Édito

Amateur de jeux vidéo, biberonné depuis m'as plus tendre enfance, je ne suis ni nostalgique ni moderniste.  Bref j'aime, tout simplement, les jeux vidéo.

Mes préférences personnelle vont vers les RPG japonais. Grand amoureux des Zelda, Dragon Quest et autres Final Fantasy je ne néglige pas pour un bon un bon petit Gran Tursimo par ci, un FIFA par là ou encore un petit Mario de derrière les fagots.

N'ayant aucune prédilection définitive pour une console donnée, j'ai quand même un grande affection pour les consoles de Sony. Même si la DS, dans le domaine des portable, représente une petite anicroche...

Archives

Favoris

Mon GameBlog à moi que j'ai

Par dominik67 Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 09/01/10 à 18h53

Les aventures abracadabrantesque d'un gars sur GameBlog.fr ...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Divers

Signaler
Divers

En intitulant son projet solo Fever Ray, littéralement « Rayon de Fièvre », la Suédoise Karin Dreijer Andersson dévoilait son programme : des mantras bouillonnants, aux beats éblouissants. Cette lumière qui les habite prend parfois la forme d'un pâle halo mélancolique, avant de se métamorphoser en des flashs clignotants, les mêmes qui à haute dose provoquent l'épilepsie.

On connaissait déjà chez The Knife, le duo qu'elle forme avec son frère depuis dix ans, cette volonté espiègle de survoler les styles en restant insaisissable, toujours caché derrière un masque. Mais dès la première note lancinante de « If I Had A Heart », ouverture aux incantations vénéneuses, Fever Ray explore avec une perversité bien plus terrifiante ses cauchemars, en prenant un malin plaisir à se perdre dans la forêt au beau milieu de la nuit pour affronter les monstres. On entend un loup sur « When I Grow Up », un aigle sur « Coconut », du vaudou africain ou des sonorités asiatiques ancestrales. Sombres, froids, raides et synthétiques, à la fois minimales et complexes, ultra-occidentales mais ouvertes aux mystères d'Afrique et d'Asie, ses chansons ressemblent à un parc de Tchernobyl d'après la catastrophe ; traversés de spectres pâles, de voix angoissées, de végétations aux anormales excroissances.

Les clips Lynch-éens de Fever Ray s'inscrivent dans cette lignée aussi envoûtante qu'effrayante comme l'illustre ces deux vidéos issues des deux premiers morceaux de l'album. Soit, dans l'ordre, celle incroyable de « If I Had a Heart », réalisée par Andreas Nilsson, probablement la plus impressionnante vue depuis quelques lustres, et celle de « When I Grow Up », pas beaucoup moins flippante, réalisée cette fois par Martin de Thurah.

Bref Fever Ray nous fournit la musique parfaite pour cauchemarder paisiblement.

Vidéo(s) :


 

Source : sELECTROclash.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)