Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 02/01/19 à 16h26

Ajouter aux favoris

Catégorie : Réflexions... ou pas

Signaler
Réflexions... ou pas

Même s'il n'est pas aussi répandu aujourd'hui que le DVD, le Blu Ray s'est imposé comme le nouveau standard de support numérique et pour longtemps. Le passage de Microsoft à ce support pour la Xbox One confirme (il n'en était nul besoin) que le HD-DVD est définitivement enterré. Pour Sony, l'inventeur du Blu Ray, c'est une belle victoire sur l'histoire.

Nous sommes à la fin des années 70. L'industrie du cinéma fonde de grands espoirs sur l'arrivée de nouveaux supports à bande magnétique pour rentabiliser ses films. Les magnétoscopes et les cassettes pourront en effet être vendus au grand public pour leur proposer des séances à la maison.

De grands constructeurs sont sur les rangs et chacun tente d'imposer son format. Cette concurrence ne sera pas sans provoquer une certaine confusion auprès des consommateurs de l'époque. Les trois formats de cassettes sont évidement incompatibles entre eux et nécessitent chacun l'acquisition d'un lecteur spécifique. Dès lors quel format choisir ?

Le V2000 européen

Conçu et développé conjointement par Philips et Grundig et bien qu'utilisant une technologie intéressante et innovante (le DTF), le V2000 est arrivé trop tard pour s'imposer correctement, en particulier sur un marché où se battaient déjà deux autres formats. Une implantation insuffisante aura eu raison du format.

Le système Dynamic Track Following faisait l'originalité du V2000. Sans entrer dans des considérations techniques, il permettait d'effectuer des recherches rapides avec une image fluide en défilement rapide. Pas de déchirures et pas d'artefacts ou de bruits sur l'image. Même nos DVD et nos Blu Ray n'atteignent pas aujourd'hui la fluidité d'une recherche rapide sur V2000. Une caractéristique cependant très secondaire, puisque la qualité globale de l'image n'était pas sensiblement différente de la concurrence.

Distribué sur un marché restreint (l'Europe uniquement), le V2000 termine sa carrière dans l'anonymat en 1988.

Avec le VHS on enregistre le Superbowl

C'est JVC qui élabore et commercialise le Vertical Helical Scan. Oui, VHS ne signifie à l'origine pas Video Home System. C'est la seconde solution qui a été retenue afin de rester mieux ancrée dans la tête des consommateurs. Moins compliquée...

Le principal avantage du format était de proposer des durées d'enregistrement plus longues que la concurrence (de Sony, nous le verrons plus tard). D'emblée, avec des cassettes de 4H et malgré le fait que la norme NTSC demande une vitesse de rotation plus rapide, le VHS pouvait enregistrer d'une traite un Superbowl. Il semble que cela fût un argument de poids pour l'imposer sur la marché américain.

En ce qui concerne le reste du monde, le marketing et la gestion commerciale du VHS furent les plus efficaces. C'était le VHS que l'on trouvait dans les vidéo club et dans les grands magasins. Pourtant, ce n'était de loin pas le format qui proposait la meilleure qualité.

Sony : on ne transige pas avec la qualité

En face du VHS, Sony a placé le Betamax. Des cassettes plus petites, une vitesse de rotation plus élevée et donc, une qualité sensiblement meilleure. Seulement voilà, pendant longtemps la durée des cassettes beta a été plus courte et les coûts de production plus élevés. Lorsque ce défaut fut réellement compris par les ingénieurs de Sony, il était déjà trop tard. Il y a bien eu le beta 2 et le beta 3 qui atteignait la même autonomie que le VHS, mais au prix d'une réduction de qualité qui rendait le format d'aussi mauvaise qualité que le VHS.

Pour schématiser grossièrement, les possesseurs de magnétoscopes Betamax étaient généralement des passionnés de vidéo. Des utilisateurs à la recherche de qualité et des amateurs avertis. Ils laissaient au grand public la "médiocrité" du VHS.

D'ailleurs, la preuve la plus éclatante que le Betamax était supérieure, c'est que les pros utilisaient une version encore améliorée ; le Betacam. On en était donc pas loin...

La revanche de Sony

Sony a donc perdu une grande bataille de format au début des années 80. Une bataille qui a laissé des traces et dont les protagonistes ont su tirer les enseignements. Le DVD qui a totalement enterré le VHS est en effet issu d'une alliance entre ces anciens ennemis et de grands distributeurs de contenus. On retrouve JVC, Sony et Philips aux côtés de Toshiba, Hitachi, Matsushita, Pioneer, Thompson et Time Warner.

Mais les ingénieurs de Sony n'ont pas chômé pendant ce temps. Il fallait une technologie procurant un avantage décisif dans cette course au standard.

Il est amusant de constater que Sony a gagné sa guerre contre Toshiba (inventeur du HD-DVD) exactement de la même façon qu'elle avait perdu celle contre JVC. Surtout que tous les joueurs savent que Microsoft avait tenté de faire la nique à Sony et sa PS3 en sortant un lecteur HD-DVD pour la Xbox 360.

La capacité de stockage du Blu Ray est en effet très sensiblement supérieure à celle d'un HD-DVD, malgré les efforts de ce dernier pour augmenter ses performances (sans parler du choix du DVD pour les jeux). Le Blu Ray lui aussi s'est tiré vers le haut.

Que Microsoft soit obligé d'installer un produit breveté par Sony dans sa console dernier cri est un fait plutôt amusant dans l'histoire du jeu vidéo.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Réflexions... ou pas

J'ai toujours dans un coin de ma tête un papier à écrire sur les grandes surfaces. Certains y voient le mal d'autres des opportunités. On ne sait pas encore très bien si les conseils de ces vendeurs valent autant qu'un jambon à l'os ou si ce sont réellement des gens compétents qui s'occupent de ces rayons.

Quoi qu'il en soit la puissance financière des grandes surfaces leur permet de proposer des prix quasi imbattables sur certains jeux, probablement rachetés par palettes entières, sur des stocks d'invendus. Cela ne préjuge pas de leur qualité. Malheureusement pour les développeurs, qui auraient sans doute bénéficié de meilleures rentrées d'argent à la sortie de ces titres. J'en veux pour preuve Child of Eden que j'ai décroché à 10€. Si vous avez envie de découvrir un petit OVNI ludique j'en ai fait une vidéo il y a deux ans (Samizo, c'est le moment de l'acheter). Le UDraw est plus une occasion d'amuser mon fils, puisqu'au même prix, je trouve que faire joujou avec une tablette graphique est très acceptable.

D'ailleurs vous, de votre côté, est ce que vous êtes acheteurs de jeux dans les grandes surfaces ou restez vous fidèles à vos agasins spécialisés ? De mon côté, pour les jeux en day one, je vais plutôt chez les spécialistes si les prix ne sont pas trop élevés mais je passe toujours systématiquement dans le rayon des jeux à 10€ en grande surface. Les deux jeux présentés ici ont été trouvés dans un Auchan.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (16)


Signaler
Réflexions... ou pas

Souvenez vous, c'était il y a un peu plus de 10 ans. Un pari pour Microsoft, qui joue aujourd'hui à armes égales avec Sony. 500 millions d'investissement marketing, un prix très élevé pour l'époque et une PS2 qui écrasait tout. XBox était née.

Pour le meilleur et pour le pire.

 

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox, Xbox 360, Xbox One
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Réflexions... ou pas

Vous avez maintenant les premières cartes de la grande partie entre Sony et Microsoft en mains ! D'un côté la Playstation 4, de l'autre la XBox One. Si vous deviez en choisir une avec les données du moment, vers quelle machine iriez vous ?

 

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox One, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (29)

Signaler
Réflexions... ou pas

C'est la réflexion que je me suis faite pendant l'annonce de la nouvelle console de Microsoft. Surtout lorsqu'elle a été présentée comme étant le centre de loisir de la maison et plus un système interactif de divertissement, que juste une console. Visiblement, je n'ai pas été le seul.

Certains se souviendront peut être des publicités pour le CD-i. Les arguments se rapprochent sensiblement de la XBox One sur le fond (avec la voix de Schwartzy en plus :) ). La forme n'a évidement rien à voir... Dire que j'avais gagné mon CD-I avec un concours qui se déroulait pendant Rolland Garros (les joueurs étaient dirigés par téléphone !).

 

Voir aussi

Plateformes : 
CDi, Xbox One
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Réflexions... ou pas

C'est vrai, l'homme est capable du pire.

Mais j'aime à croire qu'il y a un équilibre. Que l'ombre n'existe pas sans lumière. C'est en tout cas de cette façon qu'on peut avancer un peu tous les jours.

J'ai eu l'occasion de tutoyer un peu l'afrique dans des circonstances plutôt stressantes. Ce continent est à l'image de l'homme. A la fois beau, et cruel. A la fois tellement plein d'amour et de violence.

Cette vidéo de Lindsey Stirling exprime bien la sincérité des rencontres que l'on peut faire sur ce contient. Elle me touche à cause de certains souvenirs.

J'espère qu'elle vous donnera le sourir. Une dédicace spéciale à Mikado ;-)

Bonne nuit !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Réflexions... ou pas

Ben oui quoi, c'est même la pub qui le dit

Il n'y a pas que dans les jeux vidéo que les clichés ont la vie dure...

Au fait, Caf et moi, on a la meilleur moto de la terre. Sauf que je suis jaloux de la sienne sponsorisée par Aperture :)

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

  
Signaler
Réflexions... ou pas

Vous avez sans doute vu passer cette vidéo de la peut être vraie fausse pub pour la PS4. Une pub sensée être leakée. Si elle est fausse, je trouve qu'elle est pas mal goupillée, même si certains ont trouvé des indices discordants.

En préambule, je vous propose de la regarder encore une petite fois, histoire de bien vous la mettre en tête.

 

La sobriété de la réalisation cadre bien avec l'ambiance utilisée généralement chez Sony pour ses consoles. On retrouve bien l'icônographie de la marque et les symboles clefs de la Playstation. Les plus observateurs auront d'ailleurs remarqué que les logos ne sont pas dans le bon ordre et ne sont pas tout à fait proportionels.

Mais en s'arrêtant sur quelques images, je trouve que je design est très cohérent avec ce que pourrait être la PS4.

Sur son aspect général, la PS4 ressemble à un mini PC. Et c'est ce qu'elle est. Un mini PC orienté 100% gamer. Bien plus large que sa grande soeur, elle semble un peu plus plate. La forme rectangulaire colle bien avec une politique de réduction des coûts de fabrication. Il est bien moins cher de faire une machine avec des formes simples. Cette ligne lumineuse à la Tron ne me semble pas exagérée. Cela ne coûte plus très cher en LED (c'est évidement la moins chère des LED avec une teinte bleutée) et cela souligne le côté High Tech et à la pointe de la technologie, que Sony a toujours voulu revendiquer.

Plus de fioritures non plus avec une position horizontale d'emblée. Difficile de juger de la profondeur de l'engin avec la perspective, mais j'ai bien l'impression que l'alimentation serait interne. Si c'était le cas, j'espère que la ventilation a été très bien étudiée dans la mesure où c'est un étage qui produit pas mal de chaleur. Et puis, plus c'est compact, plus c'est difficile à ventiler.

 

On s'approche un peu. Les voyants d'état n'ont rien de notable. En revanche, il y a un peu plus à dire sur les entrées mini USB. Le mini est loin d'être un format aussi répandu que l'USB classique (quelle belle formule). Deux avantages pour Sony à utiliser ce genre de format :

  1. C'est plus facile à caser physiquement dans l'architecture de la machine
  2. Cela permet de développer une gamme de périphériques plus spécifiques et donc plus lucratifs pour la PS4

 

Je suis plus surpris par le lecteur Blu Ray. Sony a ici encore fait le choix de proposer une première mouture haut de gamme. Alors que la PS3 est depuis sortie dans une version plus économe (un volet pour charger les disques), la PS4 se veut toujours classieuse et à la pointe avec un système sans volet ni tiroir. C'est certainement plus compact, mais le prix de revient va s'en ressentir. Sony ne voulait sûrement pas que la console fasse cheap.

Et vous, que pensez vous de tout cela ?

Voir aussi

Plateformes : 
PS4
Sociétés : 
Sony Computer Entertainment
Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Réflexions... ou pas

L'avantage d'avoir une situation "batarde" (parce qu'il y a surtout pas mal d'inconviénents aussi) c'est qu'on peut suivre des infos sur des canaux "pro" (non confidentiels) et parfois s'étonner de certaines annonces.

Certes, on sait tous que l'E3 est un salon de professionnels pour des professionnels. Cependant, il est tout de même suprennant de voir cela annoncé comme n'importe quelle destination de vacances. Une destination onéreuse oui (pour la durée du séjour), mais si vous avez une rédaction qui suit...

 

Jugez plutôt, un forfait all inclusive comme pour le club med

 

Des hotels qui affichent surtout des prestations de loisirs. Je m'attendais plus à ce qu'on précise qu'il y ait des salons de travail, des connexions internet performantes, des salles de presse. Non, il est important de savoir qu'il y a des restaurants à côté et que les studios universal ne sont pas loin...

 

L'accès au salon ne semble pas réservé aux professionnels journalistes ou acteurs du secteur. Ce n'est en tout cas mentionné nulle part sur la page d'annonce dont sont tirés ces screenshots. Il est bien précisé que si le forfait est payé, le pass est inclus

Alors ne soyont pas trolls. Il est très probable que bon nombre de rédactions seront soucieuses de leur budget et auront juste la tête dans le guidon pendant toute la durée de l'E3 (c'est ce qu'on voit à la Gamescom, qui n'est pas un rendez-vous aussi fort en termes d'annonces) à enchaîner les rendez-vous.

Et puis rien n'empêche effectivement de rester un peu plus longtemps et de profiter de la ville et de ses environs à ses frais. Après tout, le voyage en avion ne changera pas grand chose.

Mais la façon très "vacances" dont sont présentées ces prestations a de quoi surprendre tout de même.

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Édito

La parallaxe est l'incidence du changement de position de l'observateur sur l'observation d'un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment

High Score pour le Pixel Museum
Le premier musée du Jeu Vidéo
La Switch Hackée plusieurs fois


Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris