L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

Par Cronos Blog créé le 12/12/09 Mis à jour le 22/09/13 à 19h33

"Vers l'infini et l'au-delà!"

Ajouter aux favoris

Édito

Un peu de tout, souvent de rien, quelques billets selon l'humeur. Jeux vidéos, cinéma, comics, animation (surtout), et chaque dimanche, une petite sélection de travaux pointés ici et là. Accompagné de critiques de films ou de billets sur les mouvances vidéoludiques du moment. Sans mauvaise langue, foie de canard.

 Gamertag: Cronosff04
IDSteam: Cronosff04
PSN: Cronosff04 

Disney, le Grand Dossier

- Mulan
- Le Bossu de Notre Dame
- Kuzco
-
Bernard et Bianca au pays des Kangourous
- Pinocchio
- Merlin l'Enchanteur
Le Livre de la Jungle

 

Archives

Favoris

Signaler
Carnets de route

SPOILER ALERT

Le concept de duo au cinéma est plus que répandu et a contribué à créer un genre à lui tout seul, le buddy movie. L'Arme Fatale a résolument donné au genre ses lettres de noblesses et a contribué à créer un style où deux personnages à priori très différent vont se compléter pour créer une entité capable de se sortir de situations difficiles, avec le côté comique en option (mais très souvent présent dans les films - Bad Boys, Tango et Cash...). Kane et Lynch en est la parfaite représentation, l'humour en moins, et fait partie pour moi d'une des licences les plus intéressantes du moment, gâché par une finition à la hache et des éléments de gameplay qui ne lui rende pas justice.

Le premier épisode, signé IO Interactive (les créateurs de Hitman), proposait une aventure originale: Kane, ancien malfrait, se voit proposer un dernier boulot pour sauver sa femme et sa fille. Afin de garder un oeil sur lui et de l'aider à mener à bien cette tâche, il sera accomagné par Lynch, porte-flingues de son état mais aussi grand psychopathe. Le jeu est principalement axé sur la relation complexe entre les deux compères, qui deviendront amis par la force des choses et sans vraiment le savoir. Lynch pète très souvent un câble et Kane tentera par tous les moyens de le remettre dans le droit chemin. Le jeu bénéficie bien évidemment d'un mode coop à deux joueurs, ce qui fait le sel du titre.

Le jeu avait vraiment tout pour lui: une ambiance à la Michael Mann avec braquage, fusillade en pleine rue et combat brut en pleine boîte de nuit. Les scènes de foules ont toujours réussi à IO (voir la mission du carnaval dans Hitman: Blood Money) et l'ambiance est franchemetn au rendez-vous. Elle aurait pu être encore mieux si le jeu n'était pas bardé de bugs en tout genre et que le gameplay n'était pas aussi approximatif. Mais la vraie trouvaille, c'est ces deux personnages, de vrais bras cassés pas honnête pour un sou et qui désirent tout simplement être tranquille et se retirer de cette vie de criminel qui ne leur aura apporté que du malheur. Encore plus avec la scène de la décharge qui verra Kane être privé de sa femme et se faire détester par sa fille. La relation évoluera encore lors de la dernière mission, qui vous demandera de choisir entre abandonner ses compagnons ou sauver sa fille, ce qui influera directement sur la vision qu'elle aura de vous. Ces rares choix, un peu mal amenés (la dernière partie à Cuba est probablement la moins intéressante, faute à une partie infiltration ratée et un équilibre mal dosée), constitue la pierre angulaire des personnages, l'évènement qui va façonner la personnalité des héros et les changer, les différencier des criminels qu'ils étaient pour les rendre meilleurs. Kane est un père avant tout. Les seules choses de son passé sont celles affirmés par sa femme et sa fille, des lointains souvenirs qui ne font que montrer la vision des autres de Kane, ce que le joueur aura comme vision au début du jeu - un criminel, un simple porte-flingues. Heureusement, cette vision évoluera au fil des dialogues et des évènements. Le personnage gagnera en humanité, et sa relation avec Lynch l'aidera à ce niveau.

Autre excellente idée, la mission du braquage de banque en coopération. La seule à exploiter pleinement la coopération et la différenciation entre les deux personnages. Obligé de se séparer, alors que Kane ne connaît pas encore l'état mental de Lynch, celui-ci le laisse surveiller les clients à la banque tandis qu'il descend pour récupérer l'argent. Kane aura donc affaire aux gardiens en bas tandis que Lynch devra garder un oeil sur les mouvements suspects. Sauf qu'étant un peu psychopathe sur les bords, Lynch commencera à voir des policiers partout et à tirer n'importe où. Et c'est là la brillante idée d'IO: pour montrer cette déviance psychologique, le jeu vous montrera de vrais policiers parmi la foule mais aussi des clients qui auront le skin des policiers, comme si vous étiez en pleine crise avec Lynch. Dans la débandade, il y a de fortes chances que vous tuiez un innocent par mégarde, et vous vous retrouverez dans le même état de pardon et de faute que Lynch. Le jeu déclenchera la suite des évènements que parce que Lynch (et donc vous-même) aura pété un câble et tirer sur tout ce qui bouge. Lynch est au final un simple malade qui tente tant bien que mal de retrouver la raison. Le début du jeu ne montrera qu'une brute sanguinaire sans états d'âmes. Lynch suivra Kane quand celui-ci trahira ses employeurs simplement parce que c'est le seul à l'avoir vu comme il est réellement, derrière le masque qu'il met pour montrer qu'il n'a peur de personne. Kane arrivera à le changer parce qu'il ne l'abandonnera pas, et Lynch le lui rendra bien.

Cette manière d'aborder le personnage est réellement intéressant. Le jeu vous met dans la même position psychologique que Lynch et vous fait ressentir les conséquences de vos actes. Ainsi, le mode coop forcera les joueurs à évoluer en même temps que le personnage qu'ils contrôlent. Lynch profitera de la rédemption de Kane pour le suivre et tenter d'oublier ses erreurs et sa paranoïa. Malheureusement, c'est le seul moment où les deux compères se sépareront pour effectuer chacun quelque chose qui sera différent suivant la personnalité du personnage, et on aurait aimé quelque chose d'encore plus poussé, quitte à virer dans le trip psychologique. Mais quelques scènes viennent rehausser le niveau, comme la descente en rappel le long d'un immeuble et toute la fusillade qui s'en suivra jusqu'en bas de la rue, donnant l'opportunité aux personnages de commenter ce qu'il se passe en temps réel et de réagir en conséquence. Une manière de raconter l'histoire essentielle qui aura pour effet d'immerger les joueurs de façon efficace.

Tandis que le premier épisode s'intéressait à Kane, le second se focalisera sur Lynch. Après la fuite de Cuba dans le premier opus, les deux compères se sont séparés et Lynch part vivre à Shangaï. Il trouve une compagne et retrouve une stabilité psychologique grâce à elle et à un job pas forcément honnête mais au moins bien payé. Il demande à Kane de venir le retrouver pour un job de cargaison bien payé et facile. Sitôt arrivé, Lynch l'embarque pour une petite affaire sans histoires avant de le conduire à son hôtel, mais la reconnaissance de dettes se finit en bain de sang et la fllle d'un gros ponte des triades y reste, tué malencontreusement par Kane. Lynch est donc le héros de cette histoire (d'ailleurs, le mode coop inverse les rôles, et donne Lynch au premier joueur, sauf pour la dernière mission). La grosse nouveauté de cet épisode est cet aspect "Youtube", filmé à la caméra de mauvaise qualité, avec tout ce que ça implique: grain, mauvaise résolution, effets de lumières et grésillement. Même si c'est pas toujours lisible, le jeu propose quelque chose de neuf et qui immerge littéralement le joueur dans un univers cru et violent.

Afin de renforcer ce côté frénétique et dur, le jeu ne se déroule que sur 3 jours, où les deux héros vont devoir lutter pour leur vie et survivre. Le jeu est incroyablement court (un peu plus de trois heures) mais très dense. Malheureusement, si IO tente de trouver une nouvelle approche, le manque de finition est toujours là: bugs graphique, décalage audio et visuel, manque d'équilibre et parfois de mise en scène. Pourtant, le jeu a une patte intéressante: il fourmille de détails et est vraiment riche même si ce n'est pas techniquement ébouriffant. Il suffit pourtant de se retrouver dans des apparts minables ou des ruelles glauques pour constater tous les petits détails qui rendent le tout assez crédible. Et là encore, le caractère des personnages en prend plein la tronche, encore plus dans cet épisode. Kane a beaucoup moins d'importance et parle très peu souvent de sa fille qui ne l'apprécie pas plus, et toute l'attention est sur Lynch et sa nouvelle vie. Evidemment, la triade va s'en prendre directement à sa petite amie qui aura pour conséquence là aussi la grosse scène forte du jeu.

Après une tentative de sauvetage de sa copine, ils se feront capturer tous les trois par les triades. Complètement nus, lacérés sur tout le corps, Kane et Lynch arriveront à se libérer mais ce sera trop tard: la copine de Lynch est morte, lacérés de coups et d'autres mutilations cachés par des mosaïques. S'ensuit un niveau aussi cru que violent: toujours complètement à poil, le corps coupés de toutes parts, ils parcourent les rues de la ville en affrontant douloureusement les policiers, tandis que Lynch commence peu à peu à retomber dans la folie. Blessé, autant physiquement que moralement, Lynch envoie sa rage sur Shangaï. Kane tente tant bien que mal de le ramener à la raison, mais Lynch n'a plus qu'une seule chose en tête: se venger du salaud qui a tué sa petite amie. A partir de là, après une première partie mollasonne et mou du genou, le jeu redouble d'efforts pour nous servir un jeu beaucoup plus nerveux, plus difficile aussi, et qui finira par une attaque d'un hélicoptère et un assaut dans un immeuble en ruines. Un jeu qui montrera deux personnages au bout du rouleau, concrétisé par la scène finale en haut de l'immeuble, où Kane, qui veut à tout prix retrouver une vie normale, obligera le ponte de la mafia à être traduit en justice, mais Lynch règlera la question en lui tirant une balle dans la tête sans prévenir. La vengeance est faite, et Lynch se retrouve dans un état de paix avec lui-même, ayant trouvé l'équilibre entre sa folie et sa motivation à chercher une vie normale, un équilibre qui le conduira à appuyer sur sa gâchette pour trouver le calme qu'il cherchait.

Malgré tout ça, le jeu ne sera jamais complètement satisfaisant. On ne retrouvera jamais d'autres bonnes idées, et on a l'impression qu'IO ne va jamais au bout de son concept, qui n'est pas un jeu coop à la Michael Mann mais bien une plongée dans la personnalité de deux criminels qui veulent juste survivre un peu plus longtemps et se trouver une vie normale. Les deux épisodes se complètent et ont par contre la bonne idée de s'intéresser aux deux personnages en leur donnant l'illusion d'une vie honnête, avant de retomber dans leurs travers et de repartir de plus belle. On aurait aimé une pleine conscience du potentiel de ses deux héros, et d'éviter de nous proposer de sphases de gameplay assez inspides qui ruinent l'équilibre du jeu, déja très vacillant. Deux héros au caractère bien trempé ont vraiment la possibilité de donner quelque chose de grand. Deux héros qui sont fatigués de tout ça, et veulent juste en finir pour aspirer à une vie plus sereine et normale. Mais au bout du compte, ils se retrouveront à faire la seule chose qu'ils ont toujours su faire. En attendant un éventuel troisième épisode...

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

upselo
Signaler
upselo
Kane & Lynch font également partie de mes personnages préférés sur cet gen. Deux vraies enflures confrontés à leurs défauts.