Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Bréviaire des vaincus - Expérimentations littéraires

Par maitrenanar Blog créé le 30/04/10 Mis à jour le 26/07/14 à 13h50

Le Bréviaire des vaincus vous proposent une plongée originale dans la littérature : science-fiction, romans noirs, fantastique ou oeuvres inclassables. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, ceci est un terrain propice aux expérimentations littéraires !

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexion
 Chester Brown est un auteur canadien connu pour une biographie sur Louis Riel, homme politique important dans l'histoire du Canada. Louis Riel fut un grand résistant à l'influence anglophone sur ses terres. Défenseur des Métis, il devint très rapidement le grand représentant de cette communauté.

 

 

 

 

 

Chester Brown livre ici un livre totalement différent. Il n'est plus question de politique mais de l'expérience de l'auteur avec des prostituées. Au lieu de tenir un roman graphique narcissique et complaisant, le travers de l'autofiction qui (même en bande dessinée) devient vite du nombrilisme (se centrer sur soi alors que l'on n'a pas grand-chose à dire, manière de masquer son vide existentiel et sa vacuité intellectuelle, son incapacité à penser), Chester Brown propose une véritable réflexion sur le couple et l'amour. Peut-on vivre sans sexe ? Peut-on dissocier l'amour platonique de l'amour physique ? En allant voir, pour chaque cas, une personne différente ? Comment penser le couple aujourd'hui ? De manière traditionnelle ou éclatée ? Brown ne répondra pas à toutes ces questions mais les lancera subtilement sans tomber dans le travers du didactisme pataud. A chacun de prolonger cette thématique en se rapportant à sa propre expérience.

 

Brown refuse d'érotiser à l'extrême ses relations sexuelles avec les 23 prostituées fréquentées, au contraire le dessinateur évacue les scènes d'amour (levrette et position du missionnaire tiennent en 2/3 cases et résument les ébats) pour favoriser les scènes de dialogue. Chester parle avec les prostituées, avec ses amis (dont le dessinateur canadien Seth, représenté mais non nommé). Un peu comme dans un film de Woody Allen, ou dans un autre registre de Rohmer, on parle beaucoup chez Chester Brown. Une parole discontinue, coupée, reprise, développée. Comme si les personnages avaient besoin d'interroger, de sonder, des problèmes modernes qui semblent à leurs yeux insolubles. Bref, une parole pour comprendre mais aussi une parole pour exister. Dans une société cultivant la solitude, les personnages de Brown comprennent la nécessité du lien social, plus ou moins intime (de l'ami à la petite amie).

 

 

Brown part d'une rupture avec son amie. Cette dernière a trouvé un autre homme. Brown accepte un temps de tenir la chandelle, de subir un ménage à trois au sein duquel il ne participe jamais. Peu enthousiaste pour se jeter dans une nouvelle relation, l'auteur envisage alors de ne fréquenter que des prostituées, dans un premier temps pour soulager sa libido. Attendre, mettre entre parenthèse l'amour avant de le trouver à nouveau, ou avant de se décider à le trouver.

 

Le tour de force de cet album est de rester pudique et tendre sur un sujet a priori scabreux. Un détail, mais qui en dit long, Brown ne montre pas les visages des prostituées et ne divulgue aucunes informations personnelles. Il les présente à grands traits et préfèrent se focaliser sur ce qu'il fait de mieux : le dialogue. Un dialogue pour exorciser le mal, un dialogue là où on l'attend le moins (une chambre de passe). Comme si, au fond, le plus important pour la santé mentale restait une parole honnête, sincère et sans calcul. Parler comme on le veut, de ce que l'on souhaite, sans prendre peur aux conséquences, sans chercher à ménager telle ou telle personne. Même si la liberté de ton et des thèmes abordables n'est pas forcément au coeur de ce roman graphique, Chester Brown esquisse cette problématique. 
 

 

 
On le voit bien, durant ses conversations avec ses amis, ses interventions sont ponctuelles. Il essaie de formuler ses interrogations, d'avancer des conceptions du couple qui sortent du standard, hésite, tente, se tait. Cette parole hésitante, qui peut rapidement tomber sous le coup du jugement d'autrui, sous la sentence plutôt, est une bien belle représentation du problème du parler à l'heure actuelle.

 

Référence : Vingt-trois prostituées, de Chester Brown (Edition Cornélius)

 

 
 
Pour nous suivre plus facilement, abonnez-vous à notre flux RSS :http://feeds.feedburner.com/BrviaireDesVaincus 

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/LeBreviaireDesVaincus

Suivez-nous sur twitter : https://twitter.com/breviairelitt

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

maitrenanar
Signaler
maitrenanar
La moralité est abordée en effet. L'auteur hésite beaucoup avant d'aller voir des prostituées. Et même lorsqu'il s'y rend, il y a une gêne lorsqu'il surprend l'ombre d'un mac.

Après, ma lecture c'est que plus que la prostitution, le vrai sujet est le couple et la parole. Chester Brown ne veut pas faire une œuvre somme sur la prostitution, ou prendre une position militante (pour ou contre). Il se retrouve à un moment de sa vie où ce choix se propose à lui. Il essaie.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Mais l'auteur propose-t-il, aussi, des réflexions sur la "moralité" de l'acte (en ce sens que cela revient à cautionner une certaine forme de marchandisation de l'être), ou bien cette inévitable problématique est-elle évitée malgré tout ?

Édito

Oeuvrant sous le pseudonyme d'Alfoux, je vous propose ici de découvrir les talents d'hier (oubliés) et les talents d'aujourd'hui et de demain. Des personnes intelligentes et proposant des écrits sortant des sentiers battus.

Archives