Premium
Signaler
Articles



Tous ceux parmi vous qui s'intéressent de près ou de loin à la presse papier jeu vidéo ont certainement déjà appris la nouvelle : le magazine Joypad cesse toutes activités et son dernier numéro, le 222, sortira la semaine prochaine. Entre crise de la presse, affect personnel et haines diverses, on peut dire que cette annonce provoque de nombreuses réactions.

Qu'on soit ravis ou désoeuvrés, il faut tout de même remettre les choses dans leur contexte : Joypad aurait du fêter ses 20 ans en octobre prochain et il fait partie de ces mags cultes de l'âge d'or de la presse jeu vidéo console française, aux côtés de Player One et Consoles +. Il est en tout pour de nombreuses personnes de ma génération l'un de ces canards qu'on adorait, qui ont stimulé chez nous la passion du jeu vidéo et qui en n'ont conduit certains (moi le premier) à vouloir absolument travailler dans ce milieu. Je nous revois encore Med et moi, partir à 9h du matin en vélo au magasin du coin, pour aller dénicher notre précieux sésame. Et s'il n'était pas encore arrivé, rendez-vous le matin suivant. Pensez-vous, c'était à l'époque le seul moyen d'obtenir des infos sur le monde du jeu vidéo. Alors certes, nous ne découvrions les annonces de l'E3 que deux mois après la fin du salon, mais qu'importe : l'heure n'était pas encore à l'ivresse de news. Pour être clair : qu'on aime ou pas, Joypad est (était) clairement un magazine emblématique de notre passion et d'une époque.

Pour poursuivre cet article, je pourrais bien entendu citer la reprise du magazine par le groupe Future Press (aujourd'hui Yellow Media) et les changements qui ont suivi (une partie de l'équipe d'alors a quitté le groupe pour fonder le magazine Gaming, avec la malchance que l'on sait, avant de se retrouver en partie sur Gameblog.fr). Qui dit changement d'équipe dit changement de ton et la presse d'alors, prompte à mettre abondamment en avant son équipe de journalistes et les personnalités associées, a vu débarquer de nouvelles têtes et une nouvelle façon d'envisager le traitement de l'actualité. Si pour certains, cela a marqué la fin de leur idylle avec le canard, n'oublions pas que d'autres s'y sont retrouvés.

On pourrait enfin déblatérer sur la crise du secteur de la presse JV. Yellow Media a-t-il sa part de responsabilité pour avoir racheté de nombreuses licences existantes, en plus de Joypad (Consoles +, Joystick, les officiels, pour les faire rejoindre les Consoles Max et autres Jeux Vidéo Magazine) ? Peut-être. L'arrivé du web et de son info en temps réel est-elle la première à blâmer ? Certainement. Mais au-delà de ces réalités économiques, il faut surtout constater que c'est l'époque qui a changé. Ne comptez pas sur moi pour vous ressortir le refrain du « c'était mieux avant » (essayez de ressortir un Pad, un C+ ou un Player de l'époque aujourd'hui et vous verrez comment les gens gueuleraient), ce n'était tout simplement pas la même chose. Même je me retrouve assez nostalgique de cette grande époque de la presse JV (n'oublions pas de citer le groupe FJM et sa pléthore de titres, connaissant presque autant d'adulateurs que de détracteurs), il faut se faire une raison. Les choses évoluent partout autour de nous. Pourquoi pas dans le jeu vidéo ? Et soyons honnêtes : a-t-on jamais eu autant de choses intéressantes à lire sur notre sujet de prédilection qu'aujourd'hui, que ce soit sur le net, dans des bouquins ou sur des blogs ?

Joypad a eu le malheur d'expérimenter cette période de transition. Peut-être trop resté sur les acquis d'une presse qui n'a su évoluer face à l'arrivée d'internet, peut-être trop « tristounet » pour ceux qui aimaient les délires d'un JM Destroy ou peut-être tout simplement témoin impuissant de ce passage d'une ère vers une autre. Joypad n'était certainement pas parfait (qui peut prétendre l'être ?), mais il a au moins eu le mérite de tenter, d'essayer de nouvelles choses, de déplacer un peu le débat. Alors plutôt que de s'apitoyer sur les disparus, plébiscitons ceux que l'on aime et qui existent encore aujourd'hui, afin de leur éviter ce triste sort.

Que reste-il de nos 15 ans ? Plus grand chose. Mais la passion que ces magazines ont su nous insuffler, à nous de la mettre à profit pour monter nos propres projets et devenir les Joypad de la génération future.

Merci à vous les mecs...

 

CouCou

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

my_name_is_john_marston
Signaler
my_name_is_john_marston
ouais, cest clair, ils auraient au loins pu mettre des heros qu'ils aimaient pour un dernier mag (genre dans FF, red dead redemption, max payne, je sais pas...).
kreich
Signaler
kreich
c'est bête c'est franchement la couv la plus laide du mag....
CaptainSushi
Signaler
CaptainSushi
Mon premier mag de jeux video franchement je suis deg ! Joypad on fait un magnifique travail : bravo a eu
balaziouf
Signaler
balaziouf
C'est beau.
Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Tomber de rideau piteux pour un magazine mythique victime des méfaits de Yellow Media, qui après s'être assuré le monopole sur la presse papier jeu vidéo sombre corps et biens.
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris