Premium
Signaler
Critiques

Grim Fandango sort en 1998 ; ce n'est pas si loin de nous. Pour LucasArts, studio emblématique de par ses jeux d'aventure, c'est une des premières fois qu'on s'aventure à la 3D, en réaction au relatif déclin d'alors. Acclamé par les critiques, le jeu a néanmoins été un échec commercial, et une des dernières productions de LucasArts dans le domaine.

A l'heure où l'actualité semble toute entière dédiée aux blockbusters, se plonger dans Grim Fandango c'était plonger dans un autre monde. Déjà, parce que le jeu jouit d'une aura fantastique auprès de beaucoup de joueurs, mais surtout parce que l'époque à laquelle il est sorti se voulait complètement différente. Dans la droite lignée de Monkey Island et de Full Throttle, Grim Fandango impose son style et une certaine élégance : esthétique travaillée, sonorités jazzy. Ainsi qu'une douce absurdité.

Vous jouez Manny Calavera, un agent de voyage du DDM - le Département De la Mort - et dont le travail est de prendre en charge les nouveaux morts pour leur permettre d'accéder au repos éternel. En fonction de leur dossier ces derniers ont le droit à différents moyens de transports, et y accèdent donc plus ou moins rapidement : de la marche au très luxueux paquebot pour les personnes dont la vie a été irréprochable. Mais Manny patauge dans ses fonctions, car les bons contrats semblent systématiquement filer chez son concurrent, Domino. Ce que l'on ne devine pas encore à ce stade, c'est l'ampleur que va prendre le scénario, qui est découpé en quatre temps. D'abord placée à El Alamoual et dans les bureaux du DDM, l'aventure vous invite rapidement à visiter d'autres lieux, parmi lesquels la très charismatique Rubacava.

« Quelle est votre mise ? » « Je ne mise jamais, c'est contre mes principes » « Mais alors pourquoi m'avez-vous appelé ? » « Je me sentais un peu seul »

Au niveau du gameplay, les déplacements au clavier, innovants mais critiqués lors de sa sortie, sont parfois assez approximatifs et soumis à des scripts qui vous redirigent automatiquement lorsque vous passez près d'un mur ou de marches. De plus, rare, mais typique du genre, certaines résolutions d'énigmes doivent se faire dans un ordre donné, au risque de vous retrouvé bloqué. En dehors de cela, c'est surtout techniquement que le jeu est d'un autre monde, pouvant poser de gros problèmes de compatibilité avec un environnement récent. Un groupe de programmeurs avaient d'ailleurs entreprit de rendre accessible certaines autres productions, telles que Maniac Mansion Deluxe et Zak MacKracken (trouvables ici et ici).

Malgré cela Grim Fandango reste, encore aujourd'hui, un jeu remarquable. Les dialogues y trouvent une place prépondérante, drôles et bien écrits, mais surtout bien doublés, y compris en français. Manny, Glottis, Domino et les autres personnages servent l'aventure à merveille et rendent les déboires de Manny attachants. Les énigmes demeurent accessibles pour la plupart bien qu'étant en complet décalage avec ce qui se fait aujourd'hui et nécessitant beaucoup de recherche. Si cela est quelque peu déroutant de prime abord, on s'en accommode bien vite.

Le défilé, à El Alamoual

Le défilé, à El Alamoual

 

Au fond, ce qui participe à faire de Grim Fandango un jeu marquant, c'est qu'il traite de la mort avec beaucoup d'humour. Reprenant l'esthétique des Calaveras, figures populaires de la fête des morts mexicaine, les personnages se moquent eux-mêmes de leur condition. Ils se savent pas particulièrement chanceux mais ne s'en préoccupent guère, se font la remarque qu'ils n'ont pas de tendons, pas de peau, et guère plus de langue alors qu'ils passent leur temps à parler. Les dialogues qu'ils ont entre eux gardent leur spontanéité, leur hésitations. Et certainement leur humanité. Parce que la chose la plus bizarre et la plus rocambolesque, finalement, dans Grim Fandango, c'est bien le monde des vivants, auquel on ne se rend que par obligation (on ne l'aperçoit qu'une seule fois vers le début du jeu). Et parce qu'il faut bien parler de Glottis, votre ami en devenir un peu impotent et naif - à l'image d'Obélix - n'a été créé que pour accomplir l'unique fonction de conduire et ne peut s'empêcher de customiser tout type de véhicule. Et il est tellement succulent avec un coup dans le nez !

A l'image du retour de Sam & Max, prodigué par Telltale Games, peut-être que la grande diversité du jeu vidéo d'aujourd'hui se prête aussi au retour de ces titres légers, n'ayant pour d'autre ambition que celle de vous faire rire et de vous faire passer un bon moment. Avec Monkey Island, LucasArts semble vouloir lui aussi redorer le blason de ces jeux d'antan pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Day of the Tentacle et Full Throttle sont censés suivre. Ce n'est guère que maintenant, après avoir enfin fini Grim Fandango, que je m'aperçois de l'étendu de la bonne nouvelle. Comme quoi, il n'est jamais trop tard pour bien faire.

Note : Comme un heureux hasard, Tim Schafer évoquait le jeu et la place de l'humour dans les jeux vidéo au cours d'une récente interview avec Eurogamer.

Par Memento

 www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Kain2097
Signaler
Kain2097
Il est pas dispo sur Steam? C'est dommage de voir tous ces chef d'oeuvre PC rester dans l'ombre car la technologie a évolué et qu'ils tournent plus sur les PC actuel. L'autre jour je voulais me lancer Nomad Soul et bien pas pu y jouer.
Ink
Signaler
Ink
Best game ever <3

Je tuerais pour qu'il soit remis au goût du jour... Ou tout simplement que les pilotes soient disponibles pour le faire fonctionner sur les PC récents.
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris