Crito's Bizarre Adventures

Crito's Bizarre Adventures

Par Critobulle Blog créé le 15/07/11 Mis à jour le 25/09/15 à 00h06

Les portes de l'epicness se sont ouvertes ! Toi qui pénètre sur ce blog, abandonne toute logique.

Ajouter aux favoris
Signaler
Animés

                                                                 

L'immense salle du Grand Rex résonne encore du tonnerre d'applaudissement né du millier de paires de mains qui, frénétiques, saluaient le film dont les lettres formant le mot fin tremblaient encore sur l'écran, se déclinant en plusieurs langues. Moi, j'étais accroché à mon siège. J'avais l'impression d'avoir pris un gros coup de poing dans le bide. Je pensais savoir dans quoi je m'engageais, Madoka, je connais, j'ai vu et adoré la série, mais même un type aguérri comme je peux l'être n'était pas prêt à ce que Puella Magi Madoka Magica : Rebellion (Gekijôban Mahou Shojô Madoka Magica Shinpen : Hangyaku no Monogatari en VO) film de Akiyuki Shinbo et Yukihiro Miyamoto, issu des studios Shaft et écrit par Gen Urobuchi de Nitroplus (Studio à qui ont doit Steins;Gate) allait me réserver.

 

                        T'out va bien dans le meilleur des mondes...C'EST PAS NORMAL J'AI PEUR !!! @_@

Avant toute chose, sachez que je ne dirai presque rien de l'intrigue du film, car ça reviendrait à spoiler la série aussi. Et ça, personne ne devrait le faire. Je vais donc rester le plus évasif possible à ce sujet. Tout ce que vous avez besoin de savoir, c'est le postulat de base de la série. Madoka Kaname est une jeune fille tout à fait normale qui fait la rencontre de Kyubey un petit chat/lapin/utérus tout mignon qui lui propose de la transformer en Puella Magi (une magical girl quoi) en échange d'un voeu. Voilà. Bon là, vous vous dites que c'est une histoire de Magical Girl tout ce qu'il y a de plus classique, et pourtant la série destructure ce mythe pour en révéler une lecture absolument poignante, déprimante et flippante conçernant ce personnage qu'est la magical girl. Mais n'en parlons pas plus je l'ai déjà suffisemment fait dans cet article là. Le film se situe après la série. On suit les aventures de Madoka et ses quatre amies Puella Magi : Akemi Homura, Sayaka Miki, Tomoe Mami et Kyoko Sakura qui protègent la ville de monstres issus des pensées obscures des gens : les nightmares. C'est le postulat de départ. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que le fan de base est tout de suite décontenancé. Exit les sorcières, et si la série a toujours joué de sa dualité Magical girl/horreur, là ce trait est encore plus grossi. Le tout début du film est horriblement inquiétant car tout se passe bien pour les héroïnes. Bien entendu, c'est de Madoka qu'on parle, et ceux qui connaissent se doutent bien que tout ce qui est gâteaux à la fraise et pas de danse bon enfant ne dure jamais, et bien vite la cruauté revient frapper cet univers acidulé.

       

                                                                           Ah ben voilà, je suis rassuré...euh...

Ce qui est fort avec le scénario, c'est qu'il est parvenu à me surprendre alors que je pensais m'être attendu à tout. Je peux vous affirmer qu'il est très frustrant de ne pas en parler, mais clairement, Gen Urobuchi est un des meilleurs scénaristes de l'archipel nippon, et il le prouve une fois de plus. Vous pensiez qu'après avoir vu la série (ou les deux premiers films Madoka) vous aviez un goût amer dans la bouche ? Ben attendez de voir Rebellion. Là vous allez en avoir de l'amertume. Le scénario se concentre sur le personnage de Akemi Homura principalement, et celle-ci en voit vraiment de toutes les couleurs. Et forcément, le spectateur aussi, car c'est qu'on a de l'affect pour elle, surtout quand on connaît la série. On pourra éventuellement pester contre un léger fan-service (mais vraiment du fan-service, hein, je ne parle pas de pantsu-truc-idiot-lol-on-voit-sa-culotte je parle de clins d'oeil parfois un brin appuyés à la série) mais ca reste toujours tellement bon de se plonger dans cet univers. D'autant que le film ne joue pas que sur les attentes formées autour du genre Magical Girl...il se joue aussi des attentes qu'on peut avoir autour d'un film tiré d'une oeuvre. Dans tous les cas, je peux juste vous dire qu'on ne sort pas totalement indemne d'une projection de Madoka Rebellion.

        

                                                                            'Spèce de sale petit Sheitan è_é

        

                                                                      Ca fait plaisir de revoir ces personnages.

Graphiquement, c'est d'une beauté outrancière. La série était déjà cette petite merveille visuelle, avec cette dualité entre le monde réel et celui des sorcières. Et bien dans ce film, ces deux aspects sont mélangés, et il s'en échappe une harmonie atypique, un étrange malaise ainsi que des plans d'une beauté onirique. L'ingéniosité visuelle du film permet une pure explosion rétinienne. L'aimation n'est pas en reste, avec des morceaux de bravoure absolument renversants (je pense particulièrement à un combat de Tomoe Mami, la Puella Magi qui se bat en invoquant des mousquets). Que ce soit les scènes d'action ou même les scènes de transformation, les animateurs ont donné le maximum pour offrir à leurs personnages une fluidité dans leurs mouvements qui frappe.

      

                       Sayaka, deuxième meilleur personnage à chevelure bleue (après Kamina de Gurren Lagann)

       

                                                            Le cast se trouve renforcé d'une petite nouvelle

Ce que j'ai aimé avec Madoka la série, c'est le doublage. La VO est une pépite, qui ne s'embarrasse pas de ce qu'on peut trouver chez les autres séries animées (personnages qui passent leur temps à hurler, voix stridentes etc.) Le doublage est d'une justesse totale, et les actrices absolument douées, notamment pour faire passer les émotions. La folie, la détresse, le désespoir...tout cela est admirablement retranscrit par des comédiennes de doublage qui offrent une performance bouleversante. Et bien là, c'est la même chose. On retrouve ces personnages qui sonnent vrai. Et le tout est porté par une bande son excellente portée par la merveilleuse Yuki Kajiura. On retrouve très peu de thèmes utilisés dans la série, mais lorsqu'ils apparaissent, c'est superbement réarrangés.

                                     

                                                       N'ayez crainte, avec Yuki aux commades tout va bien !

                                     

                                                               On retrouve le groupe Kalafina à l'ending.

               

 

                                                  Même les fans de la série seront surpris...très surpris...

Puella Magi Madoka Magica : Rebellion c'est une merveille, un anime à mettre du coté du film XXX Holic, c'est à dire un joyau visuel, et qui, plutôt que conclure la série, pose les bases d'une nouvelle mythologie qui promet encore plus de détresse dans cet univers sombre dans lequel les sentiments des personnages se déchaînent avec force et violence. Un grand sage dans une boîte avait un jour décrit Puella Magi Madoka Magica comme étant l'Evangelion des Magical Girls. Et bien je vais oser aller plus loin, et jeter un pavé dans la mare en disant que Puella Magi Madoka Magica est selon moi l'Evangelion des années 2010...

                                   

                                                                   Cette musique mielleuse du mensonge...

                   

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

Critobulle
Signaler
Critobulle
@Snake je suis même très content de moi :evil:

@Choco et Kala en un sens je comprends parfaitement ce que vous voulez dire, mais c'est tellement dommage de passer à coté de cet univers à cause de ça. Vous n'avez qu'à vous réconforter en imaginant les pleurs des Japfags qui s'attendaient à voir une énième série débile et qui ont été scarifiés émotionnellement à vie par Madoka B)

@micablo J'ai qu'une envie : le revoir B)

@Luciole Mais pourquoi ça sort pas en France d'ailleurs ? Je demande que ça acheter la série :( Prenez mon fric je veux PMMM dans ma vidéothèque :rtfm:

@Fenfen Ah j'ignorais que c'était de Shinbo le rebondissement final qui m'a fatalisé. Non mais ce choc, ce coup qui vient sans prévenir :wub: PS cet avatar de Charlotte/Bebe B)

@Liehd :D En tant qu'ex prez j'ai du mettre des points de compétence en éloquence :lol:
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Comme d'hab', tu vends du rêve.
T'as déjà essayé le démarchage à domicile ?
Fenfen
Signaler
Fenfen
"Moi, j'étais accroché à mon siège. J'avais l'impression d'avoir pris un gros coup de poing dans le bide."

Exactement mon ressenti. Ca m'a pas empêcher d'applaudir comme pas possible mais le film m'a vraiment littéralement "laissé sur le c*l". Ils arrivent encore à nous surprendre avec des trucs qui nous pendent pourtant au nez, c'est du Madoka Magica dans toute sa splendeur !

Sinon pour rendre à César ce qui est à César, il parait que le rebondissement final ne viendrait pas directement d'Urobuchi. Le vrai coupable, c'est Akiyuki Shinbo d'après le wiki Puella Magi.
Luciole
Signaler
Luciole
ça donne envie. Je suppose qu'il faut attendre la sortie blue-ray maintenant. En tout cas je l'achèterai avec les 2 premiers films.
Kalakoukyam
Signaler
Kalakoukyam
Comme Choco un peu quand même. :/
micablo
Signaler
micablo
Tant pis pour toi!
J'ai hâte de pouvoir mettre la main dessus en tout cas :P
chocolat
Signaler
chocolat
Pourquoi ce design? :/
Je ne pourrais pas regarder rien qu'à cause de ça!!
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Ok, t'es content? Je dois le voir en urgence maintenant...
Et merci pour la cace-dédi :blush:

Édito

Bon j'ai eu un gros moment de flemmingite aigue, mais depuis Juillet en fait, ce blog est entré dans sa troisième saison. Mais comme là, j'ai un sursaut de motivation, on va faire comme si je n'avais pas lézardé comme un gros viandard depuis cet été.

 

Et n'oubliez pas de croire en mon brushing, car mon brushing croit en vous.

Ancien Prez Critomore,

pire éditorialiste de blog de ce coté de la Galaxie.

Archives

Favoris