DanyCaligula le Blog

DanyCaligula le Blog

Par DanyCaligula Blog créé le 13/08/12 Mis à jour le 29/03/13 à 17h27

Ajouter aux favoris
Signaler
Critiques



Indie Game: The Movie aurait pu être un documentaire passionnant s'il avait réellement mis en perspective son propos, donné de véritables informations sur la création d'un jeu, et choisi des sujets moins connus, moins aidés, plus en proie à la difficulté de créer que Blow, Fish, et McMillen. Mais il n'en est rien, puisque nous nous retrouvons uniquement avec un film sans cohérence, sans sujet et dépourvu de toute information intéressante ou nouvelle.

De surcroît, on tombe carrément dans la propagande grossière tant les amalgames et les clichés sont nombreux (sur les grosses productions, sur le côté "artistique" d'un jeu... etc). On en vient presque à se demander si ce film n'est pas qu'un produit "commercial" tellement on nous rabâche que l'Indie Game (qui, rappelons-le, est aujourd'hui en train de devenir plus une étiquette marketing pour vendre qu'un véritable gage de qualité, sinon tous les jeux de l'AppStore seraient depuis bien longtemps des tueries profondes et artistiques...) est le seul jeu vidéo libre et véritable. Cela en devient presque ironique quand on se rend compte que le documentaire n'aborde seulement que trois jeux très connus qui ont été largement diffusés à travers le monde avec de très gros moyens (XBLA, Steam, conventions, grande couverture médiatique...), et qui possèdent un merchandising très présent (cf. le prix moyen d'une peluche Meat Boy), et que dans la seconde d'après, on nous moralise sans jamais prendre de gants sur les aspects "uniquement" commerciaux des jeux "non indépendants". Ben voyons.

"La création d'un produit commercial est à l'antipode de créer quelque chose de personnel." Jonathan Blow

 

Être peu sur un jeu avec peu de moyens, comme on peut l'être sur un film ou tout autre forme d'expression, ne modifie en rien sa qualité. Quand on voit que des équipes de 400 personnes sont traitées de robots sans âmes, juste parce qu'elles disposent de gros moyens, on se demande si ce documentaire nous propose réellement de donner un visage humain au jeu vidéo... C'est d'un tel mépris pour leurs confrères et tant de talents. Si encore les Kojima, Ueda, Suda51, les frères Houser, Chahi et tant d'autres n'existaient pas, ok, Phil Fish serait peut-être le seul véritable artisan du jeu vidéo de la Terre. Mais non. De plus, des jeux ambitieux comme la série des Elder Scrolls ou le dernier jeu prometteur de cet E3, Watch Dogs (qui a l'air de proposer un univers cyberpunk contemporain incroyable et un propos fort), ne peuvent pas se faire avec une équipe de une, deux ou trois personnes. Pourquoi toujours vouloir réduire ce qui est large tant que les développeurs, qu'ils soient mille ou seul, s'investissent totalement pour nous faire de bons jeux ? Bien sûr, il y a toujours le problème de la pression des éditeurs, des actionnaires, de l'argent... mais ces derniers les connaissent aussi, en usant de partenaires comme Microsoft. D'ailleurs, si leurs jeux étaient polémiques et loin d'être grand public, allez savoir s'ils auraient eu autant d'aides et de succès...

Mais bien sûr, que le propos du film soit loupé, n'est pas le plus grave, étant donné que de toute façon, il n'en a pas. En effet, les réalisateurs ont jugé meilleur de nous bassiner de portraits et d'images larmoyantes de ces créateurs tout le long (mention spéciale à Phil Fish). Alors je ne sais pas si c'est pour faire pleurer dans les chaumières, leur donner un côté artiste maudit et faire l'amalgame courant "incompris=art" ou pour faire de belles images, mais c'est lourd, plein de pathos et surtout totalement inintéressant. Bien sûr que recueillir les motivations d'un créateur, ses inspirations, sa biographie, ses messages, est viable et nécessaire, mais le documentaire ne le fait presque jamais (excepté peut-être quelques secondes par-ci par-là) et nous présente ces auteurs sur leur plus beau jour: celui de simples pervers narcissiques, présomptueux, et frustrés. Par exemple, la façon avec laquelle Fish intériorise tout et crache sur le reste du monde est totalement mégalo et maladive. Alors, c'est probablement un grand pan de sa personnalité, mais est-ce réellement intéressant à voir, pour lui comme pour nous ? est-ce exactement ce à quoi prétendait ce documentaire ? est-ce vraiment de l'information ? La réponse est encore une fois clairement non.

Phil Fish qui exagère un peu les chiffres de l'équipe qui travaillait sur Red Dead Redemption...

 

La forme aurait pu au moins être réussie si cette dernière n'était pas hyper prétentieuse avec un tas de plans aussi inutiles qu'hors sujet (sérieusement, mis bout à bout, ils doivent constituer au moins une demi heure du film), et la chronologie aussi bizarre, avec ses espèces de va et vient dans le temps totalement injustifiés.

Bref, nous sommes bel et bien face à la pire forme possible de journalisme et de film documentaire, celui juste grossier et malhonnête, sans nuances et sans visée, dont le succès reposera entièrement sur son sujet. Il en vient donc un besoin vital de s'interroger sur ce qu'est vraiment cette étiquette que le "Indie Game" et ses pièges marketing, et de commencer à déconstruire une idole... pour le bien de cet art riche qu'est le jeu vidéo, et je parle bien de tout le jeu vidéo.

(Bon par contre, le héros de Fez est vraiment trop mignon, il faut l'admettre. <3)

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Commentaires

Kanedo
Signaler
Kanedo
"le docu a été tourné il y a 2 ans, avant cette énorme vague indie."

Oui, mais le film a été monté bien plus tard (d'où le SMB/Braid/MC s'est vendu a x exemplaires) et ça se sent franchement que ce dernier surfe sur le hype des jeux indie.
Wendoh
Signaler
Wendoh
Bah en fait ce qu'il faudrait dire au grand public c'est que le marché du Jeu Vidéo se limite pas aux jeux qu'ils voient sur les affiches du metro ou à la télé. (parce-que voilà quand tu dis à un mec non initié que le JV c'est e l'art, il te dira "ptdr nn c ke d jeu de guer ou mario ^^"""")
DanyCaligula
Signaler
DanyCaligula
@Fachewachewa: J'approuve poisson92. Bon il y a plein de choses qu'on peut reprocher à CoD (politique des DLC complètement exagérée, propagande américaine douteuse, jeu qui n'évolue pas ou peu depuis Modern Warfare), et je n'en suis pas personnellement un fan, mais dire du mal de AC est une énorme blague. AC est un jeu extrêmement profond et travaillé, que ce soit dans son univers propre, dans sa cohérence historique (sans se refuser non plus le luxe d'un scénario de science fiction), dans ses références artistiques... Le moindre dialogue avec Machiavelli, en pleine rue d'une Florence à l'architecture respectée (rien que ça est un boulot immense), peut foutre des frissons pour peu qu'on s'y connaisse un peu à tout ce qui touche de près ou de loin l'art, la philosophie ou l'histoire...

Je t'invite d'ailleurs à ce sujet à consulter l'excellent dossier de Yoyonoa, qui devrait casser bon nombres de tes préjugés: http://www.gameblog....lite-et-fiction

Ce n'est pas parce que ça se vend que c'est mauvais, c'est justement ça la grosse erreur du film et (parfois) des joueurs. D'ailleurs, SMB, FEZ, Limbo, Minecraft et compagnie ça se survend. Est-ce pour autant nécessairement mauvais ?
poisson92
Signaler
poisson92
@Fachewachewa: En quoi c'est mieux ? Dans le premier cas, le grand public croit quelques chose de faux et dans le second (bien que CoD soit pas mon style, faut reconnaitre que c'est un bon jeu. Tout comme AC.) de tout à fait vrai.
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Vaut mieux que le public non initié pense que les jeux indé sont les seuls bon jeux plutot que de penser que les super prod qui survendent comme CoD ou AC sont bien.
my_name_is_john_marston
Signaler
my_name_is_john_marston
C'est à peu près ce que j'ai ressenti aussi...
Mais je tiens à ajouter quelque chose : j'étais à unr avant-première, où, après la projection, il y avait une séance de questions réponses avec Phil Fish, et il était assez amusant de constater qu'il avait l'air d'être assez mécontent de l'image qu'ils lui ont donné dans le film, il l'a même dit clairement dans une phrase dont je ne me souviens que du fil conducteur, à savoir : il trouve que l'image qu'on lui donne correspond assez mal avec sa vraie et qu'il n'en est pas tres content (de son image...)... Oui, celui-là, il dit tout assez cruement tout de même. (et contrairement à ce que le film laissait transparaître, il aime red dead redemption...)

Mais bon, à part ça, je me retrouve biens dans cette critique au titre tout de même un peu trop accrocheur à mon goût :P
xdr
Signaler
xdr
100% d'accord avec ton avis. Tu as même été trop soft.
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Étant un peu plus bisounours, je l'aurais surement formulé de manière bien plus diplomate et j'aurais sans doute ajouté que j'ai aimé certains passages, mais j'avoue que le premier coup que j'ai regardé le film, j'ai été un peu déçu de l'approche "c'est que les petits qui triment pour faire de beaux jeux avec du sens". Après j'y ajouterais un bémol; deux des teams d'intervenants sont en plein rush de devs ou juste après et sont tellement dans leur trip qu'ils disent les choses un peu sans y réfléchir (je pense surtout à Phil Fish en l'occurrence ou au codeur de SMB).

J'ai cru lire sur le net dans une review qu'il y avait un truc comme une centaine d'heures de rush avec d'ailleurs d'autres créateurs de jeux indés qui ont moins bien marché et le fait qu'il y ait eu ce choix des intervenant est je pense critiquable comme tu le fais ma foi fort bien.

Je reste donc assez d'accord avec ton avis, notamment sur le délire du monopole de la créativité qui va aux indie, même si je dois admettre trouver l'histoire plutôt bien filmée et la philosophie du travail juste pour l'amour du jeu assez belle (qu'elle soit vraie ou pas).
01010110
Signaler
01010110
J'ai à peu près ressenti là même chose en le matant. J'en suis même arrivé à me demander si il n'y avait pas un peu de mise en scène la-dedans tellement certain "personnage" (Fish) ou passage (le pote de McMillen au bord du suicide) en faisaient trois tonnes...
DanyCaligula
Signaler
DanyCaligula
@Yohan26
Merci pour ton commentaire!

1) Elle avait déjà bien commencée, quand même.

2) Oui, mais le soucis est que ce documentaire n'apprend rien à un public aux connaissances limitées, et c'est bien là son principal danger: il dit à un public non initié que seul le jeu vidéo indépendant est artistique, et que tout le reste est commercial et sans âme.

3) Oui, et je l'ai bien compris. C'est justement cette philosophie là qui est l'objet de ma critique.

Cependant, il me semble qu'à l'origine la finalité du documentaire était de nous prouver la difficulté de créer soi-même ses propres jeux de façon indépendante et d'expliquer les démarches, les étapes, les possibilités d'aides etc. Je crois même que des dizaines de développeurs ont été interviewés, au moins aussi longuement que Blow Fish et McMullen. Malheureusement, et à mon avis pour des raisons commerciales, on ne voit pas "les autres" moins chanceux dans leur succès dans ce film et toutes ces questions ont finis à la poubelle (à part un seul moment cool où McMullen explique un peu comment il conçu l'accessibilité de son jeu). Je trouve cela dommage, ce documentaire aurait pu être grand, mais j'ai l'impression qu'il s'est limité à simplement surfer sur une vague...
Yohann26
Signaler
Yohann26
il ne faut pas oublier que:

1) le docu a été tourné il y a 2 ans, avant cette énorme vague indie.

2) il s'adresse à mon avis à un publique assez large et avec des connaissances assez limité dans les dessous du jeu vidéo

3) il s'agit surtout d'un docu qui présente quelque chose, pour faire découvrir une philosophie, avec des "classiques" que les core gamers connaissent déjà

Édito

Salut, hop, moi c'est DanyCaligula, j'ai 20 ans, je suis étudiant en philosophie/sociologie et je suis passionné de cinéma, de littérature, de théâtre, d'arts... et bien sûr de jeux vidéo. Vous pourrez bientôt aussi me retrouver sur YouTube. En attendant, je compte poster ici quelques unes de mes critiques, de mes impressions et de mes humeurs à propos du monde du jeu vidéo...

Compte YouTube: http://www.youtube.com/user/DanyCaligula
Suivez-moi sur Twitter si vous vous en sentez capable: https://twitter.com/DanyCaligula

Archives

Favoris