Denshift

Par Zokho Blog créé le 03/01/11 Mis à jour le 14/01/13 à 18h01

Ajouter aux favoris

Catégorie : Apple

Signaler
Apple

Disponible depuis le 22 juillet dernier, le nouveau système d'exploitation d'Apple, baptisé Mac OS X Lion, a officiellement pointé le bout de son museau sur le Mac App. Store. Qu'en est-il de son ergonomie ? Vaut-il le coup ? Tentative de réponse.

Avant d'entrer dans le vif du détail, je tiens à préciser que je ne vais pas m'étaler sur toutes les nouveautés car la liste est beaucoup trop longue et fastidieuse. Pour plus de précision, je vous renvoie sur le site officiel d'Apple. Ce zoom est avant tout un retour d'expérience, totalement subjectif, après avoir passé un moment en compagnie du félin.

Apple a été très claire lors de la première présentation de OS X Lion : le système d'exploitation bénéficiera des fonctions principales apportées par les périphériques tournant sur iOS (iPhone, iPad, iPod Touch). Certains grinceront des dents rien qu'à la simple idée de ce mélange qui pourrait paraître comme un changement de bord de la part de la firme pommée.

Alors que Snow Leopard se contentait de modifier l'architecture en profondeur sans que l'utilisateur ne voit quelque chose de concret, Lion reprend quant à lui les fondations de son prédécesseur et introduit plusieurs nouveautés, le tout accompagné de retouches graphiques.

Multi-touch et plein écran

Comme je l'ai dit précédemment, Apple s'est totalement inspirée de l'iPhone et de l'iPad pour cette nouvelle mouture. Et cela ne se limite pas à l'aspect logiciel ! En effet, l'analogie va encore plus loin grâce à l'apport de nombreux gestes tactiles multi-touch que l'utilisateur va pouvoir accomplir avec une Magic Mouse ou encore un Magic Trackpad. Personnellement, j'ai opté pour ce dernier (plus grand, plus confortable) depuis déjà quelques mois, je n'ai donc aucun mal à utiliser le Mac sans souris. À l'instar des machines iOS, vous pourrez scroller, zoomer, changer de bureau, changer de fenêtre, faire défiler des images, etc. en un geste avec vos petits doigts endurcis.

Ces nouveaux mouvements se révèlent être pratiques si on prend, bien évidemment, la peine de s'habituer. Une fois ces nouveaux réflexes acquis, l'utilisation du Mac n'est en que fluidifiée et agréable. Les personnes qui souhaiteront tout de même rester avec leur souris rateront, bon gré mal gré, une des nouveautés centrales de Mac OS X Lion.

Si vous regardez comment les applications sont affichées sur iOS, vous remarquerez que celles-ci prennent toute la place disponible sur l'écran. Il est désormais possible d'en faire de même sur Lion, en cliquant sur la double flèche pour afficher une fenêtre en plein écran, faisant disparaître le Dock ainsi que la barre de menu. Attention cependant, il faut que ce soit le développeur qui incorpore le plein-écran dans son logiciel pour que cette action soit faisable. Pour le moment, vous ne risquez donc pas de l'utiliser souvent en dehors des logiciels Apple.

Je n'ai personnellement pas l'utilité (à part pour iTunes) d'une telle fonction actuellement car peu d'applications en tirent vraiment parti. Possédant un iMac, je conçois que l'expérience doit être toute autre sur un ordinateur portable qui possède un écran plus réduit.

Mission Control et LaunchPad

Venons-en à présent à une fonction que vous utiliserez, à mon avis, assez souvent : Mission Control, une sorte de mélange entre Space et Exposé. Ce dernier vous donne une vue générale sur les applications que vous êtes en train d'utiliser. D'un geste, ou d'une pression de touche, toutes vos fenêtres ouvertes et vos différents bureaux sont affichés et accessibles.

Contrairement à Exposé, les plusieurs fenêtres d'une même application sont disposées sur une pile, donnant une impression de meilleure organisation, mais qui peut sembler confus dans le cas où beaucoup de ces dites fenêtres sont ouvertes. En plus de cela, vous avez la possibilité de réorganiser vos bureaux à l'aide de simples «glisser-déposer» entre les différents espaces. Si vous souhaitez passer d'un bureau à l'autre sans passer par Mission Control, il vous suffit de balayer le Trackpad avec trois doigts ou d'utiliser le raccourci clavier adéquat.

Encore une fois, il s'agit d'une question d'habitude. D'un côté, la tâche est facilitée puisque Mission Control regroupe deux anciennes fonctions à la fois, mais de l'autre on en perd un peu plus en visibilité si l'on n'utilise pas plusieurs bureaux. Heureusement, la manipulation est simple et intuitive donc il n'y a pas de problème à proprement parler.

Toujours dans un soucis de rapprochement entre ses différentes plate-formes, Apple a repris pixel par pixel l'interface de l'iPad pour la mettre dans LaunchPad. Celui-ci regroupe toutes vos applications et les affiche comme si nous étions face à un iPad. L'aspect tactile rentre également en jeu étant donné que l'on navigue beaucoup plus naturellement entre les pages en les balayant vers la gauche ou la droite.

Je vous vois déjà venir avec une question simple et pourtant pleine de sens : à quoi cela sert-il sur un Mac ? Dans les faits, à rien, après c'est aussi à vous de juger de son utilité. Pour couronner le tout, la disposition des logiciels sur le LaunchPad n'est pas alphabétique, c'est donc à vous de les bouger une à une. Pas spécialement utile et pratique, je ne suis pas prêt de délaisser Spotlight ou mon dossier «Applications».

Cliquez sur l'image pour lire la suite !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

  
Signaler
Apple

 

Lancé en grande pompe le 3 avril 2010, l'iPad fut l'occasion pour Apple d'entrer avec succès dans le marché des tablettes tactiles. Une année s'est écoulée entre temps, et un nouveau modèle a fait son apparition pour tenir tête aux nouveaux concurrents. Plus fin, plus rapide et plus puissant, la firme pomée compte fermement garder son avance avec l'iPad 2.

Présentation générale

Autant le dire tout de suite : l'iPad 2 n'est pas une mise à jour majeure comme le fut l'iPhone 4 en son temps. Cette version est principalement une évolution par rapport au précédent modèle. En effet, ce sont les performances générales qui ont été améliorées, pour plus de confort et de rapidité à l'utilisation. Par exemple, la partie graphique est, selon Apple, neuf fois supérieure, impliquant une meilleure fluidité et de meilleurs graphismes pour les jeux. Nous reviendrons par ailleurs sur ces derniers dans la suite de cet article. Continuons le tour des améliorations avec le nouveau processeur A5, qui a subi plus ou moins le même sort, et est devenu deux fois plus véloce. L'autonomie quant à elle n'a pas bougé d'un pouce et tient toujours la barre des dix heures. De plus, le poids de l'engin a été diminué de quelques grammes et est devenu par conséquent plus fin. Cela peut paraitre anodin à première vue, mais cela se sent quand on le tient en main. Enfin, la mémoire vive a été doublée : on passe de 256 Mo à 512 Mo. Concrètement, cela signifie que vous pouvez, par exemple, avoir beaucoup plus d'applications ouvertes, sans pour autant que la machine se mettent à ralentir.

Mais quid de l'écran ? Ce dernier n'a pas changé d'un pouce (attention, jeu de mot), et n'a pas été remplacé par un écran Retina comme sur l'iPhone 4, certainement pour cause de coûts. En effet, il faut garder en tête le fait que la dalle de l'iPad est quasiment trois fois plus grande que celle de l'iPhone (9,7 pouces contre 3,5 pouces). Avec cet écran Retina, la résolution serait par conséquent beaucoup plus élevée (2048×1536 pixels, c'est plus que la plupart des écrans actuels) ce qui entraîne également l'ajout d'un processeur encore plus puissant, et par conséquent d'une hausse du prix. Il faudra certainement attendre la prochaine version pour voir ce nouvel écran apparaître sur l'iPad.

 

Au rang des nouveautés, nous pouvons noter l'ajout de deux caméras pour des applications comme Facetime ou encore Photobooth. Malheureusement, la qualité n'étant pas terrible, il sera plus judicieux d'utiliser ces capteurs pour la vidéo, avec des applications de réalité augmentée par exemple. À l'instar de l'iPhone 4, un gyroscope à trois axes à été rajouté. Pour faire simple, cette nouveauté, combinée à l'accéléromètre,  permet à l'iPad 2 de se repérer avec plus de précision dans l'espace.

Comme je vous le disais en introduction, il ne fallait pas s'attendre à beaucoup d'innovations de la part de l'iPad 2. De ce fait, les acheteurs de la première heure auront plutôt tendance à attendre la prochaine version pour remplacer leur ancien iPad. Quant à ceux qui hésitent encore à sauter le pas et qui n'ont encore pas investi dans un iPad, que faire ?

Son utilisation quotidienne

L'iPad est très pratique et sublime les tâches quotidiennes telles que la consultation de mails, flux RSS, surf sur Internet,etc. La machine étant légère et ne faisant aucun bruit, c'est un plaisir de l'accompagner avec soi, d'autant plus que la batterie tient largement la route (10 heures avec le Wi-Fi activé). Ce qu'on aime également, c'est sa disponibilité. La sortie de veille est en effet instantanée et le démarrage est rapide, pour une utilisation quasi immédiate.

De plus, l'App. Store regorge d'applications en tout genre, susceptibles de vous intéresser. Par contre, des problèmes se posent si vous devez accomplir des tâches très particulières. Par exemple, si vous êtes programmeur, il vous est impossible d'exécuter vos codes en installant un compilateur car celui-ci ne sera jamais accepté sur l'App. Store car l'application enfreint les conditions d'utilisation.

L'iPad n'étant pas totalement autonome, le passage par le logiciel iTunes est obligatoire pour la sychronisation de vos données. Un problème qui n'est en est pas spécialement un, car tout le monde a, aujourd'hui, un ordinateur chez lui.

Au final, c'est un peu à vous de voir comment vous comptez utiliser la tablette. Pour ma part, il remplace allègrement mon ordinateur portable qui était lent et bruyant, et que je n'utilisais que pour le surf et quelques logiciels familiers. L'ordinateur de bureau est là pour mes tâches un peu plus lourdes. Si vous avez la ferme intention d'investir dans une tablette tactile, l'iPad 2 est sans aucun doute un excellent choix.

L'ipad, nouvelle console portable ?

>> Pour lire la suite de ce zoom, veuillez cliquer sur l'image ci-dessous !

Voir aussi

Plateformes : 
iPad
Sociétés : 
Apple
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Apple

Sortie le même jour que la 3DS en Europe, l'iPad 2 n'en finit pas de venir taquiner la nouvelle console de Nintendo. Des personnes ont en effet réussi à donner une impression de 3D sur la tablette tactile de Apple, et ce à l'aide de la caméra située en façade et la technologie de head-tracking. Tout est question de perspective. Et comme cela ne requiert qu'une caméra, la chose est possible sur beaucoup de plateformes. Ceci n'est évidemment pas de la vraie 3D comme on peut en voir sur la Nintendo 3DS, étant donné que l'écran n'est pas adapté. Mais ça rend pas mal visuellement, non ?

>> Denshift

Voir aussi

Plateformes : 
iPad
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Édito

Un site rempli de passion.

 

S'abonner à Denshift sur Twitter

Suivez-nous sur Twitter !

 

 

Archives

Favoris