chaque coup!

 

 COUP DE POING ENFLAMME DU MINI BIG BANG!! (effet garanti depuis 1995)

 

 

Maintenant que vous êtes convaincu, je vais vous proposer quelques jeux légèrement plus sous-estimés mais qui je trouve sont autrement plus intéressant. S'ils sont considérés comme de bons jeux, ou moyen pour certains, je trouve qu'on ne leur a pas reconnus suffisamment leurs qualités, qui pour m'a part m'ont apporté beaucoup de plaisir là où ceux listés plus hauts ont eu plutôt eu tendance à avoir eu l'effet inverse. Ca n'est pas le TOP inverse (celui de mes coups de coeur de cette génération) juste une liste de jeux que j'avais envie d'évoquer.

Fait étrange, les trois premiers de cette liste sont mes alternatives aux trois premiers de la liste précédente mais ces jeux ont été pour moi de réels coups de coeur. Mais ça peut certainement s'expliquer par un besoin de compensation.

 

# Saints Row (série):

En fait, je vénére tellement cette licence que j'en ferais probablement, si j'en ai le courage un article à part entière. Donc bref, Saints Row c'est le GTA-like de cette gen. Point!

 

#  Bulletstorm:


Peu de temps après l'expérience Vanquish, je me lance dans Bulletstorm dont je n'attendais rien si ce n'est un sympathique FPS. Et là, cette mécanique propre au jeu appelés Skillshots est absolument géniale et réussi à rendre le jeu intéressant et addictif. Les jeux n'ont pas grand chose en commun mais j'ai toujours cette confrontation dans mon esprit entre ce jeu trop hype et l'autre qui a fait beaucoup de moins de bruit mais tout deux avec un concept à défendre. Au final, le second s'est avéré être une excellente surprise. Et des surprises comme ça, c'est un peu ce qui me manque sur cette génération de consoles.

 

# Prototype:

Si on me demande de choisir entre Infamous et Prototype, je n'aurais aucune hésitation tant il m'a vraiment apporté une jouissance et le mot n'est pas mal choisi. J'ai littéralement pris mon pied sur ce jeu, tant la sensation de puissance est palpable.

 

# WET:

C'est un jeu qui ne manque pas de lacunes mais avec une vraie ambiance, des idées de gameplay bien trouvées et une BO des plus géniale que j'ai entendu jusqu'ici et qui contribue à l'intensité des gun-fight. 

 

# Velvet Assassin:


Ce jeu (fantôme) est linéaire, peu varié et finalement dont personne ne se souvient mais est loin d'être mauvais. Et ça dans un genre qui qui est loin d'être surreprésenté, fait qu'il mérite davantage de reconnaissance que ce qu'il a jusqu'à maintenant. En plus, le contexte est bien choisi et bénéficie d'une ambiance très convaincante.

 

De toute façon, c'est clair que la tendance de cette génération semble vouloir estomper tout effet de surprise. Résultat: je suis beaucoup exigeant envers les gros blockbusters, et finalement beaucoup moins regardant sur ceux qui bénéficient de moins d'attention. J'ai trouvé de véritables coup de coeur parmi ces jeux. Malheureusement, ce genre de jeux se fait de plus en plus rare car remplacés aujourd'hui par les jeux indés. En clair, il ne semble plus avoir de place au moyen de gamme.

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
Impressions

 Bon sang mais quel expérience ce jeu!


Je commence par signaler que The Walking Dead est un jeu lourd de propos et balaye tout ce qu'on retrouve dans chaque attaque envers le jeu vidéo: un argument massif à lui tout seul. On sent que Telltale s'est bien inspiré pour retransmettre les thématiques présentes dans le Comic original. Et là où le jeu vidéo transcende tout, c'est dans sa faculté à pouvoir immerger le joueur à l'impliquer émotionnellement, ce qui est brillamment réussi ici. Bien sur, ça n'est pas fait sans concession. Les phases de pur Point&Click me donnaient rapidement envie de passer à la suite (je me suis aperçu que je n'avais plus la patience pour ce genre de jeu) et ludiquement parlant ça n'est pas jamais très palpitant. Mais les phases de QTE et la mise en scène dans son ensemble sont vraiment efficaces et ne font pas du tout tâche comparé à la teneur scénaristique. On a bien quelques pertes d'intensité sur certains épisodes.

 

Là où j'aurais un plus de réserves en revanche, c'est dans les choix à faire. On peut réellement s'interroger sur leur réelle portée sur la suite du jeu. Le jeu nous rappelle très bien nos choix décisifs mais je ne suis pas certain que l'aventure aurait pu être sensiblement bouleversée par ceux-ci. Mais qu'importe, c'est tellement bien écrit et intelligent que l'illusion est parfaite et on ressent constamment le poids des choix que l'on a effectué. En plus de ça, on évite un bon panel de clichés et je me suis pris de "bonnes" surprises alors que je pensais pouvoir deviner ce qui allait se passer. Pour parfaire le tout, on a droit à une fin magistrale, ce qui est bien trop rare dans ce domaine aujourd'hui, donc cà fait énormément plaisir. 

 

Mon seul regret quant à ce jeu, c'est que je ne pense pas pouvoir revivre et redécouvrir cet expérience comme c'est possible pour la plupart des grands jeux. Un frisson à dose unique. Globalement, Telltale use beaucoup des codes de la série TV (en général pas la série du même nom) mais ça marche tellement bien que je ne peux pas dire que c'est une mauvaise chose. En terme d'adaptation, le jeu surrexplose ce qui a fait pour la série télé et une grande majorité des adaptations de licence en général sans du tout miser sur la fidélité.

 

BEST adaptation EVER!!

Voir aussi

Jeux : 
The Walking Dead : Saison 1
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Impressions

Finalement, je n'aurais pas beaucoup traité en profondeur de jeux particuliers sur ce blog. Et bien que j'aimerais bien corriger cela, je n'ai ni le courage ni la prose nécessaire à cela et de toute façon, le net est déjà surrencombré de critiques et de tests (mettez là le dénominatif préféré) que j'y vois un intérêt très relatif. Néanmoins, rien de m'empêche de parler d'un jeu que j'ai apprécié et c'est d'ailleurs ce que je vais faire.



"Vas-y, cours et la victoire est en toi. Inazuma tous champions! ...". Une intro qui souffle l'épique, je veux. 

 

Il s'agit d'un jeu de Football, je dirais bien le meilleur mais ca serait figurerait comme un troll totalement déplacé, dont la particularité est d'être axé autour d'un gameplay proche de celui du blitzball de Final Fantasy X avec un composante RPG tout à fait sympathique.

 

Inazuma Eleven c'est un concentré de feelings tout droit tirés de Pokemon (collectionite avant tout). Parce qu'une grande partie du jeu s'attarde quand même sur le recrutement de joueurs pour combler son équipe. Comme dans Pokemon, je joue les petites superficielles en privilégiant l'apparence et la classe qui se dégage de mes joueurs plutôt que leur efficacité. Faut dire que le jeu, une fois maitrisé est loin d'être compliqué. Je veux une équipe qui en impose sur le terrain ou du moins des joueurs à l'aspect pur shonen et plus on va dans le stéréotype mieux c'est (Les cyborgs, les ninja et même les bishonen sont les bienvenus). Alors dégagez les Tod, les Willy et autre Kévin du gang initial avec votre physique bien trop commun, vous n'avez pas votre place dans le crew. Et donc je remercie le jeu de me les imposer sur le terrain lors de certains matchs liés à la trame. Heureusement, tout le monde semble xp en choeur même les rebuts qui n'ont pas même leur place sur le banc (limité à 5, ca en fait peu des élus). 

 

Scénario globalement naif et niais mais qui comporte son lot d'adrénaline pour nous y plonger. Mais ça, ça ne concerne quasiment que les matchs à disputer, représentant le boss de fin de chapître, le champion de l'arêne. Donc vous voyez le topo, on se prépare (on vérifie que chacun est au max de ses stats) et on donne tout ce qu'on a. C'est là que ca se joue donc on n'hésite pas à balancer ses meilleurs techniques: drible rafale, tir foudroyant, main celeste... Et ça rend fichement bien en jeu, le rythme en semi-temps réel rend le jeu tactique et permet aux cinématiques de ne pas être envahissantes. Bref, les sensations sont là. Mais alors pourquoi faire durer les mi-temps que 30 min (temps du jeu)? Au final, ca rend les session bien trop courtes quand notre équipe est en difficulté pour remonter la pente et ca ne donne pas suffisamment de temps pour humilier l'autre équipe avec des scores improbables lorsqu'on possède une équipe surpuissante. Les scores tourne bien trop souvent au x - 0, on en demandera pas trop non plus pour du foot arcade.

 

En dehors de ces matchs, les aller-retour à effectuer pour les besoins du scénario peuvent se montrer très pompeux et les défis qui font office de rencontres aléatoires n'arrangent rien. Ils ne rapporte pas grand chose en expérience, et on peut les régler en positionnant ses joueurs de la même manière à chaque fois, ça marche dans 80% des cas. En plus que le gardien adverse est généralement une passoire (testé et vérifié). Une dernière chose à signaler sur le scénario qui m'a bien fait sourire est à propos du grand méchant qu'on découvre au fil de l'histoire. On est loin de s'attendre à quelqu'un ayant accompli certains faits assez sombres vu la cible destinée du jeu mais c'est pourtant le cas. Bien heureusement les valeurs du Football sont si fortes qu'on en oublie les réelles motivations et la victoire finale remportée, on se préoccupe bien peu du cas du vilain de service.

 

Je n'ai pu m'essayer au multi qu'à une seule reprise avec un ami et pas de mauvaise surprise, ça fonctionne très bien mais à condition de jouer avec des équilibres de niveaux équivalents.

 

Voici un match complet pour vous faire un idée.


Donc Inazuma Eleven, c'est pour moi une formule testée et approuvée si bien que je me suis immédiatement tourné vers le second épisode. Une fois celui-ci bouclé alors que j'aurais très bien continué un peu car le jeu propose ne manque pas d'argument après la fin de sa quête principale pour vous garder. Mais l'appel du bigger et du better a eu raison de moi. Dommage cependant, que le jeu ne propose pas plus d'interactions avec ses homologues comme la compabilité avec sa suite ou des matchs en ligne.

Voir aussi

Jeux : 
Inazuma Eleven (DS)
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Impressions

A vrai dire, cela fait quelques semaines que j'ai terminé et même recommencé Deus Ex. Avant tout, je précise qu'il s'agit là de mon premier contact avec la série mais les échos provenant de l'épisode fondateur résonnant aujourd'hui encore, m'ont clairement fait trépigner à l'annonce de ce nouvel épisode mis au goût du jour.

En réalité, je ne savais pas à quoi m'attendre en le lançant pour la première fois. J'avais accompli les rites habituelles préalables en consultant les différentes critiques disponibles un peu partout sur le net. J'étais donc préparé à la claque annonçée. Mais seulement, les impressions retranscrites sont assez éloignées du ressenti que l'on a en l'ayant entre les mains. Il est vrai qu'il y a tellement à dire sur ce jeu et n'ayant pas pris soin de regarder les videos de gameplay, je me suis limité aux tests écrits et à quelques videos de promo. Je veux dire par là que Deus Ex Human Revolution est avant tout un jeu d'action/FPS et n'a selon moi pas plus emprunté aux RPG qu'un FPS contemporain. Le seul reproche que je peux faire à propos du jeu est de l'avoir imaginé une trop grande ambition. Et je dois dire que je suis rapidement revenu à la réalité. 

Dès l'instant où l'on peut jouer en tant qu'augmenté (c'est à dire bénéficiant d'implants), j'ai pu aller jeter un oeil à l'arbre des augmentations et constater l'étendu des possibilités. Malheureusement, j'ai été pris d'un coup de froid. Entre autres améliorations dont j'avais déjà pu avoir un avant goût lors de la campagne promo du jeu et les améliorations passives, j'aurais bien aimé un peu plus de folie et d'originalité, et surtout m'attendre à d'autres surprises. Je me suis très vite aperçu que ce ne serait pas le cas. Dommage mais je ne vais pas jouer les blasés pour autant.

Donc après avoir exploré un peu les locaux de Sarif Industry et constaté que Jensen dégageait une classe comme on en faisait plus, je suis sorti me promener dans Détroit (on en fait vite le tour mais très dense). Pas de doute on est bel et bien dans un véritable univers travaillé et bien inspiré. Mais voilà, le manque d'interaction se fait ressentir. J'ai trouvé cela frustant de n'être qu'un simple touriste et coursier au passage dans cet environnement si riche. Bien sûr, je suis certain qu'on me dira "Tu t'es cru dans Fallout ?". Et bien que j'essaie d'extraire cette pensée de ma tête, je dois l'avouer je ne peux m'empêcher de faire le parallèle avec celui-ci (Bien je n'ai pas addhéré à Fallout 3).

Le fil conducteur est extrèmement sympa. Les thématiques abordés tout au long du jeu sont des plus intéressantes. Mais le bémol vient pour moi de l'implication de Jensen. En effet, je n'ai pas été époustoufflé par la scénario pour une raison: c'est que je n'ai pu réaliser les enjeux des évènements décrits lors de la quête principale qu'à certains moments clés du jeu, le reste du temps l'attention du heros est concentré sur son objectif personnel alors que la force du titre vient de son univers et du contexte dans lequel Jensen évolue. Finalement, c'est en méditant dessus une fois l'aventure terminée que j'ai réellement apprécié l'ampleur du scénario. Pourtant il est vrai qu'on ne manque pas de dialogues et d'emails riches en éléments s'ajoutant au background. Pour cela, je ne lui reprocherais pas car j'admet que je suis friand de scènes spectaculaires (hum MGS!) et Deus Ex HR a misé sur un autre style. Difficile par contre de ne pas tiquer sur la fin. Bien que très explicites, les fins proposées s'en retrouvent expédiées et là encore, j'aurais apprécié un brin de mise en scène qui aurait permis de soutenir l'ampleur du choix effectué. En revanche, j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer les quêtes secondaires bien mieux mises en scène.

Au final, je sorti de l'aventure avec une multitude de regrets. Ce sont des détails qui ne sont pas des défaults en soi, seulement j'attendais le jeu un peu différemment. Un excellent jeu que j'ai pris du plaisir à faire du début à la fin malheureusement pas la claque à laquelle j'avais rêvé et en mesure s'accaparer pleinement mon esprit et mon temps libre. La faute à une communication qui en dévoile beaucoup trop et des attentes trop grandes de ma part.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Impressions

Juste une brève pour parler de Bayonetta que je viens de me procurer. Quelle claque!

Bon en principe, les Beat'em All c'est pas mon genre de prédilections. J'ai tendance à cracher sur God of War. Pour moi, c'est loin d'être le jeu le plus incroyable du monde : les coups ne sont pas des plus impressionants qui soient et  puis c'est loin d'être désagréable mais bon ça ne me met pas en extase. Mais bon je suis en train en ce moment de m'attaquer à la série pour ne pas rester sur un appriori.

 

Et là j'ai craqué, j'étais très tenté au vue des trailers et d'accord GoW a un peu ravivé ma flamme du genre. Finalement, Bayonetta est franchement jouissif, je prend du plaisir à sortir les différents coups et le ton décalé ainsi que la musique rende l'expérience géniale.

D'accord, j'y joue sur PS3 et dommage que l'adaptation soit baclée mais est-ce une raison suffisante pour boycotter le jeu. 

Voir aussi

Jeux : 
Bayonetta
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Impressions

J'ai décidé de ne pas rédiger de test sur ce blog car test = objectivité. Il s'agit d'un blog et donc je vous écris en toute subjectivité. Aussi, n'attendez d'analyse complète, je préfère parler des aspects qui ont retenu mon attention sur certains titres en particulier.

 

Je commence avec Nier, titre très atypique. Je m'y suis mis il y a peu car j'avais relevé de très bons avis et des critiques très bonnes également. Il me semblait que c'était une expérience dont je ne devais pas passer à côté.

 

Les premiers instant m'ont vite captivés, l'univers onirique, les prémices de l'histoire, tout semble annoncer une épopée marquante. Je passe sur les graphismes techniquement très faibles mais malgré je m'accroche à dire que le jeu est visuellement beau. Après avoir terminé la première partie du jeu, dont d'ailleurs j'ai loupé quelques quêtes (j'espère que ce n'est pas grave pour les différentes fins), j'ai quand même plusieurs semi-déceptions:

Côté gameplay: je m'attendais à un RPG alors qu'il s'agit davantage d'un Beat'em All, je n'ai rien contre mais le cadre du jeu ressemble plus à un J-RPG et les possibilités de gameplay ne sont pas des plus emballantes. Les quêtes annexes sont complétement anecdotiques pour la plupart basés sur la collecte d'objets que je trouve vraiment difficiles à trouver dans l'ensemble. En bref, bien que je trouve bien intégré car cohérent avec le déroulement du jeu, ce système de quêtes me gache un peu le plaisir.

L'histoire, pour sa part est lente à démarrer, hachée par les quêtes que je m'éfforce à vouloir faire, j'ai hate d'en savoir plus et certains passages ne sont clairement pas essentiels pour l'intrigue. En réalité je n'ai qu'une envie c'est de connaitre la suite des aventures sans me soucier du reste. Peut être que j'aurais préféré une aventure plus linéaire au lieu d'un monde ouvert que je trouve relativement vide et où je me sens obligé d'effectuer des aller-retours.

Alors oui, j'ai été très négatif mais c'est seulement là ma façon de solliciter les réactions car ça ne m'intéresse pas de vanter toutes les qualités du titre (et il y en a), lisez les critiques. J'apprécie réellement le titre et j'ai hâte de connaitre le fin mot et de voir si cela me fera oublier tout ce que j'ai pu en dire. Mais malgré ça, avec son ambiance, son univers, ses personnages, ses musiques et ses boss je sais que je suis face à un jeu unique mais j'aurais souhaité juste qu'il soit moins rétrograde, les standards de cette génération m'ayant habitué à des mondes plus riches de possibiltés.

Je tiens à conclure sur le fait que je n'ai pas regretté d'avoir investi du temps tant le jeu est original, bourré d'idées presque jamais exploitées jusqu'alors et possédant une intrigue accrocheuse.

Voir aussi

Jeux : 
Nier
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

× Publicit&eacut