Premium
Parallaxe : Humeurs et réflexions

Parallaxe : Humeurs et réflexions

Par Dopamine Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 22/04/17 à 18h09

Ajouter aux favoris
Signaler
Lectures

Mon pèlerinage en terre Pix'N Love s'est pour l'instant terminé à la lecture de La Saga des jeux vidéo. Un ouvrage rédigé par Daniel Ichbiah, actualisé et enrichi au fil des ans. C'est la quatrième édition que j'ai entre les mains et je n'ai pas eu l'occasion de lire les autres. La première est sortie en 1998, les choses ont du bien changer depuis.

Le bouquin fait environ 450 pages, il est enrobé dans un bel écrin dans la lignée de ce que fait l'éditeur avec ses autres titres. Je note que de toutes les couvertures que le livre a affiché dans le passé, celle-ci est la plus belle et la plus travaillée. Normal, Daniel Ichbiah est enfin passé chez un éditeur fréquentable pour un fan de jeux vidéo :-). D'ailleurs il le dit lui même :

La 4ème édition est sortie en 2009-2010 chez Pix'n love une édition spécialisée dans le jeu vidéo. Un bonheur que d'être chez eux !

La lecture s'articule autour de 8 chapitres. Chaque chapitre est composé de deux à quatre articles dans lesquels on trouve de nombreuses nouvelles. Oui, je trouve que ce sont un peu des nouvelles et que La saga des jeux vidéo est un peu un recueil de nouvelles. Il y a bien entendu une évolution chronologique, puisqu'on part du début de l'histoire des jeux vidéo pour terminer en HD. Dans ces nouvelles, il est beaucoup questions des gens qui ont fait l'histoire de notre média préféré : Philippe Ulrich, Pajitnov, Wozniak, Viau, Herbulot, Raynal, Garriott... L'écriture est fluide et presque parfois grandiloquente. Comment ça grandiloquente ? Non, Daniel ne nous prend pas de haut. C'est juste que son côté écrivain et artiste prend le dessus et qu'il se fend de quelques descriptifs qu'on a pas vraiment l'habitude de voir dans des livres sur ce sujet. Pour illustrer mon propos, voici les premières lignes.

Il y a du ciel dans les diabolos, des reflets bleus dans les Ray Ban et de l'insouciance dans les taches de rousseur des hollandaises attablées aux terrasses. Paris crépite sous les rayons de l'astre qui aime à pigmenter les peaux. la mousse dégouline du col des bocks, sur l'avenue du faste et des décorations. Aux fenêtres comme sur les bordures, joufflus et maigrelettes s'entassent, se pressent et s'époumonent.

Avouez qu'un lecteur non averti serait loin de se douter qu'il est en train de lire une saga sur les jeux vidéos. Daniel Hichbiah est aussi musicien et écrivain, qu'on se le dise. Conséquence, La saga des jeux vidéo se lit très bien et affiche un petit côté people qui le rend très accessible.  Le revers de la médaille, c'est que la crédibilité du propos en prend un coup. Si on ne doute pas de la bonne foi de l'auteur qui a réellement rencontré tous ces gens et recueilli leur histoire, on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a broderie autour et qu'un directeur d'entreprise ne s'exclame pas le matin en se levant de façon théâtrale "Non, cela ne peut pas finir comme cela !".

Néanmoins, cette saga vaut que l'on s'y arrête. Ne serais-ce que pour rafraîchir sa culture ludique et réaliser que les créateurs français en ont dans le ventre.

Par contre Daniel (tu permet que je t'appèle Daniel ? de toute manière, c'est déjà fait depuis quelques lignes) il y a une coquille impardonnable dans ton livre. Tu as écorché le nom de Dany. Dany BoolauCk et non Boolauk. Oui, en page 147 tu débutes ton forfait et mes yeux ont saigné pendant tout un chapitre ! Tu sais quelle est la punition pour ceux qui écorchent le nom d'un mauricien ? Tu devra avaler autant de curry au poulet et autant de bouteilles de rhum de Médine que tu as écrit Boolauck sans C. Si tu choisi de rejeter la faute sur les éditions Pix'N Love ou quelqu'un d'autre, il me faut des noms ! De toute manière, l'intéressé sera avisé, quelqu'un doit payer !

Blague à part, merci pour cette pierre de plus à l'édifice du jeu vidéo ;-)

La Saga des jeux vidéo aux éditions Pix'N Love, 15€

Pour ceux qui veulent découvrir Daniel Ichbiah, vous pouvez faire un tour sur son site.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Dopamine
Signaler
Dopamine
Non, ce n'était pas voulu, c'était un oubli qui, grâce à toi est maintenant réparé ;-)

Nul n'est infaillible :-). Ceci dit, mon billet est écrit sur le ton humoristique ;-).
sseb22
Signaler
sseb22
Sympathique critique.

Par contre, vu que tu mentionnes une coquille sur le nom de Danny, je ne peux m'empêcher de souligner que tu le fais avec celui de Daniel, mais c'est peut-être fait exprès :o

"Daniel Hichbia est aussi musicien et écrivain, qu'on se le dise."

Édito

La parallaxe est l'incidence du changement de position de l'observateur sur l'observation d'un objet. En d'autres termes, la parallaxe est l'impact (ou l'effet) de changement de position de l'observateur sur un objet observé. 

 

Quoi de plus approprié pour vous parler de jeux vidéo que de titrer ce Blog Parallaxe ?

 

Pour ceux qui commencent à être des vieux clous du jeu vidéo (je ne suis pas aussi décrépi qu'AHL tout de même), la parallaxe c'était aussi le fait d'afficher plusieurs scrollings à des vitesses différentes dans le décor de fond d'un jeu. Cela donnait une impression de mouvement, de vitesse et surtout de profondeur. On s'extasiait devant le nombre de scrollings parallaxes qu'il pouvait y avoir (vive Thunderforce et autres shootings mythiques).

 

En ce moment

High Score pour le Pixel Museum
Le premier musée du Jeu Vidéo
La Switch Hackée plusieurs fois


Mes vidéos sur Dailymotion

 

Mes vidéos sur Youtube

 Sur Twitter

Archives

Favoris