Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 20/02/17 à 22h24

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions... ou pas

Ce billet fait évidement suite aux mésaventures de notre célesto cosmique JulienC au coeur d'un imbroglio politico-journalistico-troubadourien. Vous me pardonnerez cette formule abracadabrantesque (c'est une expressioçn présidentielle, ça en jette). Puisqu'on ne me demande pas mon avis, je vais le donner (c'est typique du web 2.0 tout est normal ;) )

I'm a troubadour célesto cosmique

Un malentendu comme détonateur

Principal sujet de polémique : Les gens qui écrivent dans le milieu du jeu vidéo ne sont pas des journalistes. C'est en tout cas, de cette façon que son intervention dans le grand débat a été perçue. Je trouve que d'emblée, la réaction manque sacrément de réflexion et surtout de recul. Ce qu'essayait à mon avis de faire passer Julien dans ses propos (10 minutes c'est très court pour débattre) c'est que bien que l'activité fasse partie du champ professionnel du journalisme, il ne se définissait pas comme un journaliste au sens stricte du terme. Et il a parfaitement raison.

Le coeur du métier de journaliste, c'est de recueillir des informations sur un événement ou une activité quelle qu'elle soit. Cela peut concerner la vie politique, sociale, sportive aussi bien que les jeux vidéo. Mais lorsqu'on pense journaliste, on imagine plus une activité de reporter sur des sujets autrement moins légers que le divertissement. Dans le milieu du jeu vidéo, on reporte de l'info ou en va en chercher (ce qui n'est vraiment pas du tout la même chose), et majoritairement on porte un regard critique sur les jeux pour orienter les acheteurs potentiels que nous sommes. J'ai lâché le mot « critique » et c'est ce qui se rapproche le plus de ce que font les journalistes de jeu vidéo.

Plus intéressantes à mon sens sont les tentatives de réflexion sur certains sujets qui relèvent d'un travail cette fois d'éditorialiste. C'est ce que fait RaHan avec ses éditos hebdomadaires et Bounthavy par exemple très souvent au début de chaque IG Mag. Mais cela fait partie d'un travail de journaliste. Là ou ses détracteurs se trompent de débat c'est que Julien ne fait qu'utiliser un terme de son cru (le troubadour) qui peut donner un côté bouffon au journaliste jeu vidéo.

Le troubadour de l'info

Pour détourner une célèbre citation de Clémenceau ; Le jeu vidéo est une affaire trop sérieuse pour qu'on la laisse à des troubadours. Comme d'autres médias, le jeu vidéo commence à acquérir ses lettres de noblesse. Du coup, on essaie de traiter le sujet avec de plus en plus de sérieux. Les livres intéressants sur le sujet fleurissent et tout le monde se donne et donne encore plus de légitimité à ce média. A l'instar du cinéma qui a ses cadors et ses enfants terribles, le jeu vidéo est peut être aussi en train de donner naissance à des courants plus ou moins bourgeois de traitement. Pourquoi pas, chacun ses goûts ses couleurs et ses éclairages...

J'ai gagné une série de Tweets !

Je dois dire que j'ai aussi été heureux qu'on passe d'une activité de gosse (pour caricaturer) à une activité culturelle comme la littérature ou le cinéma. Je me suis d'ailleurs fendu d'un billet contre les pseudonymes utilisés par un grand nombre de journalistes du jeu vidéo.

Mais comme le souligne bien Julien, il faut se souvenir qu'on parle d'un divertissement bien dispensable. Même s'il fait vivre des gens et nous passionne. Prendre du recul par rapport à tout cela nous aide à garder les pieds sur terre et à ne pas tomber dans le journalisme pédant qui caractérise malheureusement trop souvent ce milieu. Les réactions épidermiques auxquelles il a eu droit semblent d'ailleurs plaider dans ce sens. Cela fait entre autre partie des raisons qui m'ont retenu dans mon ancienne envie de faire une école de journalisme pour travailler dans le jeu vidéo (tout le monde me regardait d'ailleurs de travers à l'époque ; faire une école pour « ça »?). Pour faire court, j'ai un jour eu droit à une très belle réplique d'un étudiant en journalisme qui ne résume que trop bien cet esprit hautain que j'ai du mal à supporter. Sachant que je travaillais dans le milieu du soin, il m'avait dit « Vous soignez les corps, nous soignons les âmes ». Quelle remarque prétentieuse.

Le vrai sujet

La polémique a enflé au point qu'on en avait presque oublié le sujet de fond. Qu'est ce qui différencie le journaliste du blogueur ?

Il a été cité que le premier était payé pour ce qu'il faisait. Bon. La porte ouverte est enfoncée, mais il fallait le faire. Sachant qu'une carte de presse s'obtient en justifiant qu'une majeur partie de ses revenus est issue d'une activité journalistique (et non d'un quelconque diplôme) l'aspect pécuniaire est non négligeable dans la définition de la profession. A ce propos, je suis d'ailleurs surpris Julien, que tu n'aies pas de carte de presse (comme je crois tu l'a signalé dans une réponse de Tweet).


Marcus prêt à distribuer des baffes

Journalistes et blogueurs écrivent sur le même sujet et peuvent avoir des plumes équivalentes pour autant que le talent soit associé à un minimum de technique. Ce n'est donc même pas sur la forme que je ferai une différence. Certes, le professionnel se doit de proposer un travail propre aussi bien sur le fond que sur la forme. Mais un bon journaliste et un bon blogueur peuvent produire des travaux équivalents en qualité. En revanche, le second ne pourra -la plupart du temps- le faire à la même fréquence que le premier (c'est une évidence).

Je crois que la réelle différence se fait justement sur ce qui fait la force du métier. L'activité professionnelle est à double tranchant et j'avais déjà abordé un peu le sujet avec le billet « Détester tester ? ». Le parcours des journalistes a généralement germé dans le terreau de la passion pour le jeu vidéo. Mais le fait même que cela soit un travail sous entends naturellement que l'on va devoir faire des choses qui sortent de la passion et donc de l'envie. Le journaliste peut alors facilement perdre la crédibilité que lui donnait son statut de passionné. Il sort d'un cercle. Le blogueur lui, va écrire juste parce qu'il en a envie sur un ton de liberté assumé. Car, quoi qu'on en dise la censure existe, même si elle n'est pas réelle et patente. Je m'explique.

J'ai la chance de pouvoir écrire ici de manière totalement libre. Je ne vais pas écrire de la même façon sur Rue89 ou pour mes piges rémunérées. Tout simplement parce qu'on me demande un travail qui répond à un certain cahier des charges. Je sais aussi que je ne m'adresse pas au même public. Donc, de facto et même si ma démarche n'est pas volontaire, je m'applique une forme d'auto censure. Et pourtant, c'est la même personne et rien n'est caché. Même si cela reste discret on peut très facilement trouver ma véritable identité. Pierre-Alexandre Conte (un vrai journaliste) n'écrit pas de la même manière dans IG Mag, pour Jeuxvideo.com, dans Le Monde ou dans Air le mag.

Plus on s'approche de l'activité professionnelle, plus on s'approche ce cette auto censure qu'il faut appliquer. Peut être que mes mots ne sont pas justes, peut être qu'on pourrait le définir autrement. Censure est un mot qui peut sembler trop péjoratif. Parlons alors de ligne éditoriale ? Je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression que je vais me faire écharper sur ce sujet:) L'avantage c'est que le journaliste a ainsi plus tendance à prendre du recul par rapport à ce qu'il va écrire. Le blogueur lui, va s'exprimer avec toute la sincérité possible, mais probablement sans prendre ce recul et donc en objectivant moins son propos.

Le débat est intéressant et ce n'était certainement pas en 10 minutes que l'on pouvait en faire le tour. Et pas non plus en quelques paragraphes. Mais je pense que les réponses vont fuser et qu'il y a beaucoup à dire, alors je vais me contenter de botter en touche. La dissertation est déjà assez longue comme cela. Rendez-vous dans les commentaires. Je suis certain qu'il vont donner lieu à d'autres débats.

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

Oulanbator
Signaler
Oulanbator
Dans le domaine de la critique, et donc des gouts, peu importe que l'on ait affaire à un journaliste ou un blogueur, c'est avant tout une question de personnalité, et de la connaissance qu'a le lecteur de cette personnalité, pour donner une valeur à l'avis de celui qui émet une critique. Savoir si l'on partage ses gouts, savoir si l'on partage ses avis. Se faire une idée de son intégrité.

C'est d'ailleurs tout le "challenge" de la sphère médiatique: se créer une identité pour que les gens suivent les critiques, faisant ainsi de l'audimat qui légitime la présence du critique. Dans cette démarche, on peut arriver à un point ou la qualité de la critique importe peu. Ce qui compte n'est plus de conseiller ou pas un produit, mais de se vendre en tant que spectacle pour continuer à exister.

La notion d'animateur, ou de ménestrel prend à mon avis a prendre à ce niveau là. Julien C a plus comme travail de donner une image médiatique à GameBlog que de produire des critiques. Il attire (ou pas) les gens, pour qu'ils viennent lire les critiques faites par les journalistes ou les blogueurs de GameBlog.
Je pense qu'on peut donc le voir comme un blogueur mondain du jeu vidéo, plus que quoi que ce soit d'autre.



Pour en revenir au sujet, journalistes et blogueurs sont complémentaires dans un processus d'achat, parce qu'au final ils ne sont que des sources d'information.
Certes, ils se répètent très généralement sur les points qui mettent tout le monde d'accord (et c'est ennuyeux) mais au final ce sera la somme des petits détails glanés ici et/ou là qui permettra de décider s'il faut ou pas acheter. Ce n'est donc pas leur nature de journaliste ou de blogueur qui prime, mais leur capacité à dire efficacement ces choses que les autres ne disent pas.

Ce qui est dommage, c'est qu'à part Minecraft, il n'y a plus beaucoup de jeux qui ne mettent pas tout le monde d'accord. Du coup, à l'exception de quelques phrases, tous les articles sont globalement identiques et donc sans vraie personnalité, d’où la présence d'animateurs pour leur donner une légitimité à exister.
Retromag
Signaler
Retromag
Il faut vraiment que cela entre définitivement dans la tête des gens : le journaliste cherche l'info, la vérifie et la rédige en s'approchant le plus possible de la neutralité. Le blogueur ne fait que commenter une info qu'il a lu ailleurs et rien d'autres. S'il rapporte un événement dont il a été acteur ou victime, il reste dans le champs de témoin. Julien C et tout ce qu'il représente n'entre pas dans la profession journalistique, il a l'honnêteté intellectuelle de le reconnaître. Aux blogueurs de reconnaître qu'ils ne sont que la manifestation d'un courant égocentrique aux antipodes des préoccupations du journalisme.
tyga
Signaler
tyga
Je n'ai pas suivis cette affaire. Mais sa me permet de m'exprimer sur un sujet qui me tient particulièrement a coeur. Je ne lis pas de blogs, mais j'écoute beaucoup de podcasts. Mais bon, bloggueur podcasteur, même combat, ce sont des non proffessionnels. Et ce qui me chagrine, c'est qu'un bloggueur/podcasteur sois disent "fan" d'un sujet racconte n'importe quoi de temps en temps et que son audience boive ses paroles.
Le web 2.0 c'est beau, c'est fluide et sa permet de s'exprimer. Mais quand on ne sait pas, on la ferme ! Ou alors un petit "je ne suis pas sûr de sa mais...." n'est pas de trop. Bien évidement, pour tout ce qui n'est pas de l'info, les blogs et podcasts fais par monsieur tout le monde c'est quand même sympa a lire ou écouter.
PS : Désolé pour les fautes d'orthographes, le correcteur orthographique est en anglais :).
balaziouf
Signaler
balaziouf
Il semble assez difficile de définir ce qu'est clairement un blogueur tant ces derniers peuvent être différents et proposer des contenus variés. A ce titre, il suffit de jeter un coup d'oeil à l'ensemble des blogs hébergés par Gameblog pour en avoir un bref aperçu. On pourra de même observer que les blogs les plus sollicités ne sont pas forcément les plus intéressants et qu'à contrario, certains articles très pertinents passent inaperçus. Ainsi le blogueur a, dans bien des cas, plus de chance de susciter des réactions en postant des photographies d'une jolie blonde aux poses lascives que s'il pond un article de fond sur lequel il a planché des heures durant. Peut-être cela est-il dû au flot continu d'informations qui n'a de cesse de se densifier... Avec le blogueur, on est dans le domaine du divertissement (même si cela n'empêche pas certains d'entre eux de prendre leur travail très au sérieux), il a le champ libre de proposer ce qu'il veut. Son manque de vocabulaire ou de maîtrise de la syntaxe ne saurait le brider et l'empêcher de communiquer sur ce qu'il aime. Après tout, cette communication effrénée (si mauvaise ou futile puisse-t-elle être) est le lot du net, peu importe sa qualité. C'est au lecteur de faire ses choix et de trier les informations qu'il souhaite appréhender et par-là même, les sources auxquelles il accepte de se fier. Pour ce qui est du journalisme, le professionnalisme est de rigueur et les sujets traités ne sauraient l'être par dessus la jambe...
Dopamine
Signaler
Dopamine
Exercice illégal ;)
Dopamine
Signaler
Dopamine
"la liberté d'expression était une zone assez floue..."

La liberté de casser des bras en effet... :/
sseb22
Signaler
sseb22
J'ai suivi cette histoire sur Twitter et 2 choses :

1. J'espère qu'aucune rancoeur ne sera conservée
2. Je trouve quand même sain qu'on en débatte et qu'on en discute, Ce n'est bien sur pas un sujet qui va changer quoi que ce soit mais ça permet plus de transparence et d'information des internautes qui s'informent
armody
Signaler
armody
Article très intéressant !
Moi je crois surtout que le débat a dégénéra à cause de la confusion de deux termes : troubadour et ménestrel.
Un troubadour, typiquement, c'est un membre de l'aristocratie qui compose poésie et musique. Mais celui qui va voyager de ville en ville, de chateau en chateau pour chanter, ce n'est pas le troubadour, c'est le ménestrel, bien évidemment beaucoup plus bas socialement, et ayant un petit côté bouffon, et dont le principal but est de faire rire les nobles.
Autrement dit, ici JulienC dit que c'est un "troubadour" du jeu vidéo. Cela n'a rien de péjoratif, au contraire, et cela n'a rien de bouffon. Mais ses détracteurs l'ont assimilé au ménestrel, qui de fait, est en quelque sorte un bouffon.
JulienC
Signaler
JulienC
Avec cette histoire ceux qui se nomment "vrais" journalistes de jeu vidéo auront en tout cas prouvé que, lorsque ça les touchaient, la liberté d'expression était une zone assez floue...

Édito

La parallaxe est l'’incidence du changement de position de l'’observateur sur l’'observation d'’un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment


Silence Episode 1
Silence Episode 2
Silence Episode 3

Le Test de la GEM Box



 

  

Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris