L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

Par Cronos Blog créé le 12/12/09 Mis à jour le 22/09/13 à 19h33

"Vers l'infini et l'au-delà!"

Ajouter aux favoris

Édito

Un peu de tout, souvent de rien, quelques billets selon l'humeur. Jeux vidéos, cinéma, comics, animation (surtout), et chaque dimanche, une petite sélection de travaux pointés ici et là. Accompagné de critiques de films ou de billets sur les mouvances vidéoludiques du moment. Sans mauvaise langue, foie de canard.

 Gamertag: Cronosff04
IDSteam: Cronosff04
PSN: Cronosff04 

Disney, le Grand Dossier

- Mulan
- Le Bossu de Notre Dame
- Kuzco
-
Bernard et Bianca au pays des Kangourous
- Pinocchio
- Merlin l'Enchanteur
Le Livre de la Jungle

 

Archives

Favoris

Signaler
Carnets de route


Uncharted, j'ai découvert ça l'année dernière. Le deuxième épisode était le jeu qui m'a fait acheter une PS3, et je n'ai pas regretté le moins du monde, découvrant une aventure absolument sublime, avec des personnages hauts en couleur et l'impression de vivre une grande épopée comme on en voit rarement dans un jeu vidéo. Le troisième épisode était probablement celui que j'attendais le plus cette année. Et au risque de ne pas paraître objectif, ce nouveau volet est au moins aussi bon que le précédent, et même supérieur sur plusieurs points. Une claque monumentale.

Autant être clair, dans la forme, Uncharted 3, c'est comme Uncharted 2, mais avec une nouvelle histoire. Personnellement, ça me suffit amplement. Je vois un peu partout que beaucoup regrettent le manque de prise de risque et d'innovations, ou de voir que le jeu est ultra-linéaire. Sauf qu'à la base, Uncharted a tellement ancré sa structure de jeu qu'il est impossible d'avoir quelque chose de plus ouvert et de moins linéaire. Le jeu se contente de vous laisser un peu plus libre durant les énigmes, mais ça ne va pas plus loin. Tout simplement parce qu'Uncharted est avant tout une histoire. Des personnages. Rendre ça en open-world (ou même avec un minimum d'exploration) ruinerait complètement l'expérience de jeu. Uncharted, c'est Drake qui se retrouve dans des situations périlleuses, improbables, avec son lot de séquences fortes et spectaculaires. Et la mise en scène en serait bien plus difficile si tout était plus libre. Il ne faut pas se leurrer, si on aime Uncharted, c'est parce qu'on a vraiment l'impression de vivre une aventure, mais qui est écrite à l'avance, sans qu'on ait véritablement le choix de nos actions.

La grosse différence avec beaucoup de jeux, c'est qu'on ne dirige pas son avatar, on dirige Nathan. Il a une personnalité propre, un caractère, il envoie des vannes de temps en temps. Il parle tout le temps pendant qu'on le dirige. C'est la grosse différence, de nous faire vivre le jeu en tant qu'acteur mais aussi en tant que spectateur. On a vraiment l'impression de progresser dans une histoire qui de toute façon ne bougera pas d'un cil, comme dans un film ou dans un roman. Et c'est de cette façon que Naught Dog arrive à nous plonger aussi passionément dans l'aventure. Aucun menu pour choisir ses compétences, aucun élément qui vous ferait sortir du jeu ou de l'histoire. Le seul moment où vous faites pause est pour la même raison que sur un film ou un roman: pour manger un saucisson, pour pisser ou pour reprendre plus tard. Même pour les énigmes l'ouverture du carnet ne fait que plonger la caméra en vue subjective. Cette immersion de tous les instants vous permet de ne pas perdre une miette de ce que vit Drake et de rendre le joueur accro pour avoir envie de voir la suite.

L'histoire de ce troisième épisode est, sans atteindre des sommets de complexité, suffisamment accrocheuse pour passionner de bout en bout. Plus encore, j'ai été surpris de l'écriture qui pousse notre bande de personnages jusqu'au bout et dévoilent des relations entre les personnages bien plus intéressantes que dans les deux premiers volets, en particulier entre Nathan et Sully, qui s'offre une aventure qui rend honneur à ce lien particulier qui les unit. La trame scénaristique y est donc plus subtil et dévoilera bon nombre de choses sur Drake et ses motivations à suivre les traces de son ancêtre Sir Francis Drake. Ainsi, là où le premier se déroulait dans un lieu fixe, et le second dans un lieu plus vaste mais sans changer de pays, le troisième vous fait visiter bon nombre de lieux, et participent agréablement à l'histoire avec un ressenti de chassé-croisé. Les héros cherchent les mêmes indices que les méchants, et chaque objectif permet de se rendre compte quel camp possède une longueur d'avance sur l'autre. J'aurais aimé que la fin soit un peu moins expéditive, même si le déroulement des deux derniers chapitres est vraiment intéressant et réserve quelques petites surprises.

Niveau gameplay, pas de gros changements à l'horizon. Personnellement, je ne m'en plains pas, tout était déja très bon dans le deuxième volet, et je ne voyais pas de véritables ajouts intéressants. On compte tout de même un système de combat plus complets faisant appel au décor et pouvant se défendre contre plusieurs personnages, ce qui changera la tactique au cours des combats puisqu'on aura plus d'utilité à varier les armes à feu et les poings. La possibilité de renvoyer les grenades est plutôt bienvenue et évitera de changer obligatoirement de planques toutes les dix secondes. On notera également des situations de gunfights assez originales.

En ce qui concerne le rythme, j'ai vu un peu partout que beaucoup le trouvait moins bon que le 2. J'ai juste l'impression qu'il est différent. Drake's Deception entraîne nos héros avant tout à la recherche d'indices pour situer la fameuse cité légendaire, on aura donc affaire à bien plus de tombeaux et de temples secrets qu'auparavant, ce qui permet d'avoir de chouettes petites énigmes ou séquences de plate-formes plus savoureuses qu'auparavant, ce qui séparent bien plus les séquences d'actions au reste. A contrario, les séquences de pure escalades sont moins nombreuses. Au final, le rythme de ce troisième volet est plus posé, avec un écart entre les moments calmes et les moments forts plus grands et plus importants, certaines séquences étant réellement spectaculaires et vraiment jouissives. Le 2 était bien plus constant dans son rythme, mais ça ne le rend pas forcément supérieur, ça dépend vraiment du joueur et de ce qu'il préfère. Perso, j'ai autant adoré le fait d'avoir plus de fouillage de tombes que des séquences fortes.

Techniquement, c'est toujours bluffant. Que ce soit la modélisation des personnages ou les décors absolument fabuleux, c'est probablement ce qui se fait de mieux sur console. On a beau avoir vu de somptueux jeux passé entre les deux volets, ce troisième épisode confirme bien qu'il est le maître dans le genre, et l'arrivée dans le désert termine de nous achever une bonne fois pour toutes. L'animation de Drake y est encore plus suprenante: il touche les murs des mains, possède un contact avec son environnement, ou débute un petit mouvement de départ avant de courir, regarde un peu partout... Nate est véritablement vivant et c'est un gros plaisir de le voir évoluer de cette façon. De même que la mise en scène, toujours aussi virevoltante. Même si certains aspects sont prévisibles, on se prend toujours au jeu incroyablement facilement, comme un petit pain au chocolat où on se dit que de toute façon, on connaît le goût, mais une fois dans la bouche, on bénit le ciel de l'avoir inventé. Alors certes, c'est scripté, mais ça reste impressionnant, et le fait de garder la caméra centré sur Nate pendant qu'il lui arrive tout ça renforce cette immersion et ce spectacle (Dead Space 2 l'a compris et réutilise ce concept à merveille). Et une nouvelle fois, les Dogs ont le mérite de ne pas se moquer du joueur. Parce qu'au final, lorsqu'une séquence se déclenche et que Drake se rattrape de justesse, on garde néamoins le contrôle lorsque celui-ci se ressaissit. Au lieu de nous abreuver de QTE, ceux-ci interviennent de façon assez discrète et sans pénaliser le joueur. Au final, rares sont les moments où vous ne contrôlez pas Nate dans les phases d'action. Beaucoup de moments auraient pu faire l'affaire en cinématiques, mais les devs ont laissé le joueur aux commandes.

Bien sûr, le jeu n'est pas dénué de quelques bémols. Il y a toujours ce souci dans les gunfights où la touche triangle sert à ramasser les armes et les munitions. Sauf qu'il n'était pas rare, quand les ennemis étaient nombreux, de récupérer une autre arme au lieu des munitions juste à côté. Un appui plus long sur la touche pour changer d'arme n'aurait pas été du luxe et aurait évité ces erreurs. De même que la touche rond un peu sensible quand il s'agit de faire une roulage et que Drake se planque derrière un muret alors qu'on veut juste échapper à un gars en armure. On aura aussi droit à quelques bugs de scripts, notamment à certains passage où on doit sauter d'élément en élément, et que malgré ça, le héros arrive à se viander sur le sol sans aucune véritable raison. Mais ça reste mineur tellement le reste du jeu est grand. Je passerai rapidement sur le multi, incroyablement efficace et fun, avec quelques maps interactives (la piste d'atterissage, mais aussi le métro de londres avec ses deux rames en mouvement ou la tempête de sable du village) et un gameplay de gunfights-grimpettes toujours aussi efficaces. Même les petites missions coop fonctionnent bien, avec des mini-scénarios mettant en scène les méchants précédents s'alliant contre les héros, improbables mais très rigolos. Un multi efficace, avec beaucoup de contenu et très carré dans sa conception.

La saga Uncharted est décidemment énorme. Je sais que je ne suis pas très objectif mais je n'arrive pas à trouver un jeu du genre qui m'ait donné autant de fun et de plaisir. Ce troisième volet n'est pas mieux ou moins bien que le second opus, il est juste au même niveau tout en explorant des pistes bien plus différentes qu'il n'y paraît. Uncharted 3 reste un jeu qui peut paraître classique mais se révèle incroyablement rafraîchissant et dépaysant. Naughty Dog a crée une sorte de produit complètement ancré dans la culture populaire et incroyablement moderne. Au milieu de tous ces jeux de guerre ou d'héroïc fantasy, voir un jeu débarquer où le maître mot est "aventure" fait plaisir à voir, tant il est est carré à tous les niveaux, avec cette sensation de retrouver une bande de potes après des vacances prolongés. Peu d'innovation, linéaire et scripté, mais pourquoi changer? Uncharted reste Uncharted, même si on aime bien les jeux plus libres et moins linéaires, le simple plaisir de partager une grande aventure avec une histoire passionnante se suffit à elle-même. Autant changer de licence et d'univers, Uncharted a été crée comme il est, et il serait dommage de changer une structure qui fonctionne pour répondre à des besoins que l'on trouve dans d'autres jeux, au risque de perdre ce qui fait le charme de cette saga. Uncharted 3 n'a pas changé, et c'est tant mieux! Merci Naughty Dog!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires