Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 16/11/14 à 22h24

Ajouter aux favoris

Catégorie : Vu en Théma

Signaler
Vu en Théma

 

 

La sortie de la 3DS a remis au goût du jour la question de la dangerosité de la 3D relief. Qu'elle soit utilisée pour les films, les jeux et maintenant grâce à un écran à filtre de parallaxe (ce blog est dans la 3DS, classe non?). Mais qu'en pensent les ophtalmologues ?

Article publié initialement en avril 2011. Republié ici en raison de la récente actualité

 

Vous avez peut être déjà entendu en discussion de comptoir, ou au coin de salon de discussion (au choix), quelqu'un se plaindre qu'un système 3D lui ait donné la nausée. Le succès d'Avatar a généré un certain nombre de ces discussions. « Et puis ma chère Lucette, je suis pas bien sûr que la 3D ça détraque pas les yeux, fatigué que j'ai été après le film ! ». Dans le monde du gaming, on se souvient aussi du cuisant échec (pas forcément justifié d'ailleurs) du Virtual Boy. Le point intéressant, c'est que cet échec fut en partie du aux avertissements légaux qui étaient mentionnés avec ce tout nouveau matériel. Il y en avait une page entière et avant même qu'il fut commercialisé en masse on se méfiait des risques que son utilisation pouvait engendrer. Le même phénomène se reproduit en partie avec la 3DS. L'avertissement, qui spécifie qu'il ne faut pas l'utiliser en dessous de l'âge de 7 ans peut faire penser qu'il y a danger potentiel et a suscité bien des commentaires, aussi bien de la part des médias généralistes que des spécialistes.

 

Avant d'aller voir plus loin (quel humour...), il faut rappeler la base de la vision stéréoscopique. C'est parce que notre cerveau va recevoir deux informations différentes qu'il va pouvoir former une image 3D de ce qui l'entoure. Il faut deux points de vue pour une même scène. L'écartement des yeux n'étant pas identique chez Tartampion et Trublion, ils ne vont pas percevoir tout à fait de la même manière la 3D. C'est aussi ce qui explique que Nintendo ait eu la sagesse de proposer une molette de réglage de l'effet 3D. Il s'agit en fait de régler le masque parallaxe pour qu'il soit parfaitement adapté à l'écartement de vos yeux.

 

On dit également ça et là qu'une personne sur 10 pourrait ne pas percevoir la 3D relief. C'est vrai pour les dispositifs artificiels qui cherchent à donner du relief. Mais pourquoi alors ces personnes perçoivent les reliefs dans la vie de tous les jours ? Parce qu'en activité normale, la tête bouge et les yeux également (et sans arrêt, ils ne sont pas fixés sur un point) ce qui modifie la perspective. En alliant à cela d'autres subtilités comme la netteté (les objets éloignés sont moins nets) et les variations de couleur on reconstitue le relief. Pour illustrer le principe du mouvement qui crée le relief, vous pouvez essayer les gif animées en relief. Je vous donne un petit exemple ci-dessous, vous pouvez en voir d'autres ici.

 

Mais alors, comment savoir si on peut acheter la 3DS et profiter de sa 3D ? Simple, il suffit de lire Parallaxe (sans la barrière qui va avec).

 

Avec le petit test ci-dessous, vous pouvez facilement savoir si votre perception 3D est optimale.

 

Centrez vous sur l'oeil de l'image ci-dessous.
Regardez cet oeil attentivement (faites le point dessus)
Placez votre pouce à peu près à mi-distance entre l'écran et votre nez tout en continuant à regarder l'oeil
Vous devriez maintenant voir deux pouces de part et d'autre de l'oeil (il faut parfois bouger un peu le pouce de gauche à droite)
Maintenant, regardez votre pouce. Ce sont les deux yeux qui sont de part et d'autre de votre pouce

Vous êtes prêt pour l'expérience 3D de la 3DS !

 

Dans le cas contraire, vous faites peut être partie des 10% qui ne perçoivent pas correctement la 3D relief et si vous n'avez vraiment pas de chance, découvrir que vous êtes amblyope. Cette pathologie, curable dans la plupart des cas, résulte de l'incapacité d'un des deux yeux à transmettre une information valide au cerveau. Les causes peuvent en être multiples et vous en avez peut être déjà entendu parler comme d'un « oeil paresseux ». Ce qui fait moins peur que de dire qu'on est amblyope...

 

A l'inverse, vous pouvez également être porteur d'un strabisme qui engendre des risques différents avec l'utilisation de la 3D relief. Le mécanisme de reconstitution de la 3D par le cerveau est ici également concerné. Le risque serait non pas d'ignorer une des deux images, mais au contraire de les superposer sans les reconstituer. La personne qui louche et a compensé ce "défaut" pourrait alors voir double. En soirée mondaine, on appelle cela la diplopie. Le postulat de cet article est bien sûr de considérer que l'utilisateur n'est porteur d'aucune pathologie connue... Auquel cas on imagine bien que l'intéressé aurait le bon sens de consulter au préalable (vous iriez courir un marathon avec des genoux en vrac vous ?).

 

Attention, je ne dis pas que si vous ne voyez pas la 3D, vous êtes amblyope. Mais la 3DS pourrait en partie être remboursée par la sécurité sociale si elle permet de mettre en lumière un trouble de la vue curable lorsqu'il est décelé à temps. En fait, on se retrouve exactement dans la même situation que pour l'épilepsie. La 3D relief n'abîme pas les yeux au même titre que les jeux vidéos ne rendent pas épileptiques. Elle peut simplement mettre en lumière un problème, qui en situation normale est indécelable. Il est également parfaitement normal de se fatiguer à l'utilisation de la 3D, de la même manière qu'on se fatigue lors d'un effort physique inhabituel ou prolongé. L'avertissement de Nintendo concernant les jeunes enfants n'a donc d'autre but que se blinder légalement et d'appliquer le principe de précaution à l'extrême. D'ailleurs, vous avez peut être déjà vu sur mon Blog que je suis un père indigne.

 

Vous avez maintenant un bel argument pour faire acheter la 3DS à votre entourage. « On sera sûrs que nos vues sont parfaites sans aller raquer la consultations de l'ophtalmo ! »

 

A lire aussi : La 3DS est arrivée

Lire également : Les enfants et la 3D "on se sème pas la panique comme ça"

 

Sources :

Interview videogames Pockett Dr Valérie Aubert
Canard PC Hardware N8, p87 interview du Dr Jean Antoine Bertrand
Gamekult ITW 3DS, l'avis d'un ophtalmo
Le nouvel Observateur, interview du Pr Alain Pécherau

Voir aussi

Sociétés : 
Nintendo
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Vu en Théma

[MAJ] Article remonté en rapport avec cette actu.

Cet article est passé en théma GameBlog, merci !

J'ai récemment participé à un fil de discussion concernant le revente des jeux vidéo. Le directeur créatif de THQ (Cory Ledesma) affirmait qu'acheter des jeux d'occasion c'était les tromper. S'en suivait une discussion animée (comme souvent dans les tuyaux ici) concernant le droit de revente des jeux vidéos. Le sujet pose en fait plusieurs questions. Ce n'est pas le premier à s'attaquer à la chose, EA et Ubisoft ont déjà fait part de leur intentions de tondre, pardon de récupérer une dizaine d'euros par jeu d'occasion.

Tu l'as dans le CLUF

En effet un forumeur a cru voir dans les CLUF, les Contrat de Licence d'Utilisateur Final, mention de l'interdiction de revendre le logiciel. Vous savez les CLUF ou encore EULA (End User Licence Agreement) en anglais dans le texte. Mais si, ces textes que vous ne lisez jamais et que vous acceptez sans sourciller. De toute manière, soit vous les acceptez, soit vous ne jouez pas. Première contradiction dans le principe. Pour pouvoir lire le contrat, il faut ouvrir la boîte. Or le code de la consommation (Art L121-20-2) ne prévoit d'autoriser le retour d'un logiciel (c'est le droit de rétractation) que si ce dernier est encore scellé. En outre le CLUF inclue presque systématiquement la possibilité de modifier le contrat sans préavis et à loisir...

Mais ce n'est pas parce qu'un éditeur écrit ce qu'il veut dans le CLUF que le consommateur doit s'y tenir. Même si ce genre de contrat n'entre dans aucune catégorie juridique définie, les CLUF ne sont pas au dessus des lois des pays où sont vendus les jeux. En principe, on peut considérer ces contrats comme des contrats d'adhésion relevant du commerce électronique. De ce fait, on peut tout à fait caractériser des situations de clauses abusives (directive 93/13/CEE du 5 avril 1993) et s'appuyer encore une fois sur le code de la consommation français pour protéger le joueur. L'article L 131-1 stipule en effet ; Dans les contrats conclus entre professionnels et non-professionnels ou consommateurs, sont abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du non-professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat

Et les déséquilibres sont souvent légion dans les CLUF. Pas de négociation, pas le choix. La partie forte impose, l'utilisateur n'a que le choix de rentrer chez lui.  L'éditeur s'arroge très souvent le droit de modifier à loisir le contrat et s'exonère d'un certain nombre de responsabilités qui semblent pourtant évidentes (le maintient d'un service par exemple). Dans le cas ou le CLUF n'est pas rédigé en français, il est en contradiction avec la loi Toubon et donc caduc. Pour finir, le CLUF demande également souvent à l'utilisateur de renoncer à tous ses droits de propriété intellectuelle. Par exemple en créant des niveaux avec un éditeur inclus, des histoires supplémentaires etc. Toutes proportions gardées, c'est comme si Microsoft s'appropriait les droits de tout ce qui est écrit avec word... Les éditeurs ne sont pas idiots. Ils vont se retrancher derrière le désir d'éviter l'anarchie avec leurs créations. De louables intentions pour éviter que la communauté ne détourne leurs oeuvres en faisant preuve de mauvais goût ou pire en essayant de faire passer de la pornographie ou des idées subversives. Seulement l'arsenal juridique pour traiter ce genre de souci existe déjà. Nul besoin de CLUF.

Revenons à nos moutons. Quand bien même ce forumeur aurait trouvé mention d'une interdiction de revente de logiciel, il ne prendrait aucun risque à aller le vendre, même devant les portes de l'éditeur.

Mon précieux est à moi

En droit européen il existe une directive qui confirme que le logiciel que j'ai acheté m'appartient et que je peux le revendre. Il s'agit du droit d'épuisement. C'est la Directive 91/250/CEE du Conseil, du 14 mai 1991, concernant la protection juridique des programmes d'ordinateur. Elle stipule dans son article 4 que La première vente d'une copie d'un programme d'ordinateur dans la Communauté par le titulaire du droit ou avec son consentement épuise le droit de distribution de cette copie dans la Communauté, à l'exception du droit de contrôler des locations ultérieures du programme d'ordinateur ou d'une copie de celui-ci. J'ai donc parfaitement le droit de revendre mon jeu. Il est bien évident qu'il faut faire la différence entre la possession du support matériel et le droit de la propriété intellectuelle qui n'est pas acquis. Pourquoi est ce important ? Parce que le téléchargement d'oeuvres immatérielles liées à un compte (steam par exemple) n'est pas soumis à ce régime. La directive du 22 mai 2001 le confirme dans son considérant numéro 29 ; La question de l'épuisement du droit ne se pose pas dans le cas des services, en particulier lorsqu'il s'agit de services en ligne. [...] Contrairement aux CD-ROM ou aux CD-I, pour lesquels la propriété intellectuelle est incorporée dans un support physique, à savoir une marchandise, tout service en ligne constitue en fait un acte devant être soumis à autorisation dès lors que le droit d'auteur ou le droit voisin en dispose ainsi.

L'occasion au secours du neuf

La question des CLUF est réglée, celle du droit de revente aussi. Venons en maintenant au marché de l'occasion qui tuerait celui du neuf. Tout d'abord, il faut noter que ce marché a existé de tout temps. Cela n'a jamais empêché nos chers éditeurs, distributeurs et constructeurs de prospérer. Ce qui les tue, c'est la concurrence, pas le consommateur. Ensuite, d'autres intervenants du forum l'ont souligné, si on revend son jeu, c'est très souvent pour en acheter un autre. Et acheter un jeu d'occasion ne signifie donc pas une perte de vente de jeu neuf pour l'éditeur. Vision arrangeante, mais réductrice.

Le marché de l'occasion est en fait un catalyseur des ventes de jeux neufs. Eh oui. Si vous faites attention à votre budget et en fonction de l'affect que vous allez avoir avec le titre en question, vous pouvez déjà envisager le coût réel de votre investissement en déduisant son prix de revente. Si je trouve Modern Warfare 2 à 40€ en neuf et que je sais que je vais pouvoir le revendre environ 20€, il ne m'aura au final coûté que 20€. En supposant que je veuille investir dans un autre jeu à 40€, je vais injecter une somme supplémentaire et m'offrir un autre jeu neuf. La boucle est bouclée. En économie, on appelle cela "l'appropriabilité indirecte". Le vendeur initial peut bénéficier de ventes supplémentaires grâce à la revente du particulier.

Continuez à chercher les bonnes affaires, continuez à profiter du marché de l'occasion. La culture jeux vidéo est vaste aujourd'hui, il serait dommage de ne pas en profiter. Et puis, c'est une autre façon de tordre le cou au piratage sans non plus se ruiner.

 

Références :

- Le marché des jeux vidéo d'occasion est-il pire que le piratage ?

- La nature juridique du contrat de licence sur un logiciel

- Jeu vidéo 2.0 : le véritable Far West du droii d'auteur

- Location et téléchargement de jeu vidéo : quelle réglementation ?

 

Pour ceux qui ont lu jusqu'au bout. Et pire ceux qui ont lu la CLUF dans cet article, vous n'avez rien remarqué ? Si oui, bravo, si non voyez ceci.

Voir aussi

Sociétés : 
Electronic Arts, THQ, Ubisoft, Microsoft
Ajouter à mes favoris Commenter (29)

Signaler
Vu en Théma

La récente affaire du PSN piraté a fait ressurgir les vieux démons de la fraude à la carte bancaire. Les milliers de numéros de cartes potentiellement utilisables ont rappelé aux utilisateurs qu'ils n' étaient pas à l'abri. Mais quels sont les risques réels pour nos portefeuilles et comment les éviter ?

Tous concernés

L'usage de la CB est extrêmement répandu, en particulier en France. Neuf personnes sur 10 possèdent une carte de paiement. Elle est de plus en plus utilisée, aussi bien pour les retraits d'argent liquide que pour les règlements chez les commerçants. Huit personnes sur 10 l'utilisent à chaque fois que c'est possible. Les achats sur internet sont bien entendu également concernés et en très nette progression. En 2010, un français sur deux utilise sa carte pour faire des achats sur le net contre 38% en 2009. Même si 77% des sondés considèrent que ce moyen de paiement est sûr, ils sont beaucoup plus circonspects concernant leur utilisation sur internet. Un internaute sur deux considère qu'il prend un risque lorsqu'il utilise sa carte sur internet. La fraude à la carte bancaire préoccupe donc une majorité de français surtout sur la toile. Mais il n'y a pas que sur le réseau que les CB sont piratées.


La fraude, pas seulement sur internet...

Les trois quart des fraudes relevées ne sont pas du fait de transactions internet. C'est en se faisant voler sa carte ou en ayant été victime d'une copie illicite que les clients sont floués. Les systèmes et les stratagèmes de copie sont multiples. Un tiers mal intentionné peut en effet relever votre numéro de carte et ensuite retenir votre mot de passe si vous n'êtes pas vigilant. A la faveur d'un règlement commerçant par exemple. Des systèmes d'enregistrement placés par dessus les automates de banque sont destinés à saisir toutes les données des cartes et à enregistrer les manipulations sur le clavier. Ils sont de plus en plus perfectionnés et difficiles à repérer. Les voleurs les plus astucieux utilisent des cartes à puce téléphoniques pour que ces données soient immédiatement relayées en toute sécurité ! De plus, la carte à puce telle que nous la connaissons n'est plus inviolable. Même sans le code, Ross Anderson, un professeur de l'université de Cambridge, a réussi à simuler une transaction validée par l'organisme de vérification. Le matériel utilisé est spécifique et trop encombrant pour passer inaperçu dans un usage classique. Mais la brèche est ouverte...

...Mais en augmentation

En 2009 on a noté une nette augmentation des fraudes et tentatives de fraude. Cette tendance se renforce, même si le panier moyen du montant de la fraude baisse. Quoi de plus simple pour un fraudeur d'utiliser un numéro de carte bancaire et vos coordonnées postales ? Il suffit qu'il se trouve à l'étranger pour que vous soyez certain de ne pas pouvoir intervenir à temps... En pratique le consommateur s'expose à trois types de risques :

  • Le site véreux. Pas de chance vous êtes tombé sur un mauvais numéro. Non seulement la marchandise n'est pas envoyée, mais en plus vos coordonnées sont effectuées pour réaliser des achats bien réels.

  • Le piratage « classique ». Soit en écoutant « sniffant » votre connexion (rare pour un particulier), soit en allant chercher les informations stockées sur les serveurs des sites marchands. C'est ce qui s'est produit avec le PSN.

  • L'utilisation de logiciels espions qui s'installent à votre insu sur votre machine et renvoient des infos sensibles à un tiers (les keyloggers par exemple enregistrent les séquences récurrentes pouvant ressembler à des mots de passer et à des codes)

Comment se protéger ?

La riposte s'échelonne sur plusieurs niveaux. D'abord au niveau des établissements émetteurs qui ont mis en place des cellules de surveillance pour repérer les transactions suspectes. Pays à risques, montants élevés, type de marchandise achetée. Les opérateurs s'aident de logiciels qui repèrent ces transactions et contactent le propriétaire de la carte. C'est une vérification directe. Ensuite, l'utilisateur lui même doit respecter un certain nombre de consignes pour limiter les risques.

D'une façon générale :

- Vérifiez régulièrement qu'elle est en votre possession.

- Si votre carte comporte un code confidentiel, gardez-le secret. Ne le communiquez à personne. Apprenez-le par coeur, évitez de le noter et surtout ne le rangez jamais avec votre carte.

- Lorsque vous composez votre code confidentiel, veillez à le faire à l'abri des regards indiscrets. N'hésitez pas en particulier à cacher le clavier du terminal ou du distributeur de votre autre main.

- Vérifiez régulièrement et attentivement vos relevés de compte.

- Ne la prêtez à personne, même pas à des proches.

Lors des paiements chez un commerçant :

- Vérifiez l'utilisation qui est faite de votre carte par le commerçant. Ne la quittez pas des yeux.

- Pensez à vérifier le montant affiché par le terminal avant de valider la transaction.

Lors des retraits sur les distributeurs de billets :

- Vérifiez l'aspect extérieur du distributeur, évitez si possible ceux qui vous paraîtraient avoir été altérés.

- Suivez exclusivement les consignes indiquées à l'écran du distributeur : ne vous laissez pas distraire par des inconnus, même proposant leur aide.

- Si votre carte est avalée par un automate, que vous ne pouvez pas la récupérer immédiatement au guichet de l'agence, téléphonez immédiatement à votre banque pour confirmer qu'elle est bien en rétention ou déclencher une opposition

Ces conseils sont valables pour l'utilisation quotidienne de votre CB. Sur un ordinateur et en utilisant internet, vous aurez probablement déduit les comportements à adopter avec les risques qui ont été exposés ci-dessus. Voici la liste de conseils de l'observatoire de la sécurité des cartes de paiement.

Lors des paiements sur Internet :

- Protégez votre numéro de carte : ne le stockez pas sur votre ordinateur, ne l'envoyez pas par simple courriel et vérifiez la sécurisation du site du commerçant (cadenas en bas de la fenêtre, adresse commençant par « https », etc.).

- Assurez-vous du sérieux du commerçant, vérifiez que vous êtes bien sur le bon site, lisez attentivement les conditions générales de vente.

- Protégez votre ordinateur, en activant les mises à jour de sécurité proposées par les éditeurs de logiciel (en règle générale gratuites) et en l'équipant d'un antivirus et d'un pare-feu.

Personnellement, j'utilise NOD32 qui est vraiment excellent (et peu gourmand). Il n'a encore jamais été pris en défaut. Je ne le soumet pas non plus à rude épreuve en évitant d'aller télécharger à gauche et à droite et en visitant au maximum des sites de confiance. De plus en plus d'établissements bancaires mettent à disposition divers moyens de sécurisation des transactions internet. Cartes matricielles, codes téléphones et même dispositifs de clefs USB avec certificats électroniques et lecteurs spécifiques.


Je suis prudent, mais Sony m'a trahi

Ne soyez pas vexés si je cite Sony. Ce genre de mésaventure aurait tout aussi bien pu arriver à Microsoft (aucun système n'est infaillible à 100%) et même Nintendo a déjà pu se faire des frayeurs. En tout cas, malgré toutes les précautions d'usage, vous êtes victime d'une fraude. Que faire ? Tout d'abord si vous n'êtes plus physiquement en possession de votre carte (perdue ou volée), il convient de rappeler des évidences : faites opposition immédiatement et le cas échéant, portez plainte. Pour ce faire passez un coup de fil à votre banque et confirmez cette demande par lettre recommandée avec AR. En cas de litige, seule cette dernière fera foi. Toutes les opérations réalisées après cette opposition seront dégagées de votre responsabilité. Quant aux opération antérieures, elles seront couvertes au delà d'une franchise de 150€. Le délai d'antériorité pour les opérations frauduleuses est spécifiés dans le contrat qui vous lie à la banque. Toutefois, il ne peut être inférieur à deux jours. En revanche, si la banque parvient à prouver qu'il y a eu une négligence manifeste de votre part (code livré avec la carte, pas de signature sur la carte) vous serez réputé responsable des dépenses et frais qui y seront relatifs.


Lorsque vous êtes toujours en possession de votre carte, vous êtes dégagé de toute responsabilité à compter de votre opposition par lettre AR. La logique ne vous empêche bien entendu pas de passer un coup de téléphone ou mieux, de passer directement en agence. Les sommes litigieuses doivent alors être recréditées dans le mois qui suit la réception de la lettre.

En pratique, si vous êtes vigilants concernant les mouvements de votre compte carte, vous ne risquez donc pas grand chose. Le premier lésé dans l'affaire serait le commerçant qui ne sera pas crédité du montant de la transaction. C'est la banque qui annule l'opération. C'est pourquoi, ce sont souvent les sites marchands qui sont à l'initiative de mesures de vérifications et de systèmes de recherche d'opération frauduleuses. Mais s'il a déjà expédié la marchandise, c'est une perte sèche...

Nous voici donc rassurés et deux fois plus nombreux (un homme averti en vaut deux, souvenez vous). Mais nos coeurs de gamers restent inquiets par rapport à un autre aspect de notre loisir favori.


Et si on me vole du vent ?

La mésaventure de Sony amène de l'eau au moulin des détracteurs du dématérialisé (dont je suis). Comment profiter d'un service qui peut presque à tout moment être mis en carafe par des pirates ? Comment faire confiance à des systèmes qui doivent obligatoirement disposer d'une connexion internet pour fonctionner ? Presque 10% des utilisateurs de PS3 ne pouvaient pas lancer leur jeu parce qu'il faut que la console se connecte au PSN ! Même lorsque j'ai la galette et la machine qu'il faut en parfait état de fonctionnement, je ne peux pas en jouir (souriez le mot est utilisé à dessein (des seins?)).

Je peux comprendre qu'on ne puisse pas assurer 100% d'un service en raison de certains impondérables. Il arrive que ma Freebox décroche, il arrive que le NRA ait un problème, il arrive qu'un serveur soit down. Mais que je ne puisse pas démarrer ma voiture parce que le GPS n'est pas arrivé à se connecter. Comment dire... Non. Encore heureux que cette mésaventure soit arrivée sur un système gratuit (dommage pour ceux qui paient le PSN plus et d'autres services Sony).

En conclusion, au delà des risques pour mon portefeuille qui sont maîtrisés (avec ce que vous venez de lire) c'est plus cet aspect qui me dérange.

 


Sources :
Observatoire de la sécurité des cartes de paiement
L'internaute : Fraude à la carte bancaire : Internet, le faux coupable
Droit-fiances.net : Carte bancaire et Fraude, qui est responsable ?
01.net : Les cartes bancaires sous la menace d'une fraude
lescomparateurs.com : Les risques du paiement en ligne par carte banquaire
Loi 2001-1062 du 15 novembre relative à la sécurité quotidienne

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

  
Signaler
Vu en Théma

Éric... C'est le prénom que j'ai donné à mon fils. Ça sonnait bien et la plupart des Éric que j'ai connu étaient des gens sympa. C'est en revenant sur Another World (à la faveur d'un Micro Kids) que j'ai réalisé qu'un autre Éric avait marqué son (mon) temps. Il s'agit bien sûr d'Éric Chahi.


Comme beaucoup d'autres pionniers du jeu vidéo Eric Chahi ne s'était pas engagé dans cette voie par ses études. Il gaspillait justement tout son temps à programmer sur ses premières machine le SX81 et l'Oric 1. Autodidacte complet comme il le précise plusieurs fois dans ses interviews, il se forme sur le tas et à force de travail. Un peu comme l'explorateur fait son chemin à la machette. Homme à tout faire dans la pure tradition du « garage game », Éric s'occupe de la programmation, mais aussi des graphismes de l'animation, de la mise en scène du level design... Bref, tout ce qui fait un jeu vidéo. Évidement on ne peut pas parler de chef d'oeuvre avec les premiers jeux sur Oric (Frog, Carnaval...). Le premier jeu qui remportera un succès notable sera « Les voyageurs du temps ». Un point and click sur lequel il aura oeuvré principalement en qualité de graphiste.

Tous ces travaux vont lui permettre d'affirmer son talent, sa technique et de développer sa fibre artistique évidente. Il s'imprègne de toute sa culture de l'époque et de ce qu'il aime (Star Wars, Dragon's Lair, Retour vers le futur, Dragonball) pour élaborer son projet Another World. C'est d'ailleurs en voyant comment Dragon's Lair a pu être adapté sur Amiga que Chahi réalise qu'il peut mener à bien son projet de jeu cinématographique. Techniquement le jeu est révolutionnaire. Il utilise une technique de rendu vectorielle qui donne au jeu son aspect si caractéristique. Cette technique associée à du motion capture (ou plutôt du rotoscoping, qui s'en approche) qu'il effectue lui même, donne un résultat stupéfiant. L'animation est extrêmement réaliste, fluide et riche pour l'époque et le support. Seul bémol, une durée de vie un peu courte. Carence réparée quelques temps plus tard, puisqu'un niveau sera ajouté. Mais le jeu possède une approche très originale. Éric veut raconter une histoire et ressentir des émotions dans un jeu. Le score, la performance ludique ne l'intéresse pas. Une approche qui fait penser au bien plus récent Heavy Rain (dans son concept, pas dans sa forme bien entendu). Lester (le héros) c'est une part de Chahi. Il est d'ailleurs quasi seul à travailler sur Another World pendant deux ans ! Je vous laisse découvrir Another World et son making off au travers de ces quelques vidéos. Si vous voulez découvrir le jeu ou le redécouvrir, il est disponible en version haute définition ici.

Pendant qu'Interplay développe une suite à Another World, Chahi se concentre sur son nouveau projet ; Heart of Darkness. Un développement compliqué verra la durée de gestation se prolonger bien au delà des prévisions. Du coup, lorsque le jeu sort, il a déjà du retard sur la concurrence et des principes de jeu qui commencent à dater. Avec des graphismes largement plus dessin animé, le jeu garde des concepts de gameplay utilisés dans Another World. L'accueil est mitigé. Le jeu dispose cependant d'une véritable âme grâce à une belle direction artistique. La musique par exemple est interprétée par un orchestre philharmonique (merci le CD-ROM). C'est en partie ce qui le sauve. Mais le créatif est déçu et décide de s'éloigner du monde du jeu vidéo.


Un mal pour un bien, puisque le monsieur en profite pour développer ses talents artistiques. Peinture, musique, théâtre mais surtout photographie avec une passion affichée pour les volcans. Il fait son retour vidéo ludique avec un nouveau projet qui lui ressemble. Ou plutôt qui ressemble probablement à ce qu'il a développé pendant ce congé sabbatique du jeu vidéo. Les premières images de From Dust montrent clairement des volcans et une préoccupation marquée pour la nature et les interactions qui vont la caractériser. A ce stade du développement, From Dust semble être un god game qui mélange du populous (pour l'aspect terraformation) et du Black and White (pour la gestion dynamique des interactions entre les actes du joueur et les conséquences que cela entraîne). From Dust est un jeu très attendu, puisque cela fait longtemps que ce type de jeu n'est plus arrivé sur nos écrans et qu'il marque également le grand retour d'un créateur de légende aux affaires.

La chose qui me frappe lorsque je regarde toutes les interviews d'Eric Chahi, c'est cette éternelle expression de sourire, de malice qui émane de son visage. Des yeux qui rient et qui semblent s'amuser de tout et pétiller de vie. Il doit certainement avoir des jours sans, mais il émane d'Éric Chahi une sympathie, une fraîcheur et une humilité que je vois rarement. On le retrouve encore avec cette interview de GameBlog.


Décidément, Éric j'aime beaucoup comme prénom.


Si vous voulez retrouver l'actu d'Eric Chahi n'hésitez pas à faire un tour sur son site officiel.

Voir aussi

Jeux : 
Another World
Sociétés : 
Delphine Software
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Vu en Théma

 

Cet article est passé en théma GameBlog, merci !

On a souvent comparé les deux mondes. L'évolution du jeu vidéo et du cinéma ont connu des phases similaires. L'un s'est nourri de l'autre et avec les enjeux commerciaux, il s'est noué une relation de "je t'aime, moi non plus" entre ces divertissements. L'arrivée et le succès des nouveaux périphériques a fait chauffer les claviers. Tout d'abord la Wii, puis Move et Kinect. Coup de gueule de Cyril Drevet, réponse du berger à la bergère de la part d'AHL et très nombreuses réactions sur les forums et les blogs. A mon tour, maintenant que le plat est un peu moins chaud, de me mettre à table.

Une histoire parallèle

L'évolution des deux mondes est très parallèle. Alexis Blanchet brosse un tableau très exhaustif des liens qui se sont tissés entre ces frères ennemis. Je vous laisse découvrir cela en lisant Des pixels à Hollywood si le coeur vous en dit. L'ouvrage est intéressant, mais un peu aride (j'en ai déjà parlé ici). Mais cette fois, c'est sur le plan technique que je voulais faire une petite comparaison.

Le cinéma a commencé avec des images animées. Dit comme cela c'est un peu trivial. Mais c'est la bête vérité. On aligne des images avec des procédés plus ou moins ingénieux, on les fait défiler. Le phénomène de persistance rétinienne et notre cerveau font le reste : les images s'animent. Toute une série d'inventions avec des noms se terminant en scope tentent de séduire le public. C'est le cas du kinetoscope inventé par Edison. Pourquoi je parle de ce procédé plutôt qu'un autre ? Le kinetoscope est installé dans le monde entier à la fin du 19ème siècle dans des salles spécialisées. Des salles qu'on trouve dans les fêtes foraines... Vous me voyez venir ? Un peu comme les salles d'arcade. La compagnie d'Edison aura son studio (de développement ?) de création pour alimenter tous ces appareils.

Le cinématographe breveté en 1892 fera la gloire des frères lumières. La naissance du cinéma est généralement associée à la projection de leur premier film en 1895. Rassurez vous, je ne vais pas détailler l'histoire du cinéma jusqu'à nos jours, mais je vais tout de même garder des lignes qui sont très facilement superposables à nos passions. Au début l'invention fait des émules, on filme un peu de tout, on commence à structurer un langage et les codes qui vont former la discipline. Les sujets sont très souvent purement illustratifs. Les vacances d'une famille royale, un combat de boxe, la visite d'une ville. Mais il manque le son. Le cinéma reste muet ou tout au plus habillé par des musiciens ou des narrateurs en salle jusque dans les années 20. L'économie n'a pas attendu pour se structurer autour de ce juteux marché et elle aura d'ailleurs bien du mal à s'adapter à l'arrivée massive du parlant. Vous en avez une amusante illustration dans le film Singing in the Rain.

Techniquement il manque encore au cinéma la couleur. Il y a bien eu des mises en couleur à la main et dès 1935 un long métrage en Technicolor trichrome. Mais ce n'est que dans les années 60 qu'elle s'impose réellement. Évidement depuis, la qualité graphique des oeuvres cinématographiques n'a cessé d'évoluer de façon exponentielle. Le cinéma est passé au tout numérique et nos enfants ne comprendront pas bien ce que viennent faire ces immenses bobines de films sur ces immenses projecteurs. Après une première tentative avortée, la 3D tente à nouveau de séduire les spectateurs.

Les moyens de production ont changé. Il n'est plus question d'avoir juste deux personnes pour tourner un film. Il faut quelqu'un pour prendre le son, des techniciens pour s'occuper de l'étalonnage vidéo, des effets spéciaux... Il faut des gens pour rédiger les scénarios, pour gérer les relations avec la presse et les critiques.

Le jeu vidéo fait son cinéma

L'évolution de l'histoire du jeu vidéo est curieusement similaire à celle du cinéma. Il nait d'abord avec les chercheurs qui s'essaient à utiliser des machines scientifiques pour d'autres usages (oscilloscope, stations de calcul). Les jeux vidéos envahissent d'abord les centres commerciaux et autres salles de jeux avec des bornes qui ressemblent étrangement au principe du kinétophone. Un hardware distribué pour lequel on va fournir un contenu variable et renouvelé. Ce sont également de petites équipes qui vont créer ces jeux au départ. Pas vraiment de catégories non plus. De la même façon qu'on filmait tout et n'importe quoi, on développe un peu tout et n'importe quoi. Les genres se créent.

Le cinéma est venu dans les foyers via la télévision et les différents systèmes de projection (le super 8 était là avant la VHS et sa guerre avec le betacam), les bornes sont arrivées dans les foyers avec les premières consoles. D'ailleurs, comme on vous promet le cinéma à la télévision, on promet aux joueurs l'arcade à la maison. Le marché s'est évidement structuré, le développement de jeux évolue. On cherche à utiliser de grosses licences, il faut trouver des gens pour programmer, mais aussi des graphistes, et des musiciens. La technique évolue vite. Encore plus vite que pour le cinéma. A l'instar du parlant et de la couleur dans les films, le support ludique passe à la qualité sonore des CD et à la 3D pour ses graphismes. Il faut aussi des sociétés tierces pour faire la promotion de ces titres et gérer les relations presse.

Aujourd'hui, nous avons deux marchés du divertissement qui sont encore très largement superposables dans leur façon de produire leurs médias et de les distribuer. Nous sommes passés à des équipes gigantesques pour les titres AAA, de la même façon qu'on met des moyens énormes pour les plus gros blockbusters. Pire, il n'y a parfois que l'interactivité du jeu vidéo pour le différencier d'une production cinématographique (Avatar, c'est tout de même 100% images de synthèse, du motion capture et du doublage, tiens comme Heavy Rain les QTE en moins). A côté de cela, on trouve des productions peut être moins ambitieuses, mais tout aussi intéressantes sur le plan ludique. Pourquoi ce long exposé des similitudes entre l'évolution du cinéma et le jeu vidéo ? Parce que les publics qui consomment sont également superposables et que tant qu'il y aura des gens pour acheter, il y aura des gens pour produire et en vivre.

Je ne vais pas mourir

Dans l'histoire du cinéma, comme dans celle des jeux vidéos, on trouve aussi les mêmes angoisses. La cassette VHS va tuer le cinéma. Le téléchargement va tuer le cinéma. Le CD-ROM va tuer le jeu vidéo, le téléchargement va tuer le jeu vidéo. Si les utilisations illégales de ces médias ne font certainement pas du bien à ces marchés respectifs, force est de constater que les deux meilleurs ennemis sont toujours présents et se portent encore mieux qu'il y a 10 ans.

Le jeu vidéo s'est démocratisé. Au même titre qu'un film peut être estampillé grand public, on met maintenant l'étiquette casual et même simplement grand public. Dans les podcasts de Gameblog on utilise le terme « lambda » pour nommer ce type de joueur. Et ce joueur représente désormais une part énorme de la clientèle. Il est donc bien normal que des périphériques destinés à cette clientèle fleurisse au grand dam de Cyril (pour les interfaces que cela génère pas pour les gens :-)). Mais à côté de cela, on trouve tout un public cinéphile. Un public qui en plus d'aller voir de temps en temps des grosses productions vendues d'avance, va s'intéresser au cinéma d'auteur et à des films qui peuvent porter des réflexions plus profondes et toucher nos coeurs. Ce public fera plus attention à la mise en scène, à la mise en lumière, au contexte général d'un univers incarné par le film et à l'ambiance qui s'en dégage. Ce sont les équivalents des hardcore gamers.

Je suis ce joueur. Je suis celui qui décide de consommer et des grosses productions (Black Ops, Uncharted), mais aussi celui va aller vers des productions comme Braid ou Limbo. Je suis aussi celui qui va s'amuser comme un gamin avec Wii sports et voir jouer tout sa famille dessus. Je suis celui qui va passer des heures sur un jeu pour en explorer tous les recoins. Je n'ai pas encore goûté au snack gaming sur Iphone (ni son mon smartphone Androïd d'ailleurs). Pour l'instant, c'est une chose que je me refuse à faire.

Tant que je suis en vie (envie ?) mes jeux traditionnels avec un bon vieux paddle existeront. Et vous quel joueur êtes vous pour que votre vision du jeu vidéo existe encore ?

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

  
Signaler
Vu en Théma

 

Cet article est passé en théma GameBlog, merci !

J'ai constaté que vous étiez plutôt intéressés par les sujets concernant Micro Kids (nombreuses visites et pouces levés). J'ai donc décidé de créer une rubrique dédiée et de ressortir quelques perles qui font désormais partie de l'histoire du jeu vidéo.

En 1991, Philippe Ulrich était interviewé. C'est la révolution avec l'arrivée du CD-ROM ! Déjà on confondait puissance et espace de stockage. Néanmoins, il était assez évident que le jeu vidéo allait vivre une de ses révolutions. La Playstation n'aurait jamais connu le succès sans ce support, la Super NES ne se serait peut être pas plantée autant et les techniques de naration cinématographiques n'auraient pas aussi facilement fait leur entrée dans nos jeux. Philippe Ulrich le dit d'ailleurs "on est un peu les Méliès de ce nouveau support".

Imaginez que Philippe Ulrich a du faire plusieurs fois le tour de son patté de maison en courant pour se calmer lorsqu'il a apprit qu'il pouvait développer Dune pour Virgin Games ! Le développement sera chaotique et même sur le point de s'arrêter en raison de graves problèmes relationnels avec le responsable Europe de l'époque (David Bishop). Aux USA, le développement de Dune est déjà confié à Westwood pour en faire un jeu de stratégie. C'est en passant outre les directives de la maison mère qu'Ulrich poursuit le travail. Il rassemble la presse pour parler du jeu et mettre la pression sur ses détracteurs. Les patrons de Virgin découvrent l'affaire, ils sont furieux et laissent néanmoins quelques semaines à l'équipe pour présenter une copie plus aboutie. Après cinq semaines de travail acharné, les fichiers sont envoyées à la maison mère. Ulrich était persuadé d'être viré. Mais c'est un succès retentissant. Chez Virgin USA, la productivité a baissé tellement les employés sont accro !

En mai 1992, Dune sort aux USA. Il explose tous les records de vente.

En seconde partie d'ITW, Ulrich parle également de la bande son. La musique a été composée par Stéphane Picq et lui même (il est musicien de formation). Elle sera tellement appréciée que le CD de la bande originale sera vendu séparément. Voici qui vous plante un peu le contexte de cette interview. Si vous voulez plus d'infos sur Philippe Ulrich et le développement de Dune, je vous conseille la lecture de La saga des jeux vidéos dont j'ai déjà rédigé la critique et la visite de son site web.

Enjoy !

 

Voir aussi

Jeux : 
Dune
Sociétés : 
Cryo Interactive
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

La parallaxe est l'’incidence du changement de position de l'’observateur sur l’'observation d'’un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

 Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 

Sur Twitter

 

 Jeux terminés en 2014

     
      

Jeux en cours

      
   

Archives

Favoris