daubovore's place

daubovore's place

Par daubovore Blog créé le 14/04/14 Mis à jour le 01/06/15 à 22h36

Un peu de daube, associé a mes réflexions du moment, le tout noyé dans mes anecdotes sur mes clients du magasin, ainsi qu'un peu de master system, car on ne se refait pas !

Ajouter aux favoris

Édito

Salut ! 

Pour commmencer je vais faire le gros faignant, en rappatriant un ancien blog, qui me permettait de vous faire partager les moments marrants ou génants que je vis en magasin !

Archives

Favoris

Catégorie : master system

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Dites moi, qu’est ce qui fait qu’un jeu master system est bon? Un gameplay aux petit- oignons, avec un perso un peu raide mais que l’on peut placer au millimètre. Une musique entêtante, que l’on retient des les premières mesures. Des boss originaux aux points faibles difficiles à atteindrent. Je crois bien que l’on tient là un winner avec shinobi qui correspond en tout point à cette description.

Avant toute chose, il faut savoir que Shinobi est la conversion du jeu d’arcade de Sega, et bien que l’on s’éloigne grandement de l’originale (master system oblige), elle a su garder toutes les qualités de son aîné. On incarne Joe Mushashi, un maître ninja envoyé par le gouvernement afin d’exterminer un groupe de terroristes armés et adeptes d’arts martiaux (comme le dit si bien la notice). Dirigé par l’infâme Masked ninja, ils retiennent des enfants en otages qu’ils faudra également libérer (oui, c'est le même scénario que moonwalker...). Mais vous avez une arme secrète…la magie ninja !!!

 

Comme je le dis plus haut, Shinobi rassemble tous les éléments nécessaires à un grand jeu. Sa maniabilité ne vous fera pas défaut, et c’est avec plaisir que l’on dirige notre héros au travers des 19 missions qui constituent le jeu. Mis à part deux petits sauts à placer au millimètre dans le quatrième stage, et qui sont bien stressants je dois l’avouer. Mais shinobi n’en est pas pour autant un jeu facile, loin de là, et il vous faudra beaucoup de patience pour espérer passer la foret de bambou du cinquième niveau et ses ninjas volants (un petit coucou a nos amis galériens ;)). Heureusement les enfants une fois libérés vous donnent de nouvelles armes (nunkaku, grenades, chaines…) ou vous ouvrent les portes des niveaux bonus. Ces derniers vous permettant de gagner les magies ninja. Aux nombres de cinq, elles vont de la paralysie aux éclairs en passant par la lévitation, le multi clonage (copyright Naruto), ainsi que la tornade. En plus, participer aux phases bonus afin de les obtenir est un vrai régal. On doit dans celles-ci, lancer des shurikens sur des ninjas traversant l’écran de part en part, un peu a la manière d’un stand de tir de fête foraine. Je me suis déjà vu recommencer une partie juste pour refaire ces « niveaux ».

  

Pour la musique, mieux vaut un petit extrait que d'en parler pendant des heures…je l’adore… Entêtante, elle vous colle à la peau, des heures après que l’on ait éteint la console. Tout comme les bruitages du jeu d'ailleurs ^^.

Est-ce que Shinobi aurait au moins un défaut, au niveau des boss par exemple ? Et bien non, car dans quel autre jeu affronte t’on un colosse lanceur de flamme, un hélicoptère a coup de shurikens, ou bien encore Mandara qui ne vous offre aucun répit. Sans parler du Masked ninja et de ses quatre transformations qui vous donnera bien du fil à retordre. Seul Lobster du quatrième niveau fait un peu tâche dans cette sélection. Mais une superbe récompense vous attend a la fin du jeu...un écran de game over !

 

 

 

Si les ninjas sont aussi populaires dans les jeux aujourd’hui (Ninja gaiden, Tenchu ça vous dit quelque chose), on le doit à ce vénérable ancêtre, souvent copié, jamais égalé. Sa suite sur master system, Cyber shinobi est a éviter mais faites vous plaisir, enchaînez sur les épisodes megadrive.

 

Pour aller plus loin : 

-Un petit truc utile :

Stage select : A l'écran titre maintenez bas, et lorsque la tête du ninja apparaît, appuyez sur deux.

-Et une petit vidéo d'un walktrough ça vous dit ?

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Attention, attention, ne lisez cet article que si vous êtes sensible à ce que l’on nomme nostalgie. En effet je doute que Kung Fu Kid soit doté d’un réel intérêt au jour d’aujourd’hui…

Activation de la séquence émotion.

Kung fu kid est l’archétype du beat them all à l’ancienne, où une seule loi prédomine, moi avance, moi frappe. Le héros dispose de la panoplie habituelle du genre, c'est-à-dire le coup de pied haut et bas ainsi que le coup de pied sauté. Chaque niveau se fini avec l’inévitable boss, où il faudra découvrir son point faible si on veux espérer le battre. Rien que du classique quoi.

  

Mais pourquoi j’accroche alors ?

En effet, à la manière d’un black belt, une fois la cartouche enfichée dans la power base, impossible de descotcher. Car bien que minimaliste le jeu propose un réel challenge, et si les quatre premiers niveaux s’enchaînent sans trop de difficultés, il n’en est pas de même à l’approche du cinquième niveau qui voit l’apparition des zombies, ainsi que le sixième qui est une succession de boss bien fourbes.

 

  Si je ne bouge plus faire actualiser!

 

 

De plus notre héros possède quelques atouts dans sa manche comme les parchemins à lancer, qui deviendront par la suite des parchemins de feu, indispensables contre les zombies. On peut également, à la manière de chun li de street fighters, effectuer un rebond le long des murs, utile pour la progression dans les niveaux tout comme contre les boss.

  

Et puis le bestiaire du jeu reste unique avec ses grenouilles et autres écrevisses qui, lorsqu’elles se prennent un coup, traversent l’écran en emportant tous les ennemis…du jamais revu, et c’est bien dommage non ?

 

D’ailleurs un petit détail marrant à propos des ennemis, est qu’il suffit d’en bloquer trois ou quatre le long du bord gauche de l’écran, pour qu il n’y en ai plus aucun pour vous embêter à condition d’avancer avec le bon rythme.

  

Enfin, reste la musique, magie de la master system oblige, qui vous fera siffloter tout le long de la partie. Faudra que je pense a réaliser une compile un de ces jours…

Autant d’éléments qui font que Kung Fu Kid, un petit jeu oui, mais un petit jeu que j’adore.

Pour aller plus loin , un petit super play peut être ?

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Mon nom est J .J. , a ne pas confondre avec gigi la malicieuse petite sorcière. J’ai été appelé en mission afin d’infiltrer la base de Norsa sur la planète X. Je dois dans un premier temps récupérer les 5 « disks » contenant le plan de destruction de l’infâme Norsa, puis entrer dans l’ordinateur principale le code de destruction de la base. Heureusement afin de m’aider Champ et Apple sont déjà sur place, j’espère que ces deux crétins ne se sont pas fait capturer.


Je suis un athlète confirmé mais je risque quand même d’avoir besoin des capacités de saut accrus de ma belle Apple ainsi que la force physique de Champ (quoique pour ce dernier c’est plus un gros vantard qu’autre chose). En partant du vaisseau principale Opa opa mon assistant (je n’ai pas réussi a avoir R2D2 ^^), me donne les différents codes dont je risque d’avoir besoin au cours de mon périple.

   

  

Ca commence mal, moi qui n’ai aucune mémoire, je fais devoir m’équiper d’une feuille et d’un crayon. En plus chaque salle qui compose le labyrinthe menant à l’ordinateur principale est fermée par un code unique que je dois à chaque fois récupérer dans des caisses. Déjà que les codes de désactivations des sécurités ne sont efficaces que quelques secondes, si je dois en plus mémoriser des signes bizarres à la vitesse de la lumière… Ah tiens ces idiots du labo ne m’ont équipé que d’un zillion niveau 1, a moi de me débrouiller pour le faire évoluer sinon je risque de ne plus pouvoir ouvrir ces fichus caisses. Alala j’aime qu’un plan se déroule sans accro.

Heureusement Opa opa a réussi a planquer quelques rations et autres boosters, il n'est pas si nul, je vais peut être le garder. Tiens un scope, cool je vais pouvoir éviter ces satanés détecteurs de mouvements. Car ils n’y sont pas allés de mains mortes au niveau sécurité entre les lasers, les capteurs, les planchers roulants, les mines et les auto-guns, je sens que cette mission ne sera pas de tout repos. Et puis c’est bizarre, mais j’ai vraiment l’impression que ces satanés gardes s’améliorent, ils se couchent et tir en l’air maintenant…comment ça ils courent aussi…Si la situation est vraiment critique, un petit tour a la surface pour refaire le plein.

  

Vous l’avez compris Zillion est un jeu d’arcade aventure des plus prenant. Outre sont aspect manga très plaisant je dois dire, le jeu est un savant cocktail de recherche, mémorisation et d’action. Il est pour moi un classique, avec ses persos complémentaires, sa réalisation sans faille et encore une fois nos bonnes vieilles musiques FM que l’on sifflote des heures après avoir éteint la console. Son univers cohérent m’avait captivé à l’époque et c’est avec bonheur que j’ai replongé, se servir d’ordinateur pour désactiver les sécurités, rentrer le code d’auto destruction, s’enfuir avant que la base n’explose autant de séquence que je n’oublierais jamais. Tout comme les galères avec ces signes bizarres, que je nommais à ma façon pour m’en souvenir (arbre a l’envers, lunette, papillon…), alors que c'était tout bettement chiffres de 0 à 9 avec un axe de symétrie ! La loose complète ! Un chef d'oeuvre !

  

 

Pour aller plus loin :

Il existe une série animée, ainsi qu'une oav a décourvrir d'urgence pour les fans du jeux !

 

Sega a distribué au japon un jouet zillion, qui est en quelque sorte l'ancêtre du laserquest :

 

Et bien sur, tout le monde le sais, le pistolet de la console et celui du jeu, sont le même !

 

Allez enjoy et a bientôt !

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Kenseiden, un des meilleurs jeux de la master system, et pour bien des raisons comme nous allons le voir.

Ce jeu qui est en quelque sorte l’ancêtre d’Onimusha, vous permet de prendre le contrôle d’un samouraï dénommé Hayato, au travers du japon découpé en seize provinces représentant autant de niveaux. Déjà une première originalité du jeu est d’être non linéaire, une fois une province achevée, on peut y retourner ou bien encore accéder aux autres assez proches géographiquement.

Je vais devoir me tapper tout ça a pinces 

La plupart des manches peuvent être terminés en trouvant la sortie, mais d’autres se termine par la rencontre contre un des 5 sorciers diaboliques. Se déroule alors un match a mort (oulala), dont l’issue favorable vous permet de récupérer un parchemin renfermant une nouvelle méthode d’attaque.

  

 

Les cinqs parchemins sont : Taka Tobi (sauter plus haut), Kara Take Wari (coup de sabre haut), Kakuto Wari (pour fendre un casque), Shinku Kiri (pour fendre l’air) et enfin Ran Sha To (se deplacer en attaquant).

Une autre façon de faire évoluer son personnage est de traverser avec succès les manches dites d’entraînement. Celles-ci bien que facultatives, vous apportent une fois réussie, une barre de vie plus longue et un talisman Omamori, qui réduit les dommages que peut vous faire un ennemi. Ces manches sont en faites un parcours d’obstacle demandant dextérité et adresse afin d’éviter les flèches et autres lances.

 

Comme vous le voyez le jeu présente quand même beaucoup d’aspect alléchant, non linéaire, personnage aux nombreux coups et évoluant au cours de l’aventure. Sans parler du contrôle d’une extrême précision (comme souvent a l’époque, 2D oblige…^^). Le jeu a en plus le mérite de vous faire voyager au travers du japon, avec un ambiance musicale du tonnerre (sur ce point je ne risque pas d’être impartiale…en effet j’adore les vieilles musiques électroniques
a la synthèse FM vieillottes).

Et apparement je ne suis pas de seul a les avoir aimé, truc de dingue !

Mais voici venu la minute du dr Lesaviezvous, allez y docteur je vous laisse la parole. Hm hm, mes chers enfants, une chose inutile mais donc indispensable a savoir sur ce jeux, est que le héros n’a pas la même couleur de cheveux dans la version japonaise et Européenne. Autre détail amusant le jeu n’est sortie qu’en 1997 au Brésil…

  

Whaou passionnant tout ça, j’espère qu’il ne viendra pas trop souvent nous ennuyer celui là avec ces anecdotes a deux balles…Bon laissons place au fun avec la galerie de dessins nous dévoilant le bestiaire du jeu, composé entre autre de vers étireur et autre démon sans visage, grrrrrrrrr.

 

  

 

 

Alors dans l'ordre pour les boss ont a :Sorcier a la roue de feu, Sorcier Benkei, sorcier a deux têtes version 1 et 2, sorcier a tête de mort, le sorcier larve volante et enfin le terrible Yonensai, le maître de sorciers...A l'époque il savait donner des noms...non ?

 

Allez je vous laisse là avec un petit speed run, histoire que ceux qui n'aiment pas lire découvre cette merveille en consommant pas trop de temps de cerveau disponible. Et vous, vous aviez aimez le jeu ?

Et pour ceux qui sont encore plus pressés, le super speed run en deux images :

 

 A bientôt !

Voir aussi

Plateformes : 
Master System
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

  

Un petit leaflet que l'on trouvait dans les boites des premiers jeux !

 

 

 

Et en bonus, le flyer pour le megashow :

 

Et est ce que vous aviez regardé cette vhs offerte avec un numero de megaforce ?

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
master system (Jeu vidéo)


 Pour commencer la pub jap pour le jeu, enjoy !

Bon écrire sur R-type n’est pas quelque chose d’évident.

 

Déjà tout le monde connaît ce classique d’Irem (j’espère), de plus s’agissant d’un shoot them up, difficile de détailler le gameplay par rapport à un golvellius par exemple. D’ailleurs en parlant de ce dernier, il faut savoir que c’est Compile qui encore une fois, s’est occupé de la conversion master system de r-type. Et ils ont réalisé un travail d’orfèvre au regard du résultat.

Mais puisque je dois remplir ma page, qu’est ce qui fait que Rtype est si bon ???

Déjà, le fait de pouvoir charger son arme par une pression plus ou moins prolongée sur la touche de tir est une grande première. Fini le « bouton smashing » en vigueur dans les autres jeux, maintenant il va falloir adapter sa puissance de tir au contexte.

Toujours dans la catégorie armement, le pod évolutif et détachable est une idée géniale. En effet on peut placer ce dernier à l’avant ou à l’arrière de notre vaisseau afin qu’il nous protège des différents tirs tout en faisant feu. Attaché à votre vaisseau, ces tirs vont du laser « rebondissant » aux « chenilles » rampantes le long des décors. Mais sa capacité la plus intéressante est de l’envoyer en éclaireur, en le détachant, afin qu'il se débarrasse de quelques ennemis. Bien placé, cette fonction vous débarrasse d’un boss en quelques secondes.

D’ailleurs, ces derniers sont encore un atout de ce jeu avec leur design à la Giger (le papa d’alien pour les incultes). Le premier Boss du jeu au regard d’aujourd’hui n’a pas pris une ride. Tout comme celui du troisième niveau, un gigantesque vaisseau sur plusieurs écrans!!!
Non franchement leur design bio-mecha-insectoides est pour moi une référence.

  

   

Oh mais je ne vous ai pas encore parlé des niveaux…encore une originalité du jeu. Fini les longs passages dans l’espace intersidérale avec pour unique fond des petits points blancs faisant office d’étoile. Du premier niveau où l’on attaque l’intérieur d’une base au second et cinquième niveau reprenant le look bio-insectoides du premier boss, le jeu ne fait pas dans la simplicité coutumière au genre. Que dire du quatrième, avec ses ennemis « traceurs » d’obstacles, sinon qu’il est tout simplement génial, non ?

  

Dans cette version master system, Compile a eu la bonne initiative de nous rajouter un niveau caché. Accessible à partir du quatrième stage ce dernier ce révèle excellent, aussi bien graphiquement qu’au niveau de la musique ou du boss. Ce niveau aurait très bien pu faire partie du jeu original tellement il ne dépareille pas parmi les autres.

  

Comme vous le voyez, Rtype est à l’image d’une dinde, farcie de bonnes idées et de nouveautés. Recette qui sera reprise par bien des shoots par la suite. Il démontre également les grandes qualités de la master system, avec des graphismes fins, la taille impressionnante des boss et une musique entraînante. Un exploit faisable uniquement sur notre chérie a l’époque. Bien fait pour la Nes. 

Pour rigoler, d'ailleurs, voici une vidéo de la version non officilelle, de la nes :

 

alors qui a la meilleure ?

 

Pour aller plus loin :

Extra continu : Pendant l'écran de continu faite tourner la croix de direction dans le sens des aiguilles d'une montre. (marche jusqu'a 12).

Entrée du niveau caché : Entrez en marche arrière dans le premier poteau du haut, dans le 4eme niveau, celui au milieu de la photo ci dessous :

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Allez pour fêter le 1 er Mai, je vous offre du muguet...arf non, on va faire mieux avec le catalogue master system de 1992 ! Dingue de voir comment la logitheque a pu pousser en seulement 2 ans !

 

 

 

 

 

Une autre époque niveau variété quand même ! Et vous, étiez vous membre du club sega ?

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Welcome to the fantasy zone !!!!

Pourquoi un shoot them up se passerait forcement aux fins fond de l’espace, avec pour ennemis des extra terrestres, tous moches tous vilains...hein oui pourquoi ? 


C’est là qu’arrive fantasy zone, qui prend le contre-pied de cette mode, afin de nous offrir un univers décalé aux graphismes « kawai » et à la musique débillisante. Pas la peine de s’attendre à voir débarquer une horde de monstres gluants à la mine patibulaire. Non ici on affrontera volontiers des ennemis ressemblant plus à des « monstres gentils » qu’a des exterminateurs. C'est l'occasion pour notre master system, de nous afficher des couleurs rarement exploitées par les autres jeux. Ainsi preparez vous a une explosion de rose pastel, ou de bleu flashy.

   

 

Mais fantasy zone est pourtant doté d’un scénario classique, voire mélodramatique. En effet vous dirigez le célèbre Opa opa (que l’on rencontre également dans zillion), qui part a la fois défendre la fantazy zone contre l’agresseur et à la recherche de son père disparu. Au cours de son aventure, il fera une horrible découverte, c’est son père qui est à l’origine de la vague d’assaut menée contre la fantasy zone…tan tan !!! Alors, c’est pas turbo puissant comme histoire ça ? Ah, de plus le Dr Lesaviezvous tiens à préciser que Opa opa se met a pleurer en découvrant cet horrible vérité…d’où le titre du second volet de fantasy zone : the tears of Opa opa (les larmes de Opa opa).

 

Et comment se déroule cette aventure me direz vous ? Et bien, l’on dirige Opa opa dans un shoot them up horizontal. Et là, déjà le jeu fait preuve d’originalité, car vous n’êtes pas limité dans votre déplacement, vous pouvez aussi bien avancer de gauche a droite que de droite a gauche, car les niveaux se déroulent sous formes de boucles. Il n’y a donc pas de départ n’y d’arrivé. Pour vous défendre, vous disposez de deux tirs (shoot et missile) qui sont upgradable temporairement, pour une durée de 10 secondes, en achetant des bonus dans le magasin.

 

 

Ce dernier apparaît aléatoirement au cours des niveaux, à vous de ne pas le rater, si vous ne voulez pas vous retrouver dans une situation délicate. A vous également d’économiser pour vous acheter les meilleurs équipements (le missile 16t, très connu de nicky larson, tue un boss en un coup !!!). Vous pourrez également augmenter la vitesse d’Opa opa, cette fois ci de manière définitive (enfin jusqu'à la mort plutôt ^^). Mais attention de ne pas aller trop vite car Opa devient vite incontrôlable à haute vitesse...personellement je ne me sers jamais du rocket engine!!!

 


Le niveau se termine lorsque vous avez éliminé tous les ennemis fixes qui le compose ( cf ci dessous).

 

Vous affrontez alors le boss, qui vous en fera certainement baver si vous n’avez pas de bonnes armes. Je garde d’ailleurs un sentiment mitigé (entre l’excitation et l’agacement) à la pensée du boss du niveau 6, une tortue qui exige une grande concentration ainsi qu’une grande dextérité si vous espérez la battre sans utiliser la super bombe (amis galériens?).

 

  

  

 

 

Encore une fois, je tiens à souligner l’excellente musique du jeu qui est comme souvent entêtante, voire envoûtante. Ah qu’il était bon le temps où les musiques de jeux étaient musicale et non orchestrale. Un petit extrait ?

 

En résumé, fantazy zone est (encore) une super adaptation de l’arcade pour notre sms, que vous saurez apprécier surtout si des mots comme bigoudis ou pipistrelles vous font sourire. En espérant que toutes ces couleurs n'ont pas fait cramer votre carte graphique.

 

Pour aller plus loin :

Vous avez la possiblité d'obtenir votre arme principale en illimité, il vous faudra pour cela acheter toutes les améliorations de moteur ( Big Wings, Jet Engine, Turbo Engine and Rocket Engine),  et ainsi quoique vous choissisiez en arme principale, vous y aurez accès en illimité ! Vous aurrez toujours le choix de changer votre équipement a l'écran de selection.

Si l'envie vous prend de retrouver fantasy zone sur une console un peu plus moderne, sachez que sega a eu la bonne idée d'inscrire le jeu dans la gamme ages sur ps2 ! Et on peut dire que malgré une maniabilité pas toujours au top, sega a su redonner une nouvelle jeunesse a ce classique, mais ceci est une autre histoire ! 

 

Et je rajoute  pour finir qu'on trouve un remake tout en 3d, sur la géniale 3ds...mais uniquement sur l"eshop jap...snif .

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

  Comment j'ai pu rêver a le regarder encore et encore ! J'ai surement autant joué avec ces quelques images qu'avec les jeux que j'avais a l'époque !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah et au passage merci de m'avoir mis en une ! Vive la master system et vive sega !

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
master system (Jeu vidéo)

Black belt…est-ce une bombe ou bien une daube ? Plutôt que de rentrer dans un débat stérile concernant ce vénérable ancêtre je préfère enclencher la séquence émotion ! C’est parti que tous les fanas du karateka me suivent.

 

Déjà je vais me la jouer Dr Lesaviezvous, car vous n’avez jamais trouvé des similitudes entre notre héros karateka et un certain ken le survivant ? Hé oui il s’agit du même jeu mais sega a préférer le relooker pour le distribuer sous nos latitudes. Voila le pourquoi des finish a la « tu ne le sais pas mais tu es déjà mort.. ». Pareil pour cette façon étrange qu’on les ennemis de mourir en explosant…merci ken merci dorothée ^^.

 

  

A noter que hokuto no ken, comme ils disent, est quand même bien plus dur que black belt car il n'y a pas de bonus pour recuperer de la vie ou se rendre invincible. De plus les mini boss sont bien plus dur a combattre. Bien sûr les decors sont bien mieux rendus (le background de ken est quand bien plus riche que les niveaux sans âmes ou evolue riki...), et possede une partie plate forme tout simplement absente de notre version euro...

Mais revenons a black belt. Pour ceux qui n’ont pas connu le jeu, il est constitué de deux parties distinctes, la phase de beat them all, entrecoupé de combats contre de mini boss, puis vient le combat contre le boss qui se déroule plus sous la forme d’un combat à la street fighter. D’un point de vue purement technique, le jeu est loin d’être ce que l’on fait de mieux sur une master. Ainsi, même si l’on a droit à un jolie effet de parallaxe pendant la partie beat them all, les personnages reste trop petit. Quant a la partie baston, il n'y a rien àlui reprocher sinon le fait que l’ennemi ne peut être vaincu que d’une seule et unique façon avant de l’exploser dans un finish digne d’un ken au meilleur de sa forme. La partie sonore reste anecdotique, bien qu’on la sifflote tout le long de la partie.

  

   

Et si je vous rappelais les différentes façons d’exterminer les boss ? Et je veux entendre plein de « rolala je m’en souviens » et autre « a ouais j’avais trop galerer pour trouver… ».
Alors on comence par :

-Ryu : pas de méthode particulière sinon de lui faire un coup de pied sauté (pas le grand) suivi d’un coup de pied ou de poing bas. Finish avec coup de poing haut.

-Hawk : alors pour lui le plus simple est de lui foncer dessus en enchaînant les coups de poing afin de le frapper et accessoirement d’arrêter son boomerang. Finish avec un coup de pied haut.

-Gonta : pour éclater ce tas de graisse rien de plus simple, faites un grand saut pour éviter sa première attaque puis tant qu’il ne la répète pas, enchaînez les coups de poing ou de pied. Finish avec un coup de poing haut.

-Oni : restez dans le coin gauche de l’écran et donnez lui un coup de pied haut à chaque coup de poing qu’il vous donne…guère palpitant mais seule façon d’obtenir la victoire.

-Rita : Deux façons de la battre. Soit vous lui administrez un coup de pied sauté lorsqu’elle essaye de vous en placer un également. Elle reste ainsi bloqué en l’air et vous pouvez l’enchaîner au poing. Ou alors, il faut utiliser la séquence suivante : Pied haut, poing haut, poing bas, pied bas, coup de pied sauté, poing haut, coup poing bas et finish par un coup de pied sauté lorsqu’elle est en l’air suivi dans d’un coup de poing (comment c’est plus dur que la première méthode ???).

-Wang : Encore une fois il faut rester dans le coin gauche, mais cette fois on reste accroupi et on enchaîne les coups de poing, Wang va vous sauter dessus et vous allez le frapper jusqu’a la fin de sa barre de vie. Il ne vous reste plus qu’a l’achever d’un coup de poing haut. On a déjà vu plus dur comme dernier boss non ?

 Et la même chose en vidéo, histoire d'être un minimum moderne :

Ca y est les souvenirs vous reviennent ? Et bien on va en remettre une couche en parlant des phases de beat them all.

Combien d’heure à galérer dans le quatrième niveau contre les ninjas et les faucons. Sans parler des mi-boss tel le ninja rouge avec son fouet (qu’est ce qu’il était chiant…non ?), les affreux du niveau 5 avec leur lance flamme ou le lanceur de poignard. Mais heureusement on pouvait compter sur le bonus « kanji» permettant d’encaisser 10 coups sans perdre de vie ainsi que les épis de maïs et autre bol de soupe revigorants…

 

Ce jeu bien que loin d’être le meilleur de la console est pour moi un classique, j’y ai passé des heures a faire et refaire les mêmes niveaux afin de trouver la bonne méthode pour tuer ces satanés boss tout en se prenant pour le roi du karaté…atatatatatata !!!!!!!!

 

 

Pour aller plus loin voici quelques trucs utiles :

Vie infinie :Appuyez sur 1 pour commencer une partie. Maintenez 1 quand l'écran rouge avec le nombre de joueurs s'affiche. Relachez 1 quand un écran vide qui clignote apparait. Maintenez Reset et Riki apparaitra. Attendez que Ricki meurt et que sa barre d'énergie se remplisse puis relachez Reset.

niveau bonus : chapitre 7

Battez Wang et sauvez la princesse. Faites plusieurs fois Haut, Bas et 1 +2 avant que l'écran ne devienne rouge.

Et pour finir, saviez vous que le jeu a connu une suite, connu sous lattitude, sous le nom de last battle, mais ceci est une autre histoire !

Ajouter à mes favoris Commenter (6)