Premium
Coucou maman je passe sur internet
Signaler

Gameblogeur Gameblogeuse BONJOUR !

 

Vous le savez certainement pas, mais en plus de Sea of Thieves et de pas Game of Thrones, j'adoooooore Retour Vers Le Futur.
Mais pas comme vous pouvez adorer les chouquettes aux épinards (ne faites pas genre, je vois clair dans votre jeu), moi et Retour vers le futur c'est LA PASSION !

Y'a quelques années, mon meilleur ami s'est acheté une DeLorean, au départ c'était pour le plaisir personnel, puis c'est devenu un plaisir collectif, un peu comme une orgie mais le sexe en moins.

On a d'abord exposé en conventions, puis d'aventures en aventures, de trains en trains, de ports en ports, jamais encore je te le jure je n'ai pu oublier ton corps.
Sinon, plus sérieusement, on a rencontré UN TAS de gens, des gens passionnants, des gens passionnés, puis on s'est dit "Et si on faisait une grosse fête pour les gens comme nous ?"


Et l'année dernière nous organisions un "showcase" à Paris. Ce fût une soirée riche en émotion, mais assez amateure on ne va pas se mentir (petit théâtre sans clim, petite scène, mais grosse ambiance)

Du coup, pour retour vers le futur 2 on a voulu faire plus gros.

Dans le très classe hôtel Nhow à Marseille, nous allons diffuser Retour vers le futur 2 avec :
Des acteurs du film (Michael J Fox avait poney et Christopher Lloyd a peur de l'avion donc nous acceuillons avec plaisir :

Goldie Wilson (Donald Fullilove), Marvin Berry (Harry Waters Jr), Data (Ricky Dean Logan), Spike (Darlene Vogel)
Céline Monsarrat : doubleuse de Lorraine Baines (et de Julia Roberts, de Bulma, de Dory, etc...)
Luq Hamett : doubleur de Marty McFly (et de Roger Rabbit, Ranma ou encore Flux Radieux de l'excellent Toonstruck!)

Evidement en plus de ça nous exposeront les voitures du film, il y aura un concert live, des conférences avec des membres de l'équipe technique du film.

Tout ce beau programme animé par notre ami, le dinosaure du jeu vidéo français : Marcus !

Alors pourquoi je vous parle de tour ça ici ? Et bien il s'avère que l'événement est dans un mois et qu'il nous reste encore des places, du coup on a créer un code promo exprès pour les Gameblogeurs qui voudraient se joindre à la fête :

GAMEBLOG10


La billeterie c'est par ici : https://www.weezevent.com/retour-vers-le-futur-2-2


Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser en commentaires, et sinon :

À bientôt dans le futur ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Ahoy!

Pirates, flibustiers, forbans et marins d'eau douce bienvenu à bord de cette mise à jour dantesque ! Pour son anniversaire Rare a décidé de nous offrir un cadeau de taille. La mer des voleurs fait peau neuve et viens répondre aux demandes de ses joueurs en ajoutant du contenu en veux-tu en voilà ! 

Entrez dans la reine

Première nouveauté au menu, le mode Aréna, le mode PVP de Sea of Thieves. Quatre équipages de 4 joueurs s'affrontent sur un bout de map.

Le mode est tout sauf un Battle Royale, ici les joueurs doivent gagner des points pour finir premier à la fin de la partie de 30 minutes. Les points se gagnent de diverses manières : déterrer des trésors, vendre les trésors, tuer un ennemi et couler un bateau. Cependant, si votre navire vient à finir sous l'eau, vous perdez également des points. Ici tout sera question de stratégie et d'adaptation face à l'adversaire. Un équipage qui a une bonne stratégie de gestion des coffres sera plus efficace qu'un équipage qui se concentre que sur l'aspect pvp, et une mauvaise coordination de l'équipage vous mènera forcement vers une défaite assurée. Je ne serai que vous conseiller de ne pas jouer en équipage ouvert dans ce mode pour éviter la frustration de tomber en collaboration avec le petit Jordy du New Hampshire qui fait une petite session avant son cours de Viet Vo Dao.

Terre en vue !

Le jeu se réinvente, ajoutant de nouvelles features qui chambouleront le gameplay en profondeur. Premier gros changement, le harpon. Une sorte de grappin pour bateau vous diront certains, il révolutionne le système de navigation et modifie complètement les batailles navales.
Le capitaine n'aura jamais eu autant la pression à la barre, un virage hasardeux, une trajectoire mal calculée et si vous êtes pris en chasse un équipage de fins harponneurs ne vous laissera pas le choix que de croiser le fer.

Apprenez à casser d'la mature.

Combat de Sea of Thieves avant la mise à jour :

Viser la cale pour espérer couler l'adversaire, idéalement se projeter son navire et poser l'ancre afin de l'immobiliser. L'attaquant a souvent l'avantage car une fois submergé, un navire sous le courroux de pirates assoiffés de sang doit lutter afin de maintenir son navire à flot.

La mise à jour apporte de nouvelles mécaniques, le grappin déjà évoqué précédemment peut sauver un équipage se faisant attaquer en permettant des demis tours de haute voltige. Il peut aussi permettre à un assaillant d'attraper sa cible plus facilement.
Autre grosse nouveauté, la cale n'est plus LA cible à atteindre. Tout le bateau est destructible, tirez 3 fois dans le mat, ce dernier tombe. Touchez l'ancre et le bateau s'immobilise, touchez la barre et le capitaine devra la réparée avant de pouvoir changer de cap.
De ce fait un navire se faisant attaquer pourra très bien viser l'ancre pour stopper ses assaillants, comme un navire voulant se battre pourra harponner un bateau pour n'en faire qu'une bouchée.

Une mise à jour qui ne vous laissera pas amer.

L'autre GROS morceau de cet Anniversary Update, c'est les Tall Tales.
Nouveau mode "histoire" de Sea Of Thieves, ce mode comprend toute une storyline de 9 quêtes au total qui vous met sur la voie du premier Gold Hoarder. Votre périple commence auprès de la mystérieuse personne qui vous introduira à un nouvel artefact "Le Shroudbreaker".

Cet artefact vous ouvrira les portes du Shore of Gold, nouvelle zone cachée accessible uniquement après avoir complété les 9 quêtes.

Ces quêtes sont exigeantes, une connaissance accrue de l'univers de Sea of Thieves et OBLIGATOIRE pour les compléter (jusqu'à ce que évidement, des soluces pop sur la toile), que ce soit une planche en bois à aligner sur une forme d'un élément d'une île, ou encore une île que vous devrez identifier par de simples dessins d'enfant, les Tall Tales sont à des années lumières des quêtes des trois factions.

Quasiment chaque quête apporte un élément de gameplay unique (utilisable cependant que pendant la quête), mais les équipes de Rare ne se sont pas foutue de nous. Le public demandait de la nouveauté et ils nous ont servi.
Une énigme vous fera par exemple utiliser une longue vue qui donnera forme aux constellations tandis qu'une autre vous offrira une lampe qui donnera vie aux âmes perdues, et une fois votre voyage terminé, vous pourrez vous confronter à un tout nouveau boss du jeu :

Le capitaine du premier Gold Hoarder 

Il s'agit bien là d'un mode "histoire", car vous devez suivre un ordre bien défini pour avancer. Cependant et comme toujours dans Sea of Thieves, vous pouvez très bien rejoindre des amis qui sont sur la quête 4 alors que vous n'avez toujours pas commencer votre première quête. Votre progression restera bloqué tant que vous n'aurez pas fait les quêtes précédentes, cependant vous gagnerez quand même les cosmétiques et une fois les quêtes réalisées, votre progression se mettra à jour incluant toutes les Tales auxquelles vous avez participer.

 

Un vrai pirate se nourrit de poisson et d'eau fraiche

 

En plus de tout ça, Rare a rajouté une nouvelle fonction demandée par les joueurs : la pêche.
Et pour encore une fois contenter ses joueurs fans d'accomplissement (vous avez dû cerner que c'est mon cas) il va falloir pécher dans toutes les situations et toutes les eaux, avec et sans appâts car pas moins d'une cinquantaine espèces différentes peuplent la mer des pirates.
S'ajoute à ces nouvelles denrées les ananas, noix de coco et les grenades, le porc, le poulet et même du serpent. Là ou avant le régime alimentaire d'un pirate n'était fait que de banane, vous maintenant avoir une alimentation saine et équilibrée.
De plus, la pèche étant une activité longue et fastidieuse, consommer un poisson cuisiné avec raffinement vous octroiera beaucoup plus de PV qu'une simple banane ramassée dans un tonneau.


Vous l'aurez compris, Sea of Thieves a complètement refait la peinture de ses navires et attend de pied ferme les nouveaux pirates qui désireraient s'embarquer dans l'aventure.

 

Si vous n'avez pas encore tenter l'expérience, n'hésitez plus. Le jeu est dans son plus beau jus et avec l'offre gamepass à prix réduit ce serait dommage de passer à côté de cette aventure.

Voir aussi

Jeux : 
Sea of Thieves
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

C'était il y a maintenant un an, il a débarqué dans ma vie sans crier gare. Je l'ai suivi sans trop me poser de question, faisant confiance à l'inconnu qui tentait de m'attirer dans sa cale avec ses promesses d'aventures et de dépaysement.

Votre jeu de l'année ? Red Dead Redempquoi ? Mon GOTY c'est Sea of Thieves, le jeu sur lequel j'ai le plus joué depuis 10 ans c'est Sea of Thieves. 

Mes amis joueurs m'ont dit d'aller voir du côté de chez Morgan, essayant peut-être de me faire décrocher de la houle des océans pour me tourner vers l'ouest américain. J'ai apprécié le séjour avec Arthur, mais la répétitivité des quêtes ont fait que j'ai subi la fin du jeu plus que de l'apprécier, pour avouer la triste vérité, je n'avais tellement plus envie de jouer au jeu que je zappais les cinématiques pour finir le jeu et pouvoir passer à autre chose.

Du coup j'ai zappé la cinématique finale pensant que j'allais encore devoir me coltiner une quête après ça. 

 

Ce que je reprochais à Red Dead, vous pouvez le reprocher à Sea of Thieves. La répétitivité est l'essence même du jeu, mais là où les autres jeux ont besoin d'avoir une histoire robuste pour maintenir l'attention du joueur lambda, SOT n'a besoin que de joueurs inventifs.

Oui, le jeu était assez vide à sa sortie. Oui devenir pirate légende n'était qu'une sorte d'intense farm. Mais les équipes de Rare ont saisi les reproches de la communauté et n'ont cessé de rajouter du contenu pour faire évoluer l'univers de la mer des voleurs.

sea of thieves pvp

Prendre la mer pour n*quer des mères

J'ai commencé le jeu comme tout le monde, sans équipage, seul sur mon sloop à voguer seul.

Mais d'aventures en aventures
D'abordage en abordage, de ports en ports
Jamais encore je vous le jure
Je n'ai pu quitter son corps.

Croiser le fer en abordant des joueurs, chasser des navires et puis se dire "Hey mais tu parles français ? Ajoute-moi et on joue ensemble!". Ainsi commença mon long périple sur Sea Of Thieves, c'était il y a un peu plus de 1000h de jeu.

Mais une fois qu'on a l'impression d'avoir fait le tour du jeu, que faire ? Pourquoi ce jeu offre-t-il une telle rejouabilité ? Peut-on vraiment passer 6h non-stop un dimanche à jouer au même jeu tout en prenant du plaisir ?
OUI MA PETITE DAME !

Que ce soit par l'orgueil de jouer avec tout le loot sur le pont pour attirer les pirates avides de richesse facile dans l'espoir d'en découdre, ou par la chasse au petit pirate anglophone qui vous insultera en vocal, ou bien simplement dans la découverte des surprises de Rare, on ne s'ennuie plus sur les mers de Sea of Thieves.

 

Jusqu'à septembre, le jeu était trop facile, on naviguait sans peine et sans crainte si ce n'est la crainte de joueurs qui voudrait se frotter à notre lame. Rare a entendu les joueurs et a rajouté des menaces : navires squelettes, mégalodon, kraken boosté. Et ces derniers donnent enfin des récompenses ce qui rend le combat intéressant.

Les joueurs ont fait le tour de la map ? On rajoute une zone volcanique très agressive, le jeu est en perpétuelle évolution et ne va pas s'arrêter de si peu.

Sur la tête de ma mer

Si je vous parle de mon amour pour ce jeu, c'est que depuis peu Rare a ouvert les robinets pour le programme Insider. Ce programme permet aux inscrits de tester les nouveautés à venir, une sorte de beta test à grande échelle.

J'aimais déjà ce jeu, découvrir ce que nous réserve Rare pour son update anniversaire m'a fait replonger de plus belle. Il s'agit ni plus ni moins que Sea of Thieves 2 qui arrive le tout gratuitement.

Au cours de mes aventures, j'ai eu la chance de jouer avec des membres de Rare, et une phrase vient parfaitement résumer ce que la firme nous réserve :

"Les gens ont dit que Sea of Thieves était vide à sa sortie, et ils avaient raison. On a travaillé sans relâche tout au long de l'année pour la mise à jour anniversaire. Et une chose est sûre, ces gens-là ne seront plus crédible s'ils tiennent ce discours après la sortie de cette dernière."

Pirates, fieffés forbans et marins d'eau douce, si l'onirisme de la vie de pirate vous parle, si vous aimez l'aventure et découvrir un monde sans cesse en mouvement, alors ce jeu est pour vous.

Bon, si vous aimez aussi tuer des innocents, buter en boucle des enfants en pleur qui vous supplient d'arrêter, ce jeu est aussi pour vous. Mais une bonne psychanalyse serait peut-être une bonne idée.

Voir aussi

Jeux : 
Sea of Thieves
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
(Séries TV)

https://www.saga.co.uk/contentlibrary/saga/publishing/verticals/relationships/family/not-close-to-adult-son-daughter-in-law-142649419-1280.jpg

Avez-vous déjà eu besoin d'avouer l'inavouable à vos proches ?

Un secret que vous gardez au plus profond de vous car au final, l'avouer vous mettrait en marge de la société. Quelque chose que vous vous devez de réprimer car en parler en public, c'est finir reléguer au rang des parias.

Au final cette situation ne vous pose à vous aucun souci, vous êtes ainsi et vous avez appris à accepter le fait que vous n'étiez pas comme tout le monde. Un peu comme ceux qui préfère le Big Mac au Mc Chicken, au final vous aimeriez vous dire que ce n'est qu'une question de goût. Et tout le monde devrait l'accepter ainsi.

Mais ce n'est pas le cas.

C'est pourquoi aujourd'hui, je sors de mon confort. J'ai besoin de dire à tout le monde qui je suis, trop longtemps je me suis enfermé dans cette peur du jugement des gens, de leurs regards.

De toute manière, je n'ai qu'une philosophie c'est d'être accepté comme je suis. Et malgré ce qu'on me dit, je reste le poing levé.

Oui, je l'avoue : Je n'aime pas Game Of Thrones

 

FLASH SPECIAL

" Peut-on dire tout ce que l'on veut sur internet ? C'était ce que pensait l'auteur de ce blog avant de commettre l'irréparable. La capitale est en feu, les émeutes se multiplient et des français occupent les ronds-points pour protester contre les propos de ce membre radicalisé de la section blog du site tristement connu Gameblog.fr. "

 

Pourtant mes amis ont tenté de me faire apprécier le show, c'était en 2014. J'étais encore dans le deuil de Walter White, et je me suis dit qu'il était temps de passer à autre chose. L'univers ne m'accrochait pas du tout et le battage médiatique autour du show m'avait toujours dérangé. La série m'était décrite comme révolutionnaire car les héros mouraient.

Et là, on appuie sur play, l'épisode se lance "La montagne et la vipère". Mes amis m'expliquent toutes les intrigues vite fait, j'ai retenu qu’il y avait beaucoup de mort et beaucoup de cul, je ne sais pas dans quel ordre mais l'idée était là.

L'épisode se passe, l'ennui s'installe à mon côté pendant que mes proches frétillent comme des pucelles devant le nouveau clip des Jonas Brothers. Et puis arrive LA scène dérangeante, celle qui viendra clore la prestation de Pedro Pascal dans le show avant de l'envoyé débusquer du trafiquant en Colombie.

https://media2.giphy.com/media/lEMlqetPEoVz2/giphy.gif

 

Et là, je n'ai pas compris. J'aime bien les trucs gore, j'aime bien l'hémoglobine. Mais là je n’ai pas compris. Quel est l'intérêt de rendre la chose si graphique, ou est la subtilité.

Je demande à mes compagnons d'aventure de m'en dire plus sur le show, et on m'explique que c'est la recette, que c'est la marque de fabrique de Georgie.

 

Je m'inflige encore quelques épisodes, un peu comme un enfant qu'on tente de convertir aux épinards en lui enfonçant des branches jusqu'à la glotte, mais rien n'y fait. Je n'éprouve aucun plaisir mais comme je suis dans une masse dévouée à son culte, je fais semblant. Je mime d'être surpris quand machin meurt, je tente de participer aux cris de stupeurs quand l'intrigue essaye de faire croire à un retournement de situation, au final je simule. Et je simule beaucoup, bien plus que la meilleure de gagneuse d'un proxénète à la main lourde. Mais je simule trop, je ne participe pas aux débats, je ne fais que suivre mais je suis trop présent, les gens pensent que j'aime ça.

J'ai failli avoir droit à une figurine pop de la série, mais j'ai réussi à sortir du placard dans lequel je m'étais enfermé.

 

Cher Game of Thrones,

L'année dernière fût une année de répit, que ce soit pour moi ou pour ta série,

J'ai bien cru en avoir terminé avec tes faux suspens et tes intrigues fumées.

Mais ta communication reprend de plus belle, et avec elle tes personnages que tu jetteras à la poubelle.

Il en va sans dire que dans cette ultime saison, quasi tout le monde va mourir.

Je n'aime pas ta forme, je n'aime pas ton goût, ni même ce personnage à qui tu coupes le bout.

J'aime l'onirisme et les surprises, tu n'avais pas besoin de foutre du cul à chaque prise.

Je t'en supplie, dégage vite fait bien fait.

Tu l’auras compris, je n'arrive pas à t'aimer.

Mais dans la secte que tu as réussi à créer, il est plus difficile de dire que l'on ne t'aime pas,

Plutôt que de dire qu'on est gay.

 

 

PS : Maman rassure toi, j'aime toujours les filles, ne prépare pas les papiers du divorce. 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
(Cinéma)

Pardonnez-moi mon père car j’ai péché, un peu comme dans ces trop nombreuses soirées ou je jugeais une fille à son apparence, j’ai jugé ce film à sa bande annonce.

Il faut dire qu’elle n’a fait aucun effort, pas de maquillage, pas de bijou ni d’apparat, cette bande annonce a débarqué sans faire le moindre effort pour plaire, un peu comme une ex gloire du porno qui se repose sur sa triste fan base pour engendrer du clic pour son show plus ero-triste que trique.

Et là arrive cette problématique, soulevée avec les blockbusters américains : l’équipe en charge de la bande annonce n’a souvent rien à voir avec l’équipe du film.

Pour Nicky Larson, je soupçonne une agence de com française avec son cahier des charges rempli de clichés pour appâter le chaland :

 

"hey Régis, t’as tout prévu dans la bande annonce ?

-Ouais, y’a un mec qui regarde des nichons et qui est content

Ah bien, ça va plaire aux ados ça, et le boom boom, t’as mis le boom boom ?

-Complétement, ça fait boom de partout, ralenti et tout c’est la folie !

C’est quoi le film déjà ?

-Nicky Larson, tu sais ce dessin animé qui passait sur TF1 !

Aaaaaah oui, TF1 c’est bien ça, met un visage familier dans la BA tu veux bien ?

-Dorothée ?

Hahaha T’es con Régis, non non le mec des inconnus là, il est bien, Gérard le père de famille il         va le reconnaitre ça va lui faire plaisir. »

Si en novembre dernier on m’avait dit « Ce film n’est pas la catastrophe annoncée », je n’y aurais pas cru, soupçonnant les gilets jaunes d’avoir réussi le coup à détourner le débat sur le prix du gasoil pour l’amener sur la gratuité du crack pour tous.

Puis les premiers avis sont apparus, comme un furoncle au milieu du visage de la très refaite Pamela Anderson, je n’y croyais pas. Et depuis maintenant une semaine, c’est la pluie d’étoiles filantes sur la page critique du film.

La curiosité était trop grande, j’ai rangé mes aprioris dans ma poche et j’ai ravalé cette peur du cinéma français pour me rendre dans une salle obscure et me faire mon propre avis. Me préparant tout de même à un désastre car les bons avis des influenceurs n’ont de limite que celle de leur déontologie face à un petit billet ou un tour d’hélicoptère.

Et non, que nenni ma petite dame, Nicky Larson n’est pas un mauvais film, clairement pas.

J’aime City Hunter, j’aime Nicky Larson, j’aime que Mammouth me fasse le bobo. Et là, tout y est. L’½uvre est respectée, il y a du gros fan service bien gras qui dégouline, mais comme avec un bon burger au bon goût de cholestérol, l’enfant des années 90 qui sommeille en moi était content de ce qu’on lui servait, certes ce n’est pas subtil mais Nicky Larson est-il subtil ?

Parfois ça pousse un peu trop loin le clin d’½il pour te dire « HEY HEY REGARDE ON A DIT OLIVE ET TOM C’EST RIGOLO HEIN HEIN TU RIGOLES ? HAHA RIGOLE ENCULÉ »

Mais ça passe, car c’est discret, pas comme ces films ou l’on t’explique limite la blague à base de "Ah Olive et Tom, comme le dessin animé du club Dorothée", non Nicky Larson ne va pas dans cet excès là.

À la sortie du film, j’étais désarçonné. J’ai dit à ma compagne « c’est un excellent film », ce à quoi elle m’a répondu « non, c’est un bon film, mais vendu tellement mal qu’en effet, à côté de ce à quoi prétendait la com, passe pour un chef d’½uvre »

Oui, c’est un bon film, non ce n’est pas un chef d’½uvre, c’est une excellente adaptation, Philippe Lacheau connait l’½uvre dont il s’est inspiré.

Cependant, la com du film est un mystère pour moi. Car un tweet d’un certain @DiloinJapan, traducteur et interprète fait état de la collaboration entre les équipes du film et Tsukasa Hōjō sensei, chose qui, si j’y avais eu droit à l’annonce du film, m’aurait sans doute évité bien des frayeurs.

Alors pourquoi s’être privé d’un tel atout pour rassurer les fans ? Pour dire « hey les gars, ça va être bien faites nous confiance »

Avant de le voir, j’ai essuyé mes chaussures sur ce film, j’ai vomi ma haine à son visage, je lui arrachais son nom Nicky Larson car ce qu’il voulait me faire croire n’était en rien à la hauteur de ce qu’il prétendait être.

Je soupçonne limite une stratégie de l’échec bien orchestrée pour créer l’effet de surprise. Prétendre vendre de la merde, laisser penser que c’est de la merde, et ne rien faire pour laisser penser du contraire avant les premières.

Car au final, celui qui s’attendait déguster cette diarrhée promise se retrouvera face à une excellente mousse au chocolat Michel & Augustin, le soutien à François Fillon en moins.

Ce n’est pas une mousse artisanale, mais c’est un dessert de très bonne facture. Et partant avec un si grand à priori sur ce qui allait être son supplice, le cinéphile aventurier aura eu l’impression d’avoir eu droit à un entremet digne des plus grands gastronomes.

 

Nicky Larson : 16/20

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Coucou maman je passe sur internet

Par chezwam Blog créé le 08/02/19 Mis à jour le 12/06/19 à 13h05

Avez-vous un instant pour parler de notre sauveur Jesus Christ ?

Ajouter aux favoris

Archives