Le Blog de CaReMbArS

Par CaReMbArS Blog créé le 16/10/14 Mis à jour le 06/02/15 à 00h20

Welcome Home !

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

Bien que le jeu soit sorti en 2013, mon article ne contient aucun spoiler.

 

Février 2015, 23h30 : Casque sur les oreilles, chambre dans la pénombre, toutes les conditions sont là pour enfin me plonger dans ce jeu.

Je me retrouve alors au pied d’un imposant manoir, il fait nuit noire et dehors la tempête bat son plein. Sur la porte d’entrée un mot est scotché à la porte :

 Ne dis rien à papa et maman de ce que tu trouveras… Je pars, pas la peine de me chercher.

Rien ne peut vous préparer à ce qui vous attend derrière ces portes...

 

Un gameplay au service de la narration

Il est très compliqué de décrire Gone Home sans vous gâcher la surprise de ce qui vous attend durant une petite poignée d’heure. Sachez juste que vous incarnez la jeune Katie, partie faire un road trip en Europe et qui revient voir sa famille toute fraîchement installée dans une nouvelle demeure.

La suite ? A vous de le découvrir… La maison est totalement déserte et comme arrêtée dans le temps. Où est le reste de la famille ? Pour le savoir, il va falloir sauter à pieds joints sur la notion de vie privée et vous retrousser les manches…

Regarder dans le dressing de papa et maman, chercher le code du casier de la s½urette, Gone Home vous demandera de vous salir les mains. C’est d’ailleurs ce qui en fait sa force et l’immersion est totale.

Pour cela, il faut saluer une réalisation plus que correct (même deux ans après) et surtout un sens du détail absolument dingue. Bien que la maison soit vide, celle-ci regorge de vie dans chaque pièce. Vous prendrez alors un malin plaisir à lire vos propres cartes postales ou à écouter une vieille cassette vintage laissée sur la commode.

Ici les interactions sont limitées : zoomer sur un élément (à la manière d’un PT) ou le scruter sous tous les angles, voilà un peu près les bases. N’espérez pas trouver un fusil à pompe sous le lavabo de la salle de bain ! Gone Home est une histoire à découvrir avant toute chose.

 

Une ambiance unique et singulière

Là est toute la force de ce jeu, car Gone Home est un véritable OVNI vidéoludique où les développeurs s’amusent constamment à manipuler le joueur.

Soyons clairs, ce manoir est tout droit sorti d’un Alone in the Dark ou de Resident Evil et les premières minutes sont parfois flippantes… Le tonnerre qui fait trembler les fenêtres ou le plancher qui craque pendant que je farfouille la commode de Mamie Jeanne. Oui, Gone Home peut faire peur.

Et pourtant cela n’est qu’une petite facette de ce qu’est réellement le jeu de The Fullbright Company qui flirte parfois avec la nostalgie des années 90, un vrai délice.

 

Ce que le jeu vidéo fait de plus beau…

Avec Gone Home, The Fullbright Company montre à des grands studios (au combien talentueux) qu’une narration maîtrisée de bout en bout n’a pas besoin d’un énorme budget pour véhiculer un message à la fois puissant et universel.

Simple, juste et aucunement moralisateur, le gamer et grand frère que je suis s’est retrouvé dans la famille de Gone Home.

Parce qu’il est encore trop rare que le jeu vidéo prenne position sur des sujets jugés sensibles par certains, il est de notre devoir de mettre ses productions en avant.

Oui, des frissons Gone Home vous en procurera, seulement pas ceux que vous imaginiez… 

Voir aussi

Jeux : 
Gone Home
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

Bien évidemment, le titre de mon article a pour but de vous faire réagir (intelligemment merci) et de débattre via les commentaires ! Je vous demande donc de le lire entièrement ainsi que la conclusion avant de m’envoyer sur la guillotine… 

 

Oui les mots sont durs, mais ils sont posés !

Alors que l’année 2015 ne fait que débuter, cette question est justifiée si l’on doit dresser un bilan de 2014. Attention, cette dernière n’est pas une mauvaise année, mais il est évident qu’elle ne fut pas un bon cru non plus… 

Comme beaucoup de gamers, je ne suis pas resté scotcher à mon écran aussi longtemps qu’à l’accoutumé. Fichtre, j’ai beau me remuer la matière grise dans tous les sens (enfin ce qu’il en reste…) mais je n’ai pas pris mon coup de tête balayette cette année !

Bon, j’ai adoré The Evil Within [voir mon test] qui est pour moi mon jeu de l’année mais diantre c’est vraiment faute de mieux…

Assassin’s Creed Unity ? Q’Ubisoft finisse son jeu d’abord, je ne suis pas un béta testeur que je sache !! Si tu crois que ton DLC gratuit tout miteux va me rembourser mes 70euros tu peux te le **BIIIP**. Pardon, l’émotion.

Plus sérieusement, l’année 2014 n’a fait que mettre en exergue des tendances néfastes pour notre média préféré. Après tout, n'oublions pas que le jeu vidéo est déjà mort une première fois…

 

Panne de créativité

Il ne vous arrive jamais d’avoir l’impression de jouer toujours à la même chose ? Qu’on a beau changer de galette dans le lecteur, la mécanique de gameplay tourne toujours en rond…

C’est la transition Assassin’s Creed à Far Cry qui m’a ouvert les yeux ! En fait, Far Cry c’est du Unity vue FPS nan ?

Les points à synchroniser pour découvrir les missions alentours, les missions assassinats ou la chasse à la belette c’est sympa mais va falloir penser à proposer des nouvelles mécaniques de jeux les gars ! Evidemment, je force le trait et c’est bien volontaire mais il n’empêche que les formules sont toujours un peu les mêmes au final. Dois-je mentionner Watch Dogs ? Oui Ubisoft, je suis du genre rancunier. 

Attention, je ne suis pas contre des suites, bien au contraire ! Cependant, il est important que chaque épisode apporte de réelles innovations pour ne pas lasser le gamer. Même si le prochain Metal Gear n’est pas encore sorti, Kojima a le mérite de proposer une recette totalement inédite pour son petit bébé ! Le reboot de Tomb Raider est un bon exemple aussi, se basant sur Uncharted (qui se basait sur la ptite Lara lui-même) le titre est une véritable claque qui surpasse par moment son maître. Dommage que ces grandes licences ne se remettent pas en cause plus souvent…

En parlant de Tomb Raider, ma transition est toute trouvée pour parler des remakes à outrance de ces derniers mois !

Oui, oui et encore oui GTA V et The Last Of Us sont des chefs d’½uvre qui marqueront à jamais l’histoire du jeu vidéo mais un remake un an après, vraiment ?! Tout ça pour un bout d’herbe en plus en 1080p merci bien… 

D’ailleurs, ne pas confondre Remake et Remasterisation. Le seul remake dans le jeu vidéo (à ma connaissance) c’est Resident Evil sur Gamecube qui propose un jeu totalement différent. Mikami a réussi alors à donner une dimension tout autre à son bébé, en donnant vie au manoir Spencer et en rajoutant du contenu totalement inédit ! Le titre est considéré encore pour beaucoup comme le survival all-time… Dire que ce remake audacieux est lui-même victime d’une remasterisation fainéante. Ironie quand tu nous tiens…

Bon je vous l’accorde, je provoque aussi un peu. Que de nouveaux joueurs puissent découvrir ces jeux cultes est une bonne chose et les recettes de ces hits vont permettre la création de  jeux inédits. Il est tout de même dommage que l’opportunisme prenne le pas sur l’imagination des développeurs.  

 

 Les limites de la technologie

La créativité c’est bien mignon mais sans la technologie qui va derrière les développeurs ne sont pas bien avancés.

Là aussi, l’arrivée des consoles next-gen a comme un goût un peu amer… En effet, 2014 ne sera définitivement pas l’année de la grosse baffe dans la gueule pour les joueurs consoles.

Alors même si la plupart on effectuait la transition assez rapidement, c’est surtout pour ne pas se retrouver sans jeux. Il est évident que les gros PC d’aujourd’hui sont déjà plus puissants que la PS4 et la One.

De plus, à vouloir des graphismes toujours plus beaux, n’arrive-t-on pas à un moment par atteindre des limites ? Est-il vraiment nécessaire qu’un jeu soit 100% photo-réaliste pour un Battlefield (c’est un autre débat…) ?! N'est-il pas important de se garder de franchir certaines limites ? Allez pour donner à cet article un côté intello, je vous sors une citation de mon pote Rabelais :

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. 

Trop nombreux sont les jeux qui mettent en avant des graphismes sublimes au dépent du gameplay (dans les dents Crytek !!).

Et s’il ne fallait pas tout simplement instaurer de nouveaux objectifs plutôt que le réalisme absolu ? Nintendo en est le parfait exemple avec la Wii et sa petite s½ur. Et si la solution était ailleurs ?! Laissons le 1080p et le 60 fps derrière nous pour nous poser des vraies questions…

 

La fin des consoles portables ?

 Mon coeur saigne à la rédaction de ce titre…

Pourtant j’ai bien l’impression que la fin est inéluctable pour nos petites consoles. Le succès historique de la DS n’est pourtant pas si loin et la 3DS aura proposé des petites perles de son côté.  

Cependant, durant son bilan financier concernant son troisième trimestre 2014-2015, le constructeur nippon annonce une chute de 40% des ventes comparées à l’année précédente [voir news de Gameblog]. Outchhh ça fait mal !  

Dois-je mentionner l’énorme gâchis de la PS Vita ?! Nintendo a l’excuse de devoir se recentrer sur des jeux Wii U pour limiter la casse (étant totalement abandonné par les éditeurs tiers) mais Sony alors ?! Yoshida vous répondra sans sourciller que la Vita est à présent un accessoire indispensable pour l’expérience PS4, du blabla de marketeux ouais !! Je l’attends toujours mon Gravity Rush 2 moi… Du gâchis que je vous dis…

Il faut pourtant se faire une idée, nous vivons probablement les dernières heures des consoles portables. Mes trajets en métro ne font qu’appuyer mes dires, du Apple et Android et puis c’est tout…  

Avec du recul, il est vrai que moi-même possédant des consoles portables, je les utilise surtout chez moi. L’idée de jouer à Zelda dans le métro ne m’attire pas tellement au final. Paradoxe bien triste…

 

Les actionnaires avant tout...

Je vais éviter de casser du sucre sur le dos d’Ubisoft encore une fois (même si ça me démange) car qu’on le veuille ou non, il n’est pas le seul éditeur à sortir des jeux non terminés. 

Comme j’aime la contradiction, The Evil Within (qui est mon jeu de l’année hein !) est livré avec son lot de problèmes techniques lui-aussi.

Saccades plus ou moins gênantes, bugs de collisions, textures tardives, tout est là ! Je n’ose même pas parler du patch qu’il est obligatoire d’installer si l’on veut un framerate à peu près stable. 

Sim City, Diablo 3, DriveClub, Warlords of Draenor, la liste est bien trop longue… Combien de temps les gamers que nous sommes allons accepter cela ?

Pour rappel, l’achat est un acte militant et il est peut-être de notre devoir de tirer la sonnette d’alarme ! Imaginez-vous lire un livre avec des pages manquantes ou regarder un film avec des séquences en moins ?!

 

Si lugubre que ça le turfu ?

A en croire les experts, le marché du jeu vidéo pourrait dépasser les 60 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015 [source : The Game]. La PS4 est partie pour être la console la plus vendue de tous les temps, et même sa concurrente la Xbox One se débrouille plutôt bien dans les faits. 

Le jeu vidéo est-il vraiment mourant dans ce cas ? Bien sûr que non, il a plutôt  la patate même. Alors pourquoi tout ce pavé ?! 

Car même si l’année 2015 promet d’être grandiose, notre média va connaître de grands bouleversements et d’une certaine façon le jeu vidéo traditionnel vit peut être ses dernières heures… 

La révolution de la réalité virtuelle est à notre porte grâce notamment à Oculus et les lunettes Hololens. Le succès sera-t-il au rendez-vous ? Je ne suis pas médium pour le dire, mais une chose est sûre la réalité virtuelle s’installera dans nos foyers d’une manière ou d’une autre… Il est évident alors que l'impact sur le jeu vidéo sera énorme et rendra complètement has been nos téléviseurs.  La transition sera encore plus démentielle que le passage de la 2D à la 3D. Définitivement, il y aura un avant et un après…

La réalité virtuelle n’est pas l’unique bouleversement que l’on peut pressentir. La démocratisation du jeu vidéo n’a jamais été aussi forte, et les plates formes comme Twitch vont jouer un rôle de plus en plus prépondérant. Être un joueur solo devient d’ailleurs de plus en plus compliqué, cela est-il voué à disparaître ? Pas impossible hélas.

Il se murmure aussi que le géant Nintendo prépare lentement mais sûrement sa nouvelle console. Sa particularité? Fusionner console de salon et portable dans la même machine, révolutionnaire dans les faits…

Même s’il faut se montrer prudent, l’avenir se montre plutôt excellent en réalité. Nous sommes plutôt proches du level up que du game over, mais il n’empêche que les constructeurs et développeurs vont devoir s’adapter à un marché en pleine mutation et il n'est pas impossible que certains y laissent des plumes.

Revolution is comming =)

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (43)

Signaler
(Jeu vidéo)

Même si le Survival horror est depuis quelques temps bien moins présent sur nos consoles, cette fin d'année nous a prouvé que le genre était loin d'être mort. 

Entre un Alien Isolation nous faisant revivre de bien belle manière le film culte de Ridley Scott et The Evil Within véritable lettre d'amour au survival old-school (RE4 je t'aime !), les gamers ont de quoi s'occuper pour les fêtes de fin d'année.

Je ne fais même pas mention de la démo de Silent Hills qui m'a fait perdre le semblant de virilité qu'il me restait...

Oui c'est bien beau tout ça, mais moi je suis un mec qui vit dans le turfu !! Il est donc à présent temps de voir ce qui nous attend pour l'année 2015, et laissez-moi vous dire que vous avez intérêt à vous racheter des caleçons propres =)

Cet article a pour simple but de faire un petit récapitulatif des hits horifiques à venir dans les mois qui viennent, il est très probable que certains manqueront à l'appel ! C'est pourquoi je compte sur vous pour faire vos remarques dans les commentaires !

Dying Light - 30 janvier 2015 - Techland

A première vue, Dying Light ne brille pas par son originalité. Survival où l'on déboite du zombie à tour de bras avec toutes les armes qui nous passent sous la main, on connait ! 

Cependant, quand on sait que c'est les papas de Dead Island qui chapotent le tout, il y a mérite de s'y attarder un peu plus longtemps... 

Avec des graphismes loin d'être dégueulasses, un gameplay qui reprend les codes de Mirrors Edge et une ville qui nous tend les bras, Dying Light arrive à nous taper dans l'oeil ! 

Mais là où le titre se démarque de la concurrence, c'est lorsque le joueur devient la proie  une fois la nuit tombée. Fini de faire le malin, il s'agit alors d'être le plus discret possible pour pas se faire bouffer par des zombies bien plus véloces et rapides ! Un conseil : fuyez...

Un aperçu tout réçent par Rami est disponible sur Gameblog =)

Routine - Sortie non communiqué - Lunar Software

 "Eh oh ! Ya quelqu'un ?" Voilà sans doute, les premiers mots qui vous viendront à l'esprit en jouant à Routine. L'action prend place sur une base lunaire ancrée dans les année 80 avec un petit hic au programme : il n'y a plus âme qui vive.

Où est passé tout l'équipage ? Mais sinon je dois m'inquiéter des flaques de sang ? Qui-sui-je ? Autant de question qu'il faudra résoudre par vous-même dans ce jeu retro futuriste à mi-chemin entre un Gone Home et Dead Space ! N'espérez pas jouer les gros bourins pour autant...

Routine est un suvival et un vrai ! Exit la barre de vie pour vous avertir que vous êtes à deux doigts de passer l'arme à gauche et vous pouvez oublier les trousses de soin pour vous secourir. Ah oui ! Si vous mourrez c'est retour à la case départ...

Un vrai survival que je vous dis !

Dreadout - Sortie non communiqué sur PS4 - Digital Happiness

Ne vous basez pas sur le nom du studio, chez Digital Happiness on est pas féru des bébés licornes et autres pets de papillon. Non chez-eux, c'est plutôt fantômes revanchards voulant absolument votre peau en vous faisant sauter le pacemaker.

Dans Dreadout, vous incarnez une lycéenne (mielleuse et niaise à souhait) qui doit survivre dans un environnement des plus sinitres. Si comme moi The Ring vous a traumatisé alors ce jeu est fait pour vous !

Oubliez le bon vieux shotgun, ici on se la joue à la Projet Zero avec comme arme un pauvre smarphone faisant office d'appareil photo... C'est dans ces moments là qu'on regrette d'avoir gardé son vieux Nokia...

Le jeu est disponible depuis quelques mois sur Steam mais toujours aucune nouvelle des versions consoles prévues pour 2015... 

Asylum - Sortie non communiqué - Senscape Interactive

 Il faut croire que les docteurs en blouse blanche et les cellules rembourées ont le vent en poupe ! Comme son nom l'indique, Asylum prend place dans un asile (on est comme ça chez Senscape Interactive, on s'emmerde pas avec les titres).

Mais l'institut Hanwell est loin d'avoir la réputation d'un club med ! En effet, il se murmure qu'il n'est pas bon d'y être patient ces temps-ci. Allez courage c'est à vous d'enquêter ! Quoi ?! Qui a dit Outlast ?! Si si je t'ai vu !

Fran Bow - Sortie non communiqué - Killmonday

C'est à l'aide du site participatif Kickstarter que deux étudiants suédois ont pu lancer le développement du jeu Fran Bow. Ici pas de shot gun en pagaille mais plutôt une ambiance malsaine au possible dans un point&click 2D qui est un véritable hommage à l'art de Tim Burton.

On y incarne une gamine du nom de Fran Bow (c'est le titre du jeu !!) qui a perdu ses deux parents et se retrouve internée dans un hopital psychiatrique. Mais comme la gamine a l'air de franchement chercher les embrouilles elle est une victime chronique d'apparitions bien mordides : animaux décapités, cadavres ambulants, tout ça tout ça quoi... A vous de la faire sortir de l'institut afin qu'elle puisse retrouver sa tantine d'amour et son petit matou. 

Une démo est dès maintenant disponible, pour ce petit bijou 2D qui se révèle particulièrement dérangeant à souhait.

Until Dawn - 2015 - Supermassive Games

S'il fallait résumer rapidement Until Dawn, je dirai qu'il est un savant mélange d'Heavy Rain et des films d'horreur à la Scream. Dans cette expérience interactive vous incarnerez plusieurs adolescents essayant de survivre à l'assaut d'un monsieur tête de clown qui a décidé de trucider toute votre bande (chacun ses hobbies après tout).

Entre choix moraux cornéliens à la Walking Dead, un scénario vu et encore revu (c'est toujours le black qui meurt en premier...), Until Dawn se pose comme un bon petit film interactif à jouer avec sa/son chérie pour trembler et surtout se marrer ensemble !

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Le Blog de CaReMbArS

Édito

Parce que la plupart d'entre vous sont des passionnés de jeux vidéos comme moi, ce blog sera mon moyen d'expression sur ce média qui nous fait tant rêver... 

Entre joie (:D), doute (:s) et coup de gueule (:O) et parce que le débat (intelligent hein ^^) est quelque chose de sain, je veux débattre avec vous sur le monde vidéoludique et la cuture geek qu'il englobe ;)

Archives

Favoris