Premium
Signaler
Critiques

 

Je préfère l'annoncer directement, le texte qui va suivre ne sera pas particulièrement tendre avec le dernier rejeton de Remedy. Oui, Alan Wake m'a déçu. Je m'en vais donc vous expliquer pourquoi.

Déjà, je dois confesser être un fan de jeux d'ambiance et de survival-horror. D'ailleurs, le côté thriller psychologique prôné par Remedy pour son dernier projet me mettait l'eau à la bouche. En effet, je suis bien plus emporté par un titre jouant sur une horreur ordinaire (héros lambda, contexte proche de la vie de tous les jours) que par une arrivée massive de zombies ou de monstres quelconques. Et le début de l'aventure est en ce sens. Alan Wake, un célèbre écrivain, débarque avec sa femme dans la petite ville de Bright Falls, afin de soigner son syndrome de la page blanche. D'emblée, le décor est posée. La ville que nous foulons est parfaitement caractérisée, voire personnifiée. Le travail de ce point de vue est remarquable : tout semble cohérent, crédible et parfaitement agencé. C'est à ce moment que le titre ébloui. Les environnements sont absolument sublimes, contrastant dès lors avec des personnages un cran en dessous, aux visages figés et inexpressifs. La luminosité globale (au cinéma, on parlerait de photographie) achève de rendre cette ville superbe, un parfait écrin à l'aventure qui va suivre, pense-t-on. Très vite, la nuit tombe et la femme d'Alan disparaît. Le cauchemar débute.

Attendu depuis cinq ans, le nouveau titre exclusif de Microsoft s'était déjà pas mal dévoilé au cours de différents salons. On s'attendait donc à une ambiance très travaillée et on peut dire que le pari est tenu. La mise en scène et la narration sont très réussies et les monologues de Wake (qui commente à peu près tout ce qui se passe) permettent de s'immerger dans l'histoire. Histoire au centre de laquelle on trouve un roman, Departures, que le héros ne se souvient pas avoir écrit et qui annonce pourtant tous les évènements à venir. Ce qu'on pouvait assimiler à une faute de goût (raconter ce qui va arriver dans 10 minutes peut nuire à l'effet de surprise) se révèle en fait très efficace. Lorsque l'on tombe sur une page annonçant l'arrivée imminente d'un ennemi armé d'une tronçonneuse, je peux vous dire que l'effet est immédiat et qu'on progresse en redoutant d'entendre le moindre son mécanique. Non vraiment, sur le plan de l'ambiance, le travail effectué est remarquable, d'autant que les jeux d'ombre et de lumière, au centre du game system, sont assez incroyables et rajoutent à l'angoisse. D'ailleurs, le premier épisode (le jeu est découpé en 6 chapitres, pour une périple total avoisinant les 10 heures) a su me faire frémir. Je suis en général assez client des jeux de flippe et j'ai tendance à me laisser entrainer sans mal dans les combines des développeurs visant à m'effrayer. Dès que les possédés (des êtres humains plongés dans les ténèbres et qui apparaissent sans crier gare) ont débarqué, un sentiment d'oppression s'est mis en branle. Le temps de maitriser le gameplay...

Ce gameplay est très simple. Équipé d'une lampe torche, il suffit d'éclairer les ennemis un certain temps afin que le bouclier de ténèbres qui les protège se dissipe. Il faudra alors les aligner avec votre arme pour les voir succomber. Il existe bien un système de piles, chargé de ressourcer votre torche une fois celle-ci à bout (et sans devoir attendre qu'elle se recharge toute seule, ce qui peut prendre quelques secondes) et qui pourra vous mettre en panique dans le feu de l'action, mais rien n'y fait. Ces phases de combat sont désespérément répétitives, mécaniques et limitées. Les ennemis sont, grosso modo, toujours les mêmes, au mieux en trouve-t-on certains plus résistants, et les phases où ce sont les objets qui vous assaillent (tuyau, bidon, moissonneuse-batteuse) sont loin d'exciter le palpitant. C'est d'ailleurs le gros problème du jeu : on s'y ennuie fermement. Dès qu'on maitrise le système de combat et qu'on assimile les mécanismes de survie, tout cela tourne sacrément en rond. Résultat, on se ballade pendant des heures dans la forêt, on tue des grappes d'ennemis et on continue. La progression est redondante, autant de par ce qui demandé au joueur qu'au travers des environnements traversés. Les situations inédites, venant briser la routine, sont bien rares et brèves, et si le tout s'emballe un poil passé le chapitre 3 (soit à la moitié du jeu), les premiers instants sont incroyablement poussifs et laborieux. C'est bien simple, au bout d'une heure de jeu, on a vu l'intégralité de ce qu'avait à offrir le titre. D'autant que l'histoire, le moteur qui vous donnera envie de poursuivre, se révèle en fait très classique, pas forcément passionnante et avare en rebondissements. Seuls les moments où l'ennemi est en large surnombre sauront exhumer la légère tension ressentie au début du jeu. Mais de nombreux détails m'ont fait constamment sortir du trip. On peut citer les animations du héros, rigides et maladroites dès qu'il rentre en contact avec le moindre objet de l'environnement (porte, obstacle, etc.), le prétexte narratif qui vous envoi parcourir des kilomètres à pied (ou en voiture, sans pour autant que ce soit plus intéressant), espaçant de trop les séquences narratives (un peu plus passionnantes) ou encore l'impression de joueur à un jeu qui a vraiment un train de retard, le genre action-shooter ayant considérablement muté ces dernières années (quels jeux de ce type propose encore un bouton de saut ?).

Même si Alan Wake n'est pas foncièrement un mauvais jeu, il n'en reste pas moins une grosse déception. Son côté daté et son gameplay simpliste n'incite pas vraiment à avancer. Pas plus que le scénario, assez moyen au final. Seules restent l'ambiance, très au point, la bande son de qualité et la ville de Bright Falls, un décor sublime qui méritait d'abriter un jeu d'un autre calibre. Il est pourtant certain que de nombreux joueurs y trouveront leur compte (en témoigne les tests français, assez dithyrambiques), mais il ne serait pas étonnant qu'Alan Wake se reprenne de plein fouet toute la hype qu'il avait accumulé. Franchement, préférez lui le dernier Silent Hill sorti sur Wii, si vous ne l'avez pas encore acheté.

CouCou

 www.consolesyndrome.com 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris