Premium
Signaler
Articles

plume.jpgFut un temps où les quelques passionnés que nous étions s'arrachaient les rares magazines spécialisés disponibles sur les étals de nos kiosques préférés. A l'époque, ces canards représentaient la seule source de news concernant le jeu vidéo, et chaque mot, chaque ligne, chaque avis avaient alors valeur d'évangile. Aujourd'hui, le net est arrivé, le marché de la presse a explosé, les blogs sont nés, et tout ceci à remis en perspective le rapport entre les jeux et la critique. 

Il y a juste quinze ou vingt ans, le monde du jeu vidéo n'était pas le même. Et comme de bien entendu, les vecteurs d'information de ce secteur n'étaient pas les mêmes non plus. Les joueurs âgés de plus d'une vingtaine d'années ont forcément connu la presse flamboyante de l'époque. Concernant l'univers « console », les trois mags qu'étaient Consoles +, Joypad et Player One se partageaient des chiffres de vente colossaux, dépassant allègrement les 100.000 unités par mois, pour peu qu'un la une affichait un artwork en rapport avec Dragon Ball Z. Pour accéder ainsi à cette seule source d'informations, les joueurs guettaient avec impatience le 25 de chaque mois afin de s'abreuver de news et de tests. Il n'étaient d'ailleurs pas rare d'apprendre toutes les annonces de l'E3 plus de deux mois après sa tenue initiale. Tout ceci pour dire que nous nous retrouvions comme des oisillons au bord du nid attendant le retour de papa et maman, la gueule pleine de vers. Les testeurs étaient assimilés à des icônes et leur avis ne souffrait d'aucune contestation.

Aujourd'hui, l'heure est au net 2.0. Le web s'est démocratisé et les sites consacrés aux jeux vidéo pullulent. La news au kilomètre est devenu l'appât chargé de convertir le chaland et les joueurs peuvent alors suivre l'actu à la seconde près. Il est même possible de découvrir en direct les conférences données à l'E3 et d'en apprendre donc autant que le journaliste ayant fait le voyage à Los Angeles. Plus besoin donc d'attendre les comptes-rendus des évènements. Bien calé sur MSN le temps de la conf, le joueur s'est déjà fait un avis de tout ce qui a été présenté, et en a déjà parlé avec ses potes. Les forums ou chat se sont aussi développés à vitesse grand V, et les blogs sont devenus des moyens d'expression aussi banals que classiques. Les « amateurs » peuvent alors développer leur propre site de jeux vidéo, proposer leurs critiques de jeux, leurs visions, et la parole du testeur « professionnel » devient alors un complément, plus qu'un vérité absolue. Bien entendu, chacun peut se faire son propre avis sur cet état de fait, et trouver cela dommageable, ou au contraire fabuleux.

reussir-son-blog1.jpg

L'un des dommages collatéraux de l'émergence de cette « nouvelle » critique demeure le rapport au jeu. Désormais, aucun titre ne passe au travers des mailles du filet. A peine sorti, celui-ci sera disséqué sur tout ce qui compose l'univers virtuel d'un joueur : test et analyses sur les gros sites, les plus petits, les blogs, son forum favori, etc. Chacun a alors un avis sur tout. Conséquence directe issue de ce foisonnement d'opinions qui s'entrechoquent : plus aucun jeu ne peut faire l'unanimité. A l'époque des mags d'il y a vingt ans, si les trois canards s'accordaient à déclarer un jeu réussi, l'inconscient collectif s'imprégnait de ce verdict, alors sans appel. Ainsi des légendes se sont construites, des softs mythiques berçaient nos jours et nos nuits et le souvenir de l'un d'eux en soirée poussait facilement la larme à l'oeil des convives. Maintenant, l'unanimité n'existe plus, chacun pouvant choisir un moyen d'expression à sa disposition pour hurler son mécontentement. Ceci est problématique pour des jeux à forte personnalité, qui n'hésite pas à user des partis-pris radicaux. Pourtant acclamé par la critique « officielle », des jeux comme Zelda the Wind Waker ou encore Final Fantasy XII subissent de nombreux quolibets sur certains forums spécialisés.

400px-Maccari-Cicero.jpg
La démocratie participative dans le jeu vidéo ?

Mais plutôt que de justifier du bien fondé de ce nouveau rapport à la critique, il semble plus intéressant de tenter d'en comprendre les conséquences sur le long terme. On est ainsi passé d'une génération de bénis oui-oui à celle de la vindicte obligatoire et du débat sans fin. De fait, appréhender le lectorat d'aujourd'hui devient bien délicat, tellement celui-ci demeure opaque. Chacun pense avoir complètement raison - comment penser autrement, tout un chacun ayant accès à assez d'informations pour prétendre juger en plein connaissance de cause ? Le soucis, c'est qu'un media majeur comme le jeu vidéo a besoin d'une représentation « officielle » et d'un ensemble de critiques à son service. Comme tout mouvement, il nécessite des chefs de file, capables de poser des jalons de son évolution et de lui apporter toute sa reconnaissance. Il est également obligatoire que le loisir vidéoludique se dote d'une grammaire propre et qu'il dispose de ses vitrines - comprendre des softs emblématiques, fruit d'une unanimité - afin de paraître cohérent et mature. Cette dispersion des voix et cette nouvelle approche de la critique de jeu vidéo pourrait au contraire le desservir, lui faire perdre de son unicité et ralentir la reconnaissance que le media attend.

www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Yilduz
Signaler
Yilduz
Merci pour cette analyse vraiment très pertinente. :)

Je ne suis pas d'accord avec ta conclusion sur au moins un point. Tu sembles dire (mais j'ai peut-être rien compris :P) que le nouveau mode de lecture 2.0 des critiques peut desservir le jeu vidéo, notamment parce qu'il rend plus difficile l'unanimité.

Or, je ne crois pas qu'un quelconque jeu ait jamais fait l'unanimité, même avant l'avènement du web 2.0. Même Ocarina of Time qui a pourtant à ce jour reçu les critiques les plus favorables n'a pas fait l'unanimité. Ceci dit, l'absence de réel accord entre toutes les voix qui désormais jugent un jeu, n'empêche pour autant pas la reconnaissance de titres tels que Braid ou Flower par exemple comme des étapes particulièrement réussies dans l'évolution du média.

En outre, l'effet de dispersion des voix, et le nivèlement de leur portée qu'entraine forcément le brouhaha des forums, qui rend presque l'avis d'un testeur chevronné équivalent à celui d'un forumeur de passage, n'empêchent pourtant pas que certains avis plus que d'autres concentrent une réelle légitimité.
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris