Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 27/06/17 à 19h32

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions... ou pas

Entre divertissement sympathique et simple produit ludique à marketer. Entre produit culturel et amusement populaire. Entre journaliste et ménestrel. Le jeu vidéo se cherche. Où est le jeu vidéo ?



Vous prendrez bien un ou deux kilos de lessive, pardon... de jeu vidéo ?

Cette image tirée d'une émission animée par Geoff Keighley en dit long sur l'évolution de nos bonnes vieilles cartouches NES. Aujourd'hui, nous avons un animateur / journaliste qui pose, le regard vide, entre une pub pour Halo des chips et des boissons gazeuses. C'est un agitateur non moins connu d'Eurogamer (Robert Florence) qui a jeté de l'huile sur le feu en stigmatisant les rapports entre les journalistes et les représentants presse.

La bonne vieille rengaine du copinage entre les organes de presse, les éditeurs et les boîtes de communication est remise sur le tapis. On se souvient rapidement des aventures de censures ou de « blacklistages » de certains sites. On note également les trajectoires étrangement croisées entre les journalistes et les diverses entreprises du jeu vidéo.

Si on était en politique, le passage d'un haut responsable de chez Dassaut au ministère de la défense en ferait peut être tiquer plus d'un... Non ? Peut être pas finalement. On finit par se résigner à voir ces conflits d'intérêts démentis avec conviction par des comédiens presque professionnels.

Comment réagir alors, lorsqu'une journaliste qui était consultante pour Square Enix doit ensuite rédiger des papiers sur les jeux de ce même éditeur ? D'autant plus que ces jeux sont bien entendu très bien accueillis.

C'est le résultat d'un système, relaie un très intéressant papier de Martin Lefebvre sur Merlanfrit.net qui reprend à son compte les propos de Robert Florence.

Les journalistes ont besoin des relations presse des éditeurs pour contenter et satisfaire leurs lecteurs. Ces derniers veulent savoir le jour J ou au mieux en avance ce que vaudront les jeux qui mettront à plat leurs portefeuilles. Pour ce faire, il faut bien disposer de matériel en avance, et d'interview exclusives ou non. Si l'analyse de cette matière peut être sujette à différentes approches, la matière première est néanmoins nécessaire et elle est contrôlée exclusivement par les éditeurs et leurs séides.

Faut-il voir le mal partout ? Faut-il se déclarer anti-blasitude par opposition à une attitude faussement sévère ? Probablement ni l'un ni l'autre, puisque la vérité est rarement manichéenne. Il manque à notre industrie un média capable de traiter les jeux vidéos comme des machines à laver. Cette affirmation, qui pourrait être considérée comme réductrice, n'est elle pas celle qui donne de la crédibilité à des magazines comme « Que Choisir » ou « 60 millions de consomateurs » ? Qui pourrait aujourd'hui avoir les reins assez solides pour acheter tous les jeux et le matériel qu'ils testent et ainsi se déclarer totalement indépendants des canaux classiques ?

Dans une certaine mesure, c'est ce que font les blogs. Mais après avoir eu un certain succès, eux aussi sont approchés par les boîtes de communication qui possèdent même des services spécifiques aux bloggeurs. C'est une forme de reconnaissance et aussi un nouveau moyen de pouvoir donner plus d'infos aux lecteurs. C'est d'ailleurs un des points forts de Gameblog. Mettre en avant les avis et les retours d'une communauté qui doit pouvoir s'exprimer de manière passionnée et sans complexe.

Le jeu vidéo se retrouve finalement dans les mains des joueurs. C'est là qu'on doit le trouver et c'est à eux de donner une note finale. Encore-faut il que la demande soit raisonnée et raisonnable. Vous voici prévenus, c'est à vous (à nous) de tenir compte de ces informations et d'en tirer le bon grain de l'ivraie.

 

Ce billet est largement inspiré de l'article de Martin Lefebvre « Les ambianceurs » dont je vous recommande chaudement la lecture.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Commentaires

ProfesseurOz
Signaler
ProfesseurOz
Y'a un autre article bien plus "partisan" et virulent :
http://www.factornew..._medium=twitter
sorento
Signaler
sorento
l'article en évidence un problème assez important a savoir la dependance des journalistes envers les agence de presse et editeurs pour leurs infos et tests.

Je ne dit qu'il toujours connivence il y a un risque que cela puisse exister qui n'est pas nier....tu as passé uen bonne journ&e dans un cocktail tu va ajouter 1 point au jeu sans t'en rendre compte. C'est vicieux.

Le journaliste est aussi victime dans un sens, on lui paye un pot de vin sans qu'il s'en rende compte.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
C'est aussi pour ça que les jeux restent globalement cons. Comme y'a pas d'analyse de la part des tests, les devs ont pas vraiment de retour et s'acharnent donc à nous fourguer toujours la même chose.

La presse n'a pas de pouvoir sur tous les jeux, genre CoD ça se vendra bien noté ou non car c'est le Michael Bay du jeu vidéo, mais généralement y'a plein de BGE montés de toutes pièces alors qu'ils sont profondément déficients sur des aspects purement ludiques. Quand les joueurs s'en rendent compte, comme pour Assassin's Creed, la presse joue le jeu du "Ce nouvel épisode sera vraiment innovant", et comme les joueurs ont envie d'y croire ils se font encore avoir.
Dopamine
Signaler
Dopamine
Mon billet est très superficiel, celui de Martin est très intéressant ;)
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Merci pour cet article Dopamine et pour le renvoi vers celui de Martin Lefebvre, assez intéressant.

Celim.
newgamemachine
Signaler
newgamemachine
Voici une définition du marketing, à méditer :

Un aveugle fait la manche assis à même le trottoir. Sur une petite pancarte posée devant lui, il est écrit : "à votre bon coeur m'sieur dame". Dans l'indifférence générale, les passants ne lui prêtent aucune attention. A l'exception d'un homme qui lui prend sa pancarte, griffonne quelques mots et la repose près du gobelet vide de pièces.

Quelques jours plus tard, notre homme mystérieux repasse devant le mendiant. Sa coupe est pleine, il arbore un large sourire. L'homme se penche vers lui, prend de ses nouvelles. Le mendiant tout heureux, lui demande alors ce qu'il a bien pu écrire pour inciter les gens à devenir aussi généreux.

Il répond : "c'est l'automne et je ne le vois pas".
Sharn
Signaler
Sharn
Je résume ma pensée: les journalistes de jeux vidéo ça n'existe pas. Ce sont au mieux des critiques un peu sévère, le plus souvent des relais sans cerveau du marketing du jeu et au pire des mecs qui trouvent tout formidable.
Lombrik
Signaler
Lombrik
Le marketing, c'est bien plus que de la publicité.

Là vous parlez clairement d'un problème de publicité. C'est une publicité directe et indirecte.
La publicité directe a pour principal intérêt de toucher le casual qui n'est pas au courant de la réelle qualité du produit et de rappeler au gamer que le bon jeu va sortir pour qu'il n'oublie pas de sortir son porte monnaie simultanément.

La publicité indirecte est sale, c'est celle qui corrompt les ménestrels pour les transformer en fieffés journalistes qui abusent de leur média pour vanter un produit qui n'a aucun mérite. C'est elle le problème.

Le marketing c'est bien plus. Je dirai même que le meilleur produit marketing, c'est peut-être Minecraft. En effet :

- Son canal de distribution est adapté et sa distribution en 2 temps est intéressante.
- Son produit est très bon (ça fait partie du marketing)
- Le prix est accessible au public visé, et une version gratuite est disponible
- Pour la publicité et la vente, Il n'y a pas de vendeurs, néanmoins, il y a du bouche à Oreille qui est très efficace.
Dopamine
Signaler
Dopamine
Lombrik : Tout dépend des buts du marketing. Si c'est faire connaître et vendre un bon produit, aucun problème. Mais tu sais aussi bien que moi que le marketing publicitaire, cherche à faire vendre à tout prix. Quel que soit le type de produit mis en avant. On pourrait même considérer qu'arriver à vendre et à donner une bonne image d'un mauvais produit est un succès pour la boîte de com qui l'aura couvert...
Dhaix
Signaler
Dhaix
lombrik : le lien avec le marketing est évident ! un mauvais jeux bien "markété" va se vendre comme des petit pain !
Lombrik
Signaler
Lombrik
Ok. alors putain. quel est le lien avec le marketing ?
JE VOUS EN SUPPLIE : Arrêtez de dire que tout ce qui est mal vient du marketing.
julienK
Signaler
julienK
Complètement d'accord avec toi ! Une fois qu on connait / comprend la situation, on y voit plus clair. A chacun de se faire son avis et de lire / suivre ou pas certains médias. Prenons du recul !

Édito

La parallaxe est l'incidence du changement de position de l'observateur sur l'observation d'un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment

High Score pour le Pixel Museum
Le premier musée du Jeu Vidéo
La Switch Hackée plusieurs fois


Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris