Premium
Signaler
Articles

Nous avons tous pris connaissance des difficultés rencontrées par les développeurs japonais depuis l'avènement des consoles next-gen PS3 et Xbox 360 (qu'il serait grand temps de nommer current-gen). Les raisons sont multiples, et aussi bien d'ordre fonctionnel (nécessité de mettre en place de grandes équipes, avec un encadrement adapté), financier (les budgets ont explosé et seuls les plus gros peuvent y faire face), que culturel (la documentation d'un moteur comme l'Unreal Engine III est en anglais, langue que ne maitrise absolument pas une grande majorité de japonais). Les conséquences ne se sont pas fait attendre : de plus en plus d'éditeurs nippons ont choisi de confier le développement de leurs jeux à des studios occidentaux externes. Doit-on craindre cet état de fait ?

 

Les exemples ont pullulé ces dernières années. Silent Hill Homecoming et le futur volet next-gen, Front Mission Evolved, Dead Rising 2, Vandal Hearts, Rocket Knight, Bionic Commando, Dark Void, le projet avorté Final Fantasy Fortess, la rumeur Devil May Cry 5, Castlevania Lords of Shadow ou encore des titres SEGA tels SEGA and Sonic All Stars Racing ou Virtua Tennis, la liste est encore longue. Que ce soit pour la création de nouvelle IP (une nouvelle licence) ou le développement de suites de sagas déjà établies, la tendance fait rage. Le but est de proposer un concept japonais allié au talent technique occidental. Le meilleur des deux mondes en quelque sorte (les occidentaux ont produit les titres les plus aboutis techniquement sur cette génération de machines, exception faite de Finale Fantasy XIII). Du moins le pense-t-on au premier abord. En tout cas, voici un véritable exemple du phénomène de la mondialisation appliqué au jeu vidéo.

 

Pourtant, le constat est assez mitigé. Peu de ces titres ont su réellement convaincre. La nouvelle solution prônée par Capcom, après l'échec de Bionic Commando et Dark Void, consisterai à confier aux studios étrangers la gestion d'une licence déjà implantée auprès du public, à la direction artistique fixée. On risque donc d'éviter les têtes d'ahuris de héros, comme celles vues dans les deux Capcom précédemment cités (et pourtant, j'ai beaucoup apprécié Bionic Commando). Le risque serait tout de même de voir l'identité japonaise se diluer dans ce mode de fonctionnement et donc de risquer la disparition de ce pan de la culture vidéoludique. Car même si les nippons connaissent quelques difficultés à faire évoluer le game design de leur production, leur patte artistique reste encore incomparable. Bien sûr, quelques irréductibles persistent et signent, en ne lâchant rien et ne faisant aucune concession. Nintendo poursuit son développement à Kyoto et des sociétés comme Grasshoper de Suda 51 (Killer7, No More Heroes) se posent comme garant d'un certain esprit « à la japonaise ». Tirer la production vers le haut est un souhait louable, mais il serait regrettable d'avoir affaire dans le futur à des titres trop uniformes, faisant fi des différences culturelles des développeurs.

 

Par CouCou

www.consolesyndrome.com

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

MASKDECOYOTE
Signaler
MASKDECOYOTE
Personnellement, je pense que les japonais ne devraient pas changer leur facon de faire du jeu video car outre passer les limites culturelles dans ce media n'ont toujours pas reussi. Le preuve : des jeux comme Silent Hill ont lamantablement echoue sur ce plan et continuerons si les japonais ne le comprennent pas. Dire qu'il y a une difference entre developper a la japonaise et a l'occidentale n'expliquerait pas comment Resident Evil ou Metal Gear Solid aient eut du succes hors Japon. Les difficultes des developpeurs japonais font ressortir ces differences la, car ils ne comprennet pas pourquoi ils n'ont plus de succes. Le marche a changer, les moeurs aussi mais je pense que les japonais sont les seuls a avoir la solution a leur probleme
Le blog de Console Syndrome Editions

Le blog de Console Syndrome Editions

Par Console Syndrome Blog créé le 23/12/09 Mis à jour le 09/02/12 à 18h52

Le blog des éditions Console Syndrome ! Vous retrouverez également quelques articles du site ConsoleSyndrome.com.

Ajouter aux favoris

Édito

C’est avec beaucoup de fierté que nous vous annonçons la sortie de notre dernier livre, consacré à la saga Metal Gear. Pour fêter l’arrivée de la compilation HD de MGS 2MGS 3 et Peace Walker, et en attendant la sortie de MGS 3D sur 3DS, nous vous proposons ce nouvel ouvrage qui décrypte et retrace l’intégralité de la série. Le livre est d’ailleurs disponible dès maintenant. De quoi fêter dignement les 25 ans de la franchise phare de Konami !

Caractéristiques de l’ouvrage :
Format : 160 x 240 mm
Couverture : cartonnée, vernis UV sélectif
Nombre de pages : 200
Impression : noir et blanc
Auteurs : Nicolas Courcier, Mehdi El Kanafi et Damien Mecheri
Prix : 18 €

Du premier Metal Gear paru en 1987 au récent Peace Walker, parcourez les étapes de création de ces jeux, avec moult anecdotes historiques. Découvrez également un portrait de Hideo Kojima, le créateur indissociable de son œuvre. Revivez ensuite l’intégralité de la chronologie du scénario, relaté dans tous ses détails et sa complexité, et couvrant près de 114 ans d’histoire, de la naissance des Philosophes à la vieillesse de Solid Snake ! Enfin, laissez-vous tenter par de nombreux décryptages et des analyses, s’intéressant autant au gameplay, à la mise en scène, aux idées folles de Kojima ou encore aux divers messages véhiculés.

Au niveau de la forme, nous vous proposons un livre dans la droite lignée de ce que nous vous avions offert avec Zelda, chronique d’une saga légendaire. Un façonnage de haute qualité donc, une couverture cartonnée, un vernis sélectif et un tranche-fil. De quoi démarrer une jolie collection !

Commandez dès maintenant ce livre sur le site des éditions Pix’n Love !

Il sera également disponible très rapidement dans le circuit de distribution classique (Fnac, Virgin, Cultura, Amazon, centres culturels Leclerc, etc.).

Archives

Favoris