Premium
Le Gameblog de Cyril Drevet

Le Gameblog de Cyril Drevet

Par Cyril Drevet Blog créé le 22/01/10 Mis à jour le 24/05/13 à 14h37

Ajouter aux favoris
Signaler

 

Lundi 16 Mai, 1h08 - Le PSN, malgré quelques signes d'un retour proche, n'est toujours pas accessible !

Près de 26 jours que le PSN est offline, un record pour un crash informatique, une catastrophe industrielle qui, on le sait déjà, couteras une véritable fortune à Sony et laissera des cicatrices douloureuses dans la stratégie du géant japonais au moment où la PS3 commençait à gagner du terrain un peu près partout dans le monde, et à quelques mois du lancement de la NGP / PSP 2, la première portable en mesure de contester l'hégémonie de Nintendo sur les consoles de poche.

Outre le désagrément dont nous avons souffert en tant que joueurs (enfin moi je ne joue pas en ligne, donc le désagrément n'a porté que sur les downloads - scoring - Trophées...), ce hack magistral suivi d'un crash d'anthologie pose énormément de questions sur l'avenir du jeu vidéo, du cloud, et de la dématérialisation, qui ne font que renforcer mes convictions.

On en sait un peu plus sur ce qu'il s'est passé, et notamment que la porte d'entrée des hackers s'est située chez AWS (Amazon Web Service) un spécialiste américain du cloud qui héberge des tonnes de serveurs pour bon nombre de multinationnales et d'entreprises de tous genre - et qui n'est autre qu'une filliale BTB de l'Amazon.com que l'on connait tous.

Outre le fait que l'on sait désormais où sont, en partie, hébergés les serveurs de Sony, sachez qu'AWS n'en est pas à son premier gros crash..! Le 21 Avril dernier, suite à une erreur de manip de ce géant du cloud, des milliers d'entreprises américaines se sont retrouvées plantées pendant une semaine. Pire, 0.07% des données de ces boîtes ont été perdues à tout jamais...

Et l'on peut mutlitplier les exemples avec Google, Yahoo! et bien d'autres sites ou serveurs qui ont subis des coupures suites à des erreurs, des intrusions ou des DoS.

Et ne vous y trompez pas, tous y auront droit un jour ou l'autre : Microsoft XBL (vous noterez qu'ils ne fanfaronnent pas devant les déboires de leur concurrent), Nintendo, et encore plus loin des boîtes comme Onlive.

Seulement voilà, sans jeux en boîte et jouables uniquement en cloud, cela fait un mois que notre PS3 serait totalement inutilisable... Cela confirme ce que je défend depuis quelques temps : si jamais les jeux en boîte disparaissent nous serons tous à la merci de ces géants aux pieds d'argiles qui vous laissent croire que leurs systèmes sont totalement sécurisés... Alors tournons cet "epic fail" de  Sony en expérience positive et rentrons en résistance contre la démat à outrance. Le Online : oui ! Le Online only : non !

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Commentaires

JayJay
Signaler
JayJay
Aha, entièrement d'accord, moi je suis limite content de ce qui s'est passé parce que quand j'annonçais que ce genre de chose pouvait arriver, on se foutait bien de ma gueule en tant que vieux con réac et pourtant moi, je me marre depuis un mois :).
Il n'y a plus qu'à attendre que Sony annonce que sur le prochain psn, tout les jeux démat ne seront plus compatible ni remboursé et là je fait une fiesta chez moi.
TinTouneT
Signaler
TinTouneT
Je crois qu'il y a un équilibre entre la dématérialisation totale et l'antidématérialisme primaire : Il est vrai que la dématérialisation total rend le jouer dépendant de la société à laquelle il loue le service mais l'antidématérialisme primaire empêche le jouere d'accéder à des petite petite (braid, limbo, flower, outland).
glz92
Signaler
glz92
D'accord à 100 %, les jeux dématérialisés ne nous appartiennent pas on les loue. Que ce hacking servent de leçon, car il fallait aussi s'y attendre. A quand un hacking de facebook et des vies numérique entière réduites à néant ?
Spooky
Signaler
Spooky
"Online only"... pas facile à dire!
C'est sûr que ce hack a mis à jour pas mal de problèmes sous-jacents... et je vois également d'un mauvais oeil la dématérialisation de notre loisir fétiche.
Il y a quand même un obstacle majeur à une dématérialisation totale: quid des Micromania, Game et autres?
Je doute qu'ils se recyclent dans la vente de "codes de téléchargement" uniquement... de même, comment assurer une garantie sur des codes? (jeu à échanger par exemple?)
Certes, il y aura sûrement d'autres moyens pour dématérialiser les jeux, mais j'imagine mal le "cloud gaming" répandu à la majorité des gamers. Un incident comme celui du PSN serait plus que désastreux pour un tel service, et je doute qu'il n'y ait de sécurité fiable à 100%.
Mortipoil
Signaler
Mortipoil
Je partage également ton avis sur le fait que le online ne doit pas devenir l'unique vecteur de commercialisation vidéoludique.
De plus le hacking et le vol de données semble être devenu le sport international des rebelles de l'informatique (ça permet de briller en société?). Eidos Montréal, et plus spécifiquement le site de Deus Ex et 80.000 membres de la newsletter en ont fait les frais il y a quelques jours.
Et Sony aurait fait face à une troisième attaque pas plus tard que la semaine dernière.

Le online c'est pratique, ça apporte pas mal de choses, mais c'est également une grande porte ouverte dans notre salon pour les imbéciles en tout genre.

Cette énorme affaire de vol de données personnelles va peut-être mettre un frein au cloud ou inciter les gens à repenser leurs habitudes online, quitte à obliger l'industrie à repenser sa stratégie à moyen et long terme.
Breathless
Signaler
Breathless
Personnellement, je pense qu'il faut être stupide pour être opposé à la dématérialisation :
http://www.gameblog....sation-gros-con
iFab
Signaler
iFab
Le PSN... ça déboîte grave !
Dopamine
Signaler
Dopamine
Si je partage ton avis contre le dématérialisé, il me semble qu'il y a une ou deux incohérences dans ton article.

1. Le PSN fonctionne aujourd'hui. En tout cas chez moi et pour le jeu en ligne.
2. Ce n'est pas un crash, mais une coupure volontaire du service. En raison d'une intrusion certes, mais ce n'est pas comme si les serveurs étaient plantés.
3. Les serveurs ne sont pas hébergés ou il n'y a pas de porte chez AWS. Ce sont ces machines qui ont servi pour l'attaque. Les serveurs Sony sont physiques identifiés et non hébergés sur le même site qu'AWS. On ne sait pour le moment pas très bin ce qui s'est passé. Juste d'où l'attaque est partie.
4. Microsoft n'a pas manqué de lancer une pique à Sony. Sans y aller avec de gros sabots, ils ont tout de même souligné que leur réseau fonctionnait et qu'il allait connaître une augmentation de fréquentation.

En tout cas, c'est clair : Le dématérialisé c'est pas pour moi non plus.
Nemesis-8-Sin
Signaler
Nemesis-8-Sin
Je l'ai souvent dit (sûrement sur Gameblog autant qu'ailleurs) et je profite de cet article pour le redire : Je suis contre le tout dématérialisé, exactement pour les raisons soulevées ici, tout autant que le plaisir des boîtes ( esprit de collectionneur de longue date...). Déjà qu'ils nous sucrent progressivement les livrets (ce que je trouve personnellement hérétique) si en plus ils nous virent les boîtes...Je ne sais pas si je continuerais à jouer. Ou bien je me recentrerais sur ces centaines de jeux passés que je n'ai pas encore eu l'occasion de me faire!
Maxime_du_1027
Signaler
Maxime_du_1027
Les jeux en boîte me tiennent à coeur car elles sont belles et le plaisir d'avoir la version boîte est plus grand que celui de la version dématériallisée. Mais je trouve l'article intéressant et bien fichu !
shafyc
Signaler
shafyc
à Cyril : je suis 100% d'accord avec toi, la dématérialisation ne vaut rien comparer à un jeu vendu dans sa boite. et en dehors du crash online chez Sony, moi j'ajouterais aussi qu'il y a eu cette année l'échec totale de la Psp-go. le jeu en ligne nous a aussi enlevé en grande partie nos écrans splittés.
petite question hors-sujet : pourquoi n'y a t'il plus de Versus?
DhElTaA
Signaler
DhElTaA
Les jeux en boîte perdureront sans doute pour contenter les collectionneurs. Mais on peut très bien imaginer un système de jeux dématérialisés qui permettrait l'accès aux jeux bien qu'étant offline (à la steam).
Le gros problème n'est pas tant pour moi la dématérialisation que la nécessité de s'authentifier en ligne à chaque fois que je démarre mon jeu. Outre les aspects pratiques, se pose les questions du respect de la vie privée et des droits du consommateur (pourquoi donc "demander l'autorisation" à l'éditeur pour jouer à un jeu que j'ai pleinement payé?!)

Édito

De mes premières piges dès le n°1 de Joystick Hebdo (1989) jusqu'à "Versus" sur Gameblog (avec AHL), en passant par Player One et des émission TV comme "Televisator 2", je totalise 21 ans de journalisme dans le jeu vidéo. Et si je compte les années depuis ma première VCS 2600 puis mon premier ordinateur (un Sinclair ZX81 acheté en 1981...)  cela fait plus de 30 ans passé à jouer !

Même quand je bosse pour Turbo sur M6 (mon autre vie) le jeu vidéo occupe en permanence une partie de mon esprit... Ce blog est donc pour moi l'occasion de vous faire profiter de mon expérience et d'échanger nos idées sur cette passion qui nous unie.

Enjoy my blog...

Cyril.

Archives

Favoris