Contr'Addiction

Par Contra Blog créé le 12/06/13 Mis à jour le 18/05/17 à 15h25

Joueur devant l'éternel, on me résume souvent à une poussière d'espace en quête d'une place. J'ai traîné mes baskets sur plusieurs sites spécialisés ces dernières années, armé de ma plume, parfois même hors de nos frontières. Je pense, donc j'écris. @ContraOff

Ajouter aux favoris
Signaler
Humeur (Jeu vidéo)

 

C'est en début de semaine que le glas est tombé : Microsoft annule Scalebound. Annoncé à l'E3 2014, le titre figurait pourtant parmi les titres les plus ambitieux et séduisants du catalogue du constructeur américain, qui se payait pour l'occasion les services de Platinum Games mais aussi et surtout le créateur Hideki Kamiya, à qui on doit notamment Devil May Cry, Okami ou encore Bayonetta.

Ce dernier justement, semblait particulièrement enthousiaste à l'idée de mener à bien ce projet, qu'il décrivait alors comme le jeu dont il a "toujours rêvé". S'il fallait d'abord se contenter d'un premier trailer en CGI qui en définissait mal les contours, le jeu est finalement revenu l'année suivante à la Gamescom 2015 avec une première vidéo de gameplay qui nous en disait plus sur le concept : un jeu d'Action teinté d'élements de RPG en monde ouvert et dans lequel le jeune héros (Drew) est accompagné d'un immense dragon qui peut servir d'allié au combat ou de moyen de transport. On grappillera plus tard davantage d'informations, et l'équipe évoque une carte gigantesque, la possibilité de visiter des villages remplis de PNG, de personnaliser son dragon et même de le commander, le tout jouable seul ou jusqu'à 4 en coopération, chacun accompagné de son dragon. Les idées semblent bien là, sans qu'on ait pourtant la concrétisation en vidéo, peut être les prémices d'un développement plus compliquée qu'il n'y parait. Suffisamment en tout cas pour pousser Microsoft à confirmer hier l'annulation du jeu, sans donner davantage d'informations concernant la nature des événements qui ont propulsé le titre dans son cercueil.

Il n'en fallait pas plus pour que le web et les forums s'enflamment, offrant l'opportunité aux détracteurs de tirer à boulets rouges sur Microsoft, qui ne s'est toujours pas relevé de la déconvenue de l'E3 2013. Seulement voilà, ce qu'il y a de génial et inquiétant avec internet, c'est que n'importe qui peut s'exprimer tout en gardant l'anonymat (jusqu'à une certaine mesure), et ça donne lieu à des interventions qui entretiennent la haine et la désinformation autour de la firme de Redmond, avec une violence parfois étourdissante.

Quelques minutes seulement après la confirmation de l'annulation du jeu, on a pu lire ici et là que Microsoft avait littéralement persécuté Platinum Games, au point de précipiter Hideki Kamiya en dépression. Pourtant, aujourd'hui même, l’intéressé est intervenu sur les réseaux sociaux pour démentir les rumeurs sur son état de santé. De la même manière, de nombreux joueurs fustigent Microsoft d'avoir "fait perdre son temps" au créateur japonais, ou lui reproche de ne pas avoir assumé le développement jusqu'à son terme ... sans jamais remettre en question une seule seconde l'implication de Platinum Games ou tout simplement la viabilité du projet.

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l'annulation d'un jeu est une affaire sérieuse qui entraîne avec elle des emplois, des plans/stratégies mais aussi de l'argent. Ça ne se décide évidemment pas sur un coup de tête, encore moins quand on parle d'un projet de cet ampleur. Si Microsoft ne comptait probablement pas en vendre des millions, ils avaient avec Scalebound l'assurance de proposer un produit qui dénote du reste de son catalogue et qui profite de surcroît de la popularité (grandissante) de Platinum Games, particulièrement du côté des "core gamers". Cette affaire est donc devenue malgré elle le symbole des perturbations que traverse le constructeur ces dernières années. Mais il faut cependant avoir suffisamment de recul pour comprendre à quel moment l'annulation d'un jeu devient une optique inévitable, ce moment précis où deux choix s'offrent à l'éditeur :

  • poursuivre le développement visiblement chaotique d'un jeu, ingérer toujours plus d'argent voire même confier la tâche à une nouvelle équipe, et rendre tant bien que mal l'ensemble jouable, quitte à subir les foudres de la presse et des joueurs.
  • arrêter les frais, admettre que le chantier n'avance pas et réalouer l'argent mais aussi les moyens (humains, technologique...) sur d'autres projets plus sains.

 

Le problème en fait, c'est qu'on parle ici de Microsoft, qui traîne déjà quelques casseroles du même genre sur cette génération. D'abord avec le reboot de Phantom Dust, annoncé lui aussi en 2014 avant d'être court-circuité l'année suivante, forçant le studio en charge du projet à mettre la clé sous la porte. On apprendra alors que l'équipe ne parvenait pas à remplir les exigences (de plus en plus conséquentes) de Microsoft avec le budget initialement fixé de 5 millions de dollars. 

Autre annulation, celle de Fable Legends, un spin-off free to play qui a tout de même englouti 75 millions de dollars avant de rendre son dernier souffle, sans jamais sortir de sa phase beta fermée déjà peu engageante. Tout comme Phantom Dust, l'annulation entraînera dans son sillon la fermeture surprenante et malheureuse du studio Lionhead, considéré jusqu'ici comme l'un des piliers de l'écosystème Microsoft Studios, et si ce nom ne vous dit rien, sachez que c'est à cette structure qu'on doit notamment Black & White mais surtout la prolifique série des Fable, dont la trilogie pèse à elle seule plus de 12 millions d'unités écoulées.

L'annulation de Scalebound s'ajoute donc à la liste, et la nouvelle tombe plutôt mal en ce début d'année 2017 où le calendrier first party du constructeur peine à convaincre, puisque à l'heure où j'écris ces lignes, on attend "seulement" Halo Wars 2, Sea of Thieves, State of Decay 2, Crackdown 3 ainsi qu'une poignée de jeux indépendants (Cuphead, Below, Ashen...), sans oublier Forza Motorsport 7 qui sera - sauf surprise - annoncé dans les prochains mois. Une perspective plutôt maigre face à la ribambelle de jeux qui atterriront sur PS4 cette même année, alors que la machine assume (enfin) son statut de leader incontesté. Le timing ne joue donc pas en faveur de la marque verte, qui doit absolument repartir d'un bon pied avec le reveal de la Scorpio à l'E3 2017 (ou avant), un show qui s'accompagnera probablement de quelques jeux comme l'a d'ores et déjà sous entendu Phil Spencer quelques mois auparavant.

Pourtant, l'annulation d'un jeu n'est pas une exclusivité Microsoft, et encore récemment, on regrettait la disparition de Silent Hills. Plus loin, on se souvient de This is Vegas, Getaway sur PS3 ou le plus obscure Eight Days, sans oublier Deep Down sur PS4, toujours en vie mais d'un mutisme hallucinant (et inquiétant) depuis son annonce en 2013.

Alors pourquoi s'acharner de la sorte sur Microsoft ? Eh bien parce que la firme de Redmond joue le rôle de cible idéale qui cristallise les mécontentements et les moqueries d'une frange des joueurs depuis 2013 et son revers face à Sony à l'E3, avec au coeur de la discorde une incompréhension à faire rougir de honte Plaute. Mais l'acharnement est tel que certains médias ou journalistes remmettent légitimement en question la vision et la réflexion parfois biaisée(s) des joueurs vis à vis du constructeur américain, là où laisse plus facilement couler du côté de Sony ou Nintendo, et pas seulement en France (historiquement rattachée à la PlayStation). On peut en effet voir sur les célèbres forums de NeoGAF que Microsoft est poussé au centre des débats houleux, où les intervenants n'hésitent pas à (re)dégainer les faux pas du constructeur (époque Xbox 360 comprise), tout en occultant les réussites. On peut par exemple lire que "Microsoft est incapable de tenir des gros projets", alors même que la firme est à l'origine de certaines des plus grosses franchises de l'industrie. D'autres s'emportent et prédisent littéralement la "mort de Microsoft pour l'année prochaine". Shinobi602 y va lui aussi de son petit billet qui propulse le débat encore plus loin en regrettant "l'orientation multijoueur" de la marque (pourtant amorcée depuis plus de 10 ans maintenant). Ce manque de mesure peut surprendre, agacer, mais c'est le reflet d'une génération, celle du tout connecté et des réseaux sociaux. C'est aussi la conséquence d'une surconsommation de l'information, avec la multiplication des sites et sources permise par le web. Le joueur se renseigne de plus en plus, mais paradoxalement de moins en moins bien, et n'a plus l'instinct de pousser la réflexion plus loin, et s'arrêtent parfois aux dires du premier venu sur les forums.

Quoi qu'il en soit, il y a peu de chances qu'on sache un jour les causes exactes de l'annulation de Scalebound, ni même les responsabilités de chacun dans cet échec. Hideki Kamiya rebondira très certainement avec un autre projet, et Microsoft s'atèlera à (re)conquérir les joueurs avec en ligne de mire un E3 2017 qui pourrait marquer un tournant décisif. Mais cette affaire restera comme une épine plantée dans le coeur de certains joueurs, avec la douloureuse sensation d'une idylle fauchée trop tôt.

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Commentaires

newlifeneworldnewfermetagu
Signaler
newlifeneworldnewfermetagu

merci de remettre un peu les choses en place, ceux qui viennent cracher sur MS en defendant platinum, ne comptaient même pas prendre de x1 ni acheter le jeu, tout comme, ceux qui encensent sony pour avoir "sauvé" shenmue 3 vont pas acheter le jeu, la génération actuelle de gamers est pathétique, ils vont se plaindre pourquoi on n'a pas de nouvellles IP, mais quand Dice prend le risque de sortir mirror's edge et sa suite, les ventes sont pas au rendez vous, et pires même sont en déça des attentes, titanfall 2 qui est un excellent jeu et qui est enfin multiplatforme (alors qu'on lui avait reproché d'etre une exclu X1) risque de moins se vendre que le 1, vasy comprendre quelque chose, les gens critiquent juste pour critiquer, quand il s'agit de faire la bonne chose, c'est à dire acheter des bons jeux pour que les studios survivent il y a plus personne, même si scalebound était allez à son terme, il serait pas vendu, aussi bonne soient ses qualités parce que les gens lui reprocheraient d'être une exclu x1, et d'être un jeu de niche.

Argumentaire complétement bancal. Si ces exclues ne se sont pas vendu sur One s'est parce que les joueurs One n'en veulent pas, ça ne sert à rien de tourner autours du pot.

newlifeneworldnewfermetagu
Signaler
newlifeneworldnewfermetagu

Heureusement qu'il reste Sony pour financer des pépites qui parlent au cœur des joueurs 

+1

funvgame
Signaler
funvgame
Excellent article.
Il aurait pu aller encore plus loin en s'interrogeant sur les conséquences d'un bashing permanent des joueurs sur les ventes des jeux et notamment des grosses production très délaissées en ce moment, et donc au final sur leur propre industrie.
Ce sont plus les "good/bad buzz" qui dirigent les ventes d'un titre plutôt que ses qualités et son contenu.
Il n'y a peut-être pas que Microsoft et Platinum Games qui soient responsables de cette annulation...
bornlikethis
Signaler
bornlikethis
@Nazroft : ms doit pas communiquer sur 2017 comme une annee extraordinnaire pour annuler une de ses exclues majeurs quelques jours plus tard, c est ce tres mauvais timing qui justifie pour moi toutes ces critiques. apres il faut relativiser et replacer la situation dans contexcte comme l a tres bien fait cet excellent article
Homrim
Signaler
Homrim
Le problème n'est pas la récupération
d'informations en tant que tel, c'est que la génération décrite pense surtout avoir la science infuse et s'avance sur chaque sujet comme s'ils étaient des experts.

L'industrie du jeu reste un marché avec ses réussites et ses echecs un peu partout.
Les jeunes veulent tout, tout de suite et refusent la frustration...

Lorsqu'on sait ce que coûte un AAA en terme d'investissement, et les interrogations sur sa réussite il est normal de se trouver face à des cas comme celui-ci, je trouve ça simplement dommage de faire rêver les joueur et leur mettre une grosse desillusion (partagé je pense).

Mais globalement l'âge du public concerné par cet article est aussi u facteur a prendre en compte. La pluspart sont des gosses, qui découvre la liberté de dire ce qu'ils veulent où ils veulent et ne se font pas prier pour faire les interressant. Je ne pense pas qu'il faille y accorder trop d'importance au risque de voir le phénomène empirer.
like an animal
Signaler
like an animal
C'est comme ça depuis des années, MS est souvent la cible de critiques justifiées ou non justifiées. Ce qui est sûr, c'est que cette industrie demande beaucoup de moyen et que la gestion d'un jeu de la création à sa sortie doit nous dépasser quelque peu.
Reste quand même un paquet de bons jeux sur cette génération parus ou à paraître. Et je suis d'accord avec JunXPS, les joueurs se plaignent beaucoup mais répètent toujours leurs habitudes de consommation, et comme tout est question de vente, ben on aura encore des COD pendant 20 ans à raison d'un par an là où les nouvelles licences (telle Titanfall) n'arrive pas à fidéliser assez de joueurs et disparaitront.
Nazroft
Signaler
Nazroft
eeeee pour la switch par contre c'est assez mérité. Tout cela à cause du prix que cela soit la console, les accessoires ou les jeux . Pour la one , c'était aussi mérité à son début, ensuite ce fut un bashing continuel de la presse , avec les histoires de résolitions.... A présent c'est une tout autre histoire, bien que la presse ce soit calmer ..... les joueurs par contre .. tu te demandes ou ils trouvent du plaisir à venir cracher dans la soupe du voisin. Le jeu c'est un plaisir avant tout
GillesFx
Signaler
GillesFx
+1 JunXPS.
Le bashing continue d'ailleurs avec la Switch, avec bien entendu le soutien de la presse : aucun recul encore une fois, encore et toujours des gens qui disent qu'ils n’achèterons pas alors qu'ils l'avait prévu, etc etc
Attendons la fin de l'année afin de voir les pleurs lorsque leur machine chérie sera aux abois face à la concurrence.
JunXPS
Signaler
JunXPS
merci de remettre un peu les choses en place, ceux qui viennent cracher sur MS en defendant platinum, ne comptaient même pas prendre de x1 ni acheter le jeu, tout comme, ceux qui encensent sony pour avoir "sauvé" shenmue 3 vont pas acheter le jeu, la génération actuelle de gamers est pathétique, ils vont se plaindre pourquoi on n'a pas de nouvellles IP, mais quand Dice prend le risque de sortir mirror's edge et sa suite, les ventes sont pas au rendez vous, et pires même sont en déça des attentes, titanfall 2 qui est un excellent jeu et qui est enfin multiplatforme (alors qu'on lui avait reproché d'etre une exclu X1) risque de moins se vendre que le 1, vasy comprendre quelque chose, les gens critiquent juste pour critiquer, quand il s'agit de faire la bonne chose, c'est à dire acheter des bons jeux pour que les studios survivent il y a plus personne, même si scalebound était allez à son terme, il serait pas vendu, aussi bonne soient ses qualités parce que les gens lui reprocheraient d'être une exclu x1, et d'être un jeu de niche.
Nazroft
Signaler
Nazroft
@bornlikethis comment le bashing, peut il être pas totalement immérité si on ne connait pas les raisons ? :P
Contra
Signaler
Contra
C'est gentil :) !
bornlikethis
Signaler
bornlikethis
tres bon article, apres l annulation de scalbound vient juste apres que ms communique sur 2017 comme une annee extraordinnaire ce qui explique le dechainement des critiques qui est certes excessif mais pas totalement immerite surtout qu on n a pas les raisons de l annulation
HediScofield
Signaler
HediScofield
Étonnamment, c'est le meilleur article que j'ai pu lire sur TOUT Gameblog depuis bien longtemps ! En espérant que ça puisse leur donner des idées à nos amis "journalistes".

Un grand bravo à l'auteur !
The-Old-Jinx
Signaler
The-Old-Jinx
Suis quand meme un peu sur le cul.
Très bon article...
Ca fait du bien de lire quelque chose d un peu différent que l éternel bashing anti Microsoft
youness67
Signaler
youness67
Ronald_le 14/01/2017 - 14:34
Platinum Games n'ont jamais eu de problèmes avec personne sauf Microsoft, on va dire que c'est le hasard LOL

Mdr tout le monde sait que kamiya n'est pas un cadeau de tout, ceux qui ont deja bossé avec lui on meme dit qu'il est surement atteint de trouble psycologique, moi je trouve qu'a chaque fois on tappe sur les mains des groupes, microsoft pour kamiya et konami sur kojima, comme si kamiya et kojima sont des saints alors qu'on sait quasi tous qu'ils ont un égo et un caractere tres fort
GillesFx
Signaler
GillesFx
Juste une note personnelle : c'est drôle comme Microsoft se fait bâcher constamment avec dans le cas présent sa responsabilité mise en avant et Platinum le sain. A lire les joueurs tous le monde achète les jeux de Platinum et se refuse à voir les titres de cette société en exclue sur telle ou telle console. Mais dans la vraie vie les jeux de Platinum ne se vendent pas, et sont toujours financé en tout ou partie par tel ou tel éditeur.
Heureusement qu'il reste Sony pour financer des pépites qui parlent au cœur des joueurs !
Oups on me dit dans l'oreillette que les exclues Sony sont bradées au bout d'un mois de sortie :/
GillesFx
Signaler
GillesFx
Excellent article
Nazroft
Signaler
Nazroft
@Ronald_ n'a pas qu'un problème avec Ms , même si il troll chacun de leur news . Hier il se délectait sur les news switch ;)
AuronSA05
Signaler
AuronSA05
Joli! belle critique avec de la hauteur.. joliment écrit au passage
Neferith
Signaler
Neferith
@Ronald_ : Toi t'as un probleme avec MS peut etre ? :P
Contra
Signaler
Contra
@Ronald_ On peut aussi se demander si Platinum Games s'était jusqu'ici lancé dans un projet d'aussi grande envergure.
Geppetto-san
Signaler
Geppetto-san
Quand on parle du loup........
Ronald_
Signaler
Ronald_
Platinum Games n'ont jamais eu de problèmes avec personne sauf Microsoft, on va dire que c'est le hasard LOL
Nazroft
Signaler
Nazroft
Très bon billet et totalement vrai.Il suffit de regarder n'importe quelle news faites sur la xbox, qques minutes après les trolls et anti microsoft sont dans la danse. Je me demande quel plaisir peut on avoir de venir cracher dans l'assiette du voisin. Le jeu est un plaisir avant tout quelque soit le support

Édito

Les raisonnables ont duré, les excessifs ont vécu.

Archives

Catégories