Le Canageek

Par azur38 Blog créé le 09/03/13 Mis à jour le 04/01/14 à 14h59

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo

Durant la Game Developers Conference, un nouveau challenge de Game Design était proposé aux équipes, comme à chaque édition. Cette année, le thème était "Humanity's Last Game" (le dernier jeu de l'humanité). Dites vous bien que c'est toujours une idée très originale qui remporte le concours, mais là, cette année, le mec a fait très fort.

Jason Rohrer (ci-dessus) a gagné le titre en proposant un truc juste génial, un jeu dont personne ne jouera avant 2000 ans au moins, même pas lui. Il a crée un jeu de plateau (par ordinateur d'abord, puis il a été construit avec des matériaux), le jeu a ensuite été enterrré en plein désert du Nevada. Personne n'est au courant des coordonnées, ni-même son créateur (apparement il aurait oublié...). Plus d'1 millions de coordonnées GPS ont été distribué à la GDC, une seule est bonne. Avant qu'on tombe deçu, on a le temps. Un jour il sera joué par quelqu'un. Ce quelqu'un n'est pas encore né.

I wanted to make a game which I will never play, and that noboy alive today will never play.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Divers

 

 

Ou pas.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Jeux vidéo

A mon sens, le theme principal de MGS2 (composé par Harry Gregson Williams)  reste la plus belle musique de jeu-vidéo jamais créee. On peut retrouver énomément de covers sur youtube, à la guitare, violon, piano... Aucune n'est nulle, mais y'en a certaines qui sortent vraiment du lot, à voir et écouter. J'ai essayé de varier les instruments le plus possible afin de vous proposer des trucs vraiment différents !

 

Guitare éléctrique, Chase Doh. Sa chaîne: http://www.youtube.com/user/thechasedoh  >> Ma préférée, il met une énérgie de dingue, j'en ai des frissons à 3:20. 

 

Violon, ViloinTay. Sa chaîne: http://www.youtube.com/user/ViolinTay  >> Beaucoup d'talent! D'ailleurs elle a fait pas mal de reprises de musiques de JV, dont Chrono Trigger.

 

Orchestre + Guitare >> C'est l'original à la note près, impressionant! (MGS 2 et 3)

 

Piano, At0nium, sa chaîne: http://www.youtube.com/user/At0mium >> Il fait aussi d'autres reprises dans l'univers du jeu-vidéo, la meilleur au piano d'après moi!

 

Partagez en d'autres si j'en ai raté !  

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Cinéma et Séries

Disponible depuis hier soir sur le facebook de #VinDiesel, le teaser du nouveau Riddick : Dead Man Stalking est en ligne aujourd'hui. Sortie le 6 septembre, réalisé par David Twohy, comme les 2 précedents. Après deux volets plutôt cools avec une super ambiance, éspèrons qu'il reste sur sa lancée ! 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Divers

Décédé à l'âge de 82ans, Francis Lax était doubleur notamment de Harrison Ford dans Star Wars et de Samy dans Scooby-Doo.  RIP.

Plus de détails: http://www.comicsblog.fr/15701-Decs_de_Francis_Lax_le_doubleur_francais_de_Han_Solo

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Comics et livres

[GARANTIE 100% NO SPOIL] "Walking Dead Wlaking Dead Walking Dead Wlaking Dead..." Aujourd'hui on entend ça partout, la franchise connait un succès phénoménal. Un succès mérité, quoi que l'on puisse dire. Un phénomène tellement important qu'on en oublierai presque ses origines : la BD américaine.  Et ouais, en dehors des US la série est surtout connu pour son show télévisé, qui  fait un véritable carton. Mais depuis quelques temps, le jeu-vidéo fait aussi parler de lui,  et  pas qu'un  peu. L'Histoire d'un Succès, avec un grand H et un grand S, car on lui doit ça quand même. [GARANTIE 100% NO SPOIL]

 

2003, la naissance du Phénomène 

     C'est bien en 2003 que Robert Kirkman (scénariste), Charlie     Adlart et Tony Moore (dessin) donnèrent naissance à la célèbre franchise en noir et blanc. Édité par Image Comics (éditeur pour toutes les oeuvres de Kirkman aux US), le premier numéro (que vous voyez ci-contre) a été tiré à seulement 7300 exemplaires! Le succès a été énorme, l'éditeur a bien compris que le titre avait un fort potentiel. D'ailleurs il a été vendu sur eBay y'a pas si longtemps pour 10.000 dollars, une somme stratosphérique pour un comic-book si « récent ». Aujourd'hui la série compte 108 fascicules aux US, de 30 pages environs, et 17 hardcovers (édité en france par Delcourt). Noté que The Walking Dead est le comic-book le plus vendu sur le territoire français. On peut aussi trouver des « Compendium », de 1000 (!) pages chacun, il y en a 2 actuellement, pour 50e environ, trouvable sur internet et dans certains comics shop. Le numéro #100 a été vendu à plus de 385.000 exemplaires le jour de sa sortie rien qu'aux US, devenant le comics le plus vendu depuis 1997. Mais y'a pas que du bon dans Walking Dead; car oui le comics est excellent, mais il a eu une très longue période assez molle, ou y'avait pas de surprise, c'était du zombie pour du zombie, l'histoire passait à la trape.  Bref on se faisait presque chier quoi .Car c'est AVANT TOUT une histoire Walking Dead, il faut pas l'oublier. C'est à partir de « l'arc » sur le gouverneur que ça commence à s'essouffler (ça correspond à la saison 3 TV), fort heureusement depuis quelques numéros c'est reparti du bon pied, je vais pas spoiler. Mais dans l'ensemble, on sent que Kirkman essaie de rallonger, le rythme est moins bon qu'au début, la narration est trop lente (par contre le nombre de mort par numéro ne fait qu'augmenter). Il serait peut-être temps de s'arrêter. Je pense que la plupart sont de mon avis; on veut la fin, ca y'est. Hélas on est encore loin et ça se sent, l'auteur la dit lui même, Walking Dead est pas prêt de s'arrêter.

 

2010, La série TV, Un nouveau public, Un succès planétaire.

Ca ne fait aucun doute, c'est la série télévisée qui a fait connaitre et fait encore connaitre actuellement The Walking Dead au grand public. Réalisée par Franck Daramont et produit par AMC (y sont partout toute façon), ce TV-show a rassemblé les foules, acclamé par la presse mais grandement critiqué par un bon nombre de fans du comics (et pas à tord.) Il y a deux camps qui s'opposent quant à la série : Ceux qui aiment, car ils trouvent que ça donne un nouveau visage à l'oeuvre de Kirkman, et ceux qui aiment pas, car c'est trop différent et les personnages ne sont pas assez développés. Personnelement, je suis plutot dans le 2ièm camp depuis quelques temps, depuis la saison 2 en fait. La saison une était exceptionnelle, la seule excuse pour ne pas aimer est d'avoir les frousse des zombies. Après la saison 2 a eu une très grosse baisse de régime, l'histoire avançaient pas. Bon ça suit le scénar original me diriez-vous, mais même, on se fait chier à certains moments, trop de moments longs pour ma part. Cette baisse de rythme vient sûrement de la restriction du budget par AMC après la saison 1, décision  incompréhensible car celle-ci avaient explosé de nombreux records. D'ailleurs, parlons budget > 2.8 millions par épisode. Ouch. Bon c'est toujours moins que Game of thrones,  ou encore The Pacific (qui a coûté 200 millions de dollars pour seulement 10 épisodes !!!) Actuellement la saison 3 approche de la fin (16 épisodes au total), j'ai d'ailleurs pas réussi à la regarder, elle n'est pas forcément nulle, enfin presque, mais j'accorche plus à l'ambiance, et l'histoire se passe durant "l'arc" du gouverneur, le passage les plus ennuyeux du comics sont dans cette saison. Au fait, j'allais oublier: la saison 3 a explosé un record d'audition au US: 17 millions de téléspectateurs pour la reprise de la saison en février, après la pose hivernale. La suite a déjà été annoncée pour 2014-2015, et si tout se passe bien, ce sera dantesque, car là, on aura quelque chose à se mettre sous la dent. Allez, good luck Mr. Daramont !

 

2012, le Gamer lui aussi touché.

Teltate Games... un studio inconnu pour la plupart d'entre-nous avant la sortie de leur Chef d'Oeuvre. Je vais faire court, car normalement les gamebloggeurs sont bien au courant vu comment la rédaction en parle :-) Ce sont des des anciens de LucasArts pour la plupart, qui se sont attaqué au mastodonte Walking Dead. Une tâche difficile, mais magnifiquement réussie. Ils nous on pondu un des meilleurs Point 'n Click de tout les temps, en 5 parties ; et meilleur jeu de 2012 pour beaucoup, rien que ça. Un grand bravo à eux encore une fois, et vivement la saison 2, qui j'éspère sera tout aussi innoubliable. [Non, je ne parlerai pas du jeu d'Activision...]

 

Walking Dead c'est bien, trop de Walking Dead c'est nul. Parce que bon, le zombie à toutes les sauces, ça va bien 5 minutes.  Une franchise qui marquera pour encore de longues années. Une réussite totale, aussi bien commerciale que critique. Néanmoins, il faut ésperer du changement à venir pour le comics et la série. Un grand bravo à Monsieur Kirkman (j'espère qu'il restera humble) et à l'équipe de Teltate Games. [désolé pour les fautes, il est tard ^^]

Voir aussi

Groupes : 
The Walking Dead
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Cinéma et Séries

[GARANTIE 100% NO SPOIL] Voici mon top 5 des films de l'année 2012 (j'suis un peu en retard d'accord). Ça reste du classique, et c'est bien sûr à titre personnel. [GARANTIE 100% NO SPOIL] Let's go !

 

1ère Place : Le Hobbit un Voyage Inattendu

 Ahh je l'aurai attendu celui-là. Peter Jackson ne pas m'a déçu (il avait pas intérêt!), le film est magique. Il a bien sûr des défauts, comme par exemple quelques longueurs, mais retourner en Terre du Milieu est tellement incroyable, je lui pardonne tout. Vivement la suite ! (Je vous avoue quelque chose : j'ai pleuré au début du film, voilà c'est dit)

 

2ième Place : The Dark knight Rises

  La fin de la trilogie de Chris Nolan, je pouvais pas manquer ça. Le film est épique, beau, puissant, violent, intelligent et surprenant. Les acteurs sont PARFAITS, je ne peux pas imaginer mieux pour Bane avec Tom Hardy. Le film a un défaut pour moi : le combat final, qui aurait mérité d'être plus long. Certains se plaignent de la longueur au début (40min avant l'apparition de Batman!), pour moi, c'est ce qui fait sa force. Il frôle la perfection, bien aidé par un incroyable Hans Zimmer. "THE EPIC CONCLUSION TO THE EPIC TRILOGY".

 

3ième Place : Holly Motors

 Grosse surprise ! Je ne l'ai pas vu au ciné mais sur internet (j'ai payé bien sûr...), Ce film est un chef-d'oeuvre. Il est très spécial, l'histoire est captivante et émouvante. Je comprenne que ça ne plaise pas à tout le monde, mais il a au moins le mérite d'être original et différent. Essayez au moins de regarder le début, si vous aimez pas, vous avez ma permission d'arrêter.

 

4ième : Le territoire des Loups

Liaaam Neeson !! Ça faisait longtemps qu'on l'avait pas vu dans un bon film, enfin. Le scénario est très classique: Un avion, un crash, des loups, des morts. C'est du revu. Mais il est traité particulièrement : On suit l'histoire d'un homme qui, après avoir voulut se donner la mort, va se battre pour survivre. Un grand film, une bonne surprise, une bande-son exemplaire et une fin magnifique. (regardez après le générique!)

 

5ième : Des Hommes sans Loi

 Tiré d'une histoire vraie, ça se passe en 1931 en Virginie. Les frères Bondurant, trafiquants et fabricants d'alcool, sont dans la merde. Surtout à cause de leur petit frère (Shia LaBoeuf) qui veut étendre leur marché et prouver à ses frères qu'il est devenu un homme. Enfin bref y va mettre tout le monde dans la merde, une merde bien moche. Le film est violent, gore, sombre, avec une p'tite ambiance western. Tom Hardy est excellent, LaBoeuf aussi. La fin est épique, une belle histoire et leçon d'humanité. A voir !

 

Les choix ont été difficile, j'aurai voulu intégrer d'autres films, mais je me suis limité à 5 volontairement. Voici quand même quelques bonnes surprises de l'année 2012: Skyfall, Lock Out, Avengers (il est bon, mais d'après moi il mérite pas son succès), the amazing Spider-Man (j'mattendais tellement à un navet que j'ai été surpris), et Killer Joe. Au final, une grande année du cinéma, surtout avec le retour de Peter Jackson avec le Hobbit et le dernier épisode de la trilogie The Dark Knight. En tout cas, une année bien meilleure que pour le jeu-vidéo. On se retrouvera pour un dossier sur mes plus grosses décéptions de 2012. Quel a été votre film préféré à vous?

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Comics et livres

 

Aujourd'hui je vais vous parler d'un livre (Bible serait plus approprié) traitant le fameux et complexe sujet du Game Design ! : "L'Art du game design, 100 objectifs pour mieux conçevoir vos jeux".

Ecrit par Jesse Schell (game designer reconnu notamment pour ToonTown Online, mais également concepteur de jeux de plateau et ex-président de l'Assoc Internationale des Développeurs de Jeux), le livre nous apprend toutes les étapes de la conception d'un jeu, de la simple idée au développement, en passant par le brain-storming et les phases de testing. L'Oeuvre est répartie en 33 chapitres, où 100 objectifs nous sont expliqués.

J'ai lu beaucoup de livres sur le game-design, et il est rare qu'on en trouve des bons traduits en français (la plupart présentent le Game design comme une science pure, or c'est pas le cas), mais lui, c'est juste LE meilleur, LA référence (pas loin derrière on y trouve Theory of Fun, mais pas traduit).  Que vous soyez futur game designer, game designer, ou juste passionné et curieux d'en savoir plus sur le jeu vidéo, ce livre est fait pour VOUS  !

Alors, qu'est ce qu'il a de si original? Tout d'abord Jesse Schell aborde la conception de jeu sous tout ses angles, mais aussi au-delà. Le sujet est traité avec de nombreux exemples, récents ou pas, et surtout, pas que des exemples de jeux vidéo ! C'est ça qui le rend si excellent, le livre parle de tout ce qui rapporte à la conception interactive (jeux de plateau par exemple), et aussi toutes sortes de divertissements (cinéma, jeux populaires type Monopoly ou autres). Et oui, car comme l'auteur l'explique si bien, un jeu-vidéo est avant tout un JEU !

Quelques exemples d'Objectifs développés tout au long de l'ouvrage : L'Expérience, l'Idée, le Brainstorming, les Règles, la Chance, la Curiosité, le Voyage du Héros, Feedback, Scénario, Personnage, la Liberté... Y'en à 100 j'vais pas tous les dicter, mais sachez simplement que chacun des objectifs est incroyablement efficace. Je m'explique, quand on voit le nom de certains objectifs, on se dit "Oulà! ça m'intéresse pas ça et en plus je connais déjà", FAUX ! L'auteur est très fort, il nous surprend à chaque fois, on apprend des trucs à chaque chapitre, chaque page. Ca se lit très facilement, c'est fluide, bien expliqué, et le vocaublaire employé est accessible par tous (au pire vous vous coucherez moins con le soir !) Par contre attention, l'ouvrage pèse bien son poid, pas moins de 500 pages! Et le prix est plûtot élevé, j'ai moi même hésité avant de l'acheter: 39e en magasin, 37 sur internet. Mais You have my word, vous ne le regretterez pas ! 

Si vous étiez intéressé par ce livre, courez l'acheter, pauvres fous !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
Jeux vidéo

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le petite manette que vous tenez entre vos mains a parcouru un sacré chemin depuis les années 70. Pour ce premier dossier, nous allons voir, chronologiquement, comment ce concentré de technologies a évolué à travers les différentes consoles qui ont marqué l'univers des jeux vidéo,  en passant par les évolutions techniques les plus marquantes et les constructeurs les plus novateurs. 

 

1972 Le pointeur optique

 

pointeurotpiqueÉtant donné que nous ne pouvons pas définir les boutons et joysticks des bornes d'arcade comme des manettes, le pointeur optique est donc la première évolution en terme d'interactions avec le jeu vidéo. Celui ci a été spécialement conçu et fabriqué pour la première console de l'histoire, la Magnavox OdysseyC'est donc en 1972 que les joueurs pouvaient enfin tirer sur leurs écrans à l'aide d'un beau fusil en plastique. Pour autant, ne croyez pas que l'impression de puissance était ressentie, loin de là. Notez que l'équipement était vendu avec 4 jeux : Préhistoric Safari (cool, on tue des dinosaures !), Shooting GalleryDogFight et enfin, ShootOut. On était encore bien loin des massacres de zombies qu'on peut connaître aujourd'hui avec le rail-shooter The House Of The Dead. Le concept fût repris par beaucoup de constructeurs, mais on retiendra surtout l'année 1984 avec la sortie de Duck Hunt sur NES. Ce dernier se jouait à l'aide du Zapper de Nintendo, un pistolet qui fait grandement penser à un fusil laser de Star Wars. Vous vous demandez comment cela fonctionnait ? Et bien c'est tout simple, lorsqu'on appuie sur la gâchette l'écran devient noir dans sa totalité, sauf les cibles à viser, elles, deviennent blanches. La console n'avait donc pas beaucoup d'éléments à calculer.

 

1976 Le stick analogique

joystick.pngUn peu histoire ne fait pas mal. L'origine du joystick remonte en 1910, il permettait de maîtriser la queue et les ailes des avions. Mais c'est en 1944 que les Allemands inventèrent le premier joystick électronique, celui ci servait à diriger les bombes tirées depuis les appareils. Et le jeu vidéo dans tout ça ? Et bien il a fallu attendre 1976, avec la console FairChild Channel F (Et non, ce n'est pas l'Atari 2600 qui est à l'origine du stick). Même si il n'était pas sous la forme que nous connaissons, ce joystick était une vraie révolution pour l'époque ! La preuve, il pouvait s'orienter dans 8 sens différents, être enfoncé et tirer vers le haut. C'est grâce à ça qu'on pouvait donner un effet à la balle dans le mythique Pong. Dans la même année, c'est la Radofin Programmable Video System qui nous proposait le premier joystick sur console accompagné de boutons ! Malgré la performance de ce stick, la console ne proposait pas de jeux dignes de ce nom. Elle s'ombra donc vite dans l'oublie, sans avoir pu se démarquer.

 

1980 La croix directionnelle

game-and-watch 1L'origine de la croix directionnelle remonte à 1980, avec la Mattel Intellevision. La manette de cette console était composée, en plus d'un pavée de 12 touches, d'un disque directionnelle. Hélas, ce dernier était vraiment imprécis et complexe à contrôler. Heureusement, ce concept fut repris et amélioré pour les célèbres Game and Watch de Nintendo, avec 4 touches pour la croix directionnelle. Pratique, précis et accessible, cette technologie a donc été adaptée sur la fameuse Nintendo Entertainment System, à sa sortie au Japon en 1984. Oui, c'est bien la firme Japonaise Nintendo qui révolutionna le jeu vidéo avec cette simple croix. Même aujourd'hui, on la retrouve sur toutes les consoles.

 

1988 La manette ergonomique

megadriveMême si on considère de nos jours que la première « vraie » manette est celle de la NES, Sega a lui aussi marqué l'univers vidéo-ludique avec son pad ergonomique. En effet, celle de la MegaDrive était la première à s'adapter à la forme de nos mains. Car auparavant, on tenait juste un simple rectangle bien moche, et c'était loin d'être confortable. Ainsi, Sega nous proposa, en 1988, un pad avec des belles lignes épurées et arrondies, la prise en main était irréprochable pour l'époque. Cette nouveauté a bouleversé le jeu vidéo à elle seule, à tel point que dans les années suivantes, tous les constructeurs reprirent le même concept, avec des modifications non négligeables.

 

1990 Les boutons L et R 

snes2.jpegEn 1990, période phares des jeux de combats , les développeurs du genre ont demandé à Nintendo une nouvelle manette afin d'éviter d'avoir 6 boutons alignés. Il est vrai que ce n'était pas bien pratique lors de certains combos qui demandaient une parfaite maîtrise du pad. C'est donc avec la SNES que Nintendo inventa les fameux boutons Left et Right. Par la suite, cette nouveauté a été adapté par tous les constructeurs.

 

 

1994 Les Boutons d'actions analogiques

negcon2.jpegA l'occasion de la sortie de Ridge Racer sur Playstation, Namco fabriqua la manette NeGcon, spécialement développée pour ce jeu. Ce pad comprenait, en plus d'un design unique, une gâchette et 2 boutons analogiques. En clair, cela permettait que les boutons détectent la pression exercée. Par exemple, dans Ridge Racer, si vous appuyez progressivement sur la gâchette, la voiture accélérait de plus en plus. A l'inverse, si vous choisissiez de freiner de manière progressive, il vous suffisait d'exercer une pression petit à petit. Ce concept est maintenant utilisé avec toutes les manettes, et il est particulièrement important, voir indispensable, pour les jeux de courses automobiles.

 

1995 Le Deuxième stick

virtualSi aujourd'hui, vous êtes capable de déplacer l'angle de vue dans un jeu, c'est encore une fois grâce à Nintendo. C'est en 1995 que sortit la Nintendo Virtual Boy. Cette console unique se présentait sous forme de grosse paire de jumelles qu'on devait placer devant ses yeux afin de s''immerger totalement dans notre chère activité ludique. En plus de ce concept génial, la manette était, elle aussi, innovante grâce à sa deuxième commande de direction placée à droite. Même si l'idée était novatrice, la console était en avance sur son temps, ce qui l'empêcha d'avoir du succès.

 

1996 Les vibrations

n64Ah ces nippons... Ils sont vraiment exceptionnels quand on y pense. Oui, c'est bien eux qui nous ont permis de ressentir nos mains trembler lors de nos parties endiablées. Souvenez vous en, pendant l'année 1996, la Nintendo 64 nous offrait de nouvelles sensations de jeu. Et ce, grâce à son boîtier externe qui s'accroche à la manette. Celui ci permettait alors de faire vibrer le pad de la console. Bien qu'on ne s'en rend pas toujours compte, ces vibrations sont essentielles pour certains type de jeux, elles accentuent considérablement l'immersion.

 

2002 La manette sans fil

WaveBird-Receiver.pngAttention, véritable révolution de la part de Nintendo en 2002. En effet, c'est en cette année qu'on pouvait dire au revoir à ces files de m# !*, et ceci grâce à la GameCube avec sa manette WaveBird. La liaison manette-console est alors assurée par des ondes radios avec une portée de 9 mètres pour une autonomie d'environ 50 heures (!). Cette longue durée de fonctionnement est notamment due à son absence de vibration. Aujourd'hui, on ne peut plus se passer de cette technologie, les manettes filières sont dépassées. 

 

 

2005 Le bouton menu

xbox.jpgPassons à une entreprise américaine pour changer, Microsoft. C'est en 2005, avec la sortie de la Xbox 360, qu'on pouvait retourner au menu principal de la console sans quitter le jeu. Certes, c'est à première vue un détail, mais ce bouton menu a tout de même changé à jamais la navigation dans les consoles. Il a aussi permis le développement du multijoueurs et de l'aspect social du jeu vidéo. Un an plus tard, en 2006, Sony ajouta lui aussi ce simple « bouton » à sa PlayStation 3.

 

2006 La détection de mouvement

wiimote-nunchuck.jpgQui ne s'est jamais fait mal au dos en jouant à Wii Sports ? Qui n'a jamais frappé, par maladresse bien sûr, son petit frère (ou soeur, enfin à vous de voir) en plein visage avec la Wiimote ? Tout ça grâce à la détection de mouvement, à la Wii ! Merci Nintendo. Ici, il est question de détection d'accélération et de position dans l'espace. Nintendo frappa très fort en 2006, sa nouvelle console fût un vrai phénomène et une véritable révolution pour le jeu vidéo. Elle marqua les esprits et permis d'avoir un autre regard sur le jeu vidéo pour bon nombre de personnes. Avec la Wii, on ne joue plus seul, mais en famille avec papy et mamie. De plus, la console est aussi la première à proposer des manettes séparées, la Wiimote et la Nunchuck. Au niveau des jeux proposés, les nouvelles licences ont eu du mal à se faire une place face à toute la troupe « made in Japan » que sont Mario et Zelda. Le succès qu'a connu Nintendo grâce à la Wii à montrer aux autres constructeurs qu'il était peut être temps d'évoluer et de viser un autre public. C'est donc, logiquement, quelques années plus tard, en 2010, que Sony et Microsoft sortent le PS Move et Kinect. Si le principe est le même en ce qui concerne la nouvelle manette de Sony (même si le PS Move peut détecter en plus, la profondeur dans l'espace) Microsoft a opté pour un concept totalement nouveau : Plus de manette, votre corps contrôle le jeu face à une caméra très high-tech qui scrute vos moindres faits et gestes.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Don't fuck with l'Édito.

Archives

Favoris