Le Blog de Captain Sparke

Par Captain Sparke Blog créé le 03/10/16 Mis à jour le 21/11/16 à 09h31

Après avoir écumé sur Internet avec un blog d'actualité vidéoludique intitulé le Paradis de Sparke le Furieux, puis avec un blog d'histoire militaire et d'actualité nommé le Refuge du Capitaine-Historien, Captain Sparke arrive sur Gameblog. A voir ce qu'il y fera.

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

On tarde un peu à porter l'article sur Gameblog, mais rassurez-vous, sur le blog je suis toujours à l'heure ! Et pendant que l'épisode de novembre est en cours d'écriture, voici un petit rattrapage de l'actualité stratégique d'octobre.

Après l'épisode de septembre 2016, voici le retour de l'AViC que vous n'attendiez point (avouez-le). Au menu ce mois-ci, des suites à foison, du contenu additionnel et de (trop) rares nouveautés.  

Battlefleet Gothic Armada : l'étau Tau se resserre


Les Parisiens de Tindalos Interactive, soutenus et édités par les plus grands éditeurs frenchies vidéoludiques, à savoir ceux de Focus Home Interactive, sont responsables de l'intéressant STR malheureusement trop peu varié Etherium (2015), mais aussi du récent Battlefleet Gothic Armada (avril 2016). Ce jeu de stratégie spatial en temps réel reprend le système de jeu développé par Games Workshop. Ca ne vous aura pas échappé, mais ces derniers accordent de plus en plus leur licence à des sociétés de production vidéoludique, dont Total War Warhammer (mai 2016) est le dernier en date.Proposant les puissants vaisseaux de l'Imperium, les agiles navettes eldars, les lourdauds morceaux de ferraille ork et les démoniaques bâtiments du Chaos, le jeu propose une campagne assez simple où, au fil des missions d'escorte, de défense, d'attaque et j'en passe, il vous faudra améliorer votre flotte et vos vaisseaux. 

Sur le champ de bataille, les missions un brin répétitives sont portées par des joutes endiablées où positionner ses vaisseaux et utiliser les capacités spéciales de ceux-ci sont primordiaux. Si l'on peut déplorer la répétitivité et le manque de factions, sans parler de l'équilibrage qui, pour certains joueurs, est à revoir, Tindalos Interactive propose du contenu additionnel par le rajout de nouvelles factions (décidément) : les vaisseaux adeptes de la guerre éclair des puissants Spaces Marines (juin 2016) divisés en plusieurs chapitres, ont été rejoints fin septembre par les navettes technologiquement avancées de l'Empire Tau, qui se divisent elle aussi en castes. Il est appréciable de constater que l'aspect de personnalisation de votre flotte est ce qui intéresse le plus les développeurs. Mais à quand de nouvelles missions ou campagnes ?

Space Hulk : Deathwing, les ratisseurs de couloir
 

Warhammer 40K a le vent en poupe chez les Français ! Streumon Studio, connu pour son FPS atypique E.Y.E : Divine Cybermancy (2011), s'associe à Cyanide, responsable entre autre chose de l'adaptation du jeu de figurine du monde de Warhammer (quelle surprise) Blood Bowl. Chaperonné par Focus Home Interactive, ce groupe de français est déterminé à s'aventurer dans les épaves délabrées à la recherche de monstruosités tyranides, le tout présenté comme un FPS tactique où il faudra défourailler de l'alien à coup d'armes diverses, tout en faisant attention à ses arrières.

Space Hulk avait déjà bénéficié d'une attention vidéoludique tactique homonyme au tour par tour en 2013, plutôt critiquée par son manque de contenu et ses nombreux contenus additionnels. Mais ce qui motive peut-être les Français de se lancer dans une aventure cette fois plus centrée sur l'action, c'est le succès de Warhammer End Times : Vermintide (octobre 2015), où un groupe réduit de personnages doit se débrouiller face aux nuées d'hommes-rats. Quoi qu'il en soit, on attend ce nouveau jeu pour novembre.

Anno 2205 : Frontiers, retour vers le futur ? 
 

 

La série des Anno remonte à 1998, avec Anno 1602. Vous vous retrouviez au Nouveau-Monde à devoir établir des colonies sur des îles. A vous de gérer vos entrepôts, des chaînes de ressources variées, de l'extraction des matières premières à la transformation, et vos lignes de transport pour remplir les besoins de vos colons, et les faire accéder à des strates supérieures de la société. Le city-builder Anno acquiert depuis cette époque une grande notoriété. Malgré tout, son développeur autrichien, Max Design, est liquidé en 2004, après avoir donné Anno 1503 (2002). Anecdote : les dates des Anno sont toujours divisibles par 9. Les opus suivants sont développés par les Allemands de Related Designs, qui deviennent ensuite sous l'égide d'Ubisoft Blue Byte (ces derniers étant à l'origine de la série de city-builder des Settlers. Rien ne se perd, rien ne se crée, comme disait l'autre...).

On note une incursion très réussie au Moyen-Age avec Anno 1404 (2009), incluant un volet oriental appréciable, avant que le jeu ne prenne une tournure plus futuriste en 2011 (Anno 2070) et en 2015 (Anno 2205). Dans le premier, on conserve les mécaniques élaborées de gestion, et on y rajoute un choix à faire entre écologistes respectueux de l'environnement, et industrialistes adeptes du développement rapide et polluant. Tout change avec le dernier titre de la série : le mode bac à sable, inhérent à la série, disparaît, obligeant le joueur à réaliser une campagne, bien que plus modulable que les précédentes, et les extensions payantes se multiplient. Et malgré la dimension plus spatiale du titre, le jeu est vu assez négativement par la communauté de par son faible manque de réelles nouveautés. Quoi qu'il en soit, les extensions successives et payantes rajoutent de nouveaux secteurs (des cartes quoi), et la dernière (troisième) en date vient de sortir : "Frontiers" rajoute des quêtes, trois cartes, une faction supplémentaire à développer dans vos cités et un peu plus de challenge au niveau militaire. Le futur est-il l'avenir ? (ma news Gameblog)

Total War : Warhammer : on y retourne, et avec des Gobelins de la Nuit s'il vous plaît ! 
 

 

Quand y en a plus, y en a encore, comme dirait l'autre. Le jeu de Creative Assembly revient avec The King and the Warlord. La mise à jour payante propose le même modèle que la précédente, mais adapté aux Orks et aux Nains, les deux autres factions de base. Si l'on suit la logique, retrouvera t-on des mercenaires du Chaos et des Hommes-Bêtes le mois prochain ? En tout cas, s'il y a une chose que les développeurs font bien, c'est leur vidéo de présentation. Comme pour la précédente, une tonalité dramatique, des zooms et du ralenti pour présenter les nouveaux protagonistes, et de la baston. Malin.

Quoi qu'il en soit, la mise à jour apporte son lot de mercenaires, d'héros et d'unités supplémentaires. S'il y a peu de choses à dire sur les Nains, entre des Rangers, un Maître des Runes et une pièce d'artillerie, on notera avec plaisir que les Orks bénéficient ENFIN de renforts en la personne des Gobelins de la Nuit. S'il manque des régiments de base et des fanatiques, on retrouve tout de même les Squigs et quelques discrets Goblinoïdes. Notons, avec discrétion, que leur couleur de peau ressemble à la couleur des billets que demande le studio non stop à ses joueurs, et ce depuis 4 mois...  (ma news de la Gazette)

Wargame : Red Dragon, on repart comme en 48 (Nation Pack : Israël)
 

Les Parisiens d'Eugen Sytems sont responsables des jeux de stratégie en temps réel Act of War (2005 et 2006), de l'innovant R.U.S.E (2010), et surtout de la série des Wargame entre 2012 et 2014. Proposant un système de choix des armées innovants, avec un choix de cartes, la hauteur de vue de ces parties implique de contrôler un certain nombre de territoires, de vous charger au mieux du ravitaillement de vos troupes sur place, de leur positionnement, de leur appui aérien, tout en combinant vos efforts pour éviter d'être surclassé dans un coin de la carte en utilisant au mieux l'arsenal à votre disposition. D'European Escalation à Red Dragon, les développeurs français ont rajouté la perspective d'appeler des renforts aériens, et celle de se faire appuyer par la marine. Malgré son côté très tactique et difficile à prendre en main, la série a la côte auprès des joueurs, notamment grâce à sa base de données, qui comptait en 2014 1470 unités historiques de 17 nations sur la période 1945-1991.

Occupés par le dernier Act of Agression (2015), qui, bien que bon, a été entièrement revu à l'aide d'un patch gratuit en 2016 pour répondre aux critiques et au flop commercial, les développeurs continuent de peaufiner la formule de Wargame en lui adjoignant des packs de nations. Après avoir pendant deux ans rajouté gratuitement des unités aux nations en place, Eugen Systems utilise désormais les votes de sa communauté pour déterminer les packs de nation payants. Après les 80 unités des Pays-Bas en mai, c'est au tour d'Israël et de son armée d'arriver sur le devant de la scène pour 6 euros. Ils ne rigolent pas sur le nombre d'unités (96 pour ne rien vous cacher) et des développeurs (au hasard, Creative Assembly) pourraient en prendre de la graine. (ma news de la Gazette)

Le retour de Civilization
 

 

Civilization VI est sorti ! Les développeurs américains de Firaxis Games, responsables depuis 2001 de la série Sid Meier's Civilization (le 3e à l'époque). Après un Civilization IV (2005) brillant, et un Civilization V (2010) rempli de nouveautés mais qui a eu besoin de quelques extensions pour rajouter ce qui manquait par rapport au précédent, que peut apporter un nouveau 4X dont le but est de développer à partir de rien une civilisation, tout comme les précédents ? Dans les faits, les évolutions sont majeures : les villes doivent désormais se développer à partir de quartiers établis géographiquement autour, l'arbre de technologie a considérablement évolué, divisé désormais en branches séparées, et nous poussant à nous questionner davantage sur le type de gouvernement voulu

Mais ce que l'on peut surtout retenir, c'est que la gestion du bonheur et de la production redevient locale : limitant auparavant votre expansion, vous revoilà dans l'expansion rapide tirée des premiers opus. Les ouvriers sont aussi plus facile à avoir, et plus complexes à gérer. Si les nations et les chefs de celles-ci ont des vraies personnalités qu'il s'agit de découvrir, on ne compte malheureusement que 20 nations différentes, contre près de 43 pour le précédent. Dans tous les cas, la refonte de l'expansion et du développement des villes, sans parler des unités militaires, qui peuvent se combiner pour former des corps d'armée sur un seul hexagone une fois les technologies débloquées, font de cet opus la nouvel référence.

C'est tout pour ce mois-ci. N'oubliez pas que je ne mets pas la partie "en vrac" sur Gameblog, et qu'il vous reste encore de la lecture pour octobre à cette adresse !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Le Blog de Captain Sparke

Édito

Vous aimez l'actualité vidéoludique à tendance stratégique ?

Vous aimez l'histoire militaire et la géopolitique ?

Alors bienvenue à vous. Sur ce blog gameblog, je traiterai uniquement de jeux vidéos, soyez préparés...

Archives