Premium
Mon avis n'intéresse personne

Mon avis n'intéresse personne

Par Donnie Jeep Blog créé le 25/10/16 Mis à jour le 20/11/16 à 14h08

Bienvenue sur ce blog où, ô grande surprise, je causerai jeu vidéo. Que ce soit par des avis sur des jeux, mais aussi sur des livres, bandes originales ou encore au travers de souvenirs de gamer.
Mon avis n'intéresse personne mais je le donne quand même. En toute subjectivité, bien évidemment.

Ajouter aux favoris
  
Signaler
Je[ux] lis (Littérature)

Alors qu’on devrait probablement avoir un premier aperçu du DLC solo d’Uncharted 4 à la Playstation Experience du mois prochain, revenons aujourd’hui sur Le Quatrième Labyrinthe, roman issu de la fameuse saga vidéoludique de Naughty Dog.

 

Nathan Drake est contacté par son mentor, Victor Sullivan, afin d'enquêter sur le meurtre d'un des vieux amis de ce dernier, éminent archéologue. Traqués par de mystérieux assassins, les deux hommes et Jada, la fille du défunt, vont se retrouver embarqués dans une périlleuse aventure qui les mènera du métro New Yorkais aux vestiges souterrains de l'Égypte ancienne et de la Grèce antique, à la recherche des trois labyrinthes perdus de Dédale ; lesquels indiqueraient l'emplacement du mythique quatrième labyrinthe, dont la légende dit qu'il contient des richesses et un pouvoir incommensurables.

Le roman est initialement paru en octobre 2011 chez Del Rey Books, maison d’édition qui doit une grande partie de sa notoriété à ses publications de romans Star Wars. Que ce soit ceux de l’univers étendu considérés aujourd’hui comme Legends mais aussi, depuis le rachat de la licence par Disney, des nouveaux romans Canon. Dans nos vertes contrées, c’est chez Milady que Le Quatrième Labyrinthe se dévoile en mars 2016, dans la collection Gaming ; une collection qui compte déjà bon nombre de titres, notamment la saga Assassin’s Creed d’Oliver Bowden ou encore les romans Halo.

En ce qui concerne le titre issu de l’univers Uncharted, c’est Christopher Golden que nous trouvons derrière la plume. Golden est un auteur américain pour adultes et adolescents qui s’est fait connaître du grand public pour ses novélisations de la série Buffy contre les vampires. Il n’est d’ailleurs pas étranger au monde du jeu vidéo puisqu’il a signé en 2002 le scénario du beat'em all relatant les aventures de la monster hunter de Sunnydale (une exclue Xbox tout à fait honorable soit dit en passant). Il est aussi scénariste de bandes dessinées et a même créé avec Mike Mignola, le papa de Hellboy, la série Baltimore publiée chez Dark Horse Comics.

Christopher Golden a aussi joué dans The Big Lebowski

 

Pour Uncharted, son choix (et probablement celui de Naughty Dog, car nul doute que les équipes de Christophe Balestra et Evan Wells ont suivi de très près le projet) a été d’écrire une histoire inédite prenant place avant les évènements de Drake’s Fortune et même de Golden Abyss (première aventure vidéoludique de Nate si on suit la chronologie diégétique). L’épisode réalisé par Sony Bend Studio était encore en développement au moment de la sortie du roman pourtant, s’ils diffèrent sur la forme, sur le fond les deux œuvres partagent cette même volonté de ne pas donner dans la démesure et chercher à copier bêtement Uncharted 2, choses qu’il était difficile de faire sur PS Vita et impossible à retranscrire sur le papier.

Et c’est là que le premier talent de Christopher Golden saute aux yeux : intégrer l’univers de la saga tout en se démarquant suffisamment pour ne jamais donner l’impression de singer les jeux. Car s’il va truffer son récit, çà et là, de références que ne manqueront pas de relever les fans avertis, il s’amuse également à se jouer de certains gimmicks pour mieux en prendre le contrepied. Cela commence dès le prologue qui voit Nate en pleine jungle équatorienne à la recherche d’une relique détenue par des narcotrafiquants et qui se retrouve à sauver une demoiselle en détresse. Le cliché par excellence bien vite cassé par la narration qui va voir Drake retourner à la civilisation après un appel de Sully. Ce prologue court mais intense montre l’habilité de Golden à écrire des scènes d’action efficaces, habilité qui ne se démentira pas tout au long du roman ; et alors qu’on se croit parti pour une aventure exotique, l’auteur va nous surprendre en posant son récit d’une façon inédite pour un Uncharted.

Un labyrinthe, une vachette : Intervilles à Cnossos

 

Je ne vais bien sûr pas dévoiler les retournements de situation et autres découvertes que les protagonistes vont effectuer. Mais il me faut préciser que le premier quart du roman, voire presque un tiers, s’axe sur l’enquête que mènent Nate et Sully sur l’assassinat de l’ami de ce dernier. Il y a un côté thriller / policier assez surprenant mais il permet de vraiment poser les enjeux et surtout de développer les liens entre les personnages. Notamment la relation entre Sullivan et son protégé, relation qui sera un des points central de Drake’s Deception (le jeu sortira deux mois après le roman).

C’est aussi l’occasion de découvrir Jada, fille du défunt, que Sully considère comme sa nièce. Là encore, Golden ne nous sert pas un personnage féminin trop cliché et évite surtout de nous sortir des pâles copies d’Elena ou Chloé. Jada est un personnage avec sa propre identité et ses propres motivations qui arrive à exister sans trop de soucis. L’aspect thriller de la première partie du roman permet également de diffuser un sentiment paranoïaque qui colore les nouveaux personnages (qui sans être totalement renversants ne sont pas nécessairement caricaturaux), de telle façon qu’on ne sait pas s’ils sont des antagonistes ou non. Et au moment où le rythme pourrait devenir trop redondant, Golden nous fait quitter New York et nous embarque à l’aventure, avec une première escale en Egypte.

 

Un level design pas vraiment inspiré pour ce niveau "chantier de fouilles en Egypte"

 

Dans tout bon Uncharted, l’histoire se base sur un personnage réel auréolé de mystère. Aussi, après Francis Drake et Marco Polo, en attendant Lawrence d’Arabie et, bien plus tard, Henry Avery, Nathan se retrouve de part son enquête sur les traces de Dédale et ses labyrinthes. Comme Amy Hennig avant lui, l’auteur maîtrise bien son sujet et mélange savamment faits historiques, zones d’ombre et légendes. De plus, les descriptions des lieux visités par Nate et sa bande sont bien troussées et l’on a sans soucis l’impression de réellement déambuler dans les chantiers de fouilles de Crocodilopolis ou dans les ruelles escarpées de Santorin (et d’autres lieux dont je tairai ici le nom). Progressivement happé par les évènements et les révélations, on reste scotché aux sneakers de Crash Bandicoot Drake.

Si les descriptions et scènes d’action sont bien écrites, les dialogues ne sont pas en reste. On retrouve la dynamique du duo Nate / Sully et on peut même avoir l’impression par moments d’entendre Nolan North et Richard McGonagle se balancer des vannes (un bon point au passage pour la traduction de Claire Jouanneau qui colle parfaitement à l’esprit du texte original).

Au final, Uncharted : Le Quatrième Labyrinthe est un roman plaisant à lire, qui ravira tout autant les fans désireux de découvrir une aventure inédite de leur héros favori, que les lecteurs ne connaissant pas la saga de Naughty Dog mais souhaitant passer un bon moment avec un feuilleton d’aventure dépaysant.

 

Santorin by night, la retraite paisible des chasseurs de reliques

 

GOLDEN, CHRISTOPHER. Uncharted : Le Quatrième Labyrinthe. Paris : Milady, 2016. Coll. Gaming. 480 p.

NB : le roman est disponible au format poche au prix de 8,20 € et en ebook (.epub ou .mobi) au prix de 5,99 €

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives