Premium
Signaler
Les coulisses

Nous avons déjà lu nombre de commentaires à droite et à gauche : "ouais, vous devriez faire un Saga sur telle série ou telle autre". Une bonne occasion pour nous de vous raconter un peu comment se décide le choix d'une saga pour notre collection.

La première chose, peut-être pas la plus sexy, mais indispensable lorsqu'on monte une entreprise : trouvez une licence accrocheuse, capable de fédérer les gamers, mais aussi un public plus occasionnel. Pas question (du moins dans un premier temps) de toucher à la série obscure connue de quelques hardcore gamers (et c'est pas l'envie qui manque, croyez nous !). Ensuite, le second point, qui lui est plus de l'ordre du bonus : tenter de coller à l'actualité en sortant l'ouvrage en même temps que le dernier né de la franchise, pour profiter du buzz médiatique due à la publicité. Ne nous leurrons pas : si Ubisoft nous a fournit Assassin's Creed Brotherhood un mois avant sa sortie officielle, ce tour de force ne se renouvellera pas constamment. Donc, nous préférons être clair dès maintenant : il n'est pas exclut que des prochains numéros des Sagas ne correspondent pas à une actualité quelconque. Ou qu'ils ne prennent en compte le dernier opus en date d'une série. Ce sera forcément dommageable, mais pas forcément moins intéressant. 

La troisième étape à franchir, et la plus méconnue, réside dans l'obtention des droits d'image pour la série en question. Car oui, il est impossible de proposer un numéro des Sagas sans l'accord de l'éditeur, sous peine de poursuites potentielles. Si certains éditeurs sont plutôt cool (Ubisoft par exemple ne demande rien), d'autres sont bien plus exigent : droits d'entrée élevé pour obtenir la licence (on parle de dizaine de milliers d'euros), voire refus catégorique. En effet, ces éditeurs pensent (peut-être à juste titre d'un point de vue très superficielle) que nous ne faisons de l'argent sur leur dos en utilisant leurs éléments visuels.

Enfin, le dernier obstacle consiste à avoir l'opportunité de dialoguer directement avec les concepteurs du jeu (par mail, téléphone, de visu) pour remplir la partie Création d'une part (obtenir les secrets de fabrication), mais aussi pour vérifier des renseignements trouvés sur le net ou conforter nos propres suppositions. Vous le voyez donc, le choix n'est pas forcément évident et ne dépend pas uniquement de notre bon vouloir...

Pour rebondir sur Assassin's Creed, il faut dire que toutes les conditions étaient réunies : droit d'image libre, accès aux équipes de développement, matos graphique abondant et disponible, obtention du jeu en avance et possibilité de sortir en même temps que le jeu (même avant, mais nous détaillerons les tracas de la diffusion dans un prochain post) tout en traitant du dernier titre sortie. Une situation optimale qu'il sera difficile de reproduire à 100%. 

Au-delà de ces considérations terre-à-terre, notre choix s'est porté sur Assassin's Creed dès le départ (sans même savoir si toutes ces conditions seraient remplies) car la série se portait admirablement à notre ligne éditoriale : malgré sa jeunesse la série dispose d'un univers très riche et passionnant, ses rouages de game design ont largement évolué entre les épisodes (ce qui ouvre la voix à de nombreuses analyses), elle est produite par un studio très important (Ubisoft Montréal) mené par des créatifs de renom (Patrice Désilets, par exemple) et ne pouvait donc que nous enchanter, et vous enchanter. Et s'il est certain qu'un Assassin's Creed III et IV vont débarquer dans les années futures, notre ouvrage restera pertinent sur la période traitée, et pourra même servir à se remettre tout en mémoire avant d'attaquer la suite des évènements. 



 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

sseb22
Signaler
sseb22
C'est le texte corrigé, si ça peut être utile :)
sseb22
Signaler
sseb22
Attention aux fautes :o




Nous avons déjà lu nombre de commentaires à droite et à gauche : "ouais, vous devriez faire un Saga sur telle série ou telle autre". Une bonne occasion pour nous de vous raconter un peu comment se décide le choix d'une saga pour notre collection.

La première chose, peut-être pas la plus sexy, mais indispensable lorsqu'on monte une entreprise : trouver une licence accrocheuse, capable de fédérer les gamers, mais aussi un public plus occasionnel. Pas question (du moins dans un premier temps) de toucher à la série obscure connue de quelques hardcore gamers (et c'est pas l'envie qui manque, croyez-nous !). Ensuite, le second point, qui lui est plus de l'ordre du bonus : tenter de coller à l'actualité en sortant l'ouvrage en même temps que le dernier né de la franchise, pour profiter du buzz médiatique dû à la publicité. Ne nous leurrons pas : si Ubisoft nous a fourni Assassin's Creed : Brotherhood un mois avant sa sortie officielle, ce tour de force ne se renouvellera pas constamment. Donc, nous préférons être clair dès maintenant : il n'est pas exclu que les prochains numéros des Sagas ne correspondent pas à une actualité quelconque. Ou qu'ils ne prennent pas en compte le dernier opus en date d'une série. Ce sera forcément dommageable, mais pas forcément moins intéressant.

La troisième étape à franchir, et la plus méconnue, réside dans l'obtention des droits d'image pour la série en question. Car oui, il est impossible de proposer un numéro des Sagas sans l'accord de l'éditeur, sous peine de poursuites potentielles. Si certains éditeurs sont plutôt cool (Ubisoft, par exemple, ne demande rien), d'autres sont bien plus exigeants : droit d'entrée élevé pour obtenir la licence (on parle de dizaines de milliers d'euros), voire refus catégorique. En effet, ces éditeurs pensent (peut-être à juste titre d'un point de vue très superficiel) que nous nous faisons de l'argent sur leur dos en utilisant leurs éléments visuels.

Enfin, le dernier obstacle consiste à avoir l'opportunité de dialoguer directement avec les concepteurs du jeu (par mail, téléphone, de visu) pour remplir la partie Création d'une part (obtenir les secrets de fabrication), mais aussi pour vérifier des renseignements trouvés sur le net ou conforter nos propres suppositions. Vous le voyez donc, le choix n'est pas forcément évident et ne dépend pas uniquement de notre bon vouloir...

Pour rebondir sur Assassin's Creed, il faut dire que toutes les conditions étaient réunies : droit d'image libre, accès aux équipes de développement, matos graphique abondant et disponible, obtention du jeu en avance et possibilité de sortir en même temps que le jeu (même avant, mais nous détaillerons les tracas de la diffusion dans un prochain post) tout en traitant du dernier titre sorti. Une situation optimale qu'il sera difficile de reproduire à 100%.

Au-delà de ces considérations terre-à-terre, notre choix s'est porté sur Assassin's Creed dès le départ (sans même savoir si toutes ces conditions seraient remplies) car la série se portait admirablement à notre ligne éditoriale : malgré sa jeunesse, la série dispose d'un univers très riche et passionnant, ses rouages de game design ont largement évolué entre les épisodes (ce qui ouvre la voix à de nombreuses analyses), elle est produite par un studio très important (Ubisoft Montréal) mené par des créatifs de renom (Patrice Désilets, par exemple) et ne pouvait donc que nous enchanter, et vous enchanter. Et s'il est certain qu'un Assassin's Creed III et IV vont débarquer dans les années futures, notre ouvrage restera pertinent sur la période traitée, et pourra même servir à se remettre tout en mémoire avant d'attaquer la suite des évènements.
ippo
Signaler
ippo
C'est intéressant de bien faire prendre conscience l'origine de votre choix et de votre démarche.
Par contre cette "aisance" (attention, je ne dis pas que cela a été facile non plus) de vous rapprocher ainsi d'Ubisoft pour une saga dont le dernier opus sortait en même temps ET dont le développement était assuré par des francophones risque d'être plus difficile dans le contexte d'autres très grandes sagas du jeu vidéo (??) : je pense notamment à des sagas "historiques" japonaises comme peuvent l'être Metal Gear Solid, Zelda, Mario, Final Fantasy etc. et pour lesquelles il y aurait énormément de choses à dire. Mais cette barrière vis à vis de l'éditeur (si coût financier de licence comme vous le dites) ainsi que celle de la langue (le japonais : mais ce n'est peut-être pas une contrainte pour vous ?) font que je m'interroge sur la possibilité de voir un jour sortir un ouvrage sur l'une ou l'autre de ces sagas typiquement japonaises.
Mais dans tous les cas il y aurait aussi énormément d'autres séries à succès qui mériteraient que l'on s'y intéresse dans le monde occidental du jeu vidéo (AC est un bon exemple ! GTA, Splinter Cell, God of War en sont d'autres... etc.) !

Je vous souhaite tout le succès possible avec votre collection, que je compte bien découvrir dans les prochaines semaines !
Ityfalik
Signaler
Ityfalik
Je m'étais fait la réflexion et j'étais tombé juste (à part pour le droit d'image, ça je n'en savais rien). En tout cas merci pour ces détails et encore bravo pour votre excellent ouvrage !
narco
Signaler
narco
En commande le mois prochain :)
Zefi
Signaler
Zefi
Je t'envie comme pas possible mais le plaisir sera décuplé après tant d'attente à en voir la couverture sans pouvoir y zieuter une page !
C'est ça la magie de noël, l'impatiente mais aussi le plaisir décuplé !
Sirocco
Signaler
Sirocco
C'est intéressant de voir les raisons d'un tel choix. Quand on pense à une Saga du Jeu Vidéo, d'instinct, ce n'est pas Assassin's Creed qui vient à l'esprit.

Maintenant, les lecteurs comprennent pourquoi vous avez fait ce choix, et c'est toujours intéressant pour ceux éloignés de la fabrication de comprendre les tenants et aboutissants de votre travail.

Je vous promets, dès que j'ai un peu de sous, je commande. Sous peu, normalement ^^
Mimic
Signaler
Mimic
Je le dévore en ce moment même. :)
Zefi
Signaler
Zefi
Déjà acheté mais j'attendrais noël pour le bookiner, de la même manière que le dernier AC.
Pourquoi me l'être procuré ? Pour soutenir les messieurs derrière ça pour qu'il continue à nous proposer de tels bouquins !
keuchtof
Signaler
keuchtof
Superbe l'artwork ;)

Sinon super boulot effectué, c'est vrai que le premier ouvrage sera "peut être" l'un des plus simple à réaliser compte tenu des conditions optimales qui se sont offertes à vous !

Petite indiscrétion, il y a déjà un numéro 2 en cours? ;)... et combien de temps a prit la réalisation de cet opus?
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris