Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 27/02/17 à 10h56

Ajouter aux favoris
Signaler
Actu

C'est la cour de justice européenne qui l'affirme dans un arrêt qu'elle a pris suite à une affaire opposant Oracle à Usedsoft.


La cour de justice, tous des gamers ?

Si l'affaire ne concerne pas directement le jeu vidéo, elle est en revanche directement liée au droit d'épuisement concernant les biens dématérialisés. Jusqu'ici, ce droit d'épuisement n'était pas applicable aux biens et services vendus en ligne. La cour de justice européenne vient d'invalider ce fait en affirmant :

Un créateur de logiciels ne peut s'opposer à la revente de ses licences « d'occasion » permettant l'utilisation de ses programmes téléchargés via Internet [...]

[...]lorsque le titulaire du droit d'auteur met à la disposition de son client une copie - qu'elle soit matérielle ou immatérielle - et conclut en même temps, contre paiement d'un prix, un contrat de licence accordant au client le droit d'utiliser cette copie pour une durée illimitée, ce titulaire vend cette copie au client et épuise ainsi son droit exclusif de distribution. En effet, une telle transaction implique le transfert du droit de propriété de cette copie. Dès lors, même si le contrat de licence interdit une cession ultérieure, le titulaire du droit ne peut plus s'opposer à la revente de cette copie.

Si une telle décision devait être appliquée dans tous les pays de l'union, ce serait une révolution pour le jeu en ligne ! En effet, toutes les plateformes de téléchargement devraient autoriser la revente des logiciels et des clefs d'activation de contenus supplémentaires. Les tristement célèbres pass en ligne et autre VIP pass deviendraient ainsi caduques puisque transmissibles !

Evidement cela suppose que toute l'infrastructure puisse prendre ce genre de transfert de lience en compte. Pour pouvoir revendre son jeu téléchargé, il faudra ne plus y avoir soi même accès. A cet effet, le texte précise

la Cour précise que l'acquéreur initial d'une copie matérielle ou immatérielle d'un programme d'ordinateur pour laquelle le droit de distribution du titulaire du droit d'auteur est épuisé doit rendre inutilisable la copie téléchargée sur son propre ordinateur au moment de la revente.

Attention toutefois, il ne suffit pas de brandir cet arrêt pour être certain de gagner. Si la cour de justice a rendu cet avis, les états restent souverains pour appliquer le droit en fonction de cette réponse.

Le renvoi préjudiciel permet aux juridictions des États membres, dans le cadre d'un litige dont elles sont saisies, d'interroger la Cour sur l'interprétation du droit de l'Union ou sur la validité d'un acte de l'Union. La Cour ne tranche pas le litige national. Il appartient à la juridiction nationale de résoudre l'affaire conformément à la décision de la Cour. Cette décision lie, de la même manière, les autres juridictions nationales qui seraient saisies d'un problème similaire.

Il faut donc attendre de voir de quelle manière les consomateurs et en particulier les associations pourraient se saisir du problème avec ce nouvel élément. Il sera également intéressant de recueuillir l'avis des éditeurs distribuant sur le territoire européen. Ce ne sera peut être qu'un coup d'épée dans l'eau tant les CLUF sont déjà très souvent abusives et bafouent les textes nationaux. Le peu de poursuites engagées en ce domaine n'incitent pas à l'optimisme.

Ceci dit, comme je l'avais déjà exposé dans cet article, c'est également un texte européen qui autorisait le non épuisement des droits lors de la vente de services en ligne. Il faudrait donc que les éditeurs retournent leur veste pour d'un côté rejeter cet arrêt de la cour de cassation et de l'autre acceptent l'arrêté qui leur est favorable.

Affaire à suivre donc...

Via

Le communiqué de presse de la cour

Merci à Thnos qui m'a tenu au courant de cette information et de ses démarches.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Mercucall
Signaler
Mercucall
@Amaelis: je pense qu'il y a du lobyisme pro et con sur ce coup la.
Cela dit, je suis vraiment curieux de voir comment ça va évoluer tout ça et ça me donne un peu d'espoir pour l'avenir de ma boutique :). Ca rend caduque tous les online pass et même les DLC.
Amaelis
Signaler
Amaelis
Le Lobby est trop fort pour que ça devienne une loi snk. :/
snkforever
Signaler
snkforever
En ésperant que ça aille plus loin et que ça devienne une obligation !
Rhazya
Signaler
Rhazya
C'est valable aussi pour Windows, du coup?
Parce que si on peut avoir des licences Windows moins cher via l'occasion, je pense que va y avoir moins de piratage, haha..
Catharsis
Signaler
Catharsis
Ce n'est pas nécessairement surprenant de voir une juridiction rendre une décision qui puisse paraître "contra-legem", puisque les textes juridiques sont souvent rédigés de manière à permettre différentes interprétations par le juge.

Par ailleurs, il y a déjà eu des exemples de décisions réellement contra-legem (cas de textes tout à fait clairs mais dont l'application par les juges ne suit pas nécessairement), ceci étant souvent motivé par une volonté de faire évoluer le droit et de l'adapter aux problématiques actuelles, qui n'existaient peut-être pas à l'époque où le texte a été adopté. Si c'est le cas, alors il y aura probablement un acte législatif européen qui sera pris en vue de se positionner vis-à-vis de cette jurisprudence.

A part ça, je m'interroge sur la question de savoir si un jeu vidéo peut réellement être considéré comme un logiciel pur et simple... Il me semble que le jeu vidéo regroupe plusieurs composantes (celles d'un logiciel, mais également des composantes artistiques - musiques, images, etc.) Est-ce qu'il ne faudrait alors pas considérer qu'il s'agit d'un cas sui generis, ne rentrant pas dans une catégorie prédéterminée (et donc pas dans la catégorie "logiciels") ? Cette question montre à quel point il serait bénéfique que le statut juridique du jeu vidéo soit expressément consacré dans les textes à venir.
Dopamine
Signaler
Dopamine
C'est en effet assez surprenant. En même temps, si le droit était simple on aurait pas besoin de juristes :)
Sharn
Signaler
Sharn
C'est quand même bizarre qu'une Cour rende un jugement contra-legem. Après je suis pas un grand juriste mais je me demande bien comment ça se passe en face d'une directive...

Édito

La parallaxe est l'’incidence du changement de position de l'’observateur sur l’'observation d'’un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment


High Score pour le Pixel Museum
Le premier musée du Jeu Vidéo
Le Test du disque dur EMTEC


Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris