cyberBLOG
Signaler

 

A l'heure d'internet, payer ses jeux au prix fort n'a plus aucun sens. Pourquoi dépenser 65 ou 70 euros chez Micromania ou la Fnac quand on peut précommander un jeu pour 45€ en deux clics? Certainement pas pour les conseils des vendeurs dépassés de loin par l'avis omniscient des internautes. Pour ceux qui trouveraient ça encore trop cher, deux alternatives : l'occasion ou les gammes petits prix (Platinum, Essentials, maxi Best of,...). Mais de nouvelles offres bien plus alléchantes ont fait leur apparition, encore une fois grâce au web.

Alors, comment expliquer ces nouvelles tendances ? A qui profite cette nouvelle mode du low cost ? Le joueur a-t-il raison de privilégier le net plutôt que petits commerces ? Un pigeon peut-il vraiment voler si on lui coupe les ailes ? Et surtout, quelles seront les conséquences sur l'industrie à long terme ? C'est ce que nous chercherons à comprendre ensemble, ce soir, dans ce nouveau numéro d'Enquêtes... Oups ! ^^ 

Presser un jeu et le mettre en boîte ne coute déjà pas bien cher. Supprimez ce coût de production, le coût de transport, les coûts de stockage, les marges des intermédiaires (grossistes, revendeurs) et vous obtiendrez le coût d'un jeu dématérialisé : rien, si ce n'est un peu de bande passante pour permettre le téléchargement. Reste aussi les royalties du constructeur de console ou de l'hébergeur du site (Sony, Microsoft, Nintendo, Apple ou Valve) et la part de l'éditeur qui a financé la production du jeu. Quand ces deux parties s'entendent sur un compromis on peut obtenir des prix improbables comme pendant les soldes de Steam, du XBLA ou sur le catalogue du PSN+.

 

1 : la disparition d'un maillon dans la chaine logistique (le revendeur : Carrefour, Micromania ou Fnac par exemple) permet de baisser le prix des jeux tout en conservant les marges des autres acteurs intactes. 2 : même en faisant disparaitre encore un maillon (le site) il n'y a pas de miracle, les prix sont tellement bas que toutes les marges sont nettement diminuées. (ces chiffres sont des approximations que j'ai faites d'après plusieurs sources sur internet, ils varient en fonction du magasin/site/plateforme et du jeu)

 

Des dizaines de jeux AAA disponibles à moins de 10 euros ou plusieurs dizaines de jeux « offerts » pour moins de 50€ par an c'est possible grâce au dématérialisé. A condition toutefois de ne pas être pressé : un jeu n'est disponible à ces prix qu'après de longs mois. Mais derrière ces offres - saluées à juste titre par l'ensemble des joueurs qui ont longtemps dû sacrifier leur porte-monnaie pour vivre leur passion - se cachent deux effets pervers : la surconsommation et la perte de valeur.

Sous prétexte que c'est (beaucoup) moins cher, on dépense (beaucoup) plus facilement. Et très vite on se retrouve avec plus de jeux qu'il n'est possible d'en jouer. Au mieux on finit rapidement le mode principal, parfois on zappe après quelques chapitres, et dans certains cas on oublie carrément le jeu pendant plusieurs mois dans un coin sombre et poussiéreux de son disque dur. Pas le temps de savourer, on enchaine rapidement sur l'expérience suivante. Le jeu devient alors un pur produit de consommation, comme une barre chocolatée ou un film piraté, à peine bon à nous satisfaire sur l'instant et très vite oublié. 

 

 

Dommage quand on sait que derrière un titre se cache le travail de plusieurs dizaines/centaines de développeurs et d'artistes pendant plusieurs mois/années. Cela dit quoi de plus normal pour un jeu téléchargé sur un coup de tête pour une broutille ? Contrairement aux jeux achetés en day one, ce titre ne nous a pas fait rêver pendant plusieurs mois avec un teasing de ouf, de la première image révélée jusqu'aux ultimes tests. On ignorait encore le matin-même qu'il ferait partie de notre collection. Le support participe aussi à cette dévalorisation du contenu : il faut se déplacer pour acheter le précieux en day one ou attendre fébrilement que le facteur nous l'apporte, alors qu'un fichier se télécharge instantanément et sans effort. Et pas de déballage, pas de livret d'instruction ou de CD à poser sur son étagère, juste un dossier perdu dans l'immensité d'un disque dur. 

Ces pratiques participent à une perte d'intérêt pour le contenu, mais elles répondent à une demande : celle des joueurs ayant loupé un jeu à sa sortie par manque de temps, d'argent ou d'envie. Cela permet aussi de ramener un peu d'argent dans les caisses avec un produit en fin de vie. Le problème vient du fait que ces promotions sont de plus en plus régulières et que les joueurs en sont de plus en plus conscients. Nous avons tous ragés au moins une fois de retrouver à moitié prix ou même « gratuitement » un jeu acheté quelques semaines plus tôt au prix fort. 

 

 

Logique donc que de plus en plus de joueurs n'achètent quasiment plus leurs jeux qu'en soldes. Un vrai problème pour les éditeurs puisque ce sont les ventes des premières semaines, lorsque le jeu est encore au prix maximum, qui permettent de couvrir la majeure partie des coûts de développement. La baisse rapide et quasi systématique des prix des jeux modifie ainsi les comportements des joueurs ce qui menace fortement la rentabilité déjà incertaine de nombreux titres. Face à cette « dérèglementation » des prix, certains éditeurs préfèrent cependant maintenir des prix élevés sur une longue durée plutôt que de céder aux sirènes des offres low cost. 

Pas de phrase moralisatrice du style : « C'est au joueur de responsabiliser ses achats en privilégiant la qualité à la quantité » pour conclure, juste une remarque : les jeux qui nous marquent le plus ne sont pas ceux pour lesquels on s'investit le moins. : )

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Commentaires

johan26
Signaler
johan26
Faut pas oublier non plus que le constructeur récupère l'investissement de la machine qu'il a vendue subventionnée !
( Vendue moin cher avec TVA que le coùt de fabrication de la machine en HorsTaxe ) Sans parler du PEGI et compagnie.
Et même la R&D pendant le design de la machine et son support ( Mise à jour )

Ca doit pas leurs faire tant de marge que ça les premières années.

Merci pour les compléments d'infos !
cyberFUTUR3
Signaler
cyberFUTUR3
Ce n'est pas 10% mais 10€, si tu cliques sur les graphes (que j'ai créés moi -même) tu verras d'où viennent ces chiffres (un dossier de jv.com) mais je me suis appuyé sur d'autres sites aussi.

10€ c'est quand même pas mal je trouve quand on sait que le constructeur n'a rien n'avoir avec la production d'un jeu, il n'a rien dépensé pour sa création. Il prend juste sa part du gâteau car le jeu sort sur sa machine (c'est lui aussi qui presse les DVD/Blu-ray et les met en boites mais ça ne coute que 1 ou 2 euros). C'est pour cela que les jeux sur PC sont moins cher, la plateforme est ouverte, il n'y a pas de royalties à payer au constructeur.

Merci pour vos comms intéressants. : )
johan26
Signaler
johan26
Je ne pensais pas que le constructeur touchait seulement 10% ? Mais bon à ça il faut rajouter pas mal de taxes pour le studio ( patch , Validation du jeu etc.. ) Il sort d'où ce graph au fait ?
Nimmegil
Signaler
Nimmegil
Je suis un ancien utilisateur compulsif de jeu, non par par la promo mais par l'utilisation de l’émulation (SNES). Et je n'exprimerai pas de regret parce que c'est en passant par la que j'ai pus comprendre qu'un jeu-vidéo c'est vraiment plus qu'une œuvre jetable et interchangeable a volonté, d’où aujourd'hui un respect pour les créateurs qui transcendent la notion financière d'une œuvre.
A force de d’interchanger les jeux ont n'arrive plus a toucher l'essence de ceux-ci, on arrive plus a aller en profondeur a l’intérieur, il en ressort une compulsivité de l'entertainement au détriment de l'émotionnel et intellectuel, donc parcourir une œuvre en bafouant l'aspect créatif de celle-ci. A contrario le notion d'acheter en ce disant c'est soutenir, c'est faire vivre l'industrie, je n’adhère absolument pas, si l'on achète pour rien d'autre c'est bien ça rémunère les ayant droit mais a par sur un aspect purement commerciale, elle est ou la reconnaissance de l’œuvre ? En témoigne la disparité entre les ventes hors-japon de Secret of Mana (330 000 soit 0.33millions d'exemplaire) et le légende qui a suivi le jeu dans nos contrée, c'est bien que l'essence de l’œuvre est autre part ?

Je ne sais pas pourquoi je ne consomme plus le jeux vidéo comme avant (peut-être justement parce que replacé comme produit culturelle je suis très sélectif) mais aujourd'hui je préfère ne pas jouer que de jouer a une ribambelle de jeu sans intérêt. Dés lors ces promos n'ont aucun effet sur moi. Sauf si une promo est en corrélation avec une envie du moment, mais ça ne m'aurait pas empêché d'acheter le jeu sans promo.

Par contre c'est vraie que parfois l'attente suscite l'envie, je pense a Pokemon X & Y ou le futur Mario 3D sur Wii U que rien que l'idée me laisser rêveur. Mais cela peut-être vrais dont j’attends d'obtenir une copie physique, je pense a Spyro le Dragon, season of Ice sur GBA, bizarrement la notion de posséder la cartouche a été un élément déterminant dans mon envie de la faire alors que c'est un jeu qui passe très bien en émulation, ma nostalgie me forçait a me refaire le jeu comme à l’époque et sur ça toute promo sur toute autre console que ce soit ne pouvait me l'apporter.

Enfin bref, j'ai raconté ma vie, face à une oeuvre il n'y a pas de bonne manière de la consommer, chacun réagira différemment et aura ses exigences, qui varieront beaucoup selon ses valeurs.

pour conclure, juste une remarque : les jeux qui nous marquent le plus ne sont pas ceux pour lesquels on s’investit le moins. : )


Mais les jeux qui nous marquent le plus ne sont pas ceux dans lesquelles ont investi le plus et dont la production a couté le plus cher (jurisprudence "To the Moon" ^^)
johan26
Signaler
johan26
J'avais pas fait gaffe à l'article mais chapeau monsieur !
Oncle Ben's
Signaler
Oncle Ben's
Mais je ne veux pas exister de cette façon là moi :-(. Que ça soit les filles ou les garçons, chacun a ses dérives mais celle là, je ne veux pas la cultiver parce que non content de ne faire de moi qu'un bête consommateur à l'achat compulsif et déraisonné, ça va complètement ternir le plaisir que je prends à apprécier les choses.

Pour exemple, le dernier jeu en date que j'ai fini, c'est bioshock infinite (acheté D1 sur PS3). J'ai pris beaucoup de plaisir à le faire et j'ai voulu le refaire pour les trophées et apprécier à leur juste valeur les voxophones, et bah impossible de me concentrer dessus en sachant qu'une marée de boîtes m'attendaient !

La surconsommation ne me sied pas vraiment, il faut croire ! Ma carte UGC peut en témoigner !
cyberFUTUR3
Signaler
cyberFUTUR3
"c'est l'acte d'achat le plus important dans la démarche pas la possession du jeu..."

Je comprends tout à fait. Mais t'inquiète pas, c'est pas pire que les filles qui passent leurs journées à faire du shopping et qui se retrouvent avec 25 paires de chaussures différentes. On est dans une société de consommation. Pendant des années on a dû trimer et acheter nos jeux 60€ donc c'est normal qu'on deviennent ouf quand les prix dégringolent (je me fais avoir régulièrement quand Amazon solde les films en blu-ray)..

Perso j'arrive à éviter ce phénomène en essayant d'avoir le meilleur taux de trophés par jeux (j'en suis à 57% de trophées gagnées). Mais du coup je tombe dans le phénomène de chasse aux trophées qui n'est pas non plus super sain...^^
Oncle Ben's
Signaler
Oncle Ben's
C'est mon problème en ce moment... Alors que je n'avais jamais cédé aux sirènes de la surconsommation par le passé me voilà avec 5 jeux à faire et qui prennent la poussière parce que j'en achète de nouveaux... Les offres de plus en plus intéressantes que ça soit sur steam ou sur PS3 me submergent littéralement. Je n'arrive pas nécessairement à comprendre cette boulimie du moment, je n'ai jamais eu ce genre de comportement par le passé et il y a quelque chose d'assez risible quand j'y pense puisqu'à y regarder de plus près, j'ai l'impression que c'est l'acte d'achat le plus important dans la démarche pas la Possession du jeu... C'est triste, terriblement triste pour moi et j'essaye de faire le nécessaire pour me brider parce qu'exister par ce biais là, c'est navrant.

D'ailleurs la semaine prochaine, j'ai pris une semaine de vacances et je me mets au vert, ça me fera du bien !
Cephisthor
Signaler
Cephisthor
J'achète exclusivement mes jeux en dématérialisé et rarement les premiers mois de leurs sortie, il faut dire que l'achat de la version boite de diablo 3 m'a sérieusement calmé aussi !
Ichikyo
Signaler
Ichikyo
Pour ma part, c'est surtout la raison pour laquelle je suis selectif dans mes jeux et que je n'écoute pas les grands médias qui me vendent que du AAA. Par exemple je m'amuse beaucoup sur la PSVita, moins sur la 3DS. On me vend du Nintendo, on me fait croire que Sony est mort, et pourtant je m'amuse autant sur la console qu'on considere morte plutot que la console qu'on considere etre plein de jeux. C'est comme m'imposer FIFA parce que tout les gens y jouent, alors que je suis parti acheter le dernier Atelier en magasin, un petit jeu de niche qu'on insulte alors que dans le contenu, il est mille fois plus interessant.
Les jeux de niches sont surtout ceux que j'achete au prix fort, mais surtout 2 fois de suite parce que je ne fais pas qu'importer en jap pour ne jouer qu'a celle ci quand ce dernier a la chance d'etre localisé, je l'achete egalement en Europe pour soutenir la demarche mais aussi la prise de risque de traduire/sortir le jeu ici.
Je fais d'ailleurs depuis la même chose quand ca sort en dématérialisé, j'ai par exemple acheté Rune Factory Oceans, jeu sorti initialement sur Wii, en PAL sur PS3 le mois de Mai 2012, avant de le racheter plus tard en 2 fois en dématérialisé durant les soldes de Noel (dont j'en ai donné un à Rhazya)

Bien sur il est inutile que je raconte ma vie de consommateur mais je fais mon possible pour soutenir les developpeurs de niches qui, pour ma part, ont + offert que les grands compagnies de Jeux videos qu'on scande nom, mille et une merveilles parce que c'est du AAA et qui finance la presse (corrompue à l'os)
cyberFUTUR3
Signaler
cyberFUTUR3
C'est un peu la fête du lien hypertexte dans cet article. Je sais que ça risque d'hacher la lecture mais ça me permet de faire un lien avec l'actualité et d'illustrer mes propos, de montrer à quoi je pensais quand j'ai écrit certains passages. : )

cyberBLOG

Par cyberFUTUR3 Blog créé le 05/12/12 Mis à jour le 17/05/16 à 15h01

Ajouter aux favoris

Édito

Image IPB

Archives