DANS TON U - le journal participatif de la Wii U

DANS TON U - le journal participatif de la Wii U

Par danstonUWiiU Blog créé le 20/09/13 Mis à jour le 02/12/16 à 21h39

Ajouter aux favoris
Signaler
ReWiiU (Jeu vidéo)

Sweet Child O’ Light

S’il y a bien un genre de jeu populaire auprès des gamers, auquel Ubisoft ne s’est pas encore frotté en tant que développeur, c’est bien le J-RPG. Difficile pour un studio occidental de se démarquer avec une nouvelle IP, et ne pas souffrir de la comparaison avec les standards Japonais à l’indétrônable notoriété. La solution de facilité fut d’utiliser le moteur « maison » UbiArt Framework et de revenir au système du bon vieux classique en 2D, en passant par une distribution dématérialisée très large. Comme nous allons le voir, qu’on aime ou pas Child of Light, on peut lui accorder une chose, il ne laisse pas indifférent.

Child Of avec 0% de sucre ...

Passons rapidement sur l’histoire, une petite fille (Aurora) se retrouve dans le royaume de Lemuria pour vaincre la reine noire et restaurer la paix. Bien que classique, la seule originalité vient de l’histoire contée à la manière d’un poème. Les mélodies (piano et cordes frottées) qui accompagnent notre héroïne restent discrètes mais s’adaptent toujours très bien aux différentes situations rencontrées. En 2D vue de côté, la Direction Artistique a adopté un style graphique encore peu vue dans le domaine du jeu vidéo, l’aquarelle. Loin d’être figée sur une toile, les arrières plans sont animés et les passages dans la végétation apportent des effets de transparence qui laissent pantois. L’interaction du personnage avec les décors surprend agréablement à chaque fois et leur variété nous dépaysera vraiment à différents moments de l’aventure.

... mais contient des aides nulles qu’aux rangs de joueurs avisés

Qui dit RPG, dit Combat. A l’instar d’un Grandia (Saturn et Playstation), il n’y a pas de combat aléatoire puisque l’on voit les ennemis pendant les phases d’explorations. Libre à vous de les contourner (si cela est possible) ou de les attaquer par surprise s’il ne vous ont pas vus avant. Mais ce n’est pas le seul point commun avec Grandia. Son système de combat en est aussi très proche. Sur une base de combat au tour par tour, les forces en présence sont visibles sur une barre de temps en bas de l’écran. Cette barre se décompose en un temps de repos (ou d’attente), puis la commande d’action qui entraine une période de préparation (rapide, moyenne ou longue) et ensuite l’action en elle-même. Les subtilités de la stratégie s’ouvrent progressivement à vous. Une action rapide est moins efficace que celle qui demande une préparation plus longue, porter un coup à un ennemi juste avant sa phase d’action, peut l’empêcher de mener à bien son attaque et le repousser dans sa phase de repos, etc.

vai a fare Igniculus

Vous ne serez pas seul(e) longtemps. Une luciole, ressemblant étrangement aux gluants de Dragon Quest, du nom de Igniculus (étincelle ou flammèche en latin), va vous accompagner pendant votre quête. Elle ne prend pas vraiment part aux combats mais vous la contrôlez pour vous faciliter la tâche. Elle s’illumine et peut vous guérir (ou vos alliés) ou ralentir un adversaire afin qu’il ne porte pas ses coups trop fréquemment. Quand sa barre d’énergie est à plat, elle peut se restaurer auprès de plantes (2 par tableau de combat), cela a aussi pour effet de redonner des PV et des MP à toute l’équipe.

Ah, tiens en parlant d’équipe, les rencontres avec d’autres personnages, qui se joindront à vous, n’est pas en reste. Seulement les tableaux de phase de combat ne permettent qu’à deux alliés et trois adversaires de s’affronter ! Un astucieux système de tag a été mis en place pour adapter en temps réel ses forces face à tout type d’adversaire nécessitant soit magie, soit force physique pour être vaincu plus facilement… A la fin du combat, les points d’EXP sont distribués à toute l’équipe, même ceux qui n’ont pas participé au combat. Le levelling est grandement simplifié et donc très bien équilibré. Chaque niveau gagné permet d’améliorer une des trois branches d’un arbre des compétences propre à chaque personnage.

Un RPG très light

Là où Child Of Light s’éloigne un peu des standard du RPG, c’est l’absence de monnaie, de boutiques ou d’auberge… il faudra fouiller partout ou looter pour se refaire un stock de potions. A l’occasion, vous pourrez tomber sur des Oculi, des pierres précieuses, que l’on peut crafter pour améliorer son arme, armure ou item. Si le fait de chercher, à tâtons, la bonne combinaison de pierres peut s’avérer laborieuse, le gain n’est pas négligeable mais pas indispensable non plus pour la suite.

Durant les phases d’exploration, Igniculus se révèlera utile pour ouvrir des coffres inaccessibles, bloquer des pièges (ou ennemis) et même dévoiler le chemin à suivre… comme si le jeu n’était pas assez linéaire et sans réelle difficulté.

Mon avis à moi

Il faut l’avouer, pour un adepte des J-RPG à l’ancienne, Child of light est très (trop ?) facile, même en niveau difficile ! L’utilisation à bon escient des principaux éléments de gameplay (Igniculus, crafting, levelling collectif) rend les phases de combat trop simples. Mis à part contre les Boss, Les combats s’expédient rapidement. Perdre est difficilement envisageable dans ces conditions. Les joueurs traditionnels ayant un tableau de chasse « RPG » bien garni ne vont pas forcement en garder un souvenir impérissable. Décidemment, Child Of Light soulève beaucoup d’interrogations depuis sa sortie et divisent les joueurs, ô combien exigeants.

Et si ce jeu était clairement destiné à tous les autres joueurs qui n’ont jamais (ou rarement) toucher de J-RPG ? Beaucoup ont une console principalement pour des jeux de sports, d’actions ou de simulations automobiles, Child Of Light est une alternative à tous ceux qui voudraient s’essayer à un autre type de jeux en toute sérénité, idéal pour un joueur novice et servir de tremplin pour s’attaquer aux grands classiques bien plus exigeants et bien plus longs.

Au-delà des considérations de puristes, le jeu propose une agréable aventure dont on apprécie la progression et la construction. Assez classique pour tenir en haleine les non-initiés au genre, les petits défauts récurrents (écran noir de chargement de quelques secondes avant chaque combat …) ne ternissent pas trop l’expérience au final.

Bien que proposé à 15 euros seulement sur l’eshop, on regrettera que l’aventure se termine si vite (une quinzaine d’heures, grand maximum) … regretter de ne pas pouvoir continuer l’exploration de Luméria, c’est peut-être la plus grande qualité que l’on peut trouver à Child Of Light.

En conclusion, j’achète Child Of Light … que je sois novice curieux ou aficionado du J-RPG.

À qui s’adresse Child Of Light

  • À ceux qui veulent s’essayer au J-RPG sans être brusqués.

  • À ceux qui ont la nostalgie des RPG 16 bits en 2D

  • À ceux qui sont attirés par les jeux à la direction artistique peu conventionnelle

À qui ne s’adresse pas Child Of Light

  • À ceux qui veulent des RPG riches en quêtes avec plus de cents heures de jeux minimum.

  • À ceux qui veulent des RPG Next Gen … sur des machines Next Gen

  • À ceux qui ont juré sur leurs aïeux de ne jamais toucher un RPG de leur vie !

Données diverses sur Child Of Light : Prix eShop à son lancement 15 euros, taille sur stockage 2304 Mo, 2 joueurs possibles avec une wiimote.

par izis

Voir aussi

Jeux : 
Grandia, Child of Light
Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Commentaires

Haseo
Signaler
Haseo
Ba mince, j'avais acheté Child of Light à sa sortie, adoré mais pas le temps d'aller jusqu'au bout. Aujourd’hui je m'y remets, grosse mise à jour, et c'est le drame. Ils ont tout accéléré de manière incroyable, c'est limite frénétique, on ne profite plus du tout de l'ambiance posée et onirique du titre. Du coup j'en suis presque fatigué au bout d'une dizaine de minutes. Je pense qu'ils ont tué le jeu avec cette mise à jour.
NeStEr
Signaler
NeStEr
Sincèrement, j'ai joué à CoL, il faut le dire au début j'avais accroché, la direction artistique était bien vu, les combats au tour a tour m'ont rappelé de bon souvenir. Cependant je m'en suis lassé rapidement.

Je trouvais que les zones ce ressemblait toutes et qu'il y avais trop de répétitivité, ce qui m'a poussé à arrêter.

Pourtant question répétitivité je m'y connais je suis à près de 1300heures de jeu à monster hunters U et pourtant j'y joue toujours.

Pour moi je dirais qu'il est bien mais sans plus, ce n'est pas le genre de JRPG auquel tu t'accroche. Tu es vite lassé par ce qu'il propose.
kelanflyter
Signaler
kelanflyter
Personnellement, j'ai un bon bagage JRPG derrière moi, mais ça ne m'a pas empêché de prendre du plaisir à jouer à Child Of Light.
Effectivement les mécaniques de jeu sont simplifiées à l'extreme, mais celà m'a permis de jouer en coopération avec ma copine et de partager ce moment. De plus l'ambiance qui se dégage de ce titre est assez intéressante. Avec ses paysages très contemplatifs et ses musiques mélancoliques. Étant poète à mes heures perdues (j'ai un petit recueil à mon actif) j'ai aussi été beaucoup touché par la construction des dialogues du jeu. Bref c'est court et simpliste mais on y prend du plaisir si on cherche une expérience emotionnelle sortant des sentiers battus.
Olff
Signaler
Olff
Tjs pas saisi ce que CoL avait de JRPG. Ni la main d'oeuvre, ni l'univers font Jap.
izis7r
Signaler
izis7r

merci !  :blush:

je pars du principe qu'un jeu n'est ni bon ni mauvais mais simplement destiné à un public particulier.

les notes orientent forcement le public et créé du panurgisme ... 

je suis absolument contre la dictature des notes, c'est un outil marketing qui sert l’intérêt des professionnels du secteur ... (surtout qu'au final, elles ne servent qu'a des personnes au comportement puéril afin d'établir un comparatif entre des jeux qui n'ont souvent aucun rapport)

c'est scolaire, rétrograde et ne fait pas grandir le média qui se proclame destiné majoritairement à un publique mature :angel:

JimSifu
Signaler
JimSifu

Un jeu à l'image des productions d'ubi : bien la premiere heure et chiant à partir de la 2eme.

EyesWideOpen
Signaler
EyesWideOpen
Le jeu je m'en tape par contre j'aime toujours autant te lire. Rien à dire la conclusion "a qui s'adresse/s'adresse pas" c'est largement mieux qu'un pointage + / -
izis7r
Signaler
izis7r

pas que les néophytes, j'y ai pris beaucoup de plaisir ... mais surement pour la contemplation graphique avant tout, avec une pointe de nostalgie.

Spooky54
Signaler
Spooky54

Mais très bon test hein. Le jeu cible les néophytes, mais malheureusement, personne d'autre.

izis7r
Signaler
izis7r

tu fais partie des joueurs traditionnels ayant un tableau de chasse « RPG » bien garni ^^

boby3600
Signaler
boby3600
le jeu était sympa mais sans plus. il ne me laissera pas un souvenir impérissable (un peu comme tout les jeux ubisoft actuels).

bref comme spooky préfère me refaire un ff6 ou un secret of mana.
Spooky54
Signaler
Spooky54

Faut bien avoir 10 heures à perdre sur Child of Light! ( °°)

izis7r
Signaler
izis7r

encore faut il avoir le temps de se faire (ou surtout refaire) un FF6 ...

Spooky54
Signaler
Spooky54
"À ceux qui ont la nostalgie des RPG 16 bits en 2D" Bah je m'en vais jouer à FF6 dans ce cas.

Édito

Bienvenue ! Ici, on entre Dans ton U !

 

Et Dans ton U, il y a des membres! Ceux du Topic de la WiiU ! C'est avant tout un collectif, plusieurs  joueurs de tous âges et horizons qui ne se revendiquent ni critiques, ni journalistes, ni ménestrels, mais qui ont tous, de différentes manières, été bercés par Nintendo, son Univers et ses icônes.

 

Dans ton U, on crée du contenu fait qu'à la volonté! Nous avons décidé de monter ce Blog, pour ceux qui veulent s'intéresser un peu, beaucoup, voire pas du tout à cette nouvelle console (pour le troll de base qui exècre et ment). Plutôt que de critiquer et sachant que GameBlog ne peut traiter l'ensemble de l'actualité Vidéo ludique de la WiiU, les Nintendo Directs, les jeux indés parus ou à venir, etc...

 

Dans ton U, On prend notre temps pour aller au fond des choses afin d'élargir les sujets : De la nouvelle façon de jouer avec son Gameplay asymétrique à la politique du Nintendo Network, de l'avis de jeux existants aux annonces de ceux à venir, de l'absence des tiers à des ressentis sur l'avenir de la firme, nous essayerons tant que possible de traiter le plus d'informations possibles.

 

Dans ton U souffle un vent de nouveaux talents : Vous croiserez les artistes du Gamepad qui postent leurs œoeuvres sur le réseau social de Nintendo (le Miiverse), les champions mondiaux de NanoAssault (Pas moins que les médailles d’or et d’argent! y’a pas de bronze Dans Ton U!), des rédacteurs d'articles expérimentés ou pas, mais avant tout des joueurs, comme vous, qui auront un avis à exprimer et surtout à partager.

 

Dans ton U, ce n’est pas pour toi tout seul, comme devant un film de U! C’est une question de plaisir: un Blog et son contenu se nourrissent de la passion commune qui nous anime : l’'échange. Sans ce partage, il n'y a pas de dialogue, pas de communauté et donc plus d’'informations qui circulent. Dans ton U est avant tout né d'une communauté, celle où nous vous invitons pour découvrir et échanger avec ceux qui sont derrière ce projet.

 

Dans ton U, on y trouve toujours de la place ! Alors, si vous vous sentez l'envie de partager, d'écrire, d'exposer un point de vue, etc... Vous êtes les bienvenus ! Oui, on peut toujours élargir le cercle de nos ami(e)s ! N'oubliez pas qu'il s'agit d'un blog communautaire, alors venez donc faire un tour ici : le topic de la WiiU, ce n'est pas le trou sombre qu'on veut vous faire croire…

 

Dans ton U, un blog qui restera dans les annales.

 

Retrouvez également le blog :
- sur Facebook
- sur Twitter   

- sur Youtube

 

Les rUbriques:

(tu peux cliquer directement sur l'image, on a fait les choses bien !)

 

 

------------------------------------------------------

                        PARTENARIATS

Archives

Favoris