Premium
Signaler
Articles

Vous commencez à nous connaître, à CS nous avons nos petits sujets fétiches. Pardon, mais les lubies, ça se contrôle pas. Aux côtés des articles réac, il faut dire qu'on apprécie particulièrement deviser sur la maturité du média et de la presse spécialisée. Aujourd'hui c'est cadeau, ce sera deux pour le prix d'un. Non pas pour radoter, mais pour apporter un peu d'eau au moulin que nous nous efforçons de faire tourner.

Le constat est simple et visible quotidiennement devant nos yeux. Aucun magazine ou site Internet spécialisé ne possède de ligne éditoriale se basant sur des critères de genre (ce qui ne veut pas dire qu'il n'ont pas de lignes édit, soyons clair). Précisons que ce bilan est effectif pour les magazines nationaux et les cinq sites tauliers en France et ne considère donc pas les fanzines et blogs amateurs. En effet, aucun de ces vecteurs d'information ne traitent l'actualité du jeu vidéo à travers un seul et unique genre. Prenons la presse cinéma pour illustrer et comparer ces propos. Dans le monde de la presse du Septième Art, il existe des magazines sur le cinéma d'horreur, de genre, d'action, grand public, etc. Aucun de ces magazines ne visent l'exhaustivité et même Ciné Live ou Première n'ont pas pour ambition de critiquer tous les films à l'affiche. Ils basent leurs sélections sur une ligne éditoriale qui cible un public précis (Mad Movies : horreur, Impact : Action, L'Ecran Fantastique : fantastique, Positif : cinéma de genre). Un public friand d'un genre en particulier et non "fan de cinéma" en général (je caricature). Pour le jeu vidéo par contre, aucun site ou magazine influent ne proposent un traitement de l'actualité ciblée par genre. Globalement, ils sont tous d'accord sur le fait de ne tester que les jeux qui en valent la peine, mais c'est plus l'ambiance de la rédaction et le contenu des rubriques qui va faire la différence. Seul Jeuxvideo.com se risque à l'exhaustivité, sans pour autant entrer dans le fond des sujets traités, mais cela est totalement assumé.

 

L'explication évidente serait le risque trop important, avec ce genre d'entreprise, de ne pas être fructueux. Il est très complexe de rentrer dans ses frais quand on réalise un site ou mag spécialisé dans le jeu vidéo, alors espérer générer de l'argent avec un titre encore plus "niche" est carrément suicidaire. Donc, ok pour la justification pécuniaire. Mais tentons d'aller plus loin. Nous parlions au début de l'article de maturité du média. Est-ce que ce traitement de l'actualité n'est pas encore un signe de la juvénilité du jeu vidéo ? Dans la presse papier jeu vidéo, la ligne éditoriale est déterminée, non pas par genre, comme nous venons de le voir, mais par la classe d'âge. On peut trouver du Kid Paddle pour les enfants, du Consoles + pour les ados et du Joypad pour les adultes. En ce qui concerne les sites web, c'est un peu différent, c'est le type de joueur qui illustre la cible. Ainsi, Gamekult s'adressera plus aux core gamer, Gameblog et Jeuxvideo.fr cherchent une formule plus universelle, alors que Jeuxactu et Jeuxvideo.com sont orientés grand public. C'est dans cette distinction du lectorat que la discordance s'opère entre le cinéma et le jeu vidéo. Mais ceci a évidemment une explication. Le cinéma est à présent entré dans les moeurs, tout le monde s'accorde à dire que c'est de « l'art » (ou du moins pas une activité de dégénérés ou de mioches) et de ce fait, ce media est pour tous, sans aucunes distinction (ni âge, ni type). Le constat est le même pour la musique, il existe des magazines et des sites rock, jazz, classique, mais pas réellement de mag sur "LA  Musique ». Des hebdomadaires ou mensuels culturels tels que les Inrock, Telerama ou Chronic'art survolent les différents média (dont le jeu vidéo), mais eux, basent plus leur ligne éditoriale sur un courant de pensée : tu aimes les Inrock, donc tu aimes les artistes qui sont chroniqués dans l'hebdo, mais là, c'est un autre débat.

 Ce constat dessinerait-il une ébauche de ce que va devenir l'information du jeu vidéo ? Certains sites Internet comme No Frag ou le blog Bas-Gros-Point sortent du lot en se spécialisant dans un genre particulier (respectivement le FPS et les jeux de combat). En ce qui concerne le papier, c'est un peu plus complexe. Depuis plusieurs années, le jeu de rôle parvient à retenir l'attention de suffisamment de lecteurs pour être plus ou moins pérenne. Mais le bilan reste inchangé, les canards spécialisés dans le genre : Role Playing Game ou (feu) RPG, ne peuvent s'empêcher de tester des jeux qui n'ont absolument rien à voir avec leur ligne éditoriale. Certains ont déjà tentés de sortir des clous en axant leur magazine sur des sujets très très spécifiques, on pense à Background, Living Action Game, Hard Core Gamer, ou Game Developement, mais tous ces titres ont connu le même dessein funeste.

 

Que dire au final ? La problématique est simple : pourquoi notre presse spécialisée suit-elle une tendance particulière ? Comme nous l'avons vu, les raisons sont multiples : le média est jeune et il existe une prise de risque trop importante pour les rédactions voulant une spécialisation par genre de jeu, car peu (ou pas) rentable. On pourrait aussi supposer que l'offre du marché jeu vidéo n'est pas assez grande pour pouvoir ce concentrer sur un style de jeu, mais franchement j'en doute. Enfin, la dernière hypothèse serait de dire que le médium jeu vidéo est à part et ne suivra pas forcement le sillon déjà creusé par la presse du Septième Art. Comparer sans cesse l'évolution du cinéma et du jeu vidéo est peut-être une erreur. La presse littéraire, par exemple, compte nombre de magazines traitant du genre en général, et non de certains type de livres. Le jeu vidéo serait donc un loisir pouvant tout à fait s'apprécier dans sa globalité (ce qui est évident) et surtout être traité dans sa globalité (ce qu'il l'est moins).

Par Med

 www.consolesyndrome.com 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris