Le Blog du Dr. Esko

Par Dr_Esko Blog créé le 05/04/12 Mis à jour le 13/12/12 à 12h08

Passionné par tout ce qui peut stimuler mes petits neurones et me transporter ailleurs. Expatrié au Brésil, pays des jeux trop rares et trop chers. Amateur de nouvelles technologies, rêveur, apprenti dessinateur, apprenti musicien, râleur accompli et accessoirement astrophysicien.

Ajouter aux favoris
Signaler

Gamebloggueuses, Gamebloggueurs, je vous salue!

Un article est en préparation, j'y parlerai d'un jeu Vita, mais en attendant j'avais envie de partager avec vous quelques gribouillages que j'ai fait avec mes petites mimines (ou devrais-je dire mes grosses paluches). J'ai dans l'idée de me remettre un peu plus sérieusement au dessin; me forcer à les poster sur mon blog pourrait être une motivation pour bosser plus et surtout de manière plus régulière.

La qualité des scans n'est pas terrible, mais ça colle bien avec mon niveau du coup. XD

On évitera s'il vous plaît les "t'es trop nul" au profit de "tu pourrais bosser ci et améliorer ça"... La taquinerie faite gentiment est en revanche autorisée. D'avance merci! :p

 

 

Je commence avec un personnage que je dessinais souvent il y a quelques années:

 

 

Un loup-barou qui date de la même époque:

 

 

Et un autre plus récent (mon premier et seul essai à la tablette graphique):

 

 

Quelques portraits de collègues faits rapidement durant une conférence (avec un chat et une fille à lunettes en guest):

 

 

Et on termine avec quelques trucs plus récents faits selon l'inspiration du moment:

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

Salut à toutes et a tous!

Apres des mois sans écrire un mot ailleurs que sur les forums Vita et 3DS, je reviens avec un article et quelques petites idées pour mon blog. La première et la plus importante concerne l'organisation des différentes rubriques. Cela pourra encore évoluer par la suite, mais pour l'heure vous trouverez les choses suivantes:

- Consultation: des tests, des critiques ou tout simplement mon petit avis sur un jeu (ou sur autre chose, le Dr. Esko exerce dans de nombreuses disciplines).

- Thérapie: des réactions à chaud, des pétages de plomb, de la philosophie de comptoir, des états d'âme, ... Un bon exhutoire qui pourrait se transformer en thérapie de groupe avec votre aimable participation.

- Salle d'attente: de la lecture, des vidéos, de la musique, en bref, du partage! Le petit magazine qui vous fera patienter jusqu'à la prochaine consultation.

 

Je ne le dirai jamais assez: j'espère que vous prendrez autant de plaisir à me lire que j'en ai à écrire quand mon emploi du temps me le permet.

*********************

Passons maintenant à notre magazine "Salle d'attente". Un collègue (que je remercie au passage) a partagé avec moi un article qui pour une fois vante les bienfaits du jeu vidéo. Si pour nous, public averti, ces bienfaits ne sont plus à prouver (énervement, sautes d'humeur, manettes qui apprennent qu'Isaac Newton avait vu juste, ...), pour les "masses", un peu de bonne pub ne sera jamais de trop (le jour où on découvrira que les jeux vidéos sont plein d'Omega 3 et lavent plus blanc que blanc sera une grande victoire).

Bref, l'article en question se trouve ici: http://arstechnica.com/science/2012/11/gamers-prove-equal-to-surgeons-in-operating-robotic-surgery-tools/

Pour les plus anglophobes, ne vous inquiétez pas, je vous en fais un résumé. Il s'agit une étude réalisée à l'UTMB (University of Texas Medical Branch), un centre de pointe en chirurgie robotique, menée par le Professeur Sami Kilic (à réutiliser pour un personnage de jeu, ça sonne trop bien!). L'idée était de déterminer dans quelle mesure les jeux vidéo pourraient participer à la formation des chirurgiens à ces techniques de pointe. Pour la petite histoire, sachez que Pr. Kilic a eu l'idée de cette étude en voyant son fils s'amuser sur un simulateur lors d'une convention médicale.

Ainsi, une série de tests a été proposée à des lycéens et à des étudiants passant respectivement une moyenne 2 heures et 4 heures par jour sur les jeux vidéo. Le simulateur en lui-même consiste en deux contrôleurs (un dans chaque main) et un écran sur lequel sont visualisés en temps réel les mouvements effectués.

Le résultat est plus qu'intéressant car les performances de ces jeunes joueurs égalent, et même parfois dépassent, celles des médecins de l'institut. Cela s'explique tout simplement par le fait que (1) les lycéens et les étudiants ont une excellente coordination entre le regard et le geste, de par leur pratique assidue du jeu vidéo, (2) ces techniques de chirurgie robotique sont très récentes et nombre de médecins n'ont pas reçu de cours ou de formation pour cela durant leurs années d'étude.

 

 

Notez d'ailleurs que sur un exercice de chirurgie plus conventionnelle (scalpel à la main), le résultat est sans appel en faveur des médecins (ce qui est somme toute rassurant!), les "djeun's" étant sans doute plus habitués à la boucherie manette en main qu'à la chirurgie de précision. En tous les cas, le Professeur Kilic souhaite repenser la manière de former les chirurgiens à ces techniques de pointe, et le jeu vidéo semble être le candidat tout trouvé dans ce cadre.

Dernier point intéressant: il semblerait que les étudiants passant en moyenne 4 heures par jour sur les jeux vidéo ne soient pas plus performants que les lycéens n'en passant que 2. Si cela permet d'estimer que le temps optimal de jeu (en vue d'une amélioration des performances des chirurgiens) est d'environ 2 heures par jour, cela n'arrange pas les affaires de nos chers étudiants. En effet, ces derniers pourront sans nul doute vanter les bienfaits de notre activité fétiche auprès de leurs parents, mais éprouveront en revanche quelques difficultés à justifier les sessions un peu trop prolongées.

 

Pour conclure, je dirais que je les envie moi ces p'tits jeunes. ça fait des lustres que le temps que je peux consacrer aux jeux vidéo est moindre. Qu'ils en profitent, ils ne savent pas la chance qu'ils ont! Jouez bien, prenez soin de vous, et à bientôt dans mon cabinet.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Grâce à un de mes camarades du forum PS Vita (il se reconnaîtra peut-être), j'ai pu décrocher un voucher pour la beta de Little Big Planet sur PS Vita. Je me suis dit que ça pourrait être sympa de partager avec vous mes impressions et de vous détailler un peu de quoi il retourne.

Avant de commencer, je tiens à préciser que je suis totalement novice sur la série des LBP. Je connaissais bien entendu les jeux, j'avais déjà complètement craqué sur le personnage de Sackboy (suffit de voir mon avatar), mais je n'avais jamais eu le plaisir de poser les mains sur un des opus PS3 ou PSP. Tout ça pour dire qu'il me sera donc difficile d'établir une quelconque comparaison avec ces vénérables prédécesseurs.

Cette beta propose trois planètes pour trois ambiances différentes. La première planète, nommée Story, comporte quatre niveaux proposés par les développeurs eux-mêmes:

  • Toy Tank: un jeu de combat de tanks (on s'en serait doutés), que je n'ai pas encore testé (désolé!).
  • Tapling: Un jeu qu'on verrait bien sur téléphone mobile de par son interface et son gameplay. Tout se joue au tactile. On y contrôle une espèce de petit slime; ce dernier va se "projeter" vers tout point que l'on tapotera à l'écran. Le but est d'arriver au bout du parcours en évitant les pièges et, si possible, en délivrant ses petits camarades prisonniers dans des cages. Un jeu très casual à l'ambiance excellente, dont le design se trouve quelque part entre Mutant Blobs Attack, Patapon et Michel Ocelot.
  • Flounder's Jump Et Jive: Plate-forme et chasse au high-score dans un parcours contre-la-montre semé d'embûches. Bumpers, sauts au-dessus de sols jonchés de pics, trapèzes auxquels il faut s'accrocher, tout y est! Ramasser un maximum de bulles et passer au travers d'anneaux permet de stopper le décompte du chrono, et ainsi améliorer son score final.
  • The Mainframe Heist: Celui que j'ai préféré, et probablement celui qui montre le mieux le potentiel de ce Little Big Planet Vita en terme de level design. On joue sur les différents plans, on utilise le grappin, on fait disparaître des blocs avec le tactile, ... Une pure merveille de plate-forme, mêlant dextérité et petits casse-tête.


La deuxième planète (Community) propose quant à elle de s'essayer aux niveaux développés par la communauté. Sachez que plus de 1000 niveaux ont déjà été créés, ce qui est assez énorme quand on pense qu'il ne s'agit que d'une beta, sortie depuis quelques semaines, et accueillant un nombre limité de joueurs. Cela laisse présager du meilleur pour la version finale, une durée de vie quasi-inifinie tant qu'il y aura des joueurs avec de bonnes idées à partager. Je me permets de citer quelques-une des créations  qui m'ont le plus marqué: des versions plutôt sympa de Gravity Rush et Lumines, Flowtation et Tamed & Controlled. Ce dernier aurait pu figurer au catalogue des jeux proposés par les créateurs du jeu tant son level design est bien fichu. On y contrôle deux personnages, l'un au tactile, l'autre au stick analogique + boutons, le but est de résoudre divers petits casse-tête pour avancer, du genre l'un va appuyer sur un switch, ce qui va ouvrir la voie à l'autre, ...

Dernière planète à visiter et non des moindres, celle nommée My Levels. Il s'agit de la planète où l'on peut laisser libre cours à son imagination, en créant ses propres niveaux. Je ne sais pas si tous les outils habituels sont d'ores et déjà présents, mais pour un novice comme moi il y en a déjà suffisamment pour se sentir perdu! Il y a des chances pour que les habitués prennent un pied d'enfer par contre, l'interface tactile permettant de naviguer rapidement dans les menus, de sélectionner ses outils ou encore de tracer d'un simple geste la forme des reliefs. Les outils et autres options sont nombreux, il y a de quoi laisser libre cours à son imagination.


Voilà pour ce qui est du contenu. D'un point de vue technique, c'est tout simplement superbe. La série des LBP a une touche visuelle et sonore bien à elle, et tout cela ressort plus que bien sur la PS Vita. Les niveaux proposés par les développeurs sont bien entendu plus aboutis et regorgent de détails. L'animation de Sackboy est fluide au possible et la physique de ses sauts, bien que particulière, n'est en rien un frein au plaisir de jeu. Il est à noter que pour les niveaux les plus fournis, les temps de chargement peuvent être un peu longs (je n'ai pas chronométré, mais je dirais 30/40 secondes en gros). D'un autre côté, le déroulement du jeu est d'une fluidité exemplaire.

Les contrôles sont impeccables, Sackboy répond parfaitement à toutes nos demandes. Qu'il s'agisse de se déplacer, de sauter ou de s'agripper, il s'avère très coopératif. Le tactile est souvent sollicité et répond très bien. De plus, je trouve son exploitation plutôt judicieuse; à aucun moment je ne me suis dit "ils ont mis du tactile juste histoire de ...". J'ai un peu plus de de mal avec le tactile arrière, mais cela n'est pas inhérent à ce jeu en particulier.

Pour ce qui est du multi, je ne peux pas en dire grand chose. J'ai voulu essayer une fois et cela n'a pas été très concluant: temps de chargement supplémentaire après avoir accepté qu'un joueur me rejoigne et impossibilité d'avancer sans mon coéquipier, la caméra restant centrée sur ce dernier. De petits défauts qui je l'espère seront gommés pour la version finale.

Je crois avoir fini mon little big tour d'horizon de cette beta. Si ça en intéresse certains, je pourrais peut-être vous proposer quelques captures d'écran. Pour ceux qui ont eu le plaisir de la tester, je serais ravi d'avoir votre opinion, et éventuellement vos coups de coeur dans la longue liste des niveaux proposés par la communauté.

J'en ressors pour ma part avec une impatience grandissante de voir la version définitive débarquer. Ma seule crainte est qu'ils développent un peu trop le côté "casual". En effet, même si les niveaux proposés sont excellents, ils manquent un peu d'unité, n'ont aucun liant. J'espère que la version finale proposera une histoire. Pas besoin d'un scénario alambiqué, complexe et torturé, mais un fil conducteur, un truc léger, mignon et désuet auquel on s'accroche et qu'on suit jusqu'au bout avec plaisir.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Bonjour ami(s) lecteur(s), penseur(s) et râleur(s)!

Aujourd'hui, je vais vous parler d'une catégorie de gens qui m'agacent ces derniers temps: les gens blasés de tout, ou devrais-je dire enthousiastes de rien.

J'ai eu une prise de conscience cette semaine, suite à deux évènements. Le premier, c'est en discutant avec un chercheur italien (que j'appellerai Aldo) venu travailler, tout comme moi, à São Paulo. Le mec était étonné que j'aime cette ville et trouve des choses à y faire... Certes, la ville a ses défauts, la vie n'est pas donnée, mais c'est d'une richesse culturelle énorme, accessible en plus pour pas cher et parfois même gratuitement; sans compter les petits coins de nature fabuleux qu'on trouve dans les nombreux parcs... Bref, je me suis dit à ce moment-là qu'Aldo me gâchait un peu mon plaisir et qu'il n'avait pas assez cherché les belles choses à voir ici.

Second évènement qui m'a fait ouvrir les yeux sur la 'blasitude': l'E3 2012. J'imagine que comme moi vous suivez l'actu, vous naviguez sur les blogs, les news, les vidéo en tout genre... Vous avez donc certainement constaté le manque frlagrant d'enthousiasme de certains journalistes vis-à-vis de l'évènement. Nan mais sérieux, les gars partent une semaine à Los Angeles pour en prendre plein les mirettes (et je ne parle pas des babes en disant ça), et ils sont là genre "mouais, je suis un peu intrigué par tel jeu même si je suis pas fan de la série" ou enconre "il est temps qu'une nouvelle génération de consoles arrive, parce que là j'ai fait le tour de l'actuelle". Hé ho les mecs, arrêtez de papoter avec Aldo, il a une mauvaise influence sur vous! Au pire, laissez-moi votre billet d'avion et votre badge d'entrée, je saurai quoi en faire!

Peut-être est-ce moi qui ne suis pas assez critique, ou bien trop optimiste, mais à vrai dire, j'aime autant qu'il en soit ainsi. Entre la Wii U qui arrive, l'espoir d'avoir quelques belles d'annonces pour la Vita, les deux nouveaux Castlevania, les gros jeux PS3 et XBOX360, je trouve qu'il y a de quoi s'enthousiasmer. Certes, on connaît déjà la moitié des annonces via internet, mais n'empêche que moi je l'attends avec impatience cette E3 2012, pour plus d'infos, des confirmations, des vidéo de gameplay, peut-être même des annonces surprise, qui sait?

Les journalistes de jeux vidéo ont dû perdre leur âme d'enfant en route, ou peut-être sont ils trop gâtés... Pour un joueur lambda comme moi, l'embarras vient énormément des choix que l'on doit faire: acheter tel ou tel jeu, choisir telle ou telle console, parce que le temps tout comme le budget ne sont pas extensibles à l'infini. Quand on a facilement accès à quasiment tout, c'est vrai qu'on peut avoir le sentiment d'avoir fait le tour.

Moi je trouve que cette génération de consoles a encore beaucoup à nous offrir: elles sont bien connues des développeurs, qui peuvent faire de très belles choses avec, et elles sont assez puissantes pour que les jeux nous décalquent la rétine sur les beaux écrans HD. Sans compter le nombre de gros jeux annoncés d'ici fin 2012 / début 2013 (Tomb Raider, le prochain God of War, Halo 4, ...). Pourquoi vouloir passer à une nouvelle génération alors que l'actuelle tourne à plein régime? Parce qu'on est blasé? Parce qu'on est un enfant gâté? Parce que le joueur en veut toujours plus et râle malgré tout quand on lui donne ce qu'il a demandé? Un peut tout ça, en effet...

Et je me rends compte moi-même, en écrivant ce pamphlet, que je suis un râleur de première. Je crois néanmoins avoir su garder mon sens de l'émerveillement et mon enthousiasme, et j'en suis heureux.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Comme je le disais lors de ma cinquième consultation, je suis essentiellement un joueur de consoles portables. J'évoquais d'ailleurs la frustration que l'on peut ressentir lorsque l'on passe à côté de certains jeux sur consoles de salon. Et je dois dire qu'en ce moment, niveau frustrations, je suis plutôt bien servi avec Sony. Je vois les annonces de jeux tous plus attrayants les uns que les autres se multiplier (Little Big Planet Karting, PS All-stars Battle Royale, God of War Ascension), mais sur PS3 Uniquement!

Et pendant ce temps sur PS Vita? Rien! Nada! Niet! Que pouik! Ont-ils bien conscience que lorsqu'on lance une nouvelle console, il faut la soutenir un peu? Proposer des choses?

Little Big Planet Karting tout comme PS All-Stars Battle Royale sont de ces jeux qui se prêtent parfaitement bien au format portable, alors pourquoi les proposer exclusivement sur PS3? D'autant plus qu'ils n'arrêtent pas de vanter les mérites du Cross Play et la facilité de portage des jeux PS3 sur Vita; qu'attendent-ils pour le faire? Un portage facile et peu onéreux, ça rapporte du pognon normalement, non? Ils devraient sauter sur l'occasion!

Peut-être leur a-t-on tellement reproché d'avoir fait de la PSP une console de portages que maintenant ils n'osent plus? N'empêche que quelques petits portages ne pourraient pas faire de mal à la Vita, surtout quand on regarde ce qui nous attend dans les mois à venir... Gravity Rush en juin, et après? Peut-être que Buzz Lightyear va ramener quelques classiques PSOne avec lui pour sauver les meubles? C'est vrai que j'ai acheté une PS Vita pour ça...

Sincèrement, j'ai du mal à comprendre la logique de Sony, si toutefois il y en a une. Ils ont de l'or entre les mains et plutôt que d'en faire un bijou, de le sublimer, ils vont se torcher avec. J'exagère certes, mais de la frustration naît la colère. Si vous pouviez m'entendre, voire m'écouter, messieurs de chez Sony, je vous dirais que le concept d'avoir la "PS3 dans la poche", ça ne devrait pas passer que par la puissance de la bestiole, mais aussi par la qualité de son catalogue de jeux.

Allez, je vous laisse une chance de vous rattraper: faîtes-moi rêver au prochain E3! Ne me décevez pas!

Et sachez pour finir que je ne râlerais pas autant si je ne vous aimais pas.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Salut ami nomade! Après presque deux semaines de silence, je viens aujourd'hui parler, où devrais-je dire élucubrer, sur mon rapport aux consoles portables en général, et aux petites dernières de Sony et Nintendo en particulier. Une manière comme une autre de partager ma démarche de joueur, et d'aborder les questions qui t'ont certainement traversé l'esprit au moment de faire des choix. Car oui, il sera question de choix, mais également de grands pouvoirs qui impliquent de grandes responsabilités, de frustration et de femmes sexy très peu vêtues (si ça peut te convaincre de lire jusqu'au bout, tous les mensonges sont bons!).

Il faut que tu saches que depuis ma bonne vieille PS2, je n'ai pas eu de nouvelle console de salon. Ne me demandes pas pourquoi, la raison m'échappe moi-même... J'ai fait le bilan, j'y ai réfléchi, et vraiment, je ne me l'explique pas... Récemment, j'ai voulu me remettre sur les rails en achetant une PS3. Mais voilà, les circonstances ne s'y prêtaient pas: je devais partir en expat' au Brésil, et la bête n'aurait pas pu rentrer dans mes bagages... Ayant fait le tour de mes jeux PSP et DS, il me fallait du neuf, une nouvelle compagne de route pour mon périple. Certes, mon iPhone était là, et je le considère toujours comme mon meilleur ami dans les salles d'attente d'ici ou d'ailleurs, mais il me fallait aussi du "vrai" jeu, avec du stick analogique, de la croix directionnelle et des boutons.

Le choix n'est pas large, mais autant dire qu'il fut Cornélien: PS Vita ou 3DS? Je suis passé par mille questions, j'ai fait le tour des avis, dans la presse spécialisée, sites internet et autres blogs, sans compter quand même quelques essais, consoles en mains. Après moultes tergiversations et tortures cérébrales, j'ai finalement craqué sur la PS Vita, malgré son prix élevé et ses formats propriétaires qui gâchent un peu le tableau. Je vais essayer de vous expliquer ce qui m'a décidé.

Je me suis affranchi de tout ce qui était chiffres de ventes et prédictions de ce genre. De un, parce que je ne suis actionnaire ni chez Sony, ni chez Nintendo. De deux, parce que confronter les chiffres de ces deux consoles me semble inapproprié. L'une a plus d'un an d'existence et un parc de jeux solide depuis quelques mois, l'autre débarque tout juste. Qui plus est, qui pourrait rivaliser avec Nintendo sur le marché des consoles portables? C'est comme attaquer Coca-Cola sur le marché des boissons gazeuses. Ils sont hégémoniques depuis toujours sur ce terrain-là. Je veux bien croire que les gars de chez Sony aient des ambitions élevées pour la Vita, mais ils ne sont pas naïfs au point de croire qu'ils battraient la 3DS.

En me basant sur les jeux de chacune des consoles au moment de mon achat, c'était du 50/50; autant de jeux m'intéressaient vraiment des deux côtés.

Ce qui m'a finalement décidé, ce sont deux petits détails qui ont leur importance. Le premier: j'ai du mal avec la 3D. Je vois l'effet de profondeur mais je ne suis pas bluffé par le truc, et ça me donne la migraine en moins de 30 minutes. Certes, on peut la désactiver (la 3D, pas la migraine!), mais je me suis dit qu'acheter une console et ne jamais utiliser sa fonctionnalité phare, c'était dommage. Second "détail qui a son importance": moi qui lorgnais vers la PS3, la Vita était l'objet idéal, car elle répondait à mes contraintes "logistiques" et me permettait pour ainsi dire d'avoir la PS3 dans la poche.

Comme je te le dis, ça se joue vraiment à du détail, et c'est vraiment un feeling personnel. J'adore vraiment ces deux consoles et un autre petit détail aurait tout aussi bien pu me faire basculer chez Nintendo au moment de prendre la décision finale (ça fait très solennel pour juste parler d'un achat de console...).

Maintenant, presque deux mois sont passés depuis mon achat et une question se pose: est-ce que je regrette mon choix?
Et bien, non, je ne regrette pas, mais j'ai malgré tout quelques petits pincements au coeur. Du point de vue "avoir une PS3 dans la poche", je suis comblé! Je suis bien conscient qu'on n'atteint pas (encore) le niveau de qualité de la grande soeur de salon, mais c'est quand même une belle claque visuelle!

Certes, la puissance et le visuel ne font pas tout, ce sont les jeux qui comptent. De ce point de vue-là non plus, je ne me plains pas. Il y en a de très bons et pour tous les goûts. Uncharted Golden Abyss est tout bonnement kiffant! Je passe également de très bons moments sur Blazblue et Mutant Blobs Attack. Mais alors, où est le problème me diras-tu? Bah le problème c'est l'avenir... La Vita est sortie avec un gros line-up (pour ma part, j'ai rarement vu un line-up de lancement aussi intéressant) et depuis, plus rien! Sony nous a lâchés en plein désert avec quelques vivres, et maintenant on doit attendre l'arrivée des secours...

Je sais que ça prend du temps d'installer un parc de jeux sur une console, mais là, c'est du sable à perte de vue, pas la moindre oasis... Bon sang, Sony, donnez-nous de quoi nous faire rêver un peu!! Des images, des trailers, des annonces, quelque chose, bordel! Sur 3DS, Kid Icarus Uprising est sorti, Theatrhythm Final Fantasy et Mario Tennis sont attendus pour juin (je crois), Heroes of Ruin multiplie les videos de gameplay, de même que Bravely Default dévoile de temps à autre des images somptueuses (sans parler des musiques), et enfin, cerise sur le gâteau, Miyamoto qui lance au détour d'une conversation qu'il aimerait un remake ou une suite à Zelda 3: A Link to the Past (mon premier Zelda! Mon premier jeu sur SNES!)... Là ya du rêve, là ça donne envie!!

La Vita est vraiment une bonne console, c'est donc d'autant plus frustrant de faire un tel constat. Franchement les p'tits gars de chez Sony, sortez-vous les doigts de l'endroit qui ne voit jamais la lumière du jour et rendez honneur à ce bijou! Je n'ai pas prévu vous lâcher, il est cependant possible qu'à terme je devienne polygame (poly-game, jeu de mots :p). Telle Catherine, la belle blonde du jeu éponyme, une 3DS pourrait bien débarquer chez moi pour faire les trucs coquins que ma Vita refuse encore de faire...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

Salut à toi, ami lecteur, ami aventurier, ami tout court.

Je t'écris une petite baffouille très rapide.

Dans le cadre de mon activité de docteur des étoiles, j'ai décroché un job au Brésil pour une durée de deux ans. Pour l'occasion, j'ai créé un blog afin de partager mon expérience d'expatrié et de montrer quelques jolies photos.

Je me permets donc de te donner le lien, si jamais tu as deux minutes de ton précieux temps à me consacrer: http://cyrilaobrasil.over-blog.com/

Até logo!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

J'avais annoncé en première consultation que je m'efforcerai d'ajouter du contenu à mon blog au moins une fois par semaine, et voilà que j'en suis à ma troisième consultation en moins de deux jours... Rassure-toi, ça ne va pas durer! L'inspiration et le temps libre étaient là, mais ils semblent être partis se taper la cloche pour Pâques.

Une question me taraude: est-ce bien correct de tutoyer son patient? Certainement que non, ce qui expliquerait la forte perte de clientèle entre la première et la deuxième consultation. J'espère redresser la barre très vite.

Aujourd'hui, j'ai envie de parler d'un gros coup de coeur, un jeu PS Vita que j'ai fini hier soir, Tales From Space: Mutant Blob Attacks. Je m'adresse à toi, ami possesseur de Vita, tu te reconnaîtras vu que nous sommes 2 à la posséder en France: si tu n'as pas encore acheté ce jeu (exclusivement sur le PSN), achète-le! Si tu l'as déjà acheté, rachète-le tellement c'est bien!

On y joue un petit blob pas content (ça se voit à son gros oeil en colère) qu'on ait fait plein d'expériences sur lui et ses copains. Un jour, il arrive à s'échapper et à délivrer ses potes dans la foulée, et c'est là que les choses sérieuses commencent. Certes, le scénario n'est pas le point fort du jeu.

Cela se présente comme de la plate-forme avec des petites énigmes et autres casse-tête tout au long des niveaux. Pour avancer, il faut se débarasser de certains obstacles en les avalant purement et simplement (c'est ce que fait tout blob qui se repecte). Mais la subtilité est que Bob (le petit nom que j'ai donné à mon blob) ne peut avaler que des objets plus petits que lui. Il faudra donc aller bouloter tout ce qu'on trouve dans les environs pour  grossir et finalement avaler ce qui obstrue le chemin. Si au début on ne gobe que des boutons de chemise et des crayons, les choses vont prendre de l'ampleur au fur et à mesure. Je te laisse découvrir ça par toi-même, ami glouton.

Le visuel est vraiment sympa. Certes, ça ne pousse pas la Vita dans ses derniers retranchements, mais c'est agréable à l'oeil, coloré, et ça bouge de façon très fluide. Moi, ça me suffit! Il y a pas mal d'humour, et une ambiance qui rappelle les films d'horreur de nos belles années, tels que l'attaque de la moussaka géante (à réserver aux connaisseurs) ou Godzilla contre l'huître géante de Madagascar, en plus "pulp".

Le level design (et là, je commence à utiliser des termes techniques pour faire croire que je suis un expert dans mon domaine) est basé sur la physique particulière de Bob. Ainsi, il peut rebondir sur les murs façon boule de caoutchouc, j'appelle ça le "Gomu Gomu no Jump", ou se faufiler dans des espaces tout petits, grâce à sa grande viscosité. Au départ, on pense que Bob ne sait que se déplacer, sauter et "dasher" vers le bas suite à un saut. On apprendra assez vite qu'il est aussi capable de déplacer des objets à la seule force de son petit cerveau d'être unicellulaire (d'ailleurs, c'est unicellulaire un blob?), mais aussi de s'approcher / s'éloigner à loisir d'objets magnétiques (que l'on reconnaît tout de suite à leur aura violette). Des pouvoirs que ne renieraient pas le Professeur X et Magneto, et qui permettent plein de possibilités en termes d'énigmes. Bob est aussi capable de voler! En effet, durant certaines séquences du jeu, il se gonfle de gaz qu'il expulse par je ne sais quel orifice pour se propulser. Il sait tout faire Bob, sauf peut-être le café, mais pour ça il y a grand-mère.

Le gameplay (je remets un petit terme technique pour enfoncer le clou) utilise la plupart des fonctionnalités de la console (seul le pavé tactile arrière n'est pas sollicité), offrant ainsi une grande variété de situations pour un plaisir sans cesse renouvelé. L'ensemble des commandes répond au doigt et au doigt, bien que par moments j'ai trouvé l'utilisation du tactile un peu imprécise, mais rien de bien critique...

Terminer le jeu n'est pas bien difficile. Certains passages demanderont un peu d'observation et de réflexion, tandis que d'autres vous feront mourir un paquet de fois. Rien d'insurmontable, d'autant que les niveaux sont parsemés de checkpoints. Le véritable challenge, on va le retrouver dans la quête du high score. En effet, les niveaux sont parsemés de choses diverses à manger, dont des petites boules bleues (comme des Pac Gum) qui, à défaut de vous faire grossir font grimper votre score. Pour obtenir la tant convoitée médaille d'or, il va falloir explorer les niveaux de fond en comble, trouver toutes ces pastilles et maximiser votre score. Certaines sont vraiment délicates à atteindre, tu es prévenu ami hardcore gamer. De même, deux de vos potes sont cachés dans chaque niveau, il faut les retrouver, pour le plaisir de faire une bonne action (sauver un blob du joug des vilains humains), pour faire grimper encore plus ton score, bref, pour ta satisfaction personnelle!

Comme je l'ai dit au début, ce jeu est pour moi un vrai coup de coeur, donc je ne suis pas du tout objectif. Je pense néanmoins qu'il vaut le détour, et aurait mérité qu'on parle un peu plus de lui. Dernier argument de poids, le prix: un bon petit jeu à 7 euros, en cette période de crise où il est si difficile de céder à ses pulsions consuméristes, je trouve que c'est bien! Certains me rétorqueront qu'on peut trouver de quoi s'éclater sur smartphone pour moins de 1 euro. C'est pas faux, mais Bob étant mon coup de coeur, je vais faire comme si je n'avais rien entendu.

Alors, qu'attends-tu mon ami? Enlève ton costume de lecteur et enfiles celui de consommateur, puis de joueur! Va! Bob t'attend! Moi j'y retourne, j'ai encore quelques potes à délivrer et quelques médailles à décrocher...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Salut à toi, ami lecteur, ami mélomane, être de bon goût et de culture.

Pour cette deuxième consultation, je vais te faire part d'une réaction à chaud, suite à l'écoute de ce qui pourrait, ou pas, devenir le tube de l'été 2012. J'ai entendu la dernière pépite de Francky Vincent, poète moderne, grand chevalier des arts et des lettres, auteur de rimes riches telles que "Tu veux mon zizi? Oui, oui, oui, oui!" ou encore "Tiens, voilà ton étalon qui descend son pantalon".

Le titre de sa dernière merveille: Ma Cousine. Je ne mettrai pas de lien, je te laisse seul responsable de sauter le pas ou non... Je ne sais pas ce qui me gène le plus dans son clip:

1) La "musique", qui est un mélange improbable de mauvais son dancefloor et de zouk. Des chiens dehors ont hurlé à la mort pendant que j'écoutais ça, et des nuées de criquets sont passées sous ma fenêtre!

2) Les paroles qui racontent comment c'est bien d'avoir pécho sa cousine dans la cuisine. Alors, je ne sais pas, à ma connaissance, se taper sa cousine n'a plus lieu d'être depuis l'époque où on a arrêté le droit de cuissage, sauf peut-être dans certaines contrées reculées où c'est soit la cousine Germaine, soit Monique la chèvre. Peut-être est-ce une pratique commune dans les îles? Je ne pense pas, mais si c'est le cas, je te prie de m'excuser, ami d'Outre-Mer, d'avoir porté un tel jugement sur quelque chose qui pour moi n'est pas des plus habituels.

3) Le fait que ce soit une reprise. Et oui, pour le coup, l'ami Francky n'a rien inventé (ça m'a fait un choc à moi aussi). Le concept de pécho sa cousine en musique vient d'un autre gars subtil, Joyeux de Cocotier qu'il s'appelle. Au moins, on pouvait concéder à ce dernier d'avoir été pionnier dans l'apologie du péchotage (??) de cousine; et en plus sa musique était assez sympa.

4) L'apparition de Michael Vendetta à la fin du clip. Oui oui, la tête à claques qu'on a vu un peu partout à une époque (pas vraiment révolue) où faire le buzz était un job à plein temps; celui-là même qui a gagné la ferme célébrités en Afrique (je ne sais vraiment pas ce qu'avaient fait les Sud-Africains pour mériter ça).

 

Je crois en fait que le pire, c'est le mélange de tout ça, cette alchimie délicate, une espèce de pierre philosophale du bon goût. J'attends avec impatience la prochaine perle de Francky. ça va être difficile de faire mieux, mais faisons-lui confiance, il est plein de ressources.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

En écrivant la description du blog, une idée m'est venue (pas l'idée du siècle, mais bon...): je vais m'adresser directement au(x) lecteur(s), avec un tutoiement. Ainsi, si je n'ai qu'un seul lecteur, ça sera tout à fait à propos, si j'en ai plusieurs, chacun d'entre eux aura l'impression de se sentir unique, exceptionnel, et un lien de conivance virtuelle fort se créera (ou pas). J'avais annoncé, c'est pas l'idée du siècle...

Enfin bref, passons plutôt au pourquoi du comment de ce blog. En fait, ça fait un bout de temps (je dirais pas loin de 25 ans) que je suis plongé dans l'univers de l'imaginaire, que ce soit par le cinéma (d'animation ou plus traditionnel), la lecture, les bandes dessinées de tous horizons et bien entendu les jeux vidéo.

Pour info, ce que je fais dans la vie n'a rien à voir, puisque j'étudie les étoiles; je suis docteur en astrophysique (non, je ne plaisante pas). Ami jeune lecteur encore embourbé dans les études, tu pourras dire à tes parents qu'il est possible de passer des heures sur des jeux vidéo et néanmoins décrocher un doctorat, ils seront ravis de l'apprendre...

La crise de la trentaine approchant à grands pas, j'ai eu une espèce de déclic, et, à la façon de Martin Luther King, j'ai eu ce rêve de partager avec d'autres gens ce qui me fait vibrer depuis tant d'années. Me voici donc ici sur Gameblog, site dont j'apprécie énormément les qualités éditoriales et l'esthétique (ils ne m'ont pas payé pour dire ça).

Te dire ce que sera ce blog est difficile, car je pense que les idées vont se profiler au fur et à mesure, et sa personnalité se dessinera d'elle-même avec le temps. Je pense qu'il y aura des billets d'humeur, un peu d'humour (pas toujours drôle, et je m'en excuse par avance), et bien entendu, du jeu vidéo et autres activités récréatives et épanouissantes. Appelles ça comme tu veux: un gloubi-boulga, un melting-pot, une salade composée, un beau bordel, what else? Je me fixe l'objectif de l'étoffer au moins une fois par semaine, en fonction de mon emploi du temps, mais aussi et surtout en fonction des idées qui me viendront.

Allez, j'arrête là pour ce premier article, qui me semble déjà fort long. Tu apprendras, ami lecteur (et là, tu dois sentir la complicité s'installer), que j'ai parfois du mal à faire court et concis. À très vite.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Édito

Bienvenu, ô toi ami lecteur, gamer, geek, otaku, que sais-je encore... Te baladant sur la promenade des onglets, te voici arrivé ici, très certainement par hasard, mais qu'importe! J'espère que tu prendras autant (si ce n'est plus) de plaisir à me lire que j'en aurai à écrire.

 

 

Archives

Favoris