Thanks for reading

Par Le Repas Froid Blog créé le 14/07/15 Mis à jour le 16/09/15 à 22h40

Ajouter aux favoris
Signaler

Pendant que la Wii U faisait plonger les comptes de Nintendo trimestre après trimestre, Satoru Iwata préparait l'avenir et Yamauchi ne s'y était pas trompé : Son successeur était bel et bien un génie visionnaire.

On sait de source officielle que NX a pour vocation de rassembler les environnements de développement des futures consoles portable et de salon des machines Nintendo (nom de code : Fusion), Iwata prenait comme exemple le système d'exploitation Android qui permet une experience logicielle plus ou moins homogène sur plusieurs milliers d'appareils différents et a expliqué que la ou les console(s) Nintendo NX s'intègrerai(en)t au sein une plate-forme multi-appareils Nintendo et non-Nintendo. Il a également déclaré que la vocation des jeux mobiles est de ramener le public vers les produits Nintendo.

Le jeu en réalité augmentée Pokémon GO pour Android et iOS proposera de partir à la chasse aux monstres en se basant sur la géolocalisation des joueurs et sera accompagné du Pokémon GO Plus, un bracelet connecté facultatif équipé d'une LED qui s'allume à proximité d'un Pokémon virtuel et d'un bouton permettant la capture de ce dernier sans utiliser son smartphone. Le jeu mobile est une production de The Pokémon Company et Niantic Labs (filiale de Google spécialisée dans les jeux basés sur la géolocalisation) tandis que le bracelet est un produit Nintendo. On retrouve ici un point évoqué par Iwata concernant la stratégie mobile. Après l'annonce de cette nouvelle pierre liée à la stratégie NX, il semble que Nintendo cherche à taper fort sur un marché quasiment créé par Yamauchi, celui du jouet équipé de composants électroniques.

Il est désormais certains que Nintendo a su évoluer une nouvelle fois et n'est désormais plus simplement un constructeur de consoles et un éditeur de jeux mais un producteur de produits de divertissement au sens large, à la manière d'un Disney. L'un des succès de l'ancien PDG Yamauchi sont des jeux de cartes aux couleurs des licences Disney (entre autres) dans le japon de l'après-guerre. Aujourd'hui, Nintendo possède des propriétés intellectuels devenues des icônes populaires immortels, Super Mario joue dans la même cour que Mickey Mouse.

Les Amiibo, en concurrence avec les figurines Disney Infinity sur les étals de rayon de jouets, ont redonnés un peu de souffle aux comptes de la firme en augmentant le revenu moyen par client des machines Nintendo mais également en faisant ouvrir leurs portes-feuilles aux joueurs n'ayant pas voulu de la Wii U et les joueurs occasionnels ayant gardé un bon souvenir de la Wii avant de basculer sur smartphone. C'est ce dernier segment du marché qu'Iwata voulait reconquérir et il semblait avoir compris que cela ne passerait pas seulement par la sortie de nouvelles consoles aussi révolutionnaires et accessibles soit-elles.

Pokémon GO va permettre à de très nombreux anciens joueurs de pouvoir revivre l'aventure du phénomène Pokémon et aux nouveaux joueurs de la découvrir, et tout cela à moindre frais, en tout cas sans avoir à débourser une quarantaine d'euros pour le jeu en plus du prix de la console qui le fait fonctionner, et sans avoir à investir beaucoup de temps dans une quête nécessitant plusieurs dizaines d'heures. L'expérience de Nintendo dans l'entretien de l'intérêt des joueurs, à l'image des événement réguliers des Pokémon Shuffle, peut en faire une cash-machine pérenne qui, espérons-le, saura être respectueuse des joueurs comme Nintendo sait le faire.

Il est fort à parier que Pokémon GO sera un jeu bénéficiant de la plate-forme liée à NX. Les données d'un joueur pourraient être sauvegardés sur un "compte NX", qui remplacerait l'actuel Club Nintendo, et réutilisables dans d'autres jeux, dont le futur jeu Pokémon exclusif aux consoles Nintendo. Un titre qui se devra de proposer un prolongement puissant de l'aventure entamée sur smartphone (sans obligatoirement nécessiter celui-ci) pour pousser les joueurs mobiles à l'acquisition de ce jeu et de sa console.

On peut également s'attendre à une généralisation des jouets connectés du même type que la grosse peluche Yoshi de laine équipée d'une fonctionnalité Amiibo. Nintendo propose depuis des décennies des figurines de ses personnages-maison mais c'est seulement celles qui permettent d'ajouter des options aux jeux vidéo qui suscitent un intérêt phénoménal. Nous retrouverons toujours des Pokédex électroniques ou des Pokéballs en plastique dans les rayons des magasins de jouets mais il est à parier que certains modèles permettront de repérer des Pokémon normalement invisibles dans Pokémon GO ou encore d'augmenter le taux de réussite de capture du jeu mobile et/ou NX.

Pour finir, Nintendo semble être appelée par le marché du cinéma. De nos jours, un succès mondial peut représenter plus d'un milliard de dollars de chiffre d'affaires tout en étant une locomotive considérable pour les produits dérivés, ceux de Star Wars ont rapportés plus que les films. Assis sur une multitude de licences mondialement connues et aux styles variés, permettant l'exploitation de nombreux genres cinématographiques, il parait difficilement concevable que Nintendo puisse passer à côté d'un tel trésor, à condition de maintenir d'une main de fer son droit de regard sur les films comme la société fait avec ses productions vidéoludiques. Pour faire oublier une bonne fois pour toutes le catastrophique Super Mario Bros de 1993 qui semble encore hanter les joueurs, même les plus jeunes, 22 ans après (!).

L'ADN de Nintendo n'est pas le jeu vidéo mais le progressisme. Le jeu vidéo a représenté le coeur de métier de la firme pendant quelques décennies comme le furent les jeux de cartes pendant une autre période et la société semble désormais naturellement se tourner vers le prochain chapitre de son histoire. La compagnie est respectueuse de son passé et continuera de produire des appareils de jeu vidéo d'une manière ou d'une autre, comme elle produit toujours des cartes. Car comme avec SEGA hier, aujourd'hui Nintendo ne semble plus être en concurrence avec les PlayStation et Xbox, son concurrent direct semble desormais devenir The Walt Disney Company et c'est un secteur dans lequel Nintendo a de nombreuses cartes à jouer.


 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Je crois que c'est Joss Whedon qui disait que le pire ennemi du scénariste était le fan qui connaissait tout sur l'univers sur lequel celui-ci est en train d'écrire. Ca se comprend, surtout si on veut apporter des innovations à un univers persistant. Donc, Sony a annoncé le projet de création d'un film SONIC... c'est plus fort que moi, je suis obligé de faire le fanboy.

  • SONIC BOOM n'est (et ne sera jamais rien d'autre) que la musique du superbe animé d'intro de SONIC CD. Il n'a jamais existé (et n'existera jamais) ni de série, ni de jeu portant ce titre. Tout comme Dragonball GT n'existe pas.

  • Les personnages secondaires sont ceux apparus jusqu'à Sonic Adventure 2, soit le dernier jeu du hérisson avant la mort clinique de SEGA. C'est tout. Même si certains comme Rouge, Big et Tikal sont dispensables, Shadow et les mignons Chao sont chouettes. Ne me parlez pas de Silver, même si son chara-design n'est pas totalement à jeter, c'est le clone de trop.

 

  • Metal Sonic est absolument super mega badass et la théorie sur la mort de Sonic mérite le coup d'oeil.

  • Le personnage est prétentieux mais jamais hautain, moqueur mais pas méchant. Sonic est cool et intelligent, son cerveau fonctionne aussi vite que ses jambes. En terme d'humour, c'est Spider-Man en plus classe.
  • Sonic ne fait partie d'aucun groupe de rock, ne se transforme pas en loup-garou et n'a pas d'épée mais peut éventuellement faire un peu d'hoverboard. Mais vraiment vite fait, pour la référence, et encore... en fait non, pas d'hoverboard.

  • La puissance de Sonic est aussi épique que celle des Pokémon légendaires. Quand Sonic est au maximum, la nature tremble.
  • Sonic ne va pas à l'Université, ni à l'école, ni je ne sais où. Nous n'oublierons et ne pardonnerons jamais Dragonball Evolution. JAMAIS. Ce film est une blessure qui ne se refermera pas, même avec le temps. Je déteste la 20th CENTURY FOX depuis ce film.

  • Il faut une bataille finale qui doit durer plus de dix minutes, sinon c'est de l'escroquerie. Quinze est le minimum. Même si la transformation de Super Sonic est clairement inspiré des Super Saïans, elle est cool. Elle doit être présente (au moins en partie) pour le combat final qui doit être HISTORIQUE pour les spectateurs et COSMIQUE. Si, en plus, il y a un twist vraiment surprenant que personne n'aurait vu venir et qui décroche la mâchoire, ce serait la cerise sur le gâteau.

  • La mythologie de SONIC est sujette aux voyages dans le temps et interdimensionnels. Cela peut faire sens d'utiliser cela avec conscience mais hors de question de nous faire le même coup que le film des Schtroumpfs qui mène les spectateurs en bateau avec une histoire-prétexte pour les envoyer à New-York avec Neil Patrick Harris. Producteurs, c'est pas la peine d'envoyer Sonic et ses potes à Chicago pour se faire aider le mec qui joue le nain dans Games of Thrones ou Sheldon Cooper.

  • Donner un peu de cohérence à cet univers qui n'en a pas serait plus bien qu'un exploit, ce serait un miracle tant cela semble irréalisable. Ce qu'il faut pour ce film n'est pas un miracle mais un scénario qui ne prenne personne pour des abrutis, qui ne détruise pas les restes de vestiges de cet univers qui a fait rêver des millions d'enfants (SEGA le fait déjà très bien depuis quinze ans) et qui nous ramène à cette époque en faisant rêver les gosses d'aujourd'hui. A vouloir faire des assemblages à tout prix, un scénario devient inévitablement décousu (Comme le dernier film X-MEN que je n'ai pas vu car c'est un film FOX). On s'en fout de la cohérence entre les différents épisodes de la série de jeu : ce sont des jeux, des références respectueuses feront l'affaire. Si on peut avoir un scénario qui soit accessible à tous et profond, comme a su le faire Miyazaki, ce sont les centaines de millions de rings qui dorment dans nos poches qui rejoindront les porte-feuilles des producteurs. On est des geeks, c'est-à-dire qu'on a du fric à claquer dans des conneries mais aussi qu'on est aussi vachement sensibles et susceptibles.

 

Vous voyez d'autres choses à ajouter ?

En fin de compte, être fan du hérisson bleu aujourd'hui c'est comme être en couple avec une personne devenue alcoolique, mais que l'on continue d'aimer. Elle a beau faire de la merde et détruire tous les beaux souvenirs qu'on a pu partager, on continue de la soutenir en ayant la foi qu'un jour, ça ira mieux.

 

THANKS FOR READING

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler

Note : Cet article est le "remaster" d'un post du 22/07/15, publié suite aux propos de Jim Ryan, président de SCEE, confirmant la continuation de la politique de titres remasterisés sur PS4.

Alors que l'on reprochait à la Wii U son manque d'oeuvres originales (voire d'oeuvres tout court), on constate aujourd'hui un phénomène semblable sur la dernière PlayStation, mais camouflé par la multiplication des titres "PS3 remastered". Après une septième génération caractérisable par l'annualisation des licences, la PS4 est-elle la console du "néoretrogaming" ?

Blockbusted

Le remake de titres de jeu vidéo n'est pas un phénomène nouveau. Ce qui l'est par contre, c'est le faible nombre de nouveautés AAA aux gameplay et aux directions artistiques originales. Le premier objectif d'un blockbuster n'est pas d'être une oeuvre artistique mais le plus rentable possible. Ainsi, le premier facteur à prendre en compte est la complexification technique liée à l'évolution des consoles qui a fait augmenter d'années en années le coût de conception d'un jeu AAA.

Un sou est un sou

Après la crise financière de 1929, les populations étasuniennes aux revenus les plus bas, tourmentées par la baisse de leur niveau de vie, trouvèrent refuge dans la consommation de jeux. Le Monopoly, pour ne citer que lui, fut un retentissant succès et peut être considéré comme un pionnier du jeu industrialisé pour les masses.

La crise financière de 2008 a de nouveau réduit le pouvoir d'achat de ces mêmes classes qui ne peuvent plus se permettre de gaspiller plusieurs dizaines d'euros en achetant un jeu qui pourraient les décevoir, c'est donc pour éviter ce risque que le grand public se tourne vers les marques qu'il connait déjà. Ceci peut en partie expliquer le succès des licences annualisées (Assassin's Creed, Pokémon, Call of Duty, FIFA/PES, etc).

Des nuages dans l'ensoleillement

Depuis quelques années et pour différentes raisons, Sony traverse une crise de rentabilité qui l'a poussé dans ses retranchements, la vente de l'un de ses principaux immeubles de Tokyo en 2013 (pour améliorer un bilan financier) en est un symbole. C'est seulement ce dernier trimestre que Sony a enfin pu présenter un bilan financier positif, notamment porté par les bons résultats de la division PlayStation, après plusieurs trimestres mitigés pendant lesquels ont été mises en place de lourdes opérations de restructuration (baisse des salaires, vente de certaines activités du groupe).

C'est dans cette ambiance de "sauvons des meubles" que l'on peut comprendre la logique de republication de jeux PS3 sur PS4 : les coûts de créations artistiques et d'innovations sont économisés tandis que les risques d'échecs sont amoindris puisque ces produits ont -plus ou moins- déjà fait leurs preuves auprès des joueurs PS3. Le dernier bilan financier démontre la participation efficace de cette politique éditoriale dans le chemin du redressement des comptes de la firme, il n'y a donc aucune raison que Sony l'arrête.

Retour dans le troisième monde

A l'image de l'industrie des blockbusters de cinéma qui a su produire des bénéfices records en exploitant des contenus éditoriaux de l'Âge d'Argent des bandes dessinées de super-héros (1956-1970), Sony pourrait être tenté de déterrer plus profondément les propriétés intellectuelles de l'Âge d'Or PlayStation : Aux alentours de la décennie 1996-2006.

De nombreuses publications pour PS2 et PSP ont déjà bénéficiés d'une remasterisation sur PS3 dans les collections "Classics HD" et "PSP remasters".

Shuhei Yoshida, président de Sony Computer Entertainment Worldwide studios, a récemment réexpliqué que la ressortie des jeux PS3 sur PS4 était dans "l'intérêt des joueurs" qui auparavant possédaient une Wii ou une Xbox 360 (des propos récemment confirmés par Jim Ryan). Il n'est donc pas impossible que le catalogue des succès de la PS2, voire PS1, puissent être réexploités sur PlayStation 4 dans "l'intérêt" des jeunes nouveaux joueurs... Mais aussi des anciens en surfant sur la fibre nostalgique, en témoigne l'extraordinaire engouement pour la future sortie du remake de Final Fantasy VII, publié pour la première fois en 1997 sur la première PlayStation.

Ajouter à mes favoris Commenter (31)


Signaler

Windows 8 a été beaucoup décrié au point de pousser certains à repasser sur d'anciennes versions du système d'exploitation mais le grand jour arrive enfin : Windows 10 sort le 29 juillet. D'abord pour les participants du programme Windows Insider puisque Microsoft a choisi de déployer son OS par vagues mais le reste du monde sera rapidement servi. Avant de vous jeter à corps perdu dans la mise à jour pour votre machine chérie, voici quelques conseils pour réaliser votre upgrade dans les meilleurs conditions.

 

 

Mise à jour ou Installation complète ?

 

Tout d'abord, votre PC est-il assez puissant pour Windows 10 ?

Les utilisateurs de la version bêta ont reçu des recommandations de configuration minimale pour faire fonctionner l'OS, si votre ordinateur n'atteint pas ces critères ou les dépasse légèrement, il est sûrement préférable de ne pas changer de système d'exploitation.

 

  • Processeur : 1 GHz ou plus

  • RAM : 1 Go (32-bit) ou 2 Go (64-bit)

  • Espace disponible sur le disque dur : 16 Go

  • Carte graphique : Compatible Microsoft DirectX 9 avec pilote WDDM

  • Un compte Microsoft et un accès à Internet

 

Si cette première étape est passée avec succès mais que votre PC utilise Windows XP ou Vista, désolé mais la mise à jour sera impossible. Vous devrez faire une installation complète du programme en faisant l'acquisition d'une licence et impliquant l'effacement de votre ancienne version. La sauvegardes des données est abordée un peu plus bas dans cet article.

Si vous utilisez Windows 7, 8 ou 8.1, vous avez le choix de mettre à jour l'OS (gratuitement pendant un an) ou faire une installation complète.

 

Vous devriez opter pour la mise à jour :

- Si vous avez peu de temps devant vous et que vous ne voulez pas laisser votre PC indisponible pendant plus d'une heure

 

Vous devriez opter pour l'installation complète :

- Si vous avez des problèmes de stabilité et/ou des bugs dont vous n'arrivez pas à vous débarrasser

 

Votre version actuelle de Windows servira de base à la mise à jour. Que vous choisissiez la mise à jour ou l'installation complète, quelques précautions sont à prendre pour s'éviter des soucis ultérieurs, c'est ce que nous allons voir tout de suite.

 

Préparez votre machine au grand changement

 

 

Si vous faites une installation complète :

  • Faites l'inventaire des périphériques que vous utilisez ainsi que des composants dans votre ordinateur pour retrouver rapidement les pilotes à télécharger

  • Téléchargez les fichiers d'installation des pilotes et des programmes que vous ne possédez pas sur CD ou clef USB (rien de plus galère que de devoir récupérer le pilote de sa carte wi-fi quand on a qu'un seul ordinateur sous la main et qu'il n'est pas équipé de port ethernet)

 

Si vous optez pour la mise à jour :

  • Installez les dernières mises à jour de votre version actuelle de Windows

  • Mettez à jour vos pilotes avec les dernières versions de chacun d'entre eux

  • Faites un scan antivirus

  • Défragmentez votre disque dur

  • Nettoyez les fichiers temporaires avec un logiciel approprié

 

Sauvegardez vos données

Si vous faites la mise à jour, Windows 10 n'effacera aucune de vos données... si tout se passe bien.

Personne n'étant à l'abri d'un imprévu, faire quelques sauvegardes peut être une précaution dont vous serez très content si les choses ne se passent pas comme prévu.

 

Vous pouvez faire une création d'Image système qui sera une reproduction complète de votre disque dur -vous trouverez facilement des tutoriels pour savoir comment procéder- ou seulement copier les fichiers et dossiers que vous ne souhaitez pas perdre :

  • Récupérez tous les fichiers liés à des programmes que vous auriez à réinstaller et pensez bien à recupérer TOUS vos documents personnels (photos, vidéos, etc...)

  • Notez les numéros de licence de vos applications et les mot de passes enregistrés par des programmes (navigateur web, etc...)

  • Récupérez tous vos fichiers (notamment les sauvegardes) sur Steam et autres qui ne seraient pas sauvegardés dans le Cloud

 

Mettez tout ça bien au chaud sur un disque dur externe ou une clef USB et n'hésitez pas à en faire une deuxième copie sur un autre support ou un autre ordinateur pour l'éventualité où vous feriez tomber votre disque dur externe dans la cuvette des toilettes (on ne sait jamais).

 

Réservez Windows 10

 

C'est bon, tout est fait ?

Si vous êtes sous Windows 7, 8 ou 8.1, vous pouvez maintenant réserver votre mise à jour en cliquant sur le logo Windows récemment apparu près de l'affichage de l'heure. Cliquez sur « Réserver votre mise à niveau » et le tour est joué !

Pour les autres, un peu de patience, Windows 10 sera bientôt disponible à la vente.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Signaler

Beaucoup supposent que Nintendo aurait du mal à choisir celui qui remplacera M. Iwata mais peu de personnes, même parmi les plus pointus spécialistes, osent pronostiquer le nom du futur CEO. Et si c'était Reggie ? 

Parce qu'il a un parcours épatant

 

Après l'obtention de son diplôme universitaire, un Bachelor ès Sciences en économies appliqués, il rejoint le fabricant de produits d'hygiène Procter & Gamble (Always, Oral-B, …) au poste de DirecteurMarketing avant d'intégrer Pizza Hut en tant que "Senior Director, National Marketing" où il sortira deux énoôormes pizzas : la Bigfoot Pizza et le Big Newyorker.

 

 Est-ce lui qui joue le rôle du livreur ?

 

En 1995, il devient responsable du marketing pour la chaîne de restaurants chinois Panda puis devient Vice-President pour Guiness où il est chargé du marketing sur la bière importée, un marché qui représente alors 1,5 milliard de dollars. Une importante responsabilité.

 

Par la suite, il prend part à la conception de la stratégie pour le fabricant européen de vélos Derby Cycle puis il passe de la chaîne de vélo à la chaîne de télé en étant nommé Vice-Président Marketing de la chaîne musicale de télévision VH1. Conçue au départ pour attirer un public plus âgé que les téléspectateurs de MTV, VH1 augmentera finalement ses audiences de 30 % après une réorientation vers un public plus jeune, une idée de Reginald Fils-Aimé.

"Tout au long de sa carrière, Reggie a démontré le genre de réflexion stratégique et créative qui a conduit à des revenus et à la croissance des bénéfices dans des conditions extrêmement compétitives. Son approche de marketing est agressive et axée sur les résultats, exactement ce qui permettra à la marque VH1 d'atteindre le prochain niveau."

John Skyes, Président de VH1 à l'annonce de la nomination de Reggie au poste de Vice-Président Marketing de la chaîne

 

Parce qu'il représente Nintendo autant qu'Iwata

 

Lorsqu'il rejoint Nintendo en 2003, il est responsable des ventes et du marketing pour les Etats-Unis, le Canada et l'Amérique Latine et devient, en seulement deux ans et demi, le premier américain à devenir Président de Nintendo of America.

 

Il est considéré par certains comme le responsable du succès de la Wii sur le continent américain grâce à la mise en place d'une stratégie efficace et bénéficie d'une grande popularité auprès du public, dépoussierant l'image enfantine qui collait à Nintendo.

 

 

Acquérant le statut de grande figure de la société, Reginald Fils-Aimé a fait partie intégrante de la stratégie mise en place par Satoru Iwata en apparaissant dans de nombreuses vidéos publiées sur l'Internet et destinées à la communication directe aux consommateurs.

 

Parce que le Japon n'est plus la Mecque du jeu vidéo

 

Depuis 2007 et l'arrivée de l'iPhone, le marché du jeu vidéo a été définitivement transformé et Nintendo s'en est rendu compte bien tard, certainement aveuglé par le succès de la Wii. On peut considérer le partenariat avec DeNA comme la prise de conscience du changement de paradigme.

 

Le Japon est désormais un marché secondaire pour l'industrie du jeu vidéo, en témoigne le lancement différé de la PS4 dans l'Archipel. Depuis plusieurs années déjà, des grands éditeurs japonais ont occidentalisés certaines de leurs productions et équipes pour tenter de conquérir les principaux marchés que sont l'Europe et l'Amérique du Nord.

 

Nintendo a toujours su se remettre en question tout en respectant son identité, à l'image de la nomination de M. Iwata qui a su rompre la tradition qui plaçait nécessairement un membre de la famille Yamauchi à la tête de l'entreprise. A l'heure où Nintendo doit négocier un virage stratégique capital et lorsque l'on sait que M. Iwata avait une stratégie claire pour "l'après-Wii U", Reggie Fils-Aimé possède de nombreux atouts pour concrétiser cette vision. Voire l'améliorer.

 

 

"Dois-je penser que dans le court terme ils peuvent nous faire plus de mal que Microsoft ? Absolument." 

Reginald Fils-Aimé, en 2010, à propos d'Apple

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler

Note : L'emploi du terme "3D" dans cet article fait référence à la technologie de 3D relief sans lunettes (stéréoscopique) utilisée par la 3DS.

M. Iwata avait déclaré que NX ne remplacerait ni la 3DS, ni la Wii U et que de nouveaux titres continueraient d'être produits pour ces supports. On pourrait croire qu'il ne s'agissait là que d'un petit mensonge pour écouler les stocks restants de Wii U. Mais si c'était vrai ?

Si l'on doit imaginer que NX est complémentaire aux machines actuelles et s'inscrire dans la logique du revirement stratégique vers le mobile, une tablette 3D avec des jeux en réalité augmentée (AR) et compatible Wii U trouverait sa place.

Une machine, une techno

Depuis le mode 7 de la Super Nintendo, chaque nouvelle machine du constructeur a porté une innovation technologique forte en guise d'argument de vente principal. L'AR pourrait être cette technologie, je vous invite à lire cet article du blog de Nintenboy pour vous en convaincre.

Il ne fait aucun doute que Nintendo saura inventer de nouveaux gameplay en AR, bien évidemment skinnés aux couleurs des licences de la firme.

U can upgrade

Cette tablette pourrait être utilisée comme Gamepad pour les jeux Wii U actuels mais pourrait également augmenter les capacités de la console de salon en lui offrant une puissance de calcul supplémentaire, un peu à la manière du Remote Play PS4/PSvita mais dans l'autre sens.

C'est sous cette forme que pourraient être produits les nouveaux jeux Wii U en étant exclusivement vendus dans la boutique d'applications de la tablette ou sous forme de cartes mémoire propriétaires, dont le prochain Zelda qui a été reporté. Wii U devenant ainsi la marque des jeux "hardcore" de Nintendo.

On peut même imaginer un bundle proposant la nouvelle tablette et une Wii U à 399¤ afin d'écouler les stocks et promouvoir la nouvelle tablette (en s'attaquant au marché PS4/ONE). Si ce format destiné aux core-gamers rencontre le succès au point d'écouler tous les stocks de Wii U (sait-on jamais), on peut imaginer une "Wii U mini" delestée de son lecteur optique et présentée desormais comme un add-on de la tablette.

Le jeu mobile comme appât

Nintendo a rappelé plusieurs fois que ses futurs jeux mobiles ont vocation à promouvoir ses propres produits. Ces jeux (prenons Pokémon Shuffle comme exemple) pourraient bénéficier d'avantages s'ils sont joués sur la tablette Nintendo (version 3D, contenus supplémentaires, bonus Amiibo exclusifs, etc...) et d'encore d'autres s'ils sont joués avec une Wii U (nouveaux mode de jeux dont le multijoueurs local sur la télévision, jouable à la wiimote ou/et à la manette).

LA tablette pour jouer

Utilisée seule, la tablette pourrait servir de hub pour les futurs produits orientés santé, la gamme "Quality of Life".

Pour en revenir au jeu, elle pourrait, entre autres, servir de plateau de jeux de société utilisant les Amiibo comme pions pour un ultime Mario Party aux mini-jeux en réalité augmentée et en 3D, un jeu régulièrement renouvelé avec des packs de nouveaux plateaux et mini-jeux vendus en DLC. Une version freemium du jeu pourrait même être envisageable. Les possibilités de gameplay semblent infinis.

Et si c'était ça la nouvelle Wii ?

Soyons encore plus fous, et si, finalement, cette tablette intégrait le capteur de la Wiimote et pouvait se relier directement à la télévision ?

Cela pourrait être une raison de plus de choisir cette tablette plutôt qu'une autre si l'on a déjà des Wiimote à la maison, et cela pourrait être une raison d'acheter des Wiimote. Le catalogue de la Wii pourrait être instantanément disponible en dématérialisé (grâce à un émulateur intégré) et les nouveaux jeux exclusifs conçus pour ce "mode Wii" pourraient bénéficier de l'affichage sur double écran : télévision pour le jeu et tablette pour les infos.

Un câble assez long (ou sans fil) pour permettre de garder la tablette en main et c'est le catalogue de la DS ainsi qu'un potentiel "mode DS" qui pourraient s'ouvrir.

Conclusion

Une tablette 3D/AR serait, sur le papier, suffisamment innovante pour se démarquer dans ce marché très concurrentiel et attirer la curiosité du grand public. En y ajoutant l'héritage, le savoir-faire et l'univers de Nintendo, une telle tablette aux innombrables possibilités de gameplay et bénéficiant d'un large catalogue de jeux exclusifs de qualité (estampillés Nintendo), en plus des hits iOS/Android, pourrait devenir l'objet incontournable du casual gaming. Comme le fut la Wii, et c'est ce que Nintendo veut atteindre.

Ajouter à mes favoris Commenter (22)

Archives