Premium
Signaler
Articles

Elle vous nargue, elle vous guette. Soigneusement rangée à coté du téléviseur, reléguée au coin dans un vieux carton ou simplement vautrée en désordre sur l'étagère, elle est là et ne diminue pas : la pile de jeux à faire. Voilà bien un problème commun à tous les gamers. Même en faisant le choix de consacrer son temps libre exclusivement aux jeux vidéo, la conclusion est toujours la même et tous les génériques de fin n'auront pas la chance d'être visionnés.

Vous l'avez immanquablement prononcée au moins une fois dans votre vie, la phrase fatidique : « J'ai déjà trop de jeux à faire ». Dans la course effrénée pour suivre l'actualité, il y a forcément des dommages collatéraux laissés de côté, noyés parmi les innombrables sorties chaque mois (voire chaque semaine), sacrifiés sur l'autel du manque de temps. Ils sont parfois abandonnés à contrecoeur. Il leur faut savoir briller rapidement, se démarquer de la masse, sinon ils risquent de finir dans un bac à soldes, leur baisse de prix rapide ayant tendance à éveiller le soupçon : « Une réduction si vite ? Il doit vraiment être nul en fait... »

Malgré tout, même au régime, vous n'arrivez pas à suivre ! Pire encore, cette constatation ne date pas d'hier. Le retard s'est accumulé depuis des années, des décennies. Si jadis le faible montant de votre argent de poche était votre principal ennemi, aujourd'hui vos économies sont habilement dépensées. Un coup de coeur devant l'étalage, une promotion alléchante, une pré-commande en vue de pallier à une future rupture de stock, les occasions ne manquent pas. Toutes les excuses sont bonnes pour compléter votre collection et agrandir votre armée de boîtes en plastique. Malheureusement, les crédits pour des heures supplémentaires en fin de journée n'existent pas encore. Fruits d'achats compulsifs, les jeux continuent leur coma prolongé et attendent de pouvoir communiquer, un jour, avec une manette.

Puis, au détour d'une conversation, un titre est évoqué, un classique. Un jeu qu'il faut avoir fait, comme une notion fondamentale. Faute avouée à moitié pardonnée : « Il est ... dans ma fameuse pile ». La culpabilité déborde et vous prenez une bonne résolution, vous allez vous consacrer à la détruire, à la transformer en jeux terminés, pillés, retournés ! Sauf que sur le chemin du retour, vous croisez le dernier blockbuster en date -évidemment indispensable- et il est déjà trop tard. Après tout, lui aussi il faut l'avoir fait, il serait trop regrettable de subir un spoiler ou de ne pas pouvoir participer au débat courant, dans deux semaines on risque de ne déjà plus en parler...

C'est l'esprit libre, les doigts détendus, que vous allumez votre console et naviguez quelques instants pour découvrir les derniers téléchargements disponibles. Nouveautés, bijoux indés, surprises du chef se succèdent et soudain, la tentation revient. Cet ancien titre que vous avez raté à l'époque est là, sous vos yeux, même pas relifté (ça conserve le charme), une simple pression de bouton le sépare de votre compte bancaire ! Les intentions sont bonnes et bientôt la musique de l'écran-titre vous projette des années en arrière... L'exemplaire d'origine est toujours chez vous, pourtant comme ça c'est plus simple, pas besoin d'aller fouiller le grenier. Sauf qu'avouons-le, après une heure, vous remettrez à plus tard la suite de l'expérience. C'est que vous avez déjà du pain sur la planche, vous comprenez !

Le serpent se mord clairement la queue : faut-il prendre le temps de terminer ses investissements passés, en cumulant un nouveau retard (!) sur la génération actuelle, ou simplement savoir tourner la page ? On nous dit bien chaque mois que le jeu de l'année débarque, alors les classiques, hein ! Le matraquage publicitaire a eu votre peau, est-ce un mal ? Ce soir pour rentabiliser votre achat et sa durée de vie discutable en solo, vous pourrez vivre quelques heures supplémentaires sur le mode coop. Ou alors vous pourrez être ambitieux et commencer cet interminable RPG qui devrait vous bouffer tout le mois. Ce n'est pas comme ça que vous en finirez avec votre pile de l'enfer, mais vous aurez néanmoins passé un bon moment. On oublie souvent qu'il s'agit du but premier.

Peut-être que le destin du joueur est de toujours avoir du leste, un jeu en réserve, un jeu qu'il aurait aimé faire, un fantasme. Pour si jamais je suis malade. Pour si jamais les zombies débarquent et que je me retrouve coincé. Pour si jamais j'ai rien de mieux sous la main. Rassurez-vous, l'embouteillage de fin d'année est encore loin. Il vous reste du temps pour établir un plan stratégique et venir à bout de cette montagne. Un jour, peut-être, la pile sera vide. D'ici là, la meilleure solution reste de ne pas céder aux sirènes générales, de jouer aux titres que l'on veut, même si sortis il y a plus de six mois. Inutile de se gaver, fonctionner à son rythme et selon ses goûts devrait être suffisant pour éviter de devenir blasé. Car si acheter c'est bien, jouer c'est encore mieux.

Mololo

 www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

neokenji
Signaler
neokenji
La dernière image qui illustre ton billet montre bien ce que je veux éviter : avoir un backlog de jeu trop important à faire. Un seul jeu par moment est déjà bien suffisant pour s'éclater.
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris