Premium
Signaler
Articles

Tel le phoenix, notre rubrique sur les bandes son renait de ses cendres (souvenez-vous les Music in Game). Tous les mois, vous retrouverez donc, un article dédié a l'univers musical et sonore des jeux vidéo les plus remarquables. Nous avons fait, en mars et avril, une belle place à Final Fantasy XIII, le dernier blockbuster de Square Enix. Néanmoins, Console Syndrome ouvre encore ses portes à la saga FF, non pas pour parler d'épées et de Fal'Cie, mais de musique.

Décrié par beaucoup, adulé par d'autres, le moins que l'on puisse dire, c'est que Final Fantasy XIII a su délayer les langues. Encore à l'heure actuelle, les discussions vont bon train. Pourtant, un aspect du jeu parait au-dessus du reste et sait harmoniser les sons de cloches. Cet élément, c'est la musique. Reste à savoir quoi dire dessus. Se contenter de faire un bête descriptif des divers morceaux présentés dans le jeu ne semble pas suffisant pour rendre hommage au travail rendu. Car travail il y a eut et cela indéniablement. L'univers musical développé pour l'occasion entre en totale corrélation avec la volonté exprimée, celle d'un vrai renouveau.

Compositeur traditionnel de la série depuis le premier épisode, Nobuo Uematsu est à l'heure actuelle l'un des plus grands faiseurs de musique de l'histoire du jeu vidéo. Néanmoins, il décide de s'éloigner progressivement de la firme qui lui a permis d'accéder à ce statut. C'est en 2001, à l'occasion du dixième volet, qu'il va partager l'affiche avec un certain Masashi Hamauzu. Un nom à retenir, car c'est cette même personne qui va reprendre le flambeau pour Final Fantasy XIII. Cet homme de 39 ans compte déjà de nombreuses cordes à son arc. Fils d'une pianiste et d'un chanteur d'opéra, il a collaboré à l'écriture de bandes originales telles que Tobal 1, Front Mission : Gun Hazard,  ou des épisodes de la série SaGa, avant sa consécration en 2004, lors de sa collaboration avec Nobuo Uematsu sur FF X, puis sur Dirge of Cerberus quelques années plus tard. Puis vînt son heure de gloire : Final Fantasy XIII. Le challenge fût de taille, mais l'homme est parvenu à créer une ambiance sonore digne de la série.

Mais trêve de blabla sur l'homme, parlons musique. La diversité musicale présente dans cet opus est remarquable. On peut écouter des compositions classiques plutôt habituelles, mais aussi de la J-pop, de l'élèctro voire même du jazz. Mais essayons de mettre en exergue quelques lignes directrices. L'aspect frappant vient pour moi, de l'immensité qui se dégage de l'ensemble des morceaux. Pour les sonorités plus classiques, des notes longues, voire langoureuses, donnent une sensation de liberté effarante. D'autant plus quand on sait que le jeu n'en laisse quasiment aucune. Couplées à une acoustique particulière, ces sonorités créent une impression de résonance pour que le joueur ne se sente pas enfermer dans une quelconque routine de jeu. Sérieusement, écoutez la musique des combats par exemple. Fermez les yeux deux minutes. On s'imagine tout à fait en haut d'un théâtre gigantesque avec dorures et velours rouge un peu partout, contemplant un orchestre symphonique depuis les hauteurs d'un balcon. L'ampleur de la formation musicale provoque, à l'écoute, une sensation de gigantisme. Sentiment plutôt ironique dès lors que l'on sait que les lieux des joutes ne laissent que peu de place aux déplacements ou à la liberté d'action. Il en va de même pour de nombreux autres morceaux de la bande originale tels que les passages élèctro qui accompagnent le plus souvent les longs couloirs. De nombreux effets viendront ainsi contredire l'impression d'enfermement.                 Nu au plateau de sculpteur

Je ne préfère pas trop m'étendre sur le passage "jazzy", car je ne les aiment pas trop. Ces moments sont en effet plus que moyens, voire carrément fades et c'est dommage parce que, à mon avis, il y a beaucoup à faire de ce côté là. Le jazz est, avec le classique, l'un des rares genre musical qui peut se permettre de faire passer toutes les formes d'émotions envisageables, et cela, sans parole. Mais dans le cas présent, il stigmatise (car l'accompagnant) un peu trop le personnage du black cool, un peu désinvolte, qui se laisse bercer par les événements (en l'occurrence Sazh). Trop de caricature tue la caricature. On peut aussi regretter que l'aspect dramatique ne soit pas plus remarquable, tout simplement. Il ne transpire pas de réelles émotions. Il est difficile de ressentir de la joie ou de la tristesse à l'écoute des divers morceaux du titre. C'est dommage, car c'est quand même le but de ce genre de mélodies : permettre aux sentiments et à la passion de traverser le petit écran (ou le grand pour certains, gni, gni, gni), nous octroyant ainsi, à nous, joueurs, l'opportunité de toucher du bout du pad les situations que nos personnages vivent. Et bien désolé, mais je n'y était pas. Pari perdu.

En bref, nous avons un nouveau jeu, doté d'une nouvelle orientation et, logiquement, d'une nouvelle ambiance musicale. La bande-son s'habille d'une touche totalement différente par rapport aux précédents Final Fantasy. Ainsi, on obtient une B.O. complexe, extrêmement variée, aux univers intéressants. La dimension gigantesque qui émane de toute cette création correspond assez bien au travail abattu autour de ce jeu : son univers, son lourd passé. On regrettera cependant que ce renouveau musical ne soit là que pour masquer, ou compenser, la claustrophobie du gameplay. Comme stipulé plus haut, l'ensemble des morceaux vous incitent à l'évasion. Des musiques qui, contrairement au jeu, étancheront votre soif d'aventure et de découverte de manière quasiment palpable. Pour moi, les titres de Masashi Hamauzu composent une oeuvre à envisager comme un tout, qui aurait pu merveilleusement servir un gameplay plus approfondi. Au lieu de ça, elle lutte seule et en oublie, à mon sens, sa vocation première : servir un scénario en nous communiquant diverses émotions et sensations fortes.

Kreu

www.consolesyndrome.com 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris