Premium

Catégorie : Les coulisses

Signaler
Les coulisses

Le week-end passé s'est tenue la cinquième édition du Toulouse Game Show. Comme d'habitude - et grâce aux organisateurs - l'équipe de Console Syndrome avait droit à son stand exposant, aux côtés des copains de Pix'n Love.

Bien sûr, notre point de vue sur l'évènement n'est pas celui d'un visiteur. En tant qu'exposant, il n'est malheureusement pas toujours possible de visiter les allés autant que souhaité, ou encore de participer aux différentes conférences qui se sont tenues cette année. Et autant dire qu'il y avait du lourd, notamment grâce à la présence de Yu Suzuki (After Burner, Virtua Fighter), Katsuhiro Harada (Tekken), Michel Ancel (Rayman, Beyond and Evil) et Christophe Héral (compositeur des jeux d'Ancel).

Med a réussi à se faire dédicacer ses Shenmue 1 & 2

D'une manière générale, et en ayant eu la chance de voir le salon évoluer année après année depuis la toute première édition, nous avons constaté qu'un cap avait été franchi. La fréquentation est en augmentation constante (nous n'avons pas encore de chiffres précis pour la cuvée 2011, mais les 30 000 ont été dépassé), l'espace d'exposition s'agrandit (un chapiteau avait même été monté pour accroître la place disponible) et le salon draine de plus en plus de profils de visiteurs. Il n'y plus seulement que des passionnés de la région toulousaine, mais on retrouve de nombreuses familles, des joueurs confirmés mais moins prompt habituellement à se déplacer à chaque événement de ce type, ainsi que de nombreux curieux, venus de la France entière !

Pour parler deux minutes de Console Syndrome, nous avons eu le plaisir de constater que notre travail commence à toucher de plus en plus de joueurs, que notre nom avait acquis un peu plus de crédit. C'était en tout cas un vrai plaisir de discuter avec les lecteurs croisés là-bas, qu'il s'agisse de papoter de nos livres ou du site internet. Encore merci à ceux qui sont passés nous voir .

Enfin, nous ne pouvons terminer cet article sans parler de notre petite soirée de samedi soir. Ce jour là, Michel Ancel et Christophe Héral sont passés sur notre stand pour effectuer quelques dédicaces et fêter la biographie que Pix'n Love avait dédié au créatif d'Ubisoft. Les deux invités se sont révélés à la hauteur de leur réputation : chaleureux, humbles, passionnants à écouter et... loin d'être les derniers pour la déconne. Sentant le courant passé, nous leur avons proposé, en tant que régionaux de l'étape, de venir boire un coup le soir venu. Bien entendu, ils avaient déjà leur propre emploi du temps. Pourtant, nous nous sommes mis d'accord pour rester en contact. Après quelques verres dans un bar bien sympa de Toulouse (« Un bout du monde » pour les connaisseurs ; allez-y de notre part, ce sont des amis), l'équipe de CS, de Pix et quelques amis, est parti rejoindre Michel Ancel, Christophe Héral ou encore Yu Suzuki dans un bar-billard du coin. Le temps de récupérer Julien Chièze de Gameblog.fr au passage, et c'était parti. S'en est suivie une soirée véritablement magique, où nous avons passé un très très bon moment. Si Yu Suzuki s'est distingué par son niveau élevé au billard, nous avons tous pu profiter des pitreries des invités sur place. Voici donc quelques photos de l'évènement prises sur le vif (pardon pour la qualité de certaine, mon téléphone n'étant pas particulièrement à l'aise dans l'exercice ; je me suis donc permis d'emprunter quelques clichés à Julien Chièze).

Le stand avant la mise en place

L'équipe s'affaire

La soirée de samedi débute...

C'est parti pour le billard

Seb de Pix'n Love, Julien de Gameblog et Michel Ancel attendent leur tour

Yu Suzuki en action !

Carta contre Christophe Heral. Le match débute.

Carta tente un coup difficile. Notons que Michel Ancel et Fabien de Pastagames ne tentent pas du tout de le déconcentrer

Je profite donc pour remercier chaleureusement toute l'équipe du TGS, Sebastien Laurens (l'organisateur du salon) et Cédric de Shibuya International, pour ces deux jours très réussis. Et un merci également aux anciens rédacteurs de CS (kamoon, Popo et Kreu) qui sont venus, comme d'habitude, tenir le stand à nos côtés. Merci aussi à Carta d'avoir fait l'aller-retour Liège-Toulouse pour l'occasion. Petit coucou aux rédacteurs actuels du site qui n'ont pu faire le déplacement. Big up également à l'équipe de Pix (Marco, Seb, Ben et Nico).

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Les coulisses



C'est après l'enregistrement du podcast Que Le Grand Geek Me Croque que nous avons fait la connaissance de Bertrand Amar, lui aussi invité de l'émission. Après quelques échanges de tweets, le projet était validé. Bertrand allait envoyer un cadreur sur Toulouse afin de nous faire participer à un futur numéro de Star Player, une émission de jeu vidéo diffusée sur Direct Star. Deux jours plus tard, nous recevions Nicolas (et oui, encore un) et ses caisses de matériel. Nous avons passé quatre heures à enregistrer, se fût un moment très stressant, mais tout aussi plaisant. Le sujet en question concerne la saga Zelda et devrait durer un peu plus de 3 minutes. Si vous êtes curieux de nous voir complètement paniqué devant une caméra, c'est le mercredi 16 que ça se passe, à 16h45 et 00h40 sur Direct Star (canal 17 sur la TNT). On vous laisse avec quelques clichés de cette après midi forte en émotion. Pour être tout à fait honnête, nous n'avons pas encore vu le montage final et ne savons donc pas quelle(s) partie(s) seront conservées.

 

PS : demain, à partir de 13h30, scrutez bien la GameCam de Gameblog. fr, vous devriez nous voir passer. Car c'est demain que nous enregistrons le podcast sur la saga Zelda !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Les coulisses

Les plus curieux qui scrutent les chiffres de commandes / precommande du site de e-commerce Amazon ont peut être remarquer l'apparition de notre ouvrage consacré à Zelda. Il est même grimpé dans le classement d'une façon surprenante, pour se situer actuellement à la seconde place, derrière la biographie de Steve Jobs et devant Stephan Hessel !! Hop, une photo pour la postérité :

A noter également que nos ouvrages semblent bien placés sur le site SensCritique :

Les plus impatients qui ne peuvent attendre la mise en vente du livre sur ce site (normalement prévue quelques jours avant la sortie de Skyward Sword), peuvent déjà se procurer l'ouvrage sur le site de Pix'n Love

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Les coulisses

Après vous avoir un peu raconté les impératifs derrière nos choix éditoriaux, nous voulions vous entretenir un peu de la distribution. Ce secteur, mal connu, y compris par nous, est en fait primordial. Concernant notre cas particulier (car c'est de ça dont il s'agit), nous avons choisi de privilégier la VPC via Pix'n Love. Bien sûr, nous avons du aller les chercher hein, tout ne s'est pas fait tout seul, comme par magie.

L'idée était de profiter de l'aura Pix'n Love, car débarquer en tant que petit éditeur, sans personne derrière paraissait assez suicidaire. Nous avons donc retroussé nos manches et sommes montés sur Paris présenter nos projets à l'équipe de Pix. Le fait de les avoir déjà rencontré plusieurs fois sur des salons a peut-être joué en notre faveur, mais ils ont accepté de nous aider. Et comme pour eux, la VPC permet d'interagir directement avec le lecteur en préservant la marge commercial au maximum (qui permet de continuer à fonctionner). C'est aussi pourquoi nous avons instaurer le système de la tombola afin d'inciter les lecteurs à commander sur internet.

Mais se contenter de ce réseau n'est pas suffisant. Car si la vente est importante, la présence dans le circuit de distribution permet surtout de se faire connaître et d'habituer les gens à notre présence. En choisissant un diffuseur, il est alors possible d'atteindre d'autres cimes : présence dans les Fnac, Cultura, Virgin, etc., ainsi que les sites internet de ces marques. Évidemment, la marge concédée est à la hauteur du coup de pouce attendu.

Pour prendre un exemple concret, si vous vous rendez dans la Fnac du coin de chez vous, vous devriez nous trouver (si elle a été approvisionné) dans le rayon Livres et dans la section informatique, coincé entre Internet pour les nuls et J'apprends le Java script en 7 leçons. Comme nous l'a abondamment expliqué Seb de Pix'n Love, ce genre de centres culturels ne proposent pas de section jeux vidéo dans le rayon livres. Il y a bien un emplacement pour le cinéma ou la musique, mais rien pour le jeu vidéo, d'où le rapprochement avec l'informatique. Il est donc bénéfique de voir grossir la liste des maisons d'édition spécialisées dans le jeu vidéo (il y en deux pour le moment, Pix'n Love et nous, en espérant en voir arriver d'autres). Plus le nombre d'ouvrages traitant du jeu vidéo sera important et plus les vendeurs se sentiront obligés de nous concéder un rayon. A contrario, les guides officiels (principalement des soluces) consacrés aux dernières sorties sont eux disponibles à côté des jeux, directement dans le rayon JV. C'est grâce à une bête histoire de code de référencement et parce qu'ils sont distribués directement par les éditeurs (par exemple, Square Enix distribue le guide officiel Assassin's Creed Brotherhood). Un avantage colossal. Enfin, dernière composante de notre cycle de distribution : les magasins Micromania. Là encore, c'est le travail abattu par Pix qui a payé et qui nous ouvre les portes de la vente dans ces enseignes. La marge est là aussi importante, mais pour des bouquins comme Les Sagas du jeu vidéo, avouons que ça paraît être le lieu de vente idéal, non ? La chaine de magasins ne distribuent que des produits jeux vidéo et n'est pas une librairie. Il faut donc faire là aussi le grand écart, surtout que certaines exigences viennent directement impacter le planning : il faut en effet livrer les exemplaires près d'une semaine avant la sortie du jeu, le temps que le dispatch puisse se faire. Pour une date de sortie fixée au 16 novembre, comme c'était le cas pour Les Sagas Assassin's Creed, il fallait absolument livrer en temps et en heure, quitte à aller directement au dépôt de livraison. Ca s'est d'ailleurs joué à quelques minutes près. 


En comptant la durée nécessaire pour l'impression, il y a donc plus de 15 jours incompressibles entre la fin de la création (texte, maquette, correction) et la mise en vente. Et lorsqu'on essaie d'intégrer à notre bouquin un jeu pas encore sorti, vous comprendrez que tout repose sur la bonne volonté de l'éditeur et sa capacité à posséder une version entièrement jouable très en avance. Voilà donc pour ce panorama de la distribution / diffusion.

Pour finir, nous vous rappelons que la tombola du premier numéro a déjà eu lieu.

Les gagnants sont donc :
- Lot numéro 1 : Assassin's Creed Brotherhood Xbox 360 + un dossier de presse du même jeu : le numéro 156
- Lot numéro 2 : Assassin's Creed Brotherhood PS3 : le numéro 172
- Lot numéro 3 : Assassin's Creed Brotherhood PS3 : le numéro 66
- Lot numéro 4 : un t-shirt collector Pix'n Love et un badge Pix'n Love : le numéro 88
- Lot numéro 5 : la biographie Michel Ancel et un badge Pix'n Love : le numéro 248

Félicitations aux vainqueurs. A présent, pour recevoir les lots, c'est très simple : vous devez nous renvoyer par courrier  votre ticket de tombola gagnant, avec vos nom, prénom, adresse e-mail et postale à l'adresse suivante : 
Console Syndrome Éditions - 18, chemin de Hurguet - 31600 MURET. Merci à tous les participants et rendez-vous en mars pour notre seconde tombola !

Commandez Les Sagas du jeu vidéo : Assassin's Creed

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Les coulisses

Nous avons déjà lu nombre de commentaires à droite et à gauche : "ouais, vous devriez faire un Saga sur telle série ou telle autre". Une bonne occasion pour nous de vous raconter un peu comment se décide le choix d'une saga pour notre collection.

La première chose, peut-être pas la plus sexy, mais indispensable lorsqu'on monte une entreprise : trouvez une licence accrocheuse, capable de fédérer les gamers, mais aussi un public plus occasionnel. Pas question (du moins dans un premier temps) de toucher à la série obscure connue de quelques hardcore gamers (et c'est pas l'envie qui manque, croyez nous !). Ensuite, le second point, qui lui est plus de l'ordre du bonus : tenter de coller à l'actualité en sortant l'ouvrage en même temps que le dernier né de la franchise, pour profiter du buzz médiatique due à la publicité. Ne nous leurrons pas : si Ubisoft nous a fournit Assassin's Creed Brotherhood un mois avant sa sortie officielle, ce tour de force ne se renouvellera pas constamment. Donc, nous préférons être clair dès maintenant : il n'est pas exclut que des prochains numéros des Sagas ne correspondent pas à une actualité quelconque. Ou qu'ils ne prennent en compte le dernier opus en date d'une série. Ce sera forcément dommageable, mais pas forcément moins intéressant. 

La troisième étape à franchir, et la plus méconnue, réside dans l'obtention des droits d'image pour la série en question. Car oui, il est impossible de proposer un numéro des Sagas sans l'accord de l'éditeur, sous peine de poursuites potentielles. Si certains éditeurs sont plutôt cool (Ubisoft par exemple ne demande rien), d'autres sont bien plus exigent : droits d'entrée élevé pour obtenir la licence (on parle de dizaine de milliers d'euros), voire refus catégorique. En effet, ces éditeurs pensent (peut-être à juste titre d'un point de vue très superficielle) que nous ne faisons de l'argent sur leur dos en utilisant leurs éléments visuels.

Enfin, le dernier obstacle consiste à avoir l'opportunité de dialoguer directement avec les concepteurs du jeu (par mail, téléphone, de visu) pour remplir la partie Création d'une part (obtenir les secrets de fabrication), mais aussi pour vérifier des renseignements trouvés sur le net ou conforter nos propres suppositions. Vous le voyez donc, le choix n'est pas forcément évident et ne dépend pas uniquement de notre bon vouloir...

Pour rebondir sur Assassin's Creed, il faut dire que toutes les conditions étaient réunies : droit d'image libre, accès aux équipes de développement, matos graphique abondant et disponible, obtention du jeu en avance et possibilité de sortir en même temps que le jeu (même avant, mais nous détaillerons les tracas de la diffusion dans un prochain post) tout en traitant du dernier titre sortie. Une situation optimale qu'il sera difficile de reproduire à 100%. 

Au-delà de ces considérations terre-à-terre, notre choix s'est porté sur Assassin's Creed dès le départ (sans même savoir si toutes ces conditions seraient remplies) car la série se portait admirablement à notre ligne éditoriale : malgré sa jeunesse la série dispose d'un univers très riche et passionnant, ses rouages de game design ont largement évolué entre les épisodes (ce qui ouvre la voix à de nombreuses analyses), elle est produite par un studio très important (Ubisoft Montréal) mené par des créatifs de renom (Patrice Désilets, par exemple) et ne pouvait donc que nous enchanter, et vous enchanter. Et s'il est certain qu'un Assassin's Creed III et IV vont débarquer dans les années futures, notre ouvrage restera pertinent sur la période traitée, et pourra même servir à se remettre tout en mémoire avant d'attaquer la suite des évènements. 



 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris