Premium
Signaler
Critiques

Metroid est une saga dotée d'une aura particulière. Elle déclenche une certaine frénésie à chaque sortie, sans pour autant exploser les plafonds en terme de vente. Cette série possède en fait du charme et Nintendo sait l'entretenir, en ne multipliant pas les épisodes avec excès et surtout en lui offrant au bon moment de nouveaux développeurs. La saga Metroid est un exemple à suivre pour la pérennité d'une série. Elle a su se renouveler en changeant d'équipe, de vision et de traitement, mais sans pour autant dénaturer les fondements, ce qui évidemment, constitue le plus grand risque quand le travail est délégué.

Peu de séries suivent ce schéma et la plupart se perdent ainsi dans des suites à rallonge, exploitant jusqu'à plus soif des concepts à la base géniaux. Néanmoins, on peut citer les jeux F-Zero, qui avec le concours de Sega, a su passer avec brio et panache la dure étape de la next-gen de l'époque : la Game Cube ; ou des séries comme Fallout qui ont vu leurs créateurs changer de visages pour passer du PC à la console. Faire tourner les créatifs sur une même franchise est une tendance qui se confirme. Les éditeurs semblent ne plus vouloir que les game designers s'enlisent dans une vision unique. Vision qui pourrait devenir, à terme, étriquée ou routinière. Castlevania, par exemple, qui avait réellement besoin d'un vent de fraicheur, a vu ainsi son développement voyager jusqu'en Espagne, chez les gens de Mercury Steam, alors que le grand et tant attendu retour de Donkey Kong sera assuré par Retro Studio. Dans une démarche plus business, Red Dead et Max Payne sont deux licences qui ont été rachetées par Rockstar. Bien que la démarche ne soit pas sensiblement la même, le résultat par contre s'avère identique : le chef-d'oeuvre qu'est Red Dead Redemption en est la preuve. Changer de studio, et donc de créateurs, est une façon de faire déjà courante dans le cinéma. La saga Alien en est un bon exemple, chaque volet est dirigé par un grand nom et voit donc sont traitement basculer en passant de l'un à l'autre des réalisateurs. Mais passons au coeur du sujet, Metroid : Other M, qui, comme vous l'avez compris, a changé de maitre à son bord, débauchant Retro Studio et faisant donc place à la Team Ninja.

Le traitement de la Team Ninja n'est pas une relecture, ils n'ont pas tout chamboulé. Pareillement à Retro Studios, cette revisite de Metroid n'est pas un blasphème, la charte de base est respectée. Quand Metroid Prime est sortit, les développeurs de l'époque parlaient de FPA, (First Person Adventure) en contradiction avec FPS (First Person Shooter), pour désigner le genre du jeu. D'après les premiers trailer et le passé très tumultueux de la Team Ninja (Ninja Gaiden, Dead or Alive) on aurait pu croire que cet épisode Other M serait uniquement basé sur de l'action. Et bien ce n'est pas réellement le cas. La maniabilité est aussi simple que pour les Prime, la visé se fait automatiquement et l'esquive se réalise très simplement, d'une simple pression sur une direction. Les affrontements sont dynamiques, mais chaque ennemi s'approche de façon réfléchie. Il vous faudra trouver quelle arme utiliser et quelle stratégie aborder pour en venir à bout. Le résultat est de visu plus frénétique : Samus se déplace très vite et il est possible de réaliser des finish moves assez classes (signature du studio), mais manette en main, cela ne demande pas plus d'habilité que pour les volets Prime. La Team Ninja n'a pas bouleversé la formule, mais l'a faite évoluer. La découverte poussée des niveaux, l'exploration minutieuse (moindre que pour les Prime, il faut l'avouer) et l'errance sont toujours de mise. Pour moi, Metroid : Other M n'est pas un TPS (Third Person Shooter) mais bel et bien un TPA (Third Person Adventure).

Yoshio Sakamoto a bâti les fondations de la saga. Aujourd'hui, aux côtés de la Team Ninja, il sublime et fait évoluer ces principes de base. La série Metroid, avec la trilogie Prime, a atteint une certaine maturité dans son gameplay. Le passage à la 3D et la traduction d'un gameplay mélangeant action et exploration fût sublimement opéré. Other M marque à son tour une étape dans l'évolution de la saga : celui de la maturité scénaristique. En traitant Samus Aran plus comme une icône que comme un vrai personnage à backgroud, les anciens chapitres usaient de l'image du héros pour véhiculer une idée globale représentant la saga. Other M n'a vraiment pas un scénario remarquable, mais place son héroïne au centre de l'aventure, alors qu'auparavant, Samus n'était qu'un outil charismatique pour l'exploitation d'un gameplay singulier. Other M profite de l'aura inouï de son protagoniste pour enfin mettre a nu son passé, son histoire, ses amis, ses amours et surtout sa personnalité sulfureuse. Samus est présentée comme une femme qui porte une armure, et non le contraire. L'objet de toutes les attentions est inversé : l'héroïne est à l'honneur et non son penchant métallique. Ainsi, sa combinaison prends des formes humaines et met en valeur celles de l'héroïne. De plus, la teinte de la visière de son casque s'estompe pour que le joueur puisse discerner un visage féminin et qu'il garde toujours à l'esprit l'origine de son avatar.

Les épisodes Prime nous avaient projetés dans le casque de Samus, à travers ses yeux. Other M poursuit la mise en abîme et nous place à présent dans sa tête. Mais la représentation à l'écran n'est plus subjective. Le joueur, pour connaître les tréfonds des ressentis de Samus, est placé en tant qu'observateur omniscient et regarde donc l'action d'un point de vue extérieur. Cette place privilégiée vous octroie la primeur des pensées, des craintes et des obsessions de Samus. Le jeu débute en effet tout de suite après le combat final de l'épisode Super Nes, opposant Samus à Mother Brain, et met en scène la mort du bébé Metroid. Saine et sauve, Samus est malgré tout tourmentée par le sacrifice du dernier représentant de la race Metroid (ou censé l'être ?). C'est dans un contexte presque déprimant que vous débutez l'aventure. Une sensation dépressive soutenue par une bande son de haute qualité, ponctuée d'effets titillant la curiosité mais aussi le stress du joueur. Mais ce qui influe le plus sur cette ambiance cosmique, c'est cette voix-off douce et enivrante, celle de Samus, celle qui résonne dans votre tête, à vous, joueur qui savez tout des tenants et aboutissants. Ces confessions pourront rebuter certains, car cela va les sortir de la solitude recherchée dans un Metroid. Une solitude pesante, claustrophobique, bien présente dans Other M, mais un peu diluée par la présence d'autres personnages.

Licence Nintendo oblige, Other M sort sur Wii. C'est avec un grand bonheur que l'on constate que les développeurs ont utilisé les possibilités de la console avec intelligence, et non par dépit. La détection de mouvement ne sert que pour la vue à la première personne et est activable à tout moment en pointant la Wiimote vers l'écran. Un petit gimmick utilisant la manette servira aussi à recharger sa vie et ses missiles. Simple et intuitif en théorie, il faut avouer que la maniabilité s'avère un poil complexe au début de l'aventure. L'autre bon point à distribuer à l'équipe créative concerne la mise en scène. Dynamique et plutôt habile pendant les cinématiques, elle prend tout son sens durant les séquences de jeux. En effet, certains plans choisis seront différents dans un même décor à deux moments distinct du jeu. Ceci aura pour effet instantané de rendre le titre plus vivant et surtout moins routinier. Rendre les allers-retours plaisant est une particularité de la saga. Le grand nombre de bonus oublié et de portes laissées fermé n'attendent que le second passage de Samus, enfin affublée d'évolutions technologique (activables dans cet épisode de façon très très maladroite, après l'aval de votre supérieur), pour être ramassés ou franchis. Dommage que le côté TPA, où vous allez vraiment explorer les moindres recoins du jeu, ne se dévoile pas plus tôt. Avant cela, il faut avouer que le titre est teinté d'une certaine linéarité. La sensation de partir à l'aventure en vous détournant de l'objectif de base, pour vous perdre et finalement se rendre compte que tout était prévu depuis le début par le level design ne sera pas éprouvée souvent dans Other M.

La Team Ninja a su respecter les principes de bases d'une série mythique tout en lui redonnant un coup de souffle, plus moderne et accessible. Personnellement, je l'aurais préféré plus intimiste, comme le fut la trilogie Prime, qui reste encore à la première place dans mon coeur de fan. Le jeu est trop linéaire à mon goût, je n'ai pas particulièrement apprécié le bestiaire et certains personnages secondaires sont pour moi trop caricaturaux. Il n'empêche, et malgré ces quelques tares, Metroid : Other M ne m'a à aucun moment ennuyé. La dizaine d'heures que nécessite le jeu passent à une vitesse folle et vous verrez avec bonheur qu'après la conclusion, il y a encore beaucoup à faire. En plus d'être l'un des meilleurs titres de la console, Metroid : Other M lance de la plus belle des manières le florilège de hits qui s'apprêtent à débarquer sur Wii.

Par Med

 

www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris