Super Donuts Land
Signaler
musique

Oh je pourrais en faire des tonnes et vous dire à quel point cet homme est un génie, m'enfin comme le titre de l'article le dit à sa manière, j'vais dormir. Tant pis. Soit pas dég'.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
bouquins

Stephen King est un mec pas très beau (ça commence bien, oui), mais bon il écrit des livres sympas. Si vous n'avez jamais lu Le Fléau, vous êtes déjà de sombres incultes et je vous ordonne de vous jeter dessus. Parce que franchement, ce bouquin, c'est l'un des meilleurs bouquins de l'univers.

Mais je suis là (coucou) pour vous parler de Duma Key, un de ses derniers bouquins, paru en notre contrée (la France, hein) en 2009.
Alors premièrement, si vous avez été à la Fnac et que vous avez tenu l'objet en main, vous avez sans doute lu la quatrième de couverture. Sur celle-ci, une obscure journaliste nous déclare "HEY LES GENS WOUHOU Y'A DU TARANTINO DANS S. KING, J'M'Y CONNAIS TU SAIS ". Bon, chère journaliste, je tiens à vous signaler que vous vous fourvoyez. Vraiment. Il y a bien deux trois ressemblances, mais pas au point de t'accorder la postérité sur une quatrième de couverture de Maître King.

Le bouquin ? Ah oui. Le bouquin. Le pitch est plutôt banal, si l'on est un adepte du genre fantastique/épouvante. Un père genre avec une bonne situation a un accident. Ca arrive, mais c'est plus embêtant quand on perd comme ce pauvre homme un bras droit. Du coup, comme il a pas mal de thunes et qu'il est un peu amer, il part se réfugier sur une île appelée Duma Key, où il va se mettre à peindre, un passe temps d'avant qui devient sur l'île une obsession, un vrai besoin... Mais ce talent soudain ne proviendrait-il pas de quelques forces surnaturelles ?...

 

 

Ouais, je résume comme un pied de cochon, mais tu t'en contenteras Ô lecteur impudent.
Alors je me suis donc engagé dans ce bon gros pavé (on approche les 900 pages) avec l'envie de découvrir si le King ne se gâtait pas un peu avec les années, si l'écriture était toujours aussi bonnes (et les idées, aussi/surtout).

Qu'en résulte-t-il ? Un bouquin très, très long. Stephen King choisi avec ce livre le mode de la description à outrance. D'accord, le héros est un artiste, donc l'univers visuel est d'importance, mais le livre traîne trop, et au bout de 300, 500, voir 700 pages, on a toujours rien de folichon à se mettre sous la dent au rayon "putain je fais pipi dans ma culotte tellement j'ai peur". Et sans spoiler, de toute façon le bouquin ne procure que rarement ce genre d'effet, les ressorts d'épouvante étant des ressorts déjà vus et éculés.

Alors ouais, sur certains passages il y a de l'idée, et les personnages sont assez bon (Wireman par exemple, un brin caricatural mais qui se déflore au fil du bouquin). Malheureusement, l'écriture de King se perd, est bien trop lente, et c'est avec courage que vous devrez poursuivre jusqu'à un final sympathique, mais sans plus.

Au final, si vous ne connaissez pas S. King, ne commencez pas par là, ce serait une très mauvaise idée. Pour les fans et amateurs du Maître, allez y si vous n'avez pas d'autres gros roman du sieur à lire, et si vous avez la fibre artistique. Pour ceux qui l'ont lu...Ben je l'ai lu aussi, vous pouvez être contents, vous êtes moins seuls.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Au dessus c'est plus intéressant.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Super Donuts Land

Par Donuts Blog créé le 31/08/10 Mis à jour le 17/08/11 à 02h09

Le blog en forme de pot-pourri avec un humour pas drôle et des trucs.

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris