Retour vers le Turfu : Le Podcast de la popculture, passé, présent et futur

Retour vers le Turfu : Le Podcast de la popculture, passé, présent et futur

Par Koreana_ Blog créé le 27/05/10 Mis à jour le 23/05/17 à 05h52

Le Podcast de la "Pop Culture" passé,présent et futur Animé par Koreana_ (Luc le Gonidec) & Pezzo (Maxime Pezzoni). Dispo sur Itunes/Soundcloud/Youtube

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

 


 

 

Archives

Favoris

     
Signaler

N'avez-vous jamais rêvé de braver mille et un dangers pour explorer un monde inconnu, découvrir toutes les subtilités, apprendre les codes et autres règles à respecter pour survivre ? Ys Memories of Celceta propose ce genre d'expérience, sauf que ces terres, vous les avez déjà arpentées, mais vous vous êtes tellement torché la tronche que vous avez oublié ce que vous avez fait dans ce monde d'ici-bas. Adol Christin, chevalier émérite habillé de la perruque de Lola, lui n'a pas bu, frais et sans gueule de bois, il est par conséquent chanceux de vivre ainsi, sauf qu'il a oublié la chance de vivre dans un monde sans Vodka.

Oui Adol est amnésique dans ce qui est considéré comme le troisième chapitre de l'histoire d’Ys et aussi par conséquent le huitième volet édité de la licence, bref, Adol est aussi perdu que ses créateurs, ce qui crée non seulement un magnifique paradoxe et aussi une aubaine pour parler d'un sujet particulier. Avant de se plonger comme des forcenés dans l'univers de Celceta, je voudrai revenir sur la conduite des épisodes de la série. Ce n'est pas un hasard ce désordre éditorial, ni vraiment un coup calculé par ailleurs, c'est juste que la saga virevolte de plateformes et de développeurs d'épisode en épisode tout en faisant évoluer le background du jeu avec le même héros, une différence par rapport à son frère d'arme Final Fantasy, ce qui fait que chaque console finalement propose une partie de l'histoire d’Ys sans que ce soit dans l'ordre. Finalement, la complexité de la méta-histoire du jeu ne peut qu’être expliquée par les fans de la saga, mais l'avantage des différents volets de YS, ils ne vous laissent pas en plan malgré le fait que vous n'ayez aucune connaissance à l'histoire, on arrive toujours à prendre goût dans la narration d'un Ys (et par conséquent dans Memories of Celceta).

Le studio de développement derrière ce volet n'est autre que Falcom, déjà à l'origine des deux premiers volets sauf que les deux créateurs iconiques (Masaya Hashimoto & Tomoyoshi Miyazaki) de la saga ne sont plus de la partie. "Qu'à cela ne tienne !" se disent les dirigeants de chez Nihon Falcom Corporation, éditeur emblématique de la saga, "on va faire un jeu énorme en reprenant tout le grain de la série". Il faut savoir qu'au tout début du développement, Ys Memories of Celceta devait sortir sur PSP avec son cousin YS Seven. Excepté qu'il s'est passé quelque chose pour que le développement passe directement sur Psvita, je n'ai pas trouvé les raisons, mais il me semble que le fait de pouvoir changer d'hardware et de ne pas concurrencer directement YS Seven doit être une de ces raisons de changement de plateforme. Le jeu garde des stigmates de son développement sur PSP. Le stick droit ne sert à rien dans ce volet, les caméras sont fixes et suivent la progression des personnages à travers la map, ce qui crée un certain désordre dans les combats dynamiques du jeu. Les fonctionnalités de la Psvita sont elles aussi passées au quatrième plan, clairement ajouter à la fin du développement au vu du manque d'originalité de l'utilisation du tactile (passer les textes, quelques actions contextuelles, ouvrir le menu, naviguer dans la map, puis basta). Pour terminer, au niveau technique, ce n’est pas vraiment au poil, on a quelques problèmes de frame-rate, les textures sont baveuses, peu approfondies et c'est même par moment très inégal, on est soit subjugué, soit intrigué, ce qui rend l'expérience visuelle assez troublante. Memories of celceta est finalement un portage dû à un transvasage d'hardware pendant son développement, un peu comme si vous vouliez faire une sauce beschaemel avec les trois quarts des ingrédients dans la casserole sur le feu et vous souhaitez incorporer cette préparation sur les derniers ingrédients, cela reste possible, mais le résultat est hasardeux. Est-on face à une préparation tournée, Chef ? NO FUCKING WAY.

Le jeu est une pure réussite et en même temps une agréable surprise de mon côté. Au début j'étais assez réticent envers ce jeu, je ne lui trouvais rien de vraiment particulier, j'avais la sensation de jouer avec une création flemmarde qui reprenait tous les éléments typiques de la saga ajoutés dans des mécaniques de gameplay déjà prouvé dans la playhistoire. Sauf que finalement, ce gameplay A-RPG dynamique et nerveux est vraiment bien calculé. Tout en gardant l'ADN des combats des deux premiers volets, Memories of Celceta propose un système d'esquive instinctif qui rend les duels contre les monstres sympa à jouer sans devenir rébarbatif. La jouabilité du jeu a gardé une trace des J-RPG typique (potion, états, niveau d'xp), mais aussi de modernité teintée de mécaniques provenant de A-RPG comme Monster Hunter ou God Eater (combat en temps réel, craft de stuff, utilisation de technique spéciale via des touches etc), une synthèse des genres adaptés pour console portable. L'IA des compagnons est convaincante, ok, quelques fois ça déconne et ils s'amusent à rester à la queuleuleu contre les boss ou certains ennemis, mais le problème reste mineur finalement grâce à la possibilité de switcher entre les personnages. A savoir que chaque personnage a son style de combat, ses points forts, ses faiblesses, un maniement particulier, un finish move différent, ce qui demande un sens du timing, un poil de stratégie et d'anticipation pour chaque personnage.

Il y a une idée que j'ai adoré dans ce jeu également, c'est la mise en avant de l'exploration dans Celceta qui le propulse quasiment en une pièce centrale du gameplay. L'objectif du jeu, en dehors de ramener tous les souvenirs d'Adol, l'armée locale vous demande d'arpenter le pays inexploré, ce qui vous pousse à explorer toute la map qui se dessine au fur et à mesure de votre progression, on revient certes sur une pathologie classique du RPG moderne, les enjeux sont limités, car finalement ça vous rapporte que du pognon une fois passés certains paliers, mais je ne sais pas par quelle odieuse magie, mais j'étais happé dans cette feature. La collectïonnite aigüe qui me frappe est d'autant plus forte qu'il pousse à réexplorer les endroits passés pour récupérer du stuff et des souvenirs en utilisant des objets spéciaux récupérer au préalable durant l'aventure, qui vous font rétrécir ou nager comme Ariel. Au niveau du ressenti, si vous avez joué aux précédents volets, vous allez avoir un nombre incalculable de pics nostalgique, d'ailleurs, le fait d'avoir laissé le choix des réponses durant les conversations entre Adol et le reste de la bande avec des questions comme :"tu te souviens de cet endroit ?" permet d'une de casser le quatrième mur facilement et de deux, les développeurs s'amusent avec nos souvenirs autant que nous jouons avec les mémoires d'Adol.

Le scénario est construit comme un Anime, on rencontre de nouveaux personnages avec des sous histoires adjacentes qui rend le background et l'histoire beaucoup plus épaisse qu'il n'en paraît. Les dialogues sont dans le ton d'une aventure classé shōnen, on a le droit a moult running gags et vannes qui font mouche, des sous-entendus sexués, en bas mot nous nous retrouvons avec la formule bien rôdé pour nous faire aimer les personnages, et bordel, c'est qu'ils sont attachants ces cons. On est pas épargné par deux nanas désignées pour combler l'idéal féminin du point de vue d'un otaku en manque de sein maternel (L'antagoniste principal et la générale), deux autres personnages pour les fans de Yaoi pour prendre son joint par deux mains. Mais le chara-design fait preuve de retenue pour les autres protagonistes, de justesse et de classe. J'ai plus particulièrement une préférence pour Karna, une Redhead à la Robin des Bois tout en justesse. L'ambiance et l'esthétique globale du jeu jouent aussi pour la réussite du jeu. L'esthétique est certes très austère, mais participe aussi à l'image d'un jeu Ys, la saga n'a jamais été reconnue pour le design de ses personnages, mais la simplicité et son mélange médiévalo Anime joue beaucoup sur l'image, la personnalité et la réussite de la saga, et c'est cela qu'on retrouve dans Memories of Celceta. L'ambiance du jeu reprend la sauce de ses ainés, on est toujours en proie à se faire dégommer par n'importe quel monstre, surtout le mode nightmare qui vous sanctionne dès que vous ratez une coche. La Musique quant à elle joue toujours entre deux tons, on a les ballades symphoniques douces et enivrantes d'un côté puis de l'autre on a des ballades pété à coup de riff de guitare électrique accompagnant l'ambiance frénétique et dynamique des combats.

Ys Memories of Celceta fait partie de ces miraculés du J-RPG moderne, échappant presque tous les vices d'une production "jeu de rôle fan service Otakuesque" dont on a l'habitude de bouffer venant du japon tout en gardant une identité propre et un fond des plus intérressant. Memories of Celceta propose une aventure à l'ambiance et l'esthétique réussies. Graphiquement et techniquement on a connu mieux certes, mais on se retrouve dans un jeu à la jouabilité rodée et sympathique à jouer qui nous permet de prendre plaisir à continuer le périple. YS MOC se classe aisément dans la longue liste des Must have exclusif à la Psvita, et potentiellement dans la catégorie meilleure RPG de l'année. 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Sebastopol
Signaler
Sebastopol
Je me suis pris le jeu il y a peu de temps & c'est pour moi, déjà, un des meilleurs softs de la PSV!
Kivod
Signaler
Kivod
Sympa l'article!
Je suis assez d'accord avec tout ce que tu dis, mais faut préciser que même si la 3D est pas terrible, la 2D rattrape le coup, les dessins sont vraiment magnifiques.
Raphioul
Signaler
Raphioul
Très bon article, dès que j'ai fini tous mes jeux sur Vita je me prends celui-là. :)