Crito's Bizarre Adventures

Crito's Bizarre Adventures

Par Critobulle Blog créé le 15/07/11 Mis à jour le 25/09/15 à 00h06

Les portes de l'epicness se sont ouvertes ! Toi qui pénètre sur ce blog, abandonne toute logique.

Ajouter aux favoris
Signaler
Souvenirs de gamer

Lorsque Sony a présenté la PlayStation 2 et qu'à été évoqué le fameux "Emotion engine" qu'est ce que j'ai ri...Mais qu'est ce que j'ai ri ! 

                           

                                HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Spoilers !

Et aujourd'hui encore parfois je ricane. Et pourtant...La Playstation 2 est ma console préférée car même si l'emotion engine sent le pipeau, je dois avouer que les jeux sur PS2 m'ont tous particulièrement fait traverser de nombreuses émotions jusqu'alors inédites face à un jeu vidéo. Et si...et si l'emotion engine était déjà installée au fond de nos coeurs ?

                                                                         

                                                                               Et si on se faisait tous des bisous ?

  Parmi la multitude de titres réussis de la PS2 je crois que celui qui m'a vraiment touché était le sublime, le merveilleux, à mon sens le premier (et le seul) Zelda-killer : j'ai nommé Okami du Clover studios

                             

                                                 Ca sort quand ? Ca sort quand ? Ah c'est déjà sorti !!!!

Avant d'aller plus loin dans la lecture de cet article relatant mes souvenirs liés à ce jeu veuillez cliquer sur ce lien... Hem pardon vraiment désolé de vous avoir infligé ça...Cliquez plutôt sur ce lien.

               Okami est un jeu qui m'avait attiré dès le premier trailer juste après que le jeu ait fait peau neuve. (Il devait avoir à l'origine des graphismes plus réalistes, mais il semblait que c'était trop pour le hardware de la PlayStation 2) Le rendu façon estampe japonaise du jeu est l'une de ses forces. Je dis bien l'une de ses forces, car pour moi, le jeu en regorge tant il est parfait. Oui vous avez bien lu. A mon sens, Okami synthétise en son sein tout ce qui fait la perfection d'un jeu. Une ingéniosité graphique qui le démarque du reste de la production, une nouvelle approche du gameplay grace au pinceau céleste, un scénario en béton armé coulé dans du béton encore plus armé dans un emballage en diamant renforcé en adamantium, des musiques sublimes et une durée de vie bien dosée. Quand on finit Okami, on n'a pas besoin d'y revenir, le jeu nous a donné ce qu'on voulait. En gros l'expérience est mémorable.

                                                                                                    

                                                                                          Susano le grand "guairrier" approuve !


           La première chose qui m'a frappé en jouant à Okami la première fois, c'est l'humour du jeu. Mais pas un truc naze qui détend juste l'atmosphère, je parle vraiment d'humour qui fait bien rire devant sa console. Les références à la pop culture sont nombreuses et réussies, mention particulière à Issun qui est sûrement l'un des side-kick les plus marrants de l'histoire du jeu vidéo avec Daxter. Issun qui prouve qu'on peut être petit, lumineux, donner des conseils, sans pour autant donner des envies de meurtre.

 

                                                                            

 Hey ! Il parle de qui ? Hey ? Hey ! Hey ? Listen ! Hey Hey ? Hey !  Heyheyheyheyheyheyheyhey ! Hey ! Listen ! Hey !

       La traduction francaise des dialogues (écrits) est de bonne facture, malgré quelques fautes d'orthographes qui m'ont arraché les yeux (ça va j'ai réussi à les remettre). Ce qui est vraiment génial dans cette traduction, c'est l'effort d'adaptation "Ama il a tapé ! Ama il a tapé Coup de boule coup de boule !" qui rend ce jeu, pourtant bien japonais, complètement universel. Une autre chose c'est l'incroyable longueur du scénario. Alors que je pensais le jeu fini avec la mort d'Orochi, je découvre avec joie que la cinématique de fin n'est pas une cinématique de fin. L'aventure prend un tournant plus épique voire tragique. Et il y a comme ça quatre arcs tous aussi forts les uns que les autres. Dans Okami, ce qui m'a surpris, c'est que l'histoire semblait être sans fin.

                                                               

 Pour comprendre ce que Falcor fout ici, il faut lire la partie noircie. Mais pour cela il faut jouer à Okami et le finir !  Sinon vous vous ferez spoiler, juste pour une blague au niveau plus que discutable

       Les personnages sont nombreux et variés, le monde était vaste, l'impression de puissance (on dirige une déesse tout de même) est grisante, et c'était un bonheur de parcourir les décors qui donnaient tout leur sens au terme tableau fréquemment utilisé dans les jeux vidéos.

            Comme toutes les perles du jeu vidéo (Ico, Beyond Good and Evil, Shadow of the Colossus, Katamari Damacy) Okami n' a pas eu le succès commercial mérité, le jeu étant probablement en avance sur son temps. Mais son succès critique est réel et son aura continue à rayonner. C'est avec une larmichette que les joueurs ayant tenté cette expérience se rappellent de ce qui a été l'une des plus grosses baffes de la génération précédente (Avec le gigantesque Zelda the wind waker) Une ode à l'aventure, un jeu grisant, dont le message écologique est enfin traité de façon mature (pas comme dans ce film de merde) en bref Okami est l'un de mes plus beau souvenirs de gamer.                                                                                                                                                                     

                               

                          Allégorie de la joie du bonhomme qui joue à Okami après une dure journée de travail.

            Allez en guise de bonus de fin d'article, voici quelques photos des jeunes filles qui font tourner la tête d'Issun.

                                                                     

                                                     Je valide ! Et cliquez la-dessus pour vous mettre dans l'ambiance


                                                                  

                                     La p'tite Sakuya ! Plus elle s'épanouit, plus ses vêtements disparaissent

                                                                                   

                                                                           Kaguya, la p'tite bambou lunaire

                                                                                          

                                                                         

                                                                  Himiko la tête brûlée (à défaut d'avoir le feu au c...)

 

                                                                                   

                                                                                             Tsuzurao aka gros nénés


                                                                                 

   Bon OK elle a des puces, mais selon un des personnages du jeu c'est une très jolie jeune fille sous sa vraie forme.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Bon j'ai eu un gros moment de flemmingite aigue, mais depuis Juillet en fait, ce blog est entré dans sa troisième saison. Mais comme là, j'ai un sursaut de motivation, on va faire comme si je n'avais pas lézardé comme un gros viandard depuis cet été.

 

Et n'oubliez pas de croire en mon brushing, car mon brushing croit en vous.

Ancien Prez Critomore,

pire éditorialiste de blog de ce coté de la Galaxie.

Archives

Favoris