L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

L'extraordinaire et Intemporel Blog de Cronos

Par Cronos Blog créé le 12/12/09 Mis à jour le 22/09/13 à 19h33

"Vers l'infini et l'au-delà!"

Ajouter aux favoris

Édito

Un peu de tout, souvent de rien, quelques billets selon l'humeur. Jeux vidéos, cinéma, comics, animation (surtout), et chaque dimanche, une petite sélection de travaux pointés ici et là. Accompagné de critiques de films ou de billets sur les mouvances vidéoludiques du moment. Sans mauvaise langue, foie de canard.

 Gamertag: Cronosff04
IDSteam: Cronosff04
PSN: Cronosff04 

Disney, le Grand Dossier

- Mulan
- Le Bossu de Notre Dame
- Kuzco
-
Bernard et Bianca au pays des Kangourous
- Pinocchio
- Merlin l'Enchanteur
Le Livre de la Jungle

 

Archives

Favoris

Signaler
Carnets de route

Portal premier du nom est probablement ce qui est arrivé de mieux au FPS, en lui apportant une dimension réflexion insoupçonné, basé sur un principe de portails très simple et permettant d'installer une logique de gameplay basé sur la gravité et la logique. Partant de ce postulat, Valve a privilégié le concept d'une petite équipe pour concevoir ce jeu intégré à l'Orange Box comme petit jeu bonus mais qui se révéla bien plus. Quelques anées plus tard, Valve intègre une légère suite dans la fin du premier volet, ce qui annonce la mise en chantier du second opus.

Cette fin alternative trouvera son explication notamment dans le comic Lab Rat (ici en VF) qui fait le lien entre le premier et le second volet, et dont certaines découvertes dans le second épisode feront référence au comic. Valve continuera sa campagne de marketing originale en lançant le pack Potato Sack, intégrant plusieurs jeux indépendants connus et reconnus pour une somme modique. Quelques semaines plus tard, des utilisateurs découvrent une mystérieuse chasse au trésor basé sur des patates, présentent directement dans les jeux du pack sous différentes formes (la patate n'est d'ailleurs pas anodine à l'histoire de Portal 2). Les fanboys s'activent et découvrent un lien avec Portal 2, avec artworks, musiques et bonus à la clé, en allant chercher dans les jeux ou directement IRL à certaines adresses. Un peu plus tard, Valve lance une page pour indiquer la possibilité d'avancer la sortie du jeu, à condition de jouer suffisamment aux jeux du pack. Volonté de créer le buzz ou occasion de se faire un peu plus d'argent en forçant le fanboy à acheter le pack de jeux? Toujours est-il qu'on ne peut reprocher l'originalité de cette opération, qui a su faire parler d'elle sur la toile et de contribuer au succès de Portal 2...

Le jeu reprend peu après la fin du premier: vous avez vaincu GLaDOS, mais vous êtes encore dans les labos d'Aperture Science. Vous vous réveillé d'un sommeil cryogénique, et un certain Weathley vous aide à vous en sortir en vous guidant pour vous échapper. Malheureusement, tout n'est pas aussi simple, et un malheureux imprévu réveille une vieille amie... Le premier jeu se finissait relativement rapidement, le second se devait d'être plus long. On a donc une histoire qui peut être découpé en trois grands actes, chacun bénéficiant de son ambiance et de son humour. Weathley se révèle être hilarant mais un peu idiot sur les bords, tandis que GLaDOS joue encore plus avec son côté cynique.

Vu que dans Portal 1 elle cherchait juste à tester son cobaye sans chercher à l'atteindre directement, ici, le fait que vous l'ayez assassiné la rend encore plus désagréable, et n'hésite pas à jouer su sarcasme pour notre plus grand bonheur. C'est drôle, elle balance des vannes subtiles mais géniales, souvent basé sur un imaginaire embonpoint ("Vous avez la grâce d'un aigle... un aigle pilotant un dirigeable"), associé à cette voix synthétique qui contribue à cet humour ravageur. A ce propos, la VF est toujours aussi excellente, et les quelques voix qui s'occupent des dialogues sont vraiment excellents. Tout comme la narration, un modèle du genre, qui lorgne du côté d'Half-Life 2 en vous proposant de vivre l'aventure sans temps morts avec un sens du rythme excellent.

J'ai entraperçu aussi quelques critiques sur le regret d'avoir une histoire qui explique beaucoup trop de choses par rapport au premier, où tout était beaucoup plus subtil et plus mystérieux. Personnellement, ça ne m'a pas gêné plus que ça. Déja, le succès du premier a forcé le second à adopter une narration peut-être plus classique dans son déroulement. Ensuite, parce qu'un autre épisode où on garde encore du mystère, beaucoup de personnes auraient aussitôt reprocher au jeu de ne pas apporter de réponses par rapport à l'épisode original. Après, l'histoire reste quand même remplie de subtilités et de petits détails qui récompenseront les plus explorateurs d'entre vous, et est vraiment accrocheuse, même si elle reste parfois un peu décousue. On sent que les grosses sessions de salles de tests sont des passages de casse-tête, agrémentés par moments de séquences où on découvre l'envers du décor, et où l'histoire avance beaucoup plus.

En ce qui concerne le gameplay, rien à redire de ce côté, c'est toujours aussi génial. Le level design est toujours aussi fabuleux et intelligent et reste un modèle du genre. Les apports de gameplay, en plus du concept des portails, apportent réellement et donnent une nouvelle dimension. On trouve des plaques de rebonds qui permettent de faire sauter le personnage dans une direction, des ponts d'énergie que l'on peut faire passer dans les portails, des gels de couleurs différents aux propriétés diverses - bleu pour le rebond, orange pour la vitesse, blanc pour faire une surface de portail - ou encore des halos d'excursions qui permettent de léviter dans une direction précise. Ajoutez à ça des tourelles, des cubes et des lasers redoutables, et on a véritablement de quoi faire pour créer des casse-têtes toujours aussi délirants. Mais dans une autre mesure, plus simple que le premier.

En effet, l'apport de ces mécaniques de gameplay est autant une qualité qu'un défaut. Le jeu permet au joueur de se familiariser au gameplay en enchaînant les casse-têtes les utilisant à la suite. Ils évoluent donc en difficulté au fur et à mesure pour habituer le joueur à leur contrôle. Sauf qu'au moment où ça commence à devenir difficile, le jeu introduit une nouvelle mécanique et retourne à la base pour faire le même cheminement. Les deux derniers chapitres sont plus difficiles car les casse-têtes utilisent par contre plusieurs mécaniques à la fois, mais dans l'ensemble, le titre est plus varié mais moins difficile, car les mécaniques de gameplay laissent la place à une autre lorsque le jeu commence à devenir compliqué. Volonté d'élargir le public ou souhait d'apporter le maximum de nouveautés, en tout cas, ça n'empêche pas le jeu d'être très très fun, et se parcourt assez vite (en tout cas pour le solo).

On a donc un solo au rythme impeccable et aux nouveautés de gameplay tout aussi géniales les unes que les autres, mais un peu plus facile que le premier. Ce qui est bien aussi pour les néophytes malgré tout. Quand au coop, il n'est pas en reste non plus. Comportant quatre parcours de base, plus des cachés, le jeu propose avant toute chose un étalonnage de façon à habituer les joueurs aux commandes et aux mécaniques de coopération. Les salles de test sont tout aussi ingénieuses que le solo, tandis que chacun de joueurs pourra placer deux portails chacun, ce qui en fait quatre au total, à utiliser intelligemment. Plein de petits modules vous permettront de communiquer plus facilement avec votre partenaire, comme un bouton pour indiquer à l'autre qu'il peut placer un portail ici. Ou encore des outils pour indiquer où regarder, où aller, et un bénéfique compte à rebours qui s'affiche sur les deux écrans, pour les actions simultanés. Vraiment pratique. Sur ce coup, Valve a vraiment pensé à tout et offre une campagne coop au moins aussi bien pensé que le solo. Ajoutez à ça GLaDOS qui ne résiste pas à l'envie de vous comparer aux humains ou qui sème la zizanie en privilégiant l'un ou l'autre robot pour des raisons complètement idiotes, et vous aurez en plus un humour toujours aussi irrésistible.

Avec un solo ravageur, frais et drôle (comportant un des plus mémorables finales que j'ai pu voir) et un coop qui est au moins aussi réussi, Portal 2 est clairement au-delà de toutes espérances. Valve a réussi à capitaliser sur ce qui faisait son succès (l'humour, le level design, les mécaniques de gameplay originales) et nous offre un jeu incroyable qui figure déja parmi mes coups de coeurs de cette année. Ce n'est pas très original, mais il faut avouer qu'il le vaut bien.

"Je ne suis pas comme les autres!"

Portal 2, en trois lignes, c'est:

- Weathley et GLaDOS, le couple de personnages le plus drôle de cette année.
- très marrant quand son pote saute dans un portail d'entrée et qu'au dernier moment, on change le portail de sortie vers la fosse.
- un final juste génial.

Voir aussi

Jeux : 
Portal 2
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires