Premium
Signaler
Critiques

Un Syndrome Indé un peu particulier ce mois-ci, puisqu'entièrement dévolu à Minecraft. Voilà qui sera l'occasion d'aborder mes premiers pas dans le jeu avant d'en offrir un bref résumé en plus de quelques vidéos assez étonnantes.

Minecraft

Genre : Simulation/Construction Langue : Anglais Disponible : sur site

Découverte

La première fois que je me suis retrouvé dans Minecraft, j'ai mis quelques secondes avant de songer quoi faire. J'avais cette brique grise dans la main et l'univers du possible devant moi. Je me sentis un bref élan de liberté, et puis m'arrêtai : jusqu'où peut-on vraiment aller ? Alors je me mis à creuser, doucement, et puis de plus en plus frénétiquement, comme un réflexe enfantin, et pour chercher une limite. Il s'avéra que je découvrais certaines cavités souterraines, parfois décorées de quelques fleurs et de champignons. Je poursuivis mes investigations sous terre, passant d'une grotte à l'autre avec l'espoir d'y trouver des choses étonnantes, ou juste quelque chose. C'est alors que j'atteignis « le bout du monde » : un mur rocailleux qu'on ne peut pas démolir, sans doute la limite du stage, et plus symboliquement, un brutal rappel à la réalité. Qu'à cela ne tienne, même dans un jeu ça devient vite angoissant de se savoir plusieurs mètres sous terre, alors je commençai à remonter. Pas aussi simple que de descendre, cette vieille bougresse de gravité toujours à l'oeuvre, j'allais devoir faire un gigantesque escalier ; et quitter ces murs gris dont je m'étais déjà lassé pour aller vers la sortie, respirer un peu. Ironiquement j'atterris sous un lac, lequel transperçant les premières briques bleus s'écoula entièrement le long de l'escalier, immergeant la totalité de l'endroit. Trop curieux de voir comment ça pouvait avoir affecté les grottes que je venais de quitter, je redescendis ; à la nage, cette fois. Il y avait de l'eau absolument partout. Les rares aspérités au niveau du plafond laissait apparaître des cloches d'air, mais en dehors de ça, de l'eau, et moi progressant péniblement. Je repris la direction de l'escalier et, nageant vers le haut, débouchai par le lac en question. Autour, des murs grisonnants que je voyais pour la première fois.

J'entrepris de grimper pour mieux me rendre compte des entourages, posant brique après brique, et atteignit assez facilement le haut d'un des murs en question. Mais je ne voyais pas suffisamment. Alors je visai plus haut : un nouvel escalier, vers le ciel cette fois. Cela pris du temps, parce qu'il fallait bien partir du sol, et je tombais plusieurs fois. L'escalier prenant de l'ampleur, je choisi de changer de matière, plaçant des cubes en bois plutôt qu'en pierre, comme pour marquer une étape décisive dans ma construction ; je pris aussi des précautions supplémentaires pour ne plus tomber, sinon volontairement : j'étais particulièrement haut. J'arrivai au ciel, au bord des premiers nuages. Encore une fois j'avais trouvé une limite, alors je plaçai le haut de l'escalier comme nouveau point de respawn - une découverte bien pratique -et m'élançai vers le bas. Et je répétais l'opération, à droite, à gauche, tentant d'atteindre certaines hauteurs proches. Je ne me faisais jamais mal, mon arrivée sur le sol étant à chaque fois aussi irréaliste. Mais je sautais à nouveau, comme pour voir si je finirai par avoir le vertige. Découvrant une manière de prolonger mon escalier horizontalement, je commençais à m'éloigner du bord du monde pour revenir vers le centre, tout en restant en hauteur.

Un jeu pas comme les autres

Petit succès du moment, le jeu, encore en version alpha, dégage déjà des sommes assez considérables, Paypal ayant en cours du mois de septembre provisoirement gelé l'accès aux 600 000 € cumulés par les développeurs pour « comportement suspicieux ». Le succès est tel qu'au 2 octobre, Minecraft dépassait les 1 000 000 d'enregistrés pour 300 000 achats.

Au delà du succès inhabituel pour ce genre de productions indépendantes, Minecraft est surtout le jeu bac à sable par excellence : facile à prendre en main, et faisant appel à votre imagination. Disponible en version classic, le jeu permet essentiellement la construction, alors que la version alpha, payante (9,95€), ajoute des fonctionnalités supplémentaires ainsi qu'un mode survival disposant de monstres ; le joueur doit alors accumuler les ressources et les transformer pour survivre. Il est possible de jouer en multijoueur dans les deux cas, rejoignant d'autres joueurs sur un des nombreux serveurs.

Plus concrètement le jeu autorise deux actions : poser un bloc, ou en retirer un. Différents types de blocs existent, et varient en couleurs, ainsi qu'en tailles et en fonctions. Certains objets, tels que des fleurs, des champignons ou des torches peuvent agrémenter l'environnement. Il s'agit alors d'exploiter ce dernier en juxtaposant les blocs. Très primitif, le système est néanmoins suffisamment libre pour envisager tout et n'importe quoi, en plus d'être terriblement addictif à mesure qu'on essaie d'appréhender sa construction, ce qui peut parfois prendre énormément de temps (tels que dans les exemples qui interviennent plus bas).

De nombreuses réalisations paraissent régulièrement sur le web. Plus aptes à rendre compte du potentiel de Minecraft, en voici quelques unes :

 

Left 4 Dead : 
 

 



Bioshock Infinite :

Une présentation qui tourne mal :


Le Vaisseau Enterprise - D de Startrek :



Par Memento


www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris