L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

Par Cronos Blog créé le 12/12/09 Mis à jour le 22/09/13 à 19h33

"Vers l'infini et l'au-delà!"

Ajouter aux favoris

Édito

Un peu de tout, souvent de rien, quelques billets selon l'humeur. Jeux vidéos, cinéma, comics, animation (surtout), et chaque dimanche, une petite sélection de travaux pointés ici et là. Accompagné de critiques de films ou de billets sur les mouvances vidéoludiques du moment. Sans mauvaise langue, foie de canard.

 Gamertag: Cronosff04
IDSteam: Cronosff04
PSN: Cronosff04 

Disney, le Grand Dossier

- Mulan
- Le Bossu de Notre Dame
- Kuzco
-
Bernard et Bianca au pays des Kangourous
- Pinocchio
- Merlin l'Enchanteur
Le Livre de la Jungle

 

Archives

Favoris

Signaler
Cinoche

Palme d'Or 2011, cinquième film de Terrence Malick en presque quarante ans de carrière, Tree of Life s'est fait attendre. A coups de bande-annonce dévoilant de somptueuses images, tous les critiques s'évertuaient à voir en ce film un futur classique du cinéma. Le film sorti, les avis sont beaucoup plus mitigés. Certains y voient un film incroyablement riche, d'autres un film incroyablement ennuyeux. N'écoutant que mon courage, je décide de tenter le coup, persuadé de passer à côté de quelque chose.

Tree of Life, si on devait résumer, c'est l'histoire de la vie. Sans rapport avec le Roi Lion, le film de Terrence Malick raconte la vie d'une famille à travers les yeux d'un garçon dans les années 50, qui se bat entre une mère aimante et un père autoritaire, quitte à se faire détester par ses fils. Malick oblige, le film dérive aisément vers d'autres horizons, et là où la Ligne Rouge filmait la nature avoisinante, Tree of Life part dans le Cosmos et raconte la naissance de l'Univers, rien que ça. On a donc une sorte de préambule d'une bonne quarantaine de minutes présentant les personnages, racontant la naissance de la vie pour ensuite raconter l'histoire de la famille en question, Brad Pitt jouant le rôle du père impartial. Sean Penn au final fait presque office de second rôle, jouant le fils plus vieux qui se remémore ses souvenirs.

D'une manière générale, le film est d'une beauté époustouflante, il faut le reconnaître. Porté par la magnifique musique d'Alexandre Desplat, les plans sont somptueux et on s'émerveille devant les images de l'espace qui nous sont offertes. Pour tout dire, il y a même une séquence sur fond d'opéra où je suis juste resté accroché à mon siège, sans trop savoir pourquoi. Un film fort. Sauf qu'autour de ça, on a l'impression qu'il manque une histoire. Certes, on observe la vie de cette famille, la découverte des choses nouvelles de la vie pour les trois enfants et leurs relations complexes avec leurs parents. Mais il n'y a pas véritablement de cohérence entre tout ça, tout est assez décousue, surtout sur la première heure du film. Il n'y a pas de véritables développements et d'enjeux, juste voir comment la vie s'écoule dans une famille, ainsi que la mort. Des thèmes forts qui rendent le film beau, parfois ennuyeux et souvent prétentieux. C'est dommage parce que les personnages, Brad Pitt en tête, offre de belles scènes touchantes et poignantes. On peut le voir comme on veut mais certaines séquences font état d'un film qui va plus loin qui ne devrait l'être et qui perd pied dans ce qu'il voulait raconter. Certes, les images sont belles, mais ça ne fait pas tout.

En bref, Tree of Life se vit plus comme une expérience plutôt qu'un film, et c'est ce qui lui fait du tort. J'ai rarement vu autant de monde sortir de la salle avant la fin, et on était pas si nombreux que ça. Le film pète parfois plus haut que son cul en montrant des choses sublimes, mais qui ont l'air d'être mis là pour surenchérir sur un thème fort mais beaucoup trop ambitieux. Du coup, Malick a l'air de s'être complètement égaré dans des images à la fois universelles et trop personnelles.

Verdict: une expérience très intéressante et magnifique, mais cinématographiquement beaucoup de choses inutiles. Trop d'égarements qui portent préjudice au film.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Cronos
Signaler
Cronos
La vache, six heures, je comprends mieux...
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Le montage original durait près d e6 heures, et ça se ressent. Quand on est avec la famille, non seulement on a un nombre de scènes-clip très élevé, mais on a surtout un nombre d'informations à la minute sur la vie des gamins simplement ahurissante. Et non seulement ça nuit complètement au rythme du film, mais ça rend à mon avis le lien entre les scènes très confus...

Mais malgré ses défauts et les quelques moments où j'ai levé les yeux au ciel, c'était une expérience intéressante, et même vertigineuse à certains moments. Mais le fait qu'il ait absolument voulu faire LE film absolu par excellence (à la 2001 : L'Odyssée de L'espace) se voit un peu trop...
ManoloWest
Signaler
ManoloWest
Je l'ai trouvé très pompeux, son style passait avec ces précédents films mais là il y a trop de choses qu'il voulait faire passer et ça en devient indigeste par moment. Par contre il sait filmer c'est sûr.
Cronos
Signaler
Cronos
Le lien, je pense que c'est surtout le réalisateur qui l'a. Après, on peut toujours tergiverser, dire que la création de l'Univers c'est comme la naissance d'une vie, et bam! on passe sur la naissance du gamin... Mais j'ai surtout eu l'impression qu'il voulait donner au film et aux thèmes abordés une importance qu'il n'avait pas forcément.
Sirocco
Signaler
Sirocco
J'ai grosso modo la même impression que toi. De même, j'ai du mal à saisir le lien entre la famille et les images de l'univers, de la création de la Terre, etc...
Mais j'adore la réalisation, à base de plans très courts qui tournent autour d'un personnage précis. Même s'il faut l'avouer, le film est long...

Mais c'est une expérience à vivre.
bigpaddle
Signaler
bigpaddle
Bah il a la Palme. A quelques rares exceptions, les films primés à Cannes sont souvent de bouses (selon moi :P ).