Le ChipstBlog

Le ChipstBlog

Par Chipster Blog créé le 31/10/10 Mis à jour le 01/01/13 à 14h20

Un blog sur les jeux vidéo, rien de plus, rien de moins ! Ou pas.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Expérience personnelle

Signaler
Expérience personnelle

     Allez, une fois n'est pas coutume c'est parti pour le récap' annuel de mes expériences vidéoludiques. Et, comme l'an dernier que je qualifiais d'"orgasmique", cette apocalyptique 2012 a fait encore pire ! Ou meilleur... en tout cas y avait clairement à boire et à manger.

     Comme d'habitude, je ferai un résumé de chaque jeu en essayant d'être le plus bref étant donné la quantité de maaasse. Désolé par avance pour cette lecture longue et quelque peu rébarbative, mais lister les jeux ainsi me permet de donner un avis clair et concis sur chacun d'entre eux. Les titres sont toujours ordonnés de manière chronologique. Allez let's go !

Skyrim

     Et oui, déjà un an... je n'avais pu y toucher en 2011, étant déjà occupé à poutrer du bandit avec une chauve-souris. Et puis début janvier je me suis mis à Skyrim. Et puis la claque quoi. Encore aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir affaire au jeu avec le plus grand contenu auquel j'ai jamais joué. Un an après, c'est toujours l'émerveillement devant la grandeur des paysages, soutenu par des thèmes sublimes, et un sentiment de découverte quasiment intacte. Oblivion m'avait déçu dans son système de combat, ici j'ai enfin été satisfait. Clairement un de mes plus grands jeux ever.

Vanquish

     Ah Vanquish, mon Noël Gameblog de 2011, qu'est-ce que j'en ait entendu du bien. Malheureusement la sauce n'a que moyennement prise avec moi. Oui le gameplay est super dynamique, ça va super vite, on se traîne pas un 3,5 tonnes (cf GeoW) blabla. Mais j'ai justement moins accroché que ce jeu avec des cammioneurs. La faute à un univers trop terne, peu écléctique, des situations peu marquantes mais aussi répétitives. Ce n'est pas un mauvais jeu, mais je trouve qu'il galvaude un peu son titre de "best TPS ever" que certains lui donnent.

I am Alive

     Je n'aurai jamais pensé me prendre ce jeu en Day One. Et pourtant. Censé être un AAA à la base, puis perdu dans les abymes de l'oubli toussa, le titre apocalyptique d'UbiSoft sort finalement sur XBLA. Et ça été une très bonne surprise ! Avec un aspect de survie plus accentué qu'on a l'habitude voir aujourd'hui, I am alive propose une histoire certes anecdotique, mais dans un monde qui prend aux tripes grâce à une réalisation touchante. Enfin, il propose à mon goût le meilleur système d'escalade et on est vraiment en stresse lorsqu'on grimpe un immeuble à bout de force !

Silent Hill Downpour

     Remporté lors du concours de notre Butcher national, Downpour est mon tout premier Silent Hill. Et je peux dire que je n'ai été aucunement déçu. Malgré des faiblesses purement techniques (freezes, framerate en berne) évidentes ainsi qu'un système de combat plus que frustrant, le titre de Konami m'a vraiment procuré une bonne expérience. La direction artistique (les décors, pas les monstres hideux (ici c'est pas un compliment)) m'a bien plu et les frissons étaient là. J'ai également bien accroché à l'histoire et le dénouement que j'ai eu m'a particulièrement... interloqué !

Stranglehold

     Trouvé (et largement trouvable à la Fnac du coin) à pas cher, Stranglehold était un jeu que je voulais faire, ayant grandement apprécié la démo à l'époque. Son système de gunfight est vraiment jouissif, bien que parfois imprécis, mais c'est surtout les intéractions avec les décors qui fait le sel du jeu. On passera évidemment sur l'histoire pour se concentrer sur des joutes parfois vraiment abusés où on provoque limite des génocides... bref un bon petit jeu qui vaut bien son prix : 10€. 

Bayonetta

    Autre jeu que je n'ai pu faire que cette année, Bayonetta est enfin passée entre mes... mains. Et cette fois je suis d'accord, la réputation du jeu est loin d'être usurpée. Outre le charisme évident du personnage, c'est un système de combat outrageusement dynamique qu'on a ici et qui m'a permis de prendre vraiment mon pied lors de certains passages (ces duels avec la blonde dont j'ai oublié le nom, vraiment Dante-sques !). Avec ce qui faut en plus de contenu, mais je suis trop flemmard pour me tapper le jeu ouate-mille fois et tout débloquer..

Viking : Battle for Asgard

     J'ai eu beaucoup de mal à me procurer ce Viking Battle for Asgard et maintenant je comprends pourquoi... le titre a pris un sacré coup de vieux à tous les niveaux. Techniquement faible et doté d'une patte artistique clairement pas assez mise en valeur, le jeu est surtout lent et rébarbatif (un peu comme ce récap'). Il y a bien les batailles de masse qui impressionnent un peu mais ce n'est pas assez pour relever l'intérêt que j'ai porté pour ce jeu.

Diablo III

     Oh que j'en attendais de ce Diablo III ! En particulier parce que je n'ai jamais touché au II. La bêta m'avait vraiment convaincu, et la déception n'en a été que plus grande. Si je devais résumer le jeu, je ne parlerai que du premier acte, véritable coeur de l'univers à mon goût. Variété, beauté, richesse, les autres paraissent bien en reste avec des thématiques tristement classiques (enchaîner le désert avec la neige, sérieusement, en 2012 ?). Bon après le gameplay ouais, c'est agréable et tout, le loot aussi mais je trouve qu'on ne progresse pas assez, il faut vraiment atteindre les niveaux de difficultés supérieures pour avoir de l'intérêt niveau stuff. Un peu ma déception de l'année quoi.

Fez

    Ca y est, mon plus gros coup de coeur, c'est lui. Evidemment venté par notre Fache national, j'ai craqué Day One pour ce titre dont l'aspect m'intriguait particulièrement. Et ce fut l'envoutement total ! Un univers sublime, avec une bande son qui ne l'est pas moins, Fez est un hymne à la découverte, à la débrouillardise mais aussi l'émerveillement devant un micro-monde. Avec un gameplay vraiment original, le jeu offre surtout un vrai challenge pour les neurones et laisse le joueur sans aucun indice déchiffrer et comprendre de lui-même l'environnement qui l'entoure. On n'en fait plus beaucoup des jeux comme ça.

Deadlight

     Second jeu à ambiance post-apo de mon récap', Deadlight m'avait attiré grâce à des screens accrocheurs qui donnaient le ton d'un univers sombre et d'une direction artistique sympathique. C'est bel et bien le cas, cependant il est vraiment dommage que le gameplay ne suive pas. On a ici un titre qui offre de la plate-forme basique et des combats peu passionnants mais surtout frustrants (une dizaine de coups de hache pour tuer un zombie, m'ouais..). L'ambiance est donc très bonne mais c'est malheureusement tout ce que ce titre a pour lui.

LA Noire

     La période creuse estivale est toujours l'occasion de retrouver d'anciens jeux à petit prix. C'est comme ça que j'ai pu me procurer l'édition GOTY de L.A. Noire. Je dois vous avouer qu'il est l'un des rares titres ici que je n'ai toujours pas terminé. La faute à un rythme lent, des enquêtes parfois sympathiques, parfois ennuyeuses. Si la réalisation est un régal (les visages, les intérieurs, un L.A. joli mais terriblement vide), j'ai bien évidemment pesté devant les interrogatoires et les routines assez répétitives. Un bon titre mais peut-être un peu trop long, pour une fois.

Syndicate

     Autre jeu estival, Syndicate m'a attiré de par sa patte artistique, étant un petit amateur de ce décrié procédé qu'est le lans-flare et dont le titre d'EA abuse continuellement. On a ici affaire à un FPS relativement classique, qui tente d'apporter plus de pouvoirs au joueur avec ces fameuses possibilités de piratage, finalement assez anedoctiques dans leur impact sur le gameplay. Ca défouraille pas mal, c'est assez joli mais une fois n'est pas coutume l'histoire laisse à désirer et une fois terminé, on n'en retient pas grand chose.

Lollipop Chainsaw

     Une blondinette qui découpe du zombie à la tronconneuse ? Il m'en fallait pas plus pour (c)raquer. Lollipop Chainsaw est littéralement barré, autant dans son personnage principal, la craquante Juliet Starling, que ses situations rocambolesques. Le titre est bien faiblard techniquement mais ce qui m'a vraiment énervé c'est son rythme. Les séquences de jeu sont en effet cassées par des cut-scenes incessantes qui découpent le jeu en "zones" avec un certain nombre de zombies à éradiquer. Le jeu est donc très fun à faire la première fois, mais aussi chiant à refaire, même pour débloquer les tenues aussi sexy soient-elles de la petite lycéenne. 

Prototype 2

Darksiders II

     Mon autre coup de coeur. Après un génial premier épisode, ce Darksiders II a déçu beaucoup de monde. Pas moi. Oui l'histoire est mauvaise, oui la narration fait parfois foutage de gueule, mais nom de Non, cet univers m'a foutrement accroché ! Joe Mad a encore fait un travail énorme sur cet opus, de même que Jesper Kyd qui donne ici une de mes BO préférée de l'année aux côtés de Skyrim. Death est jouissif à contrôler, le jeu est bien plus grand que son prédécesseur, les combats sont encore plus dynamiques, le loot ne m'a pas du tout rebuté, bien au contraire. Bref, ce Darksiders II a été ma bonne grosse came de l'année avec TES V.

Sleeping Dogs

     Mon dernier jeu avant une rentrée scolairement déplorable, Sleeping Dogs a été une bonne surprise. En disette de GTA-like ces derniers temps, le jeu de Square Enix offre un dépaysement bien agréable avec une ville de HK superbe. Mais surtout, et c'est bien là que je l'attendais le moins, une histoire très agréable à suivre. Trop peut-être ? Pas tant que ça, car si on enchaîne bien les missions pour suivre l'histoire, c'est aussi parce que les à-côtés sont peu passionnants. A noter également une très bonne bande-son.

 

Dishonored

     Il était attendu ce Dishonored, et malgré mon débordement de boulot, j'ai quand même craqué pour ce jeu français atypique.  Evidemment, sa grande force c'est son univers, sa patte graphique. Le monde de Dishonored est fascinant et m'a bien plu. Certaines textures dignes de l'âge d'or de la PS2 un peu moins... son histoire, bien que conventionnelle au début, décolle à un certain moment et a enfin réussi à m'accrocher. J'ai cependant trouvé son gameplay et ses choix pas aussi impactants que certains tests l'ont laissé entendre. J'ai joué en discret et tuant le moins possible. Bref c'était sympa, mais pas un GOTY.

Borderlands 2

     Etant donné que je n'étais pas allé très loin dans le premier, il me paraissait improbable de me procurer un jour le deuxième épisode de Borderlands. Mais ça, c'était avant qu'un pote me persuade en y jouant devant moi et me demande de le prendre pour faire de la coop. J'ai donc trouvé un jeu avec un univers super fun, très joli... mais chiant. Voilà, désolé toussa, mais je n'ai pas accroché au gameplay. Le loot est lourd au possible et je n'ai eu aucune sensations (ce qui est embêtant pour un FPS je trouve). Le jeu est très bon, il a des qualités, mais je n'ai pas aimé, je n'ai pas accroché et j'en suis le premier attristé...

Call of Duty Black Ops II

     Oui j'ai craqué pour le Grand Méchant Loup. Pour ma défense, j'étais faible psychologiquement à ce moment et j'avais envie de me défouler ! C'est donc le dernier CoD que j'ai acheté depuis MW 2, mais surtout parce que son approche anticipation m'a également attiré. Je n'ai donc fait que la campagne que je n'ai pas trouvé ignoble, comme les 3/4 des gens pensent maintenant. C'est clairement pas subtile, ni extrêmement passionnant, mais il y a des passages sympas et une réalisation agréable (notamment grâce à une fluidité exemplaire).

Halo 4

     Et le gros morceau pour la fin. Le jeu du fanboy de la série. J'ai attendu le dernier moment, le plus calme, pour lancer le tout nouvel épisode de cette saga qui m'a vraiment lancé dans le JV quand j'étais ado. Je vais pas m'étendre trop ici parce que je compte en faire un vrai billet, mais autant dire que j'ai été convaincu par le boulot de 343 Industries. L'univers de la série n'a jamais été aussi beau, l'histoire est encore plus dynamique et la relation John-Cortana très touchante (bravo à la nouvelle doubleuse de Cortana au passage) pour les fans comme moi. Quelques écueuils néanmoins, comme le design très générique des Prométhéens et leur intérêt qui ne m'ont pas convaincu (au final, on ne prendra jamais autant de plaisir qu'à combattre les Covenants), ainsi que des séquences de jeu à la Darksiders II (aller activer 2 bidules pour détruire 3 trucs) très redondantes. Heureusement certains passages sont vraiment sympa ! Enfin, le Chief est de retour et putain que c'est bon ! Le meilleur en terme de qualité selon moi depuis le 2.

 

     Voilà si vous êtes arrivés ici sans tricher, bravo à vous ! Alors oui, beaucoup de ces jeux sont des AAA, des blockbusters qui tâchent et salissent l'industrie (bouhouh !), mais la plupart m'ont vraiment plu et la qualité globalement était au rendez-vous.

     Au niveau des jeux que j'aurai bien aimé faire cette année, il y a du NFS Most Wanted, du Assassin's Creed III et Resident Evil 6 (ceux-là c'est pour bientôt je pense), peut-être un peu Max Payne 3, la MGS Collection, Hitman Absolution, DOA 5 et puis sûrement d'autres mais bon, le temps, l'argent toussa... Je vous donne quand même rendez-vous la semaine prochaine pour mes attentes quant aux titres de 2013 !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler
Expérience personnelle

     Eh oui tout le monde n'est pas encore rentré ! Encore heureux pour moi d'ailleurs, vu que j'ai travaillé tout l'été... mais ça m'a permit de pouvoir faire quelques folies ! Toutes ces bonnes choses ayant eu la bonne idée de sortir en même temps à la fin du mois d'août ou début septembre, ça va être une véritable course contre la montre de l'enfer des morts que de tout finir d'ici ma rentrée prévue le 14.

     Et encore, je n'ai pas fini Darksiders II et je compte me prendre le comics Batman Arkham City qui fait le lien entre Arkham Asylum et sa suite...

@[email protected]

Voir aussi

Groupes : 
Resident Evil
Jeux : 
Darksiders, Sleeping Dogs, Darksiders II
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler
Expérience personnelle

     Ce soir, grosse surprise. Evidemment avant tout, j'me dois de raconter ma vie passionnante sur quelques mots. Ce soir c'était avant tout l'heure pour moi d'aller voir TDKR. Ceci fait et après avoir pris mon pied pendant 3h, je rentre chez moi alors que mes parents ont invité un couple d'amis.

     Et là grosse surprise, on me dit : "vas voir dans ta chambre, on t'a apporté quelque chose. Si ça te plaît pas, tu pourras jeter si tu veux." Evidemment, je m'y précipite et là je tombe sur ça.

     Une Game Cube accompagnée de 3 manettes et 11 jeux ! Et oui, ça peut faire bien plaisir les amis qui se débarassent des choses qui "encombrent" ! Malgré quelques rayures et autres grosses poussières bouchant le ventilateur de la console, elle semble en bon état. Rien à signaler pour les 3 manettes, de toutes façons j'en utiliserai qu'une seule hihi (l'avantage du fils unique...).

     Alors bien sûr, le catalogue peut laisser à désirer sur quelques points (Naruto, Harry Potter Quidditch), il recèle de bons gros titres comme SSX 3 ou encore Mario Kart Double Dash.

     Mais également un titre bien obscur du nom de Butt-Ugly Martians Zoom or Doom ! Le jeu serait apparemment une course de blattes interstelaires venues de l'espace dans le but de regagner la Terre. Mmh. Ah bha oui, y a bien le Seal of Quality de Nintendo... mais qu'ont-ils fumé à ce moment-là ? Même jv.com n'a pas osé le tester ! C'est dire "le jeu de l'ombre"... (c) Sheep

Le jeu qui fait peur rien qu'à la jaquette... et c'est pas intentionnel.

      L'acquisition totalement innattendue de la console de Nintendo sera évidemment l'occasion de me procurer de nombreux titres que je regrette de ne pas avoir touché comme Mario Sunshine, Killer 7, Wind Waker ou encore RE Rebirth. Et surtout d'un cable pour faire fonctionner le tout sur ma tv hd.

 

     Bref c'est une grosse soirée qui se termine sous les meilleures auspices ! Sauf pour mon porte-monnaie, une fois n'est pas coutume...

Edit

     Problème de câblage résolu ! Puisque se procurer un câble YUV de bonne facture pour jouer confortablement sur une HD pose quelques soucis (merci loupign pour les précisions), j'ai pensé à utiliser notre ancienne tv cathodique restée dans le petit grenier ! Et comme celle-ci était d'excellente facture, l'image est de qualité très honnête même avec un câble RCA.

Le spot idéal ! Et en plus confortablement installé :p

     Bon c'est un peu près de la tv, mais c'est pour être au coeur de l'action !

Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Signaler
Expérience personnelle

     Après moults péripéties liées à des magasins ruinés, il est enfin arrivé. Le Jeu gagné au concours du grand Serial Butcher : Silent Hill Downpour.

     En effet, alors que la rédaction (JulienC bien sûr via ses tests écrit et vidéo) et une partie de la communauté (KrunK et Seb si vous me lisez) en ait fait le buzz, le nouveau Silent Hill me faisait irrémédiablement de l'oeil. Et d'autant plus que c'est mon tout premier épisode de la saga ! Oui je suis un petit peu peureux, comme en témoigne mon air légèrement inquiet sur la photo suite à la réception du précieux (cette jaquette qui fout le malaise !). Il semble donc que ce ne soit pas le plus mauvais des choix (contrairement à une certaine Collection).

     Non content d'avoir livré un bon jeu (oui car je ne doute pas une seconde du contraire), notre Serial national y a ajouté une valeur bien plus grande que le jeu lui-même, dans toute sa générosité habituelle pour ses cadeaux. En effet, une sublime affiche personnalisée accompagne le lot. Outre les images choisies (Heather en haut, des screens découpés du jeu), le texte est terrorisant car apparemment son auteur ne s'en est pas sorti indemne ! Le tout se terminant par une magnifique signature, des plus classes.

     Voilà je pense avoir fait le tour, il ne me reste plus qu'à remercier une ouatemillième fois ce cher Serial pour son cadeau et me plonger avec une bonne grosse culotte bien épaisse autour de la carcasse dans la ville de la folie !

Voir aussi

Jeux : 
Silent Hill : Downpour
Ajouter à mes favoris Commenter (6)


Signaler
Expérience personnelle

     Ca y est, il est l'heure de faire les comptes de ce que cette année 2011 a donné. Et quand je regarde l'an dernier, je retrouve cette expression de "riche année". Car en effet, si 2010 était assez impressionnante en terme de qualité, je crois qu'on peut dès lors qualifier 2011 de totalement orgasmique. Notamment en ce qui concerne le dernier trimestre...


     Je voudrais commencer ce petit récapitulatif par préciser un premier semestre un peu particulier. Etant parti en Irlande pour les études, je n'ai plus eu accès à mes consoles. Et avec des potes, j'ai pu goûter au plaisir tabou sans concession du jeu illégal sur PC. Etant donné la situation, je ne vais pas m'étendre plus dessus.

     Allez, on attaque le (très) gros morceau !

 

Crysis 2

     Crysis 2 m'a forcément tappé dans l'oeil dès le début. Etant un grand amateur de combats urbains, cette suite du FPS tropical de Crytek me semblait indispensable. Alors oui, on perd en liberté. Oui le jeu est moins interactif, moins grand. Mais je l'ai trouvé vraiment beau, son gameplay un peu mieux optimisé grâce à une combinaison mieux foutue. Si l'histoire n'est évidemment pas à garder en mémoire, certaines séquences sont tout de mêmes vraiment sympathiques, et voir New York sombrer ainsi procure de bonnes sensations apocalyptiques. A noter une très bonne durée de vie pour un FPS.

     Bref, Crysis 2 n'a peut-être pas l'impact du premier, mais il est pour moi le meilleur solo de son genre cette année, surtout pour les détracteurs de CoD et autres Battlefield.

 

inFamous 2

     Après un premier épisode de très bonne facture qui remettait les super-héros au goût du jour, Sucker Punch (Babydooooll ! Hum, désolé..) remet le couvert avec un deuxième opus de l'homme éléctrique. Bien plus joli, plus coloré et plus puissant, c'est une nouvelle fois un vrai bonheur de jouer avec Cole McGrath. La ville inspirée de la Nouvelle Orléand est géniale et profite d'un level design superbe mettant d'autant plus en valeur les capacités acrobatiques de notre héros. Le scénario légèrement décousu à la bonne idée d'instaurer un semblant de pression grâce à l'arrivée du monstre.

     inFamous 2 est donc une suite excellente du premier épisode. J'aurai peut-être à lui reprocher une trop grande similarité avec son grand frère dans ses mécaniques.

 

Motorstorm Apocalypse

     Motorstorm m'a toujours quelque peu attiré. Mais c'est avec ce troisième épisode au ton apocalyptique qui m'aura fait franchir le pas dans la série. Et effectivement, c'est vraiment le bordel sur la route ! Les séquences scriptées (mais parfois aléatoires) ajoutent un dynamisme rarement vu dans un jeu de course. Ainsi si techniquement le jeu n'est pas super joli, les effets de destruction sont très très impressionnants et le tout reste fluide dans l'ensemble. Impossible de ne pas évoquer le contenu énorme du jeu avec des tonnes de types de véhicules entièrement personnalisables ! Mon gros regret : la maniabilité des véhicules. Trop peu précise et trop lourde, elle empêche parfois de prendre du plaisir.

     Malgré donc cette jouabilité assez rébarbative, Motorstorm Apocalypse se détache très bien de la masse des jeux de courses grâce à son ambiance et son contenu.

 

Little Big Planet

     Grâce à l'offre PSN suite à son piratage, j'ai enfin pu goûter au super mignon LBP. Je n'ai donc pas été surpris de ce côté-là, le titre de Media Molecule est une petite perle visuelle. L'ambiance est d'autant plus agréable que la bande son est super. Malheuresement je n'ai pas réussi à accrocher jusqu'au bout à cause de la manabilité de notre petit Sackboy. Que d'inertie ! Les niveaux deviennent forcément de plus en plus compliqués et c'est parfois un véritable calvaire lorsqu'il s'agit d'être précis avec notre petite peluche. Je n'ai d'ailleurs pas touché au mode création.

     Little Big Planet est un très bon jeu, aucun doute là-dessus. S'il rafraichit énormément le genre plate-forme grâce à son atmosphère à croquer, dommage que la jouabilité gâche un peu le tout néanmoins.

 

Ninja Gaiden II

     N'ayant pas pu terminer le premier sur Xbox, j'en ai gardé un tellement bon souvenir de gameplay et d'ambiance que je me suis rué sur le II à petit prix, amateurs de démembrements sauvages que je suis. Première déconvenue, le jeu n'est pas joli (parfois très moche même), contrairement à son ainé qui faisait office d'étalon dans le genre à son époque et j'ai trouvé que la direction artistique s'était un peu altérée (sérieux, les monstres loups-garous...). Son gameplay n'a pas beaucoup évolué mais les combos sont plus dévastateurs et jouissifs. Les boss toujours plus nombreux sont malheuresement très très mal équilibrés.

     Une fois de plus, Ninja Gaiden II est un fleuron du genre BTA à la difficulté harassante. C'est un bonheur de jouer avec Ryu Hayabusa malgré le très peu de nouveautés et une DA qui laisse parfois à désirer.

 

Fable III

     Grand fan de Fable, j'ai longuement attendu avant de prendre ce décrié troisième épisode. Je savais que le titre de Molyneux s'était encore plus simplifié que le deux, mais pas à ce point. C'est donc définitif, Fable n'est plus un RPG, mais un simple jeu d'aventure. Albion m'émerveille toujours autant (malgré un frame-rate douteux) et bien que le gameplay soit extrêmement basique, j'ai quand même pris plaisir à me balader dans les quelques contrées et villages. A noter que l'humour est bien plus présent. Evidemment, la partie gestion du royaume une fois roi (reine) est réellement décevante avec presque aucun changement de gameplay.

     Fable n'est plus. Malgré une aventure divertissante, Molyneux a décidé d'oublier quelles sont les origines de sa série. Même la base, le système de moralité bon-méchant, est à la ramasse. Je prie pour un IV épisode retour aux sources... pitié.

 

Deus Ex Human Revolution

     La présentation de Julien au PGW m'avait convaincut du potentiel de Deus Ex HR. Sa direction artistique vraiment attirante pour le curieux de steam ou cyber-punk était évidente et les nombreuses possibilités qu'on nous promettait était aguicheuses. Alors oui l'ambiance est géniale et le scénario assez intéressant, mais le gameplay à mon sens n'est pas la hauteur des espérances. Les solutions de furtivité sont toujours les mêmes (couloirs d'aératioooons...) et le titre n'est pas fait pour se la jouer bourrin. Les phases contre les boss en sont la plus évidente des preuves (j'ai arrêté le jeu à partir du deuxième (Rihanna)).

     Deus Ex HR n'est pas un mauvais jeu du tout, il m'a juste déçu tant j'attendais des nombreuses possibilités. Son atmosphère est un régal mais son gameplay est trop bancal. Quant à l'aberration des boss...

 

Dead Island

     La véritable surprise de l'année pour moi ! Après un trailer qui aura fait chialer dans toutes les chaumières, la prudence était de mise. Oui le jeu n'a pas grand chose à voir avec le trailer, et pourtant il est l'un des meilleurs jeux de zombie à mon sens. L'ambiance est excellente (la nuit en ville fout vraiment la frousse), le gameplay bien équilibré avec la création d'armes de toutes sortes et les niveaux assez gigantesques (peut-être trop). Avec pas mal de quêtes secondaires, le jeu assure en plus une très bonne durée de vie. Certes, techniquement c'est pas jo-jo et le rythme de l'aventure n'est pas forcément bien foutu.

     Néanmoins, c'est un titre indispensable pour le fan de morts-vivants. Dotée d'une ambiance excellente et d'une durée de vie conséquente, on peut faire fi de ses quelques défauts pour se plonger dans cet enfer.

 

Gears of War 3

     Ah, voilà l'ogre. Grand fan de la saga, j'attendais beaucoup de la conclusion des Gears. Basiquement, le jeu n'a pas vraiment évolué. La maniabilité est excellente, le feeling extra et techniquement c'est pour moi le plus beau jeu de sa console (les lumières sont sublimes). Cependant, Cliffy s'est un peu assagi avec ce dernier volet. Le premier acte promettait énormément grâce à sa construction, finalement le scénario ne révèle absolument rien sur la reine Myrrah et les locustes. Peu de phases originales ressortent vraiment comme celle du ver dans le 2e, outre un certain acte III à faire chialer le fan absolu.

     Mon sentiment est donc relativement mitigé sur cette conclusion. Car malgré ce feeling toujours aussi indéniable et une technique incroyable, le fan ne pourra qu'être déçu du manque d'ambition dans l'histoire.

 

Batman Arkham City

     Mon GOTY. Bon voilà c'est dit. Après un Arkham Asylum excellentissime, Rocksteady tutoie les cieux avec ce deuxième volet. Artistiquement innattaquable, le jeu n'est pas seulement beau, il est grand, majestueux et viscéral. Arkham City est un monstre de beauté. Le gameplay quant à lui n'a pas beaucoup changé (infiltration, combat, exploration) mais les possibilités ont été décuplées pour jouir au mieux de ce nouveau monde ouvert. On peut regretter effectivement la sous-exploitation des protagonistes peut-être trop nombreux, mais certaines scènes profitent d'une mise en scène complètement géniale. Sans oublier Ridley, nous offrant un contenu toujours plus fou.

     Ce Batman est une véritable perle. On ne s'est jamais autant senti super-héros que dans ce jeu. Encore plus grand et plus fou, Arkham City est l'indispensable de cette année.

 

Saints Row The Third

     Je termine mon année avec un autre titre fou, mais d'une autre manière. J'avais décidé de me le prendre parce qu'on nous avait promis le plus grand n'importe quoi. Et effectivement, c'en est. Cette folie est retranscrite dans des missions principales tout à fait improbables. Les activités elles sont un peu toujours les mêmes et la ville est un peu trop uniforme. Le jeu a cependant bien évolué techniquement malgré un faible frame-rate. Les possibilités sont assez nombreuses, souvent inutiles (surfer sur les voitures) et la personnalisation encore plus poussée. Le parallèle avec GTA n'a donc définitivement plus lieu d'être avec cet épisode. A noter une très bonne BO.

     Saints Row The Third n'est clairement pas inoubliable. C'est un titre amusant, parfois hilarant dans son exagération. Toutefois, il manque un peu de relief avec un certain ennui qui pointe de temps en temps.

 

 

     Voilà une année complètement folle qui se termine, avec ses déceptions et ses bombes. S'il y a quelques titres auxquels je n'ai pas pu goûter (Ultimate Marvel vs Capcom 3, LA Noire, Uncharted 3, Ico CollectionAlice Madness Returns, Skyrim (lui il m'attend au chaud pour janvier)), la plupart de ceux que j'ai pu essayer sont d'une qualité vraiment remarquable dans l'ensemble. 2011, un cru exceptionnel donc, une fois n'est pas coutume.

     Je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour mes attentes vidéoludiques de 2012, et croyez-moi il va y avoir du lourd, du très très lourd.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Expérience personnelle

     Quoi de mieux pour une soirée Halloween que de commencer Batman Arkham City. Passage obligé, il faut passer par le psn (ou Xbox Live) pour télécharger la fameuse Catwoman. Soit. Seulement voilà, Sony et ses serveurs, le tout saupoudré d'un réseau Orange des plus performants, peuvent provoquer la plus grosse frayeur pour un joueur impatient en cette soirée d'Halloween.

 

A ce train là, le troisième volet des aventures de Batou sera déjà sorti...

Voir aussi

Jeux : 
Batman : Arkham City
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Expérience personnelle

 

Ce matin, j'ai craqué. Alors que je sortais du boulot je me suis dis que je devais aller chercher le nouveau Planetes. Mais j'ai eu bien plus. Après m'être trompé de parking (bonjour SFR !), j'ai accouru à la Fnac. Et j'ai découvert deux surprises.

J'ai hésité pour Je ne suis pas un homme au début. Car j'ai lu sur internet que les livres étaient au format "album" et non "broché comme indiqué par erreur sur Amazon. J'ai alors demandé sur le chan la différence entre les deux. Dheltaa m'a alors dis que la différence concernait la couverture qui est plibable pour un broché et en carton pour un album. Or ce n'est pas le cas mon cher DheItaa ! La couverture est bien pliable pour ce manga ! Résultat, je ne sais toujours pas la différence entre album et broché (peut-être dans le format...). Bref, je ne sais presque rien de cette oeuvre de Usamaru Furuya. Mais j'en ai lu beaucoup de bien, l'atmosphère très pessimiste m'a beaucoup attiré (ça change), enfin le fait qu'elle ne dure que deux volumes m'a clairement décidé.

Deuxième surprise, la présence de Sucker Punch (Skywilly, pas tapper !) ! Je savais que le film sortait ce mois-ci mais j'avais tablé sur la semaine prochaine ! Ne l'ayant pas vu au cinéma, je n'ai pu m'empêcher de craquer pour la version collector.

Enfin, mon achat principal de prévu : le deuxième tome de Planètes de Makoto Yukimura. Je n'ai lu que le premier chapitre du premier volume, et je peux vous affirmer que c'est une oeuvre somptueuse de science-fiction avec dès le début une scène culte et de toute beeeauté. L'histoire est celle d'un équipage qui a pour tâche de récupérer les déchets de l'espace. Des éboueurs cosmiques en quelque sorte.

 

Voilà, et bien avec tout ça il y a de quoi faire ! Mouha ha ha

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

  
Signaler
Expérience personnelle

 

Profitant d'une offre particulièrement alléchante de la part d'EA, je me suis légèrement jeté sur Mass Effect. Enfin j'avais l'occasion de découvrir ce Star Wars du jeu vidéo.

Tout commence donc par la création du personnage. Pourquoi faire compliquer (et parce que je n'arrive jamais à me décider dans un éditeur de perso), je garde Shepard tel qu'il est (c'est-à-dire très bien comme ça) et basta. Le personnage a donc déjà un background ce qui est assez appréciable, son identité existe vraiment et on évite le personnage anonyme sans trop de charisme. Quoiqu'après, ce sera à nous de le façonner un peu son charisme. Bref nous voilà donc jeté dès le début dans une mission qui semble apparemment importante (j'ai d'ailleurs apprécié la façon dont elle est amenée) et qui impactera sur toute l'histoire du jeu. Histoire qui d'ailleurs reste relativement banale avec le sort de l'univers en jeu etc. Evidemment c'est tout le background qui donne son sel au titre de Bioware et il est clair de ce côté, tout est maîtrisé. Ce n'est donc pas véritablement de ce côté que mon courroux va se porter. Entre les races bien distinces et au background intéressant, les nombreuses planètes décrites plus ou moins précisemment et l'aspect technique expliqué parfois de manière très scientifique, Mass Effect est particulièrement dense.

La Citadelle en impose mais est trop froide.

Artistiquement le jeu tient aussi assez bien la route. Il possède un véritable cachet dans certains environnements mais de mon côté je dois avouer que j'ai trouvé l'ensemble assez froid et uniforme. Les lieux sont parfois beaux... mais vides. Il manque un peu de vie dans cet univers ou même dans cette Citadelle, pourtant coeur de l'Alliance où les murs sont blancs. Du coup dans des lieux dévastés, la vetusté de l'ensemble du jeu passe bien. C'est crade, tout est détruit et vide. Mais au final ça manque de détails ! Ca manque de petits trucs qui font que cet univers grouille de vie à certains endroits, la Citadelle par exemple, hormis la boîte, est comme une coquille vide. Heureusement, techniquement le jeu s'en sort bien. Les visages notamment, bien que complètement inexpressifs (il n'y a ni de joie ni de tristesse), sont fins et détaillés. Les effets de lumières sont très bien rendus et voir une petite loupiotte bleu faire un halo de lumière sur l'écran est très agréable et rend le tout encore plus SF à mon goût, comme quelque chose d'encore plus artificiel. Bref le très bon cotoie le moins bon pour moi, et pourtant je prends un certain plaisir à simplement naviguer sur la carte de l'espace pour voir toutes ces nébulleuses, ces effets de zoom, ces différentes planètes joliment dessinées. Et pourtant ces planètes sont desespéremment vides... toujours à faire la même chose dessus, toutes modélisées exactement pareil avec les mêmes textures recopiées des centaines de fois mais en différentes couleurs.

La navigation dans la carte est mon petit plaisir.

C'est donc ces planètes qui me font arriver au gameplay de Mass Effect. Alors oui, au début j'ai pris beaucoup de plaisir à faire du quad avec ma gabriolle de l'espace qui sautille dans tous les sens et dont la physique défie les lois de l'inertie et du poids. Mais très rapidement, je me suis rendu compte que ce plaisir s'était envolé pour laisser place à la lassitude de parcourir exactement les mêmes terres quelque soit la planètes à des années lumières les unes des autres avec simplement le fond et les couleurs qui changent. On sent clairement que Bioware a voulu bien faire en proposant au joueur de faire son explorateur de l'espace. Mais pourquoi avoir proposé une exploration si vaine, si simple, ennuyeuse et inintéressante ? Je pense également à ce système de piratage qui fait également office de système de récupération de ressource. Pourquoi quand on examine une carcasse de vaisseau et qu'on veut y récupérer un indice, on nous sert ce mini-jeu ? Quelle est la pertinence de dire au joueur : "tu récupères ce petit bout de métal comme si tu piratais un ordinateur" ? Malheureusement, ceci n'est qu'un aspect (minime) de ma déception.

Que vous disiez "Vous avez raison" ou "Je l'arrêterai", la réponse de Shepard sera identique.

L'un des principaux points positifs associés à Mass Effect est ses dialogues. Mis en scène de façon assez cinématographique avec de réguliers changement de plans, un bon doublage et des textes pas chiants à écouter (ou lire), ils sont assez dynamiques et donnent presque toujours envie d'en savoir plus. Le système des dialogue permet alors de choisir ce que Shepard va répondre à son interlocuteur. Soit, c'est un procédé récurrent dans le genre. Ici, notre réponse est raccourcie en quelques mots censés traduire le positionnement de Shepard (conciliant ou pragmatique). Sauf que non. Non parfois Shepard ne répond absolument pas ce qu'on lui demande de répondre ! Parfois il répond même exactement la réponse du dessus ! Qu'est-ce que cela m'a agacé. Autant dire qu'à de très rares exception, nous n'avons finalement quasi-aucune influence sur le déroulement des dialogues, aussi intéressants soient-ils. J'aurai tellement aimé plus de distinction. De même les cinématiques souffrent de blancs. Il arrive que parfois personne ne parle et se regarde dans le blanc des yeux pendant trois ou quatre secondes en plein dialogue. En parlant des cinématiques, malgré leur réalisation de bonne facture, je n'ai rien ressenti pendant celles-ci... la faute à une absence totale de voix pendant les rixes (pas d'essoufflement ou de petits bruits comme des "ah" traduisant leurs difficultés) voir parfois de bruitages en décalage (ce corps qui est jeté à terre aura son bruitage deux secondes après avoir touché le sol. Je veux bien que la lumière soit plus rapide que le son m'enfin bon...).

Mais vous allez vous mettre à couvert, bon sang ?!

Venons-en enfin à ce qui me tient le moins à coeur et qui, j'en suis bien désolé, m'a fait lâché le jeu : les combats. Par où commencer ? Leur dynamisme relatif ? L'équipement peu influent sur leur déroulement ? L'IA des alliés qui fait n'importe quoi ? Le level design pervers ? Je ne compte plus les fois où je suis mort parce que je me fais débordé par l'ennemi, parce que tous mes alliés sont morts, parce que mon petit fusil pourtant niveau IV et avec des munitions adaptées met des plombes à détruire un pauvre petit robot, parce qu'une seule et unique roquette m'envoie ad patres malgré mon armure avec un bonus de protection. J'admets sans problème qu'il arrive parfois que je joue comme un manche, mais pourquoi les ennemis aussi simples peuvent-ils être (comme des zombies ou des petites tourelles) mettent autant de temps à mourir ? J'ai beau donner des ordres à mes alliés pour sélectionner une cible ou utiliser tel pouvoir, rien n'y fait, l'ennemi me submerge trop souvent. Alors oui le système de pause est agréable et permet de mettre en place un semblant de stratégie. Encore faut-il que l'allié à qui on a demandé de se mettre à couvert y aille et ne reste pas planté au milieu du champ de tir ennemi ! Remarquez pour se mettre à couvert, encore faut-il le pouvoir. Car il arrive parfois qu'une troupe ennemie vous tende une embuscade dans un couloir exigüe avec aucune échappatoire ni moyen de couverture. C'est la débacle, les alliés meurent l'un après l'autre après avoir lancé un pouvoir dans le vide et moi d'avoir pris à peine le temps de comprendre ce qu'il m'arrive, je tire dans le tas espérant que mes quelques balles fassent mouche, en vain. Ou alors si couverture il y a, ce n'est que pour deux personnes, la troisième restant en retrait et donc quasi à découvert. Ou encore, si vous réussissez à vous mettre à couvert, c'est pour vous faire contourner à droite et à gauche par une dizaine de robots.

Il n'en a pas l'air comme ça, mais ce petit caisson contient deux armes et une armure !

Alors bien sûr, je peux paraître particulièrement mauvais voir de mauvaise foi, auquel cas n'importe quel adepte du genre me rétorquera : "t'as un skill et un stuff de merde aussi". Le skill peut-être, mais alors le stuff ? Cédant au loot particulièrement facile, le jeu innonde de fusils, munitions et autres armures. Et rapidement je croule sous mon inventaire qui déborde d'objets inutiles car vite dépassés et à l'intérêt parfois limité. Dans ce cas, je pourrai convertir ce qui est inutile en omni-gel. Soit. Mais outre le fait que je fasse preuve d'une certaine flemme à trier la centaine d'objets dont je dispose, je ne trouve toujours pas l'intérêt de ces omni-gels à part faire office apparemment de seconde monnaie du jeu en permettant de "racheter" les conteneurs que l'on n'a pas réussi à pirater. De même, le jeu étant un RPG, il est possible de gagner des niveaux et de répartir ses compétences. Et bien désolé, mais entre mon dernier niveau et mon deuxième, j'ai vu bien peu de différence en combat...

 

Voilà donc la majeure partie de ce qui m'a fait râler du fin fond de l'espace, étant autrement assez à l'aise dans mon Normandy très joliment modélisé. Aussi étonnament que cela puisse paraître, je n'ai pas été aussi agacé que certains par ces ascenseurs qui ne m'ont pas semblé aussi longs (pour le peu que j'ai utilisé en tout cas). Je trouve donc que ces combats sont un gâchis qui pâtie vraiment à l'expérience que pouvait me procurer le titre. Etant une composante assez importante (et que j'apprécie dans les jeux en général), ceux-ci cassent vraiment trop le rythme qui n'est déjà pas forcément très rapide. Quel dommage donc que tout ce background soit sacrifié sur l'hotel d'une action qu'on a voulu un minimum stratégique. Et pourtant, le deuxième épisode est reproché pour être plus dynamique, moins stratégique mais au background encore plus développé. Malheureusement, n'ayant pas courage à terminer le premier pour le moment, ce n'est pas demain que je ferai le pas.

 

Voir aussi

Jeux : 
Mass Effect
Sociétés : 
BioWare Corp
Ajouter à mes favoris Commenter (18)

  
Signaler
Expérience personnelle

Article très personnel ! Depuis fin janvier, je suis en Irlande pour les études et je rentre en France dans deux semaines. Et depuis quelques semaines, je crains le pire. Pourquoi ? Parce que lorsque je rentrerai je retrouverai mes consoles et nombre de récents jeux que j'ai raté et en découvrir de nouveaux qui vont sortir. Et c'est en essayant de tout lister que je me dit : ça va être juste impossible !

 

Duke Nukem Forever

C'est pas comme ça que vous gagnerez votre vie mesdemoiselles ! Quoique...

 

Le plus ancien titre, si je puis dire, dans cette période qui m'avait pas mal fait languir est Marvel VS Capcom 3. Alors certes on peut le trouver à prix déjà relativement correct mais la politique de Capcom et leur DLC m'empêcheront de vraiment faire le pas je pense. Une quarantaine d'euros d'économisés donc !

 

Ocarina of Time 3D

Link, un banquier devant toi !

 

Gros évenement que j'ai raté cependant c'est bien évidemment la sortie de la 3DS. Non pas qu'elle m'attire plus que n'importe quoi d'autre, mais la prochaine sortie du remake de Ocarina of Time me fait tellement de l'oeil... Si donc je décide de craquer pour le tout, je ne pourrai m'empêcher de craquer également pour le récent Pokemon Version Noire. Le dernier que j'ai fait était la version saphir et ne m'avais pas laissé un souvenir impérissable. Cette sorte de reboot m'intéresse donc beaucoup. Potentiellement donc, j'en suis déjà à 220 + 40 + 40 = 300€.

On arrive donc au mois de mai et le très attendu L.A. Noire que je suis quasiment certain de me prendre. Heureusement réservable à un montant intéressant (notamment pour les adhérents Fnac), il me semble presque impossible de passer à côté du jeu dont tous les détéctives en herbe ont toujours rêvé étant plus jeunes. On ajoute donc environ 50€.

 

L.A. Noire

Bientôt un homme criblé de dettes... et de balles.

 

Ensuite le gros mois de juin arrive (une centaine de sorties). Entre Duke Nukem ForeverinFamous 2 et Alice Madness Returns, y a de quoi faire. Le premier parce que le Duke quoi (et pour les deux demoiselles plus haut aussi.. hum). Contrairement à Bulletstorm qui se disait un FPS un minimum original en dehors des CoD, DNF va sûrement foutre un bon gros coup de pied aux fesses de la prod actuelle. Quant à inFamous 2, ayant bien apprécié le premier épisode, ce second opus semble très maîtrisé avec tout plein de plus. Plus de missions, plus de pouvoirs, plus de grandeur, plus beau etc. Ensuite Alice Madness Returns parce que ça a l'air malsain, parce que Alice a l'air machiavélique et j'adore ça, enfin le jeu me rappelle ces titres de l'air 128 bits façon Jak & Daxter qui associaient action et plateformes.  Je suis néanmoins plus attiré par le titre de Sucker Punch que les deux autres (le côté super-héros de comics surement). En restant dans la période estivale, je n'oublie pas Deus Ex Human Revolution qui m'attire pour son côté cyber-punk bien sombre et ses nombreuses possibilités de gameplay et d'intéractions. M'enfin ça fait quand même potentiellement 200€ de plus. Aïe...

Vient enfin la période horrible de la fin d'année et c'est tout simplement une orgie : du Gears of War 2, du Uncharted 3, du Batman Arkham City et enfin du TES V Skyrim ce qui fait très facilement encore 200€ !

 

Batman Arkham City

Ca doit pas se donner des engins pareils...

 

Voilà donc le petit bilan que je peux tirer à l'arrivée de la mi-année. Et de se rendre compte que mon porte-monnaie risque de souffrir d'une baisse de régime hallucinante d'environ... wait... what ?? 750€ !! Il va clairement falloir faire des concessions, mes amis... Je n'aurai qu'un conseil à vous donner à cette période de l'année : faites vos comptes !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Édito

Il faudrait vraiment mettre cet edito à jour...

Chose faite !

Archives

Favoris