Premium
Le Gameblog de Cyril Drevet

Le Gameblog de Cyril Drevet

Par Cyril Drevet Blog créé le 22/01/10 Mis à jour le 24/05/13 à 14h37

Ajouter aux favoris
Signaler

Voilà, ce que je redoutais le plus est arrivé : Microsoft n'a pas pu résister à l'appat du gain en trop...

Comme on le craignait pour lutter contre l'occasion (un combat étrange puisque l'occasion par définition permet à ceux qui ne le pourrait pas autrement de s'acheter des jeux neufs !) la XBOX One imposera d'installer tout les jeux sur le HDD (bonsoir le temps d'install à chaque fois) et ils seront lié à votre compte Live. Impossible de les prêter à un pote sans que ce dernier soit obligé de payer lui aussi (!!!). Impossible de débarquer jouer chez des potes avec quelques jeux (où, là aussi, il faudra repayer !!!). Impossible de revendre le jeu en occase (où alors l'acheteur devra payer à Micromania - par exemple - puis payer à Microsoft pour installer le jeu... Surréaliste). Et la cerise sur le gâteau, à la fin de la vie de la console quand Microsoft coupera les serveurs (il ne se gènerons pas de le faire !) ceux qui aurons gardé leurs jeux se verrons dans l'impossibilité de les lire sur leur console devenue un simple bout de plastique... Donc adieu le retrogaming.

Ces pratiques sont inacceptables, injustifiables, dégueulasses pour les joueurs fidèles que nous sommes et nous rabaissent au simple rôle de consommateurs décérébrés qui payent pour des jeux dont nous n'aurons plus la liberté d'utilisation.

Il nous appartient à tous de ne pas accepter ça, et de faire reculer Microsoft sur cette décision inique. Et même si, par ailleurs, cette console me parait plutôt sympathique, ne soyons pas les dindons de la farce.

Ajouter à mes favoris Commenter (103)

Commentaires

Sissi
Signaler
Sissi
Huhu lol...
Après la culpabilisation, la menace. Kotick est dans ton dos ?

J'ai 150 jeux sur steam en clef (pas boite) hein, je suis un sale égoïste. Oulala.

Ca m'empêche pas de revendiquer le physique libre de toute entrave pour le consommateur et d'exercer mes droits. La nexxegeneu ne passera pas par moi, tout comme la ps3 et ma 360.

Continue d'étaler ton caca pro- industrie qui voudrait enlever un droit au consommateur au bénéfice de l'actionnariat, c'en est risible.
La chasse aux sorcières sans remettre en cause ces industriels qui phagocytent le marché avec leurs licences annuelles.
Voir un editeur pleurer parce que son jeu s'est mal vendu alors qu'il ne comprend pas que les joueurs ne sont pas tous des coffres sur patte, c'est d'un comique.
Coffres sur pattes qui s'empressent de mettre au bout pour prendre le dernier AAA.




johan26
Signaler
johan26
Tu veux le beurre et l'argent du beurre en même temps là.

Si tu ne veut pas mettre en priorité un budget pour les jeux ( bien qu'il y en a a tous les prix )
Eh bien c'est normal que tu puisse pas faire grand chose.
Mais ça marche pour tout dans la vie ça ! C'est pas spécial aux JV..

Tu veux également un jeu vidéo sain mais t'es pas prêt à te mouiller pour changer les choses.
Le fait d'acheter à la sortie du jeu ça leurs montre au moins que t'y porte un intérêt et ça les encouragera a continuer leurs jeux et à améliorer leurs qualité.

Cette mane remplie de triche et de mauvaise foi que t'appelle l'occasion du disque a de très forte chances de disparaître.
Au moins on sait que quand t’achètera tes jeux à l'avenir sur Next Gen tu sera équitable et tu aidera a faire grandir l'industrie que tu aimes tant.
Malheureusement on va devoir te forcer à être fair play parce que si tu peux entuber les gens à ton avantage t'hésites pas.
Sissi
Signaler
Sissi
Tain la mauvaise foi.
En gros, soit pas pauvre.
Perd ton droit de revente à un tiers, prends des risques avec ton fric ou place le dans quelque chose dont tu n'es pas sur qu'il sorte un jour.
Ce ne sont plus les banques qui prennent les risques, juste le consommateur.
Les devs recoivent x m pour le dev. Le crow finance le dev. Moi en achetant à la sortie, je finance leurs bénéfice. Est ce pire?

J'arrete là, on tourne en rond. Je reste sur mes positions.
J'attache une importance au support physique qui alimente une partie de mes fonds pour faire de nouveaux achats. En me privant de cette manne, en bridant l'occasion, c'est logiquement que j'acheterais moins.
johan26
Signaler
johan26

Un jeu rayé à moins de valeur qu'un jeu d'occase non rayé. C'est la première chose que l'on voit dans l'acte d'achat.
Ton œuvre est matérialisée dans le support, il se raye, elle ne fonctionne pas ou mal. Ils sont intimement liés, l’œuvre ne peut fonctionner sans ton disque optique en polycarbonate. L’œuvre est dépendante du bon fonctionnement de son support (cartouche, cd, disquette).


Que la boite soit défoncée à mort , que le manuel soit déchiré , que le disque soit rayé mais toujours lisible.
Est ce que le jeu d'occasion physiquement usé auquel tu joue devant ton écran est différent d'un neuf ?
On considère donc bien qu'on achète le disque et pas ce qu'il y a numériquement dessus.

( Donc on va applique la loi physique à un jeu qui se veut être une oeuvre. )

Si ton disque est rayé du moment que tu en prouve l'achat tu peux redonner le disque au magasin ou a l'éditeur et il te trouvera une solution ( jeu dématérialisé ou nouveau DVD )

Pour le jeu en boite le vendeur la loi et l'acheteur considèrent ( avec l'appui du doit ) que l'on achète avant tout un support avant d'acheter son contenu. Vive l'éthique.. c'est tout ce que je dis.

Tu peux vendre une oeuvre d'occasion car ce n'est pas légalement considéré comme une oeuvre mais un simple Disque. Au même titre qu'un CD vierge.
C'est le processus création de copie qui lui donne cette physique qui oblige ce statut qui n'est pas adapté pour un bien culturel de multimédia.
De fait on est malheureusement dans la contrainte d'appliquer le droit sur les objets physiques avant tout.

Le jeu a été qualifié d'art au fait ? Par qui ?

Le jeu vidéo étant une oeuvre de collaboration , il peut bénéficier de différents statuts
Pour commencer ; le jeu vidéo à été légalement considéré comme une oeuvre de collaboration.
L'oeuvre de collaboration se trouve dans la première partie du code de propriété intellectuelle qui s'appelle " La propriété Littéraire et artistique "

Des nombreux créateurs ont reçu l'insigne de l'Ordre des Arts et des Lettres qui récompense uniquement des personnes issu du domaine artistique ou littéraire.

Le jeu vidéo impliquant de nombreux corps de métiers où sont inclus des artistes reconnus peuvent également faire valoir le jeu comme un art.
( C'est ce qui a permis d'obtenir le statut d' Oeuvre de collaboration )

Dans le même lien que tu m'a filé :

" Neuf arts : 3e Art : Les " Arts Visuels " Incluant le jeu vidéo.
Et comme on ne contemple que la partie vidéo du jeu , on peut faire valoir ce statut là
Le jeu vidéo est meme considéré comme un Dixième art à lui tout seul.

C'est ultra facile en cas de discorde de prouver devant un juge que le jeu vidéo est un Art.

Arrete de prendre des services qui ont leur spécificités propres. Onlive, le ciné, tout ça n'a rien à voir avec le JV matérialisé. Les analogies foireuses, ça va 5 minutes.


Tu l'aimes bien ce statut matérialisé du jeu vidéo hein ;) Ca te permet de le faire passer pour un objet grâce au disque.
On s'accorde tous à dire que ne pas reconnaître un jeu en tant qu'oeuvre visuelle c'est manquer de respect à leurs artistes. ( Tous les créateurs )

Je t'ai prouvé qu'un jeu n'est pas du matériel, on peut donc facilement lui retirer son aspect physique.

Dès l'or , la priorité c'est de lui retirer cette prison physique pour retrouver le statut d'oeuvre visuelle.

Le Jv Matérialisé est bientot mort , la Xbox 360 et la PS3 c'est fichu , tu en fait ce que tu veux dans les limites de la loi.
Mais en boutique les jeux XboxONE et PS4 ont de fortes chances d’être dématérialisés
On n'achètera plus un jeu en tant que copie mais un droit d'activation du service qui te permet d'accéder à l'oeuvre dans un pack contenant le disque d'installation et le droit d'acces.
Et il ressemble exactement à une boite avec un blu ray ;) Tu n'y verra que du feu.
Spoiler


Sophistication du gameplay ou de la réalisation ?
Nan parce que ya quand même un paquet de merde ou de jeu moyen édités comme AAA.


C'est une opinion ; Pour le moment je vois beaucoup de AAA actuels se taper des supers notes par le public :
Borderlands 2 , Dishonored , Far Cry 3 , Mass Effect 3 , Halo 4 , MaxPayne , Assasin's , Darksiders II
Arma 3 , Endless Space , Sleeping Dogs , Bioshock infinite , Diablo III , Metro Last Light , Dark Souls

Tous ces jeux excellent soit dans la sophistication de leurs gameplay , soit dans leurs réalisation.
Et tout cela est possible d'une façon ou une autre par une forte technique.
C'est un débat entier , si tu veux en discuter je t'invite vivement à en parler avec moi et uniquement de ça en PV ou dans un nouveau sujet.

Si tu ne partage pas l'opinion du public ça ne regarde que toi , mais si les gens aiment ces jeux , l'industrie ira dans leurs sens.
Mais c'est hors sujet dans ce contexte sur l'occasion d'un disque en polycarbonate et d'une boite en plastique :thumbup: .

Rien ne dit que le crowfunding est sain. Il y a possibilité d’arnaque et d'abus. En démat' ou en boite. Je ne peux me permettre de prendre des risques ou avancer de l'argent sur mon budget.


C'est là le "petit" problème du crowfunding , Kickstarter concède au créateur du projet la charge du remboursement en cas d'échec.
Il y a un système qui ne paie que si le projet à franchi le budget requis , faudrait que je le retrouve.

Donc un petit studio qui n'a pas ta confiance , qui veut sortir un jeu ambitieux et qui n'a pas de thune pour s'auto-financer , il est mort-né..
C'est pour ça qu'ils font de leurs mieux pour te balancer le plus de gameplay possible

Hélas tu n'a toujours pas proposé d'autres solutions de financement "sain" ?
Soit il tente sa chance toujours en crowfunding avec des petits jeux dans le monde surchargé des jeux indies qui se ressemblent tous , soit il doit confier son entreprise à un éditeur.

Dès l'or , comme tu lui fait pas confiance c'est quelqu'un d'autre qui doit prendre le risque à la place du public , et du coup t'es bien content de pouvoir acheter ton jeu après hein ;) On se mouille pas.
Toi tu flippe à 25€ , l'éditeur crois moi qu'il flippe encore plus à 50.000.000€
Sissi
Signaler
Sissi

a l'époque où ils étaient des studios sans argent , Imagine qu'ils n'aient pas eu les ventes suffisantes en pré-production au moment où ils ont commencés le crowfunding.
Ils n’auraient jamais pu lancer leurs jeux pour que tu puisse enfin l'acheter neuf.

Dans ces cas là la seule solution qu'ils leurs reste c'est de confier leur entreprise à un éditeur.

Et je sais pas comment t'as fait pour Acheter Neuf Star Citizen et Shadow of the eternals puisqu'ils sont toujours en crowfunding et pas sorti.

Si on ne paye pas nos jeux à l'avance à ces petits studios , on ne peut pas leurs permettre de commencer leurs jeux.
Et dans le cas où tu veux nettoyer le monde des éditeurs il faut prendre plus de risques à leurs place.


J'ai édité, j'avais commencé sur mon tel avant de me raviser pour venir le taper sur mon pc.
johan26
Signaler
johan26
a l'époque où ils étaient des studios sans argent , Imagine qu'ils n'aient pas eu les ventes suffisantes en pré-production au moment où ils ont commencés le crowfunding.
Ils n’auraient jamais pu lancer leurs jeux pour que tu puisse enfin l'acheter neuf.

Dans ces cas là la seule solution qu'ils leurs reste c'est de confier leur entreprise à un éditeur.

Et je sais pas comment t'as fait pour Acheter Neuf Star Citizen et Shadow of the eternals puisqu'ils sont toujours en crowfunding et pas sorti.

Si on ne paye pas nos jeux à l'avance à ces petits studios , on ne peut pas leurs permettre de commencer leurs jeux.
Et dans le cas où tu veux nettoyer le monde des éditeurs il faut prendre plus de risques à leurs place.
Sissi
Signaler
Sissi

TOUTES MES FELICITATIONS !!!!!
Tu considère donc acheter et être propriétaire d'un disque optique en polycarbonate d'occasion avant son contenu ! Tout comme la loi te le fait savoir.
Bravo et j'admire le respect que tu tiens à l' oeuvre visuelle
:thumbup: :thumbup: :thumbup: :thumbup: :thumbup:

C'est contemptible au plus haut point... Tu défends bien ton droit sur l'objet et non l'oeuvre.
Je n'ai plus aucun commentaire à faire sur ce sujet.


Attends, tu dis:
Quand tu joue a un jeu vidéo d'occasion , il est tout le temps neuf et il se dégradera jamais.


Je réponds:
Un CD/DVD/BLURAY s'use, se raye. Je te l'apprends ?
Un jeu rayé à moins de valeur qu'un jeu d'occase non rayé. C'est la première chose que l'on voit dans l'acte d'achat.
Ton œuvre est matérialisée dans le support, il se raye, elle ne fonctionne pas ou mal. Ils sont intimement liés, l’œuvre ne peut fonctionner sans ton disque optique en polycarbonate. L’œuvre est dépendante du bon fonctionnement de son support (cartouche, cd, disquette).


Un service n'enlève en rien la détermination artistique de son origine.
Sinon aller au théatre , louer un film , aller voir un match de foot ou Aller au ciné ne seraient pas reconnu comme tel.
De toutes façon , la platine polycarbonate c'est pas une oeuvre hein ? :thumbup:



Le jeu a été qualifié d'art au fait ? Par qui ?

CQFD , Pour une copie la loi considère d’abord le DVD ou la License avant son contenu.
Tu trouves ça éthiquement correct pour les artistes numériques ?


Arrete de prendre des services qui ont leur spécificités propres. Onlive, le ciné, tout ça n'a rien à voir avec le JV matérialisé. Les analogies foireuses, ça va 5 minutes.

Je l'ai dit plus haut et je le répète parce que tu dois lire de travers

Je défends mon droit d'utiliser l’œuvre autant de fois que je veux dans le respect de la loi (piratage/duplication/location/monétisation) et d'en faire ce que je veux parce qu'elle m'a été vendue sur un support physique, droits qui me sont accordés par le code de la consommation et que l'éditeur accepte en le mettant sur un marché régis par un gouvernement élu démocratiquement par un peuple souverain.




La liste allonge , le AAA est un moyen d'élever le jeu vidéo en art de plus en plus sophistiqué.

^_^

Sophistication du gameplay ou de la réalisation ?
Quel AAA ? Les bourrins ( FPS ? TPS ? sport ? JDR ?)
Nan parce que ya quand même un paquet de merde ou de jeu moyen édités comme AAA. Le dernier Tomb Raider par exemple. DNF, Bulletstorm, CoD, MoH, Dragon Age 2, Sim City et j'en passe.

Coté réa, un seul m'a réellement bluffé: Bioshock Infinite. Mais juste sa DA. Le gameplay est bancal et mou.
La sophistication passe t'elle seulement par le coté technique ?





Tes avis sur l'évolution des jeux de 2004 à 2013.. C'est faux ; No comment.

Ma phrase amenait surtout le questionnement de la priorité technique dans le traitement d'un jeu. L'ia est souvent délaissé au profit du graphisme. Buter un ennemi con comme un seau dans un env 3d ultra réaliste, ça ne m'attire pas. A contrario, se faire surprendre par une ia capable d’échafauder un plan dans un jeu moche, bah cela m'attire plus que le truc beau mais creux.


C'est aux joueurs de se bouger le cul s'ils veulent ce régime économique plus sain.
J'ai déjà Financé natural selection , game dev story , Star Citizen et Shadow of the eternals.
Et toi ? Qu'as tu fait pour encourager les artistes qui veulent changer le monde ?

Rien ne dit que le crowfunding est sain, je ne suis pas du genre à parier mon fric sur un jeu (pour autant que j'en ai pas besoin d'abord pour payer le loyer). Il y a possibilité d’arnaque et d'abus. En démat' ou en boite. Je ne peux me permettre de prendre des risques ou avancer de l'argent sur mon budget.
Mais, si le jeu m’intéresse, je l’achèterais, même au prix fort. Mais j'aurais mis de coté pour l'avoir.
johan26
Signaler
johan26
[quote]Je n'ai jamais dit que le dev devait se barrer avec la caisse hein, juste que je ne trouvais pas normal que l'éditeur prenne tout les droits sur une œuvre créé par plus faible que lui sous prétexte qu'il édite son jeu.
Il prend le risque de l'éditer, oui mais si ça marche, il récolte.[/quote]

Spoiler


Et un risque à 50 Millions de dollars ? Editer un jeu c'est un grand travail , pas que la partie récolte.
Donc le risque à 50 Millions tu pense que si un éditeur le prends il devrait bénéficier de quelle contrepartie de la part du studio qui à 0€ pendant 3 ans ?

Pour les éditeurs qui ferment les studios ( qu'ils ont acheté , car sans l'éditeur le studio n'aurai jamais pu lancer son activité sur des gros jeux ) C'est souvent sur des licences qui ne marchent plus , des problèmes financiers de l'éditeur qui ne peut plus payer tout le monde ou des conflits interne , et de toutes façon tout ça c'est pas des histoires de consommateur.
On à pas à mêler le débat de l'occasion à ça. C'est un autre sujet. Les studios et les éditeurs te vendent un jeu ensembles , c'est pas l'éditeur tout seul.

[quote]Le soucis est là, on veut du budget énorme pour sortir des jeux qui ne se vendent que sur les graphismes et l'explosion, chose facile à mettre en avant dans la pub télé.
pourquoi les petits dev n'en feraient ils pas de même au lieu de vendre leurs âmes au diable ? Sont ils obligé de taper dans le jeux à gros budget pour faire ce qu'ils ont envie ? Qu'est ce qu'il y a de plus entre un jeu de 2004 et 2013 hormis de meilleur graphismes ? Même l'IA n'a pas évolué des masses par rapport au visuel.[/quote]

C'est parce que très souvent c'est les jeux à plus gros budgets qui intéressent le plus les gens.
Je n'émet aucun avis sur la Qualité de Call Of Duty , Halo , Fifa ou Assasin's Creed mais leurs débit de ventes indiquent bien que c'est ce que le plus grands nombres de gens veulent.
Si la plupart des développeurs ne sont pas intéressés par les jeux avec un budget technique faible contre des jeux AAA c'est parce que du point de vue d'un artiste c'est EXTRÊMEMENT plus attrayant de créer du contenu sur un jeu techniquement grand !

Leurs créativité n'est donc pas limitée ! Techniquement et dimensionellement face à un jeu petit budget.

Créer des édifices en taille réelle , créer des centaines de personnages , Créer des cartes géantes , Pouvoir bénéficier d'un niveau de détail agréable à l’œil , pouvoir gérer des dizaines d'IA en même temps voir de les rendre de plus en plus intelligentes ( Bioshock infinite ) Proposer du Solo et du multi ,
intégrer des musiques orchestrales de très grande qualité , améliorer l'immersion etc.

Si un artiste talentueux est contraint à bosser sur des cubes comme dans minecraft crois moi qu'il sera malheureux :/
Un codeur qui ne va pas travailler sur un mode complexe de systeme de combat et sera obligé de s'occuper uniquement de zombies et de moutons qui se baladent sera lui aussi malheureux
Un Scénariste qui n'a pas d'emploi et se retrouve au chômage
Un musicien qui est obligé de faire du 8Bit

La liste allonge , le AAA est un moyen d'élever le jeu vidéo en art de plus en plus sophistiqué.

Tes avis sur l'évolution des jeux de 2004 à 2013.. C'est faux ; No comment.

[quote]Qui est le plus égoïste ? Celui qui décrète l'humain en dessous de l'entité coté en bourse ou celui qui prend en considération l'humain qui soutient déjà son média avec les moyens du bord ?
[/quote]

En souhaitant ne pas autoriser l'occasion sur son oeuvre l'éditeur décrète simplement le respect de la représentation de celui ci. Il ne te parle pas de bourse.
L'humain qui achète son jeu d'occasion ne soutient financièrement pas ses créateurs. Même pas indirectement.
Avoir l'estime du joueur c'est bien , mais ça fait pas vivre son activité.

Pour le CPI et la copie privé d'un jeu XBOX 360 en magasin je te laisse mon message précédent adressé a Nimmegil.


Pour l'époque des Atari 2600 , Familly computer , Master System et compagnie
Ca représentait 30 Millions de ventes par consoles maxi dans le monde entier , et la france ne représentait pas grand chose là dedans.. Encore moins l'industrie de production.
C'était un marché de niche comparé à la Playstation , gameboy PS2.

[quote]Aucune hypocrisie de ma part. Je m'en tamponne de tes éditeurs cotés en bourse, ils vendent un truc, je l’achète. Je fini le jeu, je peux le revendre, je le fais.
Je pense à ma gueule et à mes proches avant tout. Tes fameux pauvres éditeurs qui usent et abusent de leurs forces en jetant leur personnel quand un projet se http://www.gamekult.com/actu/gameloft-une-fermeture-eclair-en-inde-A107118.html, en fermant des studio encore rentable (je te laisse chercher, y'en a eu depuis 94 :trollface:).[/quote]

Tu peux revendre ton disque oui :) C'est bien. Le jeu vidéo est un disque.
Devines quoi , tu es propriétaire... D UN DISQUE ! OUAH ! Mes respects.

Pour l'histoire de gameloft ils sont loins d'avoirs été laissés sur le carreaux comme un vulgaire esclave aveugle. Ils ont eu un mois de salaire et ils sont invités à continuer de travailler dans un autre local d'ubisoft. Tres loin d’être traité comme des chiens..
Et meme si un studio ferme , tous leurs membres sont éligibles aux parts sur les royalties.
Tu vois le mal partout.. Et lier les actions des éditeurs au débat sur l'occasion c'est tout mélanger.

[quote]Un CD/DVD/BLURAY s'use, se raye. Je te l'apprends ?[/quote]

TOUTES MES FELICITATIONS !!!!!
Tu considère donc acheter et être propriétaire d'un disque optique en polycarbonate d'occasion avant son contenu ! Tout comme la loi te le fait savoir.
Bravo et j'admire le respect que tu tiens à l' oeuvre visuelle
:thumbup: :thumbup: :thumbup: :thumbup: :thumbup:

C'est contemptible au plus haut point... Tu défends bien ton droit sur l'objet et non l'oeuvre.
Je n'ai plus aucun commentaire à faire sur ce sujet.

[quote]Tu parlais d’œuvre mais tu le confond sans hésiter avec un service comme le dit Nimmegil. Belle vision du média, ça transpire la passion.
Et j'espère que les gros se casseront la gueule, Microsoft en premier si ils continuent dans cette voie là,[/quote]
Un service n'enlève en rien la détermination artistique de son origine.
Sinon aller au théatre , louer un film , aller voir un match de foot ou Aller au ciné ne seraient pas reconnu comme tel.
De toutes façon , la platine polycarbonate c'est pas une oeuvre hein ? :thumbup:

Microsoft va se planter pour d'autres raisons , celle que je déplore c'est de proposer du contenu en priorité à des familles qui se foutent complètement des jeux vidéos avant leurs clients actuels.

Le modele économique sans éditeur je suis pour aussi , mais crois mois trouver 50 Millions sur les bases d'une promesse c'est vraiment pas simple..
Rien qu'a voir que Chris roberts n'atteint que 10.000.000 avec une plutôt grande cote de popularité
ça montre qu'on peut pas aller bien loin avec le crowfunding.

C'est aux joueurs de se bouger le cul s'ils veulent ce régime économique plus sain.
J'ai déjà Financé natural selection , game dev story , Star Citizen et Shadow of the eternals.
Et toi ? Qu'as tu fait pour encourager les artistes qui veulent changer le monde ?
Sissi
Signaler
Sissi

Si tu choisis le droit du consommateur pour un jeu Xbox360 dispo en magasin , tu assume donc que tu appliques la loi qui prime sur le support physique avant son contenu.
Tu en assumes donc l'éthique qui va avec...



Bon, j'abandonne devant cette énième tentative de culpabilisation du consommateur et l'écran de fumée qui va avec ( sortir dix milles définitions n'y changera rien, mélanger le ciné, onlive, le démat' pour étayer ses délires sur le jv physique non plus. :genre: )
Je te laisse dans ta folie douce à sens unique et espérons que cette vision d'avenir se casse la gueule pour le bien des clients.

N'oubliez pas, vous avez le droit de vendre votre bien physique sans l'accord de Sony/Nintendo ou le Pape du moment qu'il n'est pas lié sur un compte (en attendant que le cas Oracle soit épluché pour savoir si une licence jv peut être revendu elle aussi en occase). La loi (votée par un gouvernement lui même élu par un peuple souverain) ne l'interdis pas et l'autorise.
johan26
Signaler
johan26
Nimmegil

Bon , on va essayer de s'accorder sur la définition d'un jeu vidéo avant tout; d’après wikipédia on le considère ainsi :

Un jeu vidéo est un jeu électronique qui implique une interaction humaine avec une interface utilisateur afin de générer un retour visuel sur un dispositif vidéo. Le joueur de jeu vidéo dispose de périphériques pour agir sur le jeu et percevoir les conséquences de ses actes sur l'environnement virtuel.

Le jeu vidéo est aujourd'hui considéré comme une industrie, et parfois défini comme une forme d'art


En aucun cas le jeu vidéo se considère comme un objet. Tu trouvera ça logique aussi hein ?
Il a été défini par l'opinion public et devant la loi comme une Oeuvre de collaboration.
Et une Oeuvre , ça possède un statut autotélique. ( C'est une expérience ; pas du matériel )

Quand tu joues à un jeu vidéo , tu en est spectateur et tu bénéficie d'une représentation visuelle de l'oeuvre.
Dans le sens où même si elle est interactive tu ne fais que contempler les créations des nombreux artistes.
Ou alors tu trouves que tu t'approprie entièrement de l'univers et l'oeuvre qui n'ont été fabriqués que pour une personne ?

Le créateur veut seulement te donner le droit à titre personnel de la contempler ; comme on le ferait pour une pièce de théâtre , un match de foot , une place de cinéma , un discourt payant ,un accès à titre personnel pour entrer dans un parc d'attraction , un concert , un droit d'écoute personnel.

Et tout ça , ce sont des : SERVICES.
Les collaborateurs de l'oeuvre se chargent de t'acheminer techniquement la partie " Vidéo " de l'oeuvre qui est autotélique.
Les collaborateurs considèrent leurs jeu vidéo comme un service de représentation artistique d'une oeuvre de collaboration numérique.

Pas comme une oeuvre d'art reproduite physiquement :
Spoiler



Seulement , pour des problèmes techniques d'accessibilité on a dû pendant très longtemps l'affilier à un support de données physique.
Il n'avait à l'époque pas d'autre choix que de " Copier " physiquement son jeu qui se veut autotélique et non comme un bien matériel ou immatériel.

L'oeuvre va donc être physiquement et légalement piégé par son enveloppe physique temporaire !
( Car tu joues à son contenu et non à faire un frisbee avec le cd j'espère ? )
Et donc subir immédiatement son statut de " Copie " Qui est régulée par une loi émanant du Conseil européen pensée le 14 mai 1991 !!! Une loi dinosaure qui n'est pas faite pour le multimédia.

Cette loi sur les copies à été pensée pour les Logiciels informatique , qu'on considère comme des outils d'activités.
Elle n'a aucunement été créer pour les copies de contenu culturels...
Pense tu que les jeux , les films et les musiques soient des logiciels informatiques ??
Sauf que le droit de propriété intellectuel est confronté en cas de copie de la création d'un nouvel objet bien physique ; on est donc obligés d'y appliquer d'autres droits , et de couper les droits du CPI pour appliquer ceux du contenant bien physique.. Qui devant la loi ; prime sur le contenu.

CQFD , Pour une copie la loi considère d’abord le DVD ou la License avant son contenu.
Tu trouves ça éthiquement correct pour les artistes numériques ?



De fait , transformer le support vendu en magasin en simple droit d'accès a un service est une bonne méthode pour retrouver l'origine la plus pure de la représentation de l'oeuvre numérique.
(Sans trainer les problèmes de la matérialisation du support qui ne sont pas désirés artistiquement)

dans ce cadre d’ailleurs tu peux estimer que l’accès a une oeuvre est quelque chose qui se paye et je ne vois pas pourquoi je n'aurai pas le droit de revendre cet accès

L'accès a une oeuvre c'est par exemple un ticket de spectacle , ou un ticket d'entrée.
Ce sont des biens immatériels issu d'un contrat vendus le plus souvent à titre personnel et qui disparaissent après leurs première utilisation.

Une fois qu'il a été utilisé ; celui qui te le rachète à le droit de s'en resservir ? Il a été vendu a titre personnel.
Et est ce que tu trouverait ça éthique de réutiliser le même ticket acheté plusieurs fois pour plusieurs personnes ?
A cause du statut physique du DVD , le jeu vidéo doit subir la loi du contenant. ( Pareil pour les films et les musiques )
On ne peut pas lier indéfiniment un objet à un propriétaire qui le cède...

Puis arrete de parler triple A partout, rien a cirer du triple A dans ce debat ça ne represente pas le jeu-vidéo dans son ensemble !


Le sujet c'est surtout la revente physique des jeux d'occasion.Et je ne vois que des AAA qui sont revendus de main à la mains..
( Fnac , leboncoin , Amazon , Micromania )
Et ce sont eux qui subissent le plus de plein fouet de marché déloyal.C'est ultra rare de trouver autre chose que du tripe A dans le commerce physique.
Et c'est surtout parce que ça intéresse beaucoup moins de monde.
Sauf si tu arrives à me prouver que Super Meat Boy ou Braid sont à vendre d'occasion dans beaucoup d'endroits

tout ce qui est sur c'est que ta vision du jeu vidéo n'est pas moins puriste que la notre, sauf qu'a choisir entre les droits du consomateur et ceux de l'editeur, mon choix est fait


Si tu choisis le droit du consommateur pour un jeu Xbox360 dispo en magasin , tu assume donc que tu appliques la loi qui prime sur le support physique avant son contenu.
Tu en assumes donc l'éthique qui va avec...

Un jeu numérique n'est plus considéré comme une copie , de fait il ne subit pas les lois de celle ci.
De plus tu ne joues pas à une copie mais à un jeu.
Je peux te prouver que ton jeu n'est pas une copie , exemple tout con !
Quand tu joues à Batman sur Onlive , tu n'a jamais été en possession du contenu logiciel ( de la copie du jeu ), par contre tu bénéficie du droit pur de représentation commerciale de l'oeuvre.
Tu bénéficie de la Meme expérience qu'un jeu dans une console. ( Sauf la qualité de l'image ; mais ce n'est pas matériel )
Ce qui montre bien que le statut " Copie " d'un jeu est une prison et non l’élément premier.
Vouloir le retirer consiste à rendre libérer l’expérience de ses contraintes physiques.

Les jeux Xbox ONE et PS4 auront un tout autre statut juridique que les jeux qu'on a eu jusqu’à l'or.
De fait je ne remet pas en cause la malheureuse condamnation des œuvres du passé , mais que dans l'avenir le fair play du droit de représentation artistique et commercial sera respecté.
Sissi
Signaler
Sissi
[quote name='johan26' timestamp='1369741637' post='2483752']
Pour les jeux AAA qui se plantent justement , comment tu veux qu'un studio en assume la responsabilité financière ? C'est 100 Millions de perdu pour les 3 années précédentes et il faut encore débiter 100 Millions de plus pour le jeu suivant. Total Bancaire = -200.000.000 $.




Voila la plateforme qui propose ce genre de vision du jeu vidéo :)
Bon , et maintenant pour les jeux AAA ? Comment on fait pour financer des gros jeux à 50 Millions qui intéressent plus de monde que les jeux indies ? T'as toujours pas répondu comment libérer tous les studios Xbox et Playstation de leurs éditeurs.

Si l'éditeur prends la propriété du titre c'est parce que c'est lui qui doit assumer la perte financière en cas d'échec , il est donc logique qu'il ait une contre-partie à la hauteur de son apport ( c'est quand meme lui qui pose 50 Millions sur la table sans etre sur de les revoir un jour )
Quand t'as des jeux de merdes qui ont coûté cher et qui ont pas marché t'es content de pouvoir continuer à faire vivre ton activité grâce au budget que t'ont rapporté les best sellers.

Sans la confiance de Capcom et Sony , Remember Me n'aurait jamais vu le jour.
C'est grâce à leurs investissements que DontNod à pu produire ce jeu.

Non toi tu préfère juste que le studio prenne les 50 Millions puis qu'il se casse.
Dès que son personnel en a les moyens ils hésitent pas à racheter leurs titres ou leurs studio pour se casser , mais tant qu'ils sont fragiles ils ont besoin de quelqu'un qui a les épaules larges.

[/quote]

Je n'ai jamais dit que le dev devait se barrer avec la caisse hein, juste que je ne trouvais pas normal que l'éditeur prenne tout les droits sur une œuvre créé par plus faible que lui sous prétexte qu'il édite son jeu.
Il prend le risque de l'éditer, oui mais si ça marche, il récolte.
Le sympathique éditeur coté en bourse qui prend sous son aile le petit studio. Mais lol quoi, combien ont été anéanti par les éditeurs ? Combien de fermeture de studio pour récupérer les licences juteuses pour les refiler à un autre ?
Le soucis est là, on veut du budget énorme pour sortir des jeux qui ne se vendent que sur les graphismes et l'explosion, chose facile à mettre en avant dans la pub télé. Minecraft a marché par le bouche à oreille malgré ses graphismes dépassés. Le net est un formidable moyen de faire connaitre son jeu et toucher un large public, pourquoi les petits dev n'en feraient ils pas de même au lieu de vendre leurs âmes au diable ? Sont ils obligé de taper dans le jeux à gros budget pour faire ce qu'ils ont envie ? Qu'est ce qu'il y a de plus entre un jeu de 2004 et 2013 hormis de meilleur graphisme ? Même l'IA n'a pas évolué des masses par rapport au visuel.

[quote]


Tu assume donc que tu considère d’abord payer un support physique mettant le service culturel dont il en est la réel motivation d'achat en retrait. " J'achète le disque "
Tu assume donc que tu veux appliquer la loi sur l'objet et non sur le contenu.
Tu te sens suffisamment puissant pour porter un jugement commercial sur le fait que l'auteur à suffisamment gagné où non.
Tu sais très bien qu'un jeu en boite possède tous les désavantages d'un objet mais sans aucun avantage pour lui. ( Pas de dégradation de l’utilisation , Access au contenu culturel duplicable à l'infini sous couvert de support physique , perte rapide retreinte par rapport à n'importe quel autre objet pour lequel est vraiment créer la loi de 1994 créer pour les outils logiciels comme Word ou Windows à l'époque où le jeu vidéo existait à peine et les DVD n'existaient même pas. )
[/quote]

Tu décrètes bien que l'éditeur ne gagne pas assez (Vivendi Universal, Capcom, Microsoft, Konami, Sega, Sony, Nintendo, Ubi et EA te remercient pour ton prosélytisme, que des petites boites d'éditions) et que le joueur est égoïste parce qu'il raisonne avec sa bourse (tu sais loyer/bouffe/voiture/facture).
Qui est le plus égoïste ? Celui qui décrète l'humain en dessous de l'entité coté en bourse ou celui qui prend en considération l'humain qui soutient déjà son média avec les moyens du bord ?

Pour le coté duplicable, la loi interdit de casser une protection, de monnayer un contenu sous cpi ou permet la copie privée si je peux la faire.
Je respecte ces principes, je n'ai rien à me reprocher quand je revend à un tiers mon jeu. Arrête d'essayer de me culpabiliser, tu t’essouffle pour rien.

Révise tes classiques sur les formats. Dragon's Lair était sur laserdisc en ...1983, le CD existait sur pc engine à l'aube des années 90 puis vint le mega cd. Et dire que le jeu vidéo existait à peine en 94... faut être couillu pour sortir ça les 2600,vidéopac, apple2, amiga, cpc, atari, nes, master system, snes, megadrive, pc engine, gameboy, game gear, lynx ne sont jamais sortis. Rien n'existait avant 94.

[quote]
Tu es vraiment hypocrite au point de te foutre complètement de la prison physique auquel est rattaché le contenu culturel et tu pense qu'a une chose c'est à ton porte monnaie peu importe d’être équitable.
Pouvoir d'achat Pouvoir d'achat pouvoir d'achat.
[/quote]

Aucune hypocrisie de ma part. Je m'en tamponne de tes éditeurs cotés en bourse, ils vendent un truc, je l’achète. Je fini le jeu, je peux le revendre, je le fais.
Je pense à ma gueule et à mes proches avant tout. Tes fameux pauvres éditeurs qui usent et abusent de leurs forces en jetant leur personnel quand un projet se http://www.gamekult.com/actu/gameloft-une-fermeture-eclair-en-inde-A107118.html, en fermant des studio encore rentable (je te laisse chercher, y'en a eu depuis 94 :trollface:).


[quote]
Spoiler

[/quote]

Un CD/DVD/BLURAY s'use, se raye. Je te l'apprends ?

[quote]
Acheter un disque dans lequel le jeu est installé c'est comme si t'achetais un ticket de cinéma avec le ciné qui s’amène à toi. C'est pas acheter le film ni le cinéma.
Dès l'or ;mettre un jeu vidéo qui n'est rien d'autre qu'une représentation au même statut que tout objet ou outils logiciel. C'est être de mauvaise foi.

Quand tu paies une représentation , tu peux revendre ton ticket à quelqu'un d'autre pour qu'il voit la séance d’après ?

De toutes façon ce jeu va bientôt être libéré de la boite , il retrouvera son vrai statut de service culturel qu'il n'a jamais pu avoir avant le dématérialisé.
L'occasion pour les jeux du futur va crever la bouche ouverte avec tous les corbeaux sans pitiés qui l'entourent.
[/quote]

Tu parlais d’œuvre mais tu le confond sans hésiter avec un service comme le dit Nimmegil. Belle vision du média, ça transpire la passion.
Et j'espère que les gros se casseront la gueule, Microsoft en premier si ils continuent dans cette voie là, étouffé par leurs actions en bourse et le rendement max imposé.
Table rase du passé, de nouveau modèle économique respectant le client sans éditeur-intermédiaire qui se goinfrent, des jeux qui ne nous prennent plus pour des cons tellement ils se copient les uns les autres puis se dupliquent en suite à l'infini et ont rendu le média déshumanisé de par sa grande importance.

Les vrais passionnés par le média seront toujours là

Ta vision est méprisante pour le joueur, lui qui fait le succès de celui que tu défends.


[quote name='Nimmegil' timestamp='1369744470' post='2483846']
Dans le cas du service, tu te retrouve avec une oeuvre transformé en appel d'offre, veritable cheval de troie d'un service absolument pas vitale a l'experience de l'oeuvre. Dés lors la creation passe completemnt au second plan, l'idée etant de te refourguer du service, tu m'expliquera ou est le respect du createur la-dedans. Une oeuvre dans le cadre d'un service est la pire exploitation commerciale qui peut exister dans le sens ou plus que dans un autre marché l'oeuvre n'est plus qu'un pretexte interchangeable a souhait, il n'y a plus de culturel ou quoique ce soit, juste du commerciale.
Alors que quand tu fais de la distribution physique la tu t'engage pour l'oeuvre, tu y crois. Mais tu connais aussi les regles de la vente de bien physique.


[/quote]

Beau post.





[quote]
Et si tu pense que Bobby Kotick représente le mieux les éditeurs c'est que tu vis dans une grotte et tu ne regarde que ce qui t'intéresse.
[/quote]
Je reste pas focalisé sur le AAA, le texturing et mipmap et les jeux à 100 millions de dollars. Hors, ces entreprises mettent l'accent sur ça plus qu'autre chose.
Ils phagocytent le marché avec leurs jeux annuels (cod, Assassin, fifa) que ce soit en argent ou en temps de jeu et laissent peu de place au final pour les autres.
On t'entends pas râler sur ce point ?
On t'entends pas accuser les gros de bouffer le marché avec les cod et autre fifa ?
Si certains jeux se vendent pas, peut être parce que les joueurs ne peuvent plus sortir de fric en cette période difficile (cod + dlc+ abo live pour le pire) et que forcément, ils doivent faire des choix: prendre le même jeux que leurs potes pour jouer avec par exemple.

[quote]
Un budget mensuel compris entre 6 € et 12€

Les jeux « offline » achetés dans le commerce sont ceux pour lesquels le budget d’achat des joueurs est le plus élevé, avec une dépense moyenne déclarée de 12,30 € par mois. Les jeux achetés dans le commerce mais destinés à être consommés en ligne présentent un budget moyen déclaré de 9,43 € par mois. Le montant moyen consacré aux jeux en ligne partiellement gratuits atteint 5,89 € par mois.

Plus de la moitié des joueurs achètent des jeux d’occasion

Plus de la moitié des joueurs (55,9 %) déclarent avoir acheté des jeux physiques d’occasion au cours des six derniers mois de 2009. Ces jeux constituent 29,4 % de leur ludothèque. Dans leur majorité (67,4 %), les joueurs préfèrent posséder un jeu.

[/quote]
Comme tu le vois, les bourses ne sont pas extensibles. Encore moins maintenant.

http://www.afjv.com/..._jeux_video.php
Nimmegil
Signaler
Nimmegil
Ouais m'enfin toi Johan tu rattache le jeu vidéo non pas a un support mais a un service, et pour le coup ta vision n'a rien du verteux defenseur de la creation.

Si dans un cas tu met du concret a l’œuvre en la matérialisant sur un support, l’œuvre est donc concrète existante et accessible a celui que l’œuvre intéresse et tu laisse libre choix au consomateur de l'oeuvre vers laquelle il veut se tourner et payer concretement (dans ce cadre d'ailleur tu peux estimer que l'acces a une oeuvre est quelque chose qui se paye et je ne vois pas pourquoi je n'aurai pas le droit de revendre cet acces même en suivant ta logique sur le support physique je peux trouver des parades, mais je partage les positions de Sissi et bien d'autre la-dessus).
Dans le cas du service, tu te retrouve avec une oeuvre transformé en appel d'offre, veritable cheval de troie d'un service absolument pas vitale a l'experience de l'oeuvre. Dés lors la creation passe completemnt au second plan, l'idée etant de te refourguer du service, tu m'expliquera ou est le respect du createur la-dedans. Une oeuvre dans le cadre d'un service est la pire exploitation commerciale qui peut exister dans le sens ou plus que dans un autre marché l'oeuvre n'est plus qu'un pretexte interchangeable a souhait, il n'y a plus de culturel ou quoique ce soit, juste du commerciale.
Alors que quand tu fais de la distribution physique la tu t'engage pour l'oeuvre, tu y crois. Mais tu connais aussi les regles de la vente de bien physique.

Puis arrete de parler triple A partout, rien a cirer du triple A dans ce debat ça ne represente pas le jeu-vidéo dans son ensemble !

Puis arrete aussi ta comparaison jeu-vidéo dans ton salon et cinema, c'est absurde ! (argument mis plus haut que tu peux refuter mais ils sont la, et celui que ça interessent ira les lires)

Tu dis qu'on ne t'ecoute pas mais de tout façon nos divergeances sont tellement enorme que parfois toute discutions ne servent a rien, tout ce qui est sur c'est que ta vision du jeu vidéo n'est pas moins puriste que la notre, sauf qu'a choisir entre les droits du consomateur et ceux de l'editeur, mon choix est fait ce n'est pas a la plèbe de s'adapter a une entité commerciale.

PS:

Quand tu roules dans une voiture d'occasion , tu acceptes que le véhicule n'est pas dans le meme état que le neuf.
Quand tu achètes un objet d'occasion tu acceptes son usure qui le désavantage d'un produit
Quand tu joue a un jeu vidéo d'occasion , il est tout le temps neuf et il se dégradera jamais.
Peut on les mettre au même titre ?


A je sais ce que tu attend comme reponse pour derriere pouvoir dire qu'on reduit le jeu-vidéo un support ;)

La seule chose que je te repondrais c'est qu'une copie quelle soit Numerique (même si c'est tres flou le plan juridique mais defendable) ou physique est d'occasion dés lors qu'il a été acheté une premiere fois (hors delai de retractation sur un bien non-degradé, si il y a un defaut de fabrication c'est autre chose, sa m'est arrivé d'acheter un jeu sous blister, de ne pas l'ouvrir et d'aller le rendre a la boutique parce que j'ai changé d'avis en route) et cela même si la copie reste sous blister ou que la version numerique du jeu n'est jamais executé, c'est l'acte d'achat en premiere main qui fait foi et qui provoque la perte de droit sur la seconde main de l'ayant droit, dés lors la degradation du produit n'entre pas en compte.
S'appuyant sur cela l'argument de l'absence d'usure de fichier numerique ne tient pas.
johan26
Signaler
johan26
Ton avis sur les DLC je le partage , autant sortir des DLC deux trois mois apres la sortie du jeu okay , autant avant même qu'il soit sur le marché c'est du foutage de gueule.

Si tu veux que les studios ne fassent que des jeux du style Minecraft... Voila quoi.

Pour les jeux AAA qui se plantent justement , comment tu veux qu'un studio en assume la responsabilité financière ? C'est 100 Millions de perdu pour les 3 années précédentes et il faut encore débiter 100 Millions de plus pour le jeu suivant. Total Bancaire = -200.000.000 $.

La solution ? Arrêter la course aux polygones. Arrêter l'enchère graphique et sortir du carcan fps/tps qui se ressemblent tous dans leurs gameplay (cover, regen, couloir, qte). Explorer d'autre voie ludique que la texture hd.


Image IPB

Voila la plateforme qui propose ce genre de vision du jeu vidéo :)
Bon , et maintenant pour les jeux AAA ? Comment on fait pour financer des gros jeux à 50 Millions qui intéressent plus de monde que les jeux indies ? T'as toujours pas répondu comment libérer tous les studios Xbox et Playstation de leurs éditeurs.

Si l'éditeur prends la propriété du titre c'est parce que c'est lui qui doit assumer la perte financière en cas d'échec , il est donc logique qu'il ait une contre-partie à la hauteur de son apport ( c'est quand meme lui qui pose 50 Millions sur la table sans etre sur de les revoir un jour )
Quand t'as des jeux de merdes qui ont coûté cher et qui ont pas marché t'es content de pouvoir continuer à faire vivre ton activité grâce au budget que t'ont rapporté les best sellers.

Sans la confiance de Capcom et Sony , Remember Me n'aurait jamais vu le jour.
C'est grâce à leurs investissements que DontNod à pu produire ce jeu.

Non toi tu préfère juste que le studio prenne les 50 Millions puis qu'il se casse.
Dès que son personnel en a les moyens ils hésitent pas à racheter leurs titres ou leurs studio pour se casser , mais tant qu'ils sont fragiles ils ont besoin de quelqu'un qui a les épaules larges.

" J'ai payé ceputain de jeu en boite " " il a touché sur la première vente " " Il a accepté en mettant sur le marché de perdre son droit en sur la boite tout en gardant la propriété intellectuelle sur son produit "

Le jeu vidéo étant une représentation numérique d'une oeuvre à la base hein ? Pas une boite ni un disque.
Le seul moyen qui était possible les années précédentes c'était malheureusement de le lier à un objet bien physique et donc de subir les lois de ce support.
Le contenu est donc prisonnier de l'objet.

Tu assume donc que tu considère d’abord payer un support physique mettant le service culturel dont il en est la réel motivation d'achat en retrait. " J'achète le disque "
Tu assume donc que tu veux appliquer la loi sur l'objet et non sur le contenu.
Tu te sens suffisamment puissant pour porter un jugement commercial sur le fait que l'auteur à suffisamment gagné où non.
Tu sais très bien qu'un jeu en boite possède tous les désavantages d'un objet mais sans aucun avantage pour lui. ( Pas de dégradation de l’utilisation , Access au contenu culturel duplicable à l'infini sous couvert de support physique , perte rapide retreinte par rapport à n'importe quel autre objet pour lequel est vraiment créer la loi de 1994 créer pour les outils logiciels comme Word ou Windows à l'époque où le jeu vidéo existait à peine et les DVD n'existaient même pas. )

Tu es vraiment hypocrite au point de te foutre complètement de la prison physique auquel est rattaché le contenu culturel et tu pense qu'a une chose c'est à ton porte monnaie peu importe d’être équitable.
Pouvoir d'achat Pouvoir d'achat pouvoir d'achat.

Spoiler


Acheter un disque dans lequel le jeu est installé c'est comme si t'achetais un ticket de cinéma avec le ciné qui s’amène à toi. C'est pas acheter le film ni le cinéma.
Dès l'or ;mettre un jeu vidéo qui n'est rien d'autre qu'une représentation au même statut que tout objet ou outils logiciel. C'est être de mauvaise foi.

Quand tu paies une représentation , tu peux revendre ton ticket à quelqu'un d'autre pour qu'il voit la séance d’après ?

De toutes façon ce jeu va bientôt être libéré de la boite , il retrouvera son vrai statut de service culturel qu'il n'a jamais pu avoir avant le dématérialisé.
L'occasion pour les jeux du futur va crever la bouche ouverte avec tous les corbeaux sans pitiés qui l'entourent.

Et si tu pense que Bobby Kotick représente le mieux les éditeurs c'est que tu vis dans une grotte et tu ne regarde que ce qui t'intéresse.
Sissi
Signaler
Sissi
[quote name='johan26' timestamp='1369700755' post='2483156']
L'avantage du flou juridique du jeu vidéo c'est qu'il peut changer de statut juridique suivant les situations : ( Oeuvre de collaboration , Contrat , Contrat de Licence , service , ou Logiciel )

Dans le cas de Blizzard Diablo il s'agit donc à son moment en boite d'un logiciel , tu as le droit d'en faire les réglementations qui ont été prévus à cet effet ( donc le revendre ) Or tu es obligé d’utiliser un compte BattleNet considéré comme un service.

Je n'ai aucune idée si la liaison par un compte est une clause abusive ou non.. Si tu veux faire les recherches je t'en prie.

Et c'est là l'astuce juridique du CLUF et du Compte en ligne, il a réussi à transformer la copie logicielle ou Licence en service.


Il ne s'agit que d'un code d'autorisation , pas d'un logiciel ; c'est le coté TROLLesque de cet histoire.
Pour bénéficier de ton jeu tu dois donc techniquement passer par le service en priorité , Blizzard peut donc effacer le statut de l'oeuvre en rendant le jeu comme un service.

C'est grâce à cet astuce que microsoft compte lier nos jeux XBOX ONE au compte XboxLive et proposer la revente d'occasion en retirant le service du compte et en lui rendant à nouveau son statut de logiciel. Pour prendre une part financière sur l'occasion.

En effet un jeu classique en boite actuel sur XBOX et Play 3 doit sans doute subir la jurisprudence de Usedsoft c/ Oracle et cèder le droit de revente du Logiciel.
Mais pour XBOX ONE on ne fera sans doute comme pour Steam/BattleNet/Origin et Uplay que d'acheter un code d'autorisation pour bénéficier d'un service.
Qui apporte sans doute je pense le même statut juridique qu'un ticket de Cinéma x)

[/quote]

On peut en discuter des heures, tant que le cadre n'est pas défini clairement, on ne ne fera que du renvoi de balle avec les arguments qui nous conviennent le mieux. Mais cependant, on est d'accord: faut que l'ue et la france se penche dessus.


[quote]
Je ne sais pas ce que tu as compris mais non je n'assimile pas le piratage avec l'occasion , le piratage c'est a titre gratuit , l'occasion (d'un jeu vidéo) c'est a titre onéreux ; c'est même encore pire.

Le milieu du jeu vidéo cherche à faire valloir le jeu vidéo en tant qu'une Expérience interactive , pas à devoir subir le statut d'un simple bien dépourvu de contenu culturel.
Le coup des DLC c'est simplement un moyen de faire vivre son jeu plus longtemps , il est déjà suffisamment long et complet à 70€ ; Le reste c'est du bonus.
( Je te dis ça , j'aime pas les DLC j'ai du en acheter deux dans toute ma vie )

[/quote]

Mais la version boite a ce statut de bien physique. Et la parade, c'est lier le jeu a un compte
Un dlc fait vivre son jeu plus longtemps, ça se discute. Mais pas ceux sortant en même temps que le jeu lui même. Là, c'est du découpage du jeu original pour maximiser les profits. Perso, un jeu sort, je ne prends pas de dlc, jamais. Pire, je décale mon achat (metro last night et son mode ranger) pour le prendre à 10 euros si les dlc day one sont abusés. Résultat, ils y perdent.
Aucune pitié.




[quote]

Mojang est un studio de jeu vidéo qui s'est financé tout seul parce que leurs fondateurs avaient tellement de blé qu'ils ont pu vivre à 1 à 2 ans sans gagner d'argent , sauf que leurs jeu ne nécessite pas une équipe créative de 50 à 200 personnes , et ils ont décidé de vendre des versions ALPHA.

Si tous les petits studios devaient se financer eux mêmes ils n'auraient pas les moyens de créer un jeu de gros calibre , Minecraft surtout à son départ est un jeu intelligent mais peu élaboré artistiquement.
Tu creuse , tu genre 3-4 ressources , tu construit , tu partage. Point
[/quote]

Minecraft est bien plus mignon de par sa simplicité graphique que le dernier jeu AAA. L'intelligence de Mojang, ça a été de permettre le modding et d'ajouter au fur et à mesure les idées découlant de ces mods dans le jeu lui même.
Une bonne vision du jeu: confiance dans le joueur, patch gratuit, modding, serveur privé. Et ça a payé.

[quote]

Il y a énormément de jeux indies qui se plantent royalement à force de ne pouvoir créer que des jeux de petite dimension
[/quote]
Il y a énormément de jeux AAA qui se plantent royalement à force de ne pouvoir créer que des jeux de grande dimension.
Medal of Honor tiens.


[quote]
Cela ne réponds pas à ma question concernant un studio :
Expliques moi comment un studio fait pour produire un jeu dont il a besoin de financer 3 ans pour 50 à 200 personnes ?! Trouve une solution autre que l'éditeur.
Spoiler

Si tu trouves la solution , crois moi tu vas rendre des milliers de personnes heureuses.


En attendant , en contrepartie du risque ENORME que prends l'éditeur , il échange son pari contre le droit de propriété du studio.
Spoiler


[/quote]
La solution ? Arrêter la course aux polygones. Arrêter l'enchère graphique et sortir du carcan fps/tps qui se ressemblent tous dans leurs gameplay (cover, regen, couloir, qte). Explorer d'autre voie ludique que la texture hd.

Maintenant, piquer les droits sur un jeu sous prétexte de l'éditer, je trouve ça scandaleux. L'éditeur trouve là un moyen facile de gonfler son patrimoine.



[quote]
En fait t'es un égoïste qui pense avoir plus de droits que tout le monde ? C'est pas possible de défendre le fait qu'on veut avoir le droit d'acheter une oeuvre artistique interactive comme un jeu vidéo en ne reversant pas un centime au créateur. Sous couvert de " Je suis propriétaire du DVD " et appliquer la loi pour la propriété du matériel. C'est beau de faire passer le support physique avant l'oeuvre dont elle est prisonnière ! Dégradant !

T'achètes un outil ? un objet ? ou bien tu achète le droit de découvrir l'oeuvre ?
A trop se prendre pour un empereur on peut vite tomber de son trône. Hier L'occasion déloyale , 100% de bénéfices pour le vendeur de la copie. Demain Microsft AZURE© : Partage du montant de la revente.

Il faut comprendre qu'un jeu vidéo s’utilise à titre de spectateur ; ce n'est pas un objet.
De fait jouer à un jeu c'est comme savourer un instant au cinéma en achetant un simple ticket pour une représentation.

Si tu considère que ton jeu à autant de valeurs juridique qu'un outil informatique ou une brouette , tu insulte tout une culture ! Chercher à s'approprier 100% des droits de revente d'une oeuvre jeu vidéo sur le dos de l'auteur c'est pourrit !!
[/quote]

lol, tu veux m'infantiliser ? Me culpabiliser ?
J'ai payé ce putain de jeu en boite, j'ai le droit de le revendre, la loi (ou son flou si tu préfères) me le permet . Je m'en bat les steacks que Machin touche rien, il a touché sur la première vente. Il a accepté en mettant sur le marché de perdre son droit en sur la boite tout en gardant la propriété intellectuelle sur son produit. Le système avantage le consommateur sans léser le vendeur.

Et c'est marrant, se faire traiter d'égoïste quand tu pirates, je suis ok
Se faire traiter d'égoïste quand tu achètes et soutiens un jeu/éditeur puis que tu veux le revendre pour acheter la nouveauté, c'est pareil voire pire, c'est l'insulte suprême, ça me donne juste envie de tipiak le dernier AAA.
Le discours puant que tu me sers comme une vérité (les pauvres éditeurs) et qui prône la perte de pouvoir d'achat et le droit sur le physique, je m'en tamponne.
Mon porte feuille prime, je vais pas pleurer pour les actionnaires de ceux que tu défends (représente ?).



J’arrête là, c'est comme discuter avec Bobby Kotick ou n'importe quel autre requin du milieu. Ils veulent le beurre, l'argent du beurre et le cul du joueur.
johan26
Signaler
johan26
L'avantage du flou juridique du jeu vidéo c'est qu'il peut changer de statut juridique suivant les situations : ( Oeuvre de collaboration , Contrat , Contrat de Licence , service , ou Logiciel )

Dans le cas de Blizzard Diablo il s'agit donc à son moment en boite d'un logiciel , tu as le droit d'en faire les réglementations qui ont été prévus à cet effet ( donc le revendre ) Or tu es obligé d’utiliser un compte BattleNet considéré comme un service.

Je n'ai aucune idée si la liaison par un compte est une clause abusive ou non.. Si tu veux faire les recherches je t'en prie.

Et c'est là l'astuce juridique du CLUF et du Compte en ligne, il a réussi à transformer la copie logicielle ou Licence en service.

[quote]" Avant de jouer au Jeu, vous devez : (i) obtenir un code d’autorisation inscrit sur la version coffret du Jeu ou auprès du Service"[/quote]

Il ne s'agit que d'un code d'autorisation , pas d'un logiciel ; c'est le coté TROLLesque de cet histoire.
Pour bénéficier de ton jeu tu dois donc techniquement passer par le service en priorité , Blizzard peut donc effacer le statut de l'oeuvre en rendant le jeu comme un service.

C'est grâce à cet astuce que microsoft compte lier nos jeux XBOX ONE au compte XboxLive et proposer la revente d'occasion en retirant le service du compte et en lui rendant à nouveau son statut de logiciel. Pour prendre une part financière sur l'occasion.

En effet un jeu classique en boite actuel sur XBOX et Play 3 doit sans doute subir la jurisprudence de Usedsoft c/ Oracle et cèder le droit de revente du Logiciel.
Mais pour XBOX ONE on ne fera sans doute comme pour Steam/BattleNet/Origin et Uplay que d'acheter un code d'autorisation pour bénéficier d'un service.
Qui apporte sans doute je pense le même statut juridique qu'un ticket de Cinéma x)

Ceci permettant de redonner au jeu vidéo son statut de service sans les embrassements de l'associer à un bien physique.
Le jeu vidéo peut donc a présent être dans le cas de l’utilisation d'un service en ligne retrouver un peu de dignité en considérant l'acheteur du jeu comme un simple spectateur ayant payé son accès à un service artistique.

C'est une méthode que nos amis Allemands trouvent illégale et sont donc actuellement en train de tenter de faire tomber STEAM en justice Européenne.

Les contrats d’utilisateurs sont tout à fait applicable à des services. Qui ne subissent pas certains aspect des droits patrimoniaux comme le code de propriété intellectuelle.

Comme tu le sais toi même : " Le CLUF englobe plein de chose et pas seulement la propriété intellectuelle. "

Petit souvenir : http://www.gameblog....asion-sur-steam

On pourra donc de nouveau débattre là dessus quand l’arrêt de la cour Allemande rendra son verdict.
Comme le jeu vidéo est un flou juridique total et peut etre incarné comme un service , un bien ou un logiciel , il va etre compliqué pour la cour de pouvoir trancher.

[quote]Argument invalide. J'ai pas internet, je te rappelle. Je n'ai pas l'obligation légale de l'avoir chez moi[/quote]
http://www.01net.com...mme-selon-lonu/
[quote]Les droits dont disposent les citoyens hors ligne doivent être protégés en ligne quelque soit le pays, où le média est utilisé [/quote]
Un texte en ligne est tout à fait applicable dans le monde réel.
L'internet est bien un droit libre et fondamental

[quote]Pardon ? C'est pas toi qui assimilait piratage et occasion ?[/quote]
Je ne sais pas ce que tu as compris mais non je n'assimile pas le piratage avec l'occasion , le piratage c'est a titre gratuit , l'occasion (d'un jeu vidéo) c'est a titre onéreux ; c'est même encore pire.

Le milieu du jeu vidéo cherche à faire valloir le jeu vidéo en tant qu'une Expérience interactive , pas à devoir subir le statut d'un simple bien dépourvu de contenu culturel.
Le coup des DLC c'est simplement un moyen de faire vivre son jeu plus longtemps , il est déjà suffisamment long et complet à 70€ ; Le reste c'est du bonus.
( Je te dis ça , j'aime pas les DLC j'ai du en acheter deux dans toute ma vie )


Pour la taxe sur les formats de stockages j'y connait absolument rien , je veut bien que croire sur le fait qu'elle est injuste ; je vais voir ça.

[quote]Genre, aucun petit n'a réussi. Mojang a fait faillite, c'est connu, surtout à cause de leur méthode de distribution.
Tout ton baratin ne va que dans un seul sens: l'éditeur. Le petit studio qui veut travailler avec lui devrait lui céder ses droits et créations. Le client devra lui refiler une partie de son pognon sur l'occase. Allo ?[/quote]

Mojang est un studio de jeu vidéo qui s'est financé tout seul parce que leurs fondateurs avaient tellement de blé qu'ils ont pu vivre à 1 à 2 ans sans gagner d'argent , sauf que leurs jeu ne nécessite pas une équipe créative de 50 à 200 personnes , et ils ont décidé de vendre des versions ALPHA.

Si tous les petits studios devaient se financer eux mêmes ils n'auraient pas les moyens de créer un jeu de gros calibre , Minecraft surtout à son départ est un jeu intelligent mais peu élaboré artistiquement.
Tu creuse , tu genre 3-4 ressources , tu construit , tu partage. Point

Il y a énormément de jeux indies qui se plantent royalement à force de ne pouvoir créer que des jeux de petite dimension

Cela ne réponds pas à ma question concernant un studio :
Expliques moi comment un studio fait pour produire un jeu dont il a besoin de financer 3 ans pour 50 à 200 personnes ?! Trouve une solution autre que l'éditeur.
Spoiler

Si tu trouves la solution , crois moi tu vas rendre des milliers de personnes heureuses.

En attendant , en contrepartie du risque ENORME que prends l'éditeur , il échange son pari contre le droit de propriété du studio.
Spoiler


[quote]En fait, tu bosses pour un gros studio de dev ou tu as des intérêts dans la filière ? s'pas possible d'être aussi acharné sur le pauvre consommateur tout en préconisant au petit studio de donner tout ce qu'ils créé... N'oublie pas, c'est le consommateur qui fait la réussite d'une entreprise. A trop tirer sur la corde, le retour peut être violent. Hier Atari, THQ ou Sega. Demain Sony ou Microsoft.[/quote]

En fait t'es un égoïste qui pense avoir plus de droits que tout le monde ? C'est pas possible de défendre le fait qu'on veut avoir le droit d'acheter une oeuvre artistique interactive comme un jeu vidéo en ne reversant pas un centime au créateur. Sous couvert de " Je suis propriétaire du DVD " et appliquer la loi pour la propriété du matériel. C'est beau de faire passer le support physique avant l'oeuvre dont elle est prisonnière ! Dégradant !

T'achètes un outil ? un objet ? ou bien tu achète le droit de découvrir l'oeuvre ?
A trop se prendre pour un empereur on peut vite tomber de son trône. Hier L'occasion déloyale , 100% de bénéfices pour le vendeur de la copie. Demain Microsft AZURE© : Partage du montant de la revente.

Il faut comprendre qu'un jeu vidéo s’utilise à titre de spectateur ; ce n'est pas un objet.
De fait jouer à un jeu c'est comme savourer un instant au cinéma en achetant un simple ticket pour une représentation.

Si tu considère que ton jeu à autant de valeurs juridique qu'un outil informatique ou une brouette , tu insulte tout une culture ! Chercher à s'approprier 100% des droits de revente d'une oeuvre jeu vidéo sur le dos de l'auteur c'est pourrit !!
Sissi
Signaler
Sissi
[quote name]
La CLUF ou EULA en Europe est un moyen tout à fait légal de vendre son travail sous forme de contrat, c'est une astuce qui permet de bénéficier à la fois du droit de Contrat mais aussi du droit d'auteur.
http://fr.wikipedia....nce_de_logiciel :


Du coup ça permet de renforcer le droit d'auteur en le contournant par le droit contractuel.
Tu sais , il y a des juristes dans les maisons d'éditions multimédia , ils ont tous retournés la questions de savoir comment protéger leurs œuvres légalement. Ils sont pas cons au point d'inventer quelque chose de nul et non avenue.
[/quote]
Un jeu vidéo est il une œuvre de l'esprit ou un logiciel ?

Cluf Diablo 3:

VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LE CONTRAT DE LICENCE D’UTILISATEUR FINAL SUIVANT AVANT D’INSTALLER LE LOGICIEL.

L'arrêt de la CJUE du 3 juillet 2012, C-128/11 Usedsoft c/ Oracle, condamne la licence d'utilisation et la théorie classique du droit du logiciel en consacrant l'existence de l'exemplaire logiciel comme étant une chose ayant son propre régime juridique distinct de celui de l'oeuvre logicielle régie par le droit d'auteur. Par voie de conséquence, la Cour consacre la qualification de vente pour toutes licences qui seraient conclues pour une durée illimitée à un prix forfaitaire. Cet arrêt consacre ainsi l'application effective de la théorie de l'épuisement des droits dont il résulte l'existence d'un véritable marché de l'occasion de l'exemplaire logiciel. Ainsi, l'utilisation du logiciel ne résulte plus d'un pseudo droit d'utilisation concédé sur le fondement du droit d'auteur par le truchement d'une licence d'utilisation, mais de la propriété légitime de l'exemplaire logiciel fondée sur une vente ou d'une location d'une chose corporelle si l'utilisateur n'a conclu qu'un contrat de location. Le droit du logiciel est assurément bouleversé depuis cet arrêt historique de 2012 qui s'inscrit ainsi dans la mouvance de la théorie matérialiste 4. A l'instar de la disparition de la notion de licence d'utilisation, la notion d'utilisateur final, qui n'a plus de sens, est remplacée par celle "d'utilisateur légitime" qui peut être un propriétaire ayant acheté un exemplaire logiciel ou un locataire ayant loué un exemplaire logiciel.


Source wikipedia.
C'est ballot, non ?

[quote]
C'est faux car tu dois te référer à ce qu'il y a écrit sur la boite.
Je sais que c'est chiant parce que souvent c'est juste écrit " Tout droits réservés " De fait pour rester dans la légalité il faut afficher la CLUF sur le site du propriétaire de l'oeuvre.



Le fait de stipuler l'interdiction de la revente d'un logiciel peut être considéré comme abusive si on a de bonne preuves. Or le droit contractuel va pouvoir sauver la mise car tu achète d’abord un contrat puis ensuite une oeuvre.
[/quote]
Et l’œuvre tombe sous l'abusus si elle est matérialisée. Comme mon CD de musique. Ou mon Soul Sacrifice que je vais m'empresser de revendre pour acheter un autre jeu Vita.

C'est tout a fait faisable pour le consommateur sachant que l’accès à internet et un droit libre.
Il est très difficile devant la loi de prouver qu'on ne peut pas y avoir accès.
Argument invalide.
J'ai pas internet, je te rappelle. Je n'ai pas l'obligation légale de l'avoir chez moi et tout mes relevés de banque font état qu'il n'y a pas de prélèvement pour un fai. Je suis de bonne foi.
Ya une version cluf pour malvoyant au fait sur les sites des éditeurs ?


[quote]
Le contrat d’utilisateur final est un contrat qui bénéficie également du droit d'auteur grâce au statut de logiciel propriétaire , c'est un énorme Mix de pleins de statut juridique qui lui permet d’être légal.
En Europe l'équivalent juridique c'est L' EULA , c'est quasiment identique à la CLUF.

Si je t'ai donné le Pavé de Maitre B c'est justement parce qu'il faut connaitre les deux.
Si un jeu est licencié avec un CLUF sur le continent européen il est non avenue , s'il est sous EULA il est tout à fait valable.
Nous en France par derrière protection pour le consommateur qui voudrait revendre son jeu est qu'il faut que le contrat soit écrit en français sinon il est Nul et non avenue.
Tu m'autorise à dire CLUF pour parler des deux c'est bon ?

[/quote]

EULA, cluf c'est pareil...

Le terme Contrat de Licence Utilisateur Final (CLUF) est une traduction du terme anglais EULA, End User License Agreement.

Source: wikipedia.

C'est pas parce que le cluf incorpore du droit d'auteur ou du vomi de chien alcoolique à tire larigot qu'il possède un statut juridique clairement défini. Le cluf englobe plein de chose et pas seulement la propriété intellectuelle. Ce sont des clauses, certaines décrivent l'utilisation qui doit être faite, d'autres interdisent, d'autres pour se décharger de tout, d'autres autorisent. D'où la possibilité d'avoir nombre de clauses abusives qui rendent de ce fait le dit cluf caduque dans son ensemble. Le consommateur est trompé.



[quote]
Quelle belle preuve de respect que d’utiliser le piratage ! Tu reproches au marché de la musique de ne pas s’être adapté ; celui du jeu vidéo s'adapte en créant l'EULA et maintenant tu rage ?
En gros tu préfèrent qu'ils se fassent bouffer comme la musique toi.

[/quote]

Pardon ? C'est pas toi qui assimilait piratage et occasion ? Tu mettais sur un pied d’égalité (un truc sur la faillite de THQ) ceux qui utilisent les moyens légaux pour se procurer une œuvre à ceux qui tipiakait du contenu sans en avoir rétribué ses créateurs. Niveau foutage de gueule tu peux donner des leçons.

Le milieu du JV s'adapte ? En découpant ses produits en DLC, en empêchant ses clients de revendre leurs jeux afin d'en racheter d'autres ? En sortant des cluf qui leurs donnent le droit de les changer selon leur bon vouloir ? Super l'adaptation.

[quote]
La taxe sur la copie privé je ne sais pas si le jeu vidéo peut en bénéficier , ça c'est un autre sujet.
Et faire le lien quasi direct entres les les supports de produits culturels et les graveurs c'est du foutage de gueule!
Les graveurs c'est pas fait pour copier du contenu qui n'est pas à toi , c'est fait pour copier tes films , tes photos , tes textes et tes enregistrements par exemple.
[/quote]

Alors, bordel explique moi pourquoi je devrais* payer cette taxe sur un format de stockage qui me permet de sauvegarder mes photos de poney ? Vas y, je t'écoute ? Pour compenser les pertes de l'industrie ? Mais si je ne pirate pas, si je suis honnête, je dois cracher au bassinet quand même ? Belle preuve d'injustice et d'escroquerie.

* et les entreprises qui préfèrent abandonner face à la difficulté pour récupérer leurs argent sur cette taxe injustement due.

[quote]
Explique moi comment fait le petit studio pour vendre son jeu partout dans le monde et financer 3 ans de production avec 50 à 200 personnes de corps et métiers différents ? Vas y je t'écoutes :
[/quote]

Genre, aucun petit n'a réussi. Mojang a fait faillite, c'est connu, surtout à cause de leur méthode de distribution.
Tout ton baratin ne va que dans un seul sens: l'éditeur. Le petit studio qui veut travailler avec lui devrait lui céder ses droits et créations. Le client devra lui refiler une partie de son pognon sur l'occase. Allo ?

[quote]
Cherche un ptit coup sur Google et tu vas voir pas mal de personnes travaillant dans les studios se plaignant de ne pas toucher de royalties.


Les modéliseurs 3D comme tu les appellent ont le droit à des royalties car ils ont co-créer une oeuvre de collaboration ; c'est ce droit là qu'ils font valoir face à l'éditeur pour toucher leurs part du gâteau.
[/quote]
Grand bien leur fasse. Tant qu'il ne viennent pas chialer pour bouffer dans mon assiette et qu'ils attaquent les bonnes personnes (en l’occurrence leur employeur), je leur souhaite de réussir à garder des droits sur ce qu'ils font dans leurs entreprises et toucher en conséquence.


[quote]
Si l'éditeur ne touche pas d'argent d'un jeu d'occasion alors le co-créateur à le droit de s'en prendre au joueur déloyal.
[/quote]

En fait, tu bosses pour un gros studio de dev ou tu as des intérêts dans la filière ? s'pas possible d'être aussi acharné sur le pauvre consommateur tout en préconisant au petit studio de donner tout ce qu'ils créé... N'oublie pas, c'est le consommateur qui fait la réussite d'une entreprise. A trop tirer sur la corde, le retour peut être violent. Hier Atari, THQ ou Sega. Demain Sony ou Microsoft.
johan26
Signaler
johan26
" Lorsque le consommateur donne son accord à la conclusion du contrat "
Il ne décide dont pas de contracter immédiatement par voie orale mais de poursuivre les démarches.

A défaut d’être interdit , il peut contracter immédiatement par autorisation orale s'il exprime clairement son contrat.
C'est ce qu'explique le commentaire de l'article que t'as envoyé.
Et ce que confirme l'avocate spécialisée dans les nouvelles technologies du Web. Relis l'article tu comprendra. Elle a les explications.
Mon passage préféré :

[quote]L'acceptation orale du consommateur, par exemple par le biais de la transmission de son numéro de carte bancaire, suffit à caractériser la conclusion du contrat sans que soit exigée la signature préalable d'un contrat écrit.[/quote]
Par contre en cas de vice ou du manque de clarté ce contrat peut etre annulé.

C'est autorisé car ce n'est pas un piège.
Tu peux donc accepter de relancer ton contrat téléphonnique par téléphone si le commerçant t'explique explicitement tous les engagements du nouveau contrat. Et on peut le faire dans pas mal d'autres domaines.
Ex : Il suffit de téléphoner à Microsoft pour résilier l'abonnement Xbox 360 sans signature.
( Je suis d'accord que leurs mode de fonctionnement est abusif et chiant mais il est légal. )

Pour le commerçant qui veut pas reprendre le jeu c'est une possibilité , l'éditeur est toujours responsable du jeu c'est avec lui qu'on peut aussi traiter.




La CLUF ou EULA en Europe est un moyen tout à fait légal de vendre son travail sous forme de contrat, c'est une astuce qui permet de bénéficier à la fois du droit de Contrat mais aussi du droit d'auteur.
http://fr.wikipedia....nce_de_logiciel :
[quote]" Pour avoir le droit d'utiliser un logiciel, il faut que le titulaire des droits l'autorise. La licence est le document dans lequel il énumère les droits qu'il accorde au licencié (installer le logiciel, l'utiliser, faire une copie de sauvegarde). Utiliser sans licence un logiciel dont on n'est pas l'auteur revient à violer le droit d'auteur. "[/quote]

Du coup ça permet de renforcer le droit d'auteur en le contournant par le droit contractuel.
Tu sais , il y a des juristes dans les maisons d'éditions multimédia , ils ont tous retournés la questions de savoir comment protéger leurs œuvres légalement. Ils sont pas cons au point d'inventer quelque chose de nul et non avenue.

[quote]La CLUF dont je n'ai conaissance qu'apres l'achat [/quote]
C'est faux car tu dois te référer à ce qu'il y a écrit sur la boite.
Je sais que c'est chiant parce que souvent c'est juste écrit " Tout droits réservés " De fait pour rester dans la légalité il faut afficher la CLUF sur le site du propriétaire de l'oeuvre.
C'est tout a fait faisable pour le consommateur sachant que l’accès à internet et un droit libre.
Il est très difficile devant la loi de prouver qu'on ne peut pas y avoir accès.

Le fait de stipuler l'interdiction de la revente d'un logiciel peut être considéré comme abusive si on a de bonne preuves. Or le droit contractuel va pouvoir sauver la mise car tu achète d’abord un contrat puis ensuite une oeuvre.


[quote]Le cluf n'est pas un contrat comme on l'entend. Faut que tu lise attentivement le pavé de GMB.[/quote]
Le contrat d’utilisateur final est un contrat qui bénéficie également du droit d'auteur grâce au statut de logiciel propriétaire , c'est un énorme Mix de pleins de statut juridique qui lui permet d’être légal.
En Europe l'équivalent juridique c'est L' EULA , c'est quasiment identique à la CLUF.

Si je t'ai donné le Pavé de Maitre B c'est justement parce qu'il faut connaitre les deux.
Si un jeu est licencié avec un CLUF sur le continent européen il est non avenue , s'il est sous EULA il est tout à fait valable.
Nous en France par derrière protection pour le consommateur qui voudrait revendre son jeu est qu'il faut que le contrat soit écrit en français sinon il est Nul et non avenue.
Tu m'autorise à dire CLUF pour parler des deux c'est bon ?

[quote]Attendez mais... pendant des années ils se sont goinfrés comme pas possible, non ? Puis internet est venu, ils n'ont pas su s'adapter, se sont fait bouffer par le piratage et l'évolution du mp3 (et par itunes aussi) et maintenant il se servent des fonds public avec hadopi pour défendre des intérêts privés . Et ça c'est pas hypocrite ? Et c'est pas hypocrite de taper allégrement dans la taxe sur la copie privée tout en empêchant de copier sur des supports ? C'est pas hypocrite de sortir d'un coté des artistes/films tout en mettant sur le marché des graveurs CD/DVD ?[/quote]

Quelle belle preuve de respect que d’utiliser le piratage ! Tu reproches au marché de la musique de ne pas s’être adapté ; celui du jeu vidéo s'adapte en créant l'EULA et maintenant tu rage ?
En gros tu préfèrent qu'ils se fassent bouffer comme la musique toi.

La taxe sur la copie privé je ne sais pas si le jeu vidéo peut en bénéficier , ça c'est un autre sujet.
Et faire le lien quasi direct entres les les supports de produits culturels et les graveurs c'est du foutage de gueule!
Les graveurs c'est pas fait pour copier du contenu qui n'est pas à toi , c'est fait pour copier tes films , tes photos , tes textes et tes enregistrements par exemple.

[quote]Oui, dépouiller les petits studios pour mieux les entuber, c'est une belle vision idéaliste. T'es éditeur, tu as le droit de dépouiller, pas de soucis. Pourquoi
T'es consommateur à 1200 euros par mois, tu dois perdre des droits pour continuer à engraisser les gros qui pillent les petits.
Un studio peu puissant doit accepter de céder la propriété du jeu à l'éditeur
[/quote]

Explique moi comment fait le petit studio pour vendre son jeu partout dans le monde et financer 3 ans de production avec 50 à 200 personnes de corps et métiers différents ? Vas y je t'écoutes :




[quote]Bientôt, on va avoir tout les modéliseurs 3d qui vont venir chialer parce qu'ils ne touchent rien sur leurs créations qui apparaissent dans les jeux et vont gueuler sur les joueurs achetant en occase tout en les accusant de tout les maux dont ils sont victimes.[/quote]
Cherche un ptit coup sur Google et tu vas voir pas mal de personnes travaillant dans les studios se plaignant de ne pas toucher de royalties.

Les modéliseurs 3D comme tu les appellent ont le droit à des royalties car ils ont co-créer une oeuvre de collaboration ; c'est ce droit là qu'ils font valoir face à l'éditeur pour toucher leurs part du gâteau.

Si l'éditeur ne touche pas d'argent d'un jeu d'occasion alors le co-créateur à le droit de s'en prendre au joueur déloyal.
Sissi
Signaler
Sissi
[quote name]
Comme expliqué dans un commentaire de l'article que tu a partagé.
Spoiler


Le texte de loi cité est celui d'un démarchage commercial en vue d'un contrat , qui doit donc être fourni physiquement.
Un commercial par téléphone propose ; lui directement de contracter par téléphone.
Pour se faire il a besoin de détailler expressément toutes les conditions du contrat ainsi que la marche à suivre.

Cet article du Journal du net l'explique mieux que moi : http://www.journaldu...-des-lois.shtml
Ecrit par un Avocat spécialisé dans le droit de l'Internet, des nouvelles technologies et droit du sport.

[/quote]

Lorsque le consommateur donne son accord à la conclusion du contrat, il doit recevoir ensuite par écrit ou sur un autre support durable à sa disposition, en temps utile et au plus tard au moment de la livraison, confirmation des informations susmentionnées, une nouvelle information sur les conditions et modalités d'exercice du droit de rétractation, les modalités de présentation des réclamations éventuelles, des informations relatives au service après-vente et aux garanties commerciales ainsi que les conditions de résiliation du contrat lorsque celui-ci est d'une durée indéterminée ou supérieure à un an.

Oui, si tout est fait dans les règles, réception des éléments décrits dessus.
Mon lien mettait en exergue l'abus des opérateurs sur la reconduction d'un contrat de façon trompeuse tout en ne respectant pas l'envoi de la modification du contrat qui l'annulait de ce fait.

[quote]
J'essaierais de te retrouver l'article qui parle du joueur qui veut rendre son jeu après ne pas avoir accepté la CLUF.
Doc pas mal à ce sujet : http://www.canardpc....cl_f_you__.html
J'ai une preuve un peu plus concrète par contre , tu peux voir sur les CLUF actuelles que si tu n'acceptes pas les conditions du contrat il est stipulé que tu peux appliquer ton droit de retrait et redonner le jeu au commerçant. Tu peux y aller au hasard sur internet je pense que la plupart de ces contrats en parlent.
Cette clause n'était pas écrite autrefois et a été appliqué de justesse apres un coup de flippe d'une jurisprudence de ce genre.
[/quote]
Sauf que ton commerçant, très souvent il ne veut pas reprendre le jeu car la boite a été ouverte.

[quote]
Il suffit d'écrire quelque part sur ou dans la boite " Jeu distribué sous License " pour savoir qu'on l'on achète une License et non plus un simple objet jeu , c'est la toute la subtilité du flou juridique.
Du coup on est informé de cette License et d'en accepter les contraintes si l'on veut pouvoir s'en servir. ( En gros t'es invité à aller la consulter sur internet avant d'acheter )

[/quote]

Flou juridique qui te permet de revendre ton jeu physique sous licence, c'est pas beau ça ? Le cluff valant que dalle en France (c'est ce que conclu gmb), tu peux arguer dix ans en disant "jeu sous licence, warning revente interdite" et faire cocher une croix, si le cluff lui même qui défini le produit comme licence n'a pas de valeur juridique, on fait comment ? C'est simple, c'est à l'avantage du consommateur.

Le CLUF est une pratique anglo-saxonne qui n'a pas d'équivalent en FRANCE. C'est ce qu'on appelle un contrat sui generis, n'entrant dans aucune catégorie juridique définie. Quant aux tribunaux, aucun juge français n'a encore été amené à se prononcer sur un CLUF de jeux vidéo.

Alors ? Alors on peut légitimement penser qu'un CLUF n'a pas vraiment de valeur juridique ou, plutôt, si un juge devait se pencher sur la question, que de nombreuses clauses seraient déclarées nulles sans aucune hésitation, si ce n'est le contrat en son entier.
Du coup, signer aveuglément un CLUF n'est peut être pas si grave !




[quote]
Pour l'interdiction de revente , je suis d'accord pour débattre du fait qu'il s'agit d'une clause abusive ou non. Dans tous les cas rien ne t’empêche de refuser le contrat mais il faut en accepter les conséquences..

[/quote]

Donc, un cluf est trop déséquilibré en faveur de l'éditeur, dont je n'ai connaissance qu'après achat (parce que j'ai pas le net), je dois la fermer si je le refuse car je le considère comme abusif ? C'est pas un peu une pratique déloyale envers le consommateur ?


[quote]
Voila ce que je déplore.. C'est faire passer le support physique avant son contenu..
D'une hypocrisie maximale.

Pour l'instant la loi considère qu'au moment d'une copie la copie n'est plus liée a l'oeuvre donc ça devient un vulgaire DVD comme un vierge. La loi avantage le consommateur. Vive l'éthique européenne.


Une oeuvre ça n'est pas un bien public , c'est un bien privé. Si tu remet ça en question tu modifie la loi.
Le coté " populaire " d'une oeuvre n'enlève en rien la propriété de celui qui l'a fait.
Sauf en Europe où on décide de couper le lien à la première vente.

[/quote]

Nan, c'est du communisme coco. T'as rien compris.

ABUSUS. L’œuvre a été rétribué une fois. En vendant son œuvre, il perd ses droits et ne peut pas s'opposer à sa revente. Donc, il n'a aucune légitimité dessus hormis sa propriété intellectuelle..
Tu peux pleurer tant que tu veux, faire du prosélytisme, ça ne changera rien, c'est comme ça.




[quote]
Comme expliqué , Le jeu vidéo est tellement flou juridiquement que le vendeur décide de ne pas le vendre sous la forme Juridique d'oeuvre mais de Licence ;)
Du coup c'est pas les protection du CPI qui s'appliquent mais celle des contrats. Et c'est tant mieux.
[/quote]
Le cluff n'est pas un contrat comme on l'entend. Faut que tu lise attentivement le pavé de GMB.

[quote]
L'achat est déjà un droit à part entière , Personne ne te force à acheter le service ou le produit.
S'approprier une oeuvre c'est bafouer le droit de son propriétaire.
MAIS APRES TOUT ! C'est juste un DVD qu'on achète avec la protection de la justice Européenne , pas une oeuvre :) :) :) Vive l'hypocrisie.
[/quote]

Arrête Pascal Negre, on t'a reconnu.

Attendez mais... pendant des années ils se sont goinfrés comme pas possible, non ? Puis internet est venu, ils n'ont pas su s'adapter, se sont fait bouffer par le piratage et l'évolution du mp3 (et par itunes aussi) et maintenant il se servent des fonds public avec hadopi pour défendre des intérêts privés . Et ça c'est pas hypocrite ? Et c'est pas hypocrite de taper allégrement dans la taxe sur la copie privée tout en empêchant de copier sur des supports ? C'est pas hypocrite de sortir d'un coté des artistes/films tout en mettant sur le marché des graveurs CD/DVD ?

[quote]
Pour les créateurs et les multinationales c'est une affaire de Royalties et de Contrats.
Un studio peu puissant doit accepter de céder la propriété du jeu à l'éditeur qui lui vas prendre d'énormes risques pour le petit studio. ( Ex : THQ à accepté sa responsabilité de faire confiance a des studios qui ont proposé des jeux qui se sont mal vendu , et en a payé le prix en mourant. )

[/quote]

Oui, dépouiller les petits studios pour mieux les entuber, c'est une belle vision idéaliste. T'es éditeur, tu as le droit de dépouiller, pas de soucis. Pourquoi
T'es consommateur à 1200 euros par mois, tu dois perdre des droits pour continuer à engraisser les gros qui pillent les petits.

Un studio peu puissant doit accepter de céder la propriété du jeu à l'éditeur


Le gros éditeur fait ce que toi tu trouves anormal... Dépouiller de son œuvre un plus petit sous prétexte de risque économique... La petite boite créée et doit céder au plus gros. Là c'est logique pour toi ?

[quote]
Les petites boites et les freelance indie sont ceux qui ont besoin plus que jamais de protéger leurs jeux de l'occasion , sinon ils ne peuvent pas vivre de leur métier.
Le créateur à toujours des droits sur la maison d'édition !
Dire le contraire c'est ne pas connaitre la CPI , dans la réalité je suis d'accord que certains éditeurs notamment Activision qui se démerde pour étouffer ce droit. Mais c'est loin de concerner tout le monde !Le créateur à toujours le droit à ses royalties , et surtout sur une oeuvre de collaboration comme le jeu vidéo.

[/quote]

Bientôt, on va avoir tout les modéliseurs 3d qui vont venir chialer parce qu'ils ne touchent rien sur leurs créations qui apparaissent dans les jeux et vont gueuler sur les joueurs achetant en occase tout en les accusant de tout les maux dont ils sont victimes.
Ha, non, ils sont payés pour ça.


Sincèrement, tu te trompes de cible en taxant l'homme d'égoïste. L'occasion permet la circulation des biens. Elle permet à certaines bourses peu fournies d'avoir accès à des œuvres qu'elles ne pourraient payer plein pot. Elle permet également d'amener de l'argent frais qui sera réinjecté dans le circuit avec de nouveaux achats. L'occasion donne une seconde vie au produit, permettant parfois de fidéliser à la marque l'acheteur de seconde main qui ira day one sur la nouveauté. Ya le coté humain aussi, des joueurs se rencontrent pour échanger et revendre et que sais-je encore.

Un exemple tout con:
Avant:
vends snes avec 10 jeux (zelda/mario kart, SoM, etc: 1200 frs
Argent réinjecté dans l'achat d'une psone, le marché tourne.
Et ainsi de suite.

Demain: vends xbox one avec ... 0 jeux. heuuu 50 eu ?
Perte de pouvoir d'achat, pas d'argent pour prendre la nouvelle gen. Le marché stagne.

J'aimerais te voir attaquer avec autant de conviction ces multinationales du divertissement qui font de l'optimisation fiscale et ne participent pas au développement des pays dans lesquels ils margent comme des porcs. Ces multinationales qui se foutent des droits des salariés (Chine forcément) pour faire de la marge sur leurs devices chez nous, ces boites qui licencient leur personnel sans aucune forme de procès après avoir essoré leurs créatifs lors des dev de jeu.
Vouloir leurs donner encore plus de pouvoir sur les produits déjà vendu au détriment des consommateurs, c'est plutôt terrifiant quand j'y songe.
johan26
Signaler
johan26
Comme expliqué dans un commentaire de l'article que tu a partagé.
Spoiler


Le texte de loi cité est celui d'un démarchage commercial en vue d'un contrat , qui doit donc etre fourni physiquement.
Un commercial par téléphone propose ; lui directement de contracter par téléphone.
Pour se faire il a besoin de détailler expressément toutes les conditions du contrat ainsi que la marche à suivre.

Cet article du Journal du net l'explique mieux que moi : http://www.journaldu...-des-lois.shtml
Ecrit par un Avocat spécialisé dans le droit de l'Internet, des nouvelles technologies et droit du sport.

J'essaierais de te retrouver l'article qui parle du joueur qui veut rendre son jeu apres ne pas avoir accepté la CLUF.
Doc pas mal à ce sujet : http://www.canardpc....cl_f_you__.html
J'ai une preuve un peu plus concrète par contre , tu peux voir sur les CLUF actuelles que si tu n'acceptes pas les conditions du contrat il est stipulé que tu peux appliquer ton droit de retrait et redonner le jeu au commerçant. Tu peux y aller au hasard sur internet je pense que la plupart de ces contrats en parlent.
Cette clause n'était pas écrite autrefois et a été appliqué de justesse apres un coup de flippe d'une jurisprudence de ce genre.

Il suffit d'écrire quelque part sur ou dans la boite " Jeu distribué sous License " pour savoir qu'on l'on achète une License et non plus un simple objet jeu , c'est la toute la subtilité du flou juridique.
Du coup on est informé de cette License et d'en accepter les contraintes si l'on veut pouvoir s'en servir. ( En gros t'es invité à aller la consulter sur internet avant d'acheter )
Pour l'interdiction de revente , je suis d'accord pour débattre du fait qu'il s'agit d'une clause abusive ou non. Dans tous les cas rien ne t’empêche de refuser le contrat mais il faut en accepter les conséquences..

Spoiler


Voila ce que je déplore.. C'est faire passer le support physique avant son contenu..
D'une hypocrisie maximale.

Pour l'instant la loi considère qu'au moment d'une copie la copie n'est plus liée a l'oeuvre donc ça devient un vulgaire DVD comme un vierge. La loi avantage le consommateur. Vive l'éthique européenne.

C'est aussi la porte ouverte à toute les dérives, aux réclamations de tout genre (je veux toucher X sur ce tableau que j'ai peins et vendu y'a 20 ans par exemple)

Spoiler


Une oeuvre ça n'est pas un bien public , c'est un bien privé. Si tu remet ça en question tu modifie la loi.
Le coté " populaire " d'une oeuvre n'enlève en rien la propriété de celui qui l'a fait.
Sauf en Europe où on décide de couper le lien à la première vente.

On s'en fout, la loi est comme ça pour nous, le vendeur accepte de mettre X copies de son œuvre sur le marché en suivant la loi en vigueur du marché visé, d'en tirer de l'argent et de transmettre l'abusus à l'acquéreur dans le respect du CPI (ne pas pirater/copier/diffuser). L'avantage est pour le consommateur et c'est tant mieux.

Comme expliqué , Le jeu vidéo est tellement flou juridiquement que le vendeur décide de ne pas le vendre sous la forme Juridique d'oeuvre mais de Licence ;)
Du coup c'est pas les protection du CPI qui s'appliquent mais celle des contrats. Et c'est tant mieux.

Le communisme en théorie ?, Dans les faits, c'est le pouvoir pour quelques personnes et le reste doit courber l'échine pour les servir.
A te lire, tu es pour l'ultra libéralisme: achetez et n'ayez aucun droit.
Ne vendez plus vos téléphones en occase à un tiers, après tout, les sonneries sont sous copyright, le fabriquant estime toucher sa part.
Ton avatar, tu as l'autorisation de l'utiliser au fait ? Quelqu'un l'a fait, en possède les droits, tu le vole quelque part.


L'achat est déjà un droit à part entière , Personne ne te force à acheter le service ou le produit.
S'approprier une oeuvre c'est bafouer le droit de son propriétaire.
MAIS APRES TOUT ! C'est juste un DVD qu'on achète avec la protection de la justice Européenne , pas une oeuvre :) :) :) Vive l'hypocrisie.

Pour les créateurs et les multinationales c'est une affaire de Royalties et de Contrats.
Un studio peu puissant doit accepter de céder la propriété du jeu à l'éditeur qui lui vas prendre d'énormes risques pour le petit studio. ( Ex : THQ à accepté sa responsabilité de faire confiance a des studios qui ont proposé des jeux qui se sont mal vendu , et en a payé le prix en mourant. )

Les petites boites et les freelance indie sont ceux qui ont besoin plus que jamais de protéger leurs jeux de l'occasion , sinon ils ne peuvent pas vivre de leur métier.
Le créateur à toujours des droits sur la maison d'édition !
Dire le contraire c'est ne pas connaitre la CPI , dans la réalité je suis d'accord que certains éditeurs notamment Activision qui se démerde pour étouffer ce droit. Mais c'est loin de concerner tout le monde !Le créateur à toujours le droit à ses royalties , et surtout sur une oeuvre de collaboration comme le jeu vidéo.
Nimmegil
Signaler
Nimmegil
Merci Sissi de ton intervention (je sais qu'on est sur un forum publique que tu fais ce que tu veux et que je n'ai pas a te remercier mais je le fait quand même). Pour le coup sur les CLUF j'allais dans le même sens de sissi mais j'avais un doute.

Pour 99Francs, ce que j'ai dis pour Boris Vian (sans en effet savoir que son œuvre est dans le domaine publique) je le maintient pour Frédéric Beigbeder. Encore une fois on ne peux pas vouloir faire appliquer une loi sans en refuser les une partie. Mais je peux entendre que la CPI n'est pas adapté au Jeu Vidéo mais dans ce cas ne te planque pas derriere Johan26, c'etait la le fond de ma pensée quand je prenais l'exemple du livre, j'appliquais bêtement la CPI au jeu vidéo puisque Johan26 disait vouloir la rattacher a celle-ci. Et dans ce cas la ce qui prévaut pour un livre support physique ou numérique (mais la ok le problème c'est de différencier la copie cédé de plein droit et la copie pirate, c'est sujet a débat) d'une oeuvre culturelle vaut aussi pour un jeu vidéo.

De toute façon si on passe a un système de service, il va arriver ce qui est arrivé pour d'autre système comme celui-ci avant, on ne revendra plus la copie d'un jeu comme aujourd'hui mais un compte et les accès aux jeux qu'il y a dessus. Et la pour l'ayant droit (j'insiste et sissi la redit, pas forcement le créateur du jeu) le manque a gagner sera encore plus violent. Je ne dis pas que vendre un compte est légal ou illégale mais ça s'est fait, et ça se fera. Avec ou sans marché de l’occasion. Le pret de compte aussi ce fera comme il se fait (par exemple sur Steam) ces pratiques vont se répandre avec un tel système et tant pis pour l'argent perdu sur le marché de l'occasion, au lieu de profiter au distributeurs qui assurait un service (utile même au éditeurs) ben la il n'y aura plus du tout d'argent en jeu. Et parce qu'ils auront voulu détruire un marché, ils auront détruit le leur.
Sissi
Signaler
Sissi
[quote]
La légitimé et le fonctionnement des CLUF c'est un débat.

Si c'est expressément expliqué au consommateur , un contrat peut être accepté sans signature.
Comment tu crois que ça marche les contrats par téléphone ? Ou alors les droits à l'image retiré à l'entrée d'une salle.

[/quote]

Ça marche comme ça:
http://aurelien.aucher.net/?p=22

[quote]
Evidemment que la loi européenne est très protectrice du consommateur je ne le remet plus en cause, il faut trouver de nombreuses parades pour protéger son oeuvre comme dans le reste du monde.
Pour les contrats qui ne sont dispo qu’après l'ouverture de la boite la jurisprudence européenne a permis au joueur de pouvoir rendre le jeu au commerçant car il ne peut pas être au courant de celle ci sans dégrader l'objet.
[/quote]
Source ? Je n'étais pas au courant pour cette jurisprudence.

[quote]
Reste que maintenant la plupart des Contrats d’utilisateurs Final se trouvent sur internet et mentionné à l'arrière de la boite.
En effet l'occasion sur les oeuvre culturelles est autorisée en Europe , vu l'étroitesse juridique du jeu vidéo il suffit de transformer celui ci en Licence et donc bénéficier des droits contractuels ; et là ; c'est la jungle.
[/quote]
Pour acheter en magasin, rien ne m'oblige à avoir d'abord lu le cluf du jeu sur le net ou avoir internet tout court. Je devrais y accéder avoir au moment de l'achat. Ils peuvent écrire ce qu'ils veulent au dos d'une boite (et il faut de la place, si la loi te dit que tu peux revendre ton bien physique, leurs conditions sont abusives et de fait nulles.

[quote]
Et mélanger son compte Xbox/Play à un contrat de licence jeu c'est un sac de nœud juridique pour les deux parties.

[/quote]

On est d'accord, il faut un cadre juridique clair.

[quote]
Mon discours n'est pas plus dangereux que le votre ,Redonner le droit de mise sur le marché celui au créateur plutôt que de le donner à l’utilisateur c'est défendre les droits artistiques de leurs auteurs qui à cause du système de copie physique subissent une triche qui n'a pas été créer pour les produits culturels.
Et de ce coté là il y a des choses qui bougent , notamment avec le droit de suite et ACTA/HADOPI.
[/quote]
L'utilisateur n'a pas le droit d'exploiter une œuvre que ce soit gratuitement ou en en tirant un quelconque bénéfice (copier et revendre, diffuser en dehors du cercle familial, casser la protection pour la diffuser sur les réseaux). Maintenant, pour le bien physique, il a le droit de le revendre sans avoir l'accord du créateur de l’œuvre. Argent qui permet d'être réinvesti ailleurs, dans un autre bien. Je défends mon pognon.


[quote]
Boris Vian est un mauvais exemple car il est tombé dans le droit public , les éditeurs sont donc tous libres de sortir des rééditions de cet auteur sans permission.

Prenons l'exemple d'un bonhomme bien vivant plutôt ; Frédéric Beigbeder ( La qualité de ses œuvres n'est pas à débat )
Avec 99Francs aux éditions Grasset.

Apres avoir convenu avec l'éditeur un contrat de rémunération , il peut bénéficier d'environ 8% des bénéfices en plus de la vente de son livre à l'éditeur en cédant ou non le droit moral de celui ci. De le propriétaire peut faire valoir son droit de propriété jusqu’à 70ans après la mort de l'artiste ,le bénéfice de tous les livres neufs vendus doivent donc être partagés pour tous.
Cependant le droit européen autorise l'acheteur du livre neuf à le revendre d'occasion. Le droit américain laisse le choix à l'auteur , et le droit Asiatique j'y connait rien.

[/quote]

On est en Europe justement, gardons nos lois qui nous avantagent en tant qu'être humain et n'avantagent pas une entité utilisant des paradis fiscaux pour ne pas contribuer aux developpement des marchés qu'ils pillent. C'est aussi la porte ouverte à toute les dérives, aux réclamations de tout genre (je veux toucher X sur ce tableau que j'ai peins et vendu ya 20 ans par exemple). Ce sont les contrats entre créateur et distributeur qu'il faut réformer et cadrer dans une logique équitable, pas celui du consommateur.


[quote]
Ce n'est pas à toi de toutes façon que je m'adresse l'ors de cet échange , je te prie donc si tu n'es pas content de changer de repas ou de me demander un changement avec plus de respect car je ne t'ai pas insulté ni fait preuve de manque de respect.

[/quote]

Je ne t'insulte pas, je rage sur ta façon de quoter qui rend ton discours imbuvable. Ensuite, t'es sur un forum publique où chacun peut intervenir, c'est sa première fonction: l'échange d'idée.
Sinon, passe en MP.


[quote]
La Question finale se pose à l'échelle mondiale : La copie privée pose un problème de propriété aux artistes numériques puisqu'elle permet la duplication de nombreux droits sur des biens physiques.
De fait on ne peut pas interdire a une personne de renouveler et échanger à l'infini son droit de visualisation , c'est de la triche car les contenus culturels sont faits pour être vendu à titre personnel et privé car son intérêt d'exploitation s'use beaucoup plus vite que la plupart des objets marchands et ne subit pas de détérioration.
[/quote]
On s'en fout, la loi est comme ça pour nous, le vendeur accepte de mettre X copies de son œuvre sur le marché en suivant la loi en vigueur du marché visé, d'en tirer de l'argent et de transmettre l'abusus à l'acquéreur dans le respect du CPI (ne pas pirater/copier/diffuser). L'avantage est pour le consommateur et c'est tant mieux.

[quote]

De fait un artiste n'est pas libre de pouvoir vivre entièrement de son oeuvre. Si tu considère que le contenu artistique doit bénéficier des avantages du droit public plutôt que le respect des souhaits du droit privé alors tu milite pour le communisme , dans ces cas là je t'invite à faire un tour à CUBA , puis les artistes vont changer d'activité car mal encouragés.
[/quote]
lol.
Le communisme en théorie ?, Dans les faits, c'est le pouvoir pour quelques personnes et le reste doit courber l'échine pour les servir.
A te lire, tu es pour l'ultra libéralisme: achetez et n'ayez aucun droit.
Ne vendez plus vos téléphones en occase à un tiers, après tout, les sonneries sont sous copyright, le fabriquant estime toucher sa part.
Ton avatar, tu as l'autorisation de l'utiliser au fait ? Quelqu'un l'a fait, en possède les droits, tu le vole quelque part.

[quote]
De toutes façon avec la XBOX ONE et la PS4 on est prévenu d'avance d'acheter un service qui ne bénéficie plus des libertés abusives de l'occasion , on a tout a fait le droit de refuser et d’arrêter de jouer au jeu vidéo moderne.
Comme ça tu laissera les gens qui l'ont accepté faire vivre l'artiste qui leurs a proposé son oeuvre.

[/quote]

Parce que tu crois que ceux qui créés sont ceux qui touchent le plus ? Dans quel monde vis tu ? Les multinationales se gavent sur le dos des créateurs (et des petites boites, de ceux qui bossent en freelance) avec des contrats abusifs depuis des années (musiques, livres, jeux) , ne leurs reversent qu'un infime pourcentage et c'est à nous de perdre des droits pour en donner un peu plus à ceux qui ne reverseront pas plus au créateur ?

Maintenant, on va rire, si l'UE décide le transfert de licence possible au profit de l'utilisateur sans que son créateur ne puisse rien y dire. Microsoft l'aura dans le fion.
johan26
Signaler
johan26
La légitimé et le fonctionnement des CLUF c'est un débat.

Si c'est expressément expliqué au consommateur , un contrat peut être accepté sans signature.
Comment tu crois que ça marche les contrats par téléphone ? Ou alors les droits à l'image retiré à l'entrée d'une salle.

Evidemment que la loi européenne est très protectrice du consommateur je ne le remet plus en cause, il faut trouver de nombreuses parades pour protéger son oeuvre comme dans le reste du monde.
Pour les contrats qui ne sont dispo qu’après l'ouverture de la boite la jurisprudence européenne a permis au joueur de pouvoir rendre le jeu au commerçant car il ne peut pas être au courant de celle ci sans dégrader l'objet.

Reste que maintenant la plupart des Contrats d’utilisateurs Final se trouvent sur internet et mentionné à l'arrière de la boite.
En effet l'occasion sur les oeuvre culturelles est autorisée en Europe , vu l'étroitesse juridique du jeu vidéo il suffit de transformer celui ci en Licence et donc bénéficier des droits contractuels ; et là ; c'est la jungle.

Et mélanger son compte Xbox/Play à un contrat de licence jeu c'est un sac de nœud juridique pour les deux parties.
Mon discours n'est pas plus dangereux que le votre ,Redonner le droit de mise sur le marché celui au créateur plutôt que de le donner à l’utilisateur c'est défendre les droits artistiques de leurs auteurs qui à cause du système de copie physique subissent une triche qui n'a pas été créer pour les produits culturels.
Et de ce coté là il y a des choses qui bougent , notamment avec le droit de suite et ACTA/HADOPI.


Boris Vian est un mauvais exemple car il est tombé dans le droit public , les éditeurs sont donc tous libres de sortir des rééditions de cet auteur sans permission.

Prenons l'exemple d'un bonhomme bien vivant plutôt ; Frédéric Beigbeder ( La qualité de ses œuvres n'est pas à débat )
Avec 99Francs aux éditions Grasset.

Apres avoir convenu avec l'éditeur un contrat de rémunération , il peut bénéficier d'environ 8% des bénéfices en plus de la vente de son livre à l'éditeur en cédant ou non le droit moral de celui ci. De le propriétaire peut faire valoir son droit de propriété jusqu’à 70ans après la mort de l'artiste ,le bénéfice de tous les livres neufs vendus doivent donc être partagés pour tous.
Cependant le droit européen autorise l'acheteur du livre neuf à le revendre d'occasion. Le droit américain laisse le choix à l'auteur , et le droit Asiatique j'y connait rien.

Ce n'est pas à toi de toutes façon que je m'adresse l'ors de cet échange , je te prie donc si tu n'es pas content de changer de repas ou de me demander un changement avec plus de respect car je ne t'ai pas insulté ni fait preuve de manque de respect.

La Question finale se pose à l'échelle mondiale : La copie privée pose un problème de propriété aux artistes numériques puisqu'elle permet la duplication de nombreux droits sur des biens physiques.
De fait on ne peut pas interdire a une personne de renouveler et échanger à l'infini son droit de visualisation , c'est de la triche car les contenus culturels sont faits pour être vendu à titre personnel et privé car son intérêt d'exploitation s'use beaucoup plus vite que la plupart des objets marchands et ne subit pas de détérioration.
Revendus très rapidement et parade au droits d'auteur légale donc.

Spoiler


De fait un artiste n'est pas libre de pouvoir vivre entièrement de son oeuvre. Si tu considère que le contenu artistique doit bénéficier des avantages du droit public plutôt que le respect des souhaits du droit privé alors tu milite pour le communisme , dans ces cas là je t'invite à faire un tour à CUBA , puis les artistes vont changer d'activité car mal encouragés.

De toutes façon avec la XBOX ONE et la PS4 on est prévenu d'avance d'acheter un service qui ne bénéficie plus des libertés abusives de l'occasion , on a tout a fait le droit de refuser et d’arrêter de jouer au jeu vidéo moderne.
Comme ça tu laissera les gens qui l'ont accepté faire vivre l'artiste qui leurs a proposé son oeuvre.
Sissi
Signaler
Sissi

Sauf que pour le jeu vidéo on applique surtout la CLUF.

La question/L'astuce utilisée c'est est ce que la fameuse CLUF ou EULA est légale ? ( Contrat de licence utilisateur final)
Le jeu est juridiquement passé de " Exemplaire " logiciel à " Licence " , fait elle est soumise à l'acceptation d'un contrat.

Disponible soit sur la boite du jeu , soit dans un manuel , soit sur le Disque , soit intégré au jeu dans un menu , ou soit disponible sur Internet.

Actuellement quand tu acceptes ce contrat ça se fait de plusieurs façon , En appuyant sur Valider au moment où on te présente le contrat , Acceptée au moment où tu as lancé le jeu dans ta machine , ou alors dès l'achat du jeu , ou bien encore en le liant à ton compte.

Dans ce contrat d’utilisateur final tu acceptes expressément les conditions que te présente le fabriquant/créateur du produit culturel.
Il en profite donc pour te demander de lui céder le droit d'interdiction de revente. C'est pour ça que tu vois écrit sur pas mal de boites qu'il est interdit de revendre le jeu , ou alors que tout autre utilisation que dans le cadre privé.

En général c'est le moment où on fait tous " Ouaaiis ouaiss.. C'est bien je veux jouer !

Si tu revends ton jeu , l'éditeur avec qui tu as accepté le contrat à le droit de t'attaquer pour ça alors que tu avais accepté de le pas le revendre en acceptant la CLUF.
C'est grâce à cet astuce qu'on peut protéger les films , les musiques et les jeux.

Libre à toi d'y voir une clause abusive , mais dès qu'elle est acceptée elle est effective.


Le cluf vaut peau de nib'. Rien ne peut prouver que ce soit toi qui l'ait validé (seule la signature électronique engage un contrat, pas une croix à cocher ). De plus généralement, le cluf n'est visible qu'après achat, pas avant. De ce fait, c'est une pratique abusive du vendeur qui peut être considérée nulle puisqu' on ne peut y avoir avoir accès avant d'avoir payé. Sachant qu'il faut ouvrir la boite en plus et que cela rend le retour au marchand extrêmement difficile une fois refusé... Et un mineur qui coche une case lors de l'installation ?


Maintenant, à te lire, on voit pour qui tu roules. Ton discours est dangereux, tu ne cherches qu'à banaliser le retrait d'un droit au consommateur avec des arguments fallacieux et contraire aux lois en vigueur chez nous. La revente d’occasion est légale pour les livres, les jeux vidéos matérialisé ( la licence lié au compte est la seule parade trouvée) les cd ou les film en dvd/bluray, arrête de nous bassiner avec tes termes de loyal/pas loyal.
Tout en sachant que les premiers à entuber sur les cpi sont les multinationales elles mêmes. Ces multinationales qui touchent de l'argent sur la copie privée tout en essayant de nous priver de faire la copie avec les drm.
Tu cherches à nous culpabiliser alors que le droit est de notre coté. Je ne vois pas pourquoi Vian devrait retoucher de l'argent sur la revente d'un de ses bouquins, le système juridique (abusus) qui entoure ne le permet pas. Il a touché (et l'éditeur) de l'argent sur la première vente, il n'a rien à toucher sur la transmission d'un tiers à un tiers puisque la loi dit que le contenant appartient au consommateur.


Mélanger bien matérialisé comme le livre et jeu vidéo (où règne un flou juridique), faut arrêter d'ailleurs. Parlez jeu vidéo, point.
Manque plus que la comparaison voiture et on est bon dans les analogies foireuses.

De plus, apprends à quoter, ça rend tes pavés indigeste, où il faut trier pour savoir qui dit quoi.
johan26
Signaler
johan26
La CPI ne s'applique pas pareil pour tous les biens ou les services culturels , ceux du jeux vidéo peuvent donc bénéficier de ceux des Oeuvres collectives , je ne connais pas leurs réglementation.

Okay j'ai compris le point de divergence à cibler : Le droit Américain et le droit Européen diffèrent sur la question de l'épuisement du droit l'ors de la vente d'une copie privée.

Cette connerie du droit de l'épuisement du droit Européen :
Elle stipule dans la fameuse "obligation de l'épuisement" l'interdiction d'interdire la vente d'une copie ayant déjà été achetée.
C'est donc l'auteur qui perds ce droit au moment de la revente où il cède pas mal pour un européen.

Et c'est la raison pour laquelle se battent les éditeurs européen afin de pouvoir garder ce droit pour le propriétaire du MASTER et pas de la Copie comme c'est le cas aux USA.
Ça bouge de ce coté là car on à la création du Droit de Suite qui permet petit à petit à tous les créateurs de contenu culturel d'imposer une rémunération même l'ors d'une vente de seconde main.

CQFD :
En Europe C'est interdit d'interdire la Vente d'une copie déjà acheté.
Aux USA C'est autorisé de pouvoir interdire la revente d'une copie achetée.

Sauf que pour le jeu vidéo on applique surtout la CLUF.

La question/L'astuce utilisée c'est est ce que la fameuse CLUF ou EULA est légale ? ( Contrat de licence utilisateur final)
Le jeu est juridiquement passé de " Exemplaire " logiciel à " Licence " , fait elle est soumise à l'acceptation d'un contrat.

Disponible soit sur la boite du jeu , soit dans un manuel , soit sur le Disque , soit intégré au jeu dans un menu , ou soit disponible sur Internet.

Actuellement quand tu acceptes ce contrat ça se fait de plusieurs façon , En appuyant sur Valider au moment où on te présente le contrat , Acceptée au moment où tu as lancé le jeu dans ta machine , ou alors dès l'achat du jeu , ou bien encore en le liant à ton compte.

Dans ce contrat d’utilisateur final tu acceptes expressément les conditions que te présente le fabriquant/créateur du produit culturel.
Il en profite donc pour te demander de lui céder le droit d'interdiction de revente. C'est pour ça que tu vois écrit sur pas mal de boites qu'il est interdit de revendre le jeu , ou alors que tout autre utilisation que dans le cadre privé.

En général c'est le moment où on fait tous " Ouaaiis ouaiss.. C'est bien je veux jouer !

Si tu revends ton jeu , l'éditeur avec qui tu as accepté le contrat à le droit de t'attaquer pour ça alors que tu avais accepté de le pas le revendre en acceptant la CLUF.
C'est grâce à cet astuce qu'on peut protéger les films , les musiques et les jeux.

Libre à toi d'y voir une clause abusive , mais dès qu'elle est acceptée elle est effective.
Est ce que c'est illégal ? c'est un débat.
Perso tu est censé lire le contrat , l'éditeur ne met pas de piège là dedans. Soit tu l'acceptes soit tu retournes le jeu au magasin.


Il parait cependant que la version dématérialisé ( Steam/eShop etc ) possède une autre forme de protection différente de celle des oeuvres culturelles sur support physique. Le démat bénéficierait de l'interdiction de revente.
L'avantage avec le Démat c'est qu'on achète dans le pays où se trouve le vendeur , si c'est aux USA comme steam ils peuvent directement appliquer le Copyright © et interdire la vente de la licence ( copie dématérialisé ).


" Pour lire l'Arrache Coeur, je vais simplement trouver un exemplaire dans le commerce, trouver s'il n'est pas dispo dans une bibliothèque ou si un ami ne peut pas me prêter son exemplaire, ça va pas plus loin que ça. "

Si tu peux trouver L'Arrache Coeur dans le commerce c'est parce qu'il me semble que le représentant de Boris Vian à décidé de faire tomber ses oeuvres dans le droit public , il me semble aussi que c'est une demande de l'auteur.
C'est cette démarche qui permet aux bibliothèques de proposer ce livre à l'emprunt.

Dans le droit de propriété , dans le cadre de la famille les amis proches peuvent faire partie de ce cadre.
Tout ce que tu m'a donc dis jusqu'a présent est donc Loyal , tout le monde est respecté.
Vendre une copie d'un jeu dont l'auteur ne le souhaite pas c'est déloyal.




Perfect Dark Original est bien disponible sur le XboxLive Arcade , je suis l'un des rares fous de ce monde à trouver que Perfect Dark zero est un super jeu !
Pour Donkey kong , C'est un produit culturel célèbre mais ça reste un produit provenant de quelqu'un. C'est lui le propriétaire.
Considérer qu'une marque ( Oui donkey kong c'est une marque ) devrait dès l'ors que l'oeuvre est populaire appartenir a plusieurs ayants-droit c'est une idée qui n'est applicable que dans un régime politique communiste.
C'est retirer le droit de son créateur sans son accord , tu portes donc atteinte à sa liberté.

L'idée dans le fond je comprends que ça soit fait pour des raisons nobles , mais on a mis tant de mal a faire primer la liberté des gens qu'il serait dommage de commencer à la détruire.
En effet faire tomber les œuvres numériques tel que des jeux vidéos célèbres dans le domaine public rapidement permettrait de faciliter leurs accès , mais le respect de l'auteur passe avant tout , c'est la liberté de de l'homme de jouir du Droit réel.
Ca n’empêche en rien qu'on peut lui mettre la pression :P

" Pour faire vivre un jeu il faut y jouer, en parler, le prêter inviter des amis a venir y jouer, etc. Pour faire vivre un jeu il faut le faire connaitre au plus de monde possible, et débattre de la démarche artistique de l'oeuvre. "

Bah tout ça c'est génial ! Et en plus c'est Loyal !! Tu vois bien qu'il y a des tas de façons plutôt que de les vendre :angel:
Nimmegil
Signaler
Nimmegil
Johan26 relie intégralement la CPI...tu comprend ce que tu veux comprendre...

Et qui dit copie dit.. Copie. Le but d'une copie justement c'est d’être rattaché en permanence à son point d'origine. ( Donc rattaché à la version MASTER qui applique le CPI


Non le but d'une copie est justement de détacher la copie dans le commerce de la copie dite master. Pour que le grand publique ai accès a une œuvre sans qu'il ai de droit sur la copie master. Rien a voir avec la logique que tu semble défendre la copie master n'est absolument pas proposé a la vente et le consommateur ne peut pas faire valoir de droit d'auteur dessus. Mais il est le propriétaire de sa copie et il l'est formellement dans un usage que ne se substitue pas a une ayant droit de la copie master, c'est a dire qu'il n'a pas le droit d'exploiter sa copie comme une copie master. Donc il a bien acheté la copie d'une œuvre qui n'est pas rattaché a la copie master dés lors qu'elle est dans le commerce.
(sinon en plus j'exige un exemplaire gratuit de Devil May Cry 3 parce que ses derniers on sortie une version avec des ajouts après m'avoir vendu une version basique du jeu !!).

Le reste des droit du consommateur se rattachent à la copie privé. L'occasion n'atteint absolument pas l’intégrité de la copie master, la CPI elle même fait perdre le droit de revendiquer quoique ce soit sur la copie d'une œuvre dés lors qu'elle s'est vendu une fois.
(Le cloud ne repond absolument pas à cette logique, le cloud c'est faire payer un accès a une copie d'un jeu (pas forcement master) sur laquelle on a acquis le droit de le faire auprès des personnes ayant des droits dessus. Mais quand tu vend la copie d'une œuvre tu ne vend pas un accès a une copie mais la copie elle-même)

Pour lire l'Arrache Coeur, je vais simplement trouver un exemplaire dans le commerce, trouver s'il n'est pas dispo dans une bibliothèque ou si un ami ne peut pas me prêter son exemplaire, ça va pas plus loin que ça. Parce que je ne pense pas que Boris Vian, n'avais comme objectif de vendre du bouquin, et que ce n'est pas l'acte de payer pour une œuvre que me la fera mieux l’apprécier.

Okay pour goldeneye WII , j'étais persuadé que c'était bien un remake de la version de RARE.
C'est vraiment un tout autre jeu tiré du nouveau film ?
Cependant le Donkey Kong était bien un original sur le eStore de la WII. Et on peut le faire pour tous les jeux !! Du moment que leurs propriétaires se mettent d'accord. Pour qu'un jeu revienne il faut demander à l'éditeur ou créer une forte fanbase , regarde par exemple SEGA qui ressort petit à petit les jeux de la Dreamcast en version originale.


Pour Goldeneye et non c'est pas du tout un remake :/ On va dire que c'est la licence James Bond comme la possède Activision (avec Daniel Craig et aucune modelisation des acteur originaux comme dans le jeux de rare...), le scenario de Goldeneye mais ça s’arrête la. C'est un FPS James Bond comme on trouve tout un tas de FPS de nos jour.
J'imagine que pour des question de droit il n’était de toute façon pas possible de faire un remake :/ Du coup c'est plus le mode solo d'un Call Of que l'aventure tel qu'on la vivait sur Nintendo 64...
Un remake de Goldeneye j'imagine qu'il aurait fallu que RARE et Activision bossent de concert pour sortir une exclu Xbox360 (ça aurait pus le faire ^^), mais bon la version N64 est déjà pas mal du tout et sa suite spirituelle Perfect Dark très sympa aussi ! (Perfect Dark il me semble qu'il est proposé sur Xbox Live, je parle de l'original pas de "Zero")

Pour Donkey Kong Country moi j'y voit toute le probleme de rattacher quelque chose qu'on nous dit culturel a des accords commerciaux d'un coté et la pression populaire de l'autre, dés lors je considére d'un coté les ayant droit (pas forcement créateur, ici clairement pas) et la plèbe tenante du chemin que je dois suivre, et ça je suis clairement contre et c'est quelque chose que je refuse. La qualité d'une œuvres culturelle ne peut se juger qu'a son audience.

Pour faire vivre un jeu il faut y jouer et en parler , pas en le revendant !


Pour faire vivre un jeu il faut y jouer, en parler, le preter, inviter des amis a venir y jouer, etc. Pour faire vivre un jeu il faut le faire connaitre au plus de monde possible, et debattre de la demarche artistique de l'oeuvre.

A quand des jeux vidéo dans les mediatheque ?

Édito

De mes premières piges dès le n°1 de Joystick Hebdo (1989) jusqu'à "Versus" sur Gameblog (avec AHL), en passant par Player One et des émission TV comme "Televisator 2", je totalise 21 ans de journalisme dans le jeu vidéo. Et si je compte les années depuis ma première VCS 2600 puis mon premier ordinateur (un Sinclair ZX81 acheté en 1981...)  cela fait plus de 30 ans passé à jouer !

Même quand je bosse pour Turbo sur M6 (mon autre vie) le jeu vidéo occupe en permanence une partie de mon esprit... Ce blog est donc pour moi l'occasion de vous faire profiter de mon expérience et d'échanger nos idées sur cette passion qui nous unie.

Enjoy my blog...

Cyril.

Archives

Favoris