La Minute Critique de Chopper le Banni

La Minute Critique de Chopper le Banni

Par Martinman Blog créé le 23/04/11 Mis à jour le 03/07/13 à 21h52

Salut à toi être égaré ! Tu aimes les jeux vidéos, ça tombe bien, moi aussi ! Et ici, je poste des scènes qui m'ont marquées, mes musiques préférées, et surtout, je me tape des délires sur ma bibliothèque magique... Alors prends une chaise et pose toi, te voila dans le Blog de Chopper le Banni !!!

Ajouter aux favoris

Catégorie : Sly, la trilogie du raton-laveur

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur


Nous voila donc à la fin de la semaine...

Comme vous le voyez, la série Sly, c'est une série qui ne prend pas son public pour un imbécile. Un gameplay travaillé et renouvelé à chaque jeu, une histoire en phase avec son temps, des personnages aux relations complexes, et une mythologie qui donne envie de continuer jusqu'au bout.

Après 7 ans de longue attente, Sanzaru nous offre enfin l'occasion de jouer à la suite des aventures du raton-voleur. Tout ce que je souhaite, c'est qu'elle possède les mêmes qualités que ses prédecesseurs...

J'espère vous avoir donné envie de découvrir cette saga, en tout cas, elle vaut le coup d'être jouée !

Je vous conseille fortement la collection HD dont le portage est franchement excellent, fait rare sur cette génération...

Vous pouvez toujours lire les articles de la semaine si vous êtes passé à côté ! Je vous les remets ci-dessous !

Allez, à bientôt, et jusque là, jouez bien !!!


Chapitre 1: Sly, une trilogie de haut-vol


Chapitre 2: Un gameplay qui ose l'originalité


Chapitre 3: Une histoire bien ficelée


Chapitre 4: Des personnages complexes


Chapitre 5: Voleurs de père en fils

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur


Au cours des autres articles, j'ai beaucoup parlé de la famille Cooper, de leurs traditions et du Volus Ratonnus. Aujourd'hui, pour comprendre totalement l'histoire de cette dynastie, je vais aujourd'hui vous proposer une liste de ses membres les plus importants.

Le tout premier des membres est Slytankamon Cooper II, créateur du Caveau des Cooper, il se servait de sa capacité appellée "Pouvoir de l'Ombre" pour devenir invisible, entrer dans les tombeaux des Pharaons et voler leurs trésors. Il était équipé de deux cannes rappellant les Khopesh des Pharaons.

Sir Galleth Cooper, deuxième membre de la famille, était un Chevalier de l'époque Médievale, armé d'une lance, et très rusé. Le code d'honneur des Cooper mélé à la loyauté des chevaliers faisait de lui un des plus grands de toute sa génération !

Salim Al Kupar d'Arabie, était aussi rusé que 40 voleurs. Avec sa serpe recourbée ressemblant à un cimetère, et son turban laissant penser qu'il était de religion musulmane, il volait les grands sultans en cette époque de contes et de légendes...

Slai Mac Cooper était le plus fort de tous ! Capable de détruire un verrou d'un seul coup de Serpe, il vécu sûrement dans l'Ecosse Celtique, et personne ne pouvait l'arrêter, PERSONNE !!!

Le Japon Féodal fut le terrain de jeu de Riochi Cooper, ninja confirmé, et créateur du Saut en Flèche du Ninja, technique consitant à sauter sur de toutes petites pointes et rester en équilibre dessus. Cette technique lui permettait de s'introduire dans les Chateaux fortifiés et voler les Empereurs.

Henriette "One Eye" Cooper est une des seules femmes de la dynastie. Pirate expérimentée, elle volait les autres forbans et naviguait sur les sept mers... On dit qu'elle perdit sa main et qu'elle la remplaca par un crochet en forme de Serpe.

"Tennessee Kid" Cooper est un hors-la-loi les plus connus de l'Ouest Américain du 19ème siècle. Il créa la technique du "Rat Long Rail", technique permettant de glisser sur les rails, lianes, branches ou toutes autres surfaces glissantes. Grâce à ça, il pouvait s'échapper facilement lors des braquages de trains, son six coup aidant beaucoup.

Thaddeus Winslow Cooper III, le plus gentleman de tous les Cooper. Il se servait de son charme et de son art du déguisement pour tromper les ladies de la haute-société et s'infiltrer dans les manoirs.

Otto Van Cooper, mécanicien et pilote de chasse de génie, avait un physique qui laissait à désirer. C'est à l'aide de ses machines aériennes qu'il commétait ses crimes. Le gang s'est inspiré de ses plans pour modifier le van et détruire les pièges de l'antre de Clockwerk.

Le père de Sly est inconnu au bataillon. On ne sait rien de lui, à part sa technique: Une amélioration du Rat Long Rail qui consiste à performer la technique sur des lasers de sécurité.

Sly Cooper, dernier descendant en date est sûrement le plus grand de tous... Il réalise toutes les créations de ses ancètres, a détruit la menace qui pesait sur sa famille et travaille avec une équipe de choc...

Chacun des membres de la famille est en phase avec son temps et apprivoise son environnement pour créer la meilleure technique possible et voler les plus grandes richesses de son pays.

Chacun d'entre eux prépare la relève et écrit sa page du Volus Ratonnus pour laisser sa patte dans la famille...

Grâce à ça, une vraie mythologie s'installe dans les jeux et donne très envie d'entrer dans le Caveau des Cooper dans Sly 3. A l'intérieur, 2000 ans d'histoire attendent le joueur impatient et donne ce qui est certainement la meilleure scène pour fans de l'histoire du jeu vidéo...

Voila, j'ai pas grand chose à vous apprendre de plus, j'ai l'impression que j'ai dit tout ce qu'il y avait à dire sur la série, alors, je vous dit à demain pour la conclusion de cette semaine spéciale Sly Cooper !!!

N'hésitez pas à lire les autres chapitres de la semaine !

Chapitre 1: Sly, une trilogie de haut-vol

Chapitre 2: Un gameplay qui ose l'originalité

Chapitre 3: Une histoire bien ficelée

Chapitre 4: Des personnages complexes

Et à demain pour la conclusion !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur


Comme hier, résumons rapidement l'histoire et la situation des personnages:

Sly Cooper est le descendant d'une longue lignée de voleurs... A la mort de son père, il a été envoyé à l'orphelinat ou il a rencontré ses deux meilleurs amis et complices de toujours, Bentley la Tortue et Murray l'Hippopotame.
Ensemble, ils ont tout fait ! Ils deviennent une véritable famille soudée envers et contre tout...

Ils sont poursuivis par l'Inspecteur Carmelita Montoya Fox, dont la seule raison de vivre est de capturer Sly et le voir pourrir en prison à perpétuité !

De nombreux personnages intégrent le gang dans Sly 3:

Le Gourou, maître de Murray lorqu'il quitte l'équipe, est attaqué et enfermé par des mineurs qui veulent exploiter le terrain. Il est très lié à la terre et peut prendre le contrôle de l'esprit de ses ennemis. Il peut aussi se transformer en un objet de son environnement !

Pénélope est une ingénieur de génie ! Elle défie le gang de battre son chef, le Baron Noir, au tournoi de comba-érien, tournoi de batailles aériennes internationnal à très haut niveau. Mais on découvre que c'était elle qui se déguisait pour participer, les femmes étant interdites...

Panda King, ancien membre des Cinq Maléfiques, veut sauver sa fille enlevée par le Général Tsao qui veut l'épouser de force.

Et enfin, Dimitri, ancien membre du Gang de Klaww, est sorti de prison par Sly et lui demande de récupérer l'équipement de plongée de son grand-père.

Je ne parlerai pas des méchants, car ils sont trop nombreux et ont tous des origines longues à expliquer...


Les personnages ont tous une relation plus ou moins compliquée avec un ou plusieurs autres...

Bentley est un des plus complexés: Pas costaud, pas classe, pas agile, il se pose beaucoup de questions auxquelles il trouve des réponses au fil de l'aventure...

Quand Murray et Sly sont capturés par la Comtesse, il est leur seul espoir, apprend donc à conduire et découvre une nouvelle facette de sa personalité !
Lorsque Penelope intègre la bande, Bentley tombe fou amoureux d'elle, mais elle n'est pas vraiment son genre, on découvre alors un Bentley mis de côté par la popularité de Sly et détruit par ce fauteil qui le prive d'une indépendance qu'il rêve de retrouver !
En se confiant de la sorte à Pénélope et en la sauvant du Capitaine Lafouine, ils se mettent en couple, et Bentley trouve enfin la liberté qu'il désirait...

Murray quitte la bande lorsque Bentley et à moitié broyé dans le bec de Clockwerk. Il considère qu'il aurait pu l'aider et le dispenser de l'handicap...
Il part donc dans le Bush Australien ou il rencontre le Gourou, qui lui apprend à apprécier les choses simples de la vie et la nature. Il devient non-violent.
Mais quand la tortue est attaqué par Don Octavio, il comprend que sa place est avec le gang. Il redevient le Murray d'avant et explose Octavio !

Sly, quant à lui, a aussi ses problèmes personnels malgré son air dragueur et blagueur.

Il veut prouver sa valeur et veut être digne de porter le nom de Cooper. Il ne se sent pas toujours à la hauteur de ses origines...
Mais à plusieurs moments, il prouve que ses amis sont plus importants que des souvenirs, et va jusqu'à sacrifier la Serpe familiale pour protéger ceux qui lui sont cher.

Il entretient une étrange relation avec Carmelita Fox, et si leurs métiers sont totalement opposés, il réalise finalement l'amour qu'il a pour elle à quelques secondes de la mort !
Finalement, c'est elle qui le sauve de la créature du Docteur M, encore une preuve que leurs destins sont étroitement liés. A chaque fin d'aventure, ils s'allient pour combattre une menace plus grande, et redeviennent ennemis une fois les évènements passés !

Cette relation, Sly veut l'entretenir en simulant la perte de sa mémoire et en jouant le jeu du gentil policier !

Tout comme l'histoire, la relation entre les personnages aborde des problématiques psychologiques et physiques qui touchent la plupart des gens dans notre société !

Ils se posent des questions, s'attachent à certaines choses, se mettent en couple, s'interrogent sur le sens de la vie, de la mort, de la famille, de l'honneur et de l'amitié...

Et c'est ce côté naturel qui les rend attachants, ce côté si humain.
Tout le monde a ses faiblesses, personne n'est parfait, et les scénaristes l'ont bien compris !
Aucun des personnages n'est infaillible, ils ont tous leurs moment de tristesse, leurs moments de faiblesses, d'héroisme, de bonheur...

Ils apprenent à se connaitre, à se comprendre, eux et leurs proches...
Ils savent se surpasser pour aider voire sauver ceux qu'ils aiment, ils savent se canaliser et se découvrent de jour en jour à travers leurs aventures !

Le joueur aime suivre les péripéties de ces gens si normaux qui se retrouvent dans des situations absolument pas banales. Ces personnages qui réfléchissent alors qu'ils sont mélés à des histoires de trafic et de torture.
L'histoire et les personnages rendent l'univers réaliste et intelligent, il ne veulent jamais prendre le joueur pour un imbécile sans sombrer dans les méandres du polar d'auteur.

Grâce à ça, les développeurs touchent tout les publics en nous offrant un jeu qui mérite d'être joué, que se soit pour son gameplay, ou pour son intrigue...

D'après les premières infos, Carmelita va rejoindre le gang, espérons que Sanzaru continue sur la lancée de Sucker Punch et développe la relation entre elle et Sly, ça pourrait donner un résultat intéressant !

Si vous avez aimé, vous pouvez aller lire les 3 premiers chapitres:

Chapitre 1: Sly, une trilogie de haut-vol

Chapitre 2: Un gameplay qui ose l'originalité

Chapitre 3: Une histoire bien ficelée

N'oubliez pas de revenir demain pour le dernier chapitre avant la conclusion !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur


Avant d'analyser le scénario et le contexte des jeux, je vous propose un "petit" résumé, histoire de ne pas être perdu:

La famille Cooper, voleurs de père en fils. Leur symbole: La serpe, qui se transmet de génération en génération, avec le Volus Ratonnus, ouvrage relatant l'histoire de la famille, que chaque membre se doit d'enrichir par une technique qu'il aura créée et perfectionée...

Le soir où le jeune Sly doit recevoir cet héritage, les Cinq Maléfiques s'introduisent chez lui, tuent son père devant ses yeux, et déchirent le livre. Chacun d'entre eux en récupère une partie qu'il garde précieusement dans leurs antres aux quatre coins du monde.

A l'orphelinat, Sly rencontre ses deux meilleurs amis et complices: Bentley, le Cerveau, et Murray, le Costaud.
Depuis cette nuit funeste, Sly a décidé de récupérer son livre, de venger son père, et de sauver l'honneur de sa famille...
Mais le dernier des membres des Maléfiques, le faucon Clockwerk, ennemi de toujours de la famille, est allé jusqu'à changer son corps en une machine sans âme pour survivre à travers le temps et annihiler la dynastie Cooper...

Deux ans après les évènements du premier jeu, la créature est morte, détruite, supprimée, disparue...
Mais quelque chose vit encore, une haine, une haine terrible, et assez forte pour rester en vie...
Le gang de Klaww, groupe de trafiquants et criminels en tous genres, vole les morceaux de Clockerk pour leur usage personnel !

Sly veut donc récupérer ces morceaux, car si Clockwerk revient, il voudra à tout prix tuer le raton, et il ne veut revivre ça pour rien au monde... RIEN !
Mais l'oiseau avait une faiblesse, une puce incrustée dans son bec, et après que Carmelita, l'Inspecteur d'Interpol chargée d'arrêter Sly, l'ait détruite, le corps de Clockwerk commence à se décomposer comme du bois pourri.

Bentley ayant été blessé et devenu paraplégique, Murray quitte le gang, et Sly se retrouve seul avec son ami en fauteil-roulant.
La découverte d'un étrange personnage, Jim McSweeny, va lui offrir un nouvel objectif: Découvrir le Caveau des Cooper, lieu magique ou toutes les richesses de la famille sont entreposées... Et la clé ? C'est la Serpe !

Mais le Docteur M, un singe égoiste et sans compassion a déjà pris le contrôle de l'île et essaye d'ouvrir le Caveau depuis des années. Sans résultat.
Sly va donc réunir une équipe pour s'introduire sur l'île, échapper à la sécurité, ouvrir le caveau, et profiter de deux millénaires d'histoire !!!

Mais, à l'intérieur, le Docteur M l'attend et engage un combat avec lui, jusqu'à ce que Carmelita s'en mêle !
Sly s'interpose entre l'Inspecteur et un tir du Docteur, est choqué contre un mur, et perd la mémoire, le laissant penser qu'il est le collègue de toujours de la policière.
Le gang se sépare à nouveau, Bentley crée une machine à voyager dans le temps.

Il retrouve Sly, un soir, en train de danser avec Carmelita.

Le raton se retourne et fait un clin d'oeil à la tortue...

Je ne vais pas analyser l'histoire, j'en parlerais plus dans le chapitre de demain sur les personnages, non, je vais vous parler du contexte de l'intrigue et du fond plus que la forme.

Si Sly se passe à notre époque, le jeu aborde de fait des problématiques actuelles.
Le gang de Klaww, les ennemis du deuxième jeu, sont de véritables criminels des temps modernes ! L'histoire parle de trafic de drogue, là reconverti en trafic d'épices, épices produites dans un coin reculé de l'Inde, en toute illégalité !

La Comtesse, directrice d'Interpol, se sert de la torture et de l'hypnose pour faire dire ce qu'elle veut aux criminels !
Le jeu aborde aussi la problèmatique de la déforestation, problème majeur de ces dernières années avec la pollution !

De nombreuses facettes des personnages font directement écho au monde réel ! Dépendance, haine, égoisme, narcissime ou encore l'escalade sociale !
Beaucoup de points bien entendus adaptés à la sauce Sly, le jeu étant tout de même adressé aux enfants. Mais on sent quand même un certain mépris pour ses ennemis. Si la première impression est bien entendue celle du bad guy qu'il faut battre pour continuer, il y a aussi le fond du criminel.

Dimitri crée des faux billets intraçables, la Comtesse torture des prisonniers, Jean Bison détruit la forêt pour faire marcher son business, Rajan produit de l'épice hallucinogène... Tant de crimes de grande envergure que Sly doit arrêter...

Car si ce dernier les stoppe dans son propre intérêt, il devient sans le vouloir un héros !

D'ailleurs, les forces de l'ordre n'arrivent jamais à temps, et ramassent juste les pots cassés. Pourtant, ils s'octroient tout le mérite des arréstations, et Sly reste dans l'ombre...
Alors qu'Interpol essaye d'arrêter le raton, donc, d'une certaine façon, on peut dire que les méchants sont les policiers !

Ma question étant: Est-ce qu'on peut considérer Sly comme un véritable héros ?

Mais peut-on pour autant le considérer comme un méchant ? Est-il un héros de l'ombre, un Chevalier Noir...

Il reste tout de même un voleur, un être mauvais...

Sa philosophie est: "Voler les voleurs", est-ce que c'est moins grave ? Plus grave ?

C'est toutes ces questions existentielles que Sly remet en question, des questions de morale, des questions de logique, des questions mathématiques même !

Sly est totalement encré dans la réalité, une réalité de crime, de meurtres et de délits. Une réalité où le méchant est celui qui a fauté en premier, ou le blanc et le noir sont les seules possibilités, ou le gris n'existe pas...
Tout le monde a un avis sur les questions que j'ai posées, mais le monde ne peut tourner que sur une règle...

Je vous propose donc quelque chose: Donnez votre avis en commentaire, dites ce que vous pensez, exprimez-vous, je trouve ça intéressant...

Le scénario de Sly est particulièrement intelligent sur un point: Il est inspiré de notre monde tout en restant dans un univers quelque peu enfantin, mais sans jamais prendre le joueur pour un imbécile. Les enfants y verront des méchants à abattre, les adultes y verront un doigt montrant une réalité pas toujours juste...

Ou alors, peut-être est-ce ça la justice...

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à aller voir les deux premiers chapitres:

Chapitre 1: Sly, une trilogie de haut-vol

Chapitre 2: Un gameplay qui ose l'originalité

Et n'oubliez pas de revenir demain pour le 4ème chapitre de cette semaine Sly !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur



Dans ce second chapitre, nous allons aborder un point important de la trilogie, le gameplay !
La série a toujours sur innover et proposer un style de jeu différent à chaque personnage, chaque chapitre, et même chaque jeu ! 

Sucker Punch a toujours aimé surprendre le joueur en changeant les règles d'un niveau à l'autre !
Dans leur première production, Rocket: Robot on Wheels, il fallait récupérer des tickets pour progresser dans un parc d'attraction et sauver la mascotte principale, Whoopie le Morse capturée par Jojo le Blaireau (et rigolez pas, c'est son nom !).

Si on peut penser à un clone de Mario 64, quelle est notre surprise en jouant ne serait-ce qu'au premier niveau ! Car la plate-forme ultra classique n'est pas une fatalité dans ce jeu !
A chaque ticket, le jeu change de style !

J'entre dans une salle d'arcade, BAM, je joue aux fléchettes au Memory et au Tic Tac Toe !
Je vois des bacs rempli de peintures, BAM, je vais me peindre de la même couleur que les gardes pour passer !
Je vois un ticket a 30 mètres du sol, BAM, je constuis des montagnes russes pour monter le chercher et récupérer de l'argent au passage ! 

Avec ce stratagème, le joueur ne s'ennuie jamais et veut continuer l'aventure pour en voir encore plus ! 
Et on retrouve beaucoup de cette patte dans Sly Raccoon.

Dans chaque niveau, Sly doit récupérer des clés pour ouvrir l'accès au boss (on sent déjà la patte de Rocket), et si des passages nécessitent d'avoir les mêmes skills qu'un jeu de plate-forme traditionnel, certains vous proposent de chevaucher une tourelle a réaction, de conduire un sous-marin ou encore de sauter dans un tonneau pour éviter de finir canardé de flèches !

Et le point fort du jeu, c'est de varier même les phases de plate-forme ! On se retrouve parfois à rebondir sur des matelas ou à passer par une fenêtre pour essayer d'éviter les tirs du pistolet électrique de la belle flic Carmelita Fox, à grimper sur une machine sombrant dans la lave en fusion, ou encore à escalader une montagne en s'aggripant a des crochets ou en sautant sur les plus petites pointes...

L'escalade est d'ailleurs un des points essentiels de la progression. Sly possède une agilité à toute épreuve et en tire donc profit pour arriver a ses fins. 
C'est grâce aux techniques de ses ancètres apprises dans le Volus Ratonnus qu'il avance dans les niveaux. Des étoiles indiquent au joueur les endroits où il peut réaliser certaines actions, comme longer un mur, s'accrocher à l'aide de sa serpe...

Le jeu apporte aussi une dimension d'infiltration au gameplay. De nombreux lasers, projecteurs et autres pièges enrichissent le level-design, si on déclenche un signal, les lumières deviennent rouges et brûlent notre ami raton jusqu'à l'os ! Dans la même veine, si un garde nous repère, il nous attaque, lui, ainsi que ces autres congénères.


Avec le changement de gameplay de Sly 2, la série prend une toute autre voie. On passe de la plate-forme (genre mille fois exploités et copié) a du monde ouvert style GTA. Pari très risqué, mais réussi malgré tout. En plus de développer l'univers et l'histoire, ce choix enrichit le gameplay du jeu.

L'infiltration colle totalement au genre, et est plus développée que dans le précédent opus. Si le joueur se balade sans faire attention, il tombera forcément sur un garde qui donnera l'alerte, et à lui de s'enfuir et de se cacher jusqu'à ce que ça se calme.

Mais Sucker Punch ne change pas ses habitudes et nous propose plus de styles de jeu différents par l'ajout de deux autres personnages jouables, Bentley et Murray, les deux acolytes de Sly. Si ce dernier est plus apte à la discrétion et au tirage de poche, Bentley se joue plus dans la manipulation de comportement (par des tirs de flèches soporifiques et des bombes) et Murray à la bourrine. Mais vraiment à la bourrine, il peut se débarasser de 8 ennemis tout seul !

Le jeu se divise en missions, et non en niveaux comme dans le premier, ce qui oblige le joueur à se déplacer dans le monde et à réaliser plusieurs objectifs toujours plus originaux les uns que les autres...
On sent vraiment que tout nos actes sont justifiés, toutes les missions ont un rôle à jouer dans le plan, alors que dans Sly Raccoon, on avancait bétement sans raison, comme dans tout jeu de plate-forme lambda.

Dans les mondes, il faut aussi trouver des bouteilles qui contiennent des indices permettant au joueur d'ouvrir le coffre fort du niveau et de récupérer une amélioration pour ses techniques de combat et déplacement.

Si le concept était déjà présent dans le premier, j'ai trouvé plus intéressant d'en parler ici, car dans Sly Raccoon, tout les niveaux possédaient 30 bouteilles et un coffre. Les améliorations étaient donc bien maigres et n'étaient pas tout le temps passionantes...
Alors que dans Sly 2, il n'y a qu'un seul coffre par monde ! La recherche des bouteilles devient plus intéressante et plus utile, et rajoute une petite allure de progression dans le jeu.

Il est aussi possible d'acheter des améliorations sur le Voleur Net, qui reprend aussi les objets volés pour les convertir en argent (probablement le site le plus illégal du monde).
Encore une fonction qui pousse les joueurs à se balader pour voler de l'argent et des objets de valeur...

Toutes ces techniques font gagner de l'intérêt et de la durée de vie au jeu sans qu'on ait le temps de s'ennuyer ou qu'on ait envie d'éteindre sa console.


Dans Sly 3, la recette n'a pas changée. On reste dans un monde ouvert rempli de missions a accomplir, et c'est peut être un des problèmes que je trouve au jeu. Le manque de changement !

Mais, peut-on vraiment considérer ça comme un défaut ? C'est sûrement un ressenti par rapport au passage du 1 au 2 qui cassait toutes les règles établies pour partir sur de nouvelles bases. Il fallait bien s'attendre à ce qu'ils conservent le même style...

Adieu les indices et les objets a voler, adieu les coffres ! Sly 3 se trouve une identité propre qui fait son charme ! Cette identité, c'est tout ce qui s'est fait de mieux dans les deux premiers opus !

C'est comme si on avait pris Sly 2 et qu'on l'avait paufiné pour arriver au paroxysme du genre !

Car ce troisième épisode reprend le concept de changement de gameplay du 1 qui avait été plus épuré dans le deuxième. Chaque monde est l'occasion de nous faire jouer différement, et la multiplication de personnages rajoute à cette diversification de gameplay.

Un niveau est d'ailleurs quasiment consacré à ce procédé car il nous propose plusieurs chasses aux trésors, des batailles navales dignes des plus grands pirates, un combat de sabre sur les mats d'un bateau, et même un combat d'insultes, tout ça sur une ambiance de port, de rhum et de forbans !

Mais ce n'est pas le seul moment de fun pur ! Je n'ai pas parlé du concours de buveur de limonade, de la grosse baston freestyle qui s'en suit, ou même du tournoi de comba-érien ou les combattants se tirent dessus à des hauteurs faramineuses !

Je comprends ceux qui se plaignent de la répétitivité de InFamous, la production la plus récente de Sucker Punch. Il manque un truc, ce truc à la Sly, cette diversité... Le changement de cible et d'univers des développeurs a fait disparaitre la variété dans les missions et donne l'impression de faire toujours la même chose...

Espérons qu'ils corrigent ça dans une future licence...

Sly 4 arrive bientôt, et d'après les premières impressions, il s'annonce aussi varié que ses prédécesseurs, un style que Sanzaru a voulu concerver pour rester fidèle à la trilogie !

Mais comme je dis toujours, qui jouera verra !
 


N'hésitez pas à aller lire le premier Chapitre si vous l'avez raté: 
http://www.gameblog.fr/blogs/chopperlebanni/p_71485_chapitre-1-sly-une-trilogie-de-haut-vol  

Et je vous dis à demain pour le 3ème chapitre de la semaine spéciale Sly !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur


Avant toute chose, retraçons ensemble le contexte de la sortie de Sly:

Le 7 décembre 2001 sort un jeu cultissime: Jak and Daxter: The Precursor Legacy. 
Jeu de plate-forme très classique dans la lignée d'un certain Crash Bandicoot, il se démarque par l'originalité de son univers et de ses personnages et par un fait révolutionnaire, l'absence d'écrans de chargement entre les différents niveaux.

Un an après sort une autre perle de la PS2, Ratchet & Clank, dans lequel le joueur incarne Ratchet, un Lombax qui découvre un robot appellé Clank au milieu des décombres d'un vaisseau, et qui va se retrouver mélé à une affaire de destructions planétaires. Il fera souffrir plus d'un joueur à cause d'une grande difficulté accompagnée d'une maniabilité très rigide.

Alors que ces deux jeux dominent le marché, une nouvelle licence prépare son entrée... Sly Raccoon.

Le premier épisode de la série sort donc le 16 Janvier 2003 en Europe, soit 4 mois après les USA, et 2 mois avant le Japon.
Le jeu est développé par le jeune studio Sucker Punch, déjà "connu" pour Rocket: Robot on Wheels, passé totalement innaperçu lors de sa sortie en France. Un bon jeu pourtant...

On incarne Sly Cooper, un raton-laveur cambrioleur qui doit récupérer les pages du Volus Ratonnus (l'ouvrage relatant toute l'histoire et les secrets de sa famille) disséminées au quatre coins du monde et toutes détenues par un membre des Cinq Maléfiques, cinq criminels a l'odieuse réputation...

Le jeu méle action, plate-forme et inflitration. Le joueur doit parcourir les niveaux pour récupérer des clefs qui lui permettront d'accéder à l'antre du boss à travers les 5 mondes proposés.

L'aventure est rythmée par des cinématiques style comics composées d'images quasiment fixes très légèrement animées, qui jouent avec les effets de caméra et renforcent le style cartoon du titre. 

Petite anecdote: Au Japon, les cinématiques ont été entièrement redessinées et animées pour mieux coller au style local, ces cinématiques sont d'ailleurs présentes en bonus dans la version européenne comme "un cadeau venant du Japon" ! 

Sly Raccoon (ou Sly and the Thievus Raccoonus aux USA) a été particulièrement bien accuelli par la critique et le public grâce a son originalité et son gameplay au petits oignons et va rejoindre le trio de tête de la PS2 aux côtés de Jak et Ratchet (on les associera d'ailleurs souvent, un jeu les ayant même réunis, le triste Playstation Move Heroes) !

Et deux ans après, Punch récidive avec Sly 2: Band of Thieves !
Mais, fait intéressant, les développeurs ont décidé de tout miser et de changer totalement de gameplay ! Adieu la plate-forme classique, les niveaux et les clés, et bonjour au monde ouvert, aux missions et à la discrétion absolue !

Et ça marche ! On peut parcourir les niveaux à sa guise, jouer avec Bentley et Murray, les deux acolytes de Sly aux rôles moins importants dans le premier. On se sent libre et beaucoup plus intégré dans l'histoire !

En changeant de direction, Sucker Punch réussit a renouveler sa série tout en gardant le même esprit, les même personnages et  la même ambiance cartoon et bon enfant du premier !
Là ou Jak a divisé les fans en devenant un GTA-Like et en changeant de style, Sly a su conserver les joueurs de la première heure tout en touchant un public plus large. 

Et ce n'est cette fois qu'après un an que Sly 3 s'offre une sortie mondiale...
Peu de choses ont changé, les mécaniques sont toujours les mêmes, l'histoire est plus poussée, et les personnages sont multipliés...

Mais c'est peut-être ce qui fait de ce jeu le moins bon des trois, le surplus de membres dans le gang Cooper nous fait un peu perdre cette ambiance fraternelle entre Sly, Bentley et Murray.
L'objectif est un peu plus superflu, ceci étant sûrement dû au fait que le plan final ne nous est jamais expliqué clairement et qu'on ne se rend compte de tout ce qu'on a fait qu'à la fin (enfin, au début, le jeu est un énorme flash-back).

Mais on ne boude pas notre plaisir, et le jeu reste d'une qualité impressionante, et offre une conclusion a l'histoire de Sly seulement un an après le second opus...

OR IT IS !!!

Et oui, après 7 longues années d'attente, Sanzaru Games reprend les rênes pour enfin offrir aux fans la suite tant attendue !!!

Sly: Thieves in Time sort en Mars 2013, et vous pouvez être sûr que je serais au rendez-vous !!!

Voila, si je ne suis pas entré dans les détails, c'est pour ne pas trop en dire et avoir du contenu pour les articles prochains, j'espère que vous avez apprécié !

Et je vous dis, à demain pour la suite de cette semaine Sly !

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Sly, la trilogie du raton-laveur


Bonjour et Bienvenue !

Ce matin, j'ai décidé de faire une série d'articles sur une trilogie que j'adore, celle des Sly Raccoon. J'ai remarqué que j'en parlais beaucoup mais sans jamais entrer dans les détails et sans jamais expliquer quoi que se soit à son sujet.

Car Sly, c'est une histoire, une véritable relation entre les personnages, une dynastie de voleurs de père en fils...

Il y a beaucoup de choses à dire, c'est pourquoi je vous propose cette série de chroniques sur une semaine, 6 jours, retraçant chacun un des points important qui font le charme des jeux (avec une conclusion au 6ème jour).

Ci-dessous, 6 images. Chaque jour, je mettrais un lien sur l'une d'entre elle, qui vous enverra directement à l'article associé.

Je vous dis donc, à demain pour le premier chapitre de cette saga !!!

Jouez bien !!!


Chapitre 1: Sly, une trilogie de haut-vol


Chapitre 2: Un gameplay qui ose la diversité


Chapitre 3: Une histoire bien ficelée


Chapitre 4: Des personnages complexes


Chapitre 5: Voleurs de père en fils


Sly Cooper: Conclusion

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

 

 

Ici apparaîtra peut-être un édito...

Archives

Favoris