Le Blog de Didi

Le Blog de Didi

Par NetGDidi Blog créé le 28/12/10 Mis à jour le 16/09/19 à 14h28

Mon humeur, mes avis, mes envies.

Ajouter aux favoris

Catégorie : esport

Signaler
esport

 

Disciplines de l'eSport

 

Le but de cet article n'est pas de vous faire un historique intégrale de toutes les disciplines de l'esport. Il me faudrait beaucoup plus qu'un article pour tout cela. Sachez seulement que les pemiers jeux s'apparentant à de l'esport avec des joueurs payés remontent au temps des bornes d'arcade des années 80 !

 

Lecteur, vois cet article comme un post-it regroupant les disciplines ayant marquées l'esport.
Je ne cherche pas à détailler chaque discipline dans le moindre de ses pixels mais juste à résumer l'essentiel.

 

Starcraft Broodwar - 31 mars 1998 -

 

Après avoir rencontré un franc succès avec ses deux premiers Warcraft Blizzard nous pond un  RTS (Real-Time Strategy). On se retrouve dans un univers futuriste (le 26ème siècle pour être très précis) avec 3 races que sont les Protoss, les Terrans et les Zergs. La campagne solo est excellente, l'histoire bien ficelé etc ... Mais nous ne sommes pas là pour louer la narration et le solo de Starcraft. Si Starcraft va devenir une référence (11 millions d'unités vendues tout de même) c'est grace à 3 facteurs :

 

1- Battle.net et réseau local.

C'est sur Starcraft que nait la mythique plateforme de Blizzard Battle.net. Elle offre la possibilité à des joueurs de s'affronter en ligne très facilement. Pour ceux qui n'avient pas la connexion suffisante (hey salut vieux 56 K ^^) il restait bien entendu la possibilité de le faire grâce au mode LAN également très fiable. Le Bnet bien que minimaliste par rapport à ce que l'on connait aujourd'hui permettait de se faire une liste d'amis et de découvrir des modes de jeu comme le très célèbre Tower Defense !

Battle.net avant ^^.

Le mode LAN permettra la création d'événements (surtout en Corée du sud), notamment les fameux WCG (World Cyber Games).

 

2- Les patchs et l'add-on Broodwar.

Blizzard est aujourd'hui très réputé pour le suivi qu'il accorde à ses jeux et à ses joueurs. Starcraft en est le permier exemple. En effet, les premières versions de Starcraft n'étaient pas du tout équilibrées. Il faudra attendre quelques patchs et par la suite l'extension Broodwar pour se retrouver avec un jeu très équilibré. J'insiste sur l'équilibre car c'est un constante très importante des RTS. Starcraft Broodwar est très certainement le RTS le plus équilibré. Avoir des matchs up "balanced" demande vraiment un suivi constant du développeur.

Loin d'être moche pour l'époque.

C'est la volonté de Blizzard à vouloir rendre compétitif un jeu de stratégie ou chaque faction est très différente qui fait qu'aujourd'hui Starcraft est la référence pour les spécialistes du genre.

 

3- La Corée du sud.

On parle souvent de la Corée comme le pays de l'esport. Mais dire que c'est le pays de Starcraft serait beaucoup plus pertinent. Remettons donc les choses dans leur contexte.

La Corée du sud sort de quinze années de très forte croissance et s'est développée dans le marché des nouvelles technologies. Le gouvernement cherche absolument à booster son économie, si bien que la Corée du sud se retrouve être le pays le plus développé en cybercafés et au niveau des connexion internet. Le pays du matin frais est entièrement couvert par la fibre optique (le premier à être entièrement couvert par l'ADSL et le wifi).

Lorsque Starcraft sort ce n'est pas le ras de marée immédiat. Il commence à pointer le bout de son nez dans les nombreux cybercafés. Puis vient le tour des FPS, un certain Counter Strike sort en première bêta en 1999. Le gouvernement essaye de limiter l'accès à ce genre de jeux "violents". Il est interdit dans les cybercafés. Starcraft va pouvoir ainsi prendre toute la place qu'il mérite.

Voulant imiter l'Europe de nombreuses compétitions sont lancées entre les différents cybercafés. Suite à celà la KeSPA va créer deux compétitions que sont la MSL et l'OSL. Starcraft passe ensuite à la télévision en émission quotidienne. Suite à un tel engouement les progamers vont faire leur apparition. Le plus connu étant le terran Slayers.Boxer qui reste le joueur le mieux payé de l'histoire du sport électronique. C'est une véritable star tout comme les July (joueur zerg) ou autre NaDa (terran). De notre côté nous avons eu un certain Elky (meilleur joueur de poker français en terme de gains) qui est allé jouer en Corée du sud.

Elky Vs Boxer.

 

Reportage Capital sur Elky (en 3 parties).

Aujourd'hui Starcraft occupe toujours une place aussi importante en Corée du Sud même si Starcraft 2 devient petit à petit le successeur de son ainé.

 

Mon avis perso sur le jeu :

Il est clair qu'aujourd'hui Starcraft est assez rebutant par son aspect et sa prise en main. Dans Starcraft 2 le joueur est très assisté au niveau de son jeu. Je pourrais citer les points de ralliement et les groupements d'unités, la micro plus simplifiée et bien d'autres différences. La marge de progression d'un joueur est beaucoup plus grande sur Starcraft premier du nom. C'est pourquoi les joueurs le juge comme le RTS le plus "skilled". A haut niveau sur Starcraft 2 tout le monde peut mettre une map aux meilleurs joueurs du monde ce qui sur Broodwar est juste impensable. Le multitasking requit par Starcraft est infiniment plus exigeant.

Au final on pourrait qualifier Starcraft de beaucoup plus "esportif" que son successeur mais de beaucoup moins accessible pour des joueurs moins hardcore ou tout simplement pour le public.

 

Quelques joueurs références :

Boxer, NaDa, July, Jaedong, Flash, Bisu, Elky.

 

Counter Strike - 19 juin 1999 -

 

Six mois après la sortie du FPS des années 90 Half Life sort la bêta d'un mod tiré de ce dernier. Counter Strike n'était clairement pas destiné à connaitre le succès que l'on connait tous. On peut tirer un grand coup de chapeau à Minh Le et Jess Cliffe pour avoir concocté la référence du FPS par équipe. Les premières maps n'ont pas de volonté d'offrir une véritable compétition derrière. Je me souviens encore des de_dust, de_aztec qui n'étaient pas du tout équilibrées. Mais petit à petit l'équipe de développement corrige les défauts du jeu. En quelques semaines Counter Strike devient le jeu en ligne le plus joué. Loin devant des hits comme Quake 3 ou Unreal Tournament.

 Counter Strike àl'ESWC

 


Le concept est simple. Il s'agit d'un paintball en 5 contre 5 si ce c'est que l'on ne doit pas prendre un drapeau mais amorcer une bombe sur l'un des deux sites de la carte. Les terroristes sont en attaque dans des rounds de 1:45 et les anti-terroristes essayent d'assurer la défense.

 

Simple et efficace

Counter Strike est tout simplement le jeu par équipe qui a le plus marqué le sport électronique. Ce jeu est arrivé à une telle maturité que seules 5 maps étaient jouées en compétitions pendant des années (de_dust2, de_inferno, de_train, de_nuke, de_tuscan).

HLTV ou le steam avant l'heure. Le développement d'HLTV a permi de rendre la compétition visible pour tous les internautes. Ca reste encore à l'heure actuelle beaucoup plus fiable et bien plus beau qu'un stream puisque cest intégré au jeu.

 

La HLTV ou le stream avant l'heure.

 

Contrairement à Starcraft ce ne sont pas les asiatiques qui marqueront le plus cette discipline mais surtout les Européens et notamment les suédois chez qui CS est une discipline reconnue.

Mon avis perso sur le jeu :

Counter Strike premier du nom est clairement au dessus de la version Source et pour l'instant de la version Go.

Les deux atouts majeurs qui en font un monstre de compétition :

- Un jeu très épuré et lisible !

- Le gameplay.

Même aujourd'hui je ne rechigne pas à faire un petit mix avec 4 potes. Avant les MOBA CS 1.6 c'était le seul jeu esport par équipe et c'était bien.

Counter Strike m'aura procuré des frissons. Je me souviens encore de nombreuses finales où connecté à une HLTV je supportais mon équipe favorite.

CS fait parti des jeux auxquels on jouait sur un 56K. Et rien que pour ça il mérite d'être ici.

Quelques joueurs références :

Spawn, Neo, Heaton, Markeloff, Get_Right, f0rest et beaucoup d'autres ^_^.

Quelques teams références :

Sk-Gaming, NiP, fnatic, Navi, EG, Mym et beaucoup d'autres ! GG, emulate, aAa et Millenium côté français.

 

Quake 3 - 2 décembre 1999 -

 

Alors attention celui là il est cultissime ! Je n'ai jamais énormément joué à Quake mais j'ai toujours adoré les matchs. C'est simple c'est pour moi la discipline la plus "esportive". Mais revenons à la base du jeu. Nous sommes dans un FPS (on peut même parler de Quake Like) qui se déroule en arènes (environnement fermé). Chaque arène dispose d'armes et bonus disposés à des endroits précis et qui réapparaissent à intervales réguliés.

En quoi Quake 3 est un titre exigeant ?

Son AIM : 

Le verbe aim signifie tout simplement viser. Quake 3 est très certainement une référence dans le genre. La vitesse du jeu et le différent arsenal mis à disposition exigent du skill. Dans certaines situations il faut même préshoot au maximum. 

Fatal1ty nous fait une remontée fantastique

Maitrise de l'environnement :

Nous autres pauvres joueurs de FPS lorsque nous jouons à Quake 3 c'est du run and kick (pour certains du run and die). Un joueur de haut niveau aura non seulement un excellent AIM mais aura travailler la map. 

Travailler la map à Quake ça ne se résume pas à connaitre la physique de cette dernière. C'est bien plus complexe que cela. Un bon joueur va tout simplement connaitre les endroits ou vous respawnez (endroit ou l'on peut réapparait après une mort), les bonus. Tout l'intérêt de Q3 résulte selon moi ici. Gérer l'état de son personnage passe par la protection des bonus et des armes importants. L'armure respawn dans tant de temps il faut que j'y sois dans 6 secondes maximum. On appelle cela le map control. Protéger les zones importantes c'est 50% du boulot.

Strenx vs rapha

Les déplacements :

Bien savoir se déplacer dans Quake c'est tout un art. Le strafe jump, le rocket jump, le bjump etc ...

Lorsque l'on regarde certains matchs on a plus l'impression de voir un jeu de course qu'un match de FPS. Pour maîtriser toutes ces méthodes de déplacement cela demande pas mal de temps. Et après ce n'est pas fini car il faut apprendre à l'utiliser en fonction des situations.

 Le strafe jump : la base

 

Mon avis perso sur le jeu :

Je n'ai jamais énormément joué à Quake 3 pour la simple et bonne raison c'est qu'au bout d'une demie heure j'ai le tournis (petit nature !!).

En revanche je suis le premier à reconnaitre la qualité du titre. Quand je dis que c'est le jeu le plus esportif pour moi c'est qu'il est exigeant à bien des niveaux et qu'il exige un talent mais surtout un entrainement rigoureux.

Pour un jeu du genre je le trouve simple à suivre. Un spectateur n'aura pas tant de mal à comprendre le déroulement d'un match malgré le côté bourrin du jeu.

Quelques joueurs références :

Fatal1ty, L1nk1n, Cooller, Av3K, Cypher,  Strenx.

 

Warcraft 3 - 3 juillet 2002 -

 

Le succès des deux premiers opus et l'ovation qu'a reçu Starcraft ne pouvait amener qu'un chose : un Warcraft 3 digne de ce nom. Ce jeu a contribué a révolutionné l'esport et même le genre. Je pourrais disserter des heures sur ce jeu. Je pense que c'est tout simplement le jeu sur lequel j'ai passé le plus d'heure dans ma vie de gamer. Blizzard fait le pari osé de tabler sur 4 races et d'y inclure un système de héros. Cela donnera un côté RPG au titre et fait que ce RTS est si particulier.

 

Un RTS riche et varié

 

1- Warcraft 3 Reign Of Chaos - Oh my battle.net !

Starcraft avait créé battle.net, Diablo 2 l'a utilisé, Warcraft 3 l'a révolutionné.

Première grande révolution : un système de matchmaking et de ladder fait son apparition.

Le matchmaking peut se faire en 1vs1, 2vs2, 3vs3, 4vs4, FFA. On peut également choisir de véto certaines maps.

Une interface multi assez élaborée permet de retrouver facilement ses amis.

La deuxième révolution est l'éditeur de maps. Starcraft en avait un et on y avait d'ailleurs vu l'émergence de mods comme le Tower Defense. Mais c'est vraiment sur Warcraft 3 que les développeurs ont pu assouvir leur besoin de créer des custom maps.

C'est d'ailleurs grâce à War3 que le MOBA fera son apparition avec le célèbre mod DOTA.

 

2- Blizzard commence vraiment à s'investir dans l'esport.

Sur Starcraft Blizzard avait plutôt regardé faire la Kespa. Avec War3 l'éditeur américain compte bien marqué l'esport de son empreinte. Le système de ladder leur permet d'organiser des saisons avec des gros cash prize à la clef.

Les Blizzcon sont également l'opportunité d'organiser des tournois Starcraft et Warcraft 3.

Blizzard se rend compte du potentiel de l'esport. On sort petit à petit de l'ère du 56K et de plus en plus de joueurs se mettent à jouer en multi.

ToD qui gagne 30 000$ aux WEG en Corée

 

3- The Frozen Throne - Une extension indispensable.

Ce qui est génial avec Blizzard à l'époque. C'est que lorsqu'ils sortent une extension on sait que cela va révolutionner le jeu. Starcraft l'a prouvé, Diablo 2 également, Warcraft 3 ne dérogera pas à la règle. 

Reign Of Chaos était un peu trop centré sur les héros et était un peu trop limité en terme de possibilité. The Frozen Throne apportera du sang neuf avec un nouvel héros pour chaque race, des héros neutres, des boutiques propres à chaque race et des nouvelles unités.

Grubby recommente des années après sa game de la finale Blizzcon 2005. Le live de l'époque : ici.

 

4- Un RTS choyé en Europe puis en Chine !

W3 a été bien entendu très bien reçu en Corée du Sud mais également en Europe. L'Allemagne et l'ESL vont permettre un devéloppement rapide du titre sur la scène esport. On se souvient encore des WC3L qui restera la meilleure compétition par équipe pour un RTS avec (ce qui était très rare à l'époque) des streams de qualité !

A l'époque on suivait les matchs sur la WaaaaghTv (une sorte d'HLTV). Ce petit logiciel permettait de suivre la game dans le jeu. Après on pouvait toujours allumer NetG Radio pour avoir un shoutcaster.

Ainsi va naitre une communauté de joueurs professionnels en Europe et notamment en France (ToD, Intox, Fatc, Wolf etct ..).

Au fil des ans le titre va sortir et connaitre un gros succès en Chine. Le jeu le plus joué là bas sera d'ailleurs pendant un temps DOTA, mais ça c'est une autre histoire.

 

Les joueurs Grubby et Tod galèrent face aux fan chinois

 

Mon avis perso sur le jeu :

Je ne vais pas être totalement objectif puisque c'est ce jeu que j'ai le plus squatté dans ma vie. C'est ce jeu qui m'a fait kiffer l'esport et qui m'a donné envie de faire des scènes, de la radio, de la webtv. Et même si tout cela semble loin derrière j'ai toujours en moi l'idée que j'y refoutrais surement les pieds un jour.

Alors le jeu en lui même. Blizzard révolutionne le concept de RTS en donnant une importance aux héros et également en mettant en place un système de creeping (des monstres neutres sur la carte donnant expérience, or et objets). L'un de ses poins faibles réside dans le fait qu'il y a quatre races. Cela a rendu le jeu moins équilibré qu'un Starcraft Broodwar (3 races) mais il n'en reste pas moins que Blizzard a vraiment tout fait pour réduire au maximum cet équilibrage.  D'un autre côté je préfère un jeu avec quatre races différentes.

Les puristes reprocherons également son côté "random". L'aléatoire va avoir son importance dans les dégats et le drop d'objets.

Là c'est le spécialiste esport qui va parler mais ça n'engage que moi. Pour moi Starcraft Broodwar est le RTS le plus élitiste dans le milieu de l'esport. En revanche War3 se démarque de sa licence jumelle sur un point. War3 est vraiment le RTS sur lequel la hiérarchie des joueurs est la plus respectée. Cela peut sembler bizarre étant donné le côté "random" de la licence mais au final je constate qu'il reste beaucoup moins aléatoire qu'un Starcraft 2. Je m'en explique : quelqu'un de très fort gagnera 90% de ses matchs contre quelqu'un d'un peu moins fort. Le niveau du joueur avait un vrai impact sur ses résultats. Sur Starcraft 2 n'importe qui peut battre n'importe qui.

Quelques joueurs références :

Francais : ToD, Wolf, Fact, Intox, Blatty, Psycho (YellowStar sur League Of Legend), Stephano, Hg.

 Monde : Grubby, Moon, Lyn, Sky, Infi, Fly, TeD, Fov, Lucifer, Sweet, Zacard, Madfrog, Insomnia, Th000.

 

Dossier eSport.

Qu'est ce que l'eSport ?

Les acteurs de l'eSport.

Les disciplines de l'eSport Partie 1.

Les disciplines de l'eSport Partie 2.

Les joueurs et les structures qui ont marqué l'eSport.

L'évolution de l'eSport.

La Corée du Sud.

Les RTS.

Les FPS.

Les MOBA.

Starcraft.

Counter Strike.

Quake.

Warcraft.

Dota.

Trackmania.

Versus Fighting.

League Of Legend.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
esport

 

Acteurs de l'eSport


L'eSport 2.0 est en marche. A bout de souffle il y a encore deux ans ce dernier est au mieux avec l'arrivée de « la relève » : Starcraft 2, League Of Legend, Dota 2 ou encore Shootmania.

 

Lecteur, je vais présenter une liste non exhaustive des acteurs qui ont selon moi aidé l'eSport à avancer.

 

LES ORGANISATEURS.

 

Lan Arena.

Les salles de jeux en réseau, c'était comme ça qu'on les appelait avant qu'elles prennent le titre de cybercafé puis disparaissent. La Lan Arena c'est une LAN qui a fait bouger l'esport puisque c'est tout simplement la première LAN médiatisée en France. Elle est l'ancêtre de l'ESWC. Si les deux premières éditions sont passées inaperçues (moins de 100 spectateurs) la troisième commença a placé la barre un cran au dessus.

Lan Arena 3 : 300 joueurs.

Lan Arena 4 : 500 joueurs.

Lan Arena 5 : 800 joueurs.

Lan Arena 6 : 1000 joueurs.

Lan Arena 7 : 1 500 joueurs.

 


Les différentes éditions de la LAN Arena.


C'est vraiment à partir de la cinquième du nom qu'il y a eu une véritable prise de conscience. Apparemment on pouvait faire des événements centrés sur le sport électronique dignes de ce nom !

C'est d'ailleurs Ligarena qui a organisé les 3 dernières éditions. La Lan Arena 7 a marqué les esprits non seulement par le nombre de joueurs présents mais également par le niveau des équipes. Les meilleures équipes américaines et européennes s'affrontaient. A l'époque cette LAN avait attiré beaucoup plus d'équipes de très haut niveau que les WCG ou n'importe quelle CPL.

 

ESWC (Ligarena, Games-Services, Oxent).

L'ESWC est l'évolution de la Lan Arena. Matthieu Dallon dirige alors Ligarena (qui deviendra Games-Services en 2005) souhaite créer un événement international se rapprochant des WCG. Les Jeux Olympiques des jeux vidéo existent déjà ? Alors nous allons créer une coupe du monde. En 2003 plus aucun contrat ne liait Ligarena et les Word Cyber Games. Après plusieux Coupes de France et de nombreuses Lan Arena Ligarena se lance. C'est ainsi que nait l'Electronic Sports World Cup.


Matthieu Dallon.


Pour participer à une ESWC il faut se qualifier. Contrairement aux qualifications des WCG qui se déroulent sur une ou deux épreuves (comme les minimas au championnat d'athlétisme) les qualifications françaises se font à la Coupe de France. Mais pour participer à la CDF il faut pour cela avoir engrangé des points sur le circuit de LANs françaises tout au long de la saison. L'ESWC a donc contribué grandement à donner un certain statut à nos LANs.

Un petit best-of de l'ESWC 2006.

L'ESWC est un véritable succès (je ferais certainement un article propre à celle-ci), les éditions 2005 et 2006 resteront certainement les meilleurs crus. En 2009 Games-Services met la clef sous la porte. Le 25 mai 2012 la société Oxent dirigé notamment par M. Dallon reprend le contrôle de son « bébé ».


WCG.

 

Une seule compétition peut dépasser l'ESWC en terme d'histoire et de prestige. Les World Cyber Games ont été créés en 2000 en collaboration avec Samsung Corée et ICM qui était chargé de l'organisation. Les WCG sont à l'eSport ce que les Jeux Olympiques sont au sport. C'est bien entendu la Corée du Sud, mère du sport électronique, qui est à l'initiative d'un tel projet. Et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est un succès, puisque qu'à partir de 2006 (la fameuse édition à Monza en Italie) Microsoft finance également les WCG. Une particularité des WCG réside dans le choix des jeux. En effet, ce sont les internautes qui votent pour la liste des jeux. Cette année les WCG ont lieu en Chine ce qui peut expliquer la présence de jeux comme Warcraft 3, Crossfire ou Counter Strike Online.

 

 

ESL.

L'ESL est présent sur le circuit depuis 15 ans. Ca en fait l'acteur le plus âgé de ma longue liste. L'Electronic Sports League est la ligue que cottoient le plus les joueurs. Elle est au sport électronique ce que la FIFA est au football. Son site recense plus de 2 millions d'inscrits pour 500 000 équipes et 10 millions de matchs joués. L'ESL se décompose en plusieurs sections en fonction des régions. C'est l'ESL allemande qui est la maison mère. Turtle Entertainment est la société qui gère l'ESL. Il existe ainsi l'ESL France, l'ESL Alpen (Suisse et Autriche), l'ESL Balkans, l'ESL Nordic et l'ESL Benelux.

 

L'équipe 4Kings en WC3L (compétition par équipe de Warcraft 3).


Les compétitions les plus connus organisées par l'ESL sont les ECL et les ENC. La première regroupe plusieurs compétitions alors que la deuxième met l'accent sur la nationalité et propose ainsi aux différents pays de s'affronter.

 

CPL.

 

La Cyberathlete Professionnal League a été fondée par Angel Munoz suite à une petite LAN à Dallas en 1997. Pendant 11 ans cette structure va organisée des events dignes de ce nom en regroupant les meilleures équipes notamment sur Counter Strike. En 2008 elle est obligée de se retirer suite à des difficultés économiques. Angel Munoz, à l'image d'un Matthieu Dallon, a été un fer de lance de l'esport en mettant en avant sa passion qu'est le sport électronique mais il subira la conséquences de choix risqués dans une contexte économique compliqué. Avant de disparaitre cette ligue était très appréciée des joueurs. Les cash prizes proposés par la CPL étaient souvent très intéressants, de plus la fréquence des événements étaient telles que certains pouvaient vite y trouver leur compte. fatal1ty un célèbre joueur de Quake en avait d'ailleurs fait sa spécialité.

 

DREAMHACK.

 

La Dreamhack a vu le jour en 1994 !!! Si la Corée du Sud devait avoir une petite soeur dans l'esport ça serait la Suède. La DH c'est tout simplement la plus grosse LAN du monde. En 1994 les 40 participants dans une la cafétéria d'une école ne peuvent imaginer ce que va devenir leur bébé. Dès 1995 la LAN obtient une connexion internet (2 Mbps, ce qui à l'époque est impensable). Depuis elle battra tous les records en termes de visiteurs, de débit et surtout au niveau des participants. C'est une fête au jeux vidéo, la plupart des joueurs ne viennent pas pour participer à une compétition mais surtout pour s'éclater dans l'immense complexe de Jönköping. La Dreamhack a lieu deux fois par an, une l'été : la Dreamhack Summer et une l'hiver : la Dreamhack Winter. Cette dernière est celle rencontrant le plus de succès. En terme de compétition c'est une des classiques (tel un Paris-Nice) à ne pas manquer et c'est très certainement la plus agréable si l'on souhaite célébrer le jeu.

 

Quelques participants.

 

KeSPA.

La KeSPA est le groupe qui a permi à Starcraft premier du nom de percer comme il l'a fait en Corée du Sud. Elle a pris en charge la diffusion à la télévision de plusieurs ligues coréennes notamment la MSL et l'OSL. Si Starcraft est devenu une discipline si médiatisée au pays du matin frais c'est grace en autre à cette médiatisation.

Lorsque le deuxième opus est arrivé Blizzard souhaitait avoir également une part du gâteau. Ne trouvant pas de terrain d'entente c'est GOMTV qui hérita du privilège d'organiser les événements coréens sur Starcraft 2.

Récemment la KeSPA et Blizzard se sont rabibochés et la KeSPA a reconnu vouloir lacher petit à petit Starcraft Broodwar.

L'OSL en image.


LAN ALLIANCE.

 

 

Lan Alliance est un regroupement des plus grands associations françaises organisatrices de LAN Party. Elle comprend Futurolan, Spiritlan, Pxl etc ... Vous pouvez retrouvez plus de détails sur  leur site. Ces associations se décarcassent toutes l'année et leurs bénévoles font un boulot remarquable pour que chaque année nous puissions avoir notre dose de LANs Party.

 

Désiré Koussawo.

 

Un homme représente bien cette volonté d'aller toujours plus loin. Il s'agit de Désiré Koussawo. Il est le président de Futurolan qui chaque année organise la plus grande LAN de France, j'ai nommé la Gamers Assembly. Ce rassemblement de joueurs a lieu tous les ans au Futuroscope de Poitiers. L'événement se porte d'ailleurs très bien malgré la crise.

 

Shootmania à la GA 2012.

 

 

MLG

La Major League Gaming est le symbole des compétitions esport 2.0. Fondée en 2002 l'organisation nord américaine se consacre tout particulèrement aux jeux consoles (le logo est d'ailleurs assez explicite). L'esport aux États-Unis est beaucoup plus présent sur les machines de salon qu'en Asie ou en Europe. Des licences comme Halo, Tekken, Gears Of War font les beaux jours de la MLG. Mais elle devra attendre la sortie de Starcraft 2 pour prendre toute sa dimension. Chaque édition de la MLG est un véritable show à l'américaine. Des présentateurs à la hauteur, un panel de joueurs exceptionnel, un coverage de qualité, un cashprize dément, voilà autant de raisons qui font de la MLG un rendez-vous incontournable de l'esport. La MLG se diversifie sur des licences comme League Of Legends et a signé un partenariat avec le géant qu'est la KeSPA. Sans aucun doute les plus belles pages sont encore à écrire.

La MLG Anaheim.

 

BLIZZARD

 

Je tenais vraiment à finir avec Blizzard  car la société américaine joue un rôle très particulier. En effet l'éditeur est devenu bien malgré lui un fer de lance de l'esport. Rien ne le prédestinait à ça mais le chemin parcouru par Starcraft en a voulu autrement. Blizzard a ensuite pensé esport ses titres (du moins ses RTS) en cherchant à équilibré au maximum leur jeux.  Blizzard a encouragé la compétition en organisant chaque année la Blizzcon avec notamment des tournois regroupant les meilleurs joueurs de chaque région ladder.

 

La Blizzcon.

 

La Blizzcon est un des events les plus appréciés car depuis toujours elle dispose d'une organisation Blizzardienne avec des streams de très haute qualité, des matchs de folie avec en garniture des annonces sur les prochains hits. Il semblerait que Riot (développeur de League Of Legend) souhaite également s'impliquer dans le sport électronique. Valve a également suivi la vague en organisant un tournoi Dota 2 avec 1 million d'euros pour le vainqueur (félicitations aux NaVi pour leur victoire).

 

LES PRÉSENTATEURS.

 

Day 9.

 

Ce mec est devenu un demi-dieu pour bon nombre d'internautes. Il a démarré sur sa propre WebTv avec une émission quasi quotidienne destinée  à faire progresser ses viewers. Le succès qu'il a rencontré a été immédiat. Il a très vite été appelé pour commenté les scènes des plus grands événements. Le magazine économique américain Forbes l'a désigné à la 24 ème place du classement des 30 personnes des moins de 30 ans qui deviendront incontournables. Il a organisé il y a peu une compétition Starcraft 2 entre les plus grosses entreprises du Web (Facebook, Google, Microsoft etc ..). Il fait parti des rares personnes qui peuvent vivre de l'esport sans pour autant jouer.

 

Et un petit best-of !

 

 

Asuka.

 

Ayant participé au projet NetG je ne pourais pas ne pas parler de Olivier Morrin. Il n'a pas du tout la dimension et la notoriété d'un Day 9 mais, il a pendant près de 10 ans, commenté sur scène et sur le net. Il  a repris la Webradio NetG et donné de la voix pour les LAN du circuit français.

 

LES MÉDIAS.

 

Étant donné le nombre impressionnant de sites d'actu esport je vais uniquement me focaliser sur les médias français qui ont marqué l'esport et ne pas faire de description car la publicité n'a pas sa place ici ^__^.


Esportsfrance

NetG

Team-aAa

Millenium


Je tiens en tout cas à souligner l'investissement dont font preuve beaucoup de personnes (bénévolement pour la plupart) afin d'oganiser, d'encourager et de médiatiser le sport électronique. Ce sont les PRINCIPAUX ACTEURS, sans eux rien ne serait possible

Il reste un dernier type d'acteur et pas des moindres. Les joueurs !

Quels joueurs ont marqué le sport électronique selon moi ? Suite au prochaine épisode.

Je m'excuse de ne pas traiter de Versus Fighting mais je suis un incompétent total dans ce domaine.



 

Dossier eSport.

Qu'est ce que l'eSport ?

Les acteurs de l'eSport.

Les disciplines de l'eSport.

Les joueurs et les structures qui ont marqué l'eSport.

L'évolution de l'eSport.

La Corée du Sud.

Les RTS.

Les FPS.

Les MOBA.

Starcraft.

Counter Strike.

Quake.

Warcraft.

Dota.

Trackmania.

Versus Fighting.

League Of Legend.

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
esport

 

QU'EST-CE QUE L'ESPORT ?


Lecteur je cherche ici à déterminer les composantes qui font qu'un jeu est esport ou pas.

 

 

Qui dit esport dit multi ?

L'esport désigne selon moi la pratique d'un jeu vidéo permettant une compétition entre joueurs. Il se distingue notamment par l'organisation de LANs ou de tournois online. Le jeu solo est se retrouve ainsi quasiment exclu de la danse.

Vous le savez surement le multijoueur/multiplayer et le sport électronique sont étroitement liés. J'irais jusqu'à dire qu'il n'y a pas d'esport sans multi (l'inverse ne fonctionne pas par contre). Et oui l'esport se caractérise par l'affrontement entre deux être biologiques bien réels et non pas des CPU.

RJ45 ou le père fondateur


L'adversaire n'est plus le CPU.

Certains vous diront que l'on peut très bien affronter le CPU dans un contexte esportif. Attention je ne dis pas que les speed runners nous offrant des performances hallucinantes sur des Half Life, Mario64 et autres ne pratiquent pas une discipline s'apparentant à un sport de haut niveau. Mais force est de constater que le terme esport a fait son apparition au sein des premières LAN-party. Le début du multi en réseau coïncide parfaitement avec la naissance du sport électronique. Hors le multijoueur existait depuis déjà très longtemps (Pong), c'est donc du côté des PC que l'esport va faire ses débuts. Un compétition entre speedrunners est ce de l'esport ? Hmm question intéressante puisque l'adversaire n'est plus le jeu mais les concurrents. On ne cherche plus à battre le jeu mais juste à être meilleur que les autres.

Les speed runs pas de l'esport ?


Le PC offre au milieu des années 90 la possibilité de joueur en réseau et sur internet. Il devient ainsi une plate-forme d'entrainement excellente pour parfaire son niveau de jeu. On ne retrouve plus le côté fun d'un Mario Kart sur SNES où l'on va essayer de devenir le meilleur de son groupe de 3 potes. Le multi est révolutionné par la possibilité de jouer avec un plus grand nombre de joueurs et surtout de pouvoir s'entrainer contre n'importe qui. On passe ainsi d'un système de compétition encore amateur à quelque chose de beaucoup plus professionnel. Finis les contraintes où il fallait se retrouver pour jouer les uns contre les autres. Soit on joue via notre bon vieux 56K soit on peut tenter l'expérience d'une salle de jeu en réseau. Le jeu en réseau ca commençait notamment avec le bon vieux Duke. Mais bon je m'égare, je ne suis pas là pour retracer l'histoire de l'esport je réserve cela pour une autre fois. Je pense qu'il était essentiel d'expliquer et de faire comprendre que le multi n'est pas forcément de l'esport et qu'il en va de même pour les performeurs du style speedrunners.

Lanparty.


L'esport répond à des critères précis.

Une autre condition essentielle est la possibilité d'avoir un système de scoring en live. Des jeux comme Trackmania où l'on se doit de claquer des gros temps rentrent dans le domaine très fermé des jeux de l'esport car ils offrent la possibilité  de pouvoir construire un événement en live. Un jeu où l'on passe des semaines pour battre le record du monde s'apparente à une discipline sportive/esportive mais pour rentrer dans le cercle du sport électronique il faut être capable d'offrir une compétition sur un temps donné, cela permet ainsi d'organiser des events ou alors des championnats online.

Starcraft Broodwar, un jeu pas pensé eSport au départ


Multi + Online + Offline = Esport ? Ah non il reste une dernière condition et pas des moindres puisque le jeu en lui-même se doit d'être développé de façon à pouvoir rendre la compétition dessus intéressante. C'est donc aux développeurs de faire les efforts nécessaires pour rendre praticable au haut niveau. Au départ Starcraft était complètement déséquilibré, puis il y a eu des patchs, puis Broodwar, pour devenir la référence RTS et même un phénomène national en Corée du Sud. Un jeu avec une marge de progression gigantesque, ne laissant pas trop de place à la chance et qui requière un entrainement quotidien pour être le numéro 1.

 

Certaines composantes essentielles d'un jeu solo relayées au second plan.

- Est ce que tu as vu la profondeur de champ du dernier Skyrim ?

- La narration d'Uncharted est juste a tomber.

Ca l'esport en a rien à f.... ^^

Comment rendre un jeu compétitif ? C'est le critère le plus important si l'on veut créer de l'esport. Pourquoi Counter Strike 1.6 a t-il mieux marché que la version Source (au niveau de l'esport). Car avec Source on a cherché à rendre plus beau, plus réaliste un jeu qui n'en avait strictement pas besoin du point de vue de la compétition. Un jeu épuré graphiquement et avec un gameplay simple et efficace sera beaucoup plus compréhensible par le public et ça Nadeo et plus récemment Riot  l'ont compris.  Le poker est d'ailleurs le jeu non esport se rapprochant le plus de l'esport : des règles simples, des joueurs, un enjeu et LETS FIGHT ! Et n'oubliez pas : << Quelques minutes pour apprendre à y jouer, une vie pour le maitriser.>>

Trackmania, simple et complexe à la fois.

 

Cet article est le tout premier d'une longue série à venir (je me laisse un an). A très vite. Merci pour votre lecture.

Dossier eSport.

Qu'est ce que l'eSport ?

Les acteurs de l'eSport.

Les disciplines de l'eSport.

Les joueurs et les structures qui ont marqué l'eSport.

L'évolution de l'eSport.

La Corée du Sud.

Les RTS.

Les FPS.

Les MOBA.

Starcraft.

Counter Strike.

Quake.

Warcraft.

Dota.

Trackmania.

Versus Fighting.

League Of Legend.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
esport

http://media.steampowered.com/apps/dota2/posts/02/the_international.png

Un premier tournoi est annoncé pour Dota 2.

En effet Valve va mettre le paquet pour assurer la promo de son nouveau titre.

Tout va se dérouler à la Gamescom du 17 au 22 Août et ce n'est pas moins de 1 000 000 $ qui vont être offert au gagnant.

Le cash prize total sera de 1.6 millions de dollars. League Of Legend peut commencer à s'inquièter car un monstre est en train de débarquer.

Malheureusement pour vous les 16 équipes ont déjà été sélectionnées :

http://media.steampowered.com/apps/dota2/international_2011/landing_bottom_fr.jpg

Jamais dans toute l'histoie de l'esport un un cash prize n'a été aussi gros. Valve n'avait pas assuré avec Counter Strike mais compte opter pour une politique à la Blizzard sur ce coup là.

Les plus grandes équipes de Dota sont présentes et on a hâte de voir qui va emporter le pactole.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Dossier esport

Qu'est ce que l'esport.

 Les acteurs de l'eSport.

Les disciplines de l'esport Partie 1.

 

Animateur de l'ancienne webradio et webTv NetG.

Jeux les plus attendus :

Mirror's Edge 2.

The Witcher 3.

Little Big Adventure 3.

 

Quel est le meilleur Final Fantasy ?

Archives

Favoris