Allô Juju? Quoi de beau au ciné?

Par Jihelable Blog créé le 29/11/12 Mis à jour le 11/01/14 à 20h57

Ajouter aux favoris
Signaler

Je hais les maths. Et je dois avouer qu'elles me le rendent plutôt bien. Pourtant, au début, notre relation était saine, sans remous. Passer des heures à chercher combien de pommes Madame Michot avait dans son caddie ou combien lui coûterait deux poires, trois bananes et quatre pêches équivalaient à des heures de plaisir.
Mais petit à petit, de la même manière que j'ai appris à les aimer, j'ai appris à les détester. Tous ces signes, toutes ces lettres et tous ces théorèmes en tous genres ont fini par avoir raison de moi et de mon courage. Aujourd'hui, mathématiques est synonyme de torture mentale et physique.
Néanmoins, c'est plein d'espoir et d'envie que je suis allé voir le documentaire d'Olivier Peyon, 
Comment j'ai detesté les maths.

 

Que ce soit clair dès le début: si comme moi, vous n'aimiez pas les maths avant d'aller voir ce film, il y a peu de chance que votre sentiment à leur égard puisse changer. Pourtant, tout est mis en oeuvre pour nous faire aimer cette science tant décriée par les jeunes mais ô combien indispensable dans notre société.

Le début du documentaire est, je trouve, très accrocheur, notamment grâce aux interventions du mathématicien François Sauvageot qui parle des maths comme on parlerait d'un magnifique soleil couchant au bord de mer. C'est beau les maths, c'est magnifique. C'est qu'il me ferait presque regretter de ne pas avoir fait d'études scientifiques le bougre! Malhereusement, ses interventions se feront de plus en plus rare au cours du docuemantaire. Dommage, il était bien gentil ce bon vieux barbu...
Autre personnage atypique mais tout aussi attachant: Cédric Villani. Niveau carrure, c'est tout le contaire. On laisse un barbu fort et sûr de lui pour se retrouver avec un jeune mathématicien frêle et timide. Néanmoins, même si tout les oppose sur le plan physique, leur amour pour les mathématiques est le même et ils ont réussi à susciter en moi une vague de sympathie pour les maths. Un exploit donc.
A noter que Cédric Villani, à l'inverse de François Sauvageot, apparaît à plusieurs reprises dans le documenaitre, tel un rayon de soleil dans un ciel gris et orageux. La comparaison est peut-être un peu forte, mais plus le documentaire avance, plus cela devient fouillis. La petite étincelle qui s'était allumée en moi en écoutant les paroles des différents intervenants (comme celles de l'historien Jean Dhombres ou de la psychologue Anne Siety) s'est éteinte devant l'enchaînement de témoignages de personnes certes intéressantes et légitimes mais si soporifiques... Attention, ce ne sont pas tant les personnes elles-mêmes qui s'avèrent être ennuyeuses, mais davantage la manière dont le réalisateur a tourné et monté son doncumentaire. Malheureusement, tout le monde n'a pas le charisme d'un Cédric Villani ou d'un François Sauvageot et donc il devient forcément plus difficile de prêter une oreille attentive aux paroles de mathématiciens "lambdas" employant par moment des termes un poil trop jargoneux. A les écouter, j'ai eu l'impression que la science des mathématiques était un "domaine privé" dans lequel tout le monde n'est pas autorisé à pénéter. En clair, disons que je me suis senti un peu abandonné sur le bord de la longue et sinueuse route qu'est celle des mathématiques.

Un autre point négatif concerne la dernière partie du documentaire concernant la crise des subprimes de 2007, où on nous fait comprendre qu'un en gros la crise, c'est la faute des maths. Même si cela est sans doute en partie véridique, j'ai regretté que le réalisateur n'en consacre pas une plus grande partie dans son documentaire. Le sujet est trop vite traitée à mon goût. Dommage, car les avis divergents de Jim Simons d'un coté et de George Papanicolaou de l'autre sont captivants.

Au final, Comment j'ai detesté les maths me laisse un peu sur ma faim. Si les premières minutes du documentaire laissent présager le meilleur, on finit assez vite par déchanter et regretter l'inégalité des intervenants, tantôt intéressants, tantôt excluants. En ciblant davantage les questions et en développant un peu plus certains sujets, je suis persuadé qu'on aurait évité l'aspect brouillon que dégage ce film. Les mathématiques et moi, une histoire de désamour qui risque encore de durer un petit bout de temps...

 

 

COMMENT J'AI DETESTE LES MATHS
Réalisé par Olivier Peyon
Avec Cédric VillaniFrançois SauvageotAnne Siety
Sortie le 27 Novembre 2013

Synopsis

Les maths vous ont toujours barbé, vous avez toujours pensé qu'être nul en maths était une fatalité, bref vous les avez toujours détestées! On aurait pu se contenter d'en rire si elles n'avaient pris une telle place dans notre société : Apple, Google, Goldman Sachs ne sont plus qu'algorithmes et formules mathématiques. Comment les maths en sont-elles arrivées à souffrir d'une telle désaffection au moment même où elles dirigent le monde ?
A travers un voyage aux quatre coins du monde avec les plus grands mathématiciens dont Cédric Villani (Médaille Fields 2010), Comment j'ai détesté les maths nous raconte comment les mathématiques ont bouleversé notre monde, pour le meilleur... et parfois pour le pire.

Bande annonce

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives

Favoris